Un agneau génétiquement modifié commercialisé ?

Le véritable danger est dans le déchaînement médiatique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un agneau génétiquement modifié commercialisé ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 28 juin 2015
- A +

Par Anton Suwalki

moutonDepuis un article paru dans Le Parisien mardi 23 juin, les médias s’enflamment à propos de ce qui devrait être considéré comme un non-événement. À cause, semble-t-il, d’une vengeance de deux employés de l’INRA, une agnelle, née d’une brebis génétiquement modifiée utilisée dans le cadre d’un programme de recherche médicale, a été remise à un abattoir avant d’être vendue à un particulier. La génitrice de l’agnelle, qui servait à un programme de recherche sur les greffes de cellules cardiaques, exprimait une protéine GFP.

GFP pour green fluorescent protein, c’est-à-dire une protéine fluorescente de la méduse Aequorea victoria. La protéine, qui sert de marqueur de cellules, est reconnue comme étant non toxique pour les animaux transgéniques. Elle est couramment utilisée dans la recherche médicale depuis son identification, qui a valu à ses découvreurs un prix Nobel de chimie. Ceux qui auraient mangé cette agnelle n’ont strictement rien à craindre, quoi qu’en dise François Veillerette : « J’imagine qu’il n’y a aucune garantie ni étude qui montre l’innocuité pour les consommateurs de cette viande d’agneau génétiquement modifiée ».

L’INRA a sorti un communiqué soulignant l’absence de toxicité de la protéine, et mieux encore, le fait que l’agnelle commercialisée n’exprimait pas cette protéine. En dépit de cela et des mesures totalement disproportionnées déjà prises (arrêt des expérimentations et destruction de tous les matériels génétiquement modifiés sur le site de l’unité concernée !), l’institut n’aura pas évité le déchaînement de l’obscurantisme. Sans craindre le ridicule, les moutons de Panurge crient au scandale, et agitent le spectre de la vache folle. Reprenant la métaphore manipulatrice de Greenpeace de la chimère « poisson-fraise », la presse en folie a titré sur l’« agneau-méduse ». N’oubliant pas de sortir son parapluie, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a demandé à l’Inra de lui proposer un plan d’action d’ici au 30 juin, « pour éviter que cela ne se reproduise ». Histoire d’étouffer un peu plus la recherche, au nom du sacro-saint principe de précaution ? Rappelons que la seule chose dont l’INRA s’est rendue indirectement « coupable », c’est d’une infraction au Code de l’Environnement1.

Le vrai scandale serait que ce déchaînement aboutisse au retardement, voire à l’arrêt de recherches porteuses d’espoir pour ceux qui souffrent d’insuffisance cardiaque. Si les OGM ne tuent pas, la bêtise, elle, peut avoir des conséquences criminelles.


Sur le web.

  1. Indigeste pavé de 2425 pages.
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Comme l’agnelle, on reste médusé devant tant de bêtise et d’ignorance.
    On va bientôt de nouveau s’éclairer à la bougie.

  • C’est le fait de la commercialiser, par vengeance.

  • En fait le problème c’est l’absence totale de brassage génétique chez les professionnels des médias. Ils se reproduisent entre eux, ce qui appauvrit leur capital et les rends crétins. C’est trop tard pour eux maintenant, il faut les modifier génétiquement!

  • Moins les gens sont cultivés, plus ils sont crédules. Grâce à NVB, le pire est devant nous…

  • « la seule chose dont l’INRA s’est rendue indirectement « coupable », c’est d’une infraction au Code de l’Environnement »
    J’aimerai bien savoir de quelle infraction au code de l’environnement il s’agit ? Et quel est ce concept étrange de « indirectement coupable » ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par André Heitz.

La Commission européenne a organisé une consultation sur la « législation applicable aux végétaux produits à l’aide de certaines nouvelles techniques génomiques ». Elle s’est close le 22 octobre 2021. Les Verts/ALE du Parlement européen ont mis en place un système de contributions panurgiques pour s’opposer à toute réforme.

Pour un esprit rationnel, la réglementation européenne des « organismes » (plantes) génétiquement modifiés (OGM) est un désastre. La directive 2001/18/CE du Parlement européen et du Conseil d... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

La peur du risque est devenue une arme de destruction massive de nos sociétés. Il suffit de s'intéresser aux médias ou d’écouter le personnel politique pour entendre, lire ou voir du catastrophisme. Qu’il s’agisse de la crise sanitaire, de la crise environnementale, des problèmes sociétaux ou de la place de la France ou des pays occidentaux dans le monde, on nous répète à longueur de temps que tout s’effondre.

L’optimisme semble avoir disparu pour laisser place à un pessimisme et un catastrophisme ambiant ... Poursuivre la lecture

biosciences
0
Sauvegarder cet article

Entretien avec Ying Shao, co-founder et CEO de la startup Plantik Biosciences, mené par Corentin Luce.

« En l’espace d’un seul jour et d’une nuit terribles, tout ce que vous aviez de combattants rassemblés fut englouti dans la terre, et l’île Atlantide de même fut engloutie dans la mer et disparut » Platon -  Timée

La seule combinaison de quelques lettres contraste parfois avec la kyrielle d’essais, films et autres jeux-vidéo s’en réclamant et qui entretiennent la fascination, exaltent les interrogations. Fatalité que de voir u... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles