Mariage gay : les religions contre l’opinion

Le récent référendum irlandais sur le mariage homosexuel a souligné le décalage entre la vieille France archaïque et la réalité sociologique dominante.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
mariage homo credits Peetje2 (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mariage gay : les religions contre l’opinion

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 31 mai 2015
- A +

Par Patrick Aulnas

mariage homo credits Peetje2 (licence creative commons)
mariage homo – credits Peetje2 (licence creative commons)

 

La liberté a toujours fait peur. Si une partie de la gauche est tétanisée lorsqu’il s’agit de desserrer le carcan réglementaire dans le domaine économique et social, une partie de la droite s’arc-boute contre toute évolution sociétale. Le récent référendum irlandais sur le mariage homosexuel a encore souligné le décalage entre la vieille France archaïque et la réalité sociologique dominante dans les démocraties contemporaines.

Le référendum sur le mariage gay en Irlande

Le vendredi 22 mai, les Irlandais devaient se prononcer sur une modification de leur Constitution permettant d’autoriser le mariage entre deux personnes de même sexe. 62,1% d’entre eux ont répondu positivement. Tous les grands partis s’étaient prononcés en faveur de cette évolution sociétale. Un tel résultat a de quoi surprendre dans un pays où l’homosexualité était un délit jusqu’à 1993. Il signifie tout simplement que depuis cette date, une évolution de la société s’est produite en profondeur. L’électorat catholique très traditionaliste n’est plus majoritaire ; une jeunesse beaucoup plus ouverte aux changements de modes de vie l’a remplacé. Martin Diarmund, archevêque de Dublin, l’a d’ailleurs reconnu dans une interview à The Express : « Il est clair que si ce référendum affirme l’opinion des jeunes, il reste beaucoup à faire à l’Église ». Les opposants au mariage homosexuel ont d’ailleurs été beaux perdants et ont félicité les vainqueurs.

La France incomprise à l’étranger

Le fair-play des perdants irlandais contraste avec le comportement des opposants français au « mariage pour tous ». L’Irlande, pays ultra-catholique, se comporte raisonnablement face à un choix démocratique alors que la France, terre des droits de l’homme et des libertés, en avait fait un psychodrame politicien de mauvais goût. La différence entre les deux pays ne se situe pas dans l’évolution de l’opinion publique : dans les deux cas, elle est devenue largement favorable au mariage homosexuel. Elle résulte des manipulations politiciennes dont les Français sont constamment victimes. La fameuse Manif pour tous, qui était à l’origine l’émanation d’une sensibilité catholique traditionaliste bien présente dans l’opinion, mais minoritaire, s’est transformée en une protestation politicienne contre le pouvoir en place. La manipulation politicienne a produit un changement de leadership. Frigide Barjot, qui avait créé un personnage sympathique devenu célèbre, a été remplacée par des militantes associatives particulièrement réactionnaires, Ludivine de la Rochère et Béatrice Bourges. Sous couvert de positions éthiques rigoristes, elles n’étaient que les médiocres porte-paroles d’une manœuvre politicienne.

La France étonne de plus en plus à l’étranger par ses blocages face aux évolutions du monde. Qu’il s’agisse de la paralysie de la gauche interdisant toute adaptation structurelle aux réalités planétaires ou du raidissement d’une certaine droite à caractère confessionnel devant toute évolution sociétale. Nous sommes de plus en plus regardés dans les milieux cultivés européens comme un pays imprévisible, incapable d’évoluer sereinement et construisant son histoire par à-coups successifs qualifiés a posteriori de « révolutions » pour ennoblir un tant soit peu un échec.

L’archaïsme religieux est minoritaire chez les catholiques

Les autorités religieuses jouent presque toutes un rôle de frein dans le domaine sociétal. Mais une très lente ouverture aux réalités nouvelles semble apparaitre au sein même de certaines institutions religieuses, en particulier juives et protestantes. Depuis plusieurs décennies en France, chaque modification législative sociétale suscite l’opposition farouche des représentants de l’Église catholique qui semblent incapables d’appréhender les sensibilités émergentes. L’Église catholique va ainsi d’échec en échec et perd toute crédibilité. Qu’il s’agisse de la libéralisation de la contraception (loi Neuwirth de1967), de l’interruption volontaire de grossesse (loi Veil de1975), du pacte civil de solidarité (loi de1998) ou du mariage pour tous (loi Taubira de 2013), l’Église catholique s’est toujours prononcée contre la liberté nouvelle alors que la droite parlementaire était en général favorable au texte proposé ou très divisée. La crispation des traditionalistes semble aller croissant et leurs échecs répétés les coupent de l’opinion publique, mais l’attachement à un dogme archaïque semble toujours prévaloir sur l’adaptation au réel. Le dogmatisme, religieux ou non (que l’on pense aux marxistes), présente une constante : il est source d’aveuglement.

Les sondages montrent que les catholiques français ont évolué avec l’ensemble de l’opinion et partagent de moins en moins le dogme de l’institution ecclésiastique. Les résultats d’un sondage BVA réalisé en février 2014 le confirment. 90% des catholiques interrogés se prononcent en faveur du droit à l’IVG et 54% d’entre eux en faveur du mariage des couples homosexuels (contre 61% de l’ensemble des Français). 42% des catholiques interrogés approuvent l’homoparentalité (contre 50% de l’ensemble des Français). On peut donc affirmer que… la messe est dite. Le clergé catholique, et en particulier ses dirigeants, devra opérer un aggiornamento idéologique ou se marginaliser.

Les autres religions

L’Islam de France a une attitude tout aussi décalée de l’opinion publique que l’Église catholique. Le Conseil français du culte musulman avait ainsi publié en 2012 un avis soulignant la « non-conformité » du mariage homosexuel aux « principes de la jurisprudence musulmane » car il entraîne la « transformation profonde d’une institution millénaire qui a permis à l’humanité de continuer à exister ». Autrement dit, l’avenir ne peut être qu’à l’image du passé.

La position des autorités religieuses juives est plus diversifiée. Il va de soi que les juifs traditionalistes s’opposent au mariage homosexuel mais il existe des communautés juives libérales, minoritaires en France, mais majoritaires dans le monde, qui ont une position très différente. Selon le journal La Croix, « la Conférence centrale des rabbins américains (CCAR), qui représente 1,5 million de juifs libéraux, a voté en mars 2000 une résolution autorisant le mariage entre personnes de même sexe, tout en reconnaissant aux rabbins le droit de refuser de bénir religieusement ces unions. »

Le culte protestant est lui aussi divisé. En France, l’Église protestante unie de France (EPUdF) a autorisé récemment les pasteurs à bénir les couples homosexuels. Les 500 pasteurs de cette Église n’ont aucune obligation à cet égard mais disposent de toute liberté. Par contre, le Conseil national des évangéliques de France (CNEF), autre obédience protestante, a condamné cette « décision consternante ».

Les croyants construisent le futur contre la hiérarchie religieuse

Les religions aspirent donc encore à jouer leur rôle millénaire : régenter les modes de vie en édictant des interdits moraux au nom d’un Dieu qu’elles prétendent représenter. Mais la diffusion des connaissances et l’élévation du niveau culturel moyen dans les pays développés libèrent peu à peu des croyants des dogmes imposés par les institutions religieuses. Des positions considérées par les croyants comme allant de soi il y a un demi-siècle (opposition à la contraception et à l’IVG par exemple) sont devenues ultra-minoritaires parmi eux. La base bouscule ainsi le conservatisme étriqué du clergé et parvient à faire triompher la liberté.

Voir les commentaires (66)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (66)
  • Il faut quand même rappeler quand en Irlande, si le oui ll’a remporté si facilement c’est grâce au fait que l’église n’est pas intervenu. L’église catholique reste très puissante en Irlande. Le résultat aurait été tout autre si l’église avait fait campagne contre le mariage homosexuel

    • De plus, en Irlande, le « mariage » nouveau ne concerne qu’une petite fraction des « époux »; il faut comprendre qu’à l’inverse de la France, on peut se marier à l’église (idem au RU). Et là rien ne change -sauf le vocable- ce qui est énervant !
      Cela dit, l’Eglise catholique est en perte de vitesse, face au « Modernisme »qui dispose des relais politico-médiatique (imaginez l’Eglise du XVIIIème siècle avec les moyens de propagande actuels) ;
      regardons à titre d’exemple, la déconstruction de l’école en cours …
      Bref, Patrick Aulnas a réussi son tract de soutien à la nouvelle religion (modernité) :
      un exemple, la peine de mort pour les ‘enfants-à-naître’ (avortement) est condamnée par ces réactionnaire catholiques !

      Après la Mort de Dieu, la Mort de l’Homme (réduit à un processus biologique)!

  • Un peu d’archaisme ne fait pas de mal et tempère les excès des reformateurs assurant ainsi une certaine cohésion.
    Ainsi, autrefois dans les villages, pour prendre une décision collective, on pallabrait autour du feu et la parole des anciens était écoutée avant de trancher.

    Les traditionalistes français(loin d’être tous catholique:on en trouve en proportion plus chez les musulmans, juifs, un peu moins chez les athes), dans cette histoire ,nont jamais été réellement écoutés, mais le plus souvent ils ont été caricaturés à l’excès par des médias presque tous contre eux. D’où le ressenti actuel et la mauvaise acceptation.

    Il faut arrêter d’en faire un foin, petit à petit, cela va s’apaiser en France aussi, à moins de relancer volontairement trop vite de l’huile sur le feu, comme par exemple avec la gpa.
    Mais bon ça fait parti des querelles faciles à lancer pour un gouvernement à la recherche de sujets masquants un bilan économique minable et des contraintes liberticides de plus en plus importantes.

  • Perso, je m’en fous du mariage homosexuel mais la solution la plus simple c’est privatiser le mariage comme cela tout le monde est content.
    Je trouve les progressistes très hypocrites. La peine de mort a été abrogée alors que la majorité des français y étaient favorable. Aujourd’hui, les sondages disent qu’il y a une courte majorité qui est favorable à la peine de mort. Donc suivons votre logique et organisons un referendum sur ce sujet. Tout débat sur la peine de mort est interdit en France alors qu’une bonne partie de la population y est favorable. Je tiens à préciser que je suis contre le rétablissement de la peine de mort en France.
    Je trouve l’argument de la majorité débile. La très grande majorité des français est socialiste. Cela ne veut pas dire que le socialisme est bien. Une courte majorité de français est incapable de faire des calculs mathématiques de base. Je ne parle même pas de l’inculture économique de la majorité des français

    • « la solution la plus simple c’est privatiser le mariage comme cela tout le monde est content. »

      Personne n’oblige quiconque à se marier et qui remet les formules de mariage actuelle en dehors du milieu très restreint des libéraux.

      Pour beaucoup le mariage, dans la symbolique, est par essence une affaire publique devant dieu ou la collectivité.

      • Le « sacrement du mariage ».

        Et « l’institution du mariage ».

        Tout ça pour dire : ce n’est pas votre mariage à vous, c’est le mariage par rapport à la Société.

        C’est pas privé, c’est public : vous ne ferez que ce que vous permet l’Eglise unifiée républicaine égalitaire et écologique.

      • Si vous vous mariez à l’église sans être passé devant le maire d’abord le curé risque deux ans de prison et vous une amende assez salée (et l’obligation de vous marier civilement).
        L’Etat a nationalisé le mariage (et à assis sur ce truc une politique fiscale et taxatoire différentielle).
        Au lieu de taxer les dépenses de consommation de façon identique (flat tax idéale) ou les revenus de façon identique (flat tax « pis-aller ») ou de taxer les revenus par « foyer » (progressivisme modéré), ils ont décidé de taxer par foyer mais seulement en liant le foyer au « mariage civil » qu’ils ont rendu quasi obligatoire. Puis joué dessus pour taxer plus ou moins tels ou tels selon les lubies des dirigeants du moment.

        Le mariage gay en France ne correspond qu’à une chose : la réduction de la taxation de l’héritage pour les conjoints survivants de couples homosexuels (et donc, la dépense publique restant la même, une hausse de la dette et/ou de la taxation pour tous… bah, oui, mariage POUR TOUS… c’était bien annoncé).

        Bon pour être honnête il faut rajouter une bonne dose de constructivisme post moderne (GPA, adoptions présentées comme un droit pour l’adopteur, relativisme social pour détruire les rares trucs restant dans la société qui soient liés à un ordre spontané, etc.)

  • Moi ça me déprime de lire pareille avalanche de propagande bien pensante. Soyons clair : si vous n’êtes pas Chrétien, foutez la paix aux Chrétiens ! Parce que qualifiez tous ceux qui ne pensent pas « mode Zemmour ON » bobo soixante-huitard germano-pratin (mode Zemmour OFF) de médiocres réactionnaires rigoristes c’est du boulot d’agit-prop bas de gamme. Cher Patrick, j’ai eu plus de plaisir à lire d’autres articles de votre plume.

    Jacques a raison : privatisons le mariage ! Mais de ça, l’Etat ne veut pas. Car c’est bien lui qui veut régenter nos vies jusque dans ses moindres détails, pas les curés. Les pauvres, il y a longtemps qu’il n’en ont plus les moyens. En fait la séparation de l’Eglise et de l’Etat c’est bien : ça a libéré l’Eglise de la tutelle de l’Etat. Souffrez qu’elle s’exprime de temps en temps, c’est son rôle tout de même. Et personne ne vous oblige ni à l’écouter. Quoi de plus libéral en sorte ?

    • +1 à synge ! Il est d’ailleurs amusant de voir les libéraux comme l’auteur courir dans le giron de maman-état dès qu’il s’agit de s’en prendre aux religions …

    • Aujourd’hui, il faut libéré le peuple de la tutelle de l’État. Il ne faut pas se tromper de combat: il faut combattre cet état qui réglemente tous les aspects de nos vie et qui nous étouffe

    • Vous pouvez préciser ce que vous appelez le « rôle de l’Eglise » ?
      Parce qu’a part continuer a endoctriner sur la base d’un livre d’histoire(s) jamais mis a jour, et dont toutes les vérités sont devenues des images/paraboles/analogies/… au fur et a mesure qu’elles étaient invalidées, ca va pas amener bien loin les pauvres moutons qui continuent a gober ces boniments.
      <o)

      • @dumber . Il est triste que vous y voyiez cela. La propagande diffusée par l éd Nat est efficace. La bible n a jamais été un livre d histoire. Croire ou pas est notre liberté . Merci de la laisser à chacun . A quand la police des consciences?

        • Pauv’ ti chou. Vous croyez vraiment que c’est l’éducation nationale qui discrédite ce bouquin ? Elle n’en serait pas capable vu son état…
          Le « Livres » se suffit a lui-même, avec tous les contre-sens qu’il contient, et dont les plus farfelus et invendables sont rebaptisés métaphores au fur et a mesure des siècles, pour continuer a enfumer les moutons bien parqués par le « berger ».
          A noter qu’avec le temps, il a fallu les intoxiquer dès la naissance sans laisser aucun choix, parce qu’en se limitant aux adultes, ça mordait nettement moins bien <o)

          • @dumber , vous tombez dans l’insulte , perdu ! C’est l’arme des gens à court d’arguments. ci-git dumber paix à son âme car il en a une même s’il l’ignore 😉

          • C’est bizarre, vous pouvez m’expliquer pourquoi les pires socialistes et laïcards font célébrer leurs obsèques dans nos églises et se font inhumer dans le carré des chrétiens ?

    • Dites vous qu’en France, vous pouvez choisir vous et votre femme de ne pas avoir un mariage étatique. Dans d’autres pays c’est soit le mariage étatique soit c’est interdit d’être ensemble.
      Sinon, c’est claire que cette propagande bien-pensante ne ment nulle part, en suivant leur logique, on devrait légaliser le mariage entre frère et sœur, entre père et sa fille ( quand elle aura 216 mois bien sûr), et idem pour un fils et sa mère …
      Pour ce qui est des opinions des uns qui veulent avoir un dessus sur la vie des autres, c’est une voie très promettante

      • Dans d’autres pays c’est soit le mariage étatique soit c’est interdit d’être ensemble.

        C’est pas si loin que ça en France…
        Si on n’est pas marié étatiquement on ne peut pas se marier du tout.

        Après, c’est sur que le concubinage reste possible en France et qu’il est interdit dans quelques coins de la planète. Le truc c’est que sur cette base il y a des différences de fiscalité sur l’héritage (cet impôt dégueulasse, cette taxe sur la mort, ce vol dans le cercueil, ce déni ultime de la liberté et de la propriété puisque dès que vous décédez, vos bien n’ont plus la destination que vous vouliez/voulez, mais celle définie par l’État, après bien entendu un prélèvement conséquent).

    • « Souffrez qu’elle s’exprime de temps en temps, c’est son rôle tout de même. Et personne ne vous oblige ni à l’écouter. »

      Si elle s’exprime il est logique qu’elle soit critiquée quand elle le fait.

      • Bien sûr.
        Sauf que la critique n’est pas ici sur ce qu’elle dit (ça serait logique et c’est sain) mais sur le fait qu’elle dise quelque chose.

        Bref, liberté d’expression pour tous, sauf les religions ? C’est ce vers quoi semblent tendre les remarques de certains « libéraux » (pour eux, hein, pas pour les autres, ce « libéralisme »).

  • Votre article est tres réducteur et bien surprenant . Vous démarrez par un tonitruant « la liberté a toujours fait peur » . Qu’a donc à voir la liberté dans tout ceci ? Il y a bien longtemps que les homosexuels vivent leur vie sans entrave dans notre pays . Ce n’est pas la liberté qu’ils voulaient mais la sécurité et la reconnaissance : un contrat leur permettant l’héritage et la pension de reversion du conjoint et aussi la reconnaissance devant la société de leur normalité .
    Vous occultez également (volontairement ? par ignorance ? ) en France le mariage est lié aux enfants , donc implicitement , le mariage ouvrira des droits à l’adoption et à la GPA PMA ce qui pose débat pour beaucoup de gens et pas seulement les chrétiens ou musulmans . Donc comparer les différents statuts de mariages de différents pays est totalement abusif et malhonnête de votre part .
    Cette question de mariage est tres complexe et vous essayez de la réduire à un petit débat étriqué d’intégristes rétrogrades . Vous êtes dans la manipulation et la diabolisation des gens qui ne pensent pas comme vous .

    • Tout à fait d’accord, la GPA/PMA n’est pas une liberté, la liberté de connaitre son père/mère en est une par contre ! Je précise que je suis totalement athée

      J’ai eu un repas avec des amis aujourd’hui (nous étions 18), au fur et à mesure de la discutions, nous nous sommes mis à parler de politique, au début les « républicains » et les socialos se foutaient sur la gueule … Jusqu’à ce que je présente les idées libérales, à partir de ce moment la, à commencé un débat a 17 contre 1 . Je suis devenue le grand méchant égoïste qui aime les riches, qui ne défend pas les gens contre les dangers de l’alcool/clope, qui veut laisser les gens mourir (parce que je suis contre la sécu), …
      Bref déja que tout le monde est contre le libéralisme, alors si même les libéraux ce foutent sur la gueule ont est mal, très mal :/

      • « Tout à fait d’accord, la GPA/PMA n’est pas une liberté, la liberté de connaitre son père/mère en est une par contre ! Je précise que je suis totalement athée »

        La liberté à toutes les sauces.

        Subsidiairement je ne vois pas le rapport entre la GPA/PMA et le fait de connaître son père ou sa mère si tant que cette conaissance serait une liberté.

  • L’article met en avant la stupidité de la vie politique en france, dont nous sommes tous responsables…
    Et l’auteur devrait plutot commencer par  » tout changement fait peur dans notre pays »

    La France est une république ( bien que ce mot rabâché en ce moment par un incompétent de la république commence déjà à me fatiguer) pas une théocratie…

    La religion ne pèse rien dans notre pays… autour de 4,5% de croyant pratiquant … ( 14% je crois en Irlande)
    Et quand une église exprime une désapprobation sur un sujet sociétal, elle en a parfaitement le droit… et même le devoir…. mais cela ne s’adresse qu’à ses sujets !

    La religion n’est pas contre l’opinion, car elle n’a pas à plaire à l’opinion… elle écoute le peu de fidèle qui lui reste…

    • En Irlande, c’est bcp plus que 14%.
      La France est une théocratie où le dieu est l’État, le clergé c’est les fonctionnaires. En France, ce sont les hauts fonctionnaires qui ont le pouvoir

  • Votre vision du monde que vous exprimez librement ici est respectable mais n est pas la mienne. Aussi respectez ceux qui ne pensent pas comme vous, tentez de comprendre ce qui les amènent à penser différemment de vous, plutôt que de leur cracher au visage et de vous ériger en détenteur de la Vérité. Il n y a pas le camp du bien et du progrès, le vôtre, et le camp du mal et du conservatisme, les autres. Il y a plutôt ceux qui cherchent la vérité de l homme et qui discutent et débattent et ceux qui agitent une vérité slogan sans contestation possible puisque idéologique -Daech, aujourd’hui, les marxistes hier, vous demain ?-

  • D’abord l’Irlande, révulsée par les turpitudes pédophiles de son passé, mais héritière de, a peut être à se faire pardonner, ou assumer, tout simplement. Pardon de l’argument à double sens, mais il est mis en avant de manière naïve assez souvent.
    Ensuite, cela est dit ici, il n’y a pas eu de révolte des réacs, comme en France, où ce type de réforme a eu d’abord pour objet, au delà des célébrations bobos au sujet d’une minorité qu’on ignore justement, de faire suer le vieux con.

    En parlant de vieux con, un dernier point: le mariage homosexuel a d’abord pour conséquence de rompre avec la notion de filiation paritaire, l’intégration symbolique de personnes non sexuellement différenciées dans son ascendance introduisant, y compris pour les enfants de couples hétérosexuels, une désaffection symbolique pour l’enfantement biologique qui est gros des eugénismes à venir.

    De toutes façons, la notion même de mariage, maintenant totalement dénuée de portée et d’intérêt, ne devrait pas survivre à terme, l’horrible inégalité devant l’impôt qu’elle introduit au pris d’une cérémonie dérisoire et humiliante étant tout simplement injuste, voire inacceptable. Je ne me marierai jamais.

    • Notion de mariage dénuée de portée? Le mariage servait à donner une filiation à la progéniture, à perpétuer une communauté. Avec les ingérences de l’Etat, on ne sait plus à quoi ça sert. Ça paraît un carcan (cf. B. Lemennicier). Inégalité devant l’impôt? Il est illusoire de rechercher l’égalité devant l’impôt. Ou bien pourquoi pas étendre les « privilèges » des couples mariés à tous?

      • l’égalité devant l’impôt est très simple à mettre en place : taxe de x% sur les transactions commerciales (toutes).

        Et sinon, hormis l’année du mariage (et encore, ça aussi c’est fini) il n’y a plus d’avantages fiscaux pour les gens mariés…. hormis quand l’un décède. Et là on devrait de toutes façons supprimer cette hideuse taxe sur la mort et la spoliation d’héritages.

        • Je partage votre position sur une flat tax, sur TOUS les mouvements d’argent , collectée par les banques gratuitement ù nom des privilèges qui lui sont accordées

  • Non seulement cet article pue le socialisme mais encore il néglige des faits essentiels.

    Je lit dans Wikipedia : « Environ 84 % des Irlandais se disent catholiques, mais la plupart ne fréquentent les églises que pour les baptêmes, les mariages et les enterrements. La plupart des mariages n’ont lieu qu’à l’église, le prêtre en Irlande ayant qualité d’officier public. Il tient également les registres d’état civil. Le mariage civil est une exception. »

    Beaucoup d’Irlandais vaguement catholiques ont donc toléré que les paires homosexuelles, qui pouvaient déjà signer un contrat d’union civile, puissent sacrifier à cette pratique exotique qui consiste à signer un papier de mariage devant un fonctionnaire.

    • Exact.
      C’est d’ailleurs pour ça que le « mariage » gay passe beaucoup mieux dans nombre de pays bien plus religieux que la France : ils n’ont pas ce monopole du mariage publique qui existe chez nous.

      Fondamentalement unir des homosexuels ne pose aucun problème. Le hic étant 1° de mettre le nom de mariage sur un contrat qui ne peut pas être un mariage (ils ne peuvent pas avoir d’enfants naturellement et le mariage est un contrat tournant autour de la filiation), et 2° les problèmes d’adoption / GPA / etc. dont on assure qu’ils sont dissociés mais que la population soupçonne (fort justement à mon avis) d’être impliquée…

      Dans la plupart des pays, le point 1° n’existe pas, et il suffit que la loi soit laisse les gens totalement libres (y compris ceux qui « donnent à l’adoption » et les assoc’ s’en occupant) ou au contraire totalement cadrés légalement pour que 2° soit nettement moins problématique.

      La spécificité Française ce n’est pas d’être « rétrogrades » et de protester contre le progrès, c’est d’avoir un État qui a confisqué le mariage des gens à qui il « appartenait » (les couples et les religions) pour en faire un outil d’ingénierie sociale (pas très libéral, non ?) et de taxation (et là non plus !)

  • Si vous estimez avoir un point de vue valable et utile à faire partager, commencez par vous taire. Commandez un sondage pour connaître l’état de l’opinion. Ensuite, vous pourrez dire ce qui va dans le sens du vent.

  • Très mauvaise connaissance des mouvements catholiques de la part de l’auteur :

    La « vieille France archaïque traditionnaliste » ne s’est pas émue d’une union civile des homosexuels, mais du fait que ceux-ci pouvaient adopter en tant que couple homosexuel…

    Or, si les libéraux sont globalement d’accord sur la nécessité de la suppression du mariage civil et la privatisation de ce dernier… La bataille fait encore rage concernant les droits de l’enfant (et non le « droit à » qui n’existe pas).

    Et oser prétendre que l’opposition à l’IVG (encore un débat brûlant au sein même des libéraux) est devenue ultra-minoritaires au sein des croyants… mais vous parlez au nom de qui monsieur ???

  • Voyez vous ça ! Il y a d’un côté « la vieille France archaïque » et de l’autre la  » et la réalité sociologique dominante ».

    Tu sais ce qu’elle te dit la « vieille France archaïque » : .d’aller faire dégonfler les chevilles de « la réalité sociologique dominante ».

    • +1
      Ca me démangeait de faire une réponse comme ça, une réponse « archaïque » 😀

      Et entre parenthèses, je vois la sociologie bien plus comme un outil de propagande idéologique au service de l’état que comme une science. Je conchie la sociologie. Et vive l’archaïsme, aucune civilisation n’a échappé à l’effondrement et la disparition, en revanche, les sociétés traditionnelles dites « archaïques » auront traversé les siècles jusqu’à maintenant.

    • +1

      Le jugement moral sur l’archaïsme est une des pires manipulations du camp du bien parce que l’anachronisme marche à tout les coups :

      Anthropopithèque, Anthropophage, Bachi-bouzouk, Misérable, Analphabète, Crétin des Alpes, Ostrogoth, papou des Carpates …

  • « 62,1% d’entre eux ont répondu positivement », mais avec 60% de participation, soit à peine 36% du corps électoral. Une écrasante majorité des Irlandais n’a donc pas jugé utile d’exprimer son approbation. Dans ce pays comme dans tant d’autres, un gouffre se creuse entre l’opinion réelle du public et « l’opinion publique », la sagesse populaire ne se laissant pas vaincre par les manipulations politiciennes. Les religions seraient archaïques. S’il est un archaïsme évident, bien réel celui-là, c’est celui des pseudo-démocraties en phase d’auto-destruction.

  • Je crois que l’auteur commet une grosse erreur en opposant France et Irlande sur ce point. Les Irlandais ont votés, on leur a laissé cette chance de pouvoir s’exprimer librement les uns ont gagnés les autres perdus. la messe est dite. Mais au moins les choses sont claires ! En France, il en a été tout autrement : On a imposé aux français, en leurs enlevants toutes possiblités de débat, une loi, qui d’ailleurs ne règle rien , comme on le voit en ce moment à propos de la GPA. Ce refus du débat et de la contestation, ce fait du prince a cristallisé les positions et favorisé les ultras des deux bords !
    Donc tirer des leçons de ces deux situations radicalement différentes en les opposants relève du plus pur sophisme!

  • Monsieur Aulnas,

    Si le seul propos de votre papier est de dire que certaines religions, surtout seble-t-il, la religion catholique, maintient des positions contraires à la majorité de l’opinion, vous avez raison, et le seul titre aurait suffit.
    Mais pourquoi donc, si vous avez une opinion, vous sentez-vous obligé d’insulter en permanance ceux qui ne partagent pas votre avis, en les déconsidérant par des expressions toujours péjoratives ? Vous n’en êtes pas grandi.

    Considérez donc certains de vos propos :

    « vieille France archaïque »

    « … militantes associatives particulièrement réactionnaires, Ludivine de la Rochère et Béatrice Bourges. Sous couvert de positions éthiques rigoristes, elles n’étaient que les médiocres porte-paroles d’une manœuvre politicienne. »

    « Nous sommes de plus en plus regardés dans les milieux cultivés européens comme un pays imprévisible, incapable d’évoluer sereinement »

    Et j’en passe.

    Je note par ailleurs que vous ne donnez jamais AUCUN argument en faveur de votre position, qu’on devine être pour le mariage unisexuel. La seule chose que vous dites, et qui est contestable, c’est que comme les sondages l’indiquent, la majorité surtout des « jeunes » étant pour, c’est rétrograde que d’être contre.

    Pour détailler un peu vos inconséquences :

    Vous semblez écrire d’un point de vue libéral. Qu’est-ce qui fonde donc pour vous l’exigence de liberté ? N’est-ce pas une vérité métaphysique, éternelle, qui imposerait une norme aux pouvoirs publics et aux individus, l’obligation de respecter les droits individuels ?

    Je vous pose la question : depuis la première moitié du XIXème siècle, les idées socialistes sont de plus en pus fortes. Ce mouvement s’est très largement accru depuis la seconde guerre mondiale, la crise de 1929 et les idées de Lord keynes. Manifestement,  » la réalité sociologique dominante » comme vous dîtes si bien, montre une haine du libéralisme. Les rares libéraux dovent-ils être qualifiés de réactionnaires, de conservateurs étriqués, etc. bref, de ne pas être dans le sens de l’histoire ?

    Ou croyez-vous, avec moi, que les idées se discutent et s’apprécient d’après leur mérite ?

    Concernant maintenant les religions, et singulièrement le catholicisme, surtout tel que maintenu par l’Eglise de Rome. Quel que soit notre point de vue, notre religion, notre agnosticisme ou notre athéisme, concernant l’Eglise, ne pensez-vous pas que son rôle est de conserver le dépôt de la foi, dès lors qu’elle y croit ? Ne pensez-vous pas qu’elle scrute l’Homme, réfléchit aux conditions de son salut, et, plus immédiatement, des conditions de sa vie sociale ? Et les vérités qu’elle découvre ne sont-elles pas éternelles ?

    Que penser d’une religion qui prétend à un moment avoir un dogme, mais qui l’adapte régulièrement au fil de l’évolutions des préférences du public ? Ne serait-elle pas méprisable ?

  • Maintenant, concernant précisément deux sujets de fond :

    – L’avortement : ne sera pas débattu [Contrepoints]

    – La mariage unisexuel : ou se trouve la liberté dans ce cas ? La mariage n’en fait pas partie, il s’agit bien d’une institution sociale donnant un avantage et reconnaissance aux couples formés par un homme et une femme, en vue d’une union stable et favorisant la reproduction, dans les conditions les plus saines possibles pour l’enfant, en termes émotionnels et d’éducation. La question pour ouvrir le mariage aux couples homosexuels ne devrait pas concerner un quelconque droit, mais bien l’intérêt social de la chose. Et bien des arguments militent contre une telle ouverture. Je n’en débat pas ici, les lecteurs doivent certainement me trouver trop long.

    En revanche, ce n’est pas une question de « liberté », comme l’aurait été l’interdiction de la sodomie. Ni une question de sens de l’histoire, vous l’aurez compris.

    • « L’avortement : ne sera pas débattu [Contrepoints] »

      Dommage, car l’auteur l’évoque, et à charge contre les catholiques qui le refusent. Et j’y ai passé un peu de temps et de peine…

      • C’est un peu absurde de refuser de débattre de l’avortement dans cet article alors que l’auteur en a parlé. Les commentateurs ont le droit de montrer leurs désaccords .
        Parfois, j’ai du mal à comprendre la censure de contrepoints.

  • Le Français n’étant que ma troisème langue (par ordre d’apprentissage) et qui plus est, une langue apprise à l’école, il me semble que dans l’expression « interruption volontaire de grossesse » se trouve le mot « interruption ». Que je traduis donc par « onderbreking » (p.ex.). Or, une caractéristique fondamentale d’une quelconque interruption est de n’être, précisément, qu’une INTERRUPTION. Après quoi les choses reprennent leur cours normal. Ce qui n’est certes pas le cas lors d’une TERMINAISON de grossesse.

    « Interruption » au lieu de « terminaison »: Ce volapük-là serait-il une des preuves de « l’élévation du niveau culturel moyen dans les pays développés »?

    • Il s’agit à première vue de l’acceptation juridique, qui signifie simplement « empêcher la continuation ». P.ex. « interrompre la prescription ». Référendums, sondages, articles et commentaires ont au moins le point commun que chacun a ses propres interprétations du vocabulaire employé…

      • Précisément: «empêcher la continuation»; ce qui implique qu’après cet empêchement, il y aura, vous l’avez dit, continuation.

        Maintenant, quant aux « interprétations », c’est évident: « Die herrschenden Ideen sind die Ideen der Herrschenden // les idées régnantes sont les idées des régnants » disait Karl Marx (dont le père, Heinrich, fut ami et parténaire au jeu d’échec, de mon arrière-arrière-grand-père)

    • Cela m’énerve profondément cette tendance à vouloir banaliser l’avortement en appelant cela IVG. D’ailleurs, il y a pleins de mots (exemple SDF) créer pour atténuer la réalité

  • Elle est pas simple la vie : les gentils progressistes épris de liberté d’un côté, les crétins rétrogrades assoiffés d’injustice de l’autre… Pourquoi réfléchir plus quand on sait déjà ? Merci frère Trois Points pour cette belle leçon de dogmatisme, mais attention, de bon dogmatisme : celui qui fait triompher la liberté, hein, pas l’autre ! Z’avez compris, tas de veaux obscurantistes ?

  • La religion stricto sensu n’a plus beaucoup d’influence c’est entendu, mais les croyances de toutes sortes si. Et c’est en cela que notre pays ne cesse de se distinguer par son archaïsme. C’est un même combat, pour la liberté des moeurs, et pour la science contre les superstitions que nous adorons, de l’ecologisme à la consommation effrénée de soit disant médicaments homéopathiques, la liste est longue de nos incongruités. Un combat pour le monde réel contre l’ultra monde de l’idéologie et des faux semblants…

    • Bcp de progressistes sont contre la science. Progressisme et science sont deux choses très différentes

    • Mettre sur le meme pied la liberté des moeurs et la science me parait aussi stupide qu’arrogeant. Votre commentaire me fait imposer aux socialistes: il faut imposer notre verite au monde entier car on detient l’unique réalité . Amalgamer ses opposants à des obscurantistes niant la science est aussi typiquement socialiste. En quoi les progressistes détiendraient ils la réalité ?
      Perso, je suis favorable à l’euthanasie et à la gpa (à condition qu’ils soient réglementés dans un cadre légal pour éviter les abus) ce n’est pour cela que je méprise les opposants à ces mesures

  • ce qui est le plus gênant dans le mariage des homosexuels, c’est que ainsi, on leur a accordé des droits spécifiques :
    le mariage étant défini comme étant l’union de deux personnes de sexe opposé, le mariage était tout à fait accessible aux homosexuels si ils le voulaient : il leur suffisait de se marier avec la personne de leur choix de sexe opposé, et ainsi, ils avaient le statu fiscal qui va avec le mariage, sans avoir aucune contrainte : ils pouvaient tout à fait ne pas vivre avec leur conjoint marié, mais avec la personne de leur choix…
    on a dénaturé le mariage pour leur donner un droit spécifique. que devient la notion d’égalité ?

    • @jabo : Vous le faites exprès ou vous êtes stupide ? la notion d’égalité était déjà complètement caduque à cause des privilèges fiscaux des mariés hétéros. Si vous ne voulez pas que les homos réclament des privilèges cessez donc de légitimez les privilèges des mariés hétéros.

      • chaque fois que l’on établi un régime spécial, dérogatoire, on s’éloigne de plus en plus de notre idéal : une taxe à taux unique, plus connue sous l’anglicisme de tax-flat.

      • Quels privilèges ? Ceux liés à l’héritage ? Ils sont liés à la procréation, mais de toutes façons ne devraient pas exister puisque la taxation de l’héritage est une horreur, une abomination…

        Sinon je vous rappelle que l’égalité en droits se juge par citoyen. Le couple (ou la couple) n’étant pas une personne, il (ou elle) n’a pas a être « égal(e) en droit » avec quoi que ce soit.

        Un homosexuel pouvait (et nombre le faisait) se marier. Avec une personne de l’autre sexe. Comme tout le monde. Le couple marié (sexe opposés) avait un statut différent des autres associations non commerciales puisqu’il a une spécificité très particulière : il peut engendrer des enfants (et le fait le plus souvent). Ce qui n’est pas le cas, malgré tout l’amour, tous les sentiments, toute l’égalité, toute la non-discrimination pour des groupes (heu, pas très libéral, ça… ) des couples homosexuelles, des unions entre humains et animaux, entre humains et objets ou autre… Et si cela peut être le cas, généralement ce n’est guère souhaité entre frère et sœur, parents et enfants etc.

        En l’occurrence, on a donc créé un privilège (droit spécifique privé réservé à quelques uns) de mariage supplémentaire pour les homosexuels.

  • – la religion est mauvaise
    – taxer les riches pour donner aux pauvres
    – le travail c’est l’esclavage
    – l’éducation c’est le salut
    – la justice c’est le progrès
    – la morale tue la liberté
    – l’argent ne fait pas le bonheur

    etc…

    Dans la liste des mythes socialistes, bien implantés par lavage de crane par l’Ed Nat, détruire la religion est #1

    Je ne croyait pas lire un tel ramassis de propagande sur CP …

    • @ Stéphane Boulot

      Mythes conservateurs :
      – la religion est compatible avec la pensée critique.
      – taxer les immigrés pour donner aux nationaux.
      – le travail avec des patrons juifs c’est l’esclavage.
      – la nature des blancs c’est ceci, celle des noirs c’est cela, celle des hommes c’est ceci, celle des femmes c’est cela, et l’éducation et la technologie n’y changeront rien.
      – la justice est trop laxiste même pour les crimes sans victimes.
      – la diversité des valeurs morales provoque la décadence de la société.
      – l’argent ne fait pas le bonheur, raison pour laquelle les femmes matérialistes sont forcément malheureuses contrairement aux femmes vertueuses.

      Dans la liste des mythes conservateurs, détruire tout doute, toute pensée critique, toute absence de foi aveugle, est l’objectif #1

  • Il ne s’agit pas d’archaïsme, mais du ridicule du mot mariage et de l’adoption. Aux USA des enfants de couples homoparentaux commencent à faire des progrès à leurs parents avec comme requête la véritable identité de leurs géniteurs.
    Je suis en train bon terme avec mes voisins de palier qui viennent d’acheter un enfant aux USA mais ce pauvre petit être que deviendra-t-il dans 15 ou 20 ans quels seront els dégâts collatéraux. Je n’en sais rien mais eux non plus et la société est complice de cette monstruosité,e
    Concernant la France ce n’était pas une urgence devant la situation économique catastrophique dans laquelle elle se trouvait.
    Que le capitaine pédalo passe à la postérité pour ça, j’en doute. Le plaisir des hétérosexuels reviendra tôt ou tard

    • « Aux USA des enfants de couples homoparentaux commencent à faire des progrès [je lis: procès] à leurs parents », c’était à prévoir.

      Mais il existe des aspects plus insidieux à la question, qui eux aussi étaient à prévoir. Et probablement prévus et souhaités vu le caractère liberticide de nos gouvernements (et là je parle du belge, du luxembourgeois et de l’allemand tout comme du français).

      Pour ceux qui connaissent l’anglais:
      « A Warning from Canada: Same-Sex Marriage Erodes Fundamental Rights // Une mise en garde en provenance du Canada: le mariage entre personnes du même sexe érode les libertés fondamentales » (http://www.thepublicdiscourse.com/2015/04/14899/). Extrait: « In Canada, freedoms of speech, press, religion, and association have suffered greatly due to government pressure. The debate over same-sex marriage that is taking place in the United States could not legally exist in Canada today. Because of legal restrictions on speech, if you say or write anything considered “homophobic” (including, by definition, anything questioning same-sex marriage), you could face discipline, termination of employment, or prosecution by the government // Au Canada, la liberté de parole, de presse, de religion et d’association ont grandement souffert à cause des pressions gouvernementales. Le débat sur le mariage entre personnes du même sexe tel qu’il est présentement mené aux USA, ne pourrait se tenir légalement au Canada aujourd’hui. Suite à des restrictions légales à la liberté de parole, si vous dites ou écrivez n’importe quoi pouvant être considéré comme ‘homophobe’ (en ce compris, par définition, n’importe quoi qui mettrait en question le same-sex-marriage), vous pourriez être confronté à des mesures disciplinaires, terminaison de (contrat d’) emploi, ou poursuites par le gouvernement »

  • 1) les Irlandais ont eu droit à un référendum, pas les français.

    2) cela fait 2 000 ans que l’Eglise catholique existe, qu’elle est combattue et elle est toujours vivante dans le monde.
    En revanche, on verra ce que deviendront ces lois Veil, Taubira dans 100/200/300 ans…

  • Propos d’un « archaïque » non « progressiste ».Vous mesurez mal les conséquences du mariage homosexuel sur la stabilité de la société,l’effet domino sera dévastateur. Aprés le Pacs,le mariage homo puis la marchandisation de l’enfant via l’industrie génétique,l’utérus artificiel, les mères porteuses.L’égalité n’a rien à voir dans ce débat, chacun son rôle et admettre que tout ne peut être envisageable.Un peut comme un potager biologique où l’ on se doit d’accepter quelques maladies.Ces couples seront demandeurs d’un enfant qui ne pourra s’identifier qu’à un modèle de parent unique,l’adoption étant en régression à cause de ce phénomène d’une société malade.Etre adapté à ce genre de société n’est pas un signe de bonne santé mentale.Visionnez les documentaires sur l’IVG et peut être changerez vous d’avis.Quand aux catholiques ils n’ont de chrétiens que le nom.Ils adaptent leurs discours suivant l’orientation du vent,clientélisme détestable.Ils ne connaissent pas la Bible et les commandements divins qui condamnent ces pratiques,valables pour l’humanité et pour toutes les époques!..

  • L’église catholique est universelle ce que semble oublié l’auteur. L’église catholique ne concerne pas juste l’Europe occidentale qui est progressiste et favorable au mariage homosexuel mais ce n’est pas le cas du reste du monde. Dans, bcp de pays, il serait inconcevable d’autoriser les mariages gays. Le problème de l’église catholique est justement là : il y a une trop forte heriarchisation. Je suis pas vraiment religieux mais je trouverais choquant si l’église déterminait sa doctrine selon l’opinion majoritaire. Cela n’a aucun sens. Je ne pige pas cette croyance qu’ont les progressistes de croire que si on est contre l’avortement c’est pour des raisons religieuses. Pour moi ( et je connais d’autres personnes dans mon cas), mon opposition à l’avortement n’est en rien motivé par la religion. J’ai vraiment du mal à croire que le chiffre concernant le nombre d’avortement soit vraie.
    pour l’avortement, je ne vois pas du tout en quoi s’est un droit. chaque femme est responsable de son corps donc si elle ne veut pas d’enfants, à elle d’utiliser des moyens de contraceptions et le cas écheant, la pilule du lendemain. je suis d’accord pour l’avortement en cas de viol et de danger de la vie de la mère (et je veux aussi bien admettre l’avortement si l’enfant à naitre est condamné à être gravement handicapé) mais pas dans les autres cas. quand on avorte, l’enfant s’est déjà développé. la liberté s’arrête là où celle des autres commencent. chaque femme est libre, cela implique qu’elle est aussi responsable. elle doit assumer les conséquences de ces actes. tant pis, pour elle, si elle ne s’était pas protégé (elle pouvait tjs prendre la pilule du lendemain). elle n’est pas obligé d’éduquer l’enfant mais au moins de le garder jusqu’à la naissance (après elle peut l’abandonner). pour moi, le droit à la vie (au même titre que la propriété privée et la liberté) est un droit naturel. un des rares droits qu’a réellement chaque être humain. attention, je parle juste de droit à la vie pas de droit à vivre dignement (ca c’est un faux droit inventé par les socialistes)

  • Merci l’auteur pour une fine tranche de rigolade.
    Du jacobinisme haut de gamme. On se voit à la prochaine réunion du Grand Orient ?

    • @Roi Heenok 😀 ! mdr ! Le GO est resté coincé au XIX e , peur de grandir ? vertige devant l’au dela ? panne d’ascenseur ? tri sélectif ?

  • Peut-être aussi qu’en Irlande, le gvt n’a pas traité tous les irlandais d’homophobes au prétexte qu’ils s’interrogeaient sur l’adoption plénière qu’il allait avec, la suppression des certains mots par idéologie pure, les doutes, les valses-hésitations sur la PMA-GPA , ainsi que la charge haineuse d’une garde des sceaux et d’un gvt, de faire passer les représentants des uns par la grande porte et les autres par la porte de service. De même, les embastillements et de la prison ferme pour des manifestants, la verbalisation pour port de tee-shirt, le bricolage des chiffres et des vidéos, etc…
    Le mariage est une très bonne chose mais cesser de traiter les français de réac.
    La haine et le mépris n’étaient pas uniquement où on le dit. La preuve, cet article qui oublie les aspects annexes du mariage. Avec une peu de patience, de tolérance et surtout du respect, il aurait été voté sans problème et sans violence.
    D’ailleurs, etmalgré les promesses sur la GPA…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Mariage homosexuel gay
1
Sauvegarder cet article

Par Alexis Vintray.

L'orientation sexuelle impacte-t-elle les convictions politiques des Français ? Les préjugés sont nombreux sur la question mais les études universitaires bien plus rares.

 

Les homosexuels votent comme tout le monde

Une étude du CEVIPOF sortie le 3 février (étude détaillée dans le lien) vient éclairer la question avec intérêt, en soulignant que, non, « la question des droits des homosexuels ne constitue manifestement pas [...] le déterminant direct du comportement électoral. [...] Les couples homo... Poursuivre la lecture

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Back to the Ron Paul Revolution ! La convention nationale du parti libertarien américain qui se tenait samedi à Reno (Nevada) a désigné sa nouvelle présidente, Angela McArdle, elle-même portée par l’aile droite du parti, le Libertarian Party Mises Caucus. Sa victoire est sans appel : elle bat ses adversaires dès le premier tour, avec 692 votes et 69 % des votes des délégués nationaux du parti.

pic.twitter.com/4P8btiyhYV

— West Virginia Mises Caucus (@MisesCaucusWV) May 28, 2022

L’élection va-... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles