Terrorisme : comprendre, ce n’est pas excuser

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le penseur de Rodin crédits Mphotographe (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Terrorisme : comprendre, ce n’est pas excuser

Publié le 26 mars 2016
- A +

Par Philippe Bilger.

Le penseur de Rodin crédits Mphotographe (CC BY-NC-ND 2.0)
Le penseur de Rodin crédits Mphotographe (CC BY-NC-ND 2.0)

Comprendre, le Premier ministre a raison, ce n’est pas excuser.

Quand une société, à force de mauvaise conscience, finit par excuser ce qui l’a frappée et continuera à le faire, elle est gravement malade et consent à son effacement.

Mais comprendre, c’est autre chose.

Non pas le terrorisme en général, sa géopolitique, sa stratégie, ses ambitions de pouvoir et de domination, ses avancées réfléchies qui se jouent d’une défense internationale classique révélant ses limites et ses insuffisances, empoisonnent certains quartiers de nos pays et mettent le feu au monde en nous faisant désespérer des pompiers.

Mais les ressorts profonds, les motivations intimes de ces assassins, Khalid et Brahim El Bakraoui, le premier s’étant fait exploser dans l’aéroport de Zaventem et le deuxième à la station de métro Maelbeek, le dernier Najim Laachraoui, l’artificier, étant le second kamikaze de l’aéroport (Le Monde).

On voit les deux frères sur une vidéo marchant côte à côte, la main gauche seulement gantée, probablement sur le détonateur, et leur complice au même niveau mais un peu éloigné d’eux.

Encore une fois, dans ce trio, deux frères. Comme s’il fallait que l’un affermisse sa résolution grâce à la présence de l’autre ou que, dans le dialogue, la fraternité ait été le lien fondamental pour se jeter dans l’entreprise meurtrière et suicidaire.

Au moment où ils marchent, ils savent qu’ils vont mourir, kamikazes, en déclenchant le détonateur et que dans le même mouvement qui les effacera, ils obtiendront gain de cause, le succès atroce qu’ils escomptent : des innocents tués, des incroyants massacrés.

Quelle motivation ?

Mais quel est ce stimulant si puissant, si irrésistible qui leur fait prendre leur destruction comme le moyen glorieux de leur victoire, pour une étape nécessaire et admirable avant l’apothéose espérée du désastre autour d’eux ?

Les El Bakraoui étaient connus des services de police pour grand banditisme. Rien qui dans leur personnalité les rendait donc aptes au sacrifice suprême, à la désertion délibérée de l’existence, de ses facilités et de ses tentations. « Voyous ratés » ou rachetés ?

Certes l’islam, Daech, la justification de la mort causée et propagée par la bonne conscience de l’œuvre pie. Un changement radical d’existence. Du fanatisme, de la haine, l’abandon des transgressions ordinaires pour des extrémités inouïes de malfaisance et d’amoralité sous le couvert d’une pureté névrotique et de la détestation de toutes les joies : par exemple, je ne parviens pas à oublier la décapitation de cet adolescent de 15 ans surpris à écouter du rock !

Mais, pour ces frères, accepter de gaîté de corps et d’esprit, en même temps, de se pulvériser au nom d’une religion à la conception dévoyée puisque rien dans sa normalité n’est porteur de telles atrocités relève d’un saut que notre attachement à la vie, même quand il s’agit de défendre les plus nobles causes, s’explique mal, ne parvient pas à appréhender ! Donner sens à sa vie par la mort ! Quel étrange ballet où malgré le rêve sur les béatitudes et les mille vierges, le culte du néant côtoie l’ignominie la plus nue.

Il y a là quelque chose qui dépasse de très loin la curiosité qui m’habitait quand je cherchais à me rendre lisibles le plus clairement, le plus lucidement possible les crimes épouvantables contre lesquels j’ai dû requérir en ma qualité d’avocat général.

Avec les deux frères, on est dans un autre registre qui nous saisit d’effroi et d’horreur. Mon dieu, être capables de faire ça, de tellement tuer et de se tuer sans frémir en même temps, quel insondable mystère !

On pourrait répliquer que mes questions sont vaines et que c’est bon débarras.

Il me semble cependant que la lumière sur cette interrogation : pourquoi leur mort contre tant d’autres ?, est essentielle. En tout cas elle fait partie de la solution qui un jour nous permettra de réduire à son plus bas niveau le terrorisme parce qu’on aura compris comment il naît et se développe dans les têtes.

Il n’est pas indécent de se demander ce que celles des frères El Bakraoui agitaient quand ils marchaient avec tant de morts imminentes appelées à surgir de la leur qui n’a fait pleurer personne.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Que ne comprenez vous pas ? Que le mal existe ? Que certains y soient pathologiquement enclins et qu’une idéologie mortifère soit le substrat de leur (absence de) pensée ? Qu’il en aient besoin pour justifier la haine de tout ce qui n’est pas eux, de tous leurs échecs, de toutes leurs petitesses ?

    • liberté adorée
      27 mars 2016 at 16 h 40 min

      Ne pas chercher à comprendre c’est précisément et le sens littéral de ce que vous appelez « l’absence de pensée ».
      Il y a pleins de chose à essayer de comprendre, mais voila, il est plus aisé de les appeler les fous, les méchants et nous les gentils totalement sain d’esprit… Et ça réussi bien, c’est ce que l’on fait depuis toujours et la récidive n’a jamais aussi importante. Heureusement que des scientifiques, des médecins,… Ne pensent pas comme vous, ou sinon nous n’aurions trouver aucun vaccin, aucun remedes,…

      • Ah, je comprends maintenant : ils ont été piqués par une méchante bestiole, mais ils vont guérir parce que des médecins vont trouver des vaccins et des remèdes pour eux. Il fallait y penser, oui. Heureusement que vous êtes là pour nous faire part de votre immense savoir.

  • Justement si ! Comprendre aujourd’hui c’est absoudre tous les salauds et nous auto-incriminer de tous les maux.

    • liberté adorée
      27 mars 2016 at 16 h 35 min

      Heureusement qu’en tant que chef dentreprise je ne pense pas comme vous… Jamais de ma faute, la faute des autres… Ou sinon je pourrais être sur que mon entreprise aurait fermé depuis longtemps. Si vous pensez que le fait qu’aucun autre pays ne soit visé à part la France et sa cousine la Belgique… Est du au hasard, je ne vais rien pouvoir faire pour vous.
      Si j’explique (ce que fait un historien par exemple) pourquoi et comment Adolf Hitler à réussi à faire ce qu’il a fait, cela fait de moi un nazi ? Si un médecin cherche à comprendre d’où provient une maladie, c’est qu’il l’a cautionne ?

      Votre technique de nier l’explication, de ne pas chercher à comprendre et assimilé cela a de l’excuse… Désolé c’est pratiqué depuis toujours et j’ai l’impression que cela ne marche pas…

      • Vous, chef d’entreprise ? Ventes de coquillages et de fleurs en papier crépon sur la digue lors des vacances ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Montenay.

Parler aujourd’hui de l’utilité de l’immigration suscite souvent une réaction violente : ce serait, au mieux, de l’inconscience, une "trahison de l’identité nationale" ou, au pire, une complicité avec l’islamisme ! Pourtant l’histoire a prouvé l’utilité économique et démographique de l’immigration et une récente étude de l'OCDE vient d'en confirmer l'impact positif pour les finances publiques des pays concernés.

Les sentiments anti-immigration sont largement utilisés dans l’actuelle début de campagne président... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par h16.

S'il faut bien sûr reconnaître qu'être pris en otage est une circonstance éminemment douloureuse, elle permet parfois de mettre le nom de certains dans tous les médias.

Et s'il est vrai que cette médiatisation peut être utile pour permettre un dénouement heureux de la séquestration, il ne faut pas trop se leurrer : dans le cadre de la République française, cette médiatisation permet surtout d'engendrer soutien diplomatique et financier. Eh oui : si, en général, la France se tamponne allègrement de ses ressortissants à l... Poursuivre la lecture

Par h16.

Il y a un an, Samuel Paty était décapité par un terroriste islamiste déclenchant une sorte de consternation de la classe politique et médiatique, la colère du peuple français et la résignation du corps enseignant qui, de PasDeVague en PasDeVague, sentait bien que cela devait arriver un jour ou l'autre.

De façon traditionnelle, des hommages furent donc rendus ce vendredi 15 octobre dans les établissement scolaires de la République. Heureuse surprise (c'est en tout cas ainsi qu'elle est présentée par le ministère de l'Édu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles