Réchauffement de la planète et réchauffement de la guerre froide

Que faire face à la peste rouge et à la peste verte qui menacent l’équilibre mondial ? Deux voies opposées ont été empruntées par Donald Trump et Vladimir Poutine.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump by Gage Skidmore(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réchauffement de la planète et réchauffement de la guerre froide

Publié le 20 juin 2017
- A +

Par Jacques Garello.

Après les élections législatives, peut-être serait-il temps de réaliser que notre sort dépend essentiellement du reste du monde. Bonne ou mauvaise, économique ou politique, la mondialisation est un fait incontestable.

Les rencontres internationales qui se sont succédé récemment l’ont prouvé, puisque les chefs d’État se sont séparés sur la conduite à tenir face à une double épidémie : la peste verte et la peste rouge. Deux personnes portent la responsabilité de cette division : Donald Trump et Vladimir Poutine. Réchauffement de la planète ? Réchauffement de la guerre froide ? De quoi en avoir des frissons…

Fidèle à ses engagements électoraux (au moins sur ce point), Donald Trump a déchiré le traité de la COP 21 signé par Obama à Paris. Il ne veut pas soumettre sa nation au diktat des Verts. On comprend que c’est l’intérêt de millions d’Américains, qui tirent croissance et emplois d’une industrie heureusement relancée par les gisements de gaz naturel et la baisse du prix du pétrole. Mais les écologistes de tous bords l’accusent aussi de mettre la planète en péril.

Halte à la croissance

Et, de plus en plus, la croissance économique et le système marchand qui la supportent sont désignés à la vindicte populaire. Nous voici revenus au « Halte à la Croissance » du Club de Rome, du rapport Meadows des années 1970. C’est ce que mon ami Gérard Bramoullé avait baptisé « la peste verte » dans un ouvrage percutant. C’est ce qu’a dénoncé Vaclav Klaus, avec « Planète bleue en péril vert » que j’ai préfacé en 2009.

La peste verte est le résultat d’un vrai montage politique imaginé par la peste rouge. Elle a un succès inimaginable parce qu’elle exploite et l’erreur et la peur. Erreur sur les réalités environnementales, erreur sur les capacités humaines.

Le réchauffement de la planète n’est pas une nouveauté, les catastrophes annoncées sont grossies à l’extrême, et surtout il n’est pas prouvé du tout que les activités humaines (et en particulier la croissance économique) y soient pour quelque chose, les caprices solaires sont peut-être aussi à l’origine des dérèglements actuels.

L’homme comme ressource

Par ailleurs, les malthusiens de toutes confessions sous-estiment la capacité des hommes à relever les défis en apparence sans réponse : les ressources « naturelles » sont en fait le résultat de cette ultime ressource qu’est l’homme lui-même (Julian Simon).

Le cardinal Tuckson vient de rappeler que la terre est le jardin que Dieu a confié à l’homme, mais alors pourquoi douter de l’intelligence et de la créativité des êtres humains, pourtant créés à l’image de Dieu ? C’est que la peur envahit les esprits, et les prophètes de malheur ont toujours eu un grand succès, les médias ne s’intéressent qu’aux catastrophes réelles ou supposées.

Le respect de l’histoire contemporaine devrait pourtant rappeler que les attaques contre la croissance et le commerce Nord-Sud viennent de loin : Rosa Luxembourg et Lénine avec la théorie de l’impérialisme, mais surtout la conférence de Rio en 1992 qui lance le concept de « développement durable » en même temps qu’elle dénonce la mondialisation capitaliste.

L’écologie politique, nouvelle peste marxiste

C’est que la peste rouge venait d’être éradiquée grâce à Jean-Paul II et Reagan, le mur de Berlin venait de tomber et l’Union Soviétique était dissoute en même temps que le Parti Communiste d’URSS. L’écologie politique n’est que la résurgence de la peste marxiste. Rien d’étonnant que son avocat le plus talentueux soit chez nous Mélenchon, mais étonnant de voir la droite, le centre et bien sûr la gauche chanter la gloire de la COP 21 et Emmanuel Macron promouvoir Nicolas Hulot au deuxième rang du gouvernement.

La question est maintenant de savoir si la peste rouge n’est pas aussi en train de reprendre vigueur à partir du Kremlin. Poutine est nouveau tsar, et comme Staline, il veut reconstituer la plus grande Russie possible. Dans ces conditions, l’OTAN doit-elle être réactivée et réorganisée ?

Le talon d’Achille de l’Otan

À juste titre s’inquiètent Polonais, Baltes, Géorgiens et bien sûr Ukrainiens. Mais l’OTAN a désormais son talon d’Achille : la Turquie d’Erdogan. Poutine et Erdogan font maintenant cause commune au Moyen Orient. En est-on au point de réanimer une guerre froide, voire d’envisager l’horreur d’une nouvelle guerre nécessairement mondiale ? Ou serait-ce à dire qu’il faut introduire dans l’analyse géopolitique le péril noir du totalitarisme islamique, qui déplacerait désormais les lignes de la diplomatie mondiale ?

Les réponses à ces questions ne sont évidemment pas à attendre de l’ONU, qui a montré ses erreurs et son impuissance. Sont-elles du côté de l’Europe — mais quelle Europe, celle de la chancelière ou d’un hypothétique axe Berlin-Paris ?

Pour nous rassurer il y a une réalité et un espoir : le libre-échange est facteur de paix. Tant que les peuples sont libres de leurs mouvements, de leur commerce, de leurs investissements, rien n’est perdu, et leurs dirigeants sont obligés de composer. C’est au contraire la démagogie souverainiste, nationaliste et protectionniste qui mène aux conflits.

L’équilibre de la terreur est une garantie fragile, il vaut mieux miser sur l’harmonie dans la liberté. Pour assurer la paix, il faut mesurer la peste verte, la peste rouge et la peste noire, au lieu de s’en faire les complices.

Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Pour assurer la paix, il faut être fort sans être agressif.

    Cen’est pas ce qui se passe 🙁

  • Il n’y a qu’un pays en guerre depuis très longtemps , ce pays en vit depuis l’invention du premier Colt….il suffit de voir son budget militaire et ses revenus militaires pour comprendre ce qu’est une guerre froide et quelques points chauds

    • L’économie étasunienne ne fonctionne correctement que quand le pays est en guerre ! Depuis la seconde guerre mondiale les Étasuniens ont toujours été en guerre… Après avoir démoli le Japon il se sont chargé de la Corée, puis du Vietnam, ont foutu le bordel dans quelques pays d’Amérique du Sud, puis d’en d’autres en Afrique, et maintenant ils se chargent du Moyen-orient !
      À quand l’Australie et l’Océanie ?
      Si un incident majeur avec leur hochet nucléaire se produisait dans une de leur base (au centre du pays), ils mettraient çà sur le dos de Poutine et chaque Étasunien de plus de 8 ans aurait son bazooka à plutonium (appauvri, faut pas exagérer !).

      PS: J’ai mis 8 ans car ça semble être l’âge mental d’un certain Étasunien qui en a 70 (il a un drapeau à la boutonnière de ses vestes pour se souvenir dans quel pays il habite).

      • Le certain Etasunnien est devenu milliardaire, et vous qu’avez vous fait qui prouve votre âge mental? Votre post prouve une ignorance abyssale de l’histoire:
        Après avoir démoli le Japon il se sont chargé de la Corée, puis du Vietnam, ont foutu le bordel dans quelques pays d’Amérique du Sud.

        Le Japon avait attaqué et s’était emparé de Taïwan en 1895 puis de la Corée en 1910, de la Mandchourie en 1931. Puis il envahi la Chine dès 1937, en massacrant les civils.
        Puis en 1942 c’est le tour de l’Indochine de la Malaisie, de la Birmanie et des pays du Pacifique: Philippines, Java, Sumatra et Bornéo.
        Pour la guerre de Corée elle fut provoquée par l’attaque du nord sur le sud. Idem pour le Vietnam!
        Quant à l’Amérique du sud ce sont les tentatives communistes de s’emparer du pouvoir par des coups d’état qui y ont foutu le bordel, comme vous dites!

        • @ Virgile
          L’anti-américanisme primaire touche pas mal de Français. Les Américains ne sont évidemment pas hors de tout reproche. Mais si on fait l’addition de tout ce qu’on leur doit, ça fait pas mal!

          Mais à Paris, dans les milieux « Bobos » ou 68arts, « ça fait bien » d’être anti américain! Pourquoi ?????

    • La France aussi a été en guerre quasiment en permanence depuis 1945: en Indochine, en Algérie, en Afrique, en Afghanistan, etc.

    • La propagande communiste sur ce site est vaine! Rejoignez l’Humanité! C’est bien la Russie qui a attaqué la Géorgie et l’Ukraine. Et depuis a relancé les provocations aériennes contre les pays européens!

      • @ Virgile
        Oui, la Russie est « impérialiste » et veut reconquérir d’ancien territoire (comme Napoléon!).

        La seule question c’est: laisse-t-on faire?

        « L’appétit vient en mangeant »!

  • l’horreur d’une nouvelle guerre mondiale……et vous pensez que le libre échange peut empécher cette horreur là ? j’ai un doute ;

  • Les exercices ont déjà commencé.

  • L’administration Étasunienne souhaite augmenter les sanction envers la Russie, et voudrait interdire l’achat du gaz russe par les Européens !
    Les Polonais d’accord avec les Étasuniens veulent bloquer le projet du second gazoduc passant dans la mer Baltique (entre la Russie et l’Allemagne), ils disent que ça sera dangereux pour l’Ukraine (qui ne pourra plus prélever gratuitement une partie du gaz et obtenir de l’Europe les taxes de transit – augmentées largement les années précédentes).
    Si les Européens acceptent le dictat Étasunien, « ON » va encore se tirer une balle dans le pied (l’autre après celui des premières sanctions…).

    • Vous avez l’art de vous tirer des balles dans les pieds…
      et ce sont les Etasunniens qui sont obligés de venir vous sortir des merdes dans lesquelles votre bêtise vous plonge.
      Sans eux vous auriez fait parti de l’Empire Soviétique comme les pays de l’est!

  • Je suis effaré de constater l’absence de corrélation entre les commentaires et le fond de l’excellent article de M. Garello: « L’écologie politique n’est que la résurgence de la peste marxiste.  » On ne peut comprendre les situations internationales et la situation française que si l’on se réfère à la prégnance marxiste chez nos « élites » médiatiques et universitaires , comme dans de très nombreuses associations,pour lire entre les lignes. Je rappelle que, très symboliquement, les trotskistes la Ligue Communiste Révolutionnaire de l’ ineffable Besancenot ex-Krivine se camouflent sous le nouveau sigle de « Nouveau Parti Anticapitaliste.,et que le « camarade » Mélanchon vient d’entrer à l’Assemblée Nationale…A lire aussi l’excellent décryptage d’Ingrid Rocrieux »La langue des médias ».

    •  »
      L’écologie politique n’est que la résurgence de la peste marxiste.
       »
      c’est un peu le sujet de la moitie des articles du site :/
      effectivement, je carricature un peu.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
anti-guerres
4
Sauvegarder cet article

Certains thèmes dans la société occidentale sont difficiles à remettre en question sans courir le risque de recevoir des vives critiques. Par exemple, pour les thèmes suivants, il existe un position considérée correcte par l’opinion publique : « l’État social », « la politique climatique », « la société multiculturelle », ou « la vaccination anti-covid ». La position à adopter socialement sur ces sujets a été donnée d’innombrables fois par les médias ; il est sous-entendu qu’aucune analyse critique préalable est nécessaire au niveau individue... Poursuivre la lecture

La banque mondiale a débloqué 4,5 milliards de dollars pour l’Ukraine afin de l’aider à faire face aux conséquences économiques de la guerre. Ces fonds sont fournis par les États-Unis. Le gouvernement ukrainien recevra le financement par tranches, en commençant par un décaissement de 3 milliards de dollars en août. Un problème persiste néanmoins : la corruption endémique du pays. Un défi de taille pour la bonne utilisation de l’aide à l’Ukraine.

 

Le problème de la corruption en Europe de l’Est

La corruption reste très impo... Poursuivre la lecture

Par Julien Pomarède.

« Régénérée », « revitalisée », « ressuscitée » : les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le retour de premier plan de l’OTAN depuis le début de l’agression de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022.

L’idée d’une renaissance de l’OTAN tire sa crédibilité d’un constat simple. Après deux décennies d’errements dans le bourbier afghan, l’Alliance retrouve sa mission historique : dissuader une attaque conventionnelle d’un État tiers – qui plus est de l’ancien ennemi, la Russie – contre ses membres.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles