Mars bleu : le mois du dépistage… sans dépistage !

Cette année, l’opération aura un goût un peu amer, puisque ce sera une année de dépistage… sans dépistage !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marisol Touraine (Crédits : tendencies Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mars bleu : le mois du dépistage… sans dépistage !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 mars 2015
- A +

Par Phoebe Ann Moses.

Marisol Touraine (Crédits : tendencies Creative Commons)
Marisol Touraine (Crédits : tendencies Creative Commons)

 

Mars bleu, c’est le nom de l’opération de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal, qui a lieu comme son nom l’indique, chaque année au mois de mars. Cette année, l’opération aura un goût un peu amer, puisque ce sera une année de dépistage… sans dépistage !

Jusqu’à présent, le test utilisé pour ce dépistage était le test Hemoccult (qui détecte le sang dans les selles), d’une fiabilité moyenne.

Un nouveau test, qui détecte toujours l’hémoglobine dans les selles, mais plus rapide et plus facile à effectuer (un à deux prélèvements au lieu de 6) doit être mis en service vers le mois de mai. Le problème : le test n’est pas encore disponible et pourtant la Direction générale de la santé a donné des instructions claires non seulement de ne plus effectuer les analyses sur les prélèvements faits après le 31 janvier 2015 mais même de détruire les prélèvements à leur arrivée en laboratoire.

Il va donc s’écouler près de 4 mois sans qu’aucun dépistage ne soit possible, les nouveaux tests n’étant pas encore en service et les anciens étant détruits.

Outre le gaspillage financier, on peut s’interroger sur le bien-fondé de cette décision pour le moins brouillonne, et surtout sur la prise en charge des patients qui ont eu un prélèvement alors que celui-ci ne sera jamais analysé, et qui doivent donc attendre l’arrivée du nouveau test. Ils sont plus de 10 000 dans ce cas. Les anciens tests n’auraient-ils pas pu être utilisés jusqu’à la mise à disposition des nouveaux ?

Sans compter qu’il existe d’autres tests, plus fiables et pas forcément beaucoup plus chers, mais non pris en charge par la Sécurité sociale, qui préfère mener une politique de santé publique et de prévention avec des moyens d’un autre âge.

Décidément, dans la tourmente du mois de mars, Marisol Touraine peut ajouter à la liste de ces erreurs stratégiques, ce dysfonctionnement qui montre que l’amateurisme de ce gouvernement n’est jamais bien loin.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • en attendant , leur amateurisme va encore nous couter la peau des fesses ; quel domage que ce ne soit pas leur argent qui soit engagés dans leur délire , ils y regarderaient à deux fois avant de le dilapider bêtement , comme leur habitude ;

  • Sauvons la cause des femmes en politique, virons Mmes Touraine et Hidalgo !

  • Avec une pointe d’humour, on peut dire que c’est un « test de merde ».

    • Tets de merde, dans un pays de merde… L’exorbitée Mariconne n’en a pas fini avec la colère des professionnels de santé…

  • Normalement le 30 mars elle ne devrait plus exercer, mais mais mais …

  • Je reviens d’une manifestation sur  » mars bleu  » expliquant les bienfaits de la prévention de ce type de cancer …
    Même si le nouveau test est disponible dans 3 ou 4 mois , il va arriver et semble plus fiable et moins coûteux que le précédent ….on ne peut quand même pas toujours rouscailler pour un oui ou un non !!!

    • 10 000 tests gachés c’est un oui ou c’est un non? Un mois de la prévention sans test c’est un oui ou c’est un non? Remplacer un test qui existe par un test qui n’est pas encore la, c’est un oui ou c’est un non?

  • Bonjour,

    Pouvez-vous donner le nom des tests non remboursés par la sécu, s’il vous plait?
    Pour faire circuler l’info sur les alternatives non étatisées!!

    Merci

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exi... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Paraphrasons : personne ne sait comment fabriquer un comprimé de Doliprane…

Hier, le grand Milton Friedman prenait l’exemple du crayon jaune, afin d’exposer sa vision du libéralisme.

https://www.youtube.com/watch?v=SDUB4Pw39sg

 

Hélas, je ne dispose ni de son talent, ni de sa vision. Je ne suis qu’un chirurgien de province mais cela m’offre un minime avantage : les inconvénients, je les vis. J’ai même le nez dans les diverses ruptures de stock dont souffrent plus cruellement les patients qui comptent sur un sy... Poursuivre la lecture

Les EHPAD existent dans les sociétés devenues prospères, et où les progrès médicaux, l’abondance alimentaire, l’amélioration des conditions de vie ont permis le vieillissement. Malheureusement, certains sont devenus dépendants. De manière concomitante la prospérité a donné les moyens matériels de prendre soin de ces personnes, dont la prise en charge est trop lourde pour les familles... quand famille il y a.

L’État maltraitant

« En 2018, la dépense de soins de longue durée aux personnes âgées s’élève à 11,3 milliards d'euros. L’essent... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles