L’Allemagne de Merkel accueille avec réserve les idées de Macron

Au lendemain de son investiture, Emmanuel Macron se rend à Berlin pour rencontrer la chancelière allemande. Son élection est accueillie outre-Rhin avec un sentiment de soulagement prudent. Tour d’horizon des principales réactions politiques et médiatiques allemandes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Angela Merkel à Davos (crédits : World Economic Forum, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Allemagne de Merkel accueille avec réserve les idées de Macron

Publié le 15 mai 2017
- A +

Par Georgia Bachti.
Un article d’Open Europe.

L’élection d’Emmanuel Macron à la présidence française a suscité de vifs débats sur l’avenir de l’Europe, non seulement parce qu’il a vaincu l’eurosceptique Marine Le Pen, qui avait promis de sortir la France de la zone euro, mais aussi en raison de ses propositions ambitieuses concernant l’UE et le renforcement de l’intégration économique. Ses projets de réformes comportent la création d’« eurobonds » (euro-obligations) et la mise en place d’un ministère des Finances européen.

La position adoptée par l’Allemagne sera un facteur déterminant dans la réussite des réformes proposées par Macron. Avec l’espoir de renouveler le pilier franco-allemand comme avant-garde de l’intégration européenne, Macron se rend aujourd’hui à Berlin pour son premier voyage officiel en tant que président de la République française.

Pour l’heure, les premiers signes venant d’Allemagne indiquent toutefois que sa vision sera probablement accueillie avec réserve et scepticisme, notamment parce que les deux pays se trouvent au beau milieu d’une période électorale.

Plus fondamentalement, les propositions de Macron vont à l’encontre de certains principes de longue date de la politique européenne de l’Allemagne, tels que son engagement à maintenir le déficit en dessous de 3% du PIB et son opposition aux euro-obligations. Il est peu probable que le nouveau président de la France parvienne à entrainer la politique allemande dans les changements radicaux qu’il envisage. Les réactions médiatiques et politiques allemandes, immédiatement après son élection, semblent plutôt suggérer l’inverse.

Suite à la défaite de la candidate eurosceptique Marine Le Pen, c’est avec des réserves que la presse allemande a globalement accueilli la victoire de Macron quant à sa capacité à mener à bien son programme de réforme, tant au niveau national qu’au niveau européen. Dans un éditorial pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, Klaus-Dieter Frankeberger a posé une question-clé concernant les perspectives de Macron : « Avec qui compte-t-il gouverner à l’avenir pour accomplir ses prétentions réformatrices ? »

Parallèlement, Das Bild a soulevé le sujet essentiel aux yeux de son lectorat : « Combien Macron va-t-il nous coûter ? » Ce qui préoccupe essentiellement le quotidien allemand est de savoir dans quelle mesure l’Allemagne est prête à soutenir Macron dans ses efforts pour réformer l’économie française et la zone euro. Das Bild indique par ailleurs que « Macron a déjà fait savoir qu’il aurait besoin du soutien de Berlin pour ses réformes », et se demande si l’Allemagne sera invitée à un renvoi d’ascenseur suite au soutien de 2002 du président français Jacques Chirac au gouvernement allemand dans sa « bataille contre les déficits avec la Commission européenne ».

De même, la classe politique allemande reste prudente à l’égard de la vision de Macron. Questionnée sur son programme de réformes, la réponse donnée par Merkel est plutôt révélatrice. Après l’avoir félicité pour sa « campagne courageuse et pro-européenne », elle a déclaré :

Compte tenu de la situation actuelle en Allemagne, je ne pense pas que nous devrions donner la priorité à un changement de politique.

Sa constance dans la continuité se reflète également dans « l’opinion négative du gouvernement allemand à l’égard des euro-obligations », auxquels elle a promis, il y a cinq ans, de résister « aussi longtemps qu’[elle] vivrait ».

Et malheureusement pour Macron, le principal adversaire de Merkel lors des prochaines élections, l’ancien président du Parlement européen Martin Schulz, partage son point de vue sur la question. Dans une récente interview accordée au Financial Times, Schulz a affirmé que le principe des eurobonds avait été rejeté à l’occasion de l’introduction du mécanisme européen de stabilité. Et de plaisanter : « le seul truc intéressant sur les « bonds » est James ».

Par ailleurs, le vice-président du Parlement européen et député européen pour le Parti libéral-démocrate d’Allemagne (FDP) a exprimé ses propres réserves au sujet des projets de Macron, en déclarant :

Nous sommes tous heureux que Macron ait été élu, mais même sous sa présidence il ne peut y avoir de mutualisation de la dette.

Plus encourageant pour Macron est peut-être l’entretien du ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel accordé au Rhein-Neckar-Zeitung, dans lequel il a déclaré : « Nous devrions maintenant travailler en collaboration avec les Français sur un fonds commun d’investissement franco-allemand. » Et d’ajouter :

Investir davantage dans l’avenir de l’Europe est également bon pour nous. Des millions d’emplois en Allemagne dépendent de notre capacité à vendre nos biens et nos produits en Europe. 60% de nos exportations sont en Europe !

En accord également avec l’intention de Macron d’assouplir l’austérité, il a soutenu que l’austérité « détruit l’investissement en faveur de la croissance et ne produit pas davantage, mais moins d’emplois. C’est pourquoi le temps de l’orthodoxie politico-financière devrait être terminé ».

Cependant, sa déclaration est en contradiction avec les vues du candidat de son parti à la chancellerie, Martin Schulz, qui a rappelé qu’il ne reviendrait pas sur la position de l’Allemagne en faveur de l’austérité s’il était élu. Dans une interview accordée au Financial Times, il a dit que l’Allemagne avait « grand intérêt » à ce que tous les États membres de l’UE atteignent une croissance stable, mais que « pour y parvenir, certaines réformes sont nécessaires dans ces pays ».

Quelques commentaires plus optimistes n’ont pas manqué dans les médias allemands, le Süddeutsche Zeitung saluant par exemple les résultats des élections comme une « situation quasi parfaite » pour Merkel, lui permettant d’être financièrement généreuse dans sa bataille pour une Europe forte. Par ailleurs, le Handelsblatt a encouragé le gouvernement allemand, et surtout le ministre des Finances Wolfgang Schäuble, à voir ce qu’ils peuvent faire pour aider le nouveau locataire de l’Élysée afin que les Français sentent que « leur nouvel homme providentiel a vraiment la possibilité d’exercer une influence sur Berlin ». Toutefois, ces perceptions plus optimistes de l’élection de Macron sur l’avenir de l’UE semblent en déphasage avec l’opinion générale en Allemagne. Le soulagement de la classe politico-médiatique allemande tient plus de l’aversion à la menace que représentait Le Pen que d’un enthousiasme pour les propositions révolutionnaires de Macron.


Sur le web. Traduction : Raphaël Marfaux pour Contrepoints.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Est-il sérieux de continuer d’appuyer ses raisonnements sur cet incalculable et trompeur pseudo-indicateur qu’est le PIB ? Alors que son premier successeur l’IDH est lui aussi trompeur et dépassé, ?

    Entre autres, vendre des armes à unn tyran, tout comme un beau carambolage autoroutier avec quelques morts en prime, ça joue « positivement » sur le PIB et donc ces fameux absurdes 3% inventés au départ pour la France par un crâne d’œuf de l’Elysée ….. dont on fait parfois un président

    • Effectivement ce 3% est ridicule, l’endettement de l’état devrait être inconstitutionnelle.

      • Dans certains cantons suisse, le budget doit être équilibré. En cas de dépassement, il est demandé au peuple de choisir entre une réduction du budget et une augmentation des impôts, que tous payent plus ou moins.

        Au moins, on ne ment pas aux électeurs comme en France, et on entasse pas les problèmes sous le tapis 🙂

      • Et en plus, cette règle de 3% devait être le maximum indépassable, et non la norme moyenne.

  • Ne faudrait-il pas spécifier que les Euro-obligations dont il est question ici seraient émises par l’UE, les euro-obligations existent depuis très longtemps et sont celles émises par des institutionnels (privés ou publics) sur le marché européen.

  • Les Allemands seraient-ils plus lucides que nombre de Français ?
    « Avec qui compte-t’il gouverner à l’avenir pour accomplir ses prétentions réformatrices ? »

    • les allemands sont lucides et disciplinés ; tout le contraire des français ; merkel sait à qui elle a faire ;

  • Les allemands en on marre de payer pour les fils prodigues de l’Europe. Macron se fera virer comme hollande avant lui.

  • Même si c’est un détail, c’est dommage que cet article commence par une contre-vérité « Marine Le Pen, qui avait promis de sortir la France de l’euro », alors qu’il ne s’agissait au mieux, dans ses dernières déclarations, que de proposer un référendum aux français dont chacun savait qu’il serait rejeté. La sortie de l’euro avait en fait été abandonnée par le FN depuis un bon moment.
    Ceci dit, ce que propose Macron n’a pour seul but que de rendre un peu plus viable le frankenstein financier qu’est l’euro, modèle du machin compliqué qui ne fonctionne pas au global, sauf pour l’Allemagne qui en profite à fond et qui, de ce fait, ne veut rien changer. Mais si on ne change rien, à terme, l’euro explosera du fait de son incohérence interne.

  • Merkel s’en fiche complètement. La seule chose qui l’intéressait était que l’extrême droite soit cantonnée, comme en Autriche, aux Pays-Bas… afin de limiter la montée de l’AfD dans ses élections à elle. Pour le reste, ainsi que l’a gentiment expliqué Juncker et notre bon Moscovici, le deal est toujours le même, austérité à « vraiment » réaliser et le maintien de la politique globale de l’Euro au sens monnaie de référence allemande. De son côté, l’Allemagne s’intéresse à finir de racler les industries des autres membres de l’eurozone, faire la pression qui va bien sur la BCE et engranger le max d’excédents commerciaux. Et dès que l’opération sera terminée, elle sortira de l’Union. Disons dans les 5 ans, d’où l’utilité de Macron pour occuper les français, sur la base d’un new deal local, avant qu’ils découvrent le pot aux roses. Fermez le ban…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J’ai découvert Mme Braun-Pivet, ou du moins j’ai fait le lien entre le nom et la personne, lors de la soirée électorale du second tour des élections législatives. Le moins que j’en puisse dire, c’est que l’épisode en question (vidéo, à partir de 3 h 41′ 50″) ne fait honneur ni aux femmes en politique ni à la politique elle-même. Attention, mesdames et messieurs, la petite scène que je m’apprête à vous rapporter est absolument insoutenable… de médiocrité :

Nous sommes au soir du 19 juin 2022, sur le plateau spécial de BFM TV pour les él... Poursuivre la lecture

« Le port du masque est fortement recommandé ». La période électorale terminée, la vie hexagonale reprend son cours, et en particulier s’agissant des restrictions liées au covid.

En témoignent les messages reçus depuis quelques jours par de nombreux Français, dans leurs transports, leur travail ou leur supermarché.

Ce mardi, ce sont les Niçois qui ont été rappelés à la réalité. Chez nos confrères de CNews, le maire de Nice Christian Estrosi a déclaré envisager le rétablissement de l’obligation du port du masque dans les transpor... Poursuivre la lecture

union européenne
1
Sauvegarder cet article

Comme si souvent, l’Union européenne vient de démontrer encore une fois son manque de connexion avec la réalité et sa préférence avant tout pour la communication politique. Étant donné les circonstances actuelles dans lesquelles se trouve l’Ukraine – sa lente mais inéluctable défaite militaire et son économie en chute libre – que fait alors l’Union européenne ?

 

Un geste politique

Est-ce qu’elle fait ce qui aurait été le plus logique, le plus humain et le plus à même de limiter des victimes et des dégâts ultérieurs en Ukra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles