François Fillon devrait se méfier des sarkozystes

Ils ont perdu avec Sarkozy, ils voudraient contre vents et marées gagner avec Fillon ! Ils crieront unité mais n’en penseront pas moins. Leur ambition est la passerelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Présidentielles : Juppé conforté, Sarkozy distancé By: Virginia Manso - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Fillon devrait se méfier des sarkozystes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 mars 2017
- A +

Par Philippe Bilger.

François Fillon gagne brillamment la primaire de la droite et du centre. Controverses immédiates sur son projet pour la santé et la sécurité sociale. Article dévastateur du Canard enchaîné. Très mauvaise défense du candidat et de son équipe. Une enquête est ordonnée par le Parquet national financier. François Fillon décline dans les intentions de vote et Emmanuel Macron progresse.

On craint que sa campagne soit plombée par les incessantes polémiques personnelles et familiales auxquelles il doit répondre. D’aucuns, dont moi, suggèrent que dans ces conditions, il consente à laisser Alain Juppé, finaliste de la primaire, assurer la relève.

L’hypothèse Alain Juppé

François Fillon ne bronche pas malgré des réunions rendues de plus en plus difficiles.

L’hypothèse Alain Juppé prend de la substance d’autant plus que Nicolas Sarkozy, se posant en « parrain » de la droite, semble ne pas s’y opposer.

Les défections se multiplient, des plus banales aux plus honteuses.

On cherche sans aucune pudeur un candidat de remplacement alors que le seul plausible est Alain Juppé.

Une information judiciaire est ouverte et, avec une précipitation rare, François Fillon est convoqué pour le 15 mars aux fins probablement de sa mise en examen. Soit deux jours avant la clôture des parrainages. La justice n’est pas à mon sens inspirée par une malignité politique mais elle va vite, très vite.

Assassinat politique

François Fillon, le jour de sa visite au Salon de l’agriculture, réagit vigoureusement, pourfend la justice et dénonce un « assassinat politique ». La gauche s’en prend à lui, le président de la République l’admoneste et certains de ses amis sont critiques.

Une manifestation est organisée au Trocadéro le dimanche 5 mars. François Fillon fait un grand et beau discours et un immense public vient soutenir son candidat et le programme qu’il a porté. Il est clair que François Fillon n’a nullement l’intention de se retirer, encore moins après ce succès qui dément les pronostics généralement sombres.

Au journal de France 2, le dimanche soir, combatif, offensif mais se disant prêt au dialogue, François Fillon campe sur une ligne obstinée qu’il assume d’autant plus que nul ne peut le déchoir de sa candidature.

Sortie de crise

Nicolas Sarkozy s’active pour trouver une sortie de crise honorable qui ménagera la susceptibilité de François Fillon. Il propose une rencontre entre ce dernier, Alain Juppé et lui-même.

Le 6 dans la matinée, Alain Juppé, digne, lucide et amer coupe court à toute candidature de sa part et clarifie ainsi la situation, puisqu’elle laisse le champ libre à François Fillon qui se trouve par conséquent débarrassé de la seule alternative valable.

Le 6 au soir, le bureau politique des Républicains renouvelle son soutien unanime à François Fillon et semble enfin vouloir se mobiliser à fond pour défendre sa cause qui est maintenant la leur. Il a « imposé sa candidature à la droite », certes, mais il ne faudrait pas que celle-ci le lui fasse payer. Elle le voyait défait, la défaite est pour elle. Et il est plus qu’urgent de rattraper le temps perdu.

Fin de partie pour les juppéistes

Mes inquiétudes au-delà de la fidélité à François Fillon ou du retour à celui-ci.

Les juppéistes ne vont plus vraiment compter pour et par la suite. Alain Juppé, se consacrant à la mairie de Bordeaux, continuera à s’exprimer sur les questions importantes mais je doute qu’il soit entendu avec l’attention que son intelligence mériterait car peu ou prou, dans son propos de désistement, il s’est déclaré lui-même hors jeu.

François Fillon a résisté, a gagné pour l’instant. On verra s’il parviendra à se qualifier pour le second tour et s’il démentira ceux qui considéraient Alain Juppé comme la plus grande chance de la droite après les déboires de l’élu de la primaire.

J’ai peur cependant, les juppéistes écartés, de voir les sarkozystes chassés par la porte de la primaire revenir par la fenêtre de la crise même si elle paraît dominée dorénavant. Ils avaient prétendu assujettir Fillon à l’alternative suivante : s’il opère le rassemblement, ils le soutiennent mais avec le choix de François Baroin Premier ministre et de Laurent Wauquiez à la tête du parti. Ou ils contraignent François Fillon à choisir son propre remplaçant. Lui en tenaille ou sans lui !

Des alliés incertains

François Fillon, malgré sa résistance, a dû faire amende honorable et chercher des alliés dans un camp qui ne l’aime pas mais est prêt à passer avec armes et bagages de Sarkozy hier à Fillon aujourd’hui. La primaire que celui-ci a remportée n’a pas été faite pour ça. Derrière François Fillon, je ne voudrais pas voir promue une équipe très habile et très opportuniste. Ils ont perdu avec Sarkozy, ils voudraient contre vents et marées gagner avec Fillon ! Ils crieront unité mais n’en penseront pas moins. Leur ambition est la passerelle. Sarkozy, avec son passé, en vante certains comme s’ils étaient le futur. La France préfère patienter.

La droite est perdue si François Fillon devient leur otage. Avant même le premier tour.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Le meilleur plan B des républicains n’a en fait jamais été Juppé, mais Fillon.

    Je m’explique : Fillon est le candidat officiel. Il a gagné la primaire.
    Apparement les millions d’euros engrangés lors de la primaire sont sur ses comptes de campagne.

    Il est de fait le plus légitime pour présenter un candidat dans la course à la présidentielle.
    Les récentes affaires l’ont mis à mal, et on sait qu’il a déjà trahi les électeurs qui l’avaient désigné en le pensant « propre ».
    Pour le moment il se maintient, mais se trahit lui même de plus en plus…

    S’il doit y avoir un plan B, et s’ils veulent que ce plan B réussisse, il faudra donc un candidat qui rassemble pour le bon le camp de la droite.
    Rassemblement, donc Fillon inclus.

    Si Fillon est out, alors il doit lui même travailler 2x plus pour porter un nouveau candidat à sa place, et tout faire pour le faire gagner à l’élection prochaine.
    C’est en cela qu’il pourra racheter sa faute morale, et prouver à tous qu’il est capable de mener à bien un projet pour le bien de tous, et pas que du sien.

    Le plan B de la droite, c’est Fillion qui doit le porter.

    • Oui, et pour gagner l’élection prochaine, le mieux est que Fillon perde, et ça, les élus LR l’ont bien compris : si par malheur il passe, le FN et la gauche se partageront toutes les élections intermédiaires. D’où les peaux de banane… remarque c’est exactement ce qui est arrivé à la gauche les 2 élections précédentes, en mettant Ségolène candidate (lol), ou l’affaire DSK, Hollande est passé sur un malentendu, il a fait perdre toutes les élections intermédiaires et met la gauche aux oubliettes pour 10 ans. Là, je pense que Fillon a le profile idéal pour faire la même chose à droite.

  • Les électeurs ont voté pour un programme. Si Fillon veut servir le pays, étant donné que sa propre élection est aléatoire, il doit soutenir un candidat qui adopte le même programme. Quitte à être ensuite premier ministre pour l’appliquer (le coup de Puotine/Medvedev)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis le retrait de la vie politique d’Alain Madelin, les libéraux sont orphelins d’un homme politique de premier plan. David Lisnard sera-t-il celui-là ?

Force est de constater la montée en puissance du maire de Cannes depuis plusieurs mois.

Tout d’abord, le président de Nouvelle Énergie n’a pas hésité à signer la tribune collective « Le libéralisme, ce mot interdit en France » parue dans Le Figaro le 22 avril. Certes, des hommes politiques ont pu se revendiquer du libéralisme par ignorance ou, plus souvent, par opportunisme, ... Poursuivre la lecture

Y aura-t-il des candidats LR aux élections législatives ? Au lendemain de l’élimination de Valérie Pécresse et son score catastrophique (et historique) au premier tour de l’élection présidentielle (4,78%) la question se posait…

Il y a une semaine, celle qui n'est arrivée qu'en cinquième position au premier tour de la présidentielle  – un échec mortifère pour le parti héritier du mouvement gaulliste – avait pris la parole pour évoquer l'urgence de la situation.

Poursuivre la lecture

Il est toujours triste de voir une candidate LR qui, même si elle a fait quelques erreurs, n’a pas moins démérité et qui a été laminée au premier tour de l’élection présidentielle avec pour corollaire le non- remboursement de ses frais de campagne à cause d'un score en dessous de 5 %.

La faute de Sarkozy

Sarkozy semble avoir oublié que c’est la mobilisation des adhérents de son parti qui lui a permis d’accéder au poste présidentiel en 2006.

Il a oublié que parmi ceux-ci, se sont ces dizaines de milliers de colleurs d’affiches qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles