Finalement, le diesel c’est comme la prostitution

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013585 diesel

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Finalement, le diesel c’est comme la prostitution

Publié le 1 avril 2015
- A +

Nous sommes le premier avril, sous un gouvernement de petits farceurs. Vous êtes prévenus.

Tenez, le diesel par exemple.

Il est entendu qu’avec sa moindre taxation par rapport à l’essence, l’État a clairement indiqué ce qu’il attendait des consommateurs. Enfin, par moindre taxation, il faut bien comprendre que si l’essence est tabassée comme plâtre par des accises inouïes et quasiment laissée pour morte sur un trottoir de banlieue, le diesel n’aura qu’une série limitée de petits coups de lattes bien appuyés fiscalement ne le laissant paralysé que des jambes. Mais l’idée est là : pendant des décennies, les pouvoirs publics ont choisi d’inciter les automobilistes à rouler en cramant ce résidu de pétrole-ci plutôt que cette essence-là, même si, du reste, il est bien plus facile d’assurer une combustion complète de l’essence que du diesel.

Quelques décennies plus tard, en toute bonne logique, le parc automobile s’est donc largement adapté et comprend majoritairement des moteurs diesel. Ce qui ne va pas sans poser quelques soucis puisque les capacités françaises de raffinage sont majoritairement tournées vers l’essence, de moins en moins consommée en part relative alors que le diesel, pas raffiné chez nous, est donc importé (à nos frais).

Parallèlement à la bonne pénétration du diesel dans nos habitudes de consommation, la société française a aussi laissé entrer chez elle les petites hystéries écologiques parmi lesquelles l’absolue nécessité de respirer un air plus pur, micrométriquement puis nanométriquement pur, contrôlé par des organismes toujours plus pointilleux et des politiciens toujours plus avides de récolter l’une ou l’autre voix leur permettant de perdurer dans leurs gros fauteuils républicains aussi mous que confortables.

nkm les dents de la maire

Stupeur ! À mesure que les grosses autos crament de plus en plus de diesel, les petites particules, pourtant de plus en plus petites, se font plus nombreuses. Exaspération ! Alors que tout est fait pour dépolluer les atmosphères de nos grandes villes, le méchant diesel s’installe et vient tuer des milliers de personnes tous les ans, si, si, c’est sûr, c’est dans les petits chiffres de l’OMS ou d’Airparif ou peu importe, ça tue par brouettées entières (chatons mignons compris !).

Vite, il faut faire quelque chose ! Par exemple, on pourrait interdire les feux de cheminée pardon non avant on pourrait interdire les autos dans les villes. On pourrait aussi interdire les camions et les gros engins qui polluent. Oh, oh, j’ai mieux que ça : on pourrait commencer par coller des vignettes et des taxes sur les véhicules, en fonction de leur âge, de leur production d’un gaz sans rapport avec la pollution, mettons le CO2. Et puis on pourrait ensuite recommencer à taxer le diesel comme avant l’essence, histoire de remettre l’un au même niveau que l’autre.

Bon, bien sûr, on se rendrait compte que ce sont finalement les véhicules français qui subissent le contrecoup de ce genre de conneries ces bonnes idées, mais ce n’est pas grave parce que la France va bien, va fort même et que ses petits véhicules qui crament du diesel et rejettent des PM10, des PM5 et des PM2.5 par grosses volutes puantes se vendent comme des petits pains à l’étranger.

Hum.

cat shark roomba

Mais enfin, parce que tout ceci est tout de même un peu gênant, et que derrière la production de moteurs diesel, il y a aussi de l’emploi, on va adoucir un peu tout ça. Et puis zut, au diable la cohérence : on va même aller voir l’usine de Trémery (en Lorraine), et comme on est Président de la République, on va défendre le moteur diesel à tout prix, par exemple en sortant avec une bonne louche de « heu… » et d’hésitations finement introduites :

« Je veux souligner que les moteurs diesels aussi, les plus récents, sont les plus performants en matière de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. C’est très important de le dire parce que nous devons à la fois diversifier – c’est le sens de l’installation ici d’une ligne de moteurs à essence –, mais nous devons aussi défendre le moteur diesel de haute performance qui est produit ici. »

hollande et son casque (vignette)Je résume : le diesel n’est pas raffiné en France, le diesel est peu utilisé dans nos voitures, alors l’État le favorise, puis le diesel pue, le diesel produirait des particules nocives pour la santé, alors le diesel tombe en disgrâce, mais la vente des moteurs diesel marque une pause et donc le président intervient pour louer la bonne idée que constituent ces moteurs parce que, … parce que bon.

Tout ceci est d’une cohérence implacable. Et puisqu’on est dans la cohérence, c’est le moment où jamais d’introduire le sujet de la prostitution.

En France, jusqu’en 2003, la prostitution était autorisée. Depuis, elle l’est toujours, mais pas pareil. Entre temps, il s’est passé quelques trucs.

Ainsi, cette année-là, profitant d’une loi Sécurité Intérieure qui n’avait a priori pas grand chose à voir, le gouvernement invente le délit de racolage passif, qui serait le fait de procéder à du racolage par accident, par inadvertance, sur un malentendu, ou avec des promesses électorales populistes dénuées de tout fondement (la promesse à cul plat, la plus dangereuse). À partir de là, comme savent si bien le faire les systèmes législatifs laissés en roue libre dans les mains de petits enfants irresponsables à qui on a laissé le carnet de chèques, les choses vont rapidement dégénérer.

that escalated quickly

Nos députés, lâchant complètement les élastiques, décideront un peu plus tard de laisser tomber ce racolage passif, mais de pénaliser le client, tout en conservant la prostitution légale. Sauf à inventer ensuite le concept de prostitution gratuite, qui ressemblerait à beaucoup de choses sauf, précisément, à de la prostitution, on commence à comprendre que la plus vieille profession du monde (après celle, nettement moins noble, de politicien) allait expérimenter de troubles effets adverses. À cela, il faut ajouter la définition maintenant XXL de proxénétisme (qui devient donc du proxxlénétisme) qui inclut le prestataire de service informatique fournissant un site web pour la belle de nuit — mais pas encore son boulanger — et on comprend qu’exercer ce métier devient rigoureusement impossible en France dans le cadre des lois officielles.

Rassurez-vous, la situation, déjà particulièrement rock’n’valse (un mélange subtil de rock et de valse viennoise lente), va brusquement se compliquer. Il faut pour cela remercier les interventions musclées des habituelles pasionarias de la cause féminine qui, en ouvrant leur caquet à peu près n’importe comment pour dire à peu près n’importe quoi auront rapidement cristallisé les esprits sur des envies de fessées pas du tout démocratiques. Les Sénateurs, le bourrichon tout remonté, se seront donc empressés de flanquer quelques modifications pas piquées des hannetons sur un projet de lutte « contre le système prostitutionnel » adopté par l’Assemblée nationale en décembre 2013, qui rendent l’ensemble tout de suite plus lisible : finie la pénalisation du client, mais remettez-nous une dose de délit de racolage passif, pour faire bonne mesure.

Le pataquès qui s’ensuit est sans grand intérêt puisqu’il implique inévitablement des ministres qui agitent les bras au ciel en racontant des bêtises, avec des gros bouts de mélange de concepts comme par exemple « Le droit des femmes, c’est le droit à disposer de son corps, ce n’est pas le droit de se servir des femmes, d’utiliser les femmes comme on le souhaite », dont la signification profonde laissera sans aucun doute perplexe des cohortes entières de logiciens dans les générations à venir.

Il n’en reste pas moins qu’on ne comprend plus rien de ce qu’il convient de faire ou pas dans ce pays.

Acheter du diesel est-il une bonne ou une mauvaise chose ? La prostitution est-elle toujours autorisée ? Certaines ministres « féministes » ont-elles bien conscience de l’énorme contre-productivité de leurs agitations, à l’instar d’un gouvernement et/ou d’un président (selon le point de vue) lorsqu’ils s’expriment sur des produits pétroliers ? L’État va-t-il arrêter une fois pour toutes de fourrer ses doigts et ses lois entre les individus en provoquant des catastrophes sociales et sanitaires de tous les côtés ?

Nous sommes le premier avril, sous un gouvernement de petits farceurs, certes. Mais les Français méritent-ils vraiment ça ?
—-
Sur le web

À lire aussi : Les nouveaux moteurs essence émettent plus de particules fines que les diesel

Voir les commentaires (63)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (63)
  • Je suis d’accord sur le fait que le retour du délit de racolage passif est pour le moins surprenant, choquant, régressif et incompréhensible car il s’agit de pénaliser les prostituées alors qu’elles sont les victimes du système institutionnel (point de jonction entre le système mafieux et le système patriarcal).

    Au passage c’est là qu’on voit le danger de ne pas avoir des assemblées composées de 50% de femmes et de 50 % d’hommes. Le sénat eut-il été paritaire que nous n’aurions pas cette mascarade.

    De toute façon l’assemblée nationale aura le dernier mot.

    Petite précision, il ne s’agit pas de pénaliser « le boulanger » des prostitués.

    Il s’agit de pénaliser les sites internet qui hébergent des annonces de prostitution et de mettre en place un système de blocage afin que ces sites lorsqu’ils sont hébergés à l’étranger ne soient plus accessibles par les internautes français.

    • Le tout sous le contrôle de l’administration, parce-que bien évidemment quand il s’agit d’un site pratiquant manifestement le proxénétisme il n’est pas possible d’utiliser les lois existantes qui permettent déjà de le mettre hors ligne, en passant malheureusement par le contrôle d’un juge… parce-que le trouble manifeste à l’ordre public que provoquent ces sites doit cesser tout de suite et ne peut pas attendre que la justice ait les moyens de se bouger. Effectivement, vu sous cet angle, on comprend mieux l’idée du blocage administratif.

    • « Il s’agit de pénaliser les sites internet qui hébergent des annonces de prostitution »
      Non.
      Si un presta de service réalise un site perso pour une prostituée, il sera poursuivi pour proxénétisme. Ce n’est pas une fiction, c’est déjà le cas de nombreuses fois, alors que ça n’a rien à voir avec la mise en place d’un réseau de prostitution, mais tout avec un contrat de travail classique (X vend des services de réalisation de site web, Y les achète, X vend des gâteaux, Y les achète).

      • Dont acte, mais en réalité c’est déjà le cas :

        Article 225-5 code pénal

        Le proxénétisme est le fait, par quiconque, de quelque manière que ce soit :

        1° D’aider, d’assister ou de protéger la prostitution d’autrui ;

        2° De tirer profit de la prostitution d’autrui, d’en partager les produits ou de recevoir des subsides d’une personne se livrant habituellement à la prostitution ;

        3° D’embaucher, d’entraîner ou de détourner une personne en vue de la prostitution ou d’exercer sur elle une pression pour qu’elle se prostitue ou continue à le faire.

        Notez bien le « quelque manière que ce soit » et le « quiconque » du 1er aliéna.

        Le « presta » entre dans le champs du point 1 puisqu’il s’agit d’une aide par fourniture de moyens. J’irai même plus loin en disant que l’objet et la cause de ce contrat de developpement de site web seront désormais illicites et ces contrats seront nuls.

        Je comprends votre logique (gateau achat-vente), avec cette nuance que le corps humain n’est pas une marchandise et ne peut être mis dans le commerce y compris avec le consentement de la personne prostituée. On retrouve ici le débat sur l’esclavage volontaire qui traverse la doctrine libertarienne sur l’esclavage volontaire http://www.wikiberal.org/wiki/Esclavage et je pense que c’est là que les libéraux se trompent ou que leur assise théorique trouve ses limites quand ils se réfugient derrière la notion de prostitution consentie (qui est extrêmement marginale).

        • @Adèle « 2° De tirer profit de la prostitution d’autrui » => Dans ce cas l’Etat est condamnable puisqu’il est légal de déclarer des revenus de la prostitution pour payer ses impôts.

        • et que penser des milliers de sites pornographiques ou des personnes parfois très jeunes tournent des scènes xxx pour de l’argent car dans ce contexte aussi le corps humain est une marchandise, l’acteur ou l’actrice est également consentant. Tout ce tapage autour de la prostitution est très hypocrite.

        • La prostituée ne vend pas son corps. Elle se contente de louer ses orifices naturels. Exactement comme le manoeuvre sur un chantier qui loue ses bras.

          A moins de considérer tout salariat comme de l’esclavage : toute votre argumentation tombe à l’eau. Sans même parler de l’absence de rémunération qui caractérise l’esclavage.

          • Agua, les Adèle de tout bord ne s’embarrassent pas de ces considérations sémantiques… Ils sont, en général, complètement étrangers à la prostitution. Le problème, si cela en est un, ne les concernent nullement au premier chef. En revanche, ils considèrent qu’il y a ceux (eux, les cracks, les vrais adultes, les comprenants, les grands, etc…) et les autres (les abrutis, les faibles, les enfants, les faux adultes, les irresponsables, etc…) Les premiers ont vocation à s’occuper des seconds. Les premiers excluent que les seconds puissent être libre de leurs choix.
            J’appelle cela complexe de supériorité.

            • +1

              Mais moi j’appelle ça des petits fachos: ils veulent dicter aux autres ce qu’ils douvent faire ou ne pas faire.

        • « le corps humain n’est pas une marchandise et ne peut être mis dans le commerce y compris avec le consentement de la personne prostituée. »

          Cela fait donc quelques millions d’années que l’humanité se trompe ! Mais qu’à cela ne tienne : une petite loi et tout var rentrer dans l’ordre. Le socialisme c’est magique. En attendant, le faux mage d’Hollande n’est pas plus efficace que Merlin dans Kaamelott.

        • Une petite question Adèle: Je travaille dans une entreprise, chez qui j’ai un travail qui est à la fois physique et ma foi assez cérébral aussi. De fait, en offrant ma force de travail à mon employeur, contre un salaire, je lui offre une partie de ma santé (merci l’hernie discale 🙂 ), mon dos, mes bras, mes jambes, et accessoirement, du temps de cerveau. A priori, mon cerveau et mes diverses membres font partie de mon corps. A moins que mon corps se limite à mon entrejambe? Devrais-je donc être interdit de travail?
          Tout travail aboutit nécessairement à la location de notre corps.

          D’autre part, l’esclavage volontaire n’est qu’une lubie moderne, un chiffon rouge qu’on agite, mais qui sémantiquement, n’a absolument aucun sens. On peut aussi parler de la voiture rouge qui est bleue. Mais ça n’a pas de sens. La définition de l’esclavagisme exclue de fait le volontariat.
          De plus, quand on pense à la réalité de ce que fut l’esclavagisme réel, c’est faire injure à ses victimes que d’utiliser ce mot à tort et à travers dans n’importe quel contexte. Je le voyais encore utilisé ce matin, par la FIFpro je crois, pour dénoncer le TPO… (et oui, les cons osent tout)

          D’autre part, vous dites que la prostitution consentie est extrêmement marginale. Soit. Ne l’est elle pas précisément car, du fait de l’interdiction, la prostitution se fait désormais au travers de réseaux mafieux? Réseaux qui peuvent effectivement avoir des pratiques proches de l’esclavagisme. Si la prostitution se déroulait dans un cadre réglementaire, il serait bien plus difficile de kidnapper des filles à l’est pour les mettre sur les trottoirs de Paris. Et les prostituées seraient alors protégées par un contrat de travail, négocié par elles même, ce qui de plus, leur permettrait d’accéder aux mêmes droits que n’importe quel travailleur (retraite, santé, congés), y compris le droit de travailler dans des conditions décentes. Les prostituées seraient à mon sens bien mieux dans des maisons closes, avec un service de sécurité et des visites des services sanitaires ou de l’inspection du travail, que dans des motels sordides de provinces ou des bois en pleine nuit.
          Et ce d’autant plus que, beaucoup de prostituées étant clandestines, elles n’ont aucune existence dans ce pays. Elles sont la cible idéale pour les psychopathes en tout genre, puisque officiellement elles n’existent pas! De même qu’en cas de conflit avec leur employeur, un contrat leur donnerait droit de se défendre via la justice.

          Bref, je veux bien croire que vous avez les meilleures intentions du monde en la matière, et que vous ne pensez pas à mal. Néanmoins, c’est précisément cette volonté de bonne conscience personnelle qui fait qu’on envoie à l’abattoir des milliers de femmes chaque année. L’enfer est souvent pavé de bonnes intentions. Et la vérité, c’est que chacune de ces nouvelles lois rend simplement la prostitution encore plus dangereuse. Je pense qu’à un moment donné, on ne peut plus fermer les yeux sur les conséquences réelles de nos choix, quand bien même les intentions étaient bonnes. De la même manière, quelque soit vos bonnes intentions, vous ne pouvez pas obliger une personne qui ne vous appartient pas à obéir à vos préceptes, d’autant quand cette personne n’agresse en rien votre propre liberté. Quand bien même c’est pour son bien, du moins le pensez vous. On a souvent tendance à vouloir obliger nos congénères à appliquer nos points de vue. Souvent en pensant à bien d’ailleurs.

          A titre personnel, je n’ai jamais vraiment compris pourquoi tant d’hommes payaient pour ça. Je trouve que c’est vraiment pour les désespérés et j’avoue que je le vivrai comme un sacré coup à mon égo et à mon honneur si je devais en arriver là… Néanmoins, je ne suis pas le centre du monde. C’est ma vision, pas la leur, ainsi soit il. je trouve ça piteux, je ne consomme pas. Mais piteux ou pas, je préférerais savoir ces femmes dans des endroits surs et possédant tous les droits nécessaires à la pratique de leur activité dans la sécurité la plus totale, que d’imaginer ce qui se trame les soirs dans certains bois…

        • « 2° De tirer profit de la prostitution d’autrui, d’en partager les produits ou de recevoir des subsides d’une personne se livrant habituellement à la prostitution ; »
          Donc de les nourrir, puisqu’elle paye ce fameux boulanger avec l’argent du mal(e)…

    • Je n’aime pas du tout votre allusion à un système de blocage pour les internautes français. Cela ressemble à une maxime du pays des bisounours.

      Ensuite, l’état du monde est trop pitoyable pour que la prostitution disparaisse d’un coup de baguette magique. Penser pour les autres est l’une des premières causes qui rendent ce monde amer et pitoyable.

      • C’est surtout une extension de l’utilisation de blocage arbitraire. Au départ c’était pour les sites terroristes, grave, maintenant la prostitution, moins grave, et plus le système sera mis en place, plus il se généralisera à d’autres domaines.

    • On voit surtout le danger de laisser des gens vaguement élus intervenir sans aucun contrôle dans la vie d’autrui …

      Sinon curieux de connaitre la position des gauchistes sur les « Assistantes Sexuelles », c’est-à-dire des prostituées pour handicapés … Qui va gagner entre la « faible femme » et l’ « amoché de la vie » ?

    • Dans ce cas, il faut attaquer (et fermer) leboncoin pour recèle.

  • Remplaçons les prostituées par des chèvres au bois de Boulogne. Au moins l’on sera sur de ce que l’on se tape ! (on évite ainsi beaucoup de maladies exotiques…)

    L’on pourrait en plus faire travailler Jean Beauvais qui coute une blinde à l’Europe, il serait mieux chez nous comme gardien de chèvres.

    L’essence pollue plus que le Diesel maintenant. Les moteurs sont de plus en plus petit et crachent tout autant que leur ancêtre le Diesel (en nanoparticules) ! Beau progrès !

    Enfin, une idée pour définir le socialisme:

    Le socialisme, c’est cette mouvance magique qui vous retire le droit de faire des choses individuelles, qui sont de toute façon impossibles à réaliser collectivement.

    Ainsi, l’on va voler l’individu, le priver de ses droits, le ruiner, l’humilier, le placer dans un collectif bien chaud et douillet, et lui dire:

    You’ve been fucked up ! April fools’ day ! Hahahahahahahaha

    • Ah, si on voit des hommes quittant le bois se mettre à béguèter, ce ne serait pas surprenant. Ils auront chopés une maladie caprine.

      • Non, ça ne marcherait pas en fait !

        La défense des droits des animaux interdirait directement l’exploitation sexuelle des bêêêêêtes.

        Sujet délicat….qui permet de se poser les bonnes questions:

        L’Etat aime ces sources de revenus (drogues, sexe, etc…diverses déviances humaines),
        d’un autre côté, il fait semblant de nous protéger:
        Donc il taxe nos déviances.
        Finalement, il nous ajoute des lois pour nous culpabiliser. (et d’autres taxes pour nous humilier)

        Le problème de la prostituée est toujours là ! Magique.

        Bon, en même temps il faut être vraiment désespéré, aussi bien pour vendre son sexe que pour en acheter.
        Pour les vendeuses, je pense qu’elle aimeraient mieux travailler…merci l’Etat again !!!!

        Pour les consommateurs, en revanche, je pense qu’il doit s’agir de pervers, de ministres, d’hommes qui doivent assouvir une pulsion…etc. Bref, il est nécessaire qu’ils déchargent. Et il est mieux qu’ils le fassent !

        Sinon, nous tombons dans le Freudien, et le morbide, risque de viol ou autre.

        En gros, les prostituées sont des victimes, mais sont également nécessaire:
        – Pour l’Etat
        – Pour les hommes qui doivent se décharger.

        Faisons donc une manifestation pour défendre cela !!!!

  • Le cul de l’Obèse n’est pas encore assez massif qu’il trouve le temps de s’occuper de celui des autres.

    • J’adore 😀

      Je suis votre plus grand fan Cavaignac, et je vous lis dès que j’en ai l’occasion, mais là, je vous ai senti légèrement irrité comparé à votre calme habituel 😀
      Auriez-vous passez un cap supplémentaire dans le dégoût ?

      (je vous comprends, je suis dans le même état que vous)

  • Donc si je comprends bien, l’état allemand , qui autorise la prostitution et prend des taxes la-dessus est un proxénète notoire et doit être puni par la loi. Beaucoup de sites allemands aussi.
    Il faut faire une commission parlementaire européenne qui va infliger une amende record a l’Allemagne, n’est-ce pas ?

    • non, pas du tout, vu que c’est autorisé en allemagne, il n’y a pas lieu à punir.
      il ne faut punir que si c’est interdit.

      la vrai question est « pourquoi interdire ? »

  • cette loi ne passera pas , l’état ne peut pas se passer de prostitué(e)s ni du PIB généré par leurs clients

    • Le problème est pourtant simple : une voiture de fonction peut rouler avec n’importe quel carburant – c’est l’état qui paye. En revanche, il est tout à fait impossible de réformer l’usage des escortes de fonctions. Mais au contraire il faut faire tout son possible :
      – pour alimenter la banque d’organes car les bons petits repas au Ritz peuvent entraîner des complications cardiaques,
      – pour fluidifier la circulation des VIP,
      – pour indemniser les victimes de la crise du bipartisme,
      – pour sécuriser le patrimoine de ceux qui n’investissent surtout pas dans l’économie,
      – pour faire taire ceux qui menacent l’état,

      Il ne faut jamais chercher des justifications morales ou économiques à la législation …

  • « Certaines ministres « féministes » ont-elles bien conscience de l’énorme contre-productivité de leurs agitations » : NON

    Le cas Brigitte Allain, d’EELV, qui a fait supprimer le terme « Pater Familias » (en bon père de famille), par le terme « raisonnable ». Le motif ? Jeune, cette brave Brigitte avait du signer des actes ou elle s’engageait à avoir géré « en bon père de famille », inacceptable. Depuis, cette élue, a eu pour seul objectif, de modifier une loi par un amendement (appuyée par l’inénarrable Najat Vallaud Belkacem), au seul motif que sa petite personne avait été martyrisée par un terme de droit, auquel elle n’entend rien du reste. « Pater Familias » a été remplacé par « raisonnablement », ce qui permet toutes les interprétations possibles mais, du moment que Brigitte ait pu sauvé son honneur salit d’adolescente pré-pubère, tout va bien dans la galaxie EELV.

    Il n’y a plus le moindre sens commun, les élus n’ont plus aucune conscience de leur fonction et de ce à quoi elle les obligent, ils occupent leurs postes comme certains un trône, façon Bokassa.

  • Quel régal de lire vos chroniques ….

  • « Il n’en reste pas moins qu’on ne comprend plus rien de ce qu’il convient de faire ou pas dans ce pays. » Oh si, c’est très clair : ne plus voter.

  • L’article prend encore une saveur supplémentaire – alors qu’il est déjà goûteux – quand on se souvient que le moteur diesel a été créé pour un moteur à huile. Que les diesels réglés comme il convient fonctionnent à l’huile recyclée. Que la France s’oppose à la carburation à l’huile recyclée parce que Bercy ne peut pas racketter au passage (quand un autre sinistre défend le développement durable dans le même temps à grands battements de bras). Que ça devrait intéresser au moins M Ushuaia qui gagnerait du temps à laisser tomber sa fronde inutile contre le diesel pour combattre la production de carburant à partir de végétaux consommables pour humains et/ou animaux (ce qui est une honte quand on se souvient combien de gens – et d’animaux – meurent de faim tous les jours dans le monde) pour faire admettre qu’un moteur diesel peut rouler à l’huile recyclée. Promouvoir l’utilisation d’un matériau de recyclage serait VRAIMENT écologique et durable – avis aux verts d’opérette et aux sinistres de circonstance – et créerait du coup une filière et la consolidation de la production des voitures diesel françaises.
    Autant dire que ceci explique pourquoi les « autorités » ne s’y intéressent pas : pas l’habitude de faire ce qu’elles annoncent ni de se retrousser les manches dans le concret.

  • Je me faisais une petite réflexion (et pardon si quelqu’un l’a déjà sortie): il est bien plus noble d’être une prostituée qu’un homme politique: dans le deuxième cas, on paye pareil mais c’est lui qui nous enc***.

    • Oui, bon….la prostituée nous libère, elle !

      On peut donc dire que l’Etat nous entube doublement.
      Non seulement il nous la place bien profond, mais en plus, on doit le payer pour ça.

      Berk !
      DICTATURE ! VIOL !
      A l’aide….

  • Toute prohibition est une subvention à la pègre. Le reste n’est que littérature.

    Interdire la prostitution, c’est condamner les prostituées à la clandestinité la plus dangereuse.

    • En suède les résultats ont été spectaculaires. La prostitution a diminué de moitié entre 1999 et 2008 (date de la dernière étude d’impact).

      • Source ? Quel est le sérieux de cette supposée dernière étude ? Ils ont compté les prostituées comme on compte les oiseaux migrateurs ?

          • Alors si c’est une étude gouvernementale qui le dit…
            En attendant, les suédois se contentent de coller des amendes aux contrevenants, ce qui rend juste le service plus cher pour le client et permet a l’état de recuperer du fric grace a la prostitution. Donc, tout va bien.

            • Il est clair que l’amende de quelques centaines d’euro n’est pas suffisante. Il faut utiliser toute la panoplie existante en matière de délinquance sexuelle (et graduer selon que récidiviste ou pas) : inscription au Fichier des délinquants sexuels, obligation de soins, prison, stage de sensibilisation, bracelet électronique, interdiction de fréquenter certains lieux etc….

              C’est là ou cette loi ne va pas. Effectivement une simple contravention ne va pas dissuader. Mais comme toujours en france … on y va lentement…. ce qui explique que dans le classement du Global Gender Gap de 2014 nous sommes que 16eme ! (et oui… la france quoi).

      • c’est vrai la prostitution a disparu des trottoirs, elle est maintenant sur Internet ou ou certains navires naviguant aux large des côtes suédoises. bref la prostitution n’a pas diminué elle s’est déplacé

        http://www.lapresse.ca/international/europe/201405/03/01-4763313-prostitution-le-modele-suedois-miracle-ou-echec.php

        http://www.lopinion.fr/26-novembre-2013/prostitution-modele-suedois-demystifie-6520

        • C’est ce que je me tue à expliquer depuis ce matin. C’est pour ça qu’il faut aussi lutter sur internet en bloquant les sites et obliger les moteurs de recherche à ne plus les référencer. Maintenant que les décrets sont passés il n’ y a rien de compliqué.

          La grande bretagne teste depuis 2011 les logiciels de filtrage et obligent ceux qui veulent accèder à des contenus pour adulte a s’identifir. http://www.numerama.com/magazine/20145-des-fai-britanniques-proposeront-un-internet-filtre-a-la-demande-maj.html

          Certes c’est compliqué en raison des faux positifs mais les logiciels d’analyse comportementale et contextuelles s’améliorent de jour en jour. On devrait rapidement être en mesure d’identifier ceux qui cherchent une « passe » de ceux qui se renseignent ou discutent légalement de la prostitution.

          • Comment traiter ceux qui utilise un VPN ❓

            • ces machines vont être interdites tôt ou tard

              • Un VPN n’est pas une machine mais une technologie logicielle qui permet de créer un réseau privé virtuel entre 2 partenaires. Votre prochaine démarche sera d’interdire les pensées libidineuses ou les fonctions mathématiques qui dessinent des courbes trop suggestives ?

              • Oh purée faut l’encadrer celle-là! 😀 😀 😀 Encore un coup du pare-feu Open Office? 😀

                Avez-vous la moindre idée de ce qu’est un VPN??? Êtes-vous au courant que la grande majorité des entreprises d’une certaine taille en utilisent un?

                Pour le reste, c’est le discours habituel des petits fachos, qui d’habitude veulent interdire un service entre deux personnes libres ne nuisant pas au droit naturel d’autrui, mais qui en plus conduit les prostituées à la clandestinité, avec la montagne de graves problèmes que cela implique pour elles. C’est vraiment abject!

                • Pour info, télé-travail = VPN dans quelque chose comme 90% des cas…

                  • Remarquez qu’Adèle n’a pas tout à fait tort tout de même: tôt ou tard l’état va vouloir aussi y foutre ses gros doigts. Leur ignorance du sujet est déjà assez amusante comme cela, vouloir réglementer les VPN, ça risque d’être tout simplement hilarant 🙂

              • Ahahahah

                Si je suis un bélier noir, vous êtes une ânesse sur ce coup !
                Animalement.

              • Adèle, cela vous arrive-t-il d’être sérieuse un instant ❓
                Vous voulez interdire l’internet ❓

          • Personne, je dis bien personne n’arrivera jamais à contrôler et à réglementer l’Internet: c’est sa structure même qui fait de lui le seul véritable espace de liberté et qui le restera.

  • « mais pas encore son boulanger »

    pardon, mais quelle analyse juridique vous permet de prétendre qu’un boulanger n’est pas proxo?

  • Hollande à 20%…ça nous fait un bon 10% en réalité de sympathisants !
    Belle leçon de Moi President : j’écouterai les Français.

    Montebourg a raison, c’est la même politique de gauche que celle de Sarko, là je suis d’accord.

    Montebourg est le plus beau, le plus fort….tellement intelligent et magicien.
    Un peu de travail pour s’occuper la connivence, et hop, en 2017:

    Moi Future President, je suis le seul à avoir essayé de travailler pour de vrai dans le privé.
    Ouahahahaha

  • Finalement, avec ces socialauds, il faut se méfier. Un jour le diesel pollue, le jour suivant il faut soutenir l’usine et la technologie.
    Aujourd’hui, les derniers moteurs diesels suivent avec succès les normes EURO 6, ce qui n’est pas le cas des derniers moteurs essence qui ont jusqu’à 2017 pour y arriver.
    Qu’on ne me raconte pas qu’un moteur essence ne pollue pas : s’il consomme 0.5 L d’huile moteur au 100 km, ou part cette huile ? Tout ne disparaît pas dans la chambre à combustion. Alors ❓
    Alors, on finit par se retrouver avec le contraire de ce que l’on voulait.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Elizabeth Nolan Brown.

 

Les travailleurs du sexe canadiens protestent contre la criminalisation de leurs clients. Une coalition de travailleurs du sexe s'est présentée devant la Cour supérieure de l'Ontario la semaine dernière pour plaider contre l'interdiction canadienne de payer pour du sexe. Les groupes contestent également une série de lois anti-prostitution, adoptées en 2014, connues sous le nom de Protection of Communities and Exploited Persons Act (PCEPA).

La PCEPA a été adoptée après que la Cour suprême ... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

Après avoir précédemment abordé la place de la prostitution dans l’Histoire, sa sociologie et son environnement législatif, il convient dans cet article de repenser la réflexion autour du fait prostitutionnel.

Disposer de son corps, un droit encore à conquérir

Le fait de disposer de son corps signifie en être le propriétaire, pouvoir en faire ce que l’on souhaite dans les limites de la propriété du corps d'autrui. Ce droit à la libre disposition de son corps a été le combat mené par le féminisme ayant conduit à la loi de 1975 sur l’IV... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles