Poulet « sans antibiotique » : innovation ou respect de la loi ?

Du poulet « sans antibiotique », ce n’est pas qu’un slogan.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
poules-olivier duval-(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Poulet « sans antibiotique » : innovation ou respect de la loi ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 9 août 2015
- A +

Par Peter Van Doren
Un article du Cato Institute

poules-olivier duval-(CC BY 2.0)
poules-olivier duval-(CC BY 2.0)

Dans le but de se distinguer de ses concurrents, le producteur de volailles Perdue a récemment lancé une campagne publicitaire annonçant des produits issus de poulets « sans aucun antibiotique ». Ce n’est pas juste une nouvelle campagne publicitaire d’une entreprise ; l’histoire va plus loin que ça, ainsi que l’a relaté le New York Times il y a peu de temps. Le propos est de définir ce qu’est une volaille sans antibiotique.

Les entreprises de volailles comme Perdue et ses principaux concurrents Tyson et Foster Farms ont longtemps utilisé d’importants antibiotiques à usage humain dans l’élevage de leurs volailles. De nombreux scientifiques ont prôné l’interdiction de l’usage des antibiotiques de routine (en l’absence de maladie) dans l’élevage des animaux destinés à l’alimentation humaine en raison de conséquences potentielles d’un tel usage sur l’évolution de bactéries antibio-résistantes. En 2012, la Food and Drug Administration a publié un code de bonnes pratiques concernant cet usage d’antibiotiques pour le bétail.

D’autres sociétés que Perdue continuent à utiliser des antibiotiques à usage strictement vétérinaire. Même si les préconisations de la FDA pour une réglementation obligatoire étaient appliquées, de tels antibiotiques ne seraient pas interdits puisque non critiques pour l’usage humain, d’où l’expression marketing « sans aucun antibiotique » utilisée par Perdue.

farm-simon blackley (CC BY-ND 2.0)
farm-simon blackley (CC BY-ND 2.0)

Le débat sur les antibiotiques vétérinaires est récurrent dans la défense de ce qui constitue l’alimentation biologique. La perception qu’ont les gens du mot « bio » diffère souvent de la définition spécifique de ce terme par l’État. Selon Henry Miller de l’Institut Hoover de l’Université de Stanford, c’est « tant qu’un agriculteur bio respecte dans son système de production un plan qu’un agent de certification bio doit approuver avant de donner l’agrément du statut bio à l’éleveur, garantissant la présence non intentionnelle d’OGM ou pour ce cas précis de pesticides synthétiques interdits dans une proportion qui ne doit pas affecter le statut bio des produits de l’agriculteur ou de sa ferme ». Seulement 5% des zones d’agriculture bio sont en réalité testés chaque année.

Chaque fois que l’État définit les caractéristiques de conformité d’une production, en matière de sécurité, d’appellation biologique ou d’allégation sans antibiotique, il y a un peu moins de concurrence sur le marché. Seuls ceux qui comprennent tout à fait ce que cette définition implique peuvent fabriquer des produits conformes tout en s’adaptant à l’esprit de la loi. Les antibiotiques vétérinaires représentent une de ces concessions. Ils maintiennent les poulets en bonne santé, réduisent les coûts et obéissent techniquement aux lois sur l’usage des antibiotiques humains dans la production de volailles.

Plus de régulation dans la loi et plus de contrôle est anticoncurrentiel. À la marge, cela entrave l’innovation qui pourrait avoir lieu dans un libre marché. La bataille entre Perdue, Tyson et Foster Farms est un excellent cas d’école où l’on voit que c’est la concurrence plutôt que la réglementation qui peut servir les intérêts du consommateur et de la santé publique.

Sur le web. Traduction : Phoebe Ann Moses pour Contrepoints.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Les antibiotiques utilisés comme facteurs de croissance, sont interdits en Europe depuis le debut des années 2000 (désolé pour la precision). Cet article décrit la situation aux États Unis. On n’en parle plus en Europe depuis maintenant près 15 ans. techniquement, nous avons légèrement perdu en performance, mais ça a été compensé par une meilleure approche globale.
    Les antibiotiques, facteurs de croissance sont encore utilisés par exemple au Maroc. Ils les interdiront dès que les professionnels auront acquis une bonne maîtrise technique.

    • Par quel mécanisme les antibio favorisent-ils la croissance?

      • Si un poulet bio est considéré comme ayant plus de valeur qu’un poulet standard, alors pour satisfaire la demande (fixe) en poulets, le marché bio met plus de valeur sur le marché que ne le ferait un marché avec antibio => croissance.

        Ca vous semble juste ?

      • En augmentant le « rendement » de la digestion, je crois. D’une même quantité d’aliment l’animal tire plus de nutriments ( et réduit au passage la quantité d’effluent ). Favoriser la croissance n’est donc pas le terme exact.

    • Pour la précision : 2006.
      Officiellement les antibios ne sont plus utilisés comme facteurs de croissance, mais sont très, très largement utilisés à titre préventif, ce qui sous une autre dénomination revient au même.
      Voir les rapports de l’agence nationale de médecine vétérinaire.

      • Non, tout simplement parce que le recours aux antibiotiques à usage thérapeutique met en péril l’équilibre économique de la bande du fait du coût du traitement.
        Les antibiotiques seront utilisés à titre curatif, ce qui est le signe de pathologie; ce n’est jamais bon pour la croissance. L’intérêt de l’éleveur est d’éviter le développement des diverses pathologies.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’incertitude est anxiogène à de nombreux égards et souvent à juste titre.

Définie comme l’absence d’information au sujet d’un phénomène donné, elle signifie souvent qu’on ne sait pas à quoi s’attendre, laissant la porte ouverte aux mauvaises surprises – perte d’emploi, maladie, accident, guerre, etc. et nous laissant désemparés. Car la crainte principale liée à l’incertitude est celle de la perte de contrôle où on ne peut plus rien prévoir ni planifier. Mais cette crainte repose sur une croyance qui est que seule la prédiction permet ... Poursuivre la lecture

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Par Donald J. Boudreaux.

Les attitudes et les opinions de la soi-disant élite d'aujourd'hui - ces formateurs d'opinion publique que Deirdre McCloskey appelle "la cléricature" - sont infantiles. La plupart des journalistes et des essayistes travaillant pour la majorité des grands médias et des entreprises de divertissement, ainsi que la plupart des professeurs et des intellectuels publics, pensent, parlent et écrivent sur la société avec la perspicacité d'un enfant de maternelle.

Cette triste vérité est masquée par la seule carac... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles