Sondage : qui vote pour la présidentielle ?

Qui a voté pour le premier tour de l’élection présidentielle ? Petite analyse pour comprendre les résultats.

Par la Rédaction de Contrepoints.

Un sondage BVA POP2017 pour Orange et La Presse Régionale1 s’intéresse au profil des votants au premier tour de la présidentielle. On se concentrera essentiellement ici sur les quatre à six premiers candidats.

Sociologie des électorats de la présidentielle

Au niveau du genre, les différences de vote sont ténues mais on peut tout de même remarquer que les hommes ont été plus enclins à voter pour Emmanuel Macron et François Fillon alors que les femmes ont plus souvent choisi Nicolas Dupont-Aignan, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. La seule candidate féminine, Marine Le Pen, ne voit dans sont électorat aucune différence entre hommes et femmes.

Ecart avec le pourcentage global des votes des hommes et des femmes à la présidentielle.
Ecart avec le pourcentage global des votes des hommes et des femmes à la présidentielle.

Au niveau de l’âge, le vote pour Emmanuel Macron est remarquablement stable quelle que soit la classe d’âge. Globalement, les votes extrêmes diminuent avec l’âge, contrairement à une idée reçue sur la question. Le vote François Fillon ne séduit pas chez les jeunes mais atteint des scores très élevés chez les personnes âgées (plus de 40%).

Répartition du vote à la présidentielle en fonction de la classe d'âge.
Répartition du vote à la présidentielle en fonction de la classe d’âge.

L’activité des votants réserve quelques surprises. Ainsi, les ouvriers n’ont pas spécialement accordé de suffrages à Jean-Luc Mélenchon, alors qu’ils en ont accordé beaucoup à Marine Le Pen. Les catégories socio-professionnelles supérieures et les professions intermédiaires ont accordé plus de voix aux deux principaux candidats modérés, mais aussi à Jean-Luc Mélenchon, bien plus qu’à Marine Le Pen.

Pour ce qui est des revenus du foyer, la structure est très simple : plus les revenus sont élevés, plus le vote est modéré. Inversement, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen rassemblent plus sur les revenus faibles à moyen.

Proximité partisane des électorats de la présidentielle

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen n’ont pas su rassembler au-delà de leur camp, même si le premier reçoit un quart des votants du Parti Socialiste. Il en est de même pour François Fillon, dont la grande majorité des voix provient de l’UDI et des Républicains. Il ne rassemble que 5% des sympathisants du Front National, alors que Marine Le Pen en rassemble 8% des Républicains, prouvant une faible perméabilité entre ces électorats. Emmanuel Macron est celui qui a le plus largement convaincu, notamment au PS, à l’UDI et au Modem.

Répartition du vote à la présidentielle en fonction de la proximité partisane.
Répartition du vote à la présidentielle en fonction de la proximité partisane.

Des caractéristiques du choix

Plus de la moitié des électeurs se sont décidés moins d’un mois avant le premier tour. La cristallisation du vote a donc été très tardive, à l’exception de Marine Le Pen qui disposait d’entrée d’un socle de convaincus.

Moment du choix du candidat à la présidentielle 2017.
Moment du choix du candidat à la présidentielle 2017.

30% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et 27% de ceux d’Emmanuel Macron voulaient initialement voter pour un autre candidat. 58% des électeurs de François Fillon et 73% des électeurs de Marine Le Pen ont toujours su qu’ils allaient voter pour leur candidat. C’est Benoît Hamon qui rassemble le plus d’électeurs qui ont longuement hésité avant de choisir (41%).

Les électeurs se reconnaissent peu dans les candidats modérés, ce qui correspond à l’une des stratégies du populisme. De même, ces candidats ne sont pas considérés comme proches des Français. A droite et à l’extrême droite, on voulait s’assurer de la présence de son candidat au second tour. Si Emmanuel Macron a beaucoup été choisi pour sa capacité à incarner le renouveau, il est plus surprenant de constater qu’il en est de même pour Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. L’étoffe de président est particulièrement importante pour les électeurs de François Fillon. Enfin, seuls 58% des électeurs d’Emmanuel Macron l’ont fait pour son programme.

Raisons du choix du candidat à la présidentielle 2017.
Raisons du choix du candidat à la présidentielle 2017.

Les sujets les plus importants ont été l’emploi (33%), l’immigration (27%), l’Europe (24%) et la lutte contre le terrorisme (24%). Dans le détail, l’emploi a été prioritaire chez les deux candidats modérés. Seuls les électeurs d’Emmanuel Macron font apparaître la moralisation de la vie politique alors que seuls les électeurs de François Fillon font apparaître la réduction de la dette. A gauche, on a privilégié la lutte contre les inégalités sociales et chez Marine Le Pen, l’immigration, dans les deux cas de façon assez classique.

Des clés de lecture et un constat

Ces chiffres donnent un certain nombre de clés de lectures du vote du 23 avril 2017. On pourra en tirer nombre de conclusions, notamment sur la montée de Jean-Luc Mélenchon, la défaite de François Fillon et le succès d’Emmanuel Macron, mais on pourra surtout en retenir le contexte : lorsque l’on interroge les Français sur leur état d’esprit le jour du vote, rares sont les termes positifs à ressortir. Cela en dit peut-être plus long sur la situation que toutes les enquêtes…

Etat d'esprit au moment du vote à la présidentielle 2017.
Etat d’esprit au moment du vote à la présidentielle 2017.
  1. Enquête BVA-Salesforce pour la Presse Régionale et Orange réalisée par Internet le 23 avril 2017. Échantillon de 2882 personnes inscrites sur les listes électorales, issues d’un échantillon représentatif de 3000 Français âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage et de l’individu, région et catégorie d’agglomération.  s’intéresse au ressort du vote des Français au premier tour de l’élection présidentielle. Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d’erreur inhérentes aux lois statistiques. Pour un pourcentage obtenu par enquête de 20%, la marge d’erreur est égale à 1,8. Le pourcentage a donc 95% de chance d’être compris entre 18,2% et 21,8%.