Un agneau génétiquement modifié commercialisé ?

Le véritable danger est dans le déchaînement médiatique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un agneau génétiquement modifié commercialisé ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 28 juin 2015
- A +

Par Anton Suwalki

moutonDepuis un article paru dans Le Parisien mardi 23 juin, les médias s’enflamment à propos de ce qui devrait être considéré comme un non-événement. À cause, semble-t-il, d’une vengeance de deux employés de l’INRA, une agnelle, née d’une brebis génétiquement modifiée utilisée dans le cadre d’un programme de recherche médicale, a été remise à un abattoir avant d’être vendue à un particulier. La génitrice de l’agnelle, qui servait à un programme de recherche sur les greffes de cellules cardiaques, exprimait une protéine GFP.

GFP pour green fluorescent protein, c’est-à-dire une protéine fluorescente de la méduse Aequorea victoria. La protéine, qui sert de marqueur de cellules, est reconnue comme étant non toxique pour les animaux transgéniques. Elle est couramment utilisée dans la recherche médicale depuis son identification, qui a valu à ses découvreurs un prix Nobel de chimie. Ceux qui auraient mangé cette agnelle n’ont strictement rien à craindre, quoi qu’en dise François Veillerette : « J’imagine qu’il n’y a aucune garantie ni étude qui montre l’innocuité pour les consommateurs de cette viande d’agneau génétiquement modifiée ».

L’INRA a sorti un communiqué soulignant l’absence de toxicité de la protéine, et mieux encore, le fait que l’agnelle commercialisée n’exprimait pas cette protéine. En dépit de cela et des mesures totalement disproportionnées déjà prises (arrêt des expérimentations et destruction de tous les matériels génétiquement modifiés sur le site de l’unité concernée !), l’institut n’aura pas évité le déchaînement de l’obscurantisme. Sans craindre le ridicule, les moutons de Panurge crient au scandale, et agitent le spectre de la vache folle. Reprenant la métaphore manipulatrice de Greenpeace de la chimère « poisson-fraise », la presse en folie a titré sur l’« agneau-méduse ». N’oubliant pas de sortir son parapluie, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a demandé à l’Inra de lui proposer un plan d’action d’ici au 30 juin, « pour éviter que cela ne se reproduise ». Histoire d’étouffer un peu plus la recherche, au nom du sacro-saint principe de précaution ? Rappelons que la seule chose dont l’INRA s’est rendue indirectement « coupable », c’est d’une infraction au Code de l’Environnement1.

Le vrai scandale serait que ce déchaînement aboutisse au retardement, voire à l’arrêt de recherches porteuses d’espoir pour ceux qui souffrent d’insuffisance cardiaque. Si les OGM ne tuent pas, la bêtise, elle, peut avoir des conséquences criminelles.


Sur le web.

  1. Indigeste pavé de 2425 pages.
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Comme l’agnelle, on reste médusé devant tant de bêtise et d’ignorance.
    On va bientôt de nouveau s’éclairer à la bougie.

  • C’est le fait de la commercialiser, par vengeance.

  • En fait le problème c’est l’absence totale de brassage génétique chez les professionnels des médias. Ils se reproduisent entre eux, ce qui appauvrit leur capital et les rends crétins. C’est trop tard pour eux maintenant, il faut les modifier génétiquement!

  • Moins les gens sont cultivés, plus ils sont crédules. Grâce à NVB, le pire est devant nous…

  • « la seule chose dont l’INRA s’est rendue indirectement « coupable », c’est d’une infraction au Code de l’Environnement »
    J’aimerai bien savoir de quelle infraction au code de l’environnement il s’agit ? Et quel est ce concept étrange de « indirectement coupable » ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Kenya OGM
1
Sauvegarder cet article
La voie est libre pour des maïs génétiquement modifiés

Le président nouvellement élu William Ruto (et ancien ministre de l'Agriculture) a convoqué son cabinet le 3 octobre 2022 pour examiner principalement les progrès réalisés dans la réponse à la sécheresse en cours. Celle-ci affecte 23 comtés du Kenya sur 47 et a touché au moins 3,1 millions de Kenyans (sur quelque 54 millions) ; c'est la pire sécheresse depuis 40 ans dans la Corne de l'Afrique.

Lors de cette réunion, il a été décidé de lever l'interdiction de la culture et des impor... Poursuivre la lecture

Les appels en faveur d'une réglementation réaliste et fonctionnelle des « nouvelles techniques génomiques » (NGT ou new breeding techniques, « NBT ») d'amélioration des plantes ne sauraient être entendues. Ceux qui les portent sont des porte-voix de la « science capitaliste » selon un rapport des Verts/ALE du Parlement européen. Joseph McCarthy revient !

Le militantisme anti-OGM – qui vilipende les plantes transgéniques classiques, celles ayant reçu typiquement un gène d'une autre espèce, même très éloignée phylogénétiquement comme une... Poursuivre la lecture

bio
9
Sauvegarder cet article

Le choix du mot biologique n’est pas anodin.

Ses adeptes français n’ont pas choisi de traduire simplement le mot anglais organic par organique, ce qui aurait été le choix de la logique. En choisissant le mot biologique, ils ont probablement voulu insister davantage sur la notion de vivant qui existe cependant dans le mot organique, mais parmi d’autres significations.

 

Bio : le choix des mots

Selon la définition de l'Insee :

« L'agriculture biologique est un mode de production agricole qui exclut l'emploi de s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles