Apprentissage : la réussite britannique

Qu’attend donc la France pour mettre en œuvre une réforme similaire ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Sébastien Cheniclet-Les hommes de l'ombre-(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Apprentissage : la réussite britannique

Publié le 13 décembre 2015
- A +

Par Dominique Mercier
Un article d’Emploi 2017

Sébastien Cheniclet-Les hommes de l'ombre-(CC BY-NC-ND 2.0)
Sébastien Cheniclet-Les hommes de l’ombre-(CC BY-NC-ND 2.0)

 

Le Royaume-Uni a réussi en quelques années à doubler le nombre de ses apprentis. Depuis 2010, il met en œuvre une réforme impressionnante de son système d’apprentissage. Enquête sur les raisons d’un succès…

L’OCDE le constate, ce sont les pays ayant réussi à mettre en place l’apprentissage1 qui connaissent les plus faibles taux de chômage des jeunes. Des économistes2 ont par ailleurs démontré que l’efficacité – et donc la nécessité – de l’apprentissage est d’autant plus forte que les jeunes sont faiblement diplômés. Constatant ce rôle déterminant de l’apprentissage, il est donc hautement intéressant de regarder le cas anglais puisque en seulement trois ans, le Royaume-Uni a réussi à doubler le nombre de ses entrées en apprentissage3. En termes de stock, le nombre total d’apprentis britanniques est ainsi passé d’un nombre similaire au nôtre, soit environ 400.000 apprentis en 2009, à plus de 800.000 aujourd’hui.

Au passage, il est également intéressant de constater que contrairement à la France, la hausse de ces entrées en apprentissage se vérifie pour les plus faibles niveaux de qualifications. Comme on le voit sur le graphique ci-dessous, le nombre d’apprentis rentrant annuellement dans un apprentissage de niveau inférieur au baccalauréat a augmenté de 50%, tandis que ceux rentrant dans un niveau équivalent au baccalauréat a quasiment doublé.

Source : BIS FE date library : apprenticeship, graphique tiré de James Mirza-Davies, Apprenticeship in England : statistics, House of Commons Library, briefing paper 06113, 25 june 2015).
Source : BIS FE date library : apprenticeship, graphique tiré de James Mirza-Davies, Apprenticeship in England : statistics, House of Commons Library, briefing paper 06113, 25 june 2015).

 

Comment expliquer une hausse aussi forte ?

Loin de constituer un hasard, cette hausse de l’apprentissage en Angleterre est la conséquence d’une politique volontariste, faisant partie intégrante du « Plan pour la croissance » lancé au début du mandat de David Cameron, et dont l’ambition numéro quatre est de « créer la main-d’œuvre la plus compétente et la plus flexible d’Europe ».

C’est ainsi que ces dernières années, différentes campagnes de communication ainsi que plusieurs sites internet ont été mis en place afin de sensibiliser à la fois les entreprises et les apprentis potentiels. Mais si ces différentes campagnes ont trouvé un écho en Angleterre, c’est parce que l’apprentissage est vu comme un atout à la fois par l’entreprise et par l’apprenti. 89% des apprentis se déclarent satisfaits de leur apprentissage, et 82% des employeurs disent qu’ils sont satisfaits du programme anglais d’apprentissage. Comment expliquer ce succès ?

Le premier facteur de succès du système anglais est qu’il fonctionne en dehors de l’État qui se contente d’un rôle de régulateur et laisse une certaine liberté aux différents acteurs. Ainsi, les apprentis sont employés par les organismes de formation, qui coordonnent l’apprentissage des élèves à la fois avec la ou les entreprises « hôtes » qui accueillent l’apprenti, et avec un fournisseur de formation (entité légale séparée) pour la partie de l’apprentissage qui ne se passe pas sur le lieu de travail. Les organismes de formation des apprentis se rémunèrent via des honoraires payés par les entreprises qui accueillent les apprentis et choisissent leur apprenti via l’organisme de formation qu’ils souhaitent. Dans ce système, le recrutement d’un apprenti ne requiert ainsi pas plus de travail administratif que le recrutement d’un salarié normal.

Aujourd’hui, 65% des employeurs disent que l’embauche d’un apprenti a permis d’augmenter leur productivité. Outre une formation adéquate, un tel chiffre s’explique parce que l’apprentissage ne leur coûte pas trop cher. Pour les apprentissages de degré inférieur ou équivalents au baccalauréat, l’État finance 100% du programme si l’apprenti à moins de 19 ans, 50% en dessous de 24 ans et jusqu’à 50% au-delà.

En termes de rémunération, le salaire de l’apprenti britannique est assez similaire à celui de l’apprenti français4 et tout comme en France, il doit être rémunéré même pour la partie formation en dehors de l’entreprise. Mais la différence considérable, c’est que le temps passé en formation en dehors de l’entreprise est beaucoup plus faible. L’apprenti doit suivre en effet 280 heures minimum par an de « guided learning » (« apprentissage guidé ») ce qui correspond à environ un jour en guided learning et 4 jours en entreprise, contre un schéma français de 2 jours/3 jours ou 15/15 jours.

Le système britannique est donc bien moins coûteux pour l’entreprise.

Une grande réforme en train d’être mise en œuvre

Si ces conditions sont déjà relativement satisfaisantes, en réalité une refonte d’ampleur de l’apprentissage se met progressivement en œuvre, afin, selon l’ex-ministre du savoir-faire Matt Hancock, de « changer la culture du pays entier ». Désormais, ce sont les entreprises de chaque branche concernée qui vont choisir – en accord avec les instances de leur secteur – pour chaque métier les compétences et qualifications à acquérir par l’apprenti5.

Ainsi aujourd’hui, plus de 1.200 employeurs sont impliqués pour définir les standards de qualification nécessaires, dans plus de 100 secteurs différents. 129 standards ont été publiés6 en août 2015, de manière à la fois synthétique et concrète, et le processus continue – 220 standards en cours de développement – afin de redéfinir et couvrir peu à peu tous les métiers pouvant ou devant être appris par la voie de l’apprentissage. Par ailleurs désormais, les apprentis vont devoir démontrer leurs compétences à travers un examen rigoureux et indépendant dont les modalités sont décidées également avec les employeurs. On constate donc que le Royaume-Uni met en œuvre un apprentissage où les compétences développées vont vraiment être celles dont a besoin l’entreprise, renforçant l’attractivité de l’embauche d’un apprenti.

Le gouvernement s’est aussi attaché à ce que le système soit le plus simple possible, ainsi ces compétences à acquérir par l’apprenti font généralement moins de 2 pages. La réduction de la charge administrative fait partie des objectifs principaux, le ministre ayant même annoncé que les nombreuses pages de règlementation seraient réduites à une simple grille tenant sur une page A4.

Enfin, donner à l’employeur le contrôle direct du financement de l’apprentissage demeure un aspect central et non négociable de la réforme. Le budget de mars 2015 a annoncé que les employeurs contrôleront le financement de l’apprentissage par un « chèque apprentissage », qui va être essayé puis complètement appliqué en 2017, avec un financement de l’État à hauteur de 2 livres pour chaque livre versée par l’employeur7.

Conclusion

On le voit, la recette appliquée par le Royaume-Uni part en fait d’un principe simple : ce sont les entreprises qui sont les plus à même de définir, et choisir la formation la plus appropriée pour former des apprentis performants. Le gouvernement britannique n’hésite pas à affirmer qu’il souhaite mettre en place « le meilleur système du monde »… Il n’est pas étonnant alors que le système britannique rencontre de plus en plus de succès.

Qu’attend donc la France pour mettre en œuvre une réforme similaire ?

Sur le web

  1. Cursus qui alterne formation dans un centre de formation et formation pratique en entreprise.
  2. Voir par exemple Bonnal L., D. Fougère et A. Sérandon (1997) : « Evaluating the Impact of French Public Employment Policies on Individual Labour Market Histories », Review of Economic Studies, n° 64, pp. 683-713.
  3. En Angleterre, il y a aujourd’hui 200 types d’apprentissage, disponibles dans 13 secteurs différents et un apprentissage réalisé avec succès reçoit une reconnaissance nationale. Un apprentissage dure en moyenne 12 mois, pour un total d’au moins trente heures de travail par semaine tout compris.
  4. Si l’apprenti a moins de 19 ans, il est payé 3,30 £ par heure. Après un an d’apprentissage, les personnes ayant au moins 19 ans reçoivent une rémunération de 5,13 £ par heure ou 6,50 £ par heure à partir de 21 ans.
  5. On notera aussi qu’avant même de commencer l’apprentissage, l’apprenti devra valider un niveau minimum d’anglais et de mathématiques – selon le niveau exigé pour chaque métier par les nouveaux standards.
  6. Aujourd’hui 300 apprentis ont déjà commencé sur la base des nouveaux standards de l’apprentissage dans les secteurs de l’automobile, de l’énergie, de l’industrie et des services financiers.
  7. Avec cependant un plafond, répondant à une grille simple, en fonction également du niveau de qualification à acquérir par l’apprenti, l’âge, et la taille de l’entreprise. Plus le niveau du diplôme préparé est élevé, plus le plafond de participation de l’État est important. Les entreprises reçoivent également une prime si elles embauchent un apprenti de moins de 19 ans, qui croît avec le niveau de diplôme préparé. Il y a aussi des primes supplémentaires si l’entreprise a moins de 50 salariés et quand l’apprentissage est suivi jusqu’au bout. L’État financera par ailleurs intégralement la formation en niveau 2 en anglais et en mathématiques. Les organismes de formation à l’apprentissage recevront leur rémunération directement de l’employeur, qui la recevra lui-même de l’État pour les deux tiers. Les employeurs ont fait l’objet d’une consultation nationale en ce sens, afin de déterminer la meilleure méthode de mise en œuvre technique. Source : Skills Funding Agency, Trailblazer Apprenticeship Funding 2014 to 2015 Requirements for Employers, Mar 2015.
Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Le Royaume-Uni est bien parti pour avoir le plein emploi. Bravo au courage et au pragmatisme de leur gouvernement.

  • Dommage pour nos jeunes français qui galèrent dans un système qui malheureusement est dans les mains des syndicalistes aussi incompétents les uns que les autres. Le tout chaperonné par des énarques n’ayant jamais travaillé
    Nous pourrions parfaitement réussir si nous avions le courage d’anéantir un système tout à fait inutile

    • Bien résumé , Auguste
      Les propagateurs du Mal français, énarques et syndicalistes tiennent le pays en otage et en tenailles…C’est le jaobinisme qui asphyxie la France, et les Français ronchonnent, votent FN ou avec leurs pieds, mais rien ne change, car c’est une mentalité qui doit évoluer. A force d’avoir diabolisé la seule alternative possible ( la liberté), le pays se fossilise dans son marasme. La débâcle scolaire, le chômage quasi-héréditaire, la croissance nulle, l’inflation fiscale, et la démocratie en déroute, tout est lié é cette pathologie,
      Pour l’apprentissage, idem. la politique libérale pratiquée par les Britanniques est impensable ici. Le bastion gaucho de l’EN est le premier responsable du chômage des jeunes.

  • « ce sont les entreprises qui sont les plus à même de définir, et choisir la formation la plus appropriée pour former des apprentis performants »
    C’est exactement ce que je regrettais de la France dans un message d’un autre article. Ce sont les entreprises qui sont capables de mieux former les personnes à un métier et ça coûte infiniment moins cher que tous ces instituts de formation théorique qui ne vous préparent pas vraiment au métier mais se gavent allègrement d’argent public. La validation des connaissances d’un métier par une entreprise entraînerait un gigantesque rebond de l’employabilité dans ce pays.

    • Il faudrait tout de même que l’EN assure les acquis de base, ce qui n’est pas le cas actuellement pour une partie importante des jeunes, ceux qui justement, ne continuent pas des études classiques.

  • Même dans le secteur de l’hôtellerie /restauration qui est structurellement demandeur de formation d’apprentis les termes du « contrat » sont de plus en plus difficile à mettez en place , en gros pour faire simple tout est mis en œuvre ( horaires de precense , administration des contrats …..) pour décourager les deux partis alors que les thèmes du deal étaient clair : apprends moi un métier et donne moi en échange une implication qui me motive à t’apprendre . Pour mémoire la plus part des grands noms de la restauration étoilée ont démarrés par l’apprentissage preuve que le système reste ouvert pour qui veut prendre son destin en main . C’est là que le bas blesse car totalement à l’opposé de la sainte doctrine du collège et du lycée pour tous avec comme corolaire un nivellement par le bas et surtout l’éradication du vocabulaire: effort , curiosité , quête , travail , implication , reconnaissance ……pire l’apprenti peut devenir lui même un jour entrepreneur, horreur alors que la matrice privilégie les predispositions visant la rente du public et plus certainement la rente du chômage et de l’assistanat ……

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 5 septembre, nous saurons qui succédera à Boris Johnson en tant que nouveau Premier ministre du Royaume-Uni, après que 175 000 membres du Parti conservateur auront choisi entre Liz Truss et Rishi Sunak.

Ci-dessous, j'examine de plus près leurs différences politiques, plus importantes qu'on ne le pense.

Liz Truss, dont la victoire est assurée à 90 % par les bookmakers, a commencé par être membre des libéraux-démocrates de centre-gauche et n'était pas favorable au Brexit, mais cette époque est révolue depuis longtemps. Aujourd'... Poursuivre la lecture

Dans cette période difficile que nous traversons, une dizaine de bombes à retardement nous menacent à plus ou moins brève échéance. Je les traiterai individuellement dans de prochains articles.

L'une d'entre elles va prochainement éclater qui, malheureusement, ne fait pas la Une des médias. Il s’agit des entreprises dites zombies, celles qui ne sont pas ou plus viables, mais surtout celles qui ont artificiellement été maintenues la tête hors de l’eau avec le « quoiqu’il en coûte » mis en place à l'occasion du covid.

 

U... Poursuivre la lecture
boris johnson libre échange Royaume-Uni
2
Sauvegarder cet article

Par William Yarwood.

Eh bien, ils ont finalement eu Boris Johnson. Mais il leur a fait une peur bleue... ou pas ? Le mandat de Boris Johnson en tant que Premier ministre a été marqué par des turbulences politiques, un coronavirus et des scandales, trois éléments que beaucoup pensaient qu'il pourrait surmonter avec une relative facilité et une bonne santé. Mais hélas, sa position est devenue intenable en raison de l'implosion de son propre parti après le dernier scandale - impliquant des allégations sexuelles concernant son adjoint Chri... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles