Juppé jette l’éponge, Fillon se trumpise

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Alain Juppé By: Foreign and Commonwealth Office - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Juppé jette l’éponge, Fillon se trumpise

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 6 mars 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Alain Juppé vient de jeter à nouveau l’éponge dans la course à la présidentielle. Il a prononcé, à cette occasion, un discours désobligeant pour le candidat officiel, François Fillon. En creux, tous ceux qui l’ont entendu ont compris que Juppé appelait de ses vœux une candidature alternative, pour laquelle beaucoup murmurent le nom de Baroin. Dans la pratique, rien n’exclut que François Fillon ne parvienne à retourner ces lâchages en une force.

Fillon trumpisé par Juppé

Depuis plusieurs semaines, cet étrange phénomène politique apparu en 2016, la trumpisation, guettait François Fillon. À la manière de Trump renforcé, durant sa campagne, par la guerre que lui a livré l’establishment républicain. Souvenons-nous, d’ailleurs, que, à l’instar de Fillon, Trump était menacé de destitutions à quelques jours du scrutin par les dirigeants de son propre camp.

Incontestablement, un phénomène identique est en train de se produire autour de Fillon. Les désertions multiples en rase campagne enregistrées cette semaine contribuent à construire la légende d’un candidat tribunicien seul contre une technostructure en pleine déconfiture.

L’esprit de 40 triomphe à droite

Paradoxalement, la grande force de François Fillon réside aujourd’hui dans l’affolement de son propre camp. Plus les généraux abandonnent la bataille et leur armée, plus le général en chef apparaît comme l’ultime rempart contre l’effondrement des officiers supérieurs.

Pour le « peuple de droite », ce moment est d’abord celui d’une révélation. L’élite des Républicains dévoile ses cartes. Bien avant la victoire d’un programme, c’est la volonté de préserver les acquis qui dominent, et la peur de livrer bataille. L’esprit de 40 s’incarne, et pour beaucoup de militants, cette incarnation laissera des traces. C’est un peu Vercingétorix lâché par ceux qui n’étaient pas encore les Bourguignons pendant Alésia. C’est l’état-major qui préfère l’armistice au combat en juin 40.

Les abandons officiels métamorphosent Fillon

Ainsi, presque malgré lui, Fillon retrouve aujourd’hui la geste qui a fait sa victoire de novembre. Donné battu, seul dans une traversée improbable du désert, c’est au peuple de France qu’il s’adresse directement dans un huis clos dont ses soutiens se sont abstraits. L’homme qui paraissait embourbé dans une campagne poussive, privé de ressort, se métamorphose dans l’épreuve. Il incarne la résistance face au poids étouffant d’une technostructure veule, changeante, obsédée par ses propres privilèges.

Et c’est probablement ce que n’ont pas compris ses soutiens qui l’abandonnent : au fond, ces départs, les électeurs les souhaitent et se disent tous aujourd’hui que la solitude grandissante de Fillon est la meilleure preuve de la justesse de son combat.

Une présidentielle à l’américaine ?

Dans les prochains jours, le schéma de la présidentielle devrait donc être posé. D’un côté, les candidats soutenus par leur parti. De l’autre, un candidat désavoué par son appareil et dans une relation unique avec le peuple. Si Fillon avait voulu jouer ce rôle, il n’y serait pas parvenu lui-même. Il a fallu la conjonction d’une cabale médiatique, d’une instruction judiciaire et d’une conjuration interne pour façonner cette mise en scène.

Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Les contours du socle de la famille politique de F Fillon ont été établis par les électeurs de la primaire. Si nombre de politiciens professionnels courent s’abriter devant une tempête de marécage au lieu de se montrer solidaires et courageux, ils sortent d’eux-mêmes de cette famille. Il n’est pas décent de leur part de demander de redessiner ces contours pour atténuer leurs craintes.

    • La fameuse primaire … MDR.

      FILLON y a récolté 2.9 millions de voix. Il y a, en France, 44.6 millions d’électeurs. FILLON représente donc 6 % des électeurs et, peut-être, en étant généreux 30 % des électeurs de droite. FILLON ne représente donc rien. Et, c’est même pire, puisqu’a priori 58 % des électeurs sont tout à fait sûr de ne pas voter pour lui.

      Ainsi, il est bien plus rentable de jeter discrétement, ou pas, cette viande avariée que de continuer à la proposer à ses clients.

      FILLON est pire que carbonisé : il a la lépre.

      Seuls ses groupies ne le comprennent pas encore. Mais, allez-y, continuer les gars. J’ai hâte de pouvoir lire vos lamentations quand votre poulain aura fait 15 % à la quatrième place.

      FILLON ou comment foutre en l’air une élection imperdable. Chapeau l’artiste !

  • Question : les millions d’euros gagnés lors de la primaire sont-ils réellement sur le compte de campagne de Fillon ?
    Si oui, ça devrait expliquer pourquoi il se maintient encore…

  • J’ai l’ impression que toute cette histoire autour de Fillon, poursuivi par une justice étrangement rapide et lâché par ses pairs, finit par le rendre presque sympathique.
    Les faits dont il est accusé sont minables, et donnent de lui une idée exécrable, mais il n’y a pas mort d’homme, et il faut bien un candidat pour représenter son courant de pensée (soutenu à la primaire par une large majorité des votants).
    Bref, il pourrait rattraper les voix perdues…

    • Non, c’est fini.

      Déjà, FILLON a majoritairement gagné la primaire sur le double rejets de SARKOZY (par les centristes) et JUPPE (par les sarkozystes).

      Aussi, avec son programme (du capitalisme de connivence soupoudré de mesures conservatrices liberticides néanmoins vu par les imbéciles comme du libéralisme), sans ses casseroles, cette élection aurait déjà été extrêmement difficile pour lui. Pour gagner, il eu fallut qu’il obtienne le soutien de TOUS les électeurs de droite. Les gauchos ayant déjà soupé du front républicain en 2002, il ne fallait pas compter sur eux. Surtout, qu’avec la nouvelle patronne collectiviste de la PME « LE PEN et filles » : pourquoi voter pour un droitard alors qu’on peut avoir une vraie socialiste ?

      Bref, FILLON est fini. Et les rats, qui sont au demeurant des animaux très intelligents et résilients, ont tout à fait raison de quitter le pédalo.

      • Fillon n’est pas plus fini que la droite ou le PS. Il est du même sérail et se retrouve poursuivi pour de faits qui ne sont que le fonctionnement habituel de cette moitié de France qui vit de l’argent des autres. Et 500 000 euros c’est l’équivalent en capital d’une promotion de fin de carrière pour tout haut fonctionnaire et cumulard politique qui va ainsi aligner 1000 ou 2000 euros de plus de retraite. Seul contre tous n’est pas mal vu en France et peut même aider. Quant à son programme, ce que vous lui reprochez avec raison est encore plus accentué chez les autres. Et pour tout dire, les « rats » selon vous, sont aussi mouillés d’argent public que lui.

        • Les français acceptent beaucoup de choses de leurs Hommes politiques. Mais, il y a, malheureusement pour FILLON, deux choses qu’ils n’acceptent pas (plus ?) :
          – l’hypocrisie,
          – et l’enrichissement personnel.

          FILLON, légalité ou pas (ce qui n’est finalement même pas le propos), est coupable des deux. Et ce ne sont pas ses quelques millions d’électeurs fanatisés qui le sauveront (puisqu’ils font sincérement fuir à peu près tous les autres électeurs de droite).

          Le centre a massivement déserté (à tort ou à raison) vers MACRON et ne reviendra pas ! Les sakorzystes préfèrent LE PEN … Qui restent-ils ? Quelques conservateurs et quelques gogos … Le réservoir de voix est donc parfaitement vide. Et ce ne sont pas les intrigues de FILLON au détriment de sa famille politique ou sa théorie du complot qui le remplira.

          Donc, oui, FILLON est fini. Vous pourrez le constater au soir du premier tour. Je pense même qu’il sera quatrième (voire même cinquième en fonction du partage des voix HAMON/MELECHON).
          Quand bien même passerait-il le premier tour grâce à un concours de circonstances extraordinaires, qu’il serait éliminé par LE PEN. Les gauchistes (HAMON) voteront majoritairement blanc ou nul. Certains mélenchonistes voteront même LE PEN (après tout c’est kif-kif). Les sarkozystes voteront LE PEN. Les centristes voteront peut-être pour lui mais cela n’est même pas garantie vu ses intrigues minables avec SARKOZY (qui préfère perdre avec FILLON que gagner avec JUPPE) pour se maintenir au détriment de JUPPE.

          FILLON, après avoir failli en 2012, aura enfin la peau de son parti. A croire, que c’était là son objectif. Espérons qu’il naitra de ces cendres un vrai parti centriste libéral afin d’en finir avec cette mauvaise farce qu’est la droite française.

          • @Boule Shit
            Si FF est hypocrite, que sont les autres polytocards ❓ Tous des GIGA menteurs qui vous mentent et permettent aux copains de s’enrichir par exemple avec des retraites indécentes, ce qui leur assure du retour de la mangeoire un jour ou l’autre.

      • Ah, parce qu’il existe des politiciens propres en fRance ❓
        Ils ont utilisé quoi comme lessive ❓ DAECH ❓

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Lors d’un échange avec les lecteurs du journal Le Parisien, Emmanuel Macron a déclaré :

« Eh bien, là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie. »

Ces propos ont vite été médiatisés et pour cause : ils ne sont pas dignes d’un président.

Un président doit rassembler et non pas diviser

L’une des principales critiques des médias à l’encontre de Donald Trump était sa vulgarité. Force est de constater que sur la forme, Emmanuel Macron n'est ic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles