« L’art de la guerre » selon Daesh

Daesh tente de nous imposer sa vision : opposer les musulmans aux non-musulmans. Il est important de ne pas se laisser influencer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Wasfi Akab-ISIS Way(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« L’art de la guerre » selon Daesh

Publié le 30 novembre 2015
- A +

Par Guillaume Nicoulaud

Wasfi Akab-ISIS Way(CC BY-NC-ND 2.0)
Wasfi Akab-ISIS Way(CC BY-NC-ND 2.0)

 

« Le mieux, à la guerre, consiste à attaquer les plans de l’ennemi ; ensuite ses alliances ; ensuite ses troupes ; en dernier ses villes. » — Sun Tzu, L’art de la Guerre (chap. 3)

Dans la terminologie de Daesh, la « zone grise » désigne l’ensemble des musulmans qui n’ont pas pris fait et cause pour leur califat sans pour autant prendre parti contre lui. Ce terme désigne donc les indécis ou celles et ceux qui n’osent pas se positionner dans le monde binaire que Daesh appelle de ses vœux : le califat contre les croisés.

Vous trouverez ci-dessous trois extraits d’un article titré « l’extinction de la zone grise »1 publié dans la septième édition de Dabiq, le magazine de propagande anglophone de Daesh, en janvier 2015, juste après les attentats de Charlie Hebdo. L’article dans son ensemble explique un des points essentiels de la stratégie de l’organisation, un aspect sans doute aussi important à leurs yeux que leurs opérations purement militaires en cours : faire disparaître la zone grise et, espèrent-ils, gonfler ainsi les effectifs de leur califat.

Les trois passages sélectionnés abordent plus précisément les actions terroristes menées en occident contre les « croisés » ; c’est-à-dire nous. Traduction presque mot-à-mot de votre serviteur :

« La présence du Califat magnifie également l’impact politique, social, économique et émotionnel de toute opération effectuée par les moudjahidin contre les croisés enragés. Cet impact magnifié oblige les croisés à détruire activement la zone grise eux-mêmes, la zone dans laquelle la plupart des hypocrites et des innovateurs2 déviants vivant en Occident se cachent. […]
« Les musulmans en Occident se retrouveront rapidement face à deux choix, soit ils apostasient et adoptent la religion kuffar
3 propagée par Bush, Obama, Blair, Cameron, Sarkozy et Hollande au nom de l’Islam afin de vivre parmi les kuffar sans difficultés, soit ils effectuent la Hijrah4 vers l’État Islamique et échappent à la persécution des gouvernements et citoyens croisés. […]
« Les musulmans dans les pays croisés se trouveront entraînés à abandonner leurs maisons pour un endroit où vivre dans le Califat, alors que les croisés augmentent les persécutions contre les musulmans vivant dans les pays occidentaux […]. »

Voilà le topo. C’est clair, net et précis : l’objectif opérationnel que poursuivent les dirigeants de Daesh quand ils commanditent des attentats en Occident, c’est de nous diviser, de scinder nos sociétés en deux blocs irrémédiablement antagonistes : les musulmans et ceux qui ne rêvent que de s’en débarrasser. C’est une évidence et c’est aussi l’analyse qu’en font des auteurs aussi insignifiants que, par exemple, Scott Atran5, Nafeez Mosaddeq Ahmed6 ou Myriam Francois-Cerrah7.

Devons-nous craindre la renaissance du grand califat et une guerre totale contre une armée de jihadistes fanatisés ? Sans doute pas ; ça n’arrivera probablement jamais. En revanche, pour ce qui nous concerne ici et maintenant, ce que nous sommes en droit de craindre c’est qu’ils poursuivent dans cette voie, qu’ils continuent à commettre des attentats en Occident. Pourquoi ? Parce qu’au-delà de leur objectif final, qui relève essentiellement du délire prophétique, l’objectif intermédiaire est atteint : pour reprendre les termes de Scott Atran,

« ils exploitent consciencieusement la dynamique décourageante entre la montée de l’islamisme radical et la renaissance des mouvements ethno-nationalistes xénophobes. »

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça marche.

Je vais conclure cette petite intervention par la seule conclusion opérationnelle qui s’impose à toutes celles et ceux d’entre nous qui désirent sincèrement casser cette dynamique et, comme l’écrirait naguère Sun Tzu, « combattre l’ennemi dans ses plans ». Nous devons refuser de les laisser nous entraîner sur ce terrain ; l’art de la guerre c’est aussi ça : ne jamais laisser l’ennemi nous imposer une bataille, garder l’initiative en tout lieu et à tout instant. Nous devons tous, autant que nous sommes, non pas sauver la zone grise comme certains le disent, à mon humble avis, un peu vite mais, au contraire, la faire basculer de notre côté. Quoi que vous puissiez penser de l’Islam ou des musulmans, c’est un impératif stratégique : chaque acte ou discours islamophobe encourage Daesh à poursuivre et sème les germes de futurs attentats. Que ça vous plaise ou non, c’est un fait.

Cette guerre n’oppose pas et ne doit surtout pas opposer les musulmans aux non-musulmans. Cette guerre oppose celles et ceux d’entre nous qui souhaitent défendre la liberté et la paix contre des barbares qui ne rêvent que sociétés concentrationnaires et conflit civilisationnel.

Sur le web

 

En savoir plus sur l’État Islamique.

 

  1. En version originale : « The extinction of the grayzone », page 54 et suivantes.
  2. Daesh se présente explicitement comme le courant légitime du salafisme et pratique à ce titre le takfir, c’est-à-dire l’excommunication de quiconque ne pense pas comme lui.
  3. Kafir, au pluriel kuffar, est un terme arabe qui désigne les mécréants, les infidèles.
  4. L’hégire, l’émigration des musulmans de Dar-al-Kufr (les terres de mécréance) vers Dar-al-Islam (là où règne la Sharia, c’est-à-dire essentiellement le califat de Daesh) ; émigration présentée comme une obligation qui s’impose à tous les musulmans.
  5. Atran, Scott, « Mindless terrorists ? The truth about Isis is much worse », publié dans The Guardian (15 novembre 2015).
  6. Nafeez Mosaddeq, Ahmed, « ISIS wants to destroy the ‘grey zone’. Here’s how we defend it », publié dans OpenDemocracy (16 novembre 2015).
  7. Francois-Cerrah, Myriam, « Islamic State wants to divide the world into jihadists and crusaders », publié dans The Telegraph (18 novembre 2015).
Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • Oui ce que vous dites fait sens. C’est de que nous devrions faire en effet. Mais cette initiative de courage et de raison, pour avoir une chance d’être suivie, devrait être initiée par nos chefs. Or , nos élites sont aux ordres de notre ennemi daesh et de ses commanditaires/financiers (qatar, émirats) . Si j’ose un // toujours hasardeux avec la 2e guerre, nous sommes dans une dynamique des accords de Munich …

    • « ce que vous dites fait sens »: cette expression est typique du charabia (excusez cet arabisme!) post Vatican II; c’est ainsi que s’expriment les ecclésiastiques depuis les années 60.
      En français, cela donnerait: « ce que vous dites A un sens ».

  • « chaque acte ou discours islamophobe encourage Daesh à poursuivre ».
    Mais également chaque discours islamoPHILE, alors doit-on abandonner notre spécificité Française et cesser d’avoir un regard critique sur les choses de notre monde ? Voir Daesh prospérer devrait nous faire prendre conscience que la France est devenue une « zone grise » et que les petits arrangements à la mode des dictateurs africains d’antan ne fonctionnent plus avec Daesh.

    Dans pas très longtemps, la bombe démographique « colorée et festive » va renverser la table, et plus personne ne posera aucune question, et plus aucune stratégie, plus aucun accord ne tiendra.

    • Même sans Daesh, cette zone grise l’est de moins en moins. La pression communautaire obligeant les femmes d’origine musulmane à se voiler, et les familles (même totalement non-croyantes) à faire le ramadan, par exemple, est de plus en plus forte.
      Ce phénomène n’est pas récent. Que Daesh l’exploite n’est pas surprenant, mais je ne crois pas qu’il en soit l’initiateur. En tout cas, le rejet qu’il inspire, même s’il est encore peu exprimé, finira un jour par exploser.

  • Je vous rassure.

    Ces attentats ont réveillés chez bon nombre de gens une conscience d’être français.
    Quelques étrangers ou français de fraîche date avec qui j’ai l’occasion de discuter se sont réveillé un jour de novembre avec l’idée d’appartenir à ce pays.

    Les terroristes ont perdus cette bataille.

    Je me fiche de savoir si des gens sont musulmans ou pas. Sont-ils avec ou contre moi est la question primordiale? Autrement dit sont-ils de ma nation ou pas ?
    Vient en second les caractéristiques précises de leurs superstitions qui les poussent à agir.

    Je ne sais pas ce qui se passera, mais si des cohortes d’émeutiers se manifestent en sur le sol français, ils seront éliminés et je serai le premier à descendre dans la rue si il le faut.

  • C’est mignon tout plein ce genre d’article.

    Sérieusement, vous croyez vraiment que personne n’avait compris ?
    Vous avez vu des émeutes anti musulmans, des progroms ? Dans pas mal d’autres pays, ce genre d’actes aurait lieu depuis bien longtemps.
    Les Français font la part des choses et je trouve même le pays bien calme.

    L’immense majorité des Français fait la différence.

    En revanche, on est en droit d’attendre de la part de nos compatriotes musulmans un peu plus de virulence dans la lutte contre les fanatiques : barbus, tchador et autres burqa (malgré la Loi) sont de plus en plus présents dans l’espace public avec une passivité affligeante de la part de la population.

    • 100% OK

      mais il reste le problème, qui pourrit la vie politique des zones islamiques depuis 1000 ans:

      le contenu du coran et autres hadits !

      au point que la tradition est de dire aux gens: récitez mais ne chercher pas à comprendre…
      ( la plupart des imans sont des gens censés qui au fond refusent le contenu amorale du coran )

      et j’aime beaucoup le passage du livre de Fernand Braudel :
      La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II .
      où il explique le non décollage du sud de la méditerranée lors de la renaissance
      par la seule décision de l’empire ottomans de refus de contact avec des marchands chrétiens.
      (ce qui , au demeurant, flingue un peu sa théorie de l’économie dépendante du contexte géographique et climatique plutôt que du politique… )

  • « … Ne cédez jamais, sauf aux convictions d’honneur et de bon sens…  »

    Voilà.

    Comme, par exemple, à ce trouble obsessionnel compulsif de « l’invasion » qui frappe une poignée d’égarés du web, fort insistants malheureusement.

    • Ils sont 22% des électeurs tout de même. Si je ne m’abuse.

      • et même un peu plus que 22%. Car tous ne votent pas FN.

        Au delà de cette considération, autant je peux comprendre que le terme « invasion » puisse déranger, autant reléguer toute préoccupation concernant l’immigration au rang de fantasme ou de trouble obsessionnel compulsif est ridicule.
        L’Europe en général et la France en particulier sont confrontées à une question extrêmement importante voire vitale.
        Refuser de s’en rendre compte et donc d’en débattre, c’est suicidaire.

    • S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche… Marie-Antoinette aurait pu aussi parler du trouble obsessionnel compulsif de toujours vouloir manger du pain.

  • Daesh égorge, tue, lapide, coupe les mains, détruit le patrimoine de l’humanité, et déteste l’archéologie sauf si cela rapporte de l’argent. La femme est une marchandise, une esclave pour le sexe que l’on peut torturer à volonté et revendre à son marie après avoir fait les pires saloperies. Comment peut-on dire que les jeunes qui se rendent en Syrie veulent aider les civils de ce pays avec toutes les informations que nous avons depuis plusieurs années sur ces extrémistes racistes ? Daesh abuse de leurs crédulités ? Qu’ils aillent un peu plus longtemps à l’école à la place de trainer dans les rues ! Génial ces crapules qui passent au sein des prisons pour des héros de guerre. Délinquants dans un premiers temps et bourreaux en Syrie. Nous avons de la chance qu’en Europe ils ne font que nous blesser et nous tuer sans nous torturer physiquement et mentalement. Mais combien de temps encore si nous ne réagissons pas ?

  • Combien d’églises en construction en AS ❓
    Combien de mosquées en construction et construite en France ❓

    Prétendre être discriminé, c’est vouloir le beurre et l’argent du beurre plus la crémière…

  • Pas très bien compris la logique de l’article :
    – Il ne faut pas se laisser entrainer sur le terrain de l’adversaire.
    – Mais on nous appelle à conquérir cette zone grise qui est justement le terrain qu’il a choisi…
    Va comprendre, Charles !

    • La zone grise n’est pas un terrain, c’est un enjeu. C’est même tout l’enjeu : Daech n’espère pas faire de toi un « musulman » (selon sa définition, d’où les guillemets), au mieux un musulman forcé, au moins un dhimmi. Daech espère faire des musulmans des soldats de sa cause, et des prétextes à une guerre ultérieure « pour le retour » sur le modèle palestinien (comprendre le retour en triomphe des malheureux musulmans chassés par les méchants croisés de chez eux à Molenbeek, à Saint Denis, etc.)

  • Avant de questionner la stratégie et la tactique, il faut comprendre les raisons du conflit.
    Pourquoi la charia existe-t-elle ?
    Sans charia, pas de djihad, civil ou militaire.

    Existe-t-il un islam sans charia ?
    Peut-on être musulman et récuser la charia ?

    • « Peut-on être musulman et récuser la charia ? »
      qu’est-ce que ça veut dire « récuser » ?
      Depuis des siècle il y a une quantité considérable d’États dont les chefs sont des musulmans incontestés, certains se parant de titres comme « gouverneur des croyants » ou « descendant du prophète », qui ne font pas de la charia l’alpha et l’oméga de la justice et de l’organisation sociale. Et jusqu’à présent ça ne posait de problème à personne.

  • Daesh est cramé, et ils savent qu’ils sont cramés.

    L’intervention Russe a tout changé. C’est un ennemi compétent et impitoyable qui fait la guerre pour la gagner.

    Depuis que les Russes bombardent , on  » découvre » que des milliers de camions citernes font le transit entre les champs de pétrole détenu par Daesh et la Turquie, via les territoires tenus par des rebelles « modérés ».

    Jusque ici, les Américains ne s’en étaient pas rendus compte, c’est ballot.

    Ce n’est qu’une question de temps avant que les forces d’Assad réduisent les rebelles « modérés », un par un , en commençant par les plus faibles militairement. Ils ne peuvent rien faire contre l’aviation Russe.

    Ensuite l’ensemble des forces Syrienne pourra se retourner contre Daesh sans avoir a se battre sur des fronts multiples.

    Daesh a compris ça,et sait qu’il est condamné, quoi qu’il fasse.

    Alors ils ont tentés le tout pour le tout avec des attentats partout dans le monde,pour essayer de provoquer une troisième guerre mondiale. c’est débile et ça n’avait pratiquement aucune chance de fonctionner, mais c’était aussi le cas pour l’offensive des Ardennes en 44.

    • « Depuis que les Russes bombardent , on » découvre » que des milliers de camions citernes font le transit entre les champs de pétrole détenu par Daesh et la Turquie, via les territoires tenus par des rebelles « modérés » » heu, on savait déjà cela. Les experts sur le sujet en parlaient déjà depuis longtemps .

    • Ce n’est qu’une question de temps avant que les forces d’Assad réduisent les rebelles « modérés », un par un , en commençant par les plus faibles militairement. Ils ne peuvent rien faire contre l’aviation Russe.

      Pas si simple… Et pourtant j’aimerais bien ❗

  • Vous n’avez pas publié mon commentaire qui n’avait pourtant rien d’insultant, ni de raciste.

    Pour ma part, je ne vous classe plus parmi les libéraux.

  • Le plus sage ne serait-il pas de laisser cette guerre aux Musulmans, comme la guerre de religion qu’elle est ? Pour le moment ce sont des bombes occidentales qui tombent sur des Musulmans, même si ce sont des hérétiques. Ce faisant nous alimentons la propagande de Daesh. Laissons faire les états musulmans du moyen orient, qui n’ont sans doute aucune envie de se soumettre au prétendu calife de Raqqa.

  • Invitation au reve
    Moi je pense que le poison est dans la dose

  • Article qui traite des vertus du Général Sun Tzu, appelant à ne « pas tomber dans le piège de l’ennemi ». Mais dites-donc, vous les voyez où les ennemis ? Les croisades sont terminées. On a affaire à 15.000 soldats d’opérette montés sur des pickups équipés de .50. Un bataillon de commandos les taillerait en pièces sans problème. Le premier piège, c’est celui-là : penser qu’il y a un conflit nord-sud. Et c’est précisément ce que les employeurs de ces pantins souhaitent. Cherchez du côté de l’AS, du Qatar, de la Turquie… Et puis demandez-vous si ces gens peuvent seulement aller au petit coin sans demander la permission de l’Oncle Sam. En 1945, on pouvait pratiquement marcher d’Okinawa à Tokyo en passant d’un porte-avions à un autre sans se mouiller les pieds. Et les ricains étaient dans le même temps en train d’envahir l’Allemagne. Ce qu’on voit ici c’est de la roupie de sansonnet.

  • « opposer les musulmans aux non-musulmans »?
    Quid de l’attentat récent en Tunisie, alors?

  • Tant qu’un(e) musulman(e) ne sera pas libre de quitter l’islam, il sera malheureusement nécessaire d’opposer musulmans et non musulmans. C’est comme ça, et vous n’y pouvez rien.

  • Un article un peu plus fouillé et substantiel sur le sujet que je vous invite tous à lire.

    http://www.courrierinternational.com/article/enquete-ce-que-veut-vraiment-letat-islamique

  • Quitte à citer Sun Tzu, j’aurais plutôt extrait :
    « Toute campagne guerrière doit être réglée sur le semblant ; feignez le désordre, ne manquez jamais d’offrir un appât à l’ennemi pour le leurrer, simulez l’infériorité pour encourager son arrogance, sachez attiser son courroux pour mieux le plonger dans la confusion : sa convoitise le lancera sur vous pour s’y briser »

  • Si je résume, soyons bien gentils, courbons l’échine bien bas, abandonnons tous nos principes, notre culture, laissons leur la place, ces gens sont un danger et risquent de devenir aussi méchants que les islamistes …
    Désolé, suis pas prêt.

  • je crois que cette opinion est partagée par beaucoup, toutefois, l’opinion en général demande du sang contre du sang… alors on échappe pas au largage de quelles bombes ..je ne vais m^me pas blâmer hollande pour ça, il faut un sacré chef d’état, plus soucieux du pays que de son avenir personnel, pour imposer une réflexion avant l’action.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Montenay.

Parler aujourd’hui de l’utilité de l’immigration suscite souvent une réaction violente : ce serait, au mieux, de l’inconscience, une "trahison de l’identité nationale" ou, au pire, une complicité avec l’islamisme ! Pourtant l’histoire a prouvé l’utilité économique et démographique de l’immigration et une récente étude de l'OCDE vient d'en confirmer l'impact positif pour les finances publiques des pays concernés.

Les sentiments anti-immigration sont largement utilisés dans l’actuelle début de campagne président... Poursuivre la lecture

musulman
0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Le débat entre Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour vient de relancer celui sur l’immigration, notamment musulmane.

L’un prône le métissage physique et culturel généralisé, la créolisation, l’autre en appelle à la vieille France. Ces positions opposées donnent une idée fausse de l’évolution générale des populations musulmanes tant en Occident que dans leurs propres pays.

Un terme qui est mal vu par ces deux camps, celui de musulmans modérés. Les musulmans non modérés ironisent : « On est musulman ou on ne... Poursuivre la lecture

Par Malik Bezouh.

Poursuivi pour « offense aux préceptes de l'islam et aux rites musulmans », l'islamologue Saïd Djabelkhir, âgé de 53 ans, a été condamné le 22 avril 2021 à 3 ans de prison par un tribunal algérien.

Une sinistre affaire qui n’est pas sans rappeler celle de Slimane Bouhafs, cet activiste algérien converti au christianisme et qui a connu, en août 2016 les affres de l’incarcération dans une prison algérienne. Son crime : avoir porté « atteinte à la religion musulmane » en manquant de respect à la personne du prophè... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles