Les nouveaux moteurs essence émettent plus de particules fines que les diesel

Le régulateur repère un problème, les particules fines, puis désigne un coupable, les moteurs diesels.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les nouveaux moteurs essence émettent plus de particules fines que les diesel

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 avril 2014
- A +

Par Nick de Cusa.

pot échappement voiture

Connaissez-vous la loi des conséquences inattendues ? Le régulateur, dans son infinie sagesse, repère un problème : disons, les particules fines. Puis désigne un coupable. Disons, les moteurs diesels.

C’est un brin ennuyeux, au passage, parce que la domination du diesel dans le parc automobile est due aux décisions précédentes du même régulateur :

  1. Écraser très légèrement moins le gazole de taxes que l’essence (les deux carburants subissent aux alentours de 150% de taxes, on ne le répètera jamais assez ; comment le public supporte-t-il ceci ?)
  2. Mettre en place des malus calculés sur les émissions d’un gaz inoffensif, j’ai nommé le CO2, favorisant aussi le diesel.

Qu’à cela ne tienne, le régulateur va résoudre ce problème artificiel, créé de toute pièce par lui-même sans raison valable – les particules fines pour rappel – en prenant de nouvelles mesures. Il n’y a pas de mesures aux conséquences néfastes qui ne puissent être corrigées par de nouvelles mesures.

Par quelque manœuvre, les constructeurs automobiles sont désormais encouragés à atteindre les cibles d’émissions injustifiées du gaz non-polluant CO2 avec des moteurs essences plutôt que diesel.

J’ouvre ici une parenthèse pour préciser que ceci voit naître quelques phénomènes étonnants. L’un de ces phénomènes est que des moteurs de très petites cylindrées apparaissent, dotés de moins de cylindres, souvent trois, voire deux comme chez FIAT. C’est le retour de la célèbre « deux pattes », digne de la 2CV. La boucle est bouclée.

Cette tendance est usuellement appelée du doux anglicisme de downsizing, qui veut dire qu’on fait plus petit. Il est intéressant de noter que le plus grand constructeur du monde, Toyota, a finalement annoncé qu’il arrêtait de suivre cette pente, et qu’il revenait aux atmosphériques de cylindrée plus classique. On verra qui fera de même.

Bien plus étonnant pour qui lit la presse automobile est que la consommation de ces mini-moulins n’est, en fait, guère plus favorable que celle de leurs prédécesseurs, en utilisation réelle sur route. Ce qu’on voit se multiplier, ce sont des essais de véhicules où la consommation « normalisée » – par l’UE – semble minime, dans les 4 litres aux 100 km, mais où la consommation mesurée par l’essayeur est nettement plus haute, dans les 7 litres.

Pour référence, en trois ans d’usage sur ville/autoroute, j’ai personnellement mesuré 5,7 litres aux 100 avec un bon vieux 1,6L diesel. Bref ces nouveaux joujoux n’apportent rien, au contraire. Concrètement, ce que cette « nouvelle technologie » amène, c’est un accroissement de l’écart entre les consommations normalisées et les consommations réelles en usage sur route,.

Pour en revenir à Toyota, observons que le géant japonais est plus rusé d’un cran que ses collègues pour jouer avec les consommations normalisées, puisque son leadership dans les hybrides lui permet de régler les véhicules de façon encore plus exagérée pour briller dans les cycles de tests artificiels. L’innovation ne va plus dans le sens du progrès mais dans le sens des flatteries à l’égard du régulateur (dans son infinie sagesse).

Mais il y a beaucoup plus fort, car un autre attribut de ces nouveaux moteurs à essence est d’adopter l’injection directe. Au lieu que le carburant ou le mélange soit injecté dans une préchambre avant le cylindre, il l’est directement dans le cylindre lui-même. Et ceci nous offre une petite surprise que je vais vous dévoiler, mais non sans vous prier ,d’abord, de bien vouloir vous asseoir, dans l’intérêt de votre santé et de votre sécurité. Vous êtes bien installés ? Ces moteurs « essence à injection directe » émettent plein de particules fines.

Vous avez bien lu. C’est l’institut allemand de référence en technologie automobile, le TUV Nord, qui l’a mesuré. Et Die Welt a publié cette information il y a déjà longtemps. Tout ce qu’il y a de plus respectable. Tout ce qu’il y a de plus vénérable, bref, de plus sérieux. L’automobile club allemand ADAC a pour sa part également enquêté, et conclut que les émissions de particules par ces merveilles de nouveaux petits bijoux peuvent être jusqu’à 10.000 fois supérieures.

Vous m’avez suivi ? L’affaire est un peu entortillée, je le confesse.

Je récapitule donc. D’abord on défavorise l’essence. Puis on se retrouve avec des problèmes décrétés dus au diesel. On relance donc un peu l’essence… Avec des nouvelles technologies qui, dans la vraie vie, vont à l’opposé de leur but avoué, réduire les émissions d’un non-polluant inoffensif. Vous êtes toujours avec moi ? Résultat ? Jusqu’à 10.000 fois plus de particules fines.

En petite note à la marge : on notera la docilité d’une industrie qui se meurt, en adhérant à ce genre d’absurdités sans la moindre combativité, toujours en espérant que ces nouvelles règles lui permettront de vendre quelques voitures de plus. On voit le résultat. Je travaillerais dans l’automobile, je commencerais à dire aux collègues : « Réveillons-nous, bon sang, combien de temps allons-nous ainsi nous laisser démolir en silence ? » Comme vous voulez…

Le régulateur, dans son infinie sagesse… La machine sans visage à qui nous confions nos vies. Avec, comme seule certitude : davantage de conséquences inattendues.

Voir les commentaires (60)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (60)
  • Bonjour
    Le but des hommes d’état c’est de tuer l’automobile qui est un outil de LIBERTE et la liberté est inacceptable pour les dirigeants. Ils faut des moyens de transport collectif entre leurs mains pour mieux nous controler taxer emm..rder. C’est la volonté de puissance.

  • Bonjour, la domination du diesel en France est le fait d’une taxation moindre sous la pression lobbyiste des pétroliers et des constructeurs automobiles français. Et pourquoi me direz vous? A cause du nucléaire pardi!
    Lorsque le parc de centrale nucléaire français s’est mis à produire à plein on a fermé les centrales à flamme, fuel notamment. Le raffinage du pétrole produit des quantités fixes d’essence et de fuel et on ne peut les modifier. Les pétroliers se sont donc retrouvé avec des cuves de fuel dont ils ne savaient que faire… si ce n’est les utiliser dans des moteurs diesels et pour favoriser celà il a fallu agir auprès du gouvernement et de Bruxelles afin de taxer moins ce carburant. Maintenant l’OMS dit officiellement que le diesel est mauvais pour la santé, particules fines mais aussi Nox, on s’en doutait un peu rien qu’à l’odeur… Il va falloir trouver une solution technique rapide pour les moteurs essences .

    • Dans toute l’Europe ?

    • Faux ! Le diésel revient plus cher au raffineur à la production, le cracking permet d’augmenter la production d’alcanes légers et le raffineur maîtrise parfaitement ces techniques. quant à mélanger tout et n’importe quoi, le nucléaire n’a rien à voir avec le raffinage et n’a eu aucune conséquence sur les stratégies de raffinage. Je me demande bien où vous avez trouvé vos informations pour faire un amalgame pareil. Et puisque vous parlez du nucléaire, et que la France socialo-écolo a pris la direction du 20-20-20, il faudra pour atteindre cet objectif convertir au moins 600000 véhicules à moteur en véhicules électriques chaque année. Soit l’équivalent pour recharger ces petites merveilles écologiques un EPR par an jusqu’en 2025, mais ça les écolos ne veulent pas en entendre parler. Je vous rappelle que la facture énergétique de la France, hors uranium est due pour 60 % aux véhicules automobiles (36 millions dans l’Hexagone).

      • On nous bassine jour et nuit avec les véhicule électrique mais si demain la demande explose (pure fiction) l’état sera obligé de mettre le holà car il sera impossible de fournir du jour au lendemain les capacités électrique nécessaires à alimenter cette afflue de véhicule.

        • Exact. D’après un expert en distribution électrique, en l’état actuel du réseau, brancher 1 million de véhicules le samedi matin provoquerait un black out (source : conférence smart grids, CCI Grenoble, 2012). Quand on sait que le parc automobile français est constitué de dizaines de millions d’autos, on réalise que la généralisation du véhicule électrique est une farce.

      • Bonsoir,
        l’info provient de Que Choisir et par ailleurs d’un ancien cadre dirigeant de chez Renault que je connais fort bien et qui a fait sa carrière à Bruxelles sur ce sujet. Je n’ai pas parlé de prix mais de proportion essence/diesel après raffinage, ce qui fait qu’actuellement nos raffineries exportent de l’essence et importent du diesel dont la demande excède la production. Le nucléaire a juste entrainé une chute de consommation du diesel par la fermeture des centrales thermiques, et il fallait bien en faire quelque chose.

  • Outre votre argument (exact) quant à la hauteur des taxes nationales à percevoir sur « essences »,
    il faut noter l’influence néfaste, paranoïde, des lobbies EELV auprès du parlement européen, ce cercle de 756 H/F assemblant toutes les incompétences politiciennes !

    Oui l’industrie européenne se disloque (entre autre celle automobile, saturée d’importations à l’inverse de ce qui exista jusqu’ ’90s). Low cost et « petites cylindrées » ont là tué nos producteurs (hors ceux DE )…
    Il me surprendra toujours de voir la mollesse d’attitude dont fit part l’ERT, organisme supposé défendre nos intérêts industriels. Mais il y a vingt ans déjà qu’ils se sont agenouillés devant les imbéciles préalablement cités ici ! Inverser la « vapeur » n’est pas fort visible, hystérésis politicienne à l’œuvre !

  • bonjour, je suis ingénieur motoriste, votre remarque sur le downsizing est absurde, prenez un 2L essence des années 2000 et un 1.2 downsizé de puissance equivalente et faites le test vous verrez. pour ma part je suis passé d’un 1.9 turbo diesel à un dci, et suis passé de 7L a 5L aux 100, avec de surcroit un vehicule de taille superieure et plus lourd. Sinon ok sur les particules essence, et l’absurdité de ne communiquer que sur le CO2.

    • Sur les diesels, le passage à des cylindrées moindre à injection directe a bien donné des chutes spectaculaires de consommation. L’article ne dit pas le contraire.

    • motoriste diesel ou essence ?

      • Les deux, et les gains dans les deux cas sont dus (pour simplifier) au fait que votre moteur tourne sur des points plus chargés où le rendement est meilleur en plus d’eviter de trimbaler une mecanique lourde et pas forcement bonne en frottements.

        • Merci d’intervenir. À votre avis, pourquoi l’accroissement de l’écart consos normalisées vs réelles ?

          • parce que le cycle MVEG est très peu dynamique donc très peu representatif, mais ca va changer bientot, pour euro 6.2

            • Pardonnez ma question bête : est-ce qu’euro 6.2 va entrainer une révision des émissions de CO2 officielles de tous les modèles aussi ? Le CO2 étant directement lié à la conso.

            • « Le CO2 étant directement lié à la conso. »

              Certes.

              Mais quel pourcentage des français a compris cela?

          • Sauf erreur de ma part (je suis pas pointu sur les questions de réglementation contrairement à certains de mes collègues) il y a un réel découplage d’une part entre ce que l’on appelle le CAFE (Corporate average fuel economy) donc le CO2/Conso qui sont en effet couplés quasi à 100% et d’autre part les normes Euro xx qui ont pour objet uniquement les émissions. Apres vont ils les changer je ne sais pas, toujours est il que le cycle va changer …. donc je ne sais pas comment ils vont gérer la communication car les chiffres de CO2 vont exploser puisque le mode de mesure va différer, donc l’échelle du CAFE va en quelque sorte devenir obsolète.

        • Merci Jérémie pour votre réponse.
          J’ai remarqué qu’en roulant à un régime moteur plus faible, 1000 à 2000 RPM, la consommation était bien moindre : avec un 2.2 litres diesel de 2009, je consomme 5.5 l, voire 5.2 sur autoroute, moins en mode touriste. Sauf en ville, ou cela peut monter à 7l.

          Ne vaut-il pas la peine d’avoir un moteur un peu plus gros, capable de tourner à bas régime puisque les frottements dépendent aussi de la vitesse ou fréquence ?

          • Michel, si vous cherchez sur le net les graph de rendement moteur sur un champ moteur (vitesse / charge) ex : http://www.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fwww.astuces-pratiques.fr%2Fimagesarticles%2F24%2Frendement-du-moteur-thermique-5.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fwww.astuces-pratiques.fr%2Fauto-moto%2Frendement-du-moteur-thermique&h=277&w=403&tbnid=PDDwA9M6ZRd7HM%3A&zoom=1&docid=ynf8hlBqUzI0qM&ei=IFhKU-rmGeSG0AWn5YGYAw&tbm=isch&client=safari&iact=rc&dur=660&page=1&start=0&ndsp=16&ved=0CFgQrQMwAA

            vous verrez quelque chose de très simple, votre moteur en gros se plait à 2000 tours, chargé à 75%. Si vous avez un gros moteur, vous serez a 2000 tours chargé a 15%, sur un point de fonctionnement vraiment mauvais. Donc l’idée sur les moteurs est plutôt que d’avoir un atmo pas chargé, vous le remplacez par un petit moteur turbo qui dans les mêmes conditions de fonctionnement sera bien plus chargé donc tapera plus dans le zone a fort rendement, le turbo vous permettant en plus de retrouver l’agrement du gros atmo a bas régime. C’est aussi pour cette raison que les boites de vitesses sont longues, pour tapper pile dans les points de rendement optimum sur autoroute par exemple. Autre chose, un gros moteur frotte plus, donc il vaut mieux une petite mécanique qui frotte peu.

            • Merci pour le graphe.
              Cela doit dépendre (un peu) du moteur.
              A mon avis, il faut distinguer le rendement du moteur et le reste, les frottements.
              A vitesse élevée, le frottement absorbera plus d’énergie.

              Le mien est un turbo 2.2cdti, ce qui explique le rendement élevé à bas régime.
              Le même véhicule aujourd’hui, en 1.6l, 120CV, est censé consommer en extra-urbain 3.3l/100km contre 3.9l pour le 2.2l de 150CV.
              Moins de surfaces de frottements.

            • Jérémie, mais alors que penser des nouveaux moteurs essence 2.0 Skyactiv-G développés par MAZDA ?
              Leur philosophie va à l’encontre du down-sizing:
              – Plus gros moteur mais pas de turbo (fiabilité), taux de compression élevé 14:1 ( amélioration du rendement moteur) alors que sur un moteur turbo essence on a 10:1 environ .
              Il est vrai que ce moteur est sans doute plus creux à bas régime.
              Sinon je m’interroge aussi sur la production de particules fines de ces nouveaux moteur à injection directe essence aussi bien en atmo que turbo. Peut etre un problème de santé publique ?

          • Michel, par rapport aux rendement, il faut voir que dans un moteur il y a un cumul de sous rendements, deja ce que l’on brule, on le converti à 98% voire 99%, ensuite vient le rendement thermodynamique qui est globalement largement influencé par les taux de compression, ce rendement est de 60% environ, ensuite vient le rendement du cycle du moteur 4 temps, où schématiquement on va dépenser de l’énergie pour faire rentrer de l’air dans le moteur, et lors de la combustion de la chaleur s’échappe dans le circuit de refroidissement, ce rendement est encore de 60% environ, puis vient le rendement mécanique 85 à 95%, au final cela nous donne notre rendement de 30/40% final. Et bien évidement les frottement augmentant au carré de la vitesse il faut mieux rester à bas régime, mais les plus gros gains se font sur les essences grâce au gains sur le pompage via l’injection directe stratifiée ou des artifices tel que le valvetronic. Et l’histoire des frottement c’est idem avec la carrosserie, c’est pour ça que 10km de plus sur autoroute fait un gros gap de conso.

  • Avec un peu de mauvaise fois, je corrige : Il n’y a pas de mesures aux conséquences néfastes qui ne puissent être corrigées par de nouvelles mesures. toutes potentiellement plus néfastes 🙄

    Nos politocards aiment bien tourner en rond :mrgreen:

  • A la prochaine pointe de pollution, ils devront interdire tout le trafic automobile s’ils sont logiques 🙄
    En effet au nom de quoi la pollution des moteurs essence serait-elle propre au pont que l’on ferme les yeux ?
    Ah oui, parce que nos politocards l’ont décidé !

    Il sera musant de constater ce qui se passe s’ils prennent une telle décision.
    Il serait très rigolo, et je m’en bidonne déjà, que les gens ne prenant plus leur véhicule, de voir l’effet sur les finances publiques ❗
    Qui paiera l’entretient des routes ??? :mrgreen:

  • on admirera encore et toujours le merveilleux travail d’investigation de la presse et le regard bienveillant sur les actions du GVt de l’audiovisuel français et sans doute européen .

    en passant , l’huile de table a un prix inférieur au gazoil et est en vente libre dans votre supermarché et je ne m’avance pas bcp pour dire que l’on pourrait avoir l’autosuffisance et se passer ne nos chers pétroliers si on n’avait pas le devoir ‘écologique’ , nous la France, de nourrir toute la planète et de percevoir des taxes sur les carburants..toujours cela de moins sur nos impots

    • La consommation de carburant en France, c’est en gros, 50 millions de mètres cube par an.
      La production d’huile végétale, c’est 2.5 millions de tonne par an en France.
      Donc, on est très loin du compte. Il est illusoire que croire qu’on puisse être indépendant en carburant. Une moindre demande d’huile végétale pour la production de carburant renchérirait vite le prix des huiles, les rendant de fait, non compétitives. Et je ne parle même pas des taxes qui manqueraient à l’État…

  • savez vous que ma 406 coupé 2l 16 v vieille de 16 ans polluent moins que les voitures à mtorisation moderne diesel ou essence.moi je suis pour un retour de moteurs qui nous font vibrer comme les 2l 16 v ou des v6 atmos essence.oui,je ne parle que d’essence car je n’aime pas le diesel et pourtant je roule beaucoup,c’est mon coté passionné.je pense que les particules fines est une histoire de politiciens qui veulent faire de la leche à ces incultes et voyous d’ecolos.cette minorité de bons à rien qui se prennent pour de grands moralisateurs qui savent tout mais ne connaissent rien!ma devise:L AUTOMOBILE OUI L ECOLOGIE NON.

    • Encore une perle imputable à cp: « l’automobile oui, l’écologie non ». Des remarques pathologiques (pathétique aussi) à laquelle on peut ajouter  » j’ai la flemme de faire 300 m à pied pour aller chercher ma baguette de pain ».
      C’est dommage car les interventions de jérémie étaient intéressantes avant de sombrer dans les habituelles pitreries.
      //La 406 coupé est une voiture que j’apprécie et que je connais bien mais vous racontez n’importe quoi//.

  • il est clair que les consommations et les émissions normalisées ne reflètent pas la vérité des consommations. Pourquoi subventionner une grosse hybride sur laquelle le gain de conso n’est que de l’ordre de 1 l/100 et dont l’économie de carburant n’est pas amortissable sur la durée de vie dudit véhicule même subventionné ,???

  • Ne sachant pas ce qui se passe sous le capot moteur, je suppose (comme dit mon pharmacien) que plus la partie est fine plus le pot est large.

    • Je vais corriger votre propos :
      Ne sachant pas ce qui se passe sous le capot moteur, je suppose (comme dit mon pharmacien) que plus la particule est fine plus le pot est large.

  • J’avoue n’avoir pas lu les commentaires, ne rien apporter à la discussion, mais merci pour l’article, j’aime quand vous m’apprenez des choses 😉
    PS: pascal, génial Mystic River!

  • « mais où la consommation mesurée par l’essayeur est nettement plus haute, dans les 7 litres. »

    C’est pas franchement vrai. Il faut être honnête: la plupart des gens conduisent comme des salauds, ils freinent à l’arrache, ne savent pas comment accélérer efficacement, etc.
    Quand on conduit proprement on arrive facilement a atteindre les consommations normalisées, du moins, évidemment, avec une voiture propre (si vous mettez de l’huile moisie, que vous ne faites jamais la vidange, que vous ne changez pas les filtres, etc… Après, faut assumer).

    Perso, ma voiture est donnée pour 5.3l en routier, c’est ce que je fais, et sur long trajet je suis descendu à 4.5l (La Flèche-Nancy en prenant un bouchon en région parisienne et Nancy-Oléron).
    Mon père également, il a une BMW Série 5 donné à 5.3l en routier, il les fait. Idem sur long trajet, il est descendu à 4.8l en Allemagne en roulant à 180 de moyenne. Sur les autres cycles, la valeur annoncée est aussi respectée.

    Après ça nécessite de faire attention évidemment. Mais pas forcément de rouler comme un escargot, ça c’est des légendes véhiculées par l’Etat. Je roule à la vitesse limite, mon père aussi (sauf en Allemagne XD).

    Enfin, c’était juste pour revenir sur les conso normalisées. Sinon sur le reste je suis d’accord, je suis aussi contre ces campagnes pitoyables anti-diesel, des girouettes qui changent d’avis au gré du vent. Quant aux voitures toujours plus petites, si c’est pour se farcir des daubes incapables de monter une pente… Ils s’étonneront que les allemandes continuent de performer après… Sans parler du bruit horrible des trois cylindres, déjà en essence c’est pas folichon, mais alors en diesel…

    Et puis surtout, ça ne sert à rien, pourquoi continuer dans ce sens alors que les chiffre sont prouvé que le RC était un mythe?

    • « la plupart des gens conduisent comme des salauds »

      Encore un peu et ils pourraient conduire comme des ultralibéraux.

    • il y a aussi le fait que les gens ne « roulent pas » mais font des petits trajets…du moins il me semble…les conso annoncées sont donc incomparables à des cas pratiques, mais les gens le savent… preuve en est que vous choisissez des cas ou vous pouvez comparer …

  • Avec le temps, il n’y a qu’une chose que je sais: on ne sais jamais !

  • Bonjour,

    j’apprécie particulièrement quand un article (tel le vôtre) bien bousculer des idées reçues. Et je ne demande qu’à ce qu’on m’ouvre les yeux.

    Toutefois, je peine à accorder ma confiance à un article qui n’est pas sourcé (ou si peu et dans une langue que je ne maîtrise pas). Sans référence, ce n’est plus qu’une succession d’affirmations sans fondement. Et c’est bien dommage parce que sinon, je ne demanderais qu’à vous croire.

  • Et un moteur hybride super down-sizé tri-turbo rempli au bio-diesel (à partir d’algues), cela donnerait quoi ? 🙂

  • Petite question toute bête qui révèlera mon inculture technique, merci de votre mansuétude. Peut-on faire confiance à l’indicateur de consommation de l’ordinateur de bord ? En l’occurrence celui-de mon brave vieux Sharan 1.9 TDI 110.

    • D’expérience oui, en recoupant avec litres divisés par distance parcourue (divisée par 100).

    • Cela dépend des modèles.
      Aujourd’hui, c’est plus fiable qu’il y a 15-20 ans.
      Je contrôle les moyennes, et c’est assez précis.

  • Les responsables de la filière automobile devraient avoir le courage de dire ce qu’il en est.Sans doute ont ils peur de froisser les politiques et d’être ensuite pénalisés ( subventions, contrôles administratifs intempestifs…). C’est la même chose sur les autres mythes orchestrés par les politiques ( nucléaires, OGM, pesticides ..).Les agences de communication qui conseillent de ne pas répondre aux attaques, mêmes quand elles ne sont pas fondées, devraient aussi se remettre en cause. Il est vrai que cela arrange bien les dirigeants d’entreprise qui légitiment ainsi leur inaction.

    • Les responsables de la filière automobile se barrent de France. Normal, puisque’on ne veut plus d’eux et que le marché est mature. En revanche, il y a la chine, l’Inde et consort à équiper…
      La France n’est plus un marché d’avenir pour beaucoup d’industries.

  • j’ai du mal à croire à cette histoire d’augmentation des particules fines sur les moteurs essences au prétexte de nouvelles normes. Sauf erreur, elle provienne en diesel, d’une combustion incomplète, du fait du cycle Diesel lui-même.
    Alors, ne serai-ce pas plutôt une étude approximative pour « convaincre » qu’il n’existe pas de « gentilles » voitures ?

    • De la part de TUV Nord ? Et de ADAC ?

    • Regardez les normes EURO 6 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! jusqu’en 2017.
      La fin de l’essence.
      Il est admis 10 X + de particules sur les modèles essence ! 🙄 🙄 🙄
      Je sens qu’on a pas fini de ricaner avec ces bandes de crétinsd’idiots :mrgreen:

    • Sur les anciens essences on injectait avant les soupapes, même sur la soupape brulante directement ce qui vaporisait extrêmement bien le carburant, maintenant en injection directe on éclate le carburant par un injecteur directement situé dans la chambre de combustion, comme un diesel, il y a donc de plus ou moins grosses « sphères » de carburant qui lorsqu’elle sont trop grosses laissent un résidu qui forme des particules. Mais en parallèle injecter directement dans la chambre permet de faire du stratifié, c’est a dire qu’on va remplir le cylindre avec beaucoup d’air comme un diesel pour s’affranchir des phénomènes de pompage et on va s’arranger pour que l’essence injectée le soit à un endroit bien précis pendant la compression ça va former un nuage d’essence avec un matelas d’air autour, ce matelas d’air agit comme un isolant et évite que l’énergie produite par la combustion, qui en réalité est de la chaleur ne se perde au travers des parois « froides » du cylindre.

  • TUV, c’est eux qui ont vérifié les prothèses PIP, j’ai pas trop confiance…

  • Je l’ai toujours dis, si l’on se remet à l’essence la conso des auto va progresser considérablement et là on va nous dire que l’essence pollue et qu’il faut revenir aux diesel etc.. c’est le chat qui se mord la queue et le consommateur non averti tombe dans le panneau en fustigeant le diesel. En réalité personne n’a la solution, rouler pollue, se chauffer pollue, consommer pollue, et un jour on mourra que fait-t’on?

  • il est un carburant non polluant (ou presque) totalement abandonné (pas de pompes pour faire le plein) pour des raisons que personne ne peut expliquer raisonnablement c’est le GPL !!!
    on nous gave plutôt d’électrique, avec centrale nucléaire, qui est hors de prix et d’une autonomie ridiculissime !!!

    • Un réservoir a fait boom une fois, du coup tout les parkings souterrains (et ils sont tous souterrains !) ont, par précaution, mis des pancarte « interdit au GPL ». Et c’était mort.

  • ca peut t intereesser

  • Bonsoir,
    je me permets de donner le lien vers le résultat de l’étude : http://www.transportenvironment.org/sites/te/files/publications/TUV-Technical_report.pdf . On voit que dans cette étude il n’y a pas de résultat spécifique à l’injection directe. De plus, il n’y a pas de détail sur la nature des particules (suie ? métallique ?).
    Pour les intéressés, en cherchant les références, je suis tombé sur un workshop (de 2006) sur les particules fines : http://www.aqmd.gov/tao/ultrafine_presentations/ultrafineconferenceagenda-updated.htm et c’est assez intéressant pour « relativiser » un peu les effets d’annonce de l’article, notamment sur la pertinence des mesures.

  • Merci à l’auteur de cet article à contre-courant du dogme médiaco-étatique !

  • Bonjour,
    Tout le monde se gargarise avec les véhicules et comme dit dans certaines réponses,nous n’auront pas assez de nos 55 réavteurs nucléaires pour faire façe si nous voulions généraliser ce type d’energie!!
    La ou les solutions ne sont pas là!!:
    Dans l’immédiat: Les vehicules hybrides et a terme la pile a combustible pour alimenter les moteurs en hydrogéne!
    Tout est là ,alors arretons de nous goberger avec toutes ces considérations qui ne valent pas un pét de lapin,eu égard au défi qui nous ai lancé a moyen terme!

    Bien sincérement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis le 1er janvier 2022, les fournisseurs d'accès internet et opérateurs mobiles (Orange, Bouygues, Free et SFR) doivent communiquer aux consommateurs les émissions de gaz à effet de serre en lien avec leurs usages internet et mobile. Mais attention, sur-informer rime aussi avec danger !

Oui, Internet ça pollue !

À destination des abonnés (soit tous les consommateurs français), cette information doit servir un objectif de « sensibilisation à l'impact de leur activité et leur consommation numérique sur l'environnement et le climat »... Poursuivre la lecture

Par Henry Bonner.

Les débats sur un possible reconfinement permettent d’occulter les dégâts économiques. La reprise économique est pleine de surprises, pas nécessairement bonnes, loin de là.

Le sujet du jour dans les médias : le confinement qui revient dans un certain nombre de pays.

Les élus démentent toute possibilité de retour en arrière ici en France…

Pourtant, ils avaient aussi écarté la possibilité du passe-vaccinal. Voici un extrait de LCI de décembre 2020 :

Non, le vaccin contre le coronavirus ne ser... Poursuivre la lecture

Par Jean-Baptiste Noé.

[caption id="attachment_238520" align="aligncenter" width="640"] Pompes à essence à Paris (Crédits : Lezarderose, licence CC-BY-NC 2.0), via Flickr.[/caption]

Le prix de l'essence augmente. Il semble que cela soit une constante de l’histoire : les prix augmentent et le pouvoir d’achat diminue.

En tous cas voilà l’opinion relayée par les journalistes et ressentie par ceux qui font leurs courses. Pour autant les conducteurs ont la mémoire courte : chacun est capable de mémoriser le prix du carburant s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles