Penelopegate : quelle alternative à François Fillon pour la droite ?

François Fillon 2014 By: European People's Party - CC BY 2.0

La droite va-t-elle devoir remplacer au pied levé son candidat par un autre moins gêné par les affaires ?

Par Frédéric Mas.

Les scandales qui plombent la campagne de François Fillon, à la fois candidat de la droite et du centre et donné favori dans les sondages au début de la campagne pour l’élection présidentielle, agissent comme un coup de tonnerre dans un ciel serein.

François Fillon était présenté par ses défenseurs comme le candidat de la réforme et de la retenue contre une gauche en voie d’implosion et contre une extrême droite populiste et socialiste ; il se révèle être un pur produit de la classe politique française de ces trente dernières années.

Après l’affaire Pénélope Fillon, révélée par Le Canard enchaîné, qui met en cause la réalité du travail de la femme de François Fillon en tant qu’attaché parlementaire et à la Revue des deux mondes, c’est aux emplois de ses enfants et de certains de ses collaborateurs que la justice s’intéresse. S’ajoute à cela la nouvelle affaire de chèques touchés au moment de son passage au Sénat et les mystérieuses activités de consulting du député Fillon.

Cette escadrille d’affaires est suffisamment déplaisante pour provoquer une crise interne au centre-droit qui, désormais, se trouve dans une position semblable, toute proportion gardée, à celle du Parti socialiste au moment de l’arrestation aux USA de son favori D. Strauss Kahn en 2011.

Miser sur le François Hollande de la droite ?

En effet, la gauche socialiste, prise de court, désigna François Hollande pour le remplacer au pied levé. Loin d’être le premier choix des militants et des éléphants, il fut sans doute le pire substitut disponible pour enrayer le déclin de la formation sociale-démocrate. La droite va-t-elle devoir remplacer au pied levé son candidat par un autre moins gêné par les affaires ? Certaines rumeurs évoquent François Baroin, qui pourrait donner le change au pire ennemi de la droite aujourd’hui, Emmanuel Macron.

Ce dernier en effet est le premier bénéficiaire de la déconfiture du candidat de la droite et pourrait, par son positionnement centriste et réformiste, récupérer les électeurs déçus par celui qui est en train de se révéler être plus un symptôme qu’une solution pour redresser notre modèle social et politique moribond.