Réformer le mammouth ?

Par René Le Honzec.

mammouth rené le honzec

Je pourrais essayer de dire la connerie (inévitable, pas la peine de la lire pour le savoir) de cette énième réforme, mais c’est trop fatiguant… En revanche je rappellerai qu’il y a eu 14 ministre de l’Éducation nationale en 20 ans. Le mammouth a balancé tous ses apprentis cornacs, juste le temps de leur laisser déféquer une bouse-réforme pour lui faire plaisir, qui porte son nom (bouse Chevènement, bouse Jospin, bouse Lang, bouse Allègre, etc. bouse Darcos, et là, bouse Najat) et hop, grèves, manifs et on recommence. Tandis que les rapports s’accumulent sur l’inexorable décadence des « connaissances » des élèves, qui dégringolent dans les classements internationaux comme Pisa, les enseignants chantent le mantra du manque de moyens, « nous y en a vouloir des sous » (Jean Yanne).

Et aucun responsable de gauche (normal, nos électeurs !) ni de droite (normal, on n’ose pas, les manifs, et on les voudrait comme électeurs) ne remet en cause les enseignants eux-mêmes : un des très rares métiers qui ne vous tient aucune rancune de ne pas réussir à apprendre à lire, écrire, compter à nos chères têtes blondes (et brunes, oui, Taubira). Les mêmes profs qui tiendront le garagiste, le médecin ou le restaurateur pour responsable de la prestation non satisfaisante.

J’ai eu une grand-mère analphabète pour ne pas être allée à l’école pour rester garder les vaches, et un grand-père qui n’en fit que deux années avant d’aller casser les cailloux pour empierrer les routes de Bretagne. Je pense toujours à eux, sachant que de nos jours il n’auraient pas ce problème, mais qu’ils auraient le mammouth contre eux.