Unef : ascenseur pour les gauchos

Le regard de René Le Honzec

Unef rené le honzecS’il est de relatif bon ton de dénoncer les castes de fonctionnaires issus des « grandes écoles », ENA, Polytech’, les Mines, Sciences Po, il est d’autres systèmes fournisseurs de fidèles serviteurs de l’État moins connus, comme, par exemple, au hasard, la mythique Union Nationales des Étudiants de France, UNEF. Si vous avez la patience, un soir de télé un peu pourrie, potassez les bios des hiérarques du PS, vieux comme Julien Dray, passé par tous les trotskysmes et de plus jeunes, comme le brillant Bruno Julliard, spécialistes des promotions-éclairs remarquablement pensées.

École de l’agitation, l’Unef commence par se déchirer comme toutes cellules trotskystes ou écolo-vertes qui se respectent, ce qui est très formateur par la suite, puis se rabiboche, ce qui est encore plus enrichissant pour la vie en politique, but suprême.

Courroie de transmission du PS, on retrouve le « syndicat » dans toutes les manifestations boutonneuses de printemps, aussi bien que dans la vieille alliance étudiants-ouvriers, avec l’autre grande courroie de transmission du défunt PCF.

Force est de contester que la droite n’a jamais su créer des écoles aussi performantes, faute de corpus idéologique. De même façon que Caton l’Ancien qui finissait ses discours par « et delenda est carthago », je finirai en martelant « Et delenda est communismi » !