Mélenchon, médaille d’or de la démagogie

Jean-Luc Mélenchon apprenti dictateur ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Meeting Mélenchon by Blandine Le Cain(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mélenchon, médaille d’or de la démagogie

Publié le 25 septembre 2017
- A +

Par Patrick Aulnas.

L’amplification médiatique des manifestations de rue est une constante de la vie politique française. Il s’agirait, selon Jean-Luc Mélenchon et ses alliés, de « faire reculer le gouvernement ». L’homme se révèle ainsi pour ce qu’il est : un apprenti dictateur qui restera en apprentissage pour le reste de ses jours.

Mélenchon rejette la démocratie

Les syndicats, la rue, les leaders populistes peuvent s’exprimer librement en démocratie. Mais laisser entendre que l’objectif est de remettre en cause le vote des Français signifie tout simplement qu’on rejette le processus démocratique. La rue n’a pas vocation à dicter sa loi aux gouvernants. Elle peut seulement faire entendre la voix de la minorité.

Certes, les Français ont l’esprit frondeur et adorent entonner des slogans en défilant. Mais une majorité très large a été démocratiquement élue et nos compatriotes ne sont pas assez naïfs pour croire aux incantations pseudo-révolutionnaires de notre petit Lénine national.

Certes, pour les médias, manifs, contre-manifs et joutes verbales avec le pouvoir sont pain bénit pour déclencher des réflexes émotionnels et obtenir une audience. Mais si les Français regardent le spectacle, ils ne le confondent pas avec la réalité.

Une réforme pourtant modeste

La réalité se résume à une réforme plutôt modeste du droit du travail qui ne précarise aucunement les salariés sous CDI mais qui pourrait permettre aux chômeurs d’accéder à l’emploi si les petites entreprises ne fuient plus devant l’embauche par peur du licenciement.

La réforme n’est qu’un signe, le premier, adressé aux petits employeurs potentiels pour leur dire : vous pouvez reprendre confiance, vous n’êtes plus considérés comme des ennemis par le pouvoir.

Les propos outranciers de Mélenchon

La France n’est pas réductible à quelques leaders activistes et à des militants. Il est facile de se faire acclamer devant une foule de convaincus, mais très difficile d’emporter l’adhésion de la France profonde.

Quand Mélenchon compare le gouvernement français aux nazis, il fait honte à beaucoup de ses partisans. L’outrance du propos fait apparaître les limites de son auteur. Il n’est guère qu’un démagogue qui réussit bien dans sa spécialité, mais qui n’a qu’une corde à son arc.

La manifestation du 23 septembre a surtout montré les faiblesses d’un champion tous azimuts de la démagogie. Les Français savent désormais que Mélenchon peut dire n’importe quoi pour être applaudi.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Un article qui transpire de bon sens. J’espère vraiment que ce boulet ne se présente pas en 2022.

  • L’article léger, reste tout autant démagogique que son objet.

  • il n’a pas vraiment comparer le gouvernement aux nazis..il a dit une connerie de plus comme quoi c’est la rue qui a chassé les nazis.
    Et je suis comme hitler, j’aime bien mon chien.
    C’est bien joli les points godwin , mais , on doit rappeler que à part l’antisémitisme et la volonté de conquête…le programma nazi serait acceptable pour beaucoup actuellement. Et ça ça fout les jetons.

    • « le programma nazi serait acceptable pour beaucoup actuellement ». Effectivement. Si Hitler était mort d’une chute dans les escaliers en 1938, il serait considéré comme un modèle de réussite socialiste…

      • Les études récentes montrent que non. « Le salaire de la destruction », d’Adam Tooze, ouvrage consacré à l’économie nazie, éclaire cet aspect qui a longtemps été tenu comme une réussite du nazisme mais qui est un échec comme le reste, camouflé par la guerre et son système de pillage des pays conquis.

        • Vous en connaissez beaucoup des réussites socialistes? URSS, Venezuela, Cuba ont tous été proclamé comme des réussites socialistes, on a vu le résultat. Orldiablo souligne juste l’ironie de la propagande socialiste qui décrit le nazisme comme un système fasciste alors que le Parti nazi était socialiste, comme son nom l’indique: Parti national-socialiste des travailleurs allemands. Adam Tooze indique juste que comme tous systèmes socialistes le nazisme est échec.

    • Pour cause, Hitler était socialiste, tout comme Mussolini, ce que notre gauche internationale tente de faire oublier, et y arrive très bien grâce à la complicité des media, eux aussi de gauche, donc socialistes!

  • Quant à son programme, pourquoi la France décline-t-elle et perd-elle progressivement sa place au sein des nations compétitives ?
    A cause de ses dépenses publiques (56% du PIB) qui plombent le budget, empêchant les ressources vives et les capitaux d’aller vers des activités marchandes productives : Mélenchon veut augmenter les dépenses publiques et la sphère de l’Etat.
    A cause de sa règlementation et sa bureaucratie lourde, coûteuse et inefficace qui pèsent sur les activités et plombent l’économie : Mélenchon veut recruter 200 000 fonctionnaires supplémentaires ;
    A cause de son taux de prélèvement obligatoire (46 % du PIB) qui nuit aux investissements, aux entreprises, et décourage l’entrée de capitaux productifs : Mélenchon veut augmenter la fiscalité des entreprises et des particuliers, tout particulièrement celle des plus riches (ceux qui investissent..) ;
    A cause du déficit de son régime de retraite (plus gros poste budgétaire pour la moitié des dépenses sociales) qui contraint la France à emprunter (et payer des intérêts ) pour boucler ses comptes : Mélenchon veut baisser l’âge de départ en retraite à 60 ans.
    A cause de son manque de productivité notamment dû au passage à 35 heures, seul pays au monde à l’appliquer : Mélenchon veut réduire le temps de travail à 32 heures et réduire l’autonomie des patrons d’entreprise ;
    Etc…
    Mélenchon ? le gars qui amplifie très exactement les points qui sont à l’origine de notre ruine, meilleur moyen en effet de repartir à zéro.

  • Mais pour les « dormeurs debout, insoumis du sommeil » le mot nazi, recouvre toute la palette des opposants au « progressisme ». Les conservateurs et les libéraux sont des nazis, mais aussi les mangeurs de viande, les pro-nucléaire … pour désigner in fine la cause de tout les malheurs de la terre : les mâles blancs.

    Son électorat et une très grande partie des français a très bien compris et interprété ces paroles. Il faut donc s’attendre à ce que le prochain nazi soit anti-nazi.

  • Un nationaliste socialiste ose.
    Rien n’est trop gros.
    Le ridicule ne tue pas. D’ailleurs il a excellente mine

  • Les inspirateurs de Mélanchon : Vladimir Ilitch Oulianov (dit Lénine), Hugo Rafael Chávez, Fidel Alejandro Castro… Les pays qui ont subi leur génie ne sont pas des exemples de réussite économique durable !
    Il faudrait lui demander si de nouveaux modèles ne seraient pas meilleurs : Alexandre Grégoriévitch Loukachenko, par exemple ou encore Kim Jong-un….

  • Oui ce triste personnage, révisionniste en sus, est bel et bien un dictateur : heureusement qu’il n’est pas aux manettes !

    • Ben là, il est quand même aux manettes de l’opposition, et il fournit un faire-valoir rêvé qui permet à Macron de passer pour un prodige avec ses « réformes » incolores et sans saveur.

      • Hé oui, entre une droite ectoplasmique et un PS en coma avancé, et les épouvantails melenchonistes et marinistes qui grignotent leurs franges, M. Le Président se balade comme durant la campagne et fait semblant de faire des réformes tout en se pavanant comme un jeune coq sur l’estrade internationale. Cela n’a aucune importance sur le temps historique, qui est plus long et sans appel. Nous finirons en servant les croissants au sésame aux chinois et de la choucroute « licite » à nos autres nouveaux maîtres. Bon appétit!

  • Je préfère, et de très loin, l’article d’Éric Verhaeghe sur le même sinistre personnage (https://www.contrepoints.org/2017/09/25/299493-4-erreurs-frequentes-a-propos-de-melenchon).

    • Aucun des deux articles ne remplace l’autre, ils sont complémentaires pour faire une bonne mise au point sur le cas Mélanchon

  • Le plus égal des égaux.

  • Mélenchon est un émeutier dangereux, capable de regrouper une foule d’admirateurs violents se foutant de la légalité. Une minorité violente et agissante, face à un Etat qui n’ose plus, depuis longtemps, faire respecter lois : qui gagnera ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.

Quatorzième volet de... Poursuivre la lecture

8
Sauvegarder cet article

Par Olivier Maurice.

Le terme démocratie libérale est devenu tellement usité, tellement galvaudé et mis à toutes les sauces qu’il est plus que facile de confondre les deux termes : démocratie et libéralisme. Comme si le libéralisme impliquait inévitablement un régime démocratique et vice-versa.

La confusion est suffisamment entretenue par les médias et la classe politique, au point qu’aux États-Unis, les deux mots sont devenus quasiment synonymes et que l’on nomme communément liberals les membres ou sympathisants du parti démocr... Poursuivre la lecture

Et de cinq ! Après les refus de la CFDT, de LFI, de LR et du RN d’y participer, c’est au tour du deuxième personnage de l’État, Gérard Larcher, président du Sénat, de signifier une fin de non-recevoir à Emmanuel Macron pour son projet de Conseil national de Refondation. Un événement à l’acronyme loin d’être anodin, annoncé quelques jours avant des élections législatives peu réjouissantes pour la majorité sortante et qui devrait se dérouler le jeudi 8 septembre.

Un conseil dans la lignée des nombreux comités Théodule créés depuis 2017 e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles