La victoire de Merkel, une mauvaise nouvelle pour Macron

La large victoire d’Angela Merkel aux élections législatives (suivie d’un discours fédérateur qui permet de mesurer la distance entre elle et ses homologues français) devrait réduire à néant les espoirs macroniens d’une Europe encore plus intégrée. Voici pourquoi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Angela Merkel à Davos (crédits : World Economic Forum, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La victoire de Merkel, une mauvaise nouvelle pour Macron

Publié le 25 septembre 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Les résultats reproduits ci-dessus montrent qu’à 21h10 dimanche soir le parti d’Angela Merkel remportait 33% des voix, loin devant ses challengers. Les sociaux-démocrates flirtent avec les 20% des voix. L’Alliance pour l’Allemagne est devenue le troisième parti allemand, avec plus de 13% des suffrages. En quatrième position, on trouve à quasi-égalité autour de 10% les libéraux, les communistes et les verts.

Merkel fédère

Pour les Allemands, l’arrivée de l’AFD au Bundestag, avec 90 sièges environ, constitue un vrai tournant depuis l’après-guerre. Dans son discours de victoire, Angela Merkel s’est empressée d’annoncer qu’elle avait entendu les préoccupations de ces électeurs et qu’elle tâcherait d’y répondre.

Voilà qui change des mugissements stigmatisants poussés par les politiques français après chaque percée du Front National. Toute la différence entre Merkel et ses homologues français est là : dans la capacité à fédérer sans stigmatiser.

Une mauvaise nouvelle pour Macron

Pour Emmanuel Macron, la soirée est plutôt mauvaise. Après le succès relatif du défilé mélenchonien, et avant les premiers blocages organisés par les transporteurs, la percée de l’AFD tue définitivement tous les espoirs présidentiels de voir Merkel écouter ses discours sur l’intégration européenne.

Désormais, la chancelière est partie dans un marquage à la culotte de l’AFD dont les électeurs sont ouvertement eurosceptiques. On mesure mal comment, dans ces conditions, le principe d’un budget européen aurait une chance de passer outre-Rhin. L’espoir est d’autant plus annihilé que les sociaux-démocrates pèsent à eux seuls, à peine plus que les communistes et les écologistes réunis.

La France dans le viseur de l’Allemagne

En vérité, l’émergence de l’AFD signe la mort, au moins temporaire, d’une ambition européenne en Allemagne, et il importe désormais d’intégrer cette donnée dans les anticipations continentales. L’âge des grands projets communautaires touche à sa fin.

Globalement, les institutions européennes sont entrées dans une phase de statu quo. Il sera impossible pendant quatre ans de modifier l’équilibre interne de l’Union par une négociation pacifique avec l’Allemagne.

Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • merkel a entendu les préocupations de ses électeurs…..ils disent tous ça ; à croire qu’avant cha

  • Le parti libéral démocrate passe de 4.8% à 10,6%, retrouvant des députés.

    Marre de parler uniquement des populistes qui ne représentent rien politiquement à part faire du bruit dans les médias, agiter les discussions de comptoir et être les idiots utiles/hommes de pailles de tous les gauchistes.

    L’Afd, sauf grande surprise, ne sera pas au gouvernement et se contentera de brailler, alors que les libéraux y seront.

  • Victoire de Mme Merkel? Elle perd 20% de son électorat, comme le SPD, et réalise le plus mauvais score de son parti depuis… 1949. Elle a clairement brigué le mandat de trop, après avoir muselé toute velléité de succession dans son camp. C’est sa façon de « fédérer ».

    L’AfD tue les espoirs présidentiels Français? Ce sont plutôt les libéraux (sincères, eux!) du FDP , qui, refusant l’idée de budget européen et de mutualisation de la dette, gênent la tentation « grecque » de notre « cher » président. Le plus drôle est que la chancelière déteste le FDP mais va devoir faire avec (belle victoire pour elle, encore)!

    l’AfD est une conséquence logique et inévitable de décisions majeures et terrifiantes prises par Mme Merkel, seule et sans même prendre l’assentiment de son Parlement, comme la constitution Allemande semblait pourtant l’imposer. Les plus dictatoriaux ne sont pas nécessairement ceux que l’on croit. Les Anglais ont d’ailleurs apprécié et nous l’ont fait savoir l’année dernière!

    • @ Hank.R
      C’est votre façon de voir les choses. En fait, le parti d’A.Merkl a gagné les élections et elle, son 4ième mandat de Chancelière! Elle n’avait donc pas de raisons de préparer un successeur! Elle paye probablement sa porte ouverte aux réfugiés, un modèle dans l’U.E. et, forcément, poussée provisoire de l’AfD!
      Et c’est toujours mieux que les 2 derniers présidents français blackboulés après un mandat!

      Oui, malgré les efforts de Fr.Hollande, la France n’aura pas la commisération européenne, parfois cruelle et exagérément exigeante, qu’a eu la Grèce: il n’aurait plus manqué que ça: la France doit se réformer: elle n’a plus le choix: ses rentiers publics sont trop nombreux et trop gras!

      Pour ses autres propositions de réformes européennes plus ou moins intéressées comme pour son retour dans le couple franco-allemand, je crains qu’elle ne doive encore attendre! La situation de la France actuelle lui a fait évidemment perdre son auto-affectation au rôle de « guide » ou de « leader »! Trève de naïveté!
      Et A.Merkel « dictateure » …?

    • L’invasion migratoire islamiste y est assurément pour quelque chose ….

  • Victoire étriquée en fait. Les combinazione à l’allemande vont aller bon train et durer un ou deux mois mini. Car la seule façon de former une majorité est de lier les libéraux du FDP et les socialos-verts, les Grüne, deux partis qui ne peuvent pas se sentir et dont les idées (rares pour les verts) sont aux antipodes.
    Bref, c’est pas gagné!

    • @ Gerald555
      Elle trouvera et y parviendra: ce n’est plus un perdreau de l’année elle obtient ce qu’elle veut, d’habitude, quels que soient les interlocuteurs!

      • Sans doute, mais ses marges de manœuvre sont désormais rognées car elle a perdu une partie de sa crédibilité lors de son dernier mandat, ce que les électeurs lui ont à juste titre signifié.

  • Oui, c’est une victoire, n’en déplaise à certains Français et même à Macron et à son entourage.

  • Les faits bruts en Allemagne, cher Mr VERHAEGHE !!!!!

    – On n’appelle pas « large victoire » une perte de 8 % (10% avec CSU) d’électeurs . La qualification au 25/09 est « Tremblement de terre politique en Allemagne » (TV ARD , ZDF).

    – Mme Merkel n’a convaincu que 26.8% , le reste étant le CSU bavarois dont Mr Seehofer et ses militants se demandent ce qu’ils font encore dans cette galère.
    Les socialistes perdent également 6 points à 25.7% !!! Tu parles d’un écart!

    – Mme MERKEL n’est pas assurée d’être Bundeskanzlerin, c’est le Bundestag qui l’élira, si elle arrive à fédérer , ce qui n’est absolument pas sûr, les centriste et les verts se crêpant allègrement le chignon avec les CDU et CSU depuis 3 législatures.
    On se prépare même à l’éventualité d’un nouveau scrutin à Wiesbaden!

    – « L’ALLIANCE » pour Deutschland ????? , ça n’existe pas ! Au mieux, l’Alternative für Deutschland. 😉 (vérifiez quand même!!!!!)
    Qui existe autant que le FN en France: ça gratte un peu mais il n’y a que de la matière pour les politiciens et les journalistes. Sur les 12.6%, plus de la moitié sont des électeurs déçus et frustrés des élus des autres partis beaucoup comme en France .
    Leur comportement est honteux pour la majorité des Allemands, comme leurs propos ( cf commentaires réseaux sociaux)!
    Mot d’ordre: « on ne parle pas de la merde, même si ça existe! » (sauf dans l’ancienne DDR ou la santé mentale de certains est inquiétante)

    Pour ce qui est de votre analyse européenne j’y adhère, en ajoutant un point: le « Système Merkel » contrôle assez bien toutes les grandes entreprises « vives », tels la presse, TV, les syndicats, l’industrie en général (lourde, chimie, automobile, pharmacie…) et les transports.
    Ce « Système » dépasse largement les frontières allemandes, notamment à Bruxelles. Le FDP , les Verts et certains CDU ou CSU ne cautionnent plus ce « Système » (ça fait un peu mafia , ces rencontres hebdomadaires et tout le monde n’en profite pas); son avenir est donc incertain et pourrait encore plus freiner des ambitions européennes (DAX stagnant Lundi et Mardi) en plus de déstabiliser les relations politiques avec les grands entrepreneurs en Allemagne.

    Bon sang ! Quelle large victoire Mme Dr MERKEL !

    • Je suis d’accord avec vous : drôle de « victoire » pour Merkel ; je vois les chiffres et pour moi, c’est une nouvelle déculottée pour la mère Angie. Pas besoin d’avoir fait l’E.N.A. pour le constater : une arithmétique ultra basique, que n’importe quel gamin en C.P. est capable de comprendre, suffit !

      33% des voix pour l’union CDU-CSU ? Ce sont donc 17% + 1 voix qui lui manquent pour avoir majorité absolue ; si Merkel veut rester au pouvoir, il lui faut s’allier avec un parti qui a réuni au moins ces 17% manquant : dans la liste, il n’y a que le SPD avec les 20,7% des voix.

      S’allier avec les libéraux du FDP qui ont fait 10,6%, cela ferait donc 33 + 10,6 soit 43,6% ; il manque encore 6,400000…001%, il faut donc s’allier avec un troisième parti : soit les écologistes, soit les communistes, soit l’AfD.

      Le même problème s’était posé en 2005 pour savoir si l’union CDU-CSU devait former la coalition « Jamaïque » – du nom des trois couleurs du drapeau jamaïcain qui correspondent également aux couleurs des partis politiques respectifs – avec les libéraux et les verts : cela ne s’est jamais produit et à chaque fois, cela a fini par un gouvernement droite-gauche CSU-CDU / SPD.

      Bref, les Allemands sont encore bien partis pour la Grande Coalition et donc : la Grosse Commission en vigueur depuis douze ans et pour encore quatre années supplémentaires !

    • Oups le SPD était à 25.7% et a reculé à 20.5%

      • Pas trop de commentaire . la réalité c’est que les allemands ont leur revanche de la défaite de la dernière guerre . maintenant c’est eux qui nous mangent économiquement.vous n’avez toujours rien compris

  • « l’âge des grands projets communautaires touche à sa fin » : tant mieux !

    Mais au fait y-a-t-il eu dans les faits de grands projets ? Non !!

  • les allemands sont comme les français en un peu moins cons quand même ils se sont accaparés de Alstom

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Les négociateurs du Parlement européen et des États membres de l'UE (Union européenne) sont récemment parvenus à un accord sur de nouvelles règles européennes visant à lutter contre ce que l'on appelle le "blanchiment écologique", par lequel des entreprises se présentent comme plus respectueuses de l'environnement qu'elles ne le sont réellement. Les nouvelles règles imposent une série de nouvelles exigences en matière de rapports - d'abord aux grandes entreprises, puis également aux PME - dans le but de "mieux informer" les citoyens de "l'imp... Poursuivre la lecture

Vertueuse Europe

Le 24 février dernier la Russie attaquait l’Ukraine. Depuis cette date fatidique l’Union européenne ne cesse d’étendre et de durcir les sanctions visant à punir l’agresseur.

À l’exclusion des principales banques russes du système SWIFT de paiements internationaux s’est ajouté le gel des avoirs détenus par la Banque Centrale de la Fédération de Russie stockés dans les Banques Centrales et les institutions privées de l’UE puis le bannissement de la majeure partie des importations de pétrole russe. L’arsenal a été complét... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles