Macron ? Fillon ? Pour qui peut voter un libéral ?

À quelques jours du premier tour, 4 candidats peuvent accéder au second tour. Quelles sont les options pour un libéral ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Palais de l'Elysée by Nicolas Nova(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron ? Fillon ? Pour qui peut voter un libéral ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 avril 2017
- A +

Par Patrick Aulnas.

Tous les sondages du mois d’avril 2017 font apparaître quatre candidats nettement en tête dans les intentions de vote :

  • Macron : 22-24%
  • Le Pen : 22-25%
  • Fillon : 17-20%
  • Mélenchon : 16-20%

La dynamique globale est au resserrement, ne laissant plus aujourd’hui que deux à trois points d’écart maximal (de 20 à 23%). On se situe alors quasiment dans la marge d’erreur qui est un calcul de probabilité. Avec un échantillon de 1 000 personnes sondées, pour des intentions de vote tournant autour de 20%, l’intervalle de confiance à 95% est de plus ou moins 2,5. Autrement dit, il est possible d’affirmer avec une probabilité de 95% que l’échantillon de 1 000 personnes reflète la situation dans la population totale avec une marge d’erreur de plus ou moins 2,5 points.

Ce modèle à quatre candidats dans un mouchoir de poche, totalement atypique pour une présidentielle, laisse théoriquement place à toutes les combinaisons possibles au deuxième tour, soit six possibilités :

  • Macron-Le Pen
  • Macron-Fillon
  • Macron-Mélenchon
  • Le Pen-Fillon
  • Le Pen-Mélenchon
  • Fillon-Mélenchon

Les critères politiques actuellement en vigueur pour situer les candidats sont les suivants :

  • Droite-Gauche
  • Ouverture (mondialisation, Europe)-Repli (nation, sortie de l’Europe, souverainisme)
  • Libéralisme-Étatisme

Tendanciellement, il est possible d’opérer le classement suivant :

Parmi les six combinaisons possibles au second tour, certaines seraient pertinentes politiquement car opposant deux visions de l’avenir, d’autres le seraient beaucoup moins. Mais pertinence et politique ne font pas toujours bon ménage. Certaines combinaisons restent plus probables que d’autres car Macron et Le Pen conservent une petite avance sur Fillon et Mélenchon.

(1) Le mot « libéral » est utilisé dans ce tableau dans un sens très large signifiant « tendance libérale ».

Inutile de préciser que pour des libéraux, le vote utile ne peut concerner que Fillon ou Macron. S’offrir un vote contestataire ou un vote purement émotif pour un « petit candidat » dans un contexte aussi risqué pour le pays serait déraisonnable. Alors, Fillon ou Macron ? En toute liberté.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Ou bien, n’ayant pas vraiment de bon choix, Melenchon permettrait de vacciner les français contre le communisme (certes avec un prix élevé )

    • En ajoutant en plus le coté cynique d’avoir un méchantfion élu grâce au libéralisme sauvage
      Ça lui donnerait raison pour une fois sur le rôle du néolibéralisme dans la destruction de la France 😛

  • Quelle bêtise : mettre les 4 sur le même niveau suffit à montrer que les sondeurs avec leur savants réglages ne savent pas analyser des chiffres qui ils ont peut ère mal calibres. Si j étais chercheur d eau, je dirais toujours qU il y en a mais pas beaucoup : je gagnerai a tous les coups !

  • Moi je classerais plutôt Fillon et Macron sous la dénomination : étatisme européen, car il n’y a rien de libéral chez eux. Alors dans ces quatre candidats vous avez le choix entre étatisme français ou étatisme européen.

  • En temps normal je me serais abstenu mais avec la merluche en embuscade j’irai déposer mon petit bulletin. Je ne voterai pas pour un libéral mais pour un non-communiste. Lassitude… ?

  • voter pour un fillon qui en 1999 voulait exclure un dénommé tibéri accusé d’emploi fictif pour sa femme , parce que  » les gens comme ça  » , il faut les exclure du parti …..que ne s’est il exclu lui même de son parti puisqu’il y a faute , et que lui même l’a reconnu ; il ne mérite pas le pouvoir , il n’a pas de parole , et il ne tiendra pas son programme ;

  • Mettre Macron exclusivement à gauche, c’est aller un peu vite en besogne.
    Car « Et en même temps », il prend aussi pas mal au centre droit.

    … et si enfin la question du « droite/gauche » était obsolète ?

  • Le choix (pour moi) est vite fait: menteurs, ils le sont tous; la main (pour ne pas dire le bras) dans le pot de confiture, ils l’ont tous. Entre Macron et Fillon, qui ai-je envie d’avoir comme président? Macron est de gauche, quoi qu’il prétende et son programme nage dans le flou; Fillon, bien que sa vision sociétale ne me plaise pas, son programme économique est celui qui se rapproche le plus d’un libéral. Si on veut que Fillon ait une chance d’être au 2ème tour, il faut voter pour lui au 1er tour.

  • De toute façon le prochain guignol sera confronté à la dette et sera entièrement entre les mains des banques.qu’il soit de droite ou de gauche,libéral ou pas n’a aucune importance.

  • Il n’y a aucun candidat libéral dans cette élection, car les Français ne sont pas libéraux tout simplement. Il y a encore moins de place pour les libéraux en France que pour le NPA. La France était jacobine avant même que ce mot existe. Les Français croient encore en l’Etat, aux hommes d’état, à la protection de l’Etat, et en une économie administrée depuis le haut.

    • Le français est tout simplement devenu égoïste à force d’être mené en bateau..Ou en pédalo.il n’attend rien et se contente de profiter du système si il le peut !

  • Les libéraux doivent voter pour que l’expression de leurs idées reste permise. Déjà inaudibles dans les médias du pouvoir, absentes du formatage pratiqué par l’éducation nationale, ces idées méritent de continuer à être divulguées car elles offrent une réponse enthousiasmante et cohérente à un grand nombre de questions que se posent les gens, à qui il manque une explication rationnelle à ce qu’ils subissent. Je demeure convaincu qu’au delà des apparences, une majorité serait favorable aux idées libérales, si elle les connaissait. Comme l’avait écrit ailleurs un autre commentateur, comme M. Jourdain faisait de la prose sans le savoir, beaucoup de Français sont libéraux sans le savoir. Étant donné ce que l’affaire Fillon a confirmé du mépris du pluralisme et de la volonté de faire taire l’expression timide de ces idées par la gauche, fut-elle prétendument « modérée », il ne reste que Fillon.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Guillaume Nicoulaud.

Je voudrais revenir ici sur quelques-unes des inepties qui émaillent le programme économique et les discours de Madame Le Pen (mais aussi ceux de l'extrême gauche).

Avant l’euro, la France était libre de faire ce qu’elle voulait du franc

Ça n’est que très partiellement exact. Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, la parité du franc face aux autres devises a toujours été encadrée par des accords internationaux. Au début, c’était ceux de Bretton Woods, du 26 décembre 1945 au 19 mars 1973, puis le se... Poursuivre la lecture

Par Eddie Willers.

Cet article a été publié une première fois en 2017, il est malheureusement toujours d'actualité.

Alors que Jean-Luc Mélenchon profite d’une belle hausse de sa popularité dans les sondages (certainement due à sa superbe chaîne YouTube), parlons d’une de ses mesures phare : la hausse du SMIC.

Le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance est actuellement de 1466,62 euros bruts mensuels. Jean-Luc Mélenchon propose de le faire passer à 1700 euros  bruts dans un premier temps puis nets d’ici la fin de ... Poursuivre la lecture

Pour Pierre Bréchon. Un article de The Conversation

En vertu de leurs connaissances de la sociologie électorale, la plupart des observateurs pensaient qu’Emmanuel Macron ne réussirait pas à conquérir le pouvoir, étant donné sa jeunesse et l’absence d’une force politique importante pour le soutenir. Pourtant, après avoir gagné l’élection présidentielle, il est en passe de dominer très largement les législatives, ce qui lui permettra d’appliquer sa politique.

Le premier tour des élections législatives amplifie les recompositions q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles