Fillon : « Pardon de n’avoir rien fait d’illégal ! »

La conférence de presse organisée par François Fillon repose sur un surprenant paradoxe en termes de communication politique, s’excuser de n’avoir commis aucune illégalité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Fillon by Fondapol (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fillon : « Pardon de n’avoir rien fait d’illégal ! »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 9 février 2017
- A +

Par Florian Silnicki.

Fillon : "pardon de n'avoir rien fait d'illégal !"
François Fillon by Fondapol (CC BY-NC-ND 2.0)

Beaucoup de commentateurs auront cru bon de taper sur les communiquants qui entourent François Fillon et sur une professionnelle aussi compétente qu’expérimentée : Anne Méaux et l’agence Image7 qu’elle a fondée et dirige. C’est évidemment à la fois un bouc-émissaire et un exutoire facile… trop d’ailleurs. Les communiquants de crise sont des avocats médiatiques et comme tous les avocats le redoutent et le savent, nos clients peuvent nous mentir. Par calcul (idiot), par peur ou par honte qui sait… par méconnaissance surtout parce que notre rôle c’est de conseiller et défendre de toutes nos forces notre client sans jamais le juger.

Le rôle d’un communiquant de crise est d’intervenir alors que la maison brûle. La communication de crise est un exercice très difficile. La communication politique de crise l’est au moins tout autant, surtout lorsque cela touche un domaine aussi symbolique pour les Français que l’argent. L’argent, surtout l’argent du contribuable, est un sujet politique qui a fait chuter ces dernières années de nombreuses personnalités politiques.

Malgré cela, François Fillon n’a pas semblé voir venir la crise politique naissante. Pourtant, dès l’information donnée par Le Canard enchaîné qu’un article sur sa situation allait sortir, un dispositif de riposte médiatique aurait dû se mettre en place pour constituer un bouclier de protection de l’image du candidat.

Des éléments de langage peu convaincants

François Fillon s’est enfermé dans des éléments de langage non susceptibles de convaincre qui que ce soit. Criant au complot. Répétant en boucle qu’il avait « scrupuleusement respecté » toutes les règles de droit ensuite. Attaquant enfin les médias, la gauche, le parquet national financier sans que cela ne puisse servir ses intérêts médiatiques. Sans laisser paraître d’inquiétude. Ni regrets, ce qui est très surprenant. Sans prendre non plus la moindre décision de remboursement par exemple. Son entourage même le défendant maladroitement dans tous les médias.

François Fillon aurait dû immédiatement déployer la transparence attendue par tous les Français sur les faits révélés par les médias. Il a préféré miser sur l’empathie et la mise en scène des sentiments à l’égard de sa femme. Sa défense ne fonctionnait dès lors plus que sur un pied. Autant dire que pour celui qui venait d’entamer un marathon médiatique, l’avenir s’annonçait particulièrement hasardeux.

François Fillon a semblé finir par comprendre l’ampleur de la crise qu’il traversait. Annonçant une « nouvelle campagne », il a organisé lundi une conférence de presse tentant de mettre un terme à cette affaire dite du Penelopegate. Présentant des excuses, reconnaissant une erreur mais aucune illégalité, il est resté prisonnier d’une stratégie de défense basée sur le complot dont il n’a pas réussi à se défaire.

Le « système » lui en veut. C’est évidemment un peu court pour mettre fin à une telle crise qui l’a fragilisé au point que son propre camp s’est demandé s’il ne convenait pas de le remplacer pour mener la campagne présidentielle. Il n’a pas réussi à reprendre le tempo médiatique ni à déplacer le sujet sur un autre terrain. Au contraire, quelques minutes seulement après la conférence de presse, des révélations sur un appel d’une journaliste ayant interrogé sa femme venaient contredire les affirmations du candidat Les républicains.

Dédramatiser les enjeux

Quoiqu’il arrive tout cela arrive bien tard. C’est le jour même des révélations du Canard enchaîné qu’il aurait fallu tout mettre en œuvre afin de contrôler l’interprétation médiatique des révélations de l’hebdo satirique. Il fallait dédramatiser au lieu de dramatiser les enjeux en optant pour le format du 20 heures de TF1. Matignon entend assumer la démonstration de force.

Cette configuration médiatique de l’offensive organisée de François Fillon n’offrait rien d’autre qu’un candidat tentant maladroitement de répondre aux accusations au lieu de livrer un récit permettant aux Français de s’approprier son histoire.

Faire acte de contrition était attendu. Cela ne parait pas aujourd’hui suffisant pour faire face à la vague médiatique qui submerge le candidat, et le feuilletonnage à laquelle il a donné naissance par mépris des événements et un manque évident de préparation et d’anticipation.

Le péché originel de François Fillon aura sans doute été de s’être cru insubmersible. En ne voulant pas se voir chuter, il se sera aussi terriblement et tragiquement fragilisé. Ce n’est pas sans me conduire à méditer la phrase de l’Empereur Marc-Aurèle : « Qu’il est aisé de repousser et d’abandonner toute pensée déplaisante ou impropre, et d’être aussitôt dans un calme parfait. »

Sur le web

Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • il s’est cru insubmersible…..le TITANIC aussi était parait t’il insubmersible….et pourtant….

  • A sa place, je pense que le lendemain de l’annonce, j’aurais fourni une liste de 200 ou 300 noms de parlementaires de tous bords, de l’AN, du Sénat, et même de la Commission Européenne qui font exactement la même chose.
    Puis j’aurais demandé si l’on devait attendre qu’ils se présentent à une présidentielle pour en parler 10 ans après les faits, historie de saboter une campagne et faire un boulevard à d’autres.
    Enfin, j’aurais demandé très clairement à qui profite le lynchage, et je me serais tourné vers Macron/Hollande, pour leur demander s’ils comptaient continuer longtemps leur petites magouilles d’appareil.

    Je trouve que, dans cette affaire, la contre attaque violente et sans détour serait plus efficace que cette défense de cour d’école.

    • « A sa place, je pense que le lendemain de l’annonce, j’aurais fourni une liste de 200 ou 300 noms de parlementaires de tous bords… »

      En général, quand on utilise un ventilateur pour nettoyer la merde, c’est un indice qui indique presque à 99% que l’on est soi-même coupable.

      « …qui font exactement la même chose. »

      Pour rappel, on ne reproche pas à Fillon d’avoir embauché sa femme. Mais de l’avoir payé avec des crédits publics à ne rien faire. D’où l’enquête pour détournement de fonds publics. Marine Le Pen a été condamné récemment à rembourser des crédits employés abusivement. Si l’on cherche un parallèle.

      • – Qu’il soit coupable d’avoir fait ce que presque tout le monde fait, soit. Ca ne le rend pas plus coupable que les autres. D’où la question de savoir pourquoi ne pas poursuivre tout le monde, tant qu’à faire.
        – Attendre 10 ans et une candidature à la présidentielle pour déterrer cette histoire qui étaient par ailleurs déjà connue est un signe fort qu’il y a manipulation. Comme d’habitude.

        • « Ca ne le rend pas plus coupable que les autres. »

          Les « autres » ne sont pas soupçonnés d’avoir payé quelqu’un à rien foutre sur des crédits publics.

          Quant à attendre 10 ans… cela signifie simplement qu’il n’est devenu intéressant de fouiller d’un peu plus près les agissements de Fillon depuis qu’il est devenu candidat à la présidentielle. Rien que de très normal. Avoir un député qui en 2000 tripatouillait, ça fait moins tache qu’un possible futur président qui viole la loi.

          • Premièrement, rien ne prouve qu’il a violé la loi
            Deuxièmement, les autres font, justement, très exactement pareil.
            Vous êtes bien naïf de croire que Fillon serait LA brebis galeuse d’un troupeau parfaitement honnête.

            • Pour l’instant, rien ne prouve que Fillon a violé la loi (même si des indices concordants le laisseraient supposer). Pour l’instant, il est le seul soupçonné d’avoir détourner des crédits public pour payer un membre de sa famille à rien branler.
              Et quand bien même d’autres seraient dans son cas – et susceptibles de poursuites judiciaires-, en quoi cela disculperait ou excuserait Fillon ?

              • Il est le « seul soupçonné » parce qu’il est le seul dénoncé par ce grand représentant de l’honnêteté et de la probité qu’est le Canard Enchaîné.
                Les centaines d’autres élus qui font, j’insiste, très exactement la même chose, ne sont pas inquiétés. Et pour beaucoup, jouent même les vierges effarouchées.
                Ca n’excuse Fillon en rien. Ca n’excuse surtout les autres en rien non plus.
                Mais, quand on fait le ménage, on le fait bien, et pour les bonnes raisons. Et surtout, complètement.

                Là, il ne s’agit pas de faire le ménage. Le ménage, c’est le prétexte. Ce qu’il se passe, c’est une énième manipulation pour faire élire un président socialiste alors qu’une majorité de français n’en veut pas.

                Ne pas vouloir le voir, c’est ne rien comprendre à cette fosse à purin qu’est la politique en France.

                • « …il est le seul dénoncé par ce grand représentant de l’honnêteté et de la probité qu’est le Canard Enchaîné. »

                  So what? Quand bien même le Canard enchaîné ne serait pas « ce grand représentant de l’honnêteté et de la probité », il a publié des informations – que Fillon n’a pas réfutées – et qui pourraient laisser supposer que ce dernier a commis des actes susceptibles de poursuites judiciaires.

                  À chaque jour suffit sa peine, et c’est déjà pas mal de commencer le ménage par une grosse pointure comme un candidat à la présidentielle, plutôt que par le dernier lampiste de conseiller régional.

                  Quant aux thèses complotistes…

                  • Je m’étonne que Fillon n’ait pas rappellé aux journalistes – hors celui de MediaPart – le fait que ces dernierst tirent les sous du contribuable à hauteur d’environ 1 milliard d’euros l’année…

                    • On ne voit pas trop le rapport avec le Canard enchaîné. De fait, on ne trouve nulle trace du Canard dans le tableau des titres de presse aidés en 2015 disponible sur le site du ministère de la Culture.

                    • @José Le tableau des aides à la presse est très incomplet, puisqu’il ne comporte pas les aides que les journaux perçoivent pour la co-organisation d’évènements culturel…à ce jeu là, Libé, Le Monde et le seul journal ayant eu le droit de continuer à publié après la défaite de 40 sont les champions en la matière.

                    • Le Canard enchaîné ne reçoit aucune aide de l’État.
                      La seule « aide indirecte » est celle qui est versé à La Poste : 2 cents d’euro par exemplaire de l’hebdomadaire livré par courrier.

                      Mais sinon, de manière plus générale : les aides à la presse sont légales. L’emploi fictif d’un assistant parlementaire, non.

                    • – Pourquoi ce canard enchainé a besoin d’une aide publique (les aides à la presse sont tout aussi iniques que ce qui est reproché à Fillon) ?
                      – Pourquoi les chiffres indiqués sont bruts & cumulés (en 10 ans de carrière, n’importe quel ingénieur ou avocat a déjà dépassé le tiers de la somme annoncée…donc sur une période de 20 ans, les chiffres annoncés n’ont rien d’extravagants) ?
                      – Pourquoi ce canard « révèle » ces informations maintenant alors que ce ne sont pas des informations spécialement nouvelles.
                      – Pourquoi le canard ne s’intéresse pas au club de voyage du sénat qui permet dixit à un sénateur socialiste interviewé il y a des années sur France Inter qui expliquait bien gentillement que moyennant quelques dixaines d’euros un sénateur pouvait voyager sur Air France en première avec femmes et enfants autant de fois qu’il le souhaitait ?
                      – Pourquoi ce canard ne s’intéresse pas aux activités de Hollande alors qu’il était à la court des comptes et qui expliquait en creux aux journalistes lors de sa première arrivée à l’assemblée qu’il n’en foutait pas une ?
                      – …

        • vous lui faites un peu trop de publicité, il a le droit d’être anti Fillon et ça pu .

    • Parfaitement d’accord DoM P. Je ne comprends pas pourquoi il se défend si mollement .

  • « Le « système » lui en veut. »

    Ce n’est pas non plus comme si Fillon n’était pas membre à part entière du « système » depuis près de 40 ans.

    • Il y a système et système…Fillon veut tailler dans la Fonction publique, évitez de faire semblant de ne pas bien saisir la nuance, cela en devient lassant 😉

  • @Florian :

    Vous êtes très gentils …

    C’est de la responsabilité du gestionnaire de crise de prendre la main sur son poulain en cas de crise, parce que dans 99% des cas, le principal intéressé ne voit le train que quand celui-ci lui a roulé dessus.

    Ils ont été (et continuent à être) très nuls.

    Surtout comparé à Macron, qui vient par un savant tour de passe-passe de transformer une boule puante sur sa vie privée en un message qui va lui attirer toute la sympathie de la communauté gay et gay-friendly, du grand art !

    • La « boule puante » Macron est gay n’a soulevé aucune réaction de type LMTP, certes tout le monde l’a vue mais tout le monde s’en fout. Personnellement, je penche pour une tentative de l’intéressé lui-même pour s »attirer toute la sympathie de la communauté gay et gay-friendly ». Un demi succès, finalement.
      Si j’étais journaliste, je chercherais à savoir qui a lancé la rumeur, ça pourrait être marrant.

  • Toutes les contre-attaques sur le thèmes « c’est légal » ou « les autres aussi ont gaspiller l’argent du contribuable » sont vouées à l’échec car il y a soupçon d’enrichissement personnel.
    Sarkosy a les juges aux fesses, mais ses groupies lui on toujours pardoné car la fraude était pour le parti, idem pour Juppé avec les emplois fictifs du RPR.
    La morale de cette histoire c’est que le péché capital de la moral public française c’est le soupçon d’enrichissement personel.
    La morale de cette morale est que les français se fichent de l’argent public.
    Je ne comprend pas que l’agence Image7 n’a pas été capable de lui expliquer ça, maintenant sa candidature est fichue.

    • En quoi est il immoral de s’enrichir personnellement ? Hollande a profité des ors de la république toute sa vie et lui et son disciple voudraient nous faire croire qu’ils n’ont pas pillé le contribuable ?

      Ensuite, je ne pense pas que sa candidature soit fichue. La stratégie de Macron et ses potes socialistes (Mélanchon, Hamon et Marine (puisque le gros de ses troupes sont des fonctionnaires déçus du Hollandisme)) c’est de faire un battage médiatique pas possible pour essayer de pousser les électeurs de droite à croire que tout est perdu et à voter FN par dépit en espérant que cela favorise un vote Micronscopique au second tour.

      => En gros, pour un socialiste, il est plus simple de tirer sur le messager plutôt que de discuter de ses idées !

      • « En quoi est il immoral de s’enrichir personnellement ? »

        Aux dépens du contribuable français ?
        C’est une vraie question que vous posez ?

        • Merci d’avoir saisi cette perche 😉

          Jusqu’à preuve du contraire, les fonctionnaires français s’enrichissent au frais du contribuable français…et au vu de l’efficacité de la Ponction (pardon de la Fonction) publique, je doute que la majeure partie fournissent un quelconque travail.

          Les vraies questions sont :
          – a-t-on besoin d’homme politiques payés par les deniers publics ?
          – a-t-on besoin d’une fonction publique pléthorique et toujours plus inefficace ?
          – a-t-on besoin d’une presse subventionnée jusqu’à la moëlle par les deniers publics ?
          – a-t-on besoin de confondre éducation et instruction ?
          – …

          Fillon est trop timide, pour redresser la France:
          – réduction de la fonction publique à ses seules missions régaliennes
          – privatisation totale des fonctions non régaliennes
          – mise en place d’un impôt sur le revenu à taux fixe, sans aucune niche fiscale
          – suppression des charges patronales et versement du salaire complet au salarié
          – …

          Je clarifie mes positions pour que vous évitiez un procès d’intention mal placé. Je n’aime pas spécialement Fillon, mais entre la peste, le coléra et une bonne grippe, je préfère encore une bonne grippe 😉

          • Finassez seulement et feignez donc de ne pas comprendre que quand Liam parle d’enrichissement personnel, il fait référence à un des éléments du délit de détournement de fonds publics.

            • Quand un fonctionnaire de la SNCF oublie de se lever pour conduire son train ou demande à se faire payer ses jours de grève c’est bien un détournement d’argent public 😉

              Ensuite, en ce qui concerne les délits d’enrichissement personnel des hommes politiques, certes, mais les députés et autres sénateurs ne sont-ils pas les premiers à se voter des lois qui leur permettent d’être au dessus de français ? Ou quand François Hollande fait loger sa concubine – la journaliste et l’actrice ratée – aux frais de la république et sous la protection de la république, en quoi ceci ne constitue-t-il pas un détournement d’argent public ?

              En suède, le premier ministre est suivi quasiment au centime près…plusieurs ministres sont tombés pour des faits qui passeraient pour totalement normaux en france.

              Quelques exemples :
              – nuit d’hotel du conjoint payé sur les deniers publics => démission
              – ivresse sur la voie publique => démission
              – soupçons de corruption => démission
              – …

  • Peu importe la communication plus ou moins heureuse. Il n’est pas habitué aux coups tordus et à la manière de les retourner contre leurs auteurs? Tant mieux. Ca montre qu’il n’est pas tordu lui-même. C’est un souffle d’air frais dans le monde politique. La seule question est de voter pour celui qu’on considère être le meilleur à la fonction de Président.

    • D’un autre côté, un président qui ne serait pas capable de défendre les intérêts de son pays pied à pied ne serait guère intéressant… Et s’il ne sait pas défendre ses propres intérêts, il y a fort à parier qu’il n’est pas apte au poste.
      Cela dit, je ne vois personne parmi les candidats qui soit capable de réellement tenir le poste.
      Ce pays est foutu, comme le serine H16 depuis des années.

      • Ce n’est pas non plus comme si le cas de figure le plus courant chez les politiciens et celui de la personne qui arrive très bien à défendre ses propres intérêts, souvent au détriment du bien public sans être capable, pour autant, de défendre les « intérêts de son pays ».

  • Le pire est qu’il garde le soutien de son parti. Ca en dit long sur le sens moral de la droite catholique.

  • Et pourquoi Fillon ne dirait pas la vérité sur la réalité du travail ? Vous êtes presque tous bernés par le matraquage médiatique à 90 % à charge.
    Doit-on rappeler que les médias vivent de marketing, que c’est un commerce, et surtout pas des parangons de vertus et d’honnêteté intellectuelle ?

  • Fillon a simplement testé, bien avant Hamon, le RU à 3 x le SMIC avec sa famille pendant une bonne douzaine d’années…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On prend les mêmes et on recommence : Emmanuel Macron mobilise les mêmes méthodes, les mêmes hommes et les mêmes trucs de comm’ pour sa rentrée politique. Fragilisé par les législatives, incapable d’établir le consensus sur les initiatives de l’exécutif, le bien mal élu président de la République multiplie les effets de comm’, qu’il sort de son chapeau comme un vieux magicien sort ses cartes de son chapeau élimé.

Le principe de la consultation, chez Macron, c’est de réunir des gens devant qui il monologue avant de ... Poursuivre la lecture

Par Alexis Lévrier[1. Historien de la presse, maître de conférences, chercheur associé au GRIPIC, Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA).]. Un article de The Conversation

Quelle trace le quinquennat d’Emmanuel Macron laissera-t-il dans l’histoire de la presse et des médias ? Même s’il a été présenté comme l’homme du « nouveau monde », le président « jupitérien » est revenu dans ses rapports avec les journalistes aux origines mêmes de la Cinquième République.

Il n’a pas hésité pour cela à utiliser les méthodes de la moderni... Poursuivre la lecture

Par Gérard Petit.

Après l’entreprise de verdissement d’une électricité déjà verte, la France récidive en voulant verdir un ferroviaire qui l'est déjà. Ainsi, dans ce contexte morose que seules des nuances de gris peuvent vraiment figurer, la SNCF s’accoutre d’une casaque verte à défaut de pouvoir augurer la vie en rose.

L’artifice pourtant flagrant ne trompera guère mais poursuivra néanmoins son chemin dans l’indifférence voire dans l’approbation, tant l’opinion tourneboulée par l’insistance des messages et les affichages politi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles