Bulle obligataire : le Délicat dégazage

La bulle obligataire commence à susciter des inquiétudes même au sein de la Parasitocratie. L’inflation sera le vrai déclencheur de l’explosion de cette bulle historique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bulle obligataire : le Délicat dégazage

Publié le 19 janvier 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Bulle obligataire : le Délicat dégazage
By: pandajenn1234CC BY 2.0

Les langues se délient. Certains bipèdes fréquentant le milieu de la Parasitocratie n’hésitent plus à faire part publiquement de leurs doutes. Ainsi, Paul Schmelzig, un universitaire d’Harvard, spécialiste de l’histoire financière du XXème siècle, a publié sur le blog de la Banque d’Angleterre un article intitulé Les Vénitiens, Volcker et risque de défaut : huit siècles de retournement du marché obligataire :

Tandis que les taux ont atteint un plus bas historique en 2016, les investisseurs se sont inquiétés que la plus grosse bulle obligataire de l’histoire puisse avoir une fin violente. Les fortes chutes qui ont suivi les élections américaines semblent confirmer leurs craintes.

En regardant huit siècles de données, je confirme que le marché haussier de 2016 fut vraiment l’un des plus grands jamais enregistré. L’histoire suggère que le retournement sera provoqué par les fondamentaux de l’inflation et laissera les investisseurs encore plus mal en point qu’après le « massacre obligataire » de 1994.

Une bulle grosse comment ?

Voyons simplement les États-Unis :


La balance commerciale américaine est déficitaire, le pays importe davantage qu’il n’exporte et depuis 1990, le cumul avec la Chine dépasse 4 000 milliards de dollars.En tout 47 000 milliards de dollars, rien que pour les États-Unis.

Jusqu’ici tout va bien, les Chinois achètent gentiment des bons du Trésor. Mais si Donald Trump leur chauffe un peu trop les oreilles, ils pourraient en acheter moins.

Retour en France où la bulle obligataire existe aussi

Aujourd’hui même, nos vaillants fonctionnaires de l’Agence France Trésor vont placer de la dette à 50 ans. Oui, vous avez bien lu 50 ans. Dans la Parasitocratie, « après moi le déluge » est un mode de gestion. On n’hésite pas à emprunter sur des échéances qu’on ne verra jamais. D’autres gèreront les problèmes. Mais qui est assez bête pour acheter un vulgaire bout de papier qui doit tenir un demi-siècle, me direz-vous ?

Les investisseurs étrangers, et notamment les fonds souverains de certains pays qui recyclent leurs excédents (la Norvège notamment), les Asiatiques, les pays producteur de pétrole,… Ces gens aiment bien l’euro. Dans son ensemble, grâce à l’Allemagne, la Zone euro exporte et est donc excédentaire. L’euro leur paraît donc une bonne monnaie, un peu comme le mark l’était.

Mais il y a un os. L’Allemagne émet de moins en moins de dette, donc ces investisseurs se replient sur la France. Notre pays est mal géré et chroniquement déficitaire, mais il a le charme d’émettre de la dette en euro qui est considérée comme aussi bon que le défunt mark.

Jusqu’ici tout va bien, les étrangers achètent gentiment notre dette. Mais s’ils commencent à avoir peur, à avoir des doutes sur la tenue de l’euro, sur le système bancaire ?

Quand on lit la presse étrangère, on voit qu’une victoire aux présidentielles de Marine Le Pen est prise au sérieux et que les investisseurs étrangers (déjà échaudés par le Brexit, Trump et le « non italien ») sont refroidis par cette perspective.

Et si nous n’arrivions plus à exporter notre très belle dette pour importer des choses pas chères et financer le train de vie collectif fastueux que nous sommes incapables de nous payer nous-mêmes ?

Tant mieux. Le créditisme serait mort et nous ne pleurerions pas une larme d’autant plus que nous avons pris nos précautions pour limiter la casse financière.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Alors là, j’ai TOUT COMPRIS!
    SUPER RÉSUMÉ
    S’il reste un électeur au FN après avoir lu ça, la suite sera amplement méritée!

  • Quelqu’un pourrait il m’expliquer pourquoi il n’y a pas encore une inflation galopante?

    • Mitch : il n’y en a pas et il n’y en aura pas : le dollar est maître de la gouvernance économique et financière depuis 1971, si vous regardez attentivement les situations d’inflation dans l’histoire récente, il s’agit avant tout de pays qui n’ont pas les même moyens que ce gérant lle dollars, l’euro ou la livre. Et non les USA, l’Europe, la GB ou le Japon actuels ne connaitront jamais l’inflation de la république de Weimar des années 20. Sans compter que pour des raisons éminemment politique on préfère le chômage, le mal logement que l’inflation.

      Et si on raisonne de manière globale l’inflation et là mais là ou on ne la voit pas: pays en développement, pays émergent.

    • L’inflation exponentielle se developpe quand plus personne ne veut de la monnaie et qu’elle est difficilement convertible.
      ici vos dollars, euros et yens sont parfaitement convertibles et les économies émergentes en sont encore tres friandes (en Amérique du Sud, tout ce qui a un peu de valeur se paie en dollar, immobilier, voitures). Donc on arrive a évacuer nos surplus.

  • Il ne faut pas voir des bulles partout, une obligation ou un billet de banque…c’est la même chose plus un intérêt assuré…..est ce une bulle qu’une banque ait plein de réserve dans ses coffres ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Premier ministre britannique sera à Kigali à partir de jeudi 23 juin pour le sommet des chefs de gouvernement des pays du Commonwealth qui se clôture le 26 juin.

À Kigali, Rwanda, s’ouvrait lundi le sommet du Commonwealth. Boris Johnson va en profiter pour montrer qu’il n’a aucune intention de faire marche arrière sur l’accord avec le Rwanda signé mi-avril, pour que le pays des mille collines accueille sur son territoire – moyennant finance – des migrants et demandeurs d’asile acheminés depuis le Royaume-Uni en attente d’un éventuel... Poursuivre la lecture

L'inflation annuelle dans la zone euro continue d'augmenter, passant de 7,4 % en avril 2022 à 8,1 % en mai, dépassant les attentes de 7,8 %, atteignant le niveau le plus élevé depuis la création de l'euro. L'énergie a augmenté de 39,2 % - contre 37,5 % en avril - et l'alimentation, l'alcool et le tabac de 7,5 % - contre 6,3 % en avril - mais même sans les prix de l'énergie et de l'alimentation, l'inflation est passée de 3,5 à 3,8 %.

Les coupables sont bien connus : l'expansion monétaire effrénée des banques centrales, les distorsions d... Poursuivre la lecture

Lionel Laurent de chez Bloomberg n’a pas de patience pour les cryptos… Auparavant, il attaquait le Bitcoin pour son utilisation d’énergies.

Il écrit :

« L’énergie représente environ la moitié des dépenses des sociétés qui minent le Bitcoin. »

Aujourd’hui, il revient à la charge, et appelle les autorités à une prise en charge du secteur :

« Il est temps pour les régulateurs de se demander quel est l’impact dans le monde réel du prochain retournement de cycle contre les cryptos. »

Les échanges décentralisés « ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles