Présidentielle : et si on se concentrait sur les programmes ?

Compte tenu du manque supposé d’éthique des principaux candidats à l’élection présidentielle, les Français devraient s’attacher à voter essentiellement pour un programme à la hauteur des enjeux auxquels la France se voit confrontée.

Par Virginie Pradel.

Alors que les tensions s’exacerbent à droite entre les tenants du maintien et du retrait de François Fillon et que les passions se déchaînent dans les médias et sur les réseaux sociaux, il semble nécessaire de prendre un peu de hauteur vis-à-vis de ces circonstances rocambolesques et de s’interroger sur ce qui devrait fondamentalement guider le vote des citoyens.

Manque d’éthique politique

Il semblerait que François Fillon ait commis une faute éthique voire, selon certains, pénale en embauchant plusieurs membres de sa famille (pratique qui est, soit dit en passant, répandue), à commencer par son épouse Pénélope, à qui il serait reproché de ne pas avoir contribué réellement au travail parlementaire de son époux.

Une telle faute, si elle était avérée (mais comment prouver que ce qui n’est pas légalement défini n’a pas été fait ?), serait bien évidemment regrettable et condamnable.

Un problème généralisé

Cela étant dit, quel candidat à l’élection présidentielle peut se targuer d’être irréprochable sur le plan éthique ? Certainement pas Marine Le Pen, laquelle se trouve engluée dans plusieurs affaires judiciaires, notamment relatives à des emplois d’assistants parlementaires. Quant à Emmanuel Macron, il serait soupçonné par certains journalistes et parlementaires d’avoir utilisé une partie de l’enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère pour le lancement de son mouvement politique En Marche. Du reste, selon certains journalistes, le patrimoine du candidat aurait été réévalué par l’administration fiscale de sorte qu’il aurait été rétroactivement soumis à l’ISF.

Ce manque d’éthique généralisé est déplorable et il faudra tout mettre en œuvre pour que le système politique français évolue rapidement dans le sens d’une réelle probité et d’une plus grande transparence. Il s’agit là d’une attente légitime des Français, lesquels sont sidérés et révoltés par des affaires politico-judiciaires accablantes qui ne font que s’enchaîner.

Voter pour un programme

Fort de ce triste constat, les Français devraient essentiellement voter pour un programme à la hauteur des problèmes économiques auxquels la France se trouve confrontée, plutôt que se focaliser sur les déboires politico-judiciaires du candidat qui le porte.

L’économie n’étant pas une science exacte, les programmes des candidats se fondent sur des postulats très différents (libéralisme, protectionnisme, etc) et aboutissent à des solutions extrêmement diverses pour relancer l’économie française.

À titre d’exemple, François Fillon propose une baisse massive de 100 milliards d’euros de dépenses publiques et une baisse des prélèvements fiscaux de l’ordre de 50 milliards d’euros, quand Emmanuel Macron propose une baisse de 60 milliards d’euros de dépenses publiques et une baisse de 20 milliards d’euros de prélèvements fiscaux.

Les programmes économiques méritent d’être examinés par les électeurs. Libre ensuite à chacun de voter, en conscience, pour celui qu’il considérera comme étant le plus approprié au redressement économique de la France.