Législatives : la compétitivité sacrifiée sur l’autel du pouvoir d’achat

Il est on ne peut plus urgent que nos responsables politiques prennent enfin la mesure du déficit français de compétitivité et proposent des baisses drastiques de prélèvements à la hauteur de la situation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Législatives : la compétitivité sacrifiée sur l’autel du pouvoir d’achat

Publié le 8 juin 2017
- A +

Par Virginie Pradel.
Un article de l’Iref-Europe

Lors de sa campagne présidentielle, François Fillon avait promis un véritable « choc de compétitivité » pour hisser la France au sommet. À cette fin, il avait décidé d’octroyer aux entreprises près de 40 milliards d’euros de baisse de prélèvements, ceux-ci constituant l’un des facteurs de leur moindre compétitivité.

Il réservait toutefois 10 milliards d’euros de baisse de prélèvements pour les ménages. Hélas, ce « choc de compétitivité » n’aura pas résisté à sa chute précipitée dès le premier tour de l’élection présidentielle.

Les Républicains misent dorénavant sur le pouvoir d’achat des ménages

Depuis lors, les Républicains ont choisi de s’aligner partiellement sur la stratégie d’Emmanuel Macron. Partant, ils ont mis en berne le thème de la compétitivité des entreprises pour se focaliser sur celui, plus politiquement porteur, du pouvoir d’achat des ménages. L’objectif de la manœuvre est bien entendu de reconquérir ces derniers qui sont de plus en plus soucieux de leur porte-monnaie. Et qui, au demeurant, sont les seuls à voter.

Les Républicains ont donc substantiellement remanié le programme présidentiel de François Fillon en supprimant la hausse impopulaire de TVA, en réintroduisant la défiscalisation des heures supplémentaires et (cerise sur le gâteau !) en instaurant une baisse de 10 % de l’impôt sur le revenu pour l’ensemble des ménages.

À l’instar d’Emmanuel Macron, Les Républicains proposent donc désormais un programme équilibré entre pouvoir d’achat et compétitivité, qui se traduit par une baisse « équitable » de prélèvements entre les ménages et les entreprises. Elle est estimée à plus de 20 milliards d’euros pour chaque catégorie de contribuables, contre 10 milliards pour Emmanuel Macron1.

Un choix purement politique au détriment de l’économie

Cette répartition « équitable » des baisses de prélèvements se fonde sur un mythe tenace de la politique fiscale française, selon lequel les efforts des ménages et des entreprises devraient être strictement équilibrés.

Or, un tel principe s’avère économiquement infondé dès lors que les entreprises et les ménages ne sont pas des contribuables de même nature : les premières constituent un lieu où s’organise la production de richesse tandis que les seconds en sont in fine les bénéficiaires, par le biais de versement de salaires ou de dividendes.

Les intérêts économiques de ces deux catégories de contribuables sont donc intrinsèquement liés, de sorte que la bonne santé économique des premières influe nécessairement sur celle des seconds. En outre, ce principe se révèle économiquement insoutenable pour des raisons de compétitivité des entreprises.

Des entreprises françaises en mal de compétitivité

Les entreprises françaises souffrent assurément d’un important déficit de compétitivité.

Le rapport 2015-2016 du World Economic Forum, qui a pour objet d’analyser la compétitivité des pays, classe ainsi la France seulement au 22ème rang, alors qu’elle était encore au 15ème rang en 2010. À titre d’information, l’Allemagne occupe le 4ème rang, les Pays-Bas le 5ème rang, le Royaume-Uni le 10ème rang et le Danemark le 12ème rang.

Par ailleurs, un rapport de 2016 de Coe-Rexecode met en évidence que, de 2000 à 2015, la part de marché de la France dans les exportations de biens et services totales de la zone euro a fortement reculé, de 17,0 % à 13,6 %, alors que celle de l’Allemagne a augmenté de 26,5 % à 29,4 % (soit un écart de 15,8 points). Pendant la même période, les parts de marché des Pays-Bas, de la Belgique ou de l’Espagne sont restées à peu près stables2.

Une prise de conscience a heureusement été amorcée en 2010 avec les États généraux de l’Industrie et confirmée en 2012 avec le rapport Gallois. La mise en œuvre par le gouvernement, à partir de 2013, des allègements de charges avec le CICE et, à partir de 2015, avec le Pacte de responsabilité, a d’ailleurs permis de diminuer de 2,4 % le coût salarial unitaire dans l’ensemble de l’économie. Cela étant, les entreprises françaises demeurent toujours loin derrière leurs homologues allemandes et européennes en matière de compétitivité.

Des mesures insuffisantes pour améliorer la compétitivité française

Les mesures mises en œuvre à la fin du quinquennat de François Hollande (CICE, Pacte de compétitivité), même si elles vont dans le bon sens, ne sauraient suffire à combler l’écart significatif qui s’est creusé.

Il en va de même pour les mesures annoncées, d’une part, par la République En Marche, à savoir la baisse du taux de l’impôt sur les sociétés à 25 % et la transformation du CICE en baisse pérenne de charges. Et d’autre part, par Les Républicains, même si elles s’avèrent plus ambitieuses que les précédentes.

Les Républicains prévoient ainsi, en plus des deux précédentes mesures, de continuer à alléger les charges employeurs (et pas seulement pour les bas salaires) et, surtout, de baisser les taxes sur la production.

Reste toutefois à savoir dans quelle proportion puisque le nouveau programme ne donne ni précision ni chiffrage. De surcroît, Les Républicains ne précisent pas si le dispositif du suramortissement sera reconduit. François Fillon s’y était clairement engagé. Et pour cause, car ce dispositif qui a pris fin le 17 avril 2017 constitue une mesure de soutien importante à l’investissement productif des entreprises.

Il est on ne peut plus urgent que nos responsables politiques prennent enfin la mesure du déficit français de compétitivité et proposent des baisses drastiques de prélèvements à la hauteur de la situation. À défaut, la France sera condamnée à s’enferrer perpétuellement dans le cercle vicieux de la perte de compétitivité de ses entreprises et du pouvoir d’achat de ses ménages.

Sur le web

  1.  Estimations réalisées par la fondation IFRAP.
  2.  Rapport Coe-Rexecode de septembre 2016, perspectives 2017 et analyse des freins qui brident le redémarrage de l’économie française.
Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Les 2 seules fois que la dite droite a proposé des mesures libérales en rupture avec le gaullo communisme, lors de la 1ère cohabitation (86-88) puis lors de la primaire, ca s’est mal terminé car ils ont fait ces propositions à la dernière minute sans les assumer et sans expliquer pourquoi notre modèle sociale etait une catastrophe.

  • La compétitivité…….consiste à vendre des produits demandés par des clients et au prix le plus fort possible….ce n’est donc pas une histoire de taxes…….même si on donnait une Renault un client BMW achètera une BMW.
    Pouvoir d’achat….les riches s’en foutent , les classes moyennes aussi , reste les pauvres…une niche de pas grand chose.
    Que reste t il ? L’investissement , il faut detaxer l’investissement. Seule mesure pouvant influencer le pouvoir d’achats de tous et la compétitivité.

    • Tout le monde n’achète pas de BMW et personne n’achètera de Renault au prix d’une BMW. Donc SI les taxes sont bien un facteur. l preuve : Renault vend DACIA par millions et le business est très profitable, pourquoi, parce que produit dans un pays avec moins de taxes.

  • Pouvoir d’achat ! Pouvoir d’achat ! Pouvoir d’achat !

    D’acheter quoi ? Du vital indispensable, ? Du « normal » déjà subjectif ? Du superflu en tous genre ? Du luxe insultant la misère ?

    Pour certains, nombreux parait-il, une augmentation du mythique pouvoir d’achat – certes bienvenue ! – sert d’abord à diminuer des dettes auprès d’une banque ou d’une société de regroupement de crédits

    • Pour certains autres, et ils sont quand même nombreux, le mythique pouvoir d’achat c’est changer sa voiture quand elle est au bout du rouleau, s’habiller plutôt que s’accoutrer, troquer son vilain T2 en HLM contre un appart au calme, accéder à la propriété quand on gagne un peu plus que presque rien déjà surimposé et qu’on sait que ça va durer, en clair c’est investir et par là, faire tourner l’économie. Sans pouvoir d’achat, on achète d’occasion, on récupère, on retape, on s’accoutre, on se contente de ce qu’on a en rongeant son frein, on arrondit au black quand on est débrouillard. Une économie de marché qui n’autorise pas de pouvoir d’achat à un tiers de la population d’un pays, c’est aussi surréaliste qu’une paire de brancards accolés à l’avant d’une Porsche. On ne sortira jamais du socialisme tant qu’on ne comprendra pas qu’on ne crée pas de la richesse pour une minorité (de rentiers) en traitant une partie de la population en surnuméraires.

    • C’est quoi du vital indispensable qu’on achète à crédit?

  • Les entreprises ne votent pas, sauf avec leurs pieds, la logique politique veut donc que les candidats privilégient le pouvoir d’achat.

    Politique à courte vue, certes, mais payante électoralement. On appelle ça de la démagogie, et ça marche.

  • L’échec de Macron est dores et déjà inscrit dans les faits.
    Les français se réveilleront quand il sera trop tard et que les taux à 10 ans remonteront vers les 2% et qu’il faudra « chypriser » les comptes.

  • Gnome +1000 c’est pourquoi je me tue à répéter qu’on ne peut pas rompre avec le gaullo-marxisme, à court terme, dans un cadre démocratique. Pour augmenter le pouvoir d’achat sans augmenter le coût du travail il faut supprimer le monopole de la sécurité sociale.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’investiture des candidats macronistes est conditionnée au rattachement en préfecture à la case politique « Ensemble ». Les futurs députés s’engagent également à siéger dans l’un des groupes de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale : MoDem (François Bayrou), Horizons (Édouard Philippe) ou Renaissance (ex-LREM).

La manœuvre vise à éviter la création de nouveaux groupes comme lors de la précédente mandature avec le lancement d’Écologie dém... Poursuivre la lecture

Les éditorialistes commencent à s’impatienter : Emmanuel Macron n’a toujours pas nommé son Premier ministre. Jean Castex est déjà dans les cartons, plusieurs personnalités ont déjà été approchées. Les rumeurs se font et se défont au gré de l’actualité, des fuites élyséennes et des fantasmes médiatico-journalistiques. Seulement en régime hyperprésidentiel, le nom du Premier ministre a-t-il vraiment de l’importance ? Si tout est piloté de l’Élysée, qu’il soit homme, femme, ex-socialiste ou ex-LR, l’importance n’est que d’ordre communicationnel.... Poursuivre la lecture

Décidément, Emmanuel Macron nous aura administré jusqu’au bout la preuve de son ultra-libéralisme le plus décomplexé ! De quoi frémir pour la suite. Figurez-vous que jeudi 12 mai dernier, soit exactement la veille de la fin officielle de son premier mandat, lui et son ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer ont obligé les candidats bacheliers de la spécialité Sciences économiques et sociales à plancher sur une épreuve ouvertement acquise aux thèses libérales ! Quelle ignoble propagande !

Scandaleux, pathétique, révoltant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles