Budget de l’UE, papa Schulz à la rescousse

La presse et les médias semblent ignorants du rôle du parlement européen dans le processus de budget de l’UE.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Martin Schulz, président du parlement européen

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Budget de l’UE, papa Schulz à la rescousse

Publié le 8 février 2013
- A +

La presse et les médias semblent ignorants du rôle du parlement européen dans le processus de budget de l’UE.

Par Richard North depuis Bradford, Royaume Uni.

Martin Schulz, président du parlement européen

Les médias britanniques sont comme d’habitude occupés à planter l’Union Jack sur les dernières nouvelles au sujet du budget de l’UE, les journalistes tentant, à leur manière fastidieusement superficielle, de tourner les événements en un narratif pif-paf, que leurs rédacteurs à la maison puissent comprendre.

David Cameron est dépeint comme le héros du moment, bombant le torse pour lancer un de ses fameux vétos. Alors que Hollande est pointé du doigt comme le méchant par les Britanniques, il est intéressant de constater que les médias allemands se concentrent sur le président du conseil européen, Herman Van Rompuy.

Néanmoins, alors que Cameron babille sur « des coupes ou des vétos », il faut se rappeler qu’il y a un autre parti en présence dans ces négociations : le parlement européen. Die Welt le comprend, et s’y réfère sous le terme du « partenaire invisible », introduit dans ces discussions par le traité de Lisbonne.

Et donc, alors qu’on nous montre des photos de Merkel, de Cameron et des autres « chefs » de l’UE, l’homme autrefois surnommé un kapo de camp de concentration, le président Martin Schulz, est l’homme qui détient le dernier mot. Peu importe ce que décident les « chefs », si Schulz n’est pas d’accord, le parlement le rejettera très probablement.

Dans l’état actuel des choses, Schulz et de nombreux « collègues » préfèreraient une rupture à un accord à la Cameron, où le conseil accepterait des coupes substantielles. En cas de rupture des discussions, un budget par défaut se met en place, basé sur le budget de l’année précédente plus inflation.

Comme c’est plus que ce que Cameron pourrait accepter dans le cadre d’un accord, il pourrait bien tenir son « véto », laissant aux « collègues » le soin de gérer les financements d’année en année, en renonçant à certains programmes pluriannuels.

C’est certainement ce que les Français semblent prédire, et ce qui leur conviendrait, comme ça protègerait les dépenses de la politique agricole commune, aux dépens de programmes tels que la recherche.

Il n’est pas totalement improbable, de ce fait, que Hollande soit délibérément en train de provoquer Cameron, dans l’espoir qu’un rejet se prépare. Cependant, certains des acteurs les plus optimistes pourraient pousser pour un compromis, ne serait-ce que pour priver Cameron de sa gloire, dans l’attente certaine que l’accord sera taillé en pièces par le parlement.

Avec ces possibilités supplémentaires jetées dans le mélange, ça rend tout ce théâtre d’autant plus divertissant, à défaut d’être plus informatif. Quel que soit l’accord, il n’y a pas d’accord jusqu’à ce que M. Schulz ait dit oui. Et ça, ça pourrait prendre du temps.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Bien vu, encore Hollywood au devant de la scène.

  • Aïe aïe les fautes d orthographe / d inattention c est dur quand même !!

  • L’Internationale socialiste menée par l’ex-libraire Schultz a de quoi séduire un éternel quémandeur sans vision tel le Hollande français !

    En un rappel : le parlement U.E. reste un vaste cirque où se délectent 756 missi dominici de dizaines de partis dans l’U.E. 27 … Soit une arène dans laquelle le bras de fer est permanent entre PPE et PSE « à qui dominera l’autre ». Les autres groupes jouant les alliés ou connivences à géométrie variable.

    Par cette géométrie peu démocratique, toute idée sensée venir des Etats (heureusement encore un peu souverains) via le Conseil est rapidement sinon systématiquement contrée (on dit amendée) par les zozos du P.E.
    Or, lorsqu’on jargonne à propos de la proximité de l’Europe et des citoyens, ne devrait-on pas octroyer un plus aux dirigeants de première ligne ? C-à-d nos élus présents au Conseil !
    That is the right question …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Gouverner, c’est prévoir, c’est choisir, c’est exécuter ».

Cet adage de sagesse n’est malheureusement que partiellement exécuté, la prévision sur le moyen et le long terme étant le parent pauvre de tous les gouvernements. Ainsi en est-il de la politique énergétique, notamment en Allemagne et en France.

Sous la pression des écologistes, l'Allemagne s’est privée de son énergie électrique nucléaire pour se retrouver en pénurie par l’arrêt de fourniture du gaz russe alimentant ses centrales électriques. Toujours sous la pression é... Poursuivre la lecture

Le comportement et le discours d'Emmanuel Macron vis-à-vis de Vladimir Poutine ne sont pas au goût des Ukrainiens et des pays les plus amicaux envers eux (comme la Pologne). Les nombreuses conversations téléphoniques entre le président français et son homologue russe et la volonté de Macron de ne pas humilier Poutine surprennent à l’étranger.

Macron est considéré comme un atlantiste par les Français, et pro-Poutine par les Ukrainiens. Des tensions ont d’ailleurs parfois éclaté comme le montrent les propos du Premier ministre polonais q... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles