Drogues : de plus en plus de « saisies record »

Derrière le nombre de saisies en matière de drogue, l’échec de la politique répressive ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Drogues Credit Eric Constantineau (Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Drogues : de plus en plus de « saisies record »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 août 2015
- A +

Par Le Parisien Libéral.

Drogues Credit Eric Constantineau (Creative Commons)
Drogues Credit Eric Constantineau (Creative Commons)

Avez-vous remarqué comme on assiste, en matière de drogue, à un nombre croissant de « saisies record » ?  42,7 tonnes de cannabis en Méditerranée il y a un an, 420 kilos de cocaïne à Orly, 2 tonnes (!) de cocaïne au large de la Martinique en avril dernier, etc.

Le bon sens pousserait en première approche à se féliciter de ces saisies. Après tout, de la drogue saisie, c’est de la drogue non consommée (enfin, tant que les policiers ne se servent pas dans les scellés …), et de la drogue non consommée, ce sont des gens qui n’abîment pas davantage leur santé, des familles qui connaissent un répit, des drogués qui cessent momentanément de commettre des actes de délinquance pour se procurer de l’argent, etc.

Simplement, les économistes ne parlent pas pour autant de bonnes nouvelles. Ils se disent plutôt que si les saisies record augmentent, c’est que les quantités en circulation augmentent. D’ailleurs, ne remarque-t-on pas qu’elles ne concernent plus uniquement la Seine-Saint-Denis ou Marseille mais se situent aussi désormais en Ardèche ou à Brest ?

La lutte contre les stupéfiants et drogues illicites a beau faire partie du storytelling gouvernemental, peut-être que l’échec de ces politiques devrait conduire à envisager des alternatives, comme, d’une manière ou d’une autre, la légalisation.

Sur le web

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • ils ne légaliseront pas ; il y a beaucoup trop de familles qui profittent de cette manne , de ce traffic , qui leur rapporte des milliers d’euros par mois ;un électorat pour le psl ( parti socialiste laxiste ) auquel not généreux gouvernement n’ira pas chercher des noises ; drogues , armes peuvent se trouver de partout y compris dans les villages reculés ; ce pays est foutu à tout les points de vue ;

  • La répression pour les drogues , c’est comme le libéralisme: plus on en parle, moins il y en a

  • c’est évident qu’il faut une autre législation parce que le tout répressif ne marche pas mais il faut avoir conscience que les trafiquants ne laisseront pas la manne d’argent partir de leur mains. En conséquence, si on « institue » le cannabis, la situation pourrait devenir violente ou avoir des prix soldés sur l’héroïne ou la cocaïne. Mieux vaut en avoir conscience et anticiper.

    • On légalise toutes les drogues ainsi que la possession d’armes et la légitime défense. Les criminels ne peuvent ni vendre des drogues, ni d’armes, ni se rabattre sur des vols. Ils sont foutus.

  • Un point de vue concis, clair, auquel j’adhère totalement.

    C’est le même problème de présentation pour les accidents de la route (soit-disant cette année en augmentation, mais combien de véhicules en plus sur les routes du au beau temps, à la baisse du prix du carburant, … …?)

    Légiférer oui, mais changer de paradigme. Car ensuite que faire des « victimes » ?

    Par exemple considérons le tabac ou l’alcool: l’Etat (celui qui est censé protéger nos libertés et pas vivre à notre dépens) ne devrait-t-il pas plutôt faire payer les cigarettiers ou alcooliers (statistiquement, on sait « en gros » ce que coute le tabac ou l’alcool à la société en terme de dépenses publiques ) plutôt que de taxer ces substances auprès des consommateurs (les vaches à lait) ? Car avec modération, ces « substances » ne sont pas forcément létales, tous ceux qui en consomment n’en meurt pas forcément, même si on sait qu’il y a de la casse à « grande échelle ».

    • Changement de paradigme : On arrête avec la secu, on laisse les assurances privées prendre le relais et les contrats faire le travail, sans oublier la suppression des taxes.

      Ainsi, on responsabilise le consommateur, il paye directement via sa protection santé, c’est toujours mieux que les x% de taxes sur les clopes et l’alcool, qui ne responsabilisent en rien.

      • Sauf que vous avez cette fois deux acteurs qui ont le même intérêt à ce que vous droguiez : le producteur et l’assureur. Pourquoi l’assureur ? Et bien tout simplement parce que si vous n’est pas « rentable », ils vous « jètent ». (tout le monde a déjà eu à faire à son assureur …. ….)

        On a le droit d’être libéral mais aussi de considérer la « santé » comme un domaine économique qui ne doit pas être dirigé par le profit. Il peut y avoir intérêt à mettre le feu chez soi, défoncer sa voiture exprès ou tuer son compagnon pour avoir des primes d’assurance. Mais je pense qu’un être humain ne calculera jamais sa propre santé comme un profit potentiel. A l’inverse, des humains peuvent tout à fait tirer profit de la ruine de la santé des autres Et c’est là que le bât blesse. Du moins est-ce mon point du vue….

        • « Mais je pense qu’un être humain ne calculera jamais sa propre santé comme un profit potentiel. »

          – ah bon ? Alors pourquoi des gens font attention à leur poids, ne fument pas, font du footing, ne se goinfrent pas etc… ?

          – être libéral et demander à l’état de légiférer sur un probème privé : y a une incohérence, saurez-vous la trouver ?

          – Vous fumez, vous faites du ski ? ayez une assurance de base et rajoutez vos options.
          Pour une bonne base, voir le système suisse d’assurances santé.

          • – « pourquoi des gens font attention à leur poids, ne fument pas, font du footing, ne se goinfrent pas etc… « .
            Parce qu’ils se « sentent » mieux, pas du tout par altruisme, ni pour faire baisser la cotisation de leur assurance privée, qui leur imposerait de vivre suivant leur contrat. Je peux très bien fumer et mourrir d’un accident avant ma mort « tabagique ». Les options « fumeurs » (ou « buveur ») des assurances privées ne sont qu’un prétexte à faire du fric. Et leurs intrusion dans la vie privée sont le début de la fin de la vie « privée ». bientôt votre smartphone enverra un sms à votre assureur chaque fois que vous allumerez une cigarette.

            – Quand je parle de « calcul », je parle d’économie: les coûts de l’alcool et du tabac sont connus et la facilement imputable aux « responsables ». Je fais une différence entre libéralisme et « responsabilisme ». On n’est pas responsable de son génôme, et de sa capacité à développer des maladies dues l’alcool ou au tabac. Un jour peut-être mais on ne vis pas (encore) dans ce monde là. Je suis pour légiférer en faveur de la libéralisation des drogues (dans le sens « chacun fait ce qu’il veut »). Mais pas en taxant les produits sur les consommateurs. Car ça dérive toujours et l’état récupère de l’argent pour s’engraisser. Donner la facture des coûts sociaux aux producteurs ( qui répercuteront sur le prix s’ils le veulent) me paraît un des moins mauvais systèmes.

            – les suisses fument uniquement lorsqu’ils sont en vacances dans un autres pays et chez eux le ski est un moyen de locomotion. Que voulez-vous comparer ?

            • « Parce qu’ils se « sentent » mieux… »
              Oui ne tournons pas autour du pot, c’est pour rester en bonne santé.

              Il n’est pas question que ce soit l’assureur qui vous impose votre façon de vivre. Pensez vous pouvoir assurer votre véhicule en indiquant que c’est une 205 alors que c’est une Lamborghini ? Votre cottage avec 10 pièces comme un F2 ? La raison est que cela vous permet de communiquer votre risque à votre assureur pour qu’il vous en fasse payer le coût le plus exact possible… et que ce ne soit pas vous qui payiez pour les autres ni l’nverse.

            • «  les suisses…. chez eux le ski est un moyen de locomotion » »

              Et vous si vous habitez à Arras ou à Avignon votre prime d’assurance voiture n’est pas la même.
              Chaque pays a des risques santé différents.
              Essayez de prendre une assurance décès ou homme clé de 3ME; même en france on va vous faire passer une visite médicale et votre prime sera en conséquence. Regardez vos contrtas d’assurance crédit immobilier, il est écrit que vous n’êtes pas assuré si vous prenez un avion qui n’est pas celui d’une ligne commerciale régulière et donc cela exclut les avions de tourisme ou les jets d’affaire.

        • L’assureur ne vous jette pas parce que vous n’êtes pas rentable, mais parce que vous constituez un risque très supérieur à ce à quoi correspond la prime. Autorisez les assureurs à moduler leurs tarifs en fonction des pratiques des individus, et l’assureur reviendra dans son rôle véritable. Ah, oui, il faut aussi interdire dans la constitution les taxes sur les assurances, l’Etat a aujourd’hui tout intérêt à voir augmenter les sinistres, puisque les primes augmenteront en proportion et sa part également… Seuls les profits doivent rentrer dans la norme commune.

          • – L’assureur n’a pas à devenir mon « parent », ni dicter mes conduites et s’immicer dans ma vie privée. On peut être une personne à risque, voire suicidaire, qu’aucun assureur ne voudrait, et pourtant très utile à la société. Souvent le « risque » ne se mesure qu’après … donc les tarifs complètement infondés par rapport au bénéfice pour la société. Bref, Assureur normateur, Assureur profiteur … tout ça ne colle pas.

            – « l’Etat a intérêt à voir augmenter les sinistres ». Vous êtes suicidaire. Car « normalement » l’Etat c’est vous. .. et oui, je dirai même « par définition ». Mais je suis d’accord. On sera peut-être d’accord pour dire qu’actuellement, l’Etat est devenu cet être autonome qui se retourne contre ses créateurs en les dépouillant. Faudrait vraiment que ça change …. mais je ne pense pas que le salut viendra des assureurs … ..

            • L’assureur n’a pas à devenir mon « parent », ni dicter mes conduites et s’immicer dans ma vie privée.

              Bien entendu, et la réciproque aussi. L’assureur ne va pas vous essuyer le nez à chaque fois que vous tombez de l’escabeau.

              Le problème est de trouver le bon dosage, de fixer le bon cadre et limites acceptables pour les 2 parties.

            • L’assureur ne fera rien de ça.
              Il vous dira simplement que si vous fumez et faites du saut à l’élastique tous les WE votre prime sera de 800€ par mois, si vous ne fumez pas et ne faites jamais de « sports extrêmes » ça sera 300€. Vous êtes libre.

              L’Etat ce n’est pas « nous », c’est l’organisation qui détient le monopole légal de la violence sur un territoire donné. Donc c’est même « par définition » pas nous. Plutôt la superstructure qui nous gouverne. Elle fait partie de nous, mais elle n’est pas nous. Et comme la loi ne s’applique pas aux gens de l’Etat (en fonction) comme aux autres, ils ont intérêt à voir les sinistres augmenter (un peu, pas trop) pour augmenter leur pouvoir… qui est leur raison d’être.

              • Vous parlez d’un monde idéal entre assureur et assurés quand je parlais d’un État idéalement représentatif et efficient …

                la vérité doit donc être évidemment entre les deux … …

                • « …un État idéalement représentatif et efficient … » : une licorne.

                  Le but de l’état comme de toute organisation est de s’étendre sauf que pour l’état c’est en contraignant.

        • Sauf que vous avez cette fois deux acteurs qui ont le même intérêt à ce que vous droguiez : le producteur et l’assureur. Pourquoi l’assureur ? Et bien tout simplement parce que si vous n’est pas « rentable », ils vous « jètent ». (tout le monde a déjà eu à faire à son assureur …. ….)

          Si le droit des contrats est bien fait et appliqué, s’il n’y a pas manipulation d’Etat et taxes cachées (comme pour l’assurance auto) et si l’assurance n’est pas obligatoire, non on ne vous jette pas… Par ailleurs, l’intérêt de l’assureur c’est le gus en parfaite santé qui paye (pas beaucoup) et ne coute rien. Il incite donc dans la mesure du possible ses assurés à cela. Si ce n’est pas le cas, pas grave, un actuaire débutant peut calculer facilement le prix de vente de la police pour maintenir le taux de profit voulu, sous telle ou telle hypothèse. La concurrence entre les assureurs assure le prix optimal assez rapidement…

          On a le droit d’être libéral mais aussi de considérer la « santé » comme un domaine économique qui ne doit pas être dirigé par le profit.

          Heum. La santé « à part » ? Pourquoi donc sinon parce que ça fait un certain temps qu’on fait comme ça, temps qui à commencé à une époque où près de la moitié des députés étaient médecins. Coïncidences, coïncidences. Sinon on peut considérer que l’habillement, la nourriture et le logement sont des domaines à part où on ne devrait pas chercher « le profit » (qui n’est qu’un indicateur de satisfaction de vos clients, donc en fait, si, il faut absolument le chercher partout, surtout quand c’est « sensible »). Parce que l’on meurt très vite sans habits, sans toit et sans bouffe. Nettement plus vite que sans « santé » (je n’ai pas vu un médecin depuis 20 ans hors « visites de la médecine du travail ». si je n’avais pas mangé ou pas eu de vêtements ou vécu à la rue depuis ce temps, je pense que ça n’aurait pas été aussi bien).

          Sinon, si on peut tuer son voisin ou détruire propriété inanimée pour des « primes » on peut aussi bien s’automutiler pour ça. Ou se mettre en danger. Sauf que je ne vois pas trop ce que ça change en termes d’assurance… sinon dans le sens contraire de ce que vous semblez impliquer : la santé est LE domaine où il y a le moins de chance de fraudes à l’assurance (la sécu serait ravie de l’apprendre :mrgreen: ), donc la logique dicte que c’est le domaine où l’assurance privée marchera le mieux.

          • – Je parlais bien de la santé « à part » dans le sens où on n’est pas « responsable » devant la maladie, ou dans notre cas précis la probabilité de dépendance devant l’alcool ou la nicotine ou autre drogue. Pour les sports extrême, c’est chacun qui choisit. Comme pour tout le reste, logement, nourriture, la dignité implique à « choisir » et à « se battre » comme on peut, où à profiter de la solidarité des autres (ça existe), et s’assurer auprès d’assureur privée. Voyez-vous, je ne suis pas pour l’assurance chômage payée par les entreprises.
            J’y pense, mais on n’est pas responsable du choix de ses parents : pensez-vous qu’il faille prendre une assurance juridique avant de les attaquer en procès pour mauvais gènes ? 😉

            – S’automutiler ? Non, vous n’êtes pas sérieux ! Un être vivant ne s’automutile pas pour de l’argent. Il y a bien des grèves de la fin, mais là ce sont des cas extrêmes. En tout cas, félicitation pour votre santé de fer. 20 ans sans voir de médecins, chapeau !

            • « S’automutiler ? Non, vous n’êtes pas sérieux ! Un être vivant ne s’automutile pas pour de l’argent. »

              Si. Pourquoi croyez vous que les Russes ont un marché florissant des caméras Gopro installées dans les véhicules ? Parce que ça permet de prouver que le quidam s’est jeté sous les roues de votre véhicule pour toucher une indemnité de votre assurance. Aux USA ça existe aussi.

    • Ne pensez-vous pas que « faire payer cigarettiers et alcooliers » et « augmenter les taxes » sont des habillages différents pour la même chose ?

      • Non, vous rendez responsables à l’euro près celui qui crée le dommage au lieu de rendre tout le monde solidaire sans savoir où ça commence et où ça s’arrête. Et vu que ce fabricant aura un assureur vous pouvez être certain que la prime donc le risque sera bien calculé.

        Imaginez qu’un fournisseur vende de la viande et qu’il y ait une maladie type vache folle à son insu et quand bien même cette maladie n’était pas connue. Qui est responsable ? le fournisseur ou le consommateur ? Qui doit payer ? le fournisseur (son assureur) ou la solidarité nationale ?

        Les assureurs sont les plus à même de sécuriser les processus de fabrication car ce sont eux qui vont payer. Avant de vous donner le montant de la prime incendie dans une entreprise, ils la visitent et vous demandent un tas de renseignements. Idem pour la responsabilité civile, le vol etc…

        • Pourquoi voulez-vous glisser un assureur là dedans ? Les citoyens paient déjà cher pour le fonctionnement de la « Justice ». Si le risque est connu, alors pas besoin d’assureur. Si le risque n’est pas connu ou nouveau, alors la justice trouvera le responsable (s’il y en a un) ou déclarera qu’il n’y en a pas …

          • Je dis bien que c’est le fournisseur le responsable mais avoir un fournisseur responsable devant la justice mais incapable de réparer le dommage ça ne sert à rien puisque ce sont les autres (vous, moi) qui vont payer.
            Ceux qui critiquent le libéralisme mettent souvent en avant le fait que le consommateur ne sera pas protégé (l’est-il vraiment actuellement?) et que les fournisseurs pourraient faire n’importe quoi sans en supporter les coûts en faisant des faillites frauduleuses par exemple.
            L’assurance est une des solutions.

            Quand l’état envoie ses sbires vérifier que les règles d’hygiène ou de sécurité sont bien respectées dans un cinéma ou un restaurant cela a un coût mais sans aucun gain pour lui sauf des amendes à la marge et ce coût justifie que l’état n’a pas d’intérêt à avoir les contrôleurs qui seraient véritablement nécessaires, sauf pour qu’on en parle à la télé pendant les vacances (contrôle des restos).

            Pour l’assureur, assurer ces contrôles c’est une espérance de gain car ça lui évitera de payer la facture en cas de sinistre. On serait mieux protégé et indemnisé si la réglementation et les contrôles étaient fait par les assureurs. Et avec la concurrence un assureur n’aurait aucun intérêt à demander des normes inutiles pour se couvrir car alors le fournisseur / prestataire irait voir ailleurs.

  • Les vols éventuellement avec violence ont également une recrudescence de l’augmentation qui va en s’accroissant.

    Légalisons.

    d’ailleurs la propriété n’est elle pas le vol?

    Ahh!!

    C’est vrai ou c’est pas vrai?

  • Peut-être que la raison de cette recrudescence des drogue n’est pas trop difficile à trouver. Il suffit de tourner son regard sur un certain fromage Hollandais à patte molle qui à succédé à une pile électrique à gourmette. Quand on voit la politique de ces deux-là, on comprend que les gens sombrent dans le désespoir.

  • L’Iran , Les USA et l’Arabie Saoudite appliquent en grande partie cette approche ( peines corporelles sévères, torture, emprisonnement massif, procès sommaires…)et cela n’a pas réduit ni la consommation ,ni le trafic…Les seuls à avoir quasiment mis fin à la consommation des drogues fut les talibans en Afghanistan…Alors 2 choses l’une : on on va voir du coté du Portugal qui a décriminalisé la consommation de drogue et nous pouvons espérer préserver le peu de libertés qu’il nous reste.Soit on copie le talibans ou la Chine maoïste et peut-être que nous éradiquerons la drogue .Mais il faudra pas venir se plaindre des conséquences…

    • « L’Iran , Les USA et l’Arabie Saoudite »

      Ne sont pas allés jusqu’aux méthodes de Singapour… Sans parlez que l’Iran et l’AS sont bien plus hypocrites sur les drogues que les USA.

      • Bien sûr, mais ce n’est qu’une question de degrés.

        Nos démocraties occidentales deviennent totalitaires d’une manière différentes de ce qui c’est passé en URSS. Chez nous, ça passe par le politiquement correct, par le lobbying constant de quelques groupes communautaristes qui utilisent une stratégie de victimisation et parviennent à mettre en place la censure.
        Cette censure est plus insidieuse que celle de la Pravda, c’est par la persécution de ceux qu’on considère comme l’ennemi (persécution financière, avec le concours de la justice) qu’on parvient à bannir des champs entiers de l’expression et qu’on pousse les gens à l’auto-censure.

        C’est le consensus mou, déjà prédit par Tocqueville, avec l’opinion officielle, les quelques opinions alternatives qu’on autorise, et qui ne s’écarte de l’opinion officielle que sur des points de détails. Si bien qu’en France, les partisans du blanc-bonnet s’opposent aux défenseurs du bonnet-blanc et ceux qui ont une vraie opinion personnelle sont priés de se taire sous peine de poursuites et de coûteuses amendes.

        Bien sûr on prendra soin de défendre bruyamment la liberté d’expression, pour brouiller encore un peu les pistes, mais la encore, la liberté d’expression officielle, celle qui ne sort pas des clous. Charlie, mais pas Soral ou Dieudo, par exemple.

        Mais bien sûr, la manipulation de l’expression publique finira, à un moment ou à un autre par se traduire dans la politique. Parce qu’il y’a bien un agenda politique derrière.

        Ces gens, ce n’est pas tellement la liberté d’expression qu’ils visent, c’est toutes les libertés. Ils commencent par celles qui permettent de défendre les autres, la liberté d’expression et celle de se défendre (ce qui comprend celle de détenir et porter des armes.

        On instaure le totalitarisme en se débrouillant pour obtenir l’assentiment du peuple. Pour cela, on instrumentalise tout ce qui peut avoir des revendications. La loi ne recherche plus la paix sociale ou la justice, mais au contraire à exciter les communautarismes.

        Reste à savoir combien de temps ce jeu peut durer avant le retours de flamme.

        Combien de temps peut durer un état qui n’a plus vraiment de justice, qui pousse les gens les uns contre les autres, qui matraque d’impôts ses populations productives, et qui va jusqu’à chercher à contrôler ce que les gens pensent et disent? Et qui n’assure même plus ces fonctions régaliennes?

        Parce que la lutte contre la drogue et contre la vitesse servent de cache misère pour toutes les fonctions légitimes que l’état et sa police n’assurent plus, tout comme le mariage pour tous servait à détourner l’attention de l’action du gouvernement.

        • C’est un post visiblement très inspiré avec lequel on ne peut être que d’accord. Toutefois j’ai quelques remarques:

          « Cette censure est plus insidieuse que celle de la Pravda »

          Non, le fait est que l’ont peut encore partager nos idées. Vous parlez de l’autocensure à cause de la pression sociale. Toutefois je pense que cette forme d’auto-régulation de la société est positive. Bien sure elle empêche de faire partager les idées libérales facilement pour le moment mais cela fait partie des règles implicites pour rendre la société vivable (qui peuvent être bonnes ou débiles, l’important c’est qu’elles soient connues).

          On a besoin de normes sociales pour pouvoir cohabiter. Dans les sociétés libérales ont peut faire partager les idées libérales mais il y a encore des normes sociales qui empêchent de dire n’importe quoi n’importe ou (bonnes ou mauvaise, cela dépend des opinions). Personne ne veut d’une société ou tout le monde se sent libre de faire n’importe quoi devant n’importe qui. Je pense que si vous êtes raisonnable vous comprendrez.

          Ce qui est bien c’est que ces normes sociales peuvent évoluer en fonction des évolutions de la société, tout naturellement, sans que personne ne le décide. C’est ça qui est formidable avec les diverses formes d’auto-régulation.

          « Charlie, mais pas Soral ou Dieudo, par exemple. »

          Que je sois bien clair. Je suis pour la liberté d’expression totale. Je suis pour que l’on puisse dire les pires horreurs. De la même façon je suis pour la liberté de se couvrir de caca.

          Cela ne veut absolument en aucun cas dire que je partage les idées de ces gens. Cela n’implique pas non plus que j’ai le devoir de les écouter ou d’avoir de la considération pour ceux qui les défendent. Je déteste profondément tout ce qui peut sortir de la bouche de ces individus et je trouve que leurs défenseurs font partie des gens les plus nauséabonds de notre société.

  • « des drogués qui cessent momentanément de commettre des actes de délinquance pour se procurer de l’argent »

    Heu non. Si la drogue manque, le prix augmente et les consommateurs sont frustrés, ça augmente donc le nombres de délits. Ce sont en général des altercations entre les différents acteurs pour s’approprier ce qui traine.

  • Des gouttes d’eau, soyons réaliste, du fait de l’ampleur du phénomène, ce sont 4 à 5 bateaux archi pleins qui doivent débarquer cette marchandise chaque mois.
    Alors , si on se contente de 4 Tonne par çi ou là ; c’est que la légalisation a déjà eu lieu depuis longtemps.
    Elle sert à ACHETER la paix dans les quartiers, comme le démontre un savoureux livre sur Marseille, paru récemment.
    Il faut réprimer.
    Légaliser, surtout pas ! Les pays qui l’on fait s’en mordent les doigts des années après.
    1_ L’herbe ou le joint sont meilleurs pour la santé que la cigarette : = Faux, l’herbe se fume donc bonjour les poumons, le joint se mélange à du tabac et se roule dans un papier à cigarette avec un morceau de carton au bout -donc aucun filtre- bonjour les poumons, la santé..les cancers..
    Ceux qui paient leurs cigarettes à 6Euros, quand ils entendent que le joint est meilleur..alors qu’ils fument filtre et sont surtaxés depuis des années… doivent se rebeller !
    2–Légaliser a conduit dans d’autres pays à passer à d’autres drogues, ils suffit d’aller dans certain quartier extérieurs de villes de Hollande ou d’Espagne, pour voir ces pauvres bougres et bougresses tourner en rond, à la recherche d’un peu d’héro ou de meta ou de crack perdus…
    Il faudrait vraiment vous brancher sur des TV étrangères pour regarder de vrais reportages.

    3-Transmission : des beaux mecs ou belles filles : se mêlent à des soirées lycéennes et étudiantes, dans le but de séduire les jeunes et les faire goûter à des drogues plus fortes que celles légalisées (si tu m’aimes= essaie!), et le nombre de jeunes qui « tombent » est si élevé. A cet âge ils se croient si forts…
    Devenants vite clients de leurs amis, amants, amantes… Ils deviennent de vrais maigres, leur seul objectif, n’étant pas de manger, mais de se fournir en meta et autres substances…
    Dans les pays cités ce sont les enfants de « libéraux » les plus touchés.. mais bon ! Libérons !

  • Il y a une « saisie record » qui n’aura jamais lieu, c’est celle de toutes les petites et moyennes quantités produites par des milliers de particuliers chez eux. Grâce à internet il est désormais enfantin de se procurer des graines, du matériel et tous les conseils possibles pour une culture réussie permettant de s’affranchir des cités et de leur shit pourri. ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exi... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Paraphrasons : personne ne sait comment fabriquer un comprimé de Doliprane…

Hier, le grand Milton Friedman prenait l’exemple du crayon jaune, afin d’exposer sa vision du libéralisme.

https://www.youtube.com/watch?v=SDUB4Pw39sg

 

Hélas, je ne dispose ni de son talent, ni de sa vision. Je ne suis qu’un chirurgien de province mais cela m’offre un minime avantage : les inconvénients, je les vis. J’ai même le nez dans les diverses ruptures de stock dont souffrent plus cruellement les patients qui comptent sur un sy... Poursuivre la lecture

Les EHPAD existent dans les sociétés devenues prospères, et où les progrès médicaux, l’abondance alimentaire, l’amélioration des conditions de vie ont permis le vieillissement. Malheureusement, certains sont devenus dépendants. De manière concomitante la prospérité a donné les moyens matériels de prendre soin de ces personnes, dont la prise en charge est trop lourde pour les familles... quand famille il y a.

L’État maltraitant

« En 2018, la dépense de soins de longue durée aux personnes âgées s’élève à 11,3 milliards d'euros. L’essent... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles