Présidentielle : comment recruter les pires candidats

La boutique France ne va pas bien. Il faut changer de management bien sûr. Malheureusement le fondateur a inventé une règle bizarre. Doivent voter tous les stakeholders à égalité : les travailleurs, les clients et les actionnaires. Régulièrement tous les 5 ans.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidentielle : comment recruter les pires candidats

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 mai 2017
- A +

Par Hervé Gourio.
Un article d’Emploi 2017

La boutique ne se porte pas bien. Là-dessus tout le monde est d’accord. Les fins de mois, il faut emprunter un peu plus pour combler les déficits. La part de marché consolidée baisse. On augmente les revenus juste le minimum pour payer les dividendes. Les investissements sont limités aux apparences. Il y a bien quelques produits qui marchent mais au total, dans la boutique, les employés font plutôt grise mine.

Il faut changer de management bien sûr. Malheureusement le fondateur, un type pourtant plutôt genre autoritaire, a inventé une règle bizarre. Doivent voter tous les stakeholders à égalité : les travailleurs, les clients et les actionnaires. Régulièrement tous les 5 ans.

Deux équipes incompétentes

Pendant 20-30 ans cette règle n’a pas vraiment été satisfaisante. Deux équipes de managers ont commandé à tour de rôle. Les Dedroite et les Degauche. On n’a pas très bien compris ce qu’ils changeaient dans la boutique.

À part des fioritures qui déchaînaient l’enthousiasme d’une fraction ridicule de la clientèle. Le gros des clients constatait que, comme dans un hôtel, la qualité des services se dégradait mais heureusement pas trop vite.

Le room service était moins rapide. On ne changeait pas les draps avec la même fréquence. Il fallait parfois attendre une journée entière pour que la télévision soit réparée. Quant aux employés, ils râlaient parce que les revenus n’augmentaient pas bien vite et que certains fournisseurs dynamiques gagnaient trop d’argent.

Normalement le changement périodique de management aurait dû provoquer des initiatives pour remédier à cette situation et relancer la boutique. Mais chaque fois les nouveaux venus pensaient qu’ils risquaient de perdre à bousculer les règles. Et puis si les Degauche étaient remplacés à la fin de leur mandat, ils pouvaient quand même espérer retrouver leurs places cinq ans plus tard à l’issue du mandat des Dedroite. Et réciproquement.

La boutique périclite

La boutique continuait de péricliter en douceur.

Cette fois-ci les managers sortants, tous novices au début, avaient échoué sur presque tous les critères importants. Aucune chance vraiment de continuer dans leur poste.

Parmi les candidats il y avait un ancien manager. Il n’avait pas eu des résultats sensationnels quand il était aux manettes mais il donnait l’impression de savoir s’y prendre et partait dans une direction bien différente de ce qu’il avait fait alors. Pendant quelques mois il a paru devoir l’emporter. Trop sûr de lui il s’est aliéné les électeurs dans des circonstances étranges.

Restent face à face en finale deux concurrents pas bien convaincants. L’une sans aucune expérience du job est entourée d’une bande d’amis de longue date dont on ne sait pas bien ce qui les réunit vraiment. Pas l’aptitude à gouverner de toute évidence. Sur le fond ils ne nous disent pas tout. Ils proposent de réduire complètement le nombre de fournisseurs (prendre seulement des Français). Et de bousculer des règles acceptées par presque tous nos clients et nos prêteurs. La boutique ne semble pas bien capable de soutenir le choc !

Recruter des débutants

L’autre est un jeune manager qui a eu un job assez important dans l’équipe sortante – adjoint de Degauche puis directeur financier – mais a seulement à son crédit le fait qu’il a repeint des recoins de l’entrepôt, alors que l’entreprise continuait d’accumuler des déficits de plus en plus importants.

Curieusement il annonce qu’il veut comme le dernier manager ne recruter que des débutants, alors même qu’il appartient, lui, à une caste très réduite d’experts qu’on peut trouver bien contestables à en juger par la qualité très inégale des résultats de ses membres.

On pourrait couvrir des pages à analyser les raisons de cet amoncellement de sottises (pour rester dans les limites du langage convenable). Pour aujourd’hui, contentons-nous de rappeler que l’élection du Président au suffrage universel telle qu’aujourd’hui devra être un jour abandonnée.

Prions ensuite pour que le futur gouvernement soit composé d’hommes intègres et habiles à l’issue d’élections législatives qui n’amplifieront pas, que dis-je, ne multiplieront pas ces choix hasardeux.

Aucune démocratie ne saurait résister longtemps à ces secousses.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • le bruit court que xavier bertrand et delanoé feraient parti du gouvernemnt de macron ; bonjour le renouvellement …..

  • Mystérieux Français , peut-être les mieux lotis
    Ils exigent l’intervention de l’état partout , des garanties sociales sans limite , la rigidité dans les rapports sociaux etc etc mais ils oublient l’endettement infernal du pays lié à ces exigences et ils adorent la concurrence ( loyale et surtout truquée ) du monde entier des milieux affairistes
    Et les autres de plus en plus nombreux qui demandent des restrictions , des règles du jeu respectées , mais ne trouvent pas les représentants capables de faire respecter le bon équilibre entre tous. La dépendance financière de la France n’existe plus ,sauf à nous spolier , et ce sera fatal. Quel candidat peut prétendre répondre à la question ?? Inconscience des guides du Pays

  • Bien écrit. En lisant le début du paragraphe du candidat ruineux, j’ai cru que l’on parlait de l’autre. Amusant

  • Je pense quand même que la comparaison de l’État avec une Entreprise à ses limites. Règle Bizarre que tout les « stakeholders » puissent s’exprimer ? Mais nous sommes tous « Sociétaires »de l’entreprise État…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les entreprises s’effondrent rarement d’un seul coup. L’effondrement n’est presque toujours que la phase visible d’un déclin qui a commencé longtemps avant et s’est développé de façon insidieuse. Comme la fameuse grenouille qui ne réagit pas quand la température de l’eau dans laquelle on l’a plongé augmente, cette lenteur rend plus difficile la réaction : les signes de déclin semblent disparates et il est difficile de les relier pour brosser un tableau d’ensemble permettant une prise de conscience du danger. Au cœur de cette difficulté se tro... Poursuivre la lecture

La façon dont nous formulons un problème, c’est-à-dire notre modèle mental, détermine notre capacité à le résoudre.

Le mauvais modèle mental nous enferme, tandis que le bon ouvre des possibles. Un bon exemple est celui qui distingue, dans le domaine de l’innovation, l’exploration de l’exploitation. Cette distinction est aujourd’hui universelle et semble évidente mais, comme souvent, elle est contestable, sans compter qu’elle a été sortie de son contexte et appliquée à des domaines où elle n’est pas pertinente. Il est temps de cesser de... Poursuivre la lecture

Ce qui est en jeu avec la question du pouvoir de gouverner, c’est, en réalité, la question de l’art de la création de valeurs.

 

Commençons par un constat. Nous, humains, n’avons pas été habitués à gouverner, du moins la grande majorité d’entre nous.

Dans les entreprises, on vient d’un modèle où règne la dualité entre ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés. Une dualité bien illustrée par les propos de Henry Ford :

« Pourquoi à chaque fois que je recrute une paire de bras, y a-t-il un cerveau qui vient ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles