Vos biens ne vous appartiennent plus

Non, on ne fait pas ce qu’on veut avec ses propres affaires : ni son appartement, ni sa maison, ni son jardin, ni ses jeux vidéos.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
http://www.wikiberal.org/wiki/Fichier:Libertarian.jpg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vos biens ne vous appartiennent plus

Publié le 18 août 2015
- A +

Par Phoebe Ann Moses.

http://www.wikiberal.org/wiki/Fichier:Libertarian.jpg
http://www.wikiberal.org/wiki/Fichier:Libertarian.jpg

Vous avez un bien immobilier, vous pensiez le louer (éventuellement pour payer les faramineuses taxes qui vont augmenter cet automne). Ce bien est à vous. On passe sur le fait que pour l’acheter vous avez dû gagner de l’argent en travaillant et payer des impôts sur le revenu, puis payer un notaire qui a reversé une partie de cet argent à l’État, puis éventuellement payer des artisans pour le construire, somme sur laquelle vous avez encore payé une taxe pour l’État. Et enfin, quand ce bien est à vous, l’État vous fait savoir que vous n’allez pas l’utiliser comme bon vous semble.

Notamment, qu’il n’est pas question de louer son bien de particulier à particulier. Ainsi, Airbnb est bien dans le collimateur : pas question de louer sans passer par la case TVA ! L’État veut son obole ! Mais jamais il ne le dira. En effet les deux arguments avancés sont le bruit causé par les locataires, et la fameuse concurrence déloyale. Les débats sur les locataires bruyants qui dérangent les autochtones sont hors-sujet : certains demandent déjà la modification de règlements de copropriété stipulant que la location aux vacanciers est interdite. Un règlement, encore. Plus de réglementations, plus d’infractions éventuelles, donc plus d’amendes qui rapportent. Les gens ont oublié qu’ils pouvaient aller frapper à la porte du voisin bruyant pour faire cesser le dérangement, et même, qu’il existe déjà une loi réglementant le tapage nocturne.

http://www.wikiberal.org/wiki/Fichier:Libertarianism-otherpeople.jpg
http://www.wikiberal.org/wiki/Fichier:Libertarianism-otherpeople.jpg

Airbnb dans le collimateur encore, puisque même Didier Le Calvez, PDG du Bristol***** parle de « concurrence déloyale d’airbnb » (à prononcer exclusivement sur un ton geignard). Où est la déloyauté de concurrence entre la location d’un bien, même de luxe, et l’hôtel 5 étoiles dont les chambres ont la surface d’un appartement et qui offre un certain nombre de services ? On se croit revenu à la grève des taxis contre Uber. Didier Le Calvez préfère demander à l’État d’aligner la règlementation d’airbnb sur celle qu’il subit plutôt que de comprendre que ce qui le met à genoux, c’est justement la réglementation de l’État. Il évoque d’ailleurs comme exemple de concurrence déloyale les normes pour le handicap que n’ont pas à respecter les particuliers. Qui a fait ces normes ? Qui le taxe ? Si les charges sont plus lourdes pour les palaces, pourquoi ne pas dénoncer ces charges au lieu de s’en prendre à plus petit que soi ? Il y a un côté très sadique à demander la tête de celui qui réussit.

Voilà que maintenant, vous ne pouvez plus faire non plus ce que vous voulez avec votre jardin ! Dans l’Oise, l’aéroport de Beauvais s’est développé de manière considérable : en 20 ans, le nombre de voyageurs est passé de 80 000 à 4 millions. Il a donc fallu augmenter la superficie du parking accueillant les voyageurs qui allaient embarquer. Il n’y a pas qu’eux qui se sont envolés : les prix du parking aussi. Par conséquent, loi de l’offre et de la demande : le parking est vide. Car, loi de la concurrence oblige, les passagers ont trouvé une solution pour se garer à moindre coût : ils louent à l’habitant une petite place sur sa pelouse bien tondue (ce qui diffère un peu de ce que les journalistes de TF1 appellent « parking sauvage »). Tout le monde est content : le voyageur qui fait une petite économie, et le locataire qui arrondit ses fins de mois… en cash.

Quand l’État a entendu que certains augmentaient bel et bien leur salaire en louant leur lopin de terre, il a vu rouge : tous ces malhonnêtes gens qui n’ont pas de permis, pas de licence pour louer ce qui est à eux ! Et tous ces passagers qui ne veulent pas utiliser le beau parking très cher ! Il va falloir obliger tout ce petit monde à entrer dans les clous : il est donc prévu une amende dissuasive pour les habitants afin d’assécher l’offre de location et obliger les voyageurs à utiliser le parking-monopole très cher. C’est beau, l’État interventionniste. Dans les médias les plus regardés, la transaction entre particuliers consentants est présentée comme « illégale et dangereuse ». Ben voyons.

Comme ces bonnes nouvelles concernant la liberté individuelle n’arrivent pas seules, on concluera avec cette énième perle de Fleur Pellerin, qui elle, s’insurge contre la vente de jeux vidéos d’occasion : la brave ministre, qui décidément ne s’y connaît pas plus en culture qu’en droit du numérique, considère que dans la vente d’occasion il y a pour les éditeurs de jeux vidéos un mankagagner1 quand les méchants gamins capitalistes revendent le jeu dont ils se sont lassés. Elle souhaiterait qu’il y ait un codage sur chaque jeu ne permettant l’utilisation que par le seul acheteur. Bien entendu, personne ne parle jamais de TVA, mais n’est-ce pas là une partie du problème : tant d’argent qui transite entre de malhonnêtes gamins, ce n’est pas bon pour les caisses vides de l’État. Et puis il faut bien caresser certaines grosses entreprises dans le sens du poil électoral. Du point de vue efficacité, évidemment c’est plus discutable : on a vu combien les ventes de livres en librairies se sont envolées depuis que le ministère de la Culture s’est occupé de faire payer des frais de port à Amazon. Pour concurrence déloyale.

Il va falloir faire vite pour profiter des vide-greniers, et autres sites internet de l’occasion qui, si l’on suit le regard courroucé du gouvernement, seront les prochains sur la liste. Immobilier et véhicules sont particulièrement attractifs, il serait bien étonnant que l’État ne fourre pas son nez dans ces affaires-là.

Est-ce que si l’on échange trois salades du jardin contre le prêt du râteau à feuilles du voisin, on commet un crime de lèse-magasin ? Est-ce que cela peut être considéré comme un mankagagner du magasin d’outillage et du supermarché ? Et d’arnaque à la TVA ? Enfin, comme de toute façon bientôt il n’y aura plus d’argent liquide, tracer le contrevenant et le punir sera d’une facilité déconcertante.

  1. Elle se trompe : concernant le titulaire de droits d’auteurs, il n’a de droits que sur la première mise en vente mais ensuite plus de droits sur les reventes successives ; quant aux éditeurs de jeux, on peut suspecter qu’ils veuillent contrôler le marché de l’occasion et percevoir une deuxième fois une rémunération.
Voir les commentaires (52)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (52)
  • tant que le lit conjugal n’a pas de péage on peut dire que nous avons encore un espace de 2 m2 de liberté , pourvu que cela dure 😉

    • et encore, bientôt, grâce aux caméras (indétectables pour cause de lutte contre le terrorisme/raison d’état…) qui seront installées dans les boitiers d’alarme incendie ou les box des fournisseurs d’accès à internet, les censeurs pourront vérifier si vous ne vous livrez pas à des pratiques dégradantes pour l’image de la femme, de l’homme, des deux, et on vous expliquera que vous n’en aviez même pas conscience car vous souffrez de la grande maladie détectée par les sages marxiens: l’aliénation

      • Wah je ne l’avais pas vu celle-là. Et la conclusion de l’article est juste : le problème c’est l’aide fonction de ce qui se passe dans votre slip.

        • Je parlais de l’article bien sûr, car ce genre d’émission a tendance à m’hérisser le poil car comme le socialisme elle parle de la conséquence ou lieu de la cause.

  • il va falloir que not bon gouvernement zieute aussi le vide grenier à domicile ; ha ben voui , les gens qui se casse de ce pays organisent la vente à domicile de ce qu’ils ne veulent pas emporter ; ça marche trés bien , c’est payé en espèce ….

  • @L’auteur
    « Les gens ont oublié qu’ils pouvaient aller frapper à la porte du voisin bruyant pour faire cesser le dérangement, et même, qu’il existe déjà une loi réglementant le tapage nocturne. »
    Généralement, les voisins bruyants n’ont rien à cirer, mais alors rien, de votre gentille demande d’avoir la paix. Du reste, ils ont souvent pris ce qu’il faut pour cela.
    Et pour ce qui est de faire intervenir Police-Secours pour faire appliquer la loi, il n’y a qu’en rêve que c’est possible. Bon, vous pouvez toujours faire intervenir un huissier pour constat à 2h du matin, puis assigner vos voisins en Justice (l’Etat honni!).
    Mais d’accord pour que les gens puissent librement louer à des vacanciers. Ceux qui ont besoin d’un logement à l’année pourront toujours aller camper. Le monde à l’envers!

    • « Les gens ont oublié qu’ils pouvaient aller frapper à la porte du voisin bruyant pour faire cesser le dérangement, et même, qu’il existe déjà une loi réglementant le tapage nocturne. »

      Sans vouloir être désagréable, vous ne savez pas de quoi vous parlez.
      Ce serait donc aux voisins de tenter de régler les problèmes générés par des résidents temporaires qui ont payé leur location et vivent leur vie de touriste…?
      Ils devraient frapper à la porte de personnes qui ne parlent pas français le plus souvent pour leur expliquer tout ça pendant que le propriétaire/loueur n’est évidemment pas sur les lieux et est le seul bénéficiaire dans l’affaire…?
      Et ils devraient recommencer les nuits suivantes car les occupants ne seront plus les mêmes…?

      « Les débats sur les locataires bruyants qui dérangent les autochtones sont hors-sujet : certains demandent déjà la modification de règlements de copropriété stipulant que la location aux vacanciers est interdite. »

      Mais oui… pourquoi voulez-vous que les autres copropriétaires acceptent d’être fortement dérangés par l’activité d’un d’entre eux… par altruisme ?
      Vous n’avez sans doute jamais été réveillé de façon récurrente la nuit par les piétinements sur le joli parquet de l’appartement du dessus de cinq personnes de retour de sortie qui vont se préparer pour la nuit avec bruits de tuyauterie divers avant l’extinction des feux, ou par les portes d’ascenseur et les valises à roulettes sur les pavés des cours à l’aube etc…

      Vous avez tort à mon sens de balayer avec mépris les réactions de ces personnes exaspérées à juste titre, elles sont les meilleures alliées de l’Etat lequel lui, ne cherche qu’à réglementer.

      • « Mais oui… pourquoi voulez-vous que les autres copropriétaires acceptent d’être fortement dérangés par l’activité d’un d’entre eux… par altruisme ? »

        Par exemple en respect du droit de propriété?

        Il n’est aucunement interdit de limiter ses droits par contrat, par exemple à travers des droits de copropriétés librement acceptées lors d’un achat. Mais il me semble absolument contraire au droit de propriété de changer les dites limitations de droit par une modification du contrat de copropriété qui ne serait pas accepté à l’unanimité.

        • Bref, ne jamais vivre en copropriété… Si on veut vivre en appartement, mieux vaut louer.
          Dans copropriété, il y a un « co- » de trop. 🙂

        • Le règlement de copropriété définit les règles de gestion et de vie commune entre les copropriétaires.
          Il doit respecter les lois en vigueur, il peut aller au delà mais pas contre la loi.
          Il doit comporter des clauses qui déterminent la destination et les conditions de jouissance des parties communes et des parties privatives.
          La destination de l’immeuble reste un concept flou mais souvent le règlement fait état de jouissance des parties privatives en bon père de famille.
          La pratique de location à la journée ou à la semaine est une jouissance des parties privatives qui peut être contestée par les autres copropriétaires à la fois pour les nuisances directes mais aussi pour une « dépréciation  » de l’immeuble.
          Le droit de propriété d’un copropriétaire ne lui permet pas de s’affranchir des dispositions du règlement de copropriété.
          Cela dit, si les copropriétaires/loueurs étaient aussi intelligents qu’entreprenants, ils respecteraient d’eux mêmes certaines règles dans leurs locations pour éviter les problèmes avec leurs voisins.

          • Si le règlement de copropriété amène les limitation suffisantes pour éviter la location à la semaine, pas besoin que l’Etat en rajoute une couche, donc. Et si c’est pas le cas, au nom de quoi devrait-ton limiter le droit de propriété de quelques uns au profit d’autres?

      • Dans une copropriété, le règlement impose des moquettes comme revêtement. Pourtant les gens posent maintenant des parquets. Donc bonjour la nuit les traîne-savates … Et merci à l’état qui vient foutre son gros groin humide et nauséabond dans une affaire privée.

    • Généralement c’est le contraire qui se produit mais comme on n’en entend pas parler on s’imagine que des qu »il y a un problème entre personnes, ces mêmes personnes rentrent tout de suite en conflit au lieu de négocier. Les individus sont tout à fait capables de régler leurs différends entre eux, sans avoir un tiers (en l’occurrence l’état) qui vient s’immiscer de manière arbitraire et coercitive entre eux. Et bien entendu, il arrive que le problème ne se résolve pas, intervention étatique ou pas. L’état n’est pas la panacée pour trouver des solutions, au contraire il a tendance à monter les individus (ou groupes d’individus) les uns contre les autres.

    • Généralement, les gens qui commencent leurs phrases avec « généralement » extrapolent une expérience personnelle négative pour en faire une généralité ou extrapolent carrément leur inexpérience en se basant sur quelques préjugés…

      Personnellement, dans chaque immeuble dans lesquels j’ai vécu, à chaque fois qu’un voisin a fait du bruit lors d’une fête et que je suis allé frapper à la porte, ça s’est passé sans problème.

      • Ce n’était pas mon cas, puisque mon commentaire fait preuve d’optimisme quant à la capacité des individus à résoudre pacifiquement leurs différends …

      • la dernière fois que j’ai du traverser la rue, aller dans une autre rue, pour faire baisser le son de la musique, c’était il y a quelques semaines, en soirée à l’heure du ramdam du ramadan des mahométans. comme je ne les aime pas, et j’ai le droit de ne pas les aimer, j’ai décidé d’aller leur demander de faire moins de bruit, je me suis donc rhabillé, et je suis allé vers eux.
        au pied de leur maison, ils étaient sur une terrasse en étage, j’ai du crier « s’il vous plaît » car la musique était vraiment très forte. deux ou trois personnes on passé la tête par dessus la barrière et je leur ai dit « bonsoir, vous pouvez baisser la musique ? »
        ils m’ont dit « d’accord, on va faire moins de bruit », je leur ai répondu « merci, bonne soirée » et je suis rentré chez moi. et ils ont très sensiblement baissé la musique, sans la remettre à fond 10 minutes après.

    • Le fait est. Mais ça n’est pas en accumulant des règlements plus ineptes au fur et à mesure qu’ils surenchérissent sur les textes existants déjà inappliqués, qu’on règlera le problème : un voisin indélicat se battra l’œil d’un deuxième règlement comme du premier. Et les flics ne bougeront pas plus : ils auront 2 raisons au lieu d’une de ne pas le faire, si l’on peut dire.

  • Apparemment pour le jeu vidéo Fleur Pellerin ne serait pas en ligne avec son cabinet : http://www.numerama.com/magazine/33934-jeux-video-d-occasion-fleur-pellerin-desavoue-son-cabinet.html
    Un pas en avant, un pas en arrière…?

  • Il y a erreur sur la question des ventes de jeux d’occasion. La TVA n’est pas en cause puisqu’il n’y a pas de TVA sur les ventes d’occasion, sinon pour la même valeur d’un produit on payerait 20% de TVA sur la valeur à neuf + 20% de TVA sur la valeur d’occasion, donc par exemple 30% au total de la valeur à neuf. Sinon vous avez en principe raison, les éditeurs n’ont pas à faire payer une 2ème fois des droits d’auteur parce que celui qui regarde n’est plus celui qui a initialement acheté le jeux avec son droit d’auteur.
    Quand à AirBnB, il est indispensable qu’il paye la TVA du lieu où il récupère de l’argent, sinon il fait une concurrence faussée et fait payer aux autres la TVA qu’il a réussi à frauder. Un impôt tel que la TVA est indispensable pour payer les dépenses utiles à la collectivité dont nous profitons. Ce qui est indispensable est d’empêcher que cet impôt soit mal employé ou accaparé, (comme c’est souvent le cas en France) en régulant cet emploi par des lois ou par l’intervention des citoyens.

    • Si, car sur les biens d’occasion, une TVA de 20% est payée sur la différence entre le prix d’achat du bien par le professionnel qui vend des produits d’occasion et le prix de vente du même bien. Vous pensez bien que l’état glouton ne pouvait pas laisser une transaction se faire sans prélever son racket au passage.

    • darad: « Un impôt tel que la TVA est indispensable pour payer les dépenses utiles à la collectivité dont nous profitons. »

      L’état d’à coté offre 3.6% de chômage des jeunes, 35% de dette en diminution, un salaire moyen de 5000 euros, des caisses sociales en équilibre.

      Pour deux fois plus d’impôts dont une TVA à 20% au lieu de 8%, l’état français « dont nous profitons » offre 24% de chômage des jeunes, 97% de dette en augmentation incontrôlée, un salaire moyen de 1675 euros, et toutes les caisses sociales en faillite.

      Vous « profitez » surtout d’un magnifique syndrome de Stockholm.

      darad: « Ce qui est indispensable est d’empêcher que cet impôt soit mal employé ou accaparé, (comme c’est souvent le cas en France) en régulant cet emploi par des lois »

      C’est clair, l’aristocratie bureaucratique va voter une loi pour s’interdire de disposer de l’argent-gratuit-des-autres comme elle l’entend. (rire)

        • Suisse, qu’il ne faudrait pas prendre comme un exemple trop monolythique (désolé Illmryn): si je divise la dette publique française de 2’000 miyards par 60 miyons d’habitants, je tombe sur 33’333 € par pigeon. Alors certes, la Suisse s’en sort mieux. Alors certes, la dette fédérale fin 2014 est d’environ 5.6 KCHF par pigeon, mais si on y ajoute la dette cantonale, ça peut prendre des proportions… françaises (snif). Par exemple, Genève, que je connais bien puisque j’en subis les caprices et la pression fiscale, a une dette par pigeon de plus de 28 KCHF. Additionnez la dette fédérale et la dette cantonale, et le genevois bon teint aura sur le dos une dette publique élyséenne.

          • Oui, mais Genève, c’est le meilleur contre-exemple avec ses 13 milliards de dettes. Sur Fribourg, la dette n’est pas acceptée, et depuis 2005 le canton n’est plus endetté. D’autres cantons alémaniques font de même.

            Le peuple fribourgeois est protégé par la constitution qui interdit tout déficit plus grand que 0.5 %, il faut alors décider entre coupes et impôts nouveaux. Chaque canton procède plus ou moins de la même façon. Ainsi, le politicien ne peut raconter des salades et des histoires à dormir debout, tandis qu’à Genève le locataire est tellement bien protégé qu’il ne trouve à se loger à bon compte que s’il a un bon réseau. Horreur pour l’étranger sans connaissances qui doit payer le pizzo tandis que le polytocard local va accéder sans problème à des logements bon marché.

            Genève est presque … français 🙁

      • Quand on voit comment sont traités les services régaliens en fRance, l’argent gratuit des autres est vraiment mal employé.

    • quand je lous un meublé pendant 3 mois à quelqu’un, il n’y a pas de tva.
      pourquoi devrait il y avoir de la tva si je loue le même meublé pendant 1 semaine par l’entremise de airbnb ?

    • Si si…il y a de la tva sur les ventes de jeux d’occasions !! 20% idem !!! elle est calculé sur la marge,et elle est bien payé chaque mois !! c’est juste que le commercant n’a pas le droit de la faire ressortir sur son ticket/facture car elle n’est pas récupérable pour l’acheteur si tant est qu’il soit professionnel.

  • cette bataille conter l’économie du partage, le capitalisme des petites gens en fait, est celle contre le capitalisme des pauvres que décrit très bien
    hernando De Soto
    http://toutsurlachine.blogspot.fr/2015/04/les-pauvres-contre-piketty-hernando-de.html

    son capitalisme je l’ai vu en indonésie dans un campung, avec des auto, des scooter,s des chambres, mais aussi avec des échenges de services…

    pendant la crise asiatique des années 90 l’économie informelle a bien mieux tenu le coup que l’économie officielle.
    c’est un filet de sécurité pour les pauvres, qu’ils soient pleurnichard ou pas, apparent ou pas.
    le cadre avec 3 enfants, une chaudière à changer, 3 enfants dans le privé (parce que l’une ne maitrise pas le kung Fu dans sa zup, et les deux autres ne maitrisent pas les standards Français et on besoin de truc plus ouverts), eh bien il prostituerais bien son talent de dépaneur de PC, son break de 1999 emprunté à maman, sa tondeuse, voir si vraiement ca devien grave ses talents de masseurs ou sa pédagogie en math.

    le secret de la France c’est que quand ca va mal, a part aller pleurnicher chez l’état, il est de facto interdit de mettre du beurre dans les épinards.
    pas le droit de faire des heures sup chez l’entreprise d’en face, de pas prendre ses vacances, de louer sa caisse (si mais ils vont y remédier rapidement avec l’aide de Hertz), …

    quand on a vendu sa maison parce qu’on peut pas la payer, on peut même pas apporter 2 ans de cash en caution à son bailleur, qui ne verra que « au chomage sans revenu » et pas « 100 000 euro après vente de sa maison ».

  • Ils vont même inventer l’achat virtuel d’un véhicule neuf pour tous ceux qui ont un véhicule âgé de sept ans … ❗
    Parce que ceux qui font attention et économisent sur ce poste causent un sacré mankagagner à l’état.
    Donc TVA sur la revente du véhicule âgé, et TVA sur le véhicule neuf virtuel, ils vont faire la fête à Bercy…
    Et peut-être, plus besoin du salaire virtuel pour les expatriés… Chouette idée, non ❓

  • La différence fondamentale entre un libéral et un socialiste est là : Le socialiste estime que l’individu est suspect par définition et toutes ses activités doivent donc être contrôlées par les leaders du groupe auquel il appartient. Le libéral fait confiance à l’Homme et le laisse libre d’organiser sa vie et ses activités dans un cadre défini.

    • Le libéral ne fait pas nécessairement plus confiance à l’Homme, il se contente de constater que « les leaders du groupe » restent des hommes comme les autres, en plutôt pire (les gens bien ne recherchent pas le pouvoir, les psychopathes, si), et que si tu leur donne les moyens de faire chier leurs concitoyens sous prétexte de contrôle, tu n’a fait que déplacer et faire grossir le problème.

    • Historiquement, les socialistes sont davantages des optimistes alors que les liberaux font plutot preuve de scepticisme (physiocrates mis à part).

  • Y’a de l’idée dans le truc des jeux vidéo
    Faudrait étendre le con cept
    à la Re vente des véhicules notamment.
    Ou de n’importe quoi revendu sur le bon coin (Machine à laver, petit haut à point noir…etc.).
    Encore que ça ferrait une disparité qui serait inconstitutionnelle ou je me trompe, avec ceux qui achètent sur EBay à l’Inter. Arghh casse-tète (Comme on dit dans la presse).

    Quoique?
    S’il s’agit de TVA (Taxe à la valeur ajoutée) on pourrait réfléchir à la valeur ajoutée dans la location de bureaux par exemple

  • Pour la TVA, il me paraît évident que lorsqu’on revend un bien moins cher qu’on ne l’a acheté, sa valeur a diminué, donc la TVA se doit d’être négative.

    • oui, c’est bien pourquoi le fisc distingue les « assujettis à la TVA » des « non assujettis ». les premiers collectent la TVA et la « récupèrent » sur leur achats, les seconds ne font que la payer plein pot.
      Faire passer les particuliers de la seconde catégorie à la première revient juste à … supprimer la TVA !
      C’est pas une idée de Bercy, c’est une idée de politocard

    • Oui mais je vois mal Bercy vous rembourser un crédit de TVA quand vous revendez votre cafetière sur le bon coin…

  • Quand vous achetez un véhicule utilitaire d’occasion à une entreprise ou a un garage, vous payez de la TVA basée sur le prix convenu. Comme vous la déduisez à votre tour, ce n’est pas gênant. Mais si vous l’ achetez à un particulier ou un professionnel non assujetti à la TVA, le prix payé sera TTC sans déductibilité possible…

  • Plus de lois plus de taxe engendra une paralysie du système plus vite nous pourrons en sortir. Demander des lois des taxes sinon on en a encore pour 20 ans
    Bienvenue au pays des soviets

  • Un grand écrivain(e) Claude Sar….e, est désormais seule dans son immeuble de Luxe, avec vue imprenable…ISes voisins sont tous partis en banlieue aisées, pour pouvoir se faire des c….en or (comme elle le dit) grâce à la location aux touristes. Airbnb

    Ayant tout vendu en France avant de partir le 25 Juillet dernier, on y a échappé belle ! Peut-être des impositions rétro-actives ?

  • Sympa, venez consommer et donnez moi obligatoirement en retour une taxe.

  • L’humour n’est pas encore taxé, le rire non plus mais profitons-en avant qu’ils s’en aperçoivent ! En revanche, l’humour est passible des tribunaux s’il a pour objet un membre du gouvernement, quelques soient ses actions, répréhensibles ou non. Qu’on se le dise !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Drapeau marocain du Maroc
0
Sauvegarder cet article

Avant de parler de l’éducation en tant que secteur public ou domaine relevant des responsabilités de l’État, il est incontournable d’évoquer sa dimension spirituelle. Elle est la voie de la vertu, le pouvoir de l’être humain d'agir sur sa vie et décider librement ce qu'il envisage pour son avenir. La gestion du secteur est attribuée exclusivement à l’État tandis que la responsabilité à assumer est partagée entre celui-ci, les parents, les élèves et les enseignants.

L’État est appelé à assurer une offre inclusive en qualité et en quanti... Poursuivre la lecture

Main tenant une bougie éteinte.
9
Sauvegarder cet article

Les politiciens sont rarement les crayons les plus affûtés de la trousse mais tous comprennent toujours très vite qu’il ne faut jamais gâcher une bonne crise : si celle-ci permet d’accroître son pouvoir, tout sera donc fait pour ! Il en va dès lors de la faillite de FTX comme du reste et déjà les opportunistes se bousculent pour proposer de nouvelles bordées de régulations à la suite de cette débâcle.

Difficile de ne pas noter non plus l’engouement subitement renouvelé de certains États pour les cryptomonnaies de banques centrales : la... Poursuivre la lecture

photo d'une personne déguisée en Picsou
5
Sauvegarder cet article

Le Covid-19, le dérèglement climatique, la montée des dictatures et des guerres, les pénuries et l’inflation qui en résulte, tout cela est inintéressant : rétablissons l’ISF, taxons les dividendes et ces problèmes disparaîtront !

Les besoins financiers de l’État ont explosé avec le « quoi qu’il en coûte » et les divers « boucliers » anti-inflation. Les tribunes se multiplient pour réclamer d’augmenter la pression fiscale sur « les riches ».

La folie égalitaire est à la mode, se répand sur les réseaux sociaux et même dans des jou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles