Le meilleur du pire de la politique sur twitter

Un aperçu des tweets politiques les plus hilarants (et consternants) du mois dernier !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Facepalm (Crédits : Alex Proimos, licence CC-BY 2.0). Image publiée initialement sur Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le meilleur du pire de la politique sur twitter

Publié le 9 février 2016
- A +

Par Daniel Tourre.

Facepalm (Crédits : Alex Proimos, licence CC-BY 2.0). Image publiée initialement sur Flickr.
Facepalm (Crédits : Alex Proimos, licence CC-BY 2.0). Image publiée initialement sur Flickr.

Votez en commentaire pour votre tweet préféré du mois dernier. Ou signalez-nous les perles que vous avez dégotées de votre côté sur Twitter !

a) Le chômage, c’est la faute des entreprises, tome 1.

Autain

De même, 300 milliards d’€ d’impôts en plus auraient pu permettre de créer 20 millions d’emplois publics.

b) Le chômage, c’est la faute des entreprises, tome 2.

Camba

Heureusement, pour compenser, nous avons des apparatchiks PS avec le goût du risque, créatifs et visionnaires.

Quel grand malheur pour la France qu’ils aient choisi de faire des synthèses de motions à l’UNEF puis au PS plutôt que de créer une entreprise.

c) L’opportunisme, c’est le réel.

Peltier

Guillaume Peltier, en ce moment aux Républicains, politique depuis 15 ans, n’aime pas les idées politiques : c’est forcément des idéologies et elles empêchent de retourner sa veste facilement.

Le mépris de toute doctrine politique, appelée péjorativement idéologie, est à la fois convenu et suspect. Une doctrine est un effort pour ordonner sa pensée, pour poser des fondements appuyés sur des faits ou des principes, puis pour bâtir des arguments soutenant la pertinence d’un objectif et des moyens d’y parvenir. Cela n’est en rien un mantra purifié à réciter aveuglement, c’est un souci d’exposer rigoureusement une vision, y compris pour favoriser des réfutations argumentées d’adversaires, permettant des corrections ou des améliorations.

Lorsque l’on est un homme politique, ne pas avoir de doctrine -ou une tentative de doctrine-, c’est s’exonérer de cet effort de cohérence tant pour éviter de justifier ses actions que pour échapper à toute critique sur un parcours sinueux.

d) La confusion, c’est Christine Boutin.

Boutin

Une certaine droite dure connaît le problème de la France : le libéralisme libertaire, enfin le libertinisme… euh le libertarianisme… enfin le truc américain pas bien où les gens fument des joints. Taubira est pas bien, elle est donc libertarienne. CQFD.

Que l’offre politique soit plutôt une sorte de progressisme postmoderne autoritaire mâtiné d’un État-mammouth absorbant 57% du PIB, c’est-à-dire une offre très éloignée du libéralisme, qu’il soit « libertaire » ou « traditionaliste », ne semble pas  troubler outre mesure cette droite décidément elle aussi dans la confusion.

e) Le retour du héros.

Ayrault

En France, il n’y a que quarante personnes compétentes. Alors forcément, de succès en succès, on retrouve souvent les mêmes aux postes clés.

f) Le Macronnisme de caste.

Emmanuel Macron a fait des déclarations sympathiques dans le ronron autoritaire PS.

Hélas, sous le vernis de liberté, il y a parfois le technocrate pro-business old school à la Française qui perce méchamment.

Macron

EtatStratege

g) Taubira est libre.

TaubiraAvec ce « nous », Christiane Taubira veut vraisemblablement parler de la classe politique dont la liberté de contrôler les citoyens a effectivement été renforcée.

Le culte voué à Sainte Taubira démissionnaire n’est pas sans rappeler celui voué à Sarkozy, une admiration décorrélée des résultats, des intentions comme de la personnalité, clivante, de son bénéficiaire.

h) Nous citoyens est pour le discours des autres.NousCitoyens

Oui, le libéralisme défend le droit naturel des entreprises dans la déclaration des droits de l’homme de 1789 ou le bill of rights des USA. Le libéralisme s’oppose à « social » même s’il occupe exclusivement de règles permettant la vie en société. L’entreprise s’oppose aux hommes, ce sont des entités conçues par des petits gris de Roswell. Mais l’écologie concerne tout le monde, les hommes et les petits gris. Grâce à ce sens de la synthèse sans sectarisme, Nous Citoyens est décidément pragmatique, prenant le meilleur des mondes, qu’ils soient hommes, sociaux, entreprises ou petits gris.

Sympathique dans les intentions -renouveler la classe politique-, un peu moins dans sa stratégie -aller récupérer Jean-Marie Cavada, aujourd’hui démissionnaire-, Nous Citoyens reste limité par ses postulats de base, propre à d’autres mouvements citoyens : faire de la politique sans idées politiques propres, simplement de manière plus « pragmatique » (?).

Cela donne un programme assez confus et un discours un peu ramasse-miettes, best-of du discours des autres.

i) FN, MEDEF, tous unis contre l’ultralibéralisme.

GattazFNLa convergence des luttes est en marche, cela s’appelle le capitalisme de connivence. Des subventions pour les proches de l’État-stratège. Des impôts pour les autres.

j) La banque centrale, super-héroïne du journalisme économique.BCE2

BCE

La banque centrale ne désarme pas, elle lutte, relance, soutient la croissance, combat la crise grâce à ses super-pouvoirs. D’ailleurs elle est maintenant aussi officiellement chargée de faire monter la bourse. Cela va aller mieux.

Bien sûr, un bon article à clics a besoin d’un storytelling de tragédie antique, bien sûr la banque centrale bénéficie de l’alliance curieuse des pro-business gourmands d’argent gratuit et des pro-planificateurs keynésiens gourmands d’institutions à la hauteur de leur génie créatif, bien sûr les experts en expertises ont besoin d’écrire des expertises, mais cette mise en scène hollywoodienne de la banque centrale depuis 8 ans, de catastrophe économique en résultats absents va finir par lasser, même les meilleurs spectateurs.

k) Arte nous informe.TrepaliumNos sociétés ultralibérales, où l’État finance des séries télé commentées ensuite par des journaux subventionnés par l’État.

l) Taxis pédagogiquesNawakIl est frappant de voir autant de commentateurs/dessinateurs très à gauche, défendant d’habitude les monopoles d’État, l’intervention de l’État, les subventions, trouver brutalement des vertus à la concurrence économique pour les taxis. C’est un très bon début… Merci les taxis !

 

6842-Test Logique TAxistt

Pour recevoir, d’autres affiches libérales, la lettre du Collectif Antigone.

Lire sur Contrepoints tous les articles de Daniel Tourre et ses best-ofs de tweets

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Twitter
2
Sauvegarder cet article

Par Emma Camp.

 

Mardi, Twitter a annoncé avoir intenté une action en justice contre le gouvernement indien au motif que celui-ci a interprété trop largement une série de lois datant de 2021 en ordonnant à l'entreprise de censurer les utilisateurs dissidents dans le pays. Cette action en justice fait suite à la pression croissante exercée par le parti au pouvoir, le Bharatiya Janata Party (BJP), qui, ces dernières semaines, a ordonné à Twitter de bloquer les messages et les comptes de dissidents. Selon CNN, une source famil... Poursuivre la lecture

Le 22 juin, Jordan Peterson a écrit un tweet dans lequel il commentait la récente opération de transition de genre subie par un acteur qui s'appelle désormais Elliot Page.

Plus tard dans la journée, Twitter a suspendu le compte de Peterson pour avoir prétendument enfreint les règles de l'entreprise en matière de comportement haineux, avec l'avis suivant :

"Vous ne pouvez pas promouvoir la violence contre, menacer ou harceler d'autres personnes sur la base de la race, de l'ethnicité, de l'origine nationale, de l'orientation sexue... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles