Colère de la police : la responsabilité de nos dirigeants

L’incapacité du gouvernement à s’occuper du régalien entraine une fatigue et une colère de la police comme de la population, qui se retourne aujourd’hui contre les dirigeants.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Colère de la police : la responsabilité de nos dirigeants

Publié le 29 juillet 2023
- A +

Une semaine d’émeute, des policiers qui se mettent en arrêt maladie ou en service minimum suite à la mise en détention préventive de l’un des leurs. L’exécutif contrôle-t-il encore la situation ? Et s’il était responsable des évènements actuels ? Si le président Macron promettait de l’ordre dans son discours du 24 juillet, la réalité est tout autre. En jouant la carte du « en même temps », il ne parvient pas à gérer des contestations de plus en plus fréquentes.

L’incapacité du pouvoir à assurer ses missions régaliennes est une dynamique dangereuse qui est en train de se retourner contre lui. Et ce d’autant plus que les sondages semblent montrer un soutien envers la police au détriment du gouvernement.

Plus les dirigeants seront incapables d’assurer l’ordre et la sécurité de ce qui est appelée la « majorité silencieuse », plus la colère se renforcera.

 

Les dirigeants dans l’incapacité de gérer le régalien ?

2 %, c’est ce que représente la part du budget 2023 de l’État pour la Justice. Le ministère de l’Intérieur représente 4 % (dont 30 % pour la police nationale). En comparaison, la transition écologique et la cohésion des territoires représentent 5 %.  Si la part de la justice et de la police a augmenté par rapport à 2022, on se rend compte que ces missions régaliennes occupent une faible place dans le budget.

Pourtant, la France n’est pas dépourvue de forces policières. Un rapport de l’insee de 2021, indique qu’elle comptait 329 officiers de police pour 100 000 habitants, soit davantage ou en quantité équivalente que des pays plus sûrs comme la Pologne, la Finlande, la République tchèque ou l’Autriche.

Le problème est peut-être plus dans l’incapacité des gouvernements successifs à assurer un ordre régalien. La perte de confiance des citoyens envers la politique et les dirigeants, mais aussi vis-à-vis des institutions en sont une conséquence. Ainsi, en 2023, selon le baromètre de la confiance politique, les Français ont majoritairement confiance dans les hôpitaux (78 %), l’armée (72 %) et la police (69 %). En comparaison, seulement 44 % des Français ont confiance en la justice (en comparaison, 67 % des Allemands, et 57 % des Anglais font confiance en la leur). Enfin, les partis politiques sont détestés (16 % de confiance).

On peut se demander quel rôle la crise du covid a joué dans le pourrissement de la situation. Une période où la police a été déployée pour contrôler les attestations et les masques des citoyens plutôt que d’accomplir leurs missions traditionnelles. On remarquera à cet effet que les sondages ifop consacrés à la confiance envers la police, révèlent que le moment où elle a été la plus basse était en décembre 2020, soit à la suite de quasiment une année de restrictions.

 

Une police soutenue dans le contexte des émeutes

Selon l’IFOP, après la mort de Nahel, 57 % des Français avaient une bonne image de la police.

Comme le précise le directeur de l’institut :

« Il y a une tension extrême dans le pays liée à la contestation de la réforme des retraites. Une majorité silencieuse est en demande d’ordre et de sécurité, et c’est la police qui incarne ça. »

Cette même étude montrait que, selon les sondés, la personnalité politique ayant la réaction la plus satisfaisante était Marine Le Pen.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Vous avez raison d’évoquer la crise Covid, les Français ne comprennent pas pourquoi l’état a été capable d’enfermer l’ensemble de la population alors qu’il recule devant des gamins de 14 ans !
    Macron a besoin de temps pour comprendre ce qu’il s’est passé. C’est pourtant très simple, la France est devenue un pays où règne la loi du plus fort ou de celui qui a le plus de capacités de nuisances.
    Toutes les réformes douloureuses sont faites au détriment des plus dociles.
    De plus le maintien de Dupont-Moretti est un énorme « je vous emmerde » présidentiel de plus, qui contribue à ce climat délétère.

  • La gauche est pour le désordre afin de venir établir son ordre dans une main de fer. L’histoire récente nous a démontré cette stratégie. E Macron et son entourage sont des gauchistes et je m’interrogeais dernièrement sur le nihilisme d’E Macron

  • Comment des gens aussi intelligents qui ont fait pour la plupart des études brillantes ne sauraient ils pas ce qu’ils font ?

    • Bof. Il y a deux sortes de gens dans ces brillantes études, ceux qui souhaitent comprendre et améliorer le monde, et ceux qui veulent se constituer un bon carnet d’adresses et se contenter ensuite de mettre les pièces dans le distributeur « tant que je gagne, je joue ».

  • On pourra renforcer les effectifs de police que cela n’inversera pas la situation en france car dans de nombreux pays moins dotés en FDO, il y a largement moins, voire très peu, de débordements.
    Le problème chez nous est au niveau de la justice et du gouvernement qui préfèrent soutenir la délinquance plutôt que ses policiers.
    Tant qu’ils n’auront pas compris cela ils pourront allouer toutes sortes de budgets dans les banlieues, la police,…, que cela ne changera rien.
    Il faut espérer que les prises de position du DGPN leur ouvre les yeux.

    11
    • Puisque la première version a été censurée par la rédaction je reprends mon propos le problème en France vient de la présence de 6 millions d’Arabes dans les caractéristiques sont la loi du plus fort l’agression systématique des Français et qui veulent établir une république islamique en France je sais ça peut paraître hallucinant mais c’est bien la réalité de la communauté arabe en France rien de plus rien de moins…

      • Prédation, intolérance, et violence le tout baignant et alimente par l’islam, religion guerrière et totalitaire.
        Soit nous reagirons a temps comme les serbes l’ont fait, soit nous nous ferons désintégrer comme au Liban

        • Je reprécise mon propos car mes commentaires sur la Serbie seront peut-être mal compris.
          l’islam en particulier et le monde arabe en général sont les ennemis de la liberté. lisez l’histoire. l’histoire de l’Islam n’est faite que de vol et de violence, les razzias, de mise en esclavage des hommes qui sont systématiquement castrés et des femmes transformées en esclave sexuel.
          tout le bassin méditerranéen a été conquis par les Arabes qui ont forcé les populations autochtones chrétiennes et/ou berbères par exemple à se convertir sous peine d’être mises à mort est-ce cela que nous voulons pour la France? Et ce n’est pas parce qu’une nationale socialiste a fait de la lutte contre l’immigration son fonds de commerce que mes propos ne sont pas exacts et que la lecture historique de ce qu’est l’islam et le monde arabe sont erronés. il faut absolument prendre conscience du péril qui nous guette il est réel et ce n’est pas un fantasme de Zemmour car Zemmour justement est pétri de lectures historiques il est donc lucide par rapport à cela.

  • « L’incapacité du gouvernement à s’occuper du régalien »

    non.. les gens ont ce pour quoi ils votent..

    le régalien signifie arbitraire politique et démocratique..

    nous sommes dans une société qui hait le riche …qui le juge « coupable » aussi. le vol et l’agression sont vus pas beaucoup comme de simples actes de justice…surtout commis par des « victimes de la société..

    non…le peuple est  » responsable », bien entendu la majorité qui vote pour ça.. plus que le reste..

    policier pas content…démission aussi simple que ça; justement car la police est une charge régalienne donc pas de police alternative..

    • « policier pas content…démission aussi simple que ça;  »
      Les policiers « pas contents » suivent effectivement vos consignes puisqu’ils démissionnent à tours de bras.
      Lorsqu’il n’y aura plus aucun policier en activité, je vous inviterai alors à vous équiper d’un gilet pare-balles et d’une batte de base-ball pour protéger votre famille et vos biens lorsque les prochaines émeutes auront lieu.
      A bon entendeur, salut.

  • Lenin, Staline, Mao, Pol Pot, Fidel… étaient tous « de gauche »…

  • Et Kim Jong Un…

    • Tous les dirigeants, de tous bords, maîtrisaient leur justice et soutenaient leur police plutôt que de l’assommer de tâches administratives et de laisser les délinquants attaquer les commissariats.

  • Oui, nos dirigeants sont responsables, mais aussi les politiques et médias, en particulier en entretenant une opposition justice / police ! Car  » les relations entre la police et la justice sont régies par le code de procédure pénale. La police est placée sous la direction du procureur de la république, la surveillance du procureur général et le contrôle de la chambre d’accusation.  » (extrait https://www.theses.fr/1997AIX32029) . Tant que les moyens seront mal répartis entre ces deux institutions, avec des injonctions contradictoires, l’inefficacité sera le quotidien du personnel, malgré les efforts déployés par celui-ci…. Quand en plus certains groupes de politicards exploitent tous les évènements pour leurs affaires personnelles, on ne peut qu’arriver à des disfonctionnements. D’autant que les parlementaires complexifient les lois ! L’arbitre, enfin le coordonnateur devrait être le président de la république…..

    • Tout à fait d’accord, par contre je suis pas sûr que le président tienne correctement le rôle de coordinateur car je ne pense pas qu’il en ait la volonté profonde, diviser pour mieux régner.

  • Monsieur Massaux , de grace arrêtons de penser que tout est de la faute de la réforme des retraites comme le dit le président de l’institut.
    Il faut franchement être idiot pour ne pas comprendre que cette réforme était nécessaire et qu’elle n’a pas été suffisante , nous serons contraints d’y revenir , assurément
    Admettons qu’elle a été très mal vendue

  • La police devrait faire une grève du zèle illimitée : contrôle de police dans le 16 ième arrondissement de Paris uniquement, ou systématiquement non contrôle de personnes au comportement douteux, refus de poursuivre un délinquant pour risque de bavures, signalements de flagrants délits mais refus d’appréhender pour cause de risque divers, en cas de rodéos urbains refus de poursuites pour risque d’accident, refus de contrôle de point de deal pour risque de bavures, etc, etc.
    Et cela, jusqu’à la fin de J. O. minimum. Les dénommés Macron, Hidalgo et Pécresse feraient de drôle de têtes !

    • En pratique, c’est bien ce qu’ils font. Mais tant que les reportages ne le font pas savoir à l’étranger, personne ne fait de drôle de tête. Quant aux JO, Macron passera un deal avec les dealers, qui maintiendront l’ordre nécessaire à leur commerce bien plus efficacement que la police, parce que eux peuvent utiliser leurs armes sans restriction.

  • D’autres personnes ont eu à subir ce que l’on pourrait classer en bavures policières lors d’émeutes, sans aucune sanctions envers les auteurs dans ce cas de figure c’est des membres de la BAC qui sont à l’origine de la bavure, « la question » ! pourquoi le président et BFM protègent certaines personnes et pas d’autres, il accuse les policiers d’avoir assassiner Nahel sans connaitre les circonstances apparemment deux vidéos ont eu lieu mais rien ne prouve qu’elles n’ont pas été trafiqués. Le crime de la petite Lola qui valu deux lignes dans les faits divers de certaines presses

  • « 329 officiers de police pour 100 000 habitants, » C’est secondaire, mais je ne peux pas laisser passer.
    La Police n’est pas une « armée mexicaine » comptant plus d’officiers que Policiers de base. L’auteur est influencé par les mauvaises traductions récurrentes de l’anglais « officer » dont le sens est « agent ». On peut aussi dire « policiers en tenue » (si c’est bien le cas), ou « policiers » tout court. Bref, il faudrait préciser ce que recouvre le nombre 329.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Le 7 juillet 2024, les électeurs ont envoyé à l’Assemblée nationale trois grands blocs de députés (gauche, centre/droite, extrême droite) dont aucun ne dispose de la majorité absolue de 289 sièges pour gouverner seul. Il faudra bien pourtant trouver une majorité. 

 

Certes, la réunion entre les partis organisée après les élections par Radio France International a été largement une engueulade réciproque, donnant l’image de trois blocs politiques irréconciliables.

Pourtant, si l’on regarde le profil des élus, il me sem... Poursuivre la lecture

Le souvenir du covid revient en force avec les Jeux olympiques puisqu’un QR code sera nécessaire pour circuler dans certaines zones de Paris. La préfecture a publié une carte des zones restreintes qui relève de la marqueterie cadastrale.

La question épineuse est celle de la cérémonie d’ouverture, qui doit se tenir coûte que coûte sur la Seine. Et ici, le quoi qu’il en coûte c’est le retour au QR code. L’imbroglio est encore total, rien n’est clair, mais à deux mois du début des Jeux olympiques tout laisse penser que la circulation sera... Poursuivre la lecture

Omniprésents dans les campagnes électorales, les sondages font l’objet de nombreux fantasmes et incompréhensions. Manipulation de l’opinion, destruction de la politique, outil indispensable, beaucoup les critiquent tout en en faisant usage. Analyse et décryptage de Frédéric Micheau.

Directeur général adjoint d'OpinionWay et enseignant à Sciences Po, Frédéric Micheau est spécialiste des études d'opinion. Il est l'auteur, au Cerf, de La Prophétie électorale (2018), Le Sacre de l’opinion (2022) et Le gouffre démocratique : les gouvernants... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles