Intox : le déficit public 2014, moins élevé que prévu ?

L’embellie sur le front des finances publiques annoncée par le gouvernement n’est qu’une opération de communication relayée par la presse. Démonstration.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ministère des Finances à Bercy (Crédits : Pline, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Intox : le déficit public 2014, moins élevé que prévu ?

Publié le 29 mars 2015
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen

Ministère des Finances à Bercy
Ministère des Finances à Bercy (Crédits : Pline, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

 

L’agence AFP lance l’info : « le déficit est moins élevé que prévu »

Vous avez pu remarquer que tous vos quotidiens, même ceux qui semblent souvent les moins perméables à l’intox gouvernementale, ont plongé, foncé, tête baissée dans l’information tronquée, à la limite du mensonge, diffusée par l’agence étatique d’information, l’AFP. Le déficit public de 2014 est « moindre que prévu »…. Et les uns et les autres d’extrapoler sur « ce bon résultat », sur la « divine surprise », sur le « vrai bol d’air pour le gouvernement », sur le fait que « cela va aider le gouvernement à tenir ses engagements vis-à-vis de Bruxelles ». Il s’agit d’une pure opération de communication, comme les milieux boursiers en connaissent régulièrement. Lorsque les résultats se présentent comme mauvais, on annonce pire encore de manière à faire apparaître le chiffre final comme un « mieux » que la dernière estimation. Il est dommage que les journalistes des « mass medias » ne fassent pas leur travail et se contentent (mais il n’y a là rien de nouveau…) de reprendre in extenso les dépêches AFP. Il est scandaleux que le gouvernement utilise l’AFP, organe étatique pour diffuser de la « propagande » politicienne, mais là encore, il s’agit d’une pratique quotidienne.

Démonstration de l’intox

Déficit officiel annoncé pour 2014, celui qui fait hurler de plaisir nos médias moutonniers : 4% du PIB !

  • Loi de finance 2014 : le déficit prévu est de… 3,6% du PIB (rappelons que jusqu’à preuve du contraire, la loi de finance reste et demeure la seule « prévision » officielle, puisque c’est sur cette base que les budgets sont alloués). 4%, c’est mieux que prévu ?
  • En avril 2014, le gouvernement, conscient que l’objectif ne sera pas tenu annonce que le déficit sera de 3,8% du PIB. 4%, c’est toujours mieux que prévu ?
  • En septembre 2014, le gouvernement se rend compte qu’il est encore dans les choux et que le déficit sera encore supérieur à ses dernières estimations. C’est là qu’intervient l’opération de communication. Plutôt que d’annoncer 4 ou 4,1% du PIB (ce qu’estiment les économistes), Bercy annonce carrément 4,4% du PIB !
  • Du coup, lorsque tombe le résultat final, il est toujours possible à nos communicants d’annoncer un « résultat meilleur que prévu ». Évidemment, pas meilleur que la loi de finance, évidemment pas meilleur que l’estimation d’avril, mais qui s’en souvient, qui n’en a cure… L’AFP assène l’info comme une vérité absolue et les journalistes la relaie sans sourciller. Par fainéantise ou incompétence ?

La vérité de l’information de ce déficit public c’est, comme le titrait L’Opinion, que « C’est mieux que si c’était pire… »

La vérité des chiffres

La vérité des chiffres, c’est que l’état des comptes publics s’est dégradé (voir détail INSEE).

1. Le déficit est stable

Le déficit est stable : 4,1% du PIB en 2013, 4% en 2014.

2. La dépense publique a progressé

Eh oui, la dépense publique n’a pas diminué, elle a progressé et atteint un niveau record dans l’histoire de France (officiellement 57,2% du PIB !).

tableau-dépenses-recettes-publiques-2015

Que lisons nous sur ce tableau (officiel) de l’INSEE ? Que c’est la dépense de fonctionnement qui a le plus augmenté et dans cette dépense de fonctionnement, celle des rémunérations a cru de 1,9% pour une inflation de… 0,5% ! Derrière ce résultat se cache le soi-disant « gel du point d’indice » dont nous ne cessons de vous répéter qu’il est « bidon » puisque l’ancienneté est automatique et que les stages de formation permettent d’acquérir des points supplémentaires. Sans compter que l’an dernier, le gouvernement a accordé aux fonctionnaires les moins bien rémunérés (les catégories « C », la majorité d’entre eux) un « coup de pouce ».

Nous voyons aussi dans ce tableau que les subventions ont augmenté (politique clientéliste au détriment des contribuables), que les investissements ont baissé et que les recettes provenant des propriétés ont augmenté ; l’État est bien, comme nous l’avons écrit récemment, un actionnaire qui exige ses dividendes.

La part structurelle du déficit n’a donc pas baissé, elle a même augmenté. Gageons que les fonctionnaires de Bruxelles, au prix où ils sont payés, sauront lire ces chiffres. Nous sommes donc loin, contrairement à ce qu’affirmaient nombre de nos journalistes, d’un résultat qui aidera Paris dans sa négociation avec l’UE.

3. La ventilation des emprunts fait peur

ventilation-des-emprunts-publics-en-2015

En effet, on se rend compte que l’État a considérablement augmenté son recours à l’emprunt. Les collectivités locales semblent, à la lecture des chiffres, avoir été plus raisonnables en 2014. Or, aux dires même de l’INSEE, une baisse de 4,8 milliards d’emprunts est à imputer à une diminution de « formation brute de capital fixe », c’est-à-dire d’investissement. Or, chacun sait que les collectivités locales diminuent toujours leurs investissements en année électorale. Rien ne dit donc que cette diminution se poursuivra en 2015.

4. La dette a progressé et dépasse les 2 000 000 000 000€ (deux mille milliards d’euros)

dette-publique-2014

Fin 2014, la dette publique s’élève à 2 037,8 Md€. Elle s’accroît de +84,4 Md€ après +84,3 Md€ en 2013. Elle atteint 95,0% du PIB fin 2014, après 92,3% fin 2013. Là encore, vous pouvez constater que c’est l’État qui contribue le plus à cet accroissement, logique après ce que nous avons vu précédemment. Rappelons pour mémoire que ces chiffres ne tiennent pas compte de tous les engagements de l’État, en particulier à l’égard de ses retraités pour lesquels il est redevable des pensions….

5. Il n’y a toujours pas de croissance

Malgré toutes ces progressions de dettes, de dépenses, d’emprunts, la croissance est… plate : 0,4% en 2012, 0,4% en 2013, 0,4% en 2014 !

Conclusion

Aucune véritable mesure de réduction des dépenses publiques n’a été prise en France et la structure des déficits, plus que leur importance, n’engage pas à l’optimisme. Réduire les investissements, comme cela est le cas, en particulier dans les collectivités locales, pénalise les entreprises génératrices de plus value, donc de recettes fiscales et d’emplois. Augmenter les coûts de fonctionnement, notamment les rémunérations, pénalise sur le long terme la dépense publique et favorise la consommation de base, génératrice d’importations. Il apparaît donc que nos gouvernants socialistes ont tout faux et leurs experts en communication ne peuvent qu’espérer faire reculer le moment où les Français s’en rendront compte.

Dommage que les « analystes » de la grande presse ne sachent pas lire les documents (même ceux pourtant officiels de l’INSEE) et se contentent de reprendre les dépêches propagandistes de l’agence AFP.


Sur le web.

Voir les commentaires (81)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (81)
  • quoi qu’il puisse sortir de la bouche de ce gouvernement , perso ça fait belle lurette que je n’y crois plus ; ce ps met le pays en danger mais c’est pas grave hein ? aprés eux le déluge comme on dit ; ils s’en foutent , ils sont à l’abris de tout ;

  • Votre article est lumineux. On ne l’a pas lu dans la presse.

    Mais qu’écrivez-vous ? « Quand les Français s’en rendront compte » ?
    😉

    Vous y croyez vraiment ? Les Français n’y comprennent rien à ces ratios, ces montants, ces opérations de com’.
    Si en plus, vous ajoutez l’idée d’une comparaison d’une année à l’autre… la mémoire de poisson rouge affiche alors l’écran bleu d’un Windows qui plante.

    Voilà pourquoi chaque gouvernement ment à chaque présentation de budget… et que ça passe comme une lettre à la poste… Jusqu’à l’année suivante.

    Rincez, répétez.

    Je me permets une petite prédiction. 2015, la dérive va s’accentuer. En raison de la « relance » qui sera de moins en moins dissimulée. Hollande va surfer sur le QE de la BCE. La Banque de France est déjà au travail. Regardez leur stats : ils n’ont pas attendu, ça achète sévère !
    Regardez également les chiffres au sujet des revenus… ils augmentent !

    Hollande va appuyer sur l’accélérateur : hausses salaires pour les fonctionnaires, embauches de fonctionnaires, subventions, investissements à gogo, distribution de pognon aux copains.

    Après « des années de gel du point » (virtuel comme vous le soulignez) vous verrez qu’ils feront un « geste » cette fois ci officiel.

  • Propagande contre propagande, utilisons le chiffre fourni par Thibault :

    2.037.800.000.000 €

    DEUX MILLE TRENTE SEPT MILLIARDS ET HUIT CENT MILLIONS D’EUROS

    C’est la dette de l’Etat, soit environ 57.000 € par foyer fiscal. Chacun peut comprendre ça au moins.

    • Et pour le quidam sans la moindre notion des chiffres, je propose la comparaison ultime !

      Tout le monde sait que Zlatan gagne une fortune à jouer au foot pour le PSG. Et bien si Zlatan consacrait la totalité de son salaire à rembourser la dette de l’Etat français, il devrait travailler 13.585 ans …

      • Sans vouloir pourrir un peu plus l’Etat, ce serait plutôt 135 853 ans de travail de ce cher Zlatan, qui gagne 15 millions et non 150 millions par an.
        M’enfin là on est plus à une puissance de 10 près…

    • 57000 euros … ce n’est rien du tout , 1000 euros par an et par français c’est rien par rapport a tout ce que les français paient à l’état

      • reactitude: « 57000 euros … ce n’est rien du tout , 1000 euros par an et par français »

        Il n’y a que 22 millions de travailleurs en France, vous n’allez pas faire payer les bébés et les agents de l’état ne peuvent pas rembourser, c’est logique. De ces 22 millions il faut enlever ceux qui gagnent moins de 1675 euros par mois (salaire médian), soit 50%.

        Ça fait 180’000 euro par Français solvable en plus de ses impôts.

    • On a déjà souvent montré le « compteur de la dette », à la télé: à 1 € près: on voit bien que ça n’arrête pas de grimper. Donc, à peine écrit, votre chiiffre est déjà très dépassé! Mais là n’est pas l’important!

      La dette de la France va bientôt faire 100% de PIB. Mais F. Hollande attend toujours que la croissances des autres pays européens (bien réelle, contrairement à ce que croient les Français qui pensent de c’est évidemment « Bruxelles » et « l’ € » qui « entrainent tous les pays européens vers la récession », alors que la croissance européenne, malgré la France, le Portugal, l’Espagne, et l’Italie (qui va mieux), est repartie à la hausse (modeste), ce dont la France n’a pas profité du tout, « lâchée par le peloton »!

      En attendant, il ne change rien, M. Valls, non plus! Aucune réforme « structurelle » et « pas touche » aux fonctionnaires!

      La seule obsession actuelle de F. Hollande, « Chef de Guerre » sur 3 fronts, c’est sa conférence « climatique » de Paris, l’occasion unique d’une fois de plus, accueillir des chefs d’état du monde entier!

      Il ne sait que trop bien qu’en recevant ces « gens importants », en France, ce sera sans doute sa dernière occasion de passer pour « un grand dans la cour des grands » et d’en garder les photos pour raconter sa « jolie » vie de « Président de la République », à ses petits enfants!!!

      Oh, bien sûr, L’Union Européenne n’infligera pas une amende à la France, c’est contre-productif et est-ce seulement déjà arrivé? Pas à ma connaissance!

      Mais, fin avril, les autorités financières européennes ne vont pas se faire avoir par des « prévisions » ni du gouvernement, ni de l’INSEE, évidemment, et la France va passer du niveau 4 de surveillance au niveau 5, comme la Grèce, et là, la « souveraineté nationale française » va prendre un sacré coup de bambou! Et ça, c’est pour le mois de mai!

      Alors, bonne chance!

  • Finalement, annoncer que le déficit est de 4.4% pour se réjouir qu’il est de 4% est la même manœuvre que d’annoncer le FN à 30% et se réjouir qu’il ne soit qu’à 26%.

    • Pas tout à fait : Annoncer le FN à 30% le fait baisser à 26% lors de l’élection.
      Annoncer le déficit à 4,4% ne le fait pas vraiment réduire à 4% (dommage d’ailleurs).

      • Baisser ? Où ça ? Le chiffre de 30% était une moyenne de sondage. Vous prenez les sondages pour une science exacte ?

  • Pour les categorie C, le coup de pouce est minime voire invisible.
    Pour les categorie C,La suppression par ce coup de pouce a été mis à l’ordre du jour.
    Pourquoi les catégories C et pourquoi pas les autres.
    Avec leur carrière et la loi à la mobilité géographique qui rapporte une promotion au grade supérieur.
    Le travail n’a pas de sens, vraiment pas.

    • Pour avoir plus d’effet clientéliste, ils ont préserver la plus grosse catégorie, c’est aussi simple que cela.

    • Bah, les catégorie C pas contents peuvent
      passer un concours de catégorie B ou A,
      se barrer vite fait pour aller dans le privé.

      Ils ne sont pas contraints de rester, non plus.

      Fonctionnaires, démission ! (j’ai fait, à vous maintenant !)

  • Pas de meilleure preuve de la collusion entre la gauche et la presse, que l’exploitation de cette fausse bonne nouvelle. Mensonge délibéré de l’une comme de l’autre, qui n’en appellent pas moins à la démocratie à la moindre occasion.

  • Si on rajoute ce qui est caché et ce qui est non compté, par exemple le grand-emprunt, 30 milliards, la dette est à plus de 97 % du PIB. Les 100 % réels, c’est pour cette année.

    Ils vont rembourser avec de la monnaie de singe, grâce à l’inflation, indolore pour eux, et ils ne vont pas se gêner, avec l’aide de SuperMariole.

    • L’inflation pour rembourser la dette en monnaie de singe? Encore faudrait-il que l’inflation dépasse le taux du livret A (1 ou 1,25%), mais ce n’est pas le cas et c’est interdit par l’un des 3 piliers de la « règle d’or » ou « critères de Maastricht ».

      Donc non! vous ne rembourserez pas en monnaie de singe. Pour rappel, l’ € a dévalué de 20% par rapport au $, donc l’inflation « a déjà eu lieu! »

      Il reste 3 ans à F. Hollande, sans vraie majorité parlementaire (les « frondeurs » et la « gauche plus à gauche »), alors?

      Alors la politique économique française va maintenant se décider entre Paris et « Bruxelles », ce que F. Hollande ne craint pas: il va encore charger le « bouc émissaire français consacré »: « Bruxelles », évidemment, (en faisant semblant que la France – ex hémi-moteur de l’Union – n’est pour rien dans les décisions européennes!!! On rit!)

      Et son copain P. Moscovici, qui va suer des gouttes en cherchant comment tenter de calmer les exigences de « Bruxelles », en essayant de se justifier vis-à-vis de ses « amis »! (Je l’avais dit, à l’époque: on a imposé P.Moscovici à J.C. Juncker: qu’à ce la ne tienne, le « vieux renard politique dans son pays ou comme européen », l’a mis en difficulté dès le début: ce sera à lui de convaincre son ami François de changer son fusil d’épaule! Il réussit ou il échoue! Ça ne changera rien d’autre que sauver la crédibilité de P. Moscovici, comme commissaire européen, ou pas!

      Bien sûr, dans la presse, on a bien dit, en février, que la France avait « convaincu » et avait reçu un délai de 2 ans, mais on a tu soigneusement qu’il y aurait des « contrôles » (passage au niveau 4 de surveillance, jusqu’à la fin de ce mois d’avril).

      Mais rien n’a changé ni ne changera, en avril, donc vous n’aurez, de nouveau, que des mots et des promesses ou des « prévisions favorables » à présenter, à la fin avril, alors on verra bien si vous passez au niveau 5 de surveillance – il n’y a pas de niveau 6! – ou pas!

      • L’inflation pour rembourser la dette en monnaie de singe? … mais ce n’est pas le cas et c’est interdit par l’un des 3 piliers de la « règle d’or » ou « critères de Maastricht »

        Certes, mais s’ils se sont assis aussi facilement sur les deux premières, au détriment de la stabilité, pourquoi pas sur la troisième, puisqu’il suffit de se taire ❓

        A mon avis, ce sera les doigt dans le nez … et pas ailleurs … Il leur suffira d’évoquer le spectre de la faillite ❗
        Si tous les voisins de l’Allemagne capitulent, les allemands eux aussi vont capituler, Gross Katastroph ❗ Encore 3 ans pour tenir le rythme de 3 fois par 100 ans :mrgreen:

        Vous verrez : l’inflation à venir va être de l’ordre de 2%. Ils y prendront gout et ne la combattront que très mollement. Deux pour-cents de la dette sans rien faire, quel régal pour des socialistes ❗ Je parie qu’ils en redemanderont chaque année, en faisant des pieds et des mains pour que le taux augmente.

        Le seul pays qui pourrait tenir : la Hollande, à la rigueur, certains pays baltes, qui ont combattu le socialisme de l’URSS.

        • Une inflation à 2 %, ça passera inaperçu: on sait déjà comment faire: juste des petits changements dans le « panier de la ménagère » (la liste des prix pris en considération) et ce ne sera pas la première fois.

          Et c’est vrai que même 0,5 % ou 0,75% c’est toujours bon à prendre, sur des milliards!
          C’est bien pour ça qu’il n’y a pas intérêt à ce que la surveillance passe de 4 à 5! Donc, un petit effort aurait été bienvenu. Au lieu de ça, l’assemblée nationale vote des lois inutiles qui interviennent de plus en plus dans la réglementation, y compris concernant le domaine privé. Et ça, ça n’est pas très malin! Je veux dire: ce dont je m’aperçois, moi, le « Candide », ça m’étonnerait que M. Draghi et les autres ne s’en soient pas aperçus!

          L’autre problème, c’est qu’en politique, chaque fois que la situation va simplement un peu moins mal, il y a toujours un ministre pour inventer quelque chose de suffisamment démagogique pour laisser un bon souvenir de son nom dans la tête des électeurs! Et puis, un budget qu’on ne dépasse pas, ça fait tellement radin!

          Enfin, il y d’autres pays que les Pays-Bas ou les Pays Baltes qui ont fait les choses plus sérieusement, sans le complexe de persécution qu’on a bien inculqué à la population, en France, depuis des années.

          En fait, les 3 piliers, ce n’est que de la bonne gestion, non?

          Je suis à cheval sur deux pays où même des socialistes (pas des nostalgiques de la lutte des classes!) ont compris qu’un peu de rigueur austère, ils avaient maintenant un bon prétexte et un délai pour trouver le courage de l’imposer, avec le moins de dégâts possibles et donc, pas seulement par de l’imposition supplémentaire (trop toxique pour les P.M.E., premier employeur du pays, en Belgique).

          • Ce pourrait être bien plus de 2 %. On verra. S’ils se sont tous assis sur les 2 premiers piliers, le troisième ne subir pas un meilleur sort, avec la complicité de SuperMariole. Dès que tous les grands pays, sauf peut-être un, verront que le stock de dette est trop gros, ils tenteront de museler les petits pays avant fait des efforts, les accusant de tous leurs maux.
            Cette guerre a déjà commencé, a coup de jets de bidons de moraline de 25 kg. Passeront-ils à des bidons de 250 kg ❓ Quant ils auront réussi à anéantir ou faire fuir les capitaux, ainsi qu’une partie des jeunes, il leur faudra un second ou troisième QE.

            Alors là : inflation, bonjour 🙁 et partout dans toute l’UErss 🙁

            • Je vous comprends bien, mais sans être d’accord du tout!

              Non, c’est une idée bien française (éventuellement grecque aussi quoiqu’ils savent bien, en Grèce, que c’est bien leur système de corrompus et de citoyens finauds ne jouant pas le jeu fiscal qui « les a mis dedans »! Comme on dit chez moi: « ça ne pouvait pas continuer rester durer »!) , donc c’est bien français de croire que les autres pays partenaires de l’eurozone sont opposés à une gestion plus saine des finances publiques, ni à se résoudre à ce que leurs efforts se révèlent inutiles, bien conscients que l’héritage de cette dette va déjà handicaper la génération actuelle qui paie en plus les retraites des « Babyboomers » plus nombreux qu’eux puisque les retraites furent calculés sur une « survie » d’après-carrière bien moins longue que ce qu’on constate, maintenant, alors qu’eux, dans un climat économique qui n’a rien de dynamique, on leur refuse du travail sous prétexte de manque d’expérience bien qu’ils sont bien plus aptes à comprendre que l’informatique intelligente peut vider les 3/4 de cette génération de « gratte-papier » qui nous obligent à écrire tout petit dans les cases d’une feuille A4 de la célèbre « marque » CERFA, liasses coûteuses dont le 2ième double n’est même pas lisible, mais sera pourtant classée par des petites mains, pour être conservée aussi religieusement qu’inutilement.

              (En demandant ma retraite, j’ai dû renvoyer à 3 caisses différentes un tas de documents leur confirmant ce qu’ils savaient déjà (c’est confirmé par le site « L’ Assurance Retraite » de la CARSAT), par contre, ces caisses feraient tout pour payer le plus tard possible, le moins possible! Ces caisses non plus n’ont rien compris à la fiabilité des données numérisées! C’est stupide et ça coûte la peau des fesses! Mais bon! On est conservateurs (et vétustes) ou on ne l’est pas!). Vous comprenez bien que la France, pays « sui generis » s’il en est, ne sert plus de modèle à personne! Et non, l’Union Européenne ne deviendra pas « française », déjà que ce pays a envoyé à Bruxelles une armée d’administratifs pour tout réglementer, y compris le rayon de courbure maximal d’un concombre!

              Autre phénomène qui ne progresse pas en France, c’est la « transparence »: je sais pour y avoir travaillé, qu’en France, on fait semblant qu’il est malséant de parler d’argent (même avec la masse réelle d’obsédés du pognon).

              Mais à chaque embauche, on me faisait comprendre que je sous-estimais « l’honneur » et la « faveur » (bla bla bla!) qu’on me faisait de pouvoir travailler en France, moi, le « pauvre travailleur immigré » que j’étais (citoyen U.E., donc « de plein droit »), et c’était toujours dans des sous-préfecture où les collègues Français n’allaient évidemment pas vu que le secteur 2 n’y sert à rien. Il fallait au moins 3 rendez-vous pour connaitre les conditions financières!

              Un jour, même, un collègue m’a dit que je pourrais me faire naturaliser Français: par politesse, j’ai juste souri! Autant demander à un Monégasque de devenir Français!

              Et non, de grand pays dans l’eurozone, il n’y en a que 2: la France et l’Allemagne, les « petits » pays ont bien plus tendance à suivre l’Allemagne qui décidera, in fine, du sort de la France!

              Pas de chance!

              • donc c’est bien français de croire que les autres pays partenaires de l’eurozone sont opposés à une gestion plus saine des finances publiques

                Vous n’y êtes pas : je ne fais aucunement confiance aux européens. Ils laissé le mal se développer, sans réagir à temps. Pourquoi corrigeraient-ils aujourd’hui ❓

                Veulerie, hier ? Veulerie toujours.

                Et non, de grand pays dans l’eurozone, il n’y en a que 2: la France et l’Allemagne,

                Si la Grèce fait autant de mal parce la graisse ne descend pas, qu’en sera-t-il de l’Espagne et de l’Italie si la gauche maladroite revient au pouvoir ❓ Ces 2 pays sont-ils si petits ❓ Non bien sûr. Et ce n’est pas le Luxembourg accusé de tous les maux par les socialauds, et qui actuellement s’endette qui va râler trop fort.
                Et vous oubliez une chose essentielle : le SPD peut revenir au pouvoir, la CDU étant en légère perte de vitesse.
                Si ce cas de figure se produit, alors je ne vous dis pas, la rigueur ce sera un second QE rapidement.
                Déjà que les fonctionnaires allemands prennent +4.6% de pouvoir d’achat sur les 2 prochaines années, ce n’est pas les socialistes belges, danois … français … qui iront les contredire.

                • Il y a vraiment trop de « si » dans votre démonstration!

                  Ce qui n’est pas contestable, c’est que l’Italie, depuis M. Monti, va mieux! L’Espagne fait des efforts et ses habitants sont capables de se « délocaliser » pour bosser.

                  Mais la France n’avait aucune raison de sombrer si ce n’est sa pléthore dans ce que j’appelle le « bloc administrativo-politique », cette pléthore insensée de règlements, de lois, de codes en tous genres et ces multiples étages du mille feuille, multipliant les politiciens et les fonctionnaires qui s’occupent tous de tout, dans tous les domaines, et la voilà avec ses 57,5% de PIB bouffés par cette gestion ridicule.

                  Croyez-vous vraiment que les autres pays seront prêts à sacrifier 61 années d’Europe pour suivre cette France devenue absurde? Vous plaisantez!
                  Je comprends bien que ça vous énerve d’habiter le pays où le président-monarque s’appelle, chez les lecteurs de Contrepoints: « Mou 1ier »!
                  Et ne vous tracassez pas pour le Luxembourg!
                  Est-ce M. Rocard ou J. Delors qui a dit qu’il valait mieux avoir le paradis fiscal à l’intérieur de l’Union Européenne plutôt qu’en-dehors.
                  Alors dissolvez l’Union Européenne ou l’eurozone, le Luxembourg s’en tirera très bien! Et il y aura encore 83000 Français pour venir y travailler tous les matins!

                  • L’Espagne fait des efforts et ses habitants sont capables de se « délocaliser » pour bosser.

                    Je le sais, mais la gauche fait des efforts démagogiques pour revenir. La Grèce a craqué avec Syriza. Ce n’est pas un « si », c’est un « oui ».

                    Est-ce M. Rocard ou J. Delors qui a dit qu’il valait mieux avoir le paradis fiscal à l’intérieur de l’Union Européenne plutôt qu’en-dehors.

                    C’est du passé ces gens là. Ils avaient un peu de stature que n’ont pas les branquignols à la tête de la fRance.

                    Croyez-vous vraiment que les autres pays seront prêts à sacrifier 61 années d’Europe pour suivre cette France devenue absurde? Vous plaisantez!

                    Je ne plaisante pas : je n’ai pas confiance dans ce bouzin. Pas de réaction aux dépassements des limites monétaires, 2 critères bafoués dans la plus grande inertie. Alors le 3 ième …

                    Alors dissolvez l’Union Européenne ou l’eurozone, le Luxembourg s’en tirera très bien! Et il y aura encore 83000 Français pour venir y travailler tous les matins!

                    Même beaucoup mieux. Et ce sera 150000 français et autant d’allemands qui viendront chaque matin.

    • Il n’y a que trois façons d’effacer une dette (autre que relancer l’activité économique et payer…) 1) l’inflation (ce que préconisent les socialos de droite comme de gauche et les zabrutis de la droite tradi qui ne comprennent rien à l’éco) qui appauvrit les épargnants et ne peut éventuellement fonctionner que dans la mesure où elle conduit à une dévalorisation du travail (si les salaires augmentent à la même vitesse que les prix, ça ne set à rien…) 2) la spoliation (ils ont déjà piqué deux fois (1793 & 1905) les « biens de l’Eglise », d’autres avant avaient piqué les biens des juifs ou des collabos, ou des templiers, ou « nationalisé » etc…) mais comme ils ont asséché tout le monde, ils ne peuvent que spolier fiscalement en piquant une part toujours plus importante du patrimoine (ISF,taxe foncière, droits de mutation, droits de transmission etc…) ou le défaut auquel ils ne semblent pas se résoudre de peur que cela ne déséquilibre le système financier mondial (qui est de toute manière aux abois et va exploser).

      • Tout à fait.

        Mais je pense d’abord à l’inflation, version 1) + zeste de 2,3), parce que cela permet aussi de spolier doucement comme une sangsue l’épargnant. Hausse des revenus d’actions, d’obligations, des prix des actifs immobiliers, tout cela augmente dans la monnaie de singe par la faute de l’inflation. Il suffit de ne pas réajuster les grilles de taxation pendant quelques années, puis de laisser filer encore un peu doucement, et hop en fRance, toute la population se retrouve taxée à 45 % en quelque 10 ans. Un peu moins dans les autres pays, mais cela fera aussi de l’effet, et vu qu’ils auront tous des difficultés, il n’est pas interdit de penser qu’ils se mettront d’accord pour ne terminer le QE, voire en faire un deuxième, en se mettant d’accord de ne pas combattre l’inflation pendant quelques années.

        Donc une spoliation soft.

      • C’est à se demander s’ils ne font pas le pari du collapsus du système financier mondial, en espérant dissimuler dans la masse des pertes l’annulation des dettes publiques. S’ils ont effectivement cette vision du monde, alors s’endetter le plus possible tant que c’est possible est une attitude rationnelle. En tout cas, ils agissent comme s’ils ne devaient jamais rembourser le moindre centime de dette, comme si la dette était perpétuelle.

      • Mais non, mais non.

        Arrêtez de dépenser (pas beaucoup, hein, juste assez pour avoir des budget légèrement positifs) et n’augmentez pas les taxes. N’embauchez plus trop de nouveaux fonctionnaires (et proposez même des primes de départ pour ceux qui voudraient partir). Privatisez progressivement les « dépenses sociales » (retraite, sécu, chômage). Supprimez quelques paquets de lois pour laisser un peu les gens faire ce qu’ils veulent. Attendez 10-15 ans et hooo ! magique ! la dette n’est plus que de 50% du PIB (ou moins). Elle a (modérément) baissé en valeur absolue, mais la richesse générale à bien augmenté. On continue encore un peu (et comme l’économie a cru et que la dépense reste contrainte) et en quelques décennies, la dette à quasiment totalement disparu et la dépense publique est revenue à son niveau optimal autour de 15% du PIB.

      • Vous savez bien que les Français sont d’accord avec tout, à condition qu’eux ne paient rien!
        mais croire que l’ € va devenir ce que veut la France, c’est rêver un peu!
        De toute façon, tant que votre bloc « adminsitrtivo-politique » claquera l’équivalent de 57,5 % du PIB, vos finances n’iront pas bien: ça, c’est garanti! Inflation ou pas!

        • C’est plus de 57 %, pas loin de 60% ou plus avec tout ce est obligatoire, la consommation forcée, les retraites des fonctionnaires non provisionnées …

  • Venant de politiques de droite comme de gauche quelle crédibilité accorder aux chiffres …
    Toutes les magouilles, les « cuisines » les manipulations possibles et inimaginables sont probables voire certaines.

    Alors: …… « cause toujours, tu m’intéresse ».

    Communication ou manipulation …. ou est la limite ????

  • L’intoxication fondée sur le principe du « meilleur que prévu », afin de travestir la réalité, est déclinée à toutes les sauces. Par exemple, ils nous ont fait le coup pour le premier tour des élections départementales, avec l’aide des sondeurs et des médias aux ordres.

  • Dette, déficit, chômage : la virtuosité française à manipuler les chiffres: http://www.atlantico.fr/decryptage#Rp36057aDWVEmTCp.99

  • exact… ensuite le pib par tete a diminué…350/400 000 Français de plus ?? personne n’en parle… ensuite anecdotes ( en 2013 un ami se presente avec 20 000 euros de bons anonymes trouvés chez mamam décédée… en novembre … le receveur lui dit OK mais je n’ai pas d’argent revenez en février 2014 la elle a payé… je sais c’est en 2014 – mais nous avons le meme problème sur 2014.. un ami obient un remboursement de 6 000 euros par le Trib adminisratif en 2013 … il a fallu aller chez le médiateur pour avoir le remboursement en 2015… je constate aussi la volonté de récupérer l’argent sur des redressments qui ne tiennent pas la routé;… payer on vous remboursera (menaces ATD…) on freine les dépenses et on force les recettes regarder marisol elle fait cocorica car des contribuables ont trop payé au quatrième trimestre 2014 ????????

  • A compléter avec l’analyse de l’IFRAP.

    http://www.ifrap.org/budget-et-fiscalite/4-la-baisse-des-depenses-en-trompe-loeil

    Des détails, par exemple sur le montant des rémunérations fonctionnaires :

    « Résultat, les rémunérations publiques ont, au total, continué de progresser plus que l’inflation avec 1,9% de hausse. La France continue donc de dépenser avec 278,2 milliards de rémunérations des agents publics plus de 13% de sa richesse nationale quand les pays de la zone euro sont en moyenne à 10,5%. Pour retourner à la moyenne de la zone euro, c’est de l’ordre de 50 milliards d’euros de masse salariale publique que la France dépense en plus chaque année. »

    C’est stupéfiant.

    En fait : les 80 milliards (grosso modo) de déficit budgétaire par an… servent tout simplement à « faire » du PIB.

    Si par exemple on « enlevait » les 50 milliards que nous avons en trop par rapport à la moyenne de la zone euro… nous serions officiellement en récession.

    Exemple :
    PIB (prix courants) 2012 = 2091 milliards
    PIB (prix courants) 2013 = 2113 milliards

    L’évolution a donc été +22 milliards…

    Mais bien entendu, la base était déjà là sur l’année N… Donc, chaque année les politiciens sont « contraints » d’augmenter ce vrai-faux PIB. Terrible contrainte.

    La dynamique est implacable :
    -en supprimant ces 50 milliards de trop, nous tomberions immédiatement en récession. Ce n’est ni Hollande, ni Sarkozy, ni aucun autre politicien (la « couleur » politique n’a aucune espèce d’importance ici) qui accepterait cela, qui pourrait prendre ce risque.

    -il faut chaque année faire progresser cette masse (ce quidevient de plus en plus difficile), pour afficher une « croissance » nulle ou très modeste.

    Comme dit l’autre… ce pays est VRAIMENT foutu.

    • Quand vous dites: « ce vrai-faux PIB », vous voulez bien dire que ce chiffre prend en compte tous les échanges d’argent du pays, qu’ils soient productif de richesses ou non: combien de salaires sont « producteurs de richesse » ou, simplement aggravent la dette?

      C’est bien pourquoi, je trouve que prendre le PIB comme dénominateur pour la dette est trompeur: le PIB n’est pas un critère valable, surtout si on peut l’augmenter en augmentant la dette! Le rapport dette / PIB ne me semble donc pas une mesure fiable et la dette par habitant parait plus expressive.

      • la notion de PIB est une bétise….il y a la production… on sait a peu prés faire il y a des enquétes mensuelles aupres des entreprises….qui sont a mon avis fiables par contre comment met ton dans le pib la PRODUCTION des fonctionnaires d état de collectivités locales (les hôpitaux on peut ils font des facturation ON AJOUTE LES SALAIRES idem pour les députes et sénateurs…. et leur environnement ce titre DE PRODUIT NATIONAL BRUT ne veut donc rien dire on devrait seulement retenir la production industrielle;;.. mais c’est assez réduit, ensuite si vous payer des gens a rien faire…. vous créer du PIB (emplois d’avenir ????) financés par le déficit….je précise a nouveau que personne ne parle du PIB par tete de pipe la France ayant 350/400 000 gus en plus par an il faut faire PLUS 0.5 % pour que ce pib reste stable….

        • Bien d’accord avec vous: le PIB n’est pas, comme on l’entend trop souvent, l’indice de la « richesse » d’un pays, mais bien le reflet de « l’activité économique », puisque tout échange d’argent en fait partie.

          Moi même, travaillant dans les soins de santé, je pense qu’il m’est arrivé de « produire de la richesse » aux yeux de celui qui en avait besoin, ou, éventuellement en le « remettant » au travail productif. Mais en creusant sans doute le « trou de la sécu »!

          On voit d’ailleurs que la prétendue « cinquième puissance mondiale »(sur quel critère?) a le 9ième PIB mondial et le 39ième PIB / habitant mondial, pour 2014. Mais les mythes ont la vie dure quand ils font plaisir!

    • @ Charles,

      Tout est possible avec les chiffres. L’Ifrap conteste l’augmentation des cat C et D et parle même de de rembourser des médicaments.

      Et alors les fonctionnaires des catégories supérieures ont tout les droits comme les riches (les milliardaires).

    • Oui, c’est comme ça! En France, en tout cas!

      Mais tout le monde (même à l’étranger) sait qu’ on fait le rapport dette / PIB: donc quand on se refuse à diminuer la dette (en France), eh bien, on augmente artificiellement le dénominateur: le PIB!
      Mais vous semblez ignorer que la profession la plus représentée à l’assemblée nationale, c’est « fonctionnaire »! (et parmi eux, les enseignants sont les plus nombreux!).

  • C’est facile et dangereux de pointer du doigt de façon globale la hausse des rémunérations du public, en confondant ancienneté et rattrapage de l’inflation. Pour un enseignant agrégé, soit bac+5 ayant satisfait à un concours éliminant 8 candidats du niveau sur 9, le salaire de départ est 300 euros au dessus du SMIC. Sans ancienneté, le foutage de gueule devrait sembler évident, même à l’auteur ici présent.

    Sauf à avoir un incroyable mépris vis à vis de ces enseignants qui ont formé jusqu’ici une main d’œuvre qu’aucune comparaison internationale ne semble déclasser pour son manque d’aptitude…

    Par ailleurs, un individu raisonnable est parfaitement en mesure de comprendre que les enseignants qui partent à la retraite, à un échelon élevé, sont remplacés par des enseignants à un échelon de « merde » (pour être franc). De ce fait, la hausse des rémunérations liée à l’ancienneté ne peut être que le fait d »‘un vieillissement de la pyramide (dans la mesure où les échelons ne sont attribués que selon un pourcentage immuable).

    Au final, la hausse présente de 1,9 % des rémunérations des fonctionnaires devrait faire l’objet d’une analyse plus fine (elle le mérite).

    • C’est bien possible que les salaires des enseignants ne soient pas assez élevés, dans votre pays. Je ne vous ferai pas l’humiliation de vous dire combien gagne ma fille enseignante pré-scolaire et primaire, pour sa première année de travail; sachez simplement que mon fils, ingénieur-technicien (master ou « maitrise »), n’a pas gagné, ses deux premières années, le même salaire.

      Mais, même à l’étranger, on sait que le « mammouth » est « tenu » par les syndicats: c’est donc bien à eux de justifier cette rémunération que vous jugez insuffisante.

      Pour le reste, tout le monde connait l’école! Donc, malheureusement, nous savons tous qu’il y a des profs que nous n’oublierons jamais et d’autres qui se répétaient d’année en année, étaient banaux et sans intérêt.

      Mais comme il s’agit d’une « éducation nationale », vous savez que le « programme » n’est peut-être pas « innocent » devant les critiques, ni l’inadaptation de la préparation des jeunes à exercer un métier, sans ou avec un autre diplôme que ce bach dévalué! Ou que les décisions se prennent en « conseil de classe » n’est peut-être qu’un simulacre de démocratie chronophage qui montre un manque de confiance dans l’enseignant?

      La fonction publique ne récompense pas le mérite (sauf par une « médaille », si on répond aux critères définis), c’est bien connu: cela s’appelle « l’égalité » (« à la française »: ailleurs, les gens sont égaux à la naissance, pas forcément après, ne fut-ce que sur le plan de la santé!) Donc, pour vous consoler, dites-vous que le médiocre qui travaille à côté de vous a le même salaire pour faire vivre sa famille.

      Sinon, il y a la France d’outre mer ou le Canada. (Ici, il faut pouvoir enseigner en trilingue!).

    • Vous avez parfaitement raison, les salaires des enseignants ne sont pas assez élevés. Cela est du à plusieurs facteurs. Le premier, c’est la structure de l’EN qui est une véritable armée mexicaine avec plus « d’improductifs » (terme impropre, je le sais, mais qui caractérise ceux qui ne mettent jamais un pied devant des élèves) que de « productifs ».
      Le second, c’est le statut. Que vous soyez prof de merde qui se fout du niveau de ses élèves et qui ne corrige qu’une copie par trimestre pour mettre une note sur le bulletin (note qu’ils militent pour supprimer histoire de ne plus avoir même une copie à corriger et mettre des « appréciations… ») ou excellent pédagogue avec le meilleur taux de réussite, vous êtes payé pareil (à une queue de vache près, parce que dans les grands établissement, vous pouvez négocier des heures sup auprès de classes de merde…).
      Donc, pour faire court, vous virez plus de 50% des inactifs (générateurs de coûts d’ailleurs, car comme ils ne servent à rien, ils faut qu’ils justifient de leur existence et ce sont eux qui nous pondent des « nouveaux programmes » tous les deux ans…), vous responsabilisez les chefs d’établissement en leur laissant libre choix et libre détermination de rému de leurs enseignants, vous cassez le statut de fonctionnaire et vous verrez les salaires des enseignants grimper et le niveau de l’instruction grimper…. pour un coût global de l’EN qui baissera…

      • L’argument consistant à donner le pouvoir du chef d’entreprise aux chefs d’établissements ne tient pas car cela suppose deux choses :
        – La première est que ce chef soit impliqué personnellement et durablement dans la réussite de son établissement.
        – La seconde est de pouvoir réellement évaluer le produit fournit, ce qui dans le cadre du marché standard suppose des attributs du produit reconnus et identifiables, ainsi que la possibilité d’aller voir ailleurs en cas d’insatisfaction.
        Il y a d’autres exigences, mais sans réunir celles ci, on s’expose au petit chef arriviste prêt à valoriser toutes les modes destinées à plaire à sa hiérarchie, comme les « projets », les compétences partout, la « bienveillance » et la suppression des notes, hier l’inductif à la place du déductif, la méthode globale… et ne pas oublier tout ce qui permet aux associations militantes de placer un pied dans la place : semaine du développement durable ou de la solidarité !

      • Puisque « improductif » comparé à « productif » ne vous semble pas (comme à moi-même) être des désignations réalistes – peut-être parce que les premiers sont hélas souvent plus productifs que les autres – pourquoi ne pas employer « fonctionnels » et « opérationnels », L’essentiel n’est-il pas de comprendre combien l’action et le coût des opérationnels sont pénalisés par ceux de fonctionnels.
        Les fonctionnels sont aux opérationnels, ce que les fonctionnaires sont aux travailleurs solvables, ceux-ci œuvrant à un profit matériel taxé pour permettre de rémunérer ceux-là.

      • Il est anormal que des profs se planquent dans des activités syndicales rémunérées pour échapper à leurs obligations professionnelles et qu’on laisse des contractuels sans formation ni expérience les remplacer (ils remplacent les TZR partis en maladie pour échapper eux-aussi à leurs obligations) et se faire massacrer lors des inspections.

        Quand on pense que les profs sont formés dans les IUFM par des gens dont certains n’ont jamais mis les pieds dans une classe, c’est juste hallucinant.

    • Proponome, vous avez raison d’être révolté à propos de la faiblesse des salaires des enseignants, tout aussi scandaleuse que l’augmentation de la masse salariale des fonctionnaires l’est pour ceux qui doivent la financer avec des revenus en baisse.

      C’est un système qui mécontente tout le monde, chacun ayant d’excellentes raisons de le rejeter, sauf bien évidemment ceux qui le dirigent à leur profit exclusif et qui, sans lui, ne seraient que des anonymes sans envergure, contraints au quotidien de faire la preuve de leurs compétences pour justifier leurs rémunérations.

    • Proponome: « Sauf à avoir un incroyable mépris vis à vis de ces enseignants »

      Aucun mépris sauf pour votre hiérarchie qui comme toute les hiérarchie ce sert grassement et en fait profiter les amis. La France est devenue une immense mangeoire ou tout ceux qui ont des entrées avec les élus et la bureaucratie se servent au dépend des autres.

      Prenez la suisse, avec un état à 35% au lieu de 58% et moins d’impôts elle rembourse sa dette depuis dix années (40%), le chômage est à 3.6%, un rêve inaccessible depuis des décennies en France et elle offre à ses enseignants des salaires de 5000 euro voir 8000 en fin de carrière. Comparez à la France ou tous les indicateurs sont rouge vif.

      Vous croyez que l’état vous protège et vous le soutenez en retour contre les « force de l’ultralibéralisme » mais en fait il vous traite comme des esclaves corvéable à merci et tous vos malheurs viennent de lui.

      Ils sont plusieurs millions de fonctionnaires à être ainsi atteint d’un sérieux syndrome de Stockholm.

      • Le « syndrome de Stockholm » des fonctionnaires! Joli! Et tellement vrai! Comme dit plus haut, fonctionnaire est la profession la plus représentée à l’assemblée nationale! C’est tout dire, non?

    • ATTENTION, les profs nous coute quand même près de 70 000 € par an.
      (Cf : http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/farandole/ressources/2015/pap/html/DBGPGMJPEPGM141.htm ; diviser la masse salariale demandée par les effectifs)
      Et ce pour 648 h de service par an (*). Préparation des cours et correction des copies en sus, de sorte que ça monte peut-être au double (1300 h annuelle) mais ça ne concerne que ceux qui ont une matière exigeante et la conscience professionnelle requise.
      (*) 864 pour les prof d’EPS.
      En super-brut, un prof d’EPS est donc à 80 €/heure (6 SMIC chargé), un prof super consciencieux qui se défonce à 50 €/heure (3 ou 4 SMIC). Sans frais…
      Le secret du salaire net qui a l’air ridicule ? une rémunération différée incomparable (pension de retraite), et des loisirs sans équivalents.

      Alors je veux bien qu’on plaigne les profs, mais si ils restent si nombreux en poste « malgré leur salaire de misère » il y a quand même une raison…

      • C’est très ben de dire tout haut ce que beaucoup pensaient tout bas! Mais là, vous tirez sur l’ambulance et vous savez pourtant qu’ils sont susceptibles, ces enseignants prêts à faire grève (l’époque d’une grève tous les deux ans n’est pas si lointaine!) et à manifester facilement, encadrés au plus près par des syndicats qui règnent déjà au ministère où ils ont déjà eu la peau de plusieurs ministres, non mais, sans blague, qui dirige l’éducation nationale?

  • Les chiffres truqués de chômage en France : plus de 2 600 000RSA, plus de 240 000chômeurs des DOM-TOM non -comptés…
    Aucun autre pays d’Europe ne planque 3 000 000 de chômeurs aux sats de L’Europe… Alors à quoi cela sert de se fier aux Chiffres Français..
    Le PIB est faux, même s’il ne s’agit pas d’une bonne base pour évaluer la dette : afficher un beau PIB est très gratifiant.
    Alors peu importe les vrais chiffres, truquons tout ….
    Je rapprllr que l’entrepreneur, qui oserait une telle manipulation à son échelle, serait immédiatement jugé et traité de tous les noms…

  • Je suis terrifié par ces dépenses de fonctionnement !

    • ca fait du pib…. que l’on redistribue c’est pour cela que c’est un cratere sans fond…. mais c’est ca la reprise a tous depuis 40 ans…. la grece fait de meme… lisez un petit bouquinb « absolument debordé » pour comprendre le temps que passe les gens des conseils départementaux et régionaux….l’empillage des structures… j’ai été dans le public puis plus longtemps dans le privé hélas on gaspille du temps des deux cotés…

      • J’ai lu les 2 bouquins de Zoé Shepard, c’est effectivement édifiant.
        Le PIB a bon dos, ça reste du gaspillage.

        • @ wimo,

          Oui moi aussi j’ai lu absolument débordée.
          Dans cet ouvrage Zoé parle des 2 conseils général de la Gironde et régional d’Aquitaine.
          Elle fait référence aux 35h mais aussi aux célèbres festivités offertes lors de la naissance chez les Mamy ou papy boumers. Du temps pris sur le temps de travail. Elle parle de placardisation d’elle même. Du confort des sièges ressemblants à ceux des pilotes de ligne. Elle parle aussi d’alcoolisation de politiques au pouvoir. Bien cet ouvrage..

  • J’avais oublié qu’ aux DOM il y a aussi des RSA :
    260 000 (car 1 part est camouflée) , autant que de chômeurs

    http://www.la1ere.fr/2014/06/02/le-rsa-5-ans-deja-et-beaucoup-d-allocataires-outre-mer-157555.html

    500 000 Chômeurs en moins, comment peut-on dissimuler plus de 3 000 000 de chômeurs dans ses statistiques ???
    BRAVO LA FRANCE !

  • Bref, absence d’austérité (hausse de dépense de fonctionnement et subvention) et budget récessif par excellence (baisse des investissement et hausse des impôts). L’inverse de ce qu’il faudrait faire …

  • Par contre dommage que vous repreniez l’enfumage complet qu’est le ratio dette vs PIB.
    Une des pires invention française:
    http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20101001trib000554871/a-l-origine-du-deficit-a-3-du-pib-une-invention-100-francaise.html

    Un déficit c’est dépense sur recette et là les chiffres changent du tout au tout pour refléter la réalité.

  • L’investissement sert beaucoup plus directement à la population, comme l’amélioration des routes pour diminuer les accidents, la consommation et la pollution, et il est indispensable pour que les générations futures ne vivent pas dans un pays en ruine, ringard et plus difficilement habitable.
    Pourtant il a été sacrifié, évidemment pour ne pas toucher aux gigantesques dépenses inutiles ou nuisibles qui servent à corrompre une partie de la population par emplois fictifs, subventions, clientélismes,… au détriment du reste de la population (d’où société de classes plus ou moins privilégiées, fractures sociales, exclusions, communautarismes et féodalités).

    • et en plus sur le bord des routes, il y aura des gueux, des chômeurs qui ne seront pas suicides, des pauvres qui tendront la main ou une ecuel pour une louche de soupe. Parce que nous en sommes arrivés là.
      Il faut observer sur le terrain, les croisements de tableaux de chiffres c’est de l’impressionnisme comme du Renoir.Ce n’est pas concret.

    • darad: « comme l’amélioration des routes pour diminuer les accidents »

      3% du budget.

      Toutes les tâches régaliennes sont réduites à la même portion congrue.

      • Les routes en France ? Même pas 1% des dépenses publiques (11 à 12 milliards les meilleures années) ! Cela rajoute au scandale de la politique répressive avec ses radars, car de très nombreux morts parfaitement évitables sont directement liés au manque d’investissement dans des infrastructures routières conformes aux besoins.

        • @ Cavaignac,

          Revoir la signalisation routière. L’entretien des bords de route est une première nécessité concernant la sécurité.

          • Pour le moins curieux de voir la signalisation routière évoquée dans un débat stigmatisant l’interventionnisme étatique – privatif des libertés individuelles les plus élémentaires -, alors qu’il n’est pas de meilleur exemple de sa nécessité, face aux comportements irresponsables de trop nombreux conducteurs qui sont tous des citoyens, de droite comme de gauche.
            Voici un point sur lequel l’utopie dirigiste n’a rien à envier au grand écart libéral, et où les deux se rejoignent.
            Un prochain article à ce sujet SVP.

            • Yep les routes privées sont mieux et moins chères, l’absence de signalisation réduit les risques… C’est connu, et depuis longtemps. Et ça a déjà été évoqué moult fois dans ces colonnes.

              • pas la peine d’annoncer un 70 a l’heure avant un virage en épingle à cheveux

                • Au fin fond de la province c’est assez courant.

                  • Par chez moi, sur les petites routes de montagne il n’y a pas d’indication de vitesse, la plupart du temps.

                    Et étonnamment, les gens roulent à des vitesses adaptées (en fait souvent moins vite qu’ils ne le pourraient, surtout s’ils sont immatriculés 69 ou 75… ).
                    Par contre dès qu’on arrive en plaine, il y a des indications et là… plein de gens arrivent à 90 dans un virage serré et manquent de se sortir de la route. Mais c’était bien indiqué « 90 » cinq cent mètres avant.

                    • je profite de cette aimable discussion pour demander s’il existe une hauteur réglementaire des dos d’âne à l’entrée et à la sortie des villages ?

                    • Il me semble que oui. Auto Plus avait fait un reportage sur le scandale des dos d’âne trop hauts et trop « pentus » qui endommagent les voitures et ne respectent pas la loi…

                      Donc si mes souvenirs sont bon, il y a une hauteur maximum, une longueur minimum et une longueur des « pentes » minimum…

                    • Et curieusement, cette réglementation n’intéresse pas les autorités en charge de la sécurité routière !

            • Même approche que les autres interventions, postuler l’interventionnisme a priori sans creuser la question conduit à l’égarement étatiste et interventionniste : des expériences ont été menées avec la suppression de toute règle indiquée par des panneaux, et cela a été probant :
              http://www.institutmolinari.org/l-illusion-de-la-securite-feux,1415.html
              Par ailleurs, les comportements irrespectueux ne peuvent être régulés par des panneaux !
              Il est clair que la meilleure réponse aux risque automobile est dans le matériel roulant, la qualité des routes et la mise en place de solutions à l’épreuve des erreurs humaines.

              • @ propomone

                Les dos d’âne doivent intéressés les nouvelles tutelles du département.

              • Le feux rouge est un horreur juridico-administrative !
                Mon rêve serait que la phase « rouge » (arrêt absolu) soit exceptionnelle et réservée à une liste limitée de cas.

                Les 2 phases restantes sont suffisantes pour une circulation alternée et compatibles avec les piétons :
                – vert : on a la priorité
                – orange : on ne passe que si la voie est libre, après une phase de transition (orange clignotant)

                Je vois 2 avantages :
                – d’abord, le flux de la circulation serait beaucoup moins haché
                – ce serait une forme de promotion de l’esprit civique des usagers.

        • Dépenses dont une grosse partie est inutile (ronds-points) et largement couvertes par la TIPP (25 milliards). Il reste donc 13-14 milliards qui passent donc où ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Les gens ignorent souvent ce qui se passe au jour le jour sur les marchés obligataires qui brassent pourtant des sommes considérables. Ainsi, le marché obligataire en euros pèse 2775 milliards.

L’indicateur clé de ce marché est le taux d’intérêt des emprunts d’État à dix ans considérés comme l’actif financier le plus sûr. Or, les taux d’emprunt des différents pays de l’Union européenne recommencent à diverger comme il y a dix ans. L’écart se creuse depuis que la Banque centrale européenne a indiqué qu’elle allait mettre fin à ses racha... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles