Le passé homophobe de la gauche radicale allemande

Le passé honteux de l’extrême gauche allemande lui fait perdre tout crédit dans ses revendications de supériorité morale sur la question de la tolérance.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le passé homophobe de la gauche radicale allemande

Publié le 17 août 2017
- A +

Par Bill Wirtz.

Lors de sa dernière session parlementaire précédant la pause estivale, le Bundestag allemand a légalisé le mariage homosexuel.

Le vote – et même son résultat – a été une surprise pour tout le monde, y compris, peut-être, pour Angela Merkel elle-même. Le parti de Merkel, les démocrates-chrétiens (CDU/CSU), en coalition avec les sociaux-démocrates (SPD) avaient convenu de ne pas adresser la question du mariage homosexuel dans l’accord de coalition, en raison de l’opposition de la CDU/CSU.

Le vote rapide la légalisation du mariage homo

Le SPD a surpris son partenaire de coalition de centre-droit après que Merkel ait signalé  que son opposition au mariage homosexuel ne ferait pas obstacle à la considération d’un vote libre de son groupe parlementaire. Saisissant l’opportunité, le leader du SDP, Martin Schulz, a appelé à un vote rapide.

Ce changement brusque doit, bien sûr, être compris dans son contexte politique : les élections législatives allemandes ont lieu en septembre et Schulz est en retard dans les sondages. Sa stratégie était efficace : avec les votes du parti écologiste et Die Linke, le parti d’extrême gauche, le projet de la légalisation du mariage homosexuel a été adopté.

La supériorité morale de Die Linke

Die Linke a immédiatement mis en avant sa supériorité morale pour applaudir ce succès stratégique, une démonstration de tolérance. Il a ajouté qu’il «lutte pour l’égalité des droits des minorités sexospécifiques et sexuelles au Parlement depuis 1990».

La précision de la date, «depuis 1990», est importante ici. Die Linke,  (La gauche), est le parti qui succède au SED, le parti unique au pouvoir en RDA jusqu’en 1989.

Aujourd’hui, même en vue de la contestable idéologie marxiste-léniniste du SED et la cruauté avec laquelle il s’est maintenu au pouvoir, on suppose souvent que le régime de l’Allemagne de l’Est était socialement progressiste. Il n’y avait cependant rien de tolérant dans le traitement des homosexuels Allemands avant la chute du mur.

Le code pénal anti-homo de la RDA

En effet, l’histoire officielle évoque une Allemagne de l’Est tolérante ; en 1968, le SED avait abandonné le paragraphe 175 anti-homosexuel du Code pénal, qui déclarait illégales les rencontres homosexuelles, et qui datait de 1872. Mais ce changement ne s’est pas traduit dans les faits.

Cependant, dans la dure réalité du socialisme régnait un climat de méfiance des dirigeants de la RDA envers les homosexuels et les lesbiennes, cibles du régime, et considérés comme résultant de «la décadence de la bourgeoisie».

Une étude des années 1990 commandée par le Sénat de Berlin a révélé que le ministère de l’État pour la Sécurité (MfS) en RDA utilisait les Rosa Listen (listes roses) établissant un registre de plus de 4 000 hommes et femmes homosexuels.

La criminalisation des homosexuels

Ces mêmes listes avaient été utilisées par la police secrète du Troisième Reich pour arrêter et interner les homosexuels. Sur la base de ces listes, les homosexuels en Allemagne de l’Est ont été systématiquement harcelés, criminalisés et déclarés malades.

Le régime communiste était méticuleux dans son espionnage des homosexuels, et disposait d’enregistrements comme : «Cette carte [circulant sur certaines zones à Berlin] a montré que 281 homosexuels vivaient dans 11 rues dans l’ancien bâtiment entre Schönhauser Allee et Greifswalder Strasse dans 225 appartements. »

En 1993, la revue allemande Focus a publié d’autres rapports du ministère de l’État : «Ils sont méfiants de leur entourage, sont impitoyables, mènent de grands trains de vie, susceptibles de tomber dans la criminalité et s’efforcent de prendre contact avec des étrangers, en particulier des pays capitalistes.»

Ostracisme social des homosexuels

Dans tous les milieux professionnels, lorsque des tendances ou pratiques homosexuelles étaient repérées, la personne était considérée comme un élément perturbateur pour le fonctionnement du pays, et sa politique familiale. En pratique, ceci conduisait au déclin social, et souvent au suicide.

Pendant ce temps, des professionnels de santé ont bâti leurs carrières autour d’un combat contre l’homosexualité. Le professeur endocrinologue Günther Dörner a remporté le Prix national de l’Allemagne de l’Est pour ses essais de long terme sur des rats dont il a tenté d’influencer le comportement sexuel via un traitement hormonal.

Cette logique scientifique est la même qui, des décennies auparavant, a conduit les nazis à considérer l’homosexualité comme une maladie à éradiquer.

Ce passé honteux de l’extrême gauche fait perdre tout crédit au parti dans ses revendications de supériorité morale sur la question de la tolérance.

Ce n’est que par une véritable méfiance dans le collectivisme, envisagé à la fois comme système économique et un prisme pour agir sur la société, que nous pouvons déconstruire le langage dangereux du socialisme. Commençons par révéler son histoire.

Cet article est une traduction de The German Left’s shameful past publié par CapX.

 

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Une liste de 4000 homosexuels, sur une population de plus de 16 millions d’habitants? On a connu la Stasi plus efficace…
    Plus sérieusement, on devrait faire une liste de citations de dirigeants ou d’idoles communistes – cela montrerait toute leur « tolérance » pour les « minorités » en général…

  • La gauche s’est faite une spécialité pour s’attribuer des qualités et opinions qu’elle ne possède pas. Défense des pauvres et des chômeurs par exemple, puisque c’est elle qui jette ses malheureux dans leur état en sabotant l’économie!

  • Je ne résiste pas au plaisir de rappeler quelques paroles de l’emblématique socialiste Jaurès : « Le libre échange livre aux frelons juifs le miel des abeilles françaises  » /* Jean Jaurès, « Programme économique », La Dépêche, 1er septembre 1889. A graver au pied des statues du grand Jaurès? Göring n’aurait pas désapprouvé!
    « Nous savons bien que la race juive, concentrée, passionnée, subtile, toujours dévorée par une sorte de fièvre du gain quand ce n’est pas par la force du prophétisme, nous savons bien qu’elle manie avec une particulière habileté le mécanisme capitaliste, mécanisme de rapine, de mensonge, de corset, d’extorsion. »
    • Jean Jaurès, 1898, Discours au Tivoli, Intarissable Jean!

    Peu d’écho de ces propos dans nos livres d’histoire…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

En brandissant à nouveau la menace d’un troisième conflit mondial, la Russie rappelle aux plus aguerris la sinistre crise de Cuba et ramène l’Occident à la logique de blocs qui n’a jamais cessé de hanter le locataire du Kremlin. Une sémantique forte inversement proportionnelle à l’état d’une armée qui connaît aujourd’hui une déroute peut-être passagère, mais réelle, alors que des frappes ukrainiennes ont visé des dépôts de carburant sur le territoire russe, à quelque 150 km de la frontière.

Dans ce conflit, la position allemande contin... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles