Vive les aliments ionisés !

N’y-a-t-il pas un seul journaliste de France 5 capable d’expliquer en quoi la ionisation des aliments n’est pas dangereuse ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vive les aliments ionisés !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 mars 2015
- A +

Par Michel Gay.1

elmo in Radioactive Material Area credits Michael Kappel (CC BY-NC 2.0)
elmo in Radioactive Material Area credits Michael Kappel (CC BY-NC 2.0)

 

France 5 a diffusé une émission2 sur l’ionisation des aliments par irradiation : « Aliments irradiés : mauvaises ondes dans nos assiettes ? ».

Comme à l’accoutumée pour avoir un bon « audimat », l’émission a joué sur le spectaculaire en associant ce procédé à la radioactivité et en exacerbant les peurs dues à l’ignorance.

Irradier, ou plutôt ioniser les aliments permet de détruire toute bactérie ou germe susceptible de proliférer et pouvant engendrer des effets sanitaires graves. Les sources d’irradiation sont soit électriques (accélérateurs d’électrons) soit radioactives (irradiateur gamma).
En aucun cas, l’aliment irradié ne peut acquérir une quelconque radioactivité qui s’ajouterait à celle qu’il possède de manière naturelle car l’énergie des rayonnements émis se situe en dessous des seuils d’activation.

Un procédé de conservation, quel qu’il soit, n’est jamais neutre : il affecte légèrement certains éléments nutritifs et modifie des composés dans l’aliment. Toutefois, ces modifications sont moins importantes avec la conservation par ionisation que par la chaleur. Les produits formés sont de même nature que ceux formés par la chaleur mais ils sont présents en plus faible quantité (trois à quatre fois moins de produits transformés). Enfin, l’absence d’élévation de température au cours du traitement conduit à conserver à l’aliment toutes ses qualités organoleptiques (il conserve son goût, son odeur, sa forme et ses couleurs).

Pour son émission, la journaliste n’a pas trouvé un seul spécialiste pour lui expliquer ce qu’est l’irradiation ou l’ionisation. Il suffit pourtant de taper sur Google les trois mots-clés : « spécialiste aliments irradiés » pour tomber sur quelques noms, dont celui de Jacques Foos3, un des spécialistes de ce sujet, qui n’a jamais été contacté.

En revanche, elle aurait pu évoquer une étude positive menée à Lyon sur des fraises irradiées, avec le concours d’une grande surface. Elles ont été vendues deux fois plus cher que les fraises sans traitement pour que le prix bas ne soit pas une raison d’achat. Des étiquettes d’information sur les barquettes de fruits précisaient le traitement et indiquaient que ces fraises bénéficiaient ainsi d’une durée de conservation plus longue. À la question posée par les hôtesses : « Pourquoi avez-vous acheté ces fraises ? », les clients répondaient : « Parce qu’elles étaient belles et qu’elles sentaient bon ! ». Ce n’était pas la réponse attendue.

Ce n’est évidemment pas le procédé qui rend ces fraises plus belles et plus parfumées. Le gain sur la durée de conservation permet de les cueillir à maturité, comme dans son jardin !

Le commentaire indique qu’une seule étude « inquiétante » a été menée sur ce procédé et ses possibles effets sur la santé. Elle aurait montré son caractère nocif…
Or, plus de 1 220 études ont été menées depuis 1979 sur la salubrité de 278 aliments. Elles n’ont mis en évidence aucune différence significative entre un aliment ionisé et non ionisé en termes de toxicité, de pouvoir pathogène ou de propriétés mutagènes. Ceci a conduit le Comité d’expert mixte FAO/OMS/AIEA4 à conclure en 1997 sur l’innocuité des aliments ionisés sans limitation de dose. Aujourd’hui, plus de 40 pays ont approuvé l’irradiation d’environ 50 aliments différents. La France autorise l’ionisation de 14 catégories d’aliments. La législation française est claire : l’étiquetage doit mentionner « traitement par rayonnements ionisants » ou « traitement par ionisation ». De plus, des études sur l’éventuelle interaction possible « aliment-emballage » ont démontré qu’il n’y avait aucun effet indésirable.
Dire dans le reportage que « personne n’a répondu à cette simple question : que risque-t-on à manger des produits ionisés » montre l’ignorance de cette journaliste sur ce sujet et son affirmation est trompeuse (ou mensongère ?).

La piètre compétence, ou le biais idéologique, des journalistes réalisant ce reportage sont… surprenants.

Enfin, une étude5 menée en collaboration avec une équipe allemande indique : « Les traitements ionisants font partie des nouvelles méthodes d’assainissement des aliments. (…) Il s’agit là d’une méthode de choix pour la conservation et l’hygiénisation des aliments». (…) Plus particulièrement, dans le cas des ingrédients (épices et aromates), l’ionisation se présente comme une élégante alternative à d’autres traitements qui présentent de réels risques pour la santé humaine».

Un des auteurs de cette étude (Eric Marchioni) s’est pourtant laissé entrainer à dire que l’ionisation pouvait « peut-être » accélérer le développement de cancers déjà déclarés. D’un point de vue scientifique, en toute rigueur, il a raison : tout est possible !..

Les journalistes ont conclu de ses propos que, au minimum, ce traitement présentait un danger cancérigène. Il ne les a pas démentis. Peut-être a-t-il été motivé par la possibilité de trouver les crédits qu’il n’a pas pu obtenir malgré plusieurs demandes, pour ajouter une étude de plus aux 1220 précédentes ? Lui seul connaît la réponse.

Depuis toujours, l’humanité a cherché à conserver les aliments. Aujourd’hui encore, malgré les soins apportés à notre alimentation dans les pays industrialisés, subsistent de nombreuses victimes d’intoxications alimentaires, y compris dans le « bio », et 25% des récoltes mondiales sont perdues. Uniquement aux États-Unis, la perte annuelle est estimée entre 5 et 17 milliards de dollars. L’enjeu est immense pour l’humanité !

Le consommateur français reste cependant méfiant, probablement parce qu’il est peu informé par la société, et qu’il est mal informé, pour ne pas dire désinformé, par les médias.

Il faut le déclarer clairement, ce procédé d’ionisation par rayonnement est non seulement inoffensif, mais en permettant une désinfection en profondeur et une conservation plus longue des aliments, il participe à l’efficacité de la chaine alimentaire et à la santé de l’humanité.

Vive les aliments ionisés !

  1. Inspiré par un texte de Jacques Foos : Faut-il consommer des aliments irradiés ? Chronique d’un reportage télévisé partisan (un de plus ?)
  2.  Diffusions les 15 et 22 mars et 2 avril 2015.
  3. Professeur honoraire au Conservatoire des arts et métiers (science et technologies nucléaire)
  4.  FAO : Food and Agriculture Organization (ONU) ; OMS : Organisation Mondiale de la Santé ; AIEA : Agence Internationale pour l’Énergie Atomique.
  5.  « Étude toxicologique transfrontalière destinée à évaluer le risque encouru lors de la consommation d’aliments gras ionisés » signée par huit auteurs, dont le chercheur interviewé dans le reportage : Eric Marchioni.
Voir les commentaires (137)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (137)
  • bah , je ne suis pas certain que c’est dans l’intérêt des producteurs de conserver longtemps leurs produits . d’où le pourrissement rapide de la plus part des fruits et légumes vendus en supermarché …mais où sont passés nos patates d’antan , sans taches noires , sans germination quasi immédiate , ces fruits pourris de l’intérieur malgré une apparence saine !

    • Je ne sais pas ou vous acheter vos patates mais moi c’est au super marché. Je suis en Martinique, elle sont donc importé par bateau ce qui signifie que lorsqu’elles arrivent dans les étales elles ont été au moins arraché il y a 1 mois. Elles se conservent encore facilement 1 mois de plus malgré la chaleur et finissent par germer ce qui n’a rien de surprenant. A moins de produire soit même ses pommes de terre, il est plutôt rare de les conserver si longtemps.

    • Depuis la main mise des 3 géants mondiales de la semance (Monsanto, Pioneer et un 3eme dont j’ai oublié le nom), la diversité des semences utilisées n’a jamais été aussi pauvre..
      Ainsi, nos bons légumes d’autrefois ont belle et bien disparu de l’agriculture.. et bonne chance pour retrouver des graines à planter pour son jardin !

      • et personne ne vous empêche de conserver vos semences de légumes…on a plus les belles voitures d’autrefois non plus..certes on insiste plus sur les m^mes caractères qu’autrefois ..mais..où est le problème?

        et les variétés de légumes ne nous ont pas été données par dieu le père en somme il n’y avait AUCUN légume autrefois à part des plantes naturelles comestibles..il suffit de semer et de sélectionner..le plus difficile est souvent de fixer des caractères…

        mais qu’avez vous contre monsanto????

        et puis zut..vous aimez les légumes anciens…vous étés certain que les gens en veulent…devenez semencier!!!! et non on ne vous empêchera pas..on vous imposera certaines règles toutefois communes à tous..se balader avec des graines n’est pas si anodin que ça au point de vue de la « prophylaxie  » maraîchère……

        mais vous avez dit monsanto..un bon point écolo…
        dites ogm…
        dites agrobusines vous aurez une image…

  • L’alarmisme fait partie des métiers modernes qui peuvent rapporter gros.

  • Le probleme des traitements pas ionisation en agroalimentaire n’est pas la phobie des ecolobobos des rayonnements invisibles, c’est principalement un probleme de mise en oeuvre tres contraignantes pour les IAA et de nombreux produits donc les qualités organoleptiques sont détériorées a des niveaux perceptibles gustativement.
    L’ionisation de l’ail pour bloquer la germination OK, l’ionisation des produits laitiers non: sincerement, c’est pas bon…

  • Je laisse à Michel Gay ses certitudes qui certifient que l’ionisation des aliments n’est pas dangereuse ?

    • Comprenez vous seulement le concept chimique d’ionisation ?

      • Mon libre arbitre et ma méfiance des vertueuses certitudes scientifiques et scientistes me font me méfier …

        Les exemples sont nombreux de produits miracles qui se sont révélés dangerous !!!

        • Depuis quand le libre arbitre peut servir de justification dans un débat ? Vous êtes libre d’avoir des opinions ridicules mais ce n’est en aucun cas un argument… Quand au scientisme vous ne connaissez visiblement pas le sens de ce mot puisqu’il définit une doctrine politique et n’a donc rien à faire dans un débat scientifique…

        • Et les encore plus nombreux produits réputés dangereux et qui ne le sont pas, ça vous parle?
          Étant chimiste je pourrais parfaitement vous démontrer que le chauffage classique des aliments « peut » être très dangereux et même plus dangereux que la ionisation. Tout ça en vous bombardant de termes scientifiques « qui foutent les jetons » pour faire bonne mesure.

        • « Les exemples sont nombreux de produits miracles qui se sont révélés dangerous !!! »

          Vous avez des exemples où le danger a été complètement et durablement méconnu, causant beaucoup de victimes?

    • Si je ne m’abuse, cela fait bien 50 ans que les pommes de terres sont ionisés pour les empêcher de germer.

      Bon appétit.

    • On va faire un petit jeu scientifique en deux questions.

      1° Avez vous la moindre raison théorique basée sur des choses scientifiques qui permettraient d’expliquer un effet néfaste (pas « ça pourrait » parce qu’à se compte tout « pourrait » être néfaste). ?

      2° Avez vous des observations empiriques en quantité suffisante pour pouvoir rejeter, à un seuil de confiance généralement acceptable, l’hypothèse que l’ionisation n’a pas d’impact négatif ?

      Si vous avez répondu oui aux deux questions, alors vite, publiez, et exigez une loi (si votre publi est confirmée par des contre études). Si vous avez répondu oui à l’un des deux, publiez et la discussion se lancera pour savoir si ce que vous avez est réellement concluant, si c’est une théorie fumeuse et sans validation empirique, si c’est un artéfact d’observation, si le protocole de mesure était satisfaisant, etc.

      Si vous n’avez répondu oui à aucune des questions, alors la rigueur (et la parcimonie) imposent de garder des doutes (que l’auteur à sans doute également) puisqu’on n’a juste « pas de quoi réfuter l’hypothèse que c’est pas bon », ce qui ne prouve pas que « c’est bon ». Mais cet état de « doute » doit logiquement être le même que pour tout : votre existence, celle d’idéologies, l’utilité de la science…

      • Quelques éléments de réponse : l’irradiation, le passage de rayonnements dans la matière déclenche des phénomènes d’ionisation (d’où le nom de la technique), de fragmentations de chaînes moléculaires, d’excitation de molécules ; les fragments produits se recombinent donnant lieu à la formation de produits nouveaux, pas nécessairement « bons ». Je me souviens que certains produits alimentaires (des graisses, sous toutes réserves) donnent lieu à la formation de composés ayant une très mauvaise odeur. Il peut certainement y avoir formation de produits « dangereux ». Il faut donc faire une sélection dans les produits susceptibles de subir le traitement et jouer sur les paramètres de l’irradiation à savoir la dose (la quantité de rayonnement délivrée), le temps d’irradiation, … pour être certain d’éliminer des germes pathogènes, sans altérer la qualité du produit à consommer.
        En fait, l’ionisation est la technique pratiquée en radiologie pour détruire des cellules cancéreuses, malheureusement avec une sélectivité relativement faible, ce qui entraîne également des dégâts dans des tissus sains. L’art du radiophysicien est de parvenir à irradier le plus sélectivement possible la zone pathogène.
        Ajoutons encore que cette technique est également mise en oeuvre pour réaliser des polymères spécifiques, des gaines thermorétractables (qui se rétractent sous l’effet de la chaleur) que vous voyez en soulevant le capot de votre voiture, en bout des cables noirs, de couleurs rouges, bleues, verts pour entourer les cosses. On l’a utilisé pour « restaurer » la momie de Toutenkhamon envahie de champignons, de parasites ; l’irradiation a permis de tuer champignons et germes et de polymériser in situ un composant injectée dans les tissus. Ce double traitement, couplant effets bactériologiques et mécaniques a permis de sauver cette momie.
        Il n’y a pas véritablement de loi, c’est l’expérience qui guide.

      • « Avez vous la moindre raison théorique basée sur des choses scientifiques qui permettraient d’expliquer un effet néfaste »

        Je ne sais pas ce que vous voulez comme qualité d’explication.

        La viande peut devenir rance, donc ça a bien un effet sur certains aliments. Donc il n’est pas invraisemblable que parmi les transformations des aliments certains deviennent un peu toxique.

        Après ça veut juste dire qu’il faut aller voir ce qui est produit comme nouveaux composés.

        « Avez vous des observations empiriques »

        Il y a les chats australiens paralysés.

        • « Après ça veut juste dire qu’il faut aller voir ce qui est produit comme nouveaux composés. »

          Visiblement vous ne comprenez pas le phénomène chimique sous-jacent:

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Radical_%28chimie%29

          résumé: dans l’absolu on a pas une grande idée des composés exactes produits.

        • Hein ?
          Vous voulez publier ça ?
          Je parlais de revues scientifiques à comité de lecture, pas de « Détective » !

        • « Il y a les chats australiens paralysés. »

          Plus sur ce sujet :

          An outbreak in Australia of neurological disorders in cats fed irradiated diets is a first among pets but not unprecedented.

          At least three instances of irradiated food causing severe nervous system disease have occurred around the world since 1998. The cases happened in Ireland and the United States in laboratory cats and in Australia among pet cats.

          http://news.vin.com/VINNews.aspx?articleId=13088

          « Previously published data and strong circumstantial evidence in this outbreak suggest that single-dose gamma irradiation of dry pet food at high levels (>36.3 kGy) is associated with the development of leucoencephalopathy in cats. We suggest that food irradiated at high levels should not be fed to cats as it poses a significant risk of severe neurological disease.

          Orijen was subject to a total gamma irradiation dose >50 kGy on entry to Australia.

          http://fanaticcook.blogspot.fr/2009/11/irradiation-of-cat-food-causes.html

          Il y a des gens qui pensent que les chats sont le canari de la mine. On ne peut pas balayer ça d’un revers de main en les traitant de fadas (du genre de Mr danger danger danger).

    • Des arguments scientifiques, peut-être ?

  • Moi aussi j’ai été révolté par ce film de propagande. Les journalistes disent n’importe quoi.

  • Nous sommes sous l’emprise d’une tyrannie médiatique ; écrire le mot « nucléaire » déclenche immédiatement une hostilité et une opposition incontrôlables et insensées. La technique de « résonance magnétique nucléaire », RMN, a disparu pour laisser place à l’IRM, « imagerie par résonance magnétique » ; les patients ont refusé la RMN mais accepte sans problème l’IRM. L’ionisation, bien conduite, est effectivement une technique de conservation qui peut avoir de gros avantages, notamment dans les pays en voie de développement ; c’est probablement plus discutable dans nos sociétés occidentales, mais détruire les parasites dans les épices, compléments indispensables de nos mets, dans les cuisses de grenouilles, moins indispensables, n’est pas négligeable. N’oublions pas que beaucoup du matériel médical est stérilisé par ionisation.
    Pour en revenir à la pression médiatique à propos du nucléaire, celle relative aux changements climatiques que nous subissons actuellement relève d’une même finalité. L’objectif est de déclencher la peur par des déclarations apocalyptiques, en parfaite incohérence avec les faits. La démarche, de type trotskiste, vise à miner notre Société. Détruire le nucléaire, porter atteinte à l’économie par la mise en place de normes et contraintes insensées au prétexte de lutter contre les émissions de CO2, nouveau bouc émissaire, procèdent de la même orientation.

  • Ioniser les aliments permet de neutraliser les bactéries et autres germes.

    La bactérie et les germes sont vivants, ioniser permet donc de détruire du vivant.
    Peut-on considérer l’aliment ciblé par l’ionisation comme vivant, y compris de son point de vu nutritif et gustatif, qu’en est-il de son assimilation par notre organisme alors?

    Libre à vous de consommer ces produits, c’est ça la liberté.
    Je souhaite juste être correctement informé du traitement de l’aliment pour avoir la possibilité de comprendre et de ne pas acheter.Aujourd’hui je me contente de produire quelques légumes, sans produits chimiques, ni caca d’aucune sorte dans mon terreau, ça aussi c’est une liberté.

    • Les cellules des aliments commencent à mourir dès que la bête est tué ou l’aliment récolté… Vous avez jamais entendu parler de la salaison, la congélation, la cuisson, la déshydratation, la stérilisation, la pasteurisation… Que des procédés ayant pour but de tuer des cellules ?

      « ça aussi c’est une liberté. »

      Comme de se mettre du papier d’aluminium sur la tête et de danser autour d’un feu… Ce n’est pas car on est libre de faire quelque-chose que c’est forcément intelligent…

      • et il faut dire que les modes de conservation « traditionnels » sont prouvés avoir leur part de conséquences délètères..( m^me vu ce matin les légumes conservés dans du vinaigre possible cancérogènes http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_canc%C3%A9rog%C3%A8nes_du_groupe_2B_du_CIRC).

        Purée mais qu’est ce qui fait que des gens qui ont une espérance de vie aussi longue ont aussi peur de tout comme ça…alors que les causes fournissant le plus gros contingent de maladies sont essentiellement comportementales et évitables ( sédentarité, tabagisme, alcoolisme, obésité…) et si on ajoute les suicides les accidents de bagnole…

        On doit pouvoir faire des trucs en ce qui concerne l’exposition professionnelle, la pollution de l’air aussi… ok…
        mais c’est quoi ces trouilles???

        Je suis certain en toute pifométrie que l’ionisation a des effets néfastes car je n’ai jamais rien vu qui n’en ait pas…mais de là à placer ça en tête de mes inquiétudes… quand on voit le nombre de bébé qui finissent dans un congélateur…la ionisation c’est tout bon… ( désolé ce n’est pas de bon gout mais rire est une médecine)./

      • En principe, il doit y avoir un logo spécifique sur les emballages pour indiquer que les produits ont été « ionisés » ? Est ce vrai ? Est ce appliqué ? Comment mettre un logo sur les pommes de terre ? Les fraises ?
        C’est à vérifier …

        • Ah mais tous les aliments cultivés en plein air ont été soumis à un rayonnement ionisant continu et assez fort durant toute leur croissance. Celui du soleil. D’ailleurs ça se voit, ils sont moins atteints d’infestations par des champignons, des parasites, etc. Et se conservent mieux.

          Ça me fait d’ailleurs un peut penser à la pétition des marchands de chandelle, cette histoire…

          Interdisons le soleil, derechef.

    • salut: « je me contente de produire quelques légumes, sans produits chimiques, ni caca d’aucune sorte dans mon terreau »

      Le plus amusant c’est que le « bon vieux naturel sans caca » va être soumis à des mousses et moisissures naturelles bourrés de mycotoxines qui sont de très puissants cancérigènes.

      Bon appétit avec vos pommes à l’hydrazine (produit par un champignon) 59 fois plus cancérigène qu’un verre de jus de pomme traité à l’Alar.

      Les mythes religieux c’est quelque chose.

      • « hydrazine »

        J’ai la flemme mais ça serait cool de faire un article agoravox:
        « Le scandale de l’industrie agroalimentaire bio: de la nourriture imbibée de carburant pour fusée »

  • Il n’y a probablement pas de risque contrairement aux pesticides et autres traitements chimiques de surface pour la préservation! A mon avis c’est « bio » comme on dit bêtement. Ionisation est un mot qui fait peur, en fait c’est des rayons X bien durs, comme on en fait pour traiter les cancers. Le seul problème serait d’avoir des mutations avec des graines réutilisées des produits, mais cela ne fait qu’accélérer ce qui se fait naturellement dans l’environnement. Donc RAS. Bon appétit.

    • « Le seul problème serait d’avoir des mutations avec des graines réutilisées des produits »

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Mutag%C3%A9n%C3%A8se

      Bon appétit.

      • Oui, Oui, les mutations, vous êtes fait de plein de mutation! Peut-être que sans rayonnements ionisants vous n’existeriez pas parce que l’évolution des acides nucléique n’aurait pas ou moins pu se faire! Notre corps subit régulièrement des mutations, c’est aussi un phénomène du vieillissement. Donc ionisation c’est pas plus risqué que de mettre une côte de bœuf sur le grill, ne vous en déplaise, et l’ionisation est probablement beaucoup moins risqué, mais un danger familier comme griller sa viande ne fait pas peur. On peut toujours citer n’importe quoi pour être « contre », mais il faut raisonner avec des connaissances scientifiques et non pas avec le bourrage de crâne journalistique de personnes qui font de la politique et pas de la science.

    • pesticides moins de risques pour qui?

      en l’état de la science les pesticides sont suspectés avoir un impact sanitaire mineur sur les gens qui les épandent…et quand on sait quels pesticides ont été utilisés et de quelle façon les agriculteurs les ont épandus ( sans protection)..la peur est elle justifiée?

      et sur les autres …
      Alors certes l’oms vient de placer 5 pesticides dont le glyphosate comme cancerogènes possibles, autant que je sache, en relisant des travaux qui n’ont rien de nouveau….Au passage le café a changé récemment de statut et a été quasiment blanchi pour ses qualités « cancérogènes »… ( je crois avoir lu que monsanto aussi reprend cet argument d’ailleurs!).
      Mais la suspicion suffit..quelle beau « métier » que lanceur d’alerte..quelle merveille ce principe de précaution! Mon dieu que les médias prennent soin de notre santé.. euh….
      ne font ils pas la promotion e l’alcool? ne font ils pas la promotion bizarre des sports d’hiver qui expose nos enfants à des d’uv aux effets affreux?

      répétons répétons, ça vaut une preuve….

      et interdisons interdisons…et pas grave si ce qu’on fera à la place de ce qui a été interdit est pire…et pas grave si il n’y aucun moyen de disculper un coupable désigné…

      AU passage…il y a un risque, si une firme perd de l’argent après l’interdiction d’une de ses produits et que le produit est blanchi par la suite n’a t elle pas le droit de demander des dédommagements à la hauteur du préjudice?

      Il existe peut être un risque que l’accumulation de minuscules problèmes finissent par en créer un gros , mais faut pas pousser…

      La cuisson des aliments créent des molécules au effets délétères..pas de gril mon ami!! pas de graisses brûlées,,en général, pas de brûlage,et pas de fumage, et le salage doit être un art sinon une prescription …

      La vie c’est d’abord la relativité…alors certes c’est ( très relativement) nouveau…mais que les « risques soient réels ou pas ce qui compte est que ce soit un progrès sanitaire ou pas dans la conservation des aliments..
      sans parler de bénéfices éventuels…
      Il y a peu il y avait un article qui concluait sur « mangez de la viande rouge » et un lecteur faisait remarquer que les gens qui consomment beaucoup de viande rouge présente un excès de cancer du colon.. ( dit comme ça c’est exact) mais quelle est la cause? ne peut on imaginer que des contamination bactériennes soient au moins en partie à l’origine de cela? et que l’irradiation de la viande rouge soit alors une solution?

      Purée…
      les pays qui accumulent TOUS les risques écologiques ..sont les pays où la longévité est la plus grande…mais ça évidemment c’est un détail…

      • Il y a pesticide et pesticide… quand ils ne s’éliminent pas et se stockent comme le DDT… en fin de chaîne alimentaire c’est pas beau et la cancérisation par association entre différentes molécules et/ou bactéries et/ou virus reste à étudier si l’on peu…. Mais je suis d’accord avec vous, tous ne sont pas à rejeter, il y a phobie sur le nom, y compris avec les conservateurs qui évitent des proliférations bactériennes qui auraient des conséquences bien pires… Le gros problème est que la science écologique et la toxicologie ont été capturés par un parti politique « scientiste » aux méthodes fascistes. Je persiste à penser que souvent, il vaudrait mieux ioniser qu’ajouter un produit chimique, mais chaque cas serait à étudier.

  • Moi qui réside assez souvent dans dans le sud de l’Espagne ou j’achète mes fruits et légumes sur les marchés à de petits producteurs locaux et les particuliers (comme en France dans les années 50), je fais bien la différence d’un point de vue gustatif avec ce que je mange en France. Et mon système digestif aussi fait la différence, je ne suis pas malade avec mes produits d’Espagne !!! Et je ne parle même pas du coté financier, en France c’est 20/25 euros minimum pour un panier ici c’est 7 à 8 € . Ici les particuliers peuvent vendre leur production dans leur garage c’est autorisé … pour combien de temps je ne sais pas car l’Europe uniformise tout et c’est bien dommage .

  • Je ne comprends pas pourquoi certains s’obstinent à vouloir parler  » d’ionisation  » des aliments alors que l’ionisation c’est ‘ Processus au terme duquel un atome ou une molécule neutre devient porteur d’une charge électrique positive ou négative. ‘ (Larousse en ligne) … Cela montre simplement qu’ils parlent sans savoir de quoi ils parlent …
    Les aliments irradiés ne sont pas modifiés chimiquement, les atomes ne sont pas devenus des ions …

    Je sais que ce site n’a pas une vocation scientifique mais la vérité a ses droits et jil est ridicule de discuter de sujets que l’on ne connaît pas !

    • « Processus au terme duquel un atome ou une molécule neutre devient porteur d’une charge électrique positive ou négative »

      ça tombe bien les aliments sont fait de cellules elles mêmes faites de molécules… L’ionisation créé des radicaux libre qui modifie les molécules, tuant ainsi les cellules…

    • ah je crois que vous avez tort emmel..

    • « Les aliments irradiés ne sont pas modifiés chimiquement »

      alors pourquoi la bactérie pas modifiée elle se reproduit pas?

    • c’est un abus de langage, on devrait dire des aliments exposé à un rayonnement ionique ou électronique

  • « La piètre compétence, ou le biais idéologique, des journalistes réalisant ce reportage sont… surprenants. »

    J’imagine que c’est un euphémisme. Je dirais moi qu’ils sont complets, constants et quasi systématique.

    On dirait même que le fait de ne pas traiter l’information par le biais idéologique est devenu mal vu dans ce pays : tous les docs du service public sont soit a charge soit a décharge d’une thèse idéologique qu’on est sensé défendre / combattre.
    Comme si c’était la seule manière d’avoir de la « personnalité », comme dirait Mr Wolf.

    La propagande est devenue très fière d’elle même a notre époque. A moins qu’elle ne se reconnaisse plus dans le miroir : elle serait probablement capable de faire un documentaire a charge contre elle-même sans se démonter.

    • et simplifier un problème complexe amène à des « solutions » simplistes aux effets souvent pires que les problèmes initiaux.

    • Grass: « On dirait même que le fait de ne pas traiter l’information par le biais idéologique est devenu mal vu dans ce pay »

      Zola a fait énormément de mal à ce pays. Victor Hugo aussi avec Cosette.

  • C’est quand même un souci que personne n’ait analysé la nourriture qui (semble t-il) rendait malade les chats pour déterminer l’origine du problème :
    – apparition d’éléments toxiques?
    – destruction des nutriments?
    – les deux?
    – obi wan kenobi?

    Ne plus traiter les croquettes pour chats en Australie n’est pas une solution satisfaisante, on risque des intoxications de chatons mignons!

  • bah c’est comme ça….la trouille.

  • « Un irradié n’irradie pas plus qu’un brulé ne brule. »

  • Confusion.
    Si je comprends l’auteur de cet article, il s’agit avant tout de dénoncer le manque de professionnalisme des journalistes incriminés. OK. N’ayant pas vu le résultat de leur travail, je n’en jugerai pas, mais je ne serai pas outre mesure étonné.
    Reste le fond. L’auteur semble se concentrer sur la notion de dangerosité du procédé et suivant les commentaires, le débat porte sur cet aspect, la perception qu’en ont les lecteurs et leur choix de consommation.
    S’oppose alors « argument scientifique » et décision ou opinion. C’est il me semble un faux débat.
    L’argumentation scientifique peut être parfaite ET partagée, ou du moins crue, MAIS inefficace (au grand dam de l’auteur et de certains commentateurs). Pourquoi?

    Parce que les journalistes justement, ne font pas leur boulot. Informer ne consiste pas seulement à donner un information impartiale (je ne suis pas de ceux qui défendent le journalisme d’opinion, c’est un oxymore qui cache mal l’indigence intellectuelle et la politisation à outrance) mais à replacer cette information dans le contexte de l’opinion publique et de ses questionnements.

    Et c’est en particulier sur ce dernier point qu’achoppent les journalistes en question.

    De ce que je peux percevoir, voici quelques unes des questions qui sont posées sans réponse:
    – les aliments cuits perdent certaines de leurs qualités. Lesquelles et de quelle manière selon les modes de cuisson et les aliments? En d’autres termes, nos grands parents semblaient en parfaite santé, alors qu’ils mangeaient essentiellement des plats à cuisson longue. Comment est-ce possible alors qu’on nous dit qu’en gros il ne reste pratiquement rien de bon dedans? Ou pour résumer: la daube serait-elle de la daube?
    – le discours ambiant semble privilégier la notion de cru. Est-ce à dire que manger du « vivant » est meilleur que de manger du « mort »? Mais si c’est le cas, les légumes « ionisés » (si j’ai bien compris, le mot fait référence aux sources ionisantes du procédé et non au fait que les aliments s’en trouvent eux-mêmes polarisés,mais est-ce exact?) sont vivants en apparence, mais « super morts » dans la réalité. Sont-ils alors encore bon pour nous?
    – le traitement des matières premières en collectivité fait une part importante au lavage et autres manipulations. Les gens se demandent donc pourquoi ces précautions s’appliquent dans un cadre et pas le leur, ou si comme il s’entend, ce serait aussi le cas mais on ne le saurait pas. Confusion avec les fongicides utilisés après récolte sans doute. Mais alors, faut-il encore manger des fruits sans les peler? Mais si on les pèle, ne perd-on pas une partie très importante des qualités qu’ils sont supposés avoir? D’ailleurs, quand on lit les chiffres qui nous sont donnés quant aux contenus dans tel ou tel fruit, est-ce avec ou sans peau?
    – l’information donnée l’est toujours en termes de valeur nutritionnelle, constituants (lipides, protides, vitamines…), et en incantations (manger 5 fruits ou légumes par jour, manger des fibre, des vitamines, des oligoéléments, réduire le sel, le sucre, le gras, le polyinsaturé etc.). Mais comment cela peut s décliner au quotidien en termes de source alimentaire si les produits ne sont pas comparables? Comment doit-on choisir? Et on ne parle même pas encore des polluants, naturels ou non, de leur concentration dans la chaîne alimentaire (ce qui explique certainement pourquoi une partie des gens ont réduit leur consommation de viandes, crustacés et poissons).

    En d’autre termes, les gens se posent des questions de bon sens auquel personne ne répond.

    Quant aux certitudes scientifiques sont une chose, mais leur utilisation par des corps constitué ou des industries parties prenantes sont mal perçues par le grand public. Et pour cause. Il suffit de voir ce que donnent actuellement les études sur les liens entre consommation de gras et maladies imputées, et les médicaments et lignes de produits par traitement du gras (filière agro-industrielle) qui en ont découlé et dont on mesure enfin l’impact. Il a fallu quelques décennies pour que les consommateurs comprennent ce qu’était l’industrie du gras (et encore en filigranes) et pourquoi le lait entier est plus cher que le lait écrémé. Et non ce n’est pas parce que les médias ont tout fait pour qu’on consomme davantage du dernier, mais parce que le lait entier n’est plus que du lait écrémé auquel on rajoute du gras, l’extraction du gras étant la phase initiale de la chaine de valorisation industrielle du lait.

    Pour reprendre ce dernier exemple, que scientifiquement il n’y ait pas de différence entre lait reconstitué et « initial » n’est que peu de secours pour le consommateur qui l’achète. Il veut du lait. On lui vend des laits dont le lait entier. Mais il n’a rien d’entier à son sens. Et tout est à l’avenant. Le beurre tendre n’est plus du beurre, mais du beurre avec de l’eau. Il y avait avant une législation très spécifique à cet endroit. Aujourd’hui, il faut lire le petit chiffre (60% vs 82% de matières grasses) etc. On pourrait parler du traitement des viandes identiquement.

    La conclusion est que comme pour presque tout dans notre société actuelle, on ne peut plus se fier à ce qui est dit ou écrit, car le sens premier des mots est modifié. Trompeur au moins dans les faits, même si ce n’est pas volontairement. Que ce soit en politique, en économie ou en termes de consommation. La perte de confiance qui en découle est majeure. Et sournoise, car elle ne s’exprime pas et n’est pas traitée. Il y a là un véritable travail à faire.

    • pas certain que nous grands parents étaient en meilleures santé que nous, ce qui me semble à moi surprenant c’est l’importance qu’on attache à des trucs  » moyens » dont l’importance est toute relative et perdue dans le « bruit » dû au différence de comportement des gens et à leur diversité …
      ah bon on associe à tel habitude alimentaire un sur risque de 10% de développer un cancer rare avec une  » confiance significative »..oh la la… vite une révolution…

      • Exact.
        Nos grands parents mourraient bien plus jeunes que nous. Était-ce seulement du fait d’un moindre développement de la médecine ?
        On parle d’effets statistiquement faibles, et on en parle en isolation. Le problème c’est que tout ça est lié et la structure de dépendance est incroyablement complexe, on n’a aucune idée des interactions entre tout cela. Ce qui provoque un cancer peut très bien, en conjonction avec ce qui provoque du diabète protéger contre une autre forme de cancer… bien plus létal que les deux premiers problèmes observés. Ou pas.

        En l’état, on manque violemment de données, et surtout de compétences (les médecins, même formés en épidémiologie, sont d’un niveau statistique pire que les climatologues… et ce n’est pas un compliment). Donc on devrait surtout ne pas trop insister sur « il faut faire ça, il faut faire ci », et surtout éviter de faire des lois. On commence à réaliser que le « sans sel » est en fait mauvais pour la santé cardiovasculaire (on pensait le contraire et on a forcé nombre de gens à des régimes qui ont, peut-être, augmenté leurs risques), que le « gras animal » n’est pas forcément si mauvais que ça, que le sport est loin d’être très bon pour la santé, que l’exposition à des radiations en doses assez importantes n’est peut-être pas si mauvais qu’on le croyait (voire que c’est peut-être plutôt bon).

        Bref, les médecins devraient revenir à plus d’humilité, les journalistes encore plus, et les « militants associatifs » devraient s’imposer de s’appliquer leurs « remèdes » à eux même 20 ans durant avant même d’envisager de l’ouvrir.

        • oui et ce sont deux complexités, complexité des individus face à une complexité des « comportements ».

          Il n’y a rien d’évident à penser que on puisse donner quelque « indication » qui puisse se prétendre universelle.

      • Je ne dis pas que ce soit le cas, mais simplement qu’il s’agit d’une perception largement partagée. Elle influe donc sur la perception de toute information reçue sur ce thème. Là dessus les individus rationalisent. Ils se disent que nos anciens ne vivaient pas aussi vieux, mais il y avait l’impact démographique des guerres, des décès infantiles, des conditions de travail dans certains métiers comme les mines etc. Une petite couche de mémoire sélective sur le potager et on a une « réalité » qui se superpose aux informations reçues.

  • « La piètre compétence, ou le biais idéologique, des journalistes réalisant ce reportage sont… surprenants. »

    Surprenant? Vraiment? la compétence déplorable et le fait que les médias en générale sont des repaires de gauchistes/écologistes prêt à tous les mensonges pour promouvoir leur propagande n’ont rien de surprenant, c’est leur mode normal de fonctionnement. Il suffit d’écouter une seule journée France inter par exemple pour comprendre que dispenser leur idéologie est leur seul objectif. la vérité, la réalité se doivent d’être plié dans le bon sens afin d’y parvenir.

    • Vous avez entièrement raison je vous soutiens:

      Ce que vous dites est clair implique que ceux qui sont pour l’irradiation ( l’ionisation / pasteurisation à froid évitons de faire peur au grand public) , ce qui me semble être votre cas ,
      sont donc de droite et capitalistes et qui cachent la vérité ( preuve en est car 120 contrôles/ans sur l’irradiation en France comparés au 4600/ an en Allemagne et en plus en France sur les 120 contrôles il y a eu des fraudes) et qu’aucune des 7 usine de ionisations n’ont ouverts leurs porte aux journalistes ( des choses à se reprocher???)

      • « qu’aucune des 7 usine de ionisations n’ont ouverts leurs porte aux journalistes ( des choses à se reprocher???) »

        Et vous, pourquoi vous cacher derrière un pseudo grotesque, si vous n’avez rien à vous reprocher?

        Donnez vos noms, prénoms, qualité, adresses, lien vers page FB (ou blog perso) avec photo. Invitez des reporters (*) à faire un reportage chez vous. Ils vous poserons plein de question et si vous hésitez une fois ils passeront cette hésitation en boucle à la télé pour montrer à quel point vous êtes malhonnête.

        (*) des reporters qui vous considèrent comme un dangereux personnage, sinon c’est pas marrant

        Alors, rien à cacher?

  • « Vive les aliments ionisés ! » en voilà une conclusion neutre au possible (parlons de biais idéologique en effet..)

    Billet à la pertinence scientifique ridicule, à charge, contre une journaliste et un reportage qui ont au moins le mérite de mettre en lumière une pratique totalement méconnue des consommateurs qui n’ont « malheureusement » pas eu la chance de soutenir une thèse sur le sujet de la ionisation, et qui ont pour habitude de se faire gaver par l’industrie agroalimentaire en disant merci, en attendant le prochain scandale…

    -faire peur- pour faire prendre conscience et pousser les gens à s’informer par eux-mêmes, ou dissimuler l’information pour ne pas -faire peur- aux consommateurs, chacun peut se faire sa propre opinion sur le procédé, ce n’est pas à Michel Gay ‘le grand scientifique de l’Internet qui a lu 1200+ études sur le sujet depuis 1979’ de décider ni pour moi, ni pour vous <3

    • Taison: « chacun peut se faire sa propre opinion sur le procédé »

      C’est vous l’invité du diner ?

      Taison: « ce n’est pas à Michel Gay ‘le grand scientifique de l’Internet qui a lu 1200+ études sur le sujet depuis 1979′ de décider ni pour moi, ni pour vous <3"

      Il ne décide de rien, il vous informe de la littérature scientifique sur le sujet mais vous préférez vous faire votre propre opinion basé sur les discussions de journaleux aussi "informé" que vous.

  • On n’a pas vu la même émission, si la journaliste n’a été capable de donner une explication, sauriez-vous capable d’expliquer l’augmentation des cancers, diabétique et d’obésité ?

    • Vous oubliez l’influence maintenant bien connue du sucre blanc pour le diabète et l’obésité. L’augmentation des cancers peut être « favorisé » par l’allongement de la durée de vie et de sa détection, sans causes sur-ajoutées (ce qui ne veut pas dire que des causes chimiques et radiologiques n’existent pas… elles ont peut-être seulement changées ce qui peut changer les types de cancer). Et les produits « fumés » d’autrefois devaient être lourdement cancérigènes. Comme on ne peut pas comparer à conditions égales, on peut tout supposer sans jamais pouvoir prouver.

    • Votre démarche intellectuelle est fondamentalement biaisée, on peut très bien n’avoir aucune explication phénomène à un moment donner. Savoir admettre que l’on peut ignorer quelque-chose est la base de tout raisonnement rigoureux.

    • Les cancers diagnostiqués et traités augmentent. Les cas de diabète diagnostiqués et traités aussi. Pas massivement, mais bon…
      La variable clé est le taux de cancers tout court, de diabète tout court, et on n’en n’a pas trop idée.

      Un autre élément est que la majorité des cancers se déclenchent après 60 ans. Pour avoir beaucoup de cancers il faut avoir beaucoup de vieux. Donc on pourrait presque dire que le taux de cancer en hausse est la preuve que ces aliments sont bons (ça pousse un poil le bouchon trop loin, mais pas plus que l’argument inverse).

    • L’augmentation de certains cancers s’explique tout simplement
      – par les opérations de dépistage systématique : sein, prostate
      – et par l’augmentation de la recherche de tumeur même si elle n’est pas (encore?) systématique : thyroïde

      On diagnostique et on traite de plus en plus souvent des tumeurs stables et tranquilles qui n’avaient pas besoin d’être traitées. Tout le monde le sait, mais cela reste un tabou!

  • Le but de ces « reportages » sont de détruire la confiance dans l’industrie, dans la société moderne, dans la technologie.
    L’idée est de faire peur : vous allez tous être malade du vilain cancer (ma mère a eu un cancer des os, pourtant elle n’a jamais fait d’excès, ni fumé, ni bu, ni mangé de la malbouffe…).
    Une fois la peur instillée, il est plus facile de vendre le remède du Dr. Doxey : la décroissance heureuse et volontaire !!!

  • Ce document sur l’irradiation ou l’ionisation a au moins le mérite d’exister.
    Si ce n’est pas dangereux pour la santé pouvez vous me répondre à ces questions?

    – Comment se fait il que le les consommateurs ne soient pas informés par ce procédé.?

    – comment se fait-il que l’on pratique moins de contrôle en France que dans d’autres Pays (http://www.alternativesante.fr/manger-sain/aliments-irradies-c-est-de-pire-en-pire)

    Mr Michel Gay vous êtes payé combien pour rassurer les consommateurs?

    comment se fait-il que des souris et rat de laboratoires qui n’ont mangés que des aliments ionisés
    sont morts du cancer du colon ou ont une mortalité précoce :
    http://agentssanssecret.blogspot.fr/2012/01/les-dangers-de-lirradiation-des.html
    http://www.bsbvaldeboutonne.fr/archives/2010/10/18/19366254.html

    • oh oh oh…
      des liens vers des sites militants…perte de temps…

      mais j’adore la formulation
      « comment se fait-il que des souris et rat de laboratoires qui n’ont mangés que des aliments ionisés
      sont morts du cancer du colon ou ont une mortalité précoce »
      ben parce que des rats qui n’ont pas mangé d’aliments ionisés sont morts du cancers su colon et ont eu une mortalité précoce…
      comment dire des choses sans aucune espèce d’intérêt???

      quand aux aliments irradiés…tous les aliments sont irradiés…

      mieux vaut s’en tenir à une formulation standard que de chercher à faire peur par l’usage de mots qui font peur…

      sans préjuger d’ailleurs de la véracité des dires sur le fond.

      que la vie est douce…pouvoir être vu comme un chevalier blanc en soupçonnant…

      soyez militants écologistes si vous voulez mais d’il vous plait..dirigez les gens vers des info pertinentes..déjà que les articles scientifiques sont souvent pas très tranchants alors des articles écolo merci….

      • « quand aux aliments irradiés…tous les aliments sont irradiés… »

        Bientôt plus. J’ai justement construit une boite avec des cloisons de 40cm d’épaisseur en plomb. Je cherche encore une forme de vie comestible qui n’a ni besoin de lumière ni de quelque chose qui a besoin de lumière pour survivre, je penchais sur le Riftia pachyptila:

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Riftia_pachyptila

    • et comment se fait il que les consommateurs ne soient pas informés du procédé? ben ils le sont non?
      et ça change quoi sur le fond?
      comment se fait il que les contrôles soient moins nombreux aux pays bas?

      monsieur gay payé pour rassurer les gens, je pense rien..mais gay pourrait répondre , il est pro nucléaire et tiens sans doute à dé-diaboliser tout ce qui a trait au nucleaire…

      donc…enfumage…

      Je vous le dis tout net…vous êtes pénible… quelle perte de temps…

      chacun sont truc..vous voulez militer , passer pour un gentil fort bien… essayez donc de chercher la vérité et de relativiser..

    • Et les animaux nourris avec des trucs qui n’ont jamais été exposés au soleil (de la poussière et des bactéries extrémophiles sorties de grottes profondes, donc) ils n’ont pas eu une mortalité précoce ? Ils n’ont même pas eu le temps de développer de cancers, tant ils sont morts vites, oui.

    • Le physicien Marc Henry a réalisé par RMN (Résonance Magnétique Nucléaire) pour le compte du CIRDAV à Paris, des expériences où l’on constate que, dans de l’eau passée au four micro-ondes, l’angle de la liaison hydrogène H-O-H était perturbée de 30 % environ. On obtient une eau bio-incompatible. Par exemple, de l’eau chauffée aux micro-ondes à 2 450 MHz est déstructurée. Refroidie, elle inhibe la germination des graines et devient toxique pour la survie d’organismes aquatiques. Il est très facile de réaliser soi-même une expérience avec des fleurs coupées. Il suffit de faire deux bouquets identiques et de placer l’un dans de l’eau normale du robinet et l’autre dans de l’eau bouillie au micro-ondes puis refroidie. On pourra noter que le second bouquet se flétrit rapidement pendant que l’autre perdure. Par ailleurs, on ne sait pas régénérer une telle « nouvelle » eau qui n’a plus rien à voir avec l’eau naturelle, même si la composition chimique est restée la même. Ceux qui ont le palais fin remarquent l’altération du goût de l’eau chauffée au micro-ondes même dans le thé ou les tisanes.

      Qui dit mieux?

      • d’où ça sort ça?

        euh effectivement d’ailleurs la géométrie de la molécule d’eau est modifiée par un champ électromagnétique ad hoc… il y un peu de vrai quoi..

        et effectivement il se peut que de l’eau bouillie au microsonde soit dégazée de façon différente…d’une autre façon…pas impossible qu’un bouquet fane plus ou moins vite…jamais fait l »expérience…

        tout est dans la suggestion ……il se passe des trucs bizarres dans le micro onde….ouh ça fait peur…

        non je rigole, mais , il se peut que l’ionisation pose des problèmes, je dirais même ça doit poser des problèmes, mais la cuisson aussi… ou la conservation par d’autres moyens… faut vraiment vouloir aimer se faire peur…

        • modifiée pendant qu’il y a le champ…

        • « d’où ça sort ça? »

          D’un site cité par Mr « danger danger danger » :
          http://www.alternativesante.fr/manger-sain/le-four-a-micro-ondes-une-arme-domestique
          tout est dans l’URL, mais la photo en illustration est pas mal aussi.

          « euh effectivement d’ailleurs la géométrie de la molécule d’eau est modifiée par un champ électromagnétique ad hoc…  »

          Heu… quel est le champs qui produit cet effet?

          « et effectivement il se peut que de l’eau bouillie au microsonde soit dégazée de façon différente »

          Dans mon four, j’évite de faire bouillir des trucs ou de lyophiliser les aliments.

          • une molécule d’eau est déjà dipolaire..il suffit d’appliquer un champ électrique.. m^me avec une approche « classique » ..
            mais ça ne le modifie que durant qu’on applique le champ…
            on va traiter ça avec la théorie des perturbations en général, sur les états propres de la molécule…
            avec un champ magnétique on peut modifier les niveau d’energie des molécules ou des atomes…
            ce qui à une modification de la structure géométrique pour peut qu’on la définisse..disons distance moyenne angle moyen..
            et en plus tous les système d’imagerie repose sur une interaction avec tel ou tel « objet » molécule », ou objet possédant une caractéristique avec la quelle on peut interagir tel un moment magnétique..

            pendant qu’on applique le champ!!!
            il faut manger dans l’irm quoi…absurde..

            Il n’y a rien d’exceptionnel…. la citation est vicieuse car on saisit en la lisant on a l’impression d’un truc nouveau ou mystérieux qu’on nous cache..

            et oui si on chauffe de l’eau au microonde ( qui n’est pas juste des molécules d’eau mais contient des gaz dissous aussi par exemple) ça ne conduit pas au m^me résultat que si on la chauffe sur une plaque électrique, ou si on la chauffe en plaçant le moyen de chauffage au dessus…

            mais ça n’a rien de mystérieux…

      • Je ne sais point que penser… sinon… « excréments de taureau ! »
        Un de mes potes qui bossait à l’institut Laue-Langevin à participé à une étude de l’impact de toutes les radiation imaginables et qu’on pouvait obtenir à Grenoble (entre le synchrotron et les réacteurs expérimentaux du CEA, ça chiffre) sur des aliments et des substances biologiques en général. Résultat ? Nada ! Zilch ! Que dalle ! Les conclusions : légendes urbaines toussa…

        D’ailleurs j’encourage tous les « anti-radiations » à tenter pour de vrai l’expérience du bouquet de fleurs. Ca pourrait même les éveiller à la science. Prenez en un gros, séparez le en deux en tirant les fleurs aléatoirement, mettez vos deux bouquets dans deux pots identiques, placés cote à cote. Et mettez dans l’un de l’eau standard, dans l’autre la même eau qui vous passez au micro-onde (en la laissant bien refroidir. Idéalement vérifiez que la température est la même au moment où vous mettez vos fleurs). Ne la faite pas bouillir, l’évaporation peut changer la concentration en minéraux par volume (ce qui prouve que votre « physicien » est un charlatan ou un militant). Chauffez la juste (bon, même si vous la faite bouillir, ça ne devrait rien changer, m’enfin, on est scientifiques, que diantre, alors on contrôle.) Continuez à bien réfléchir pour mettre au point l’expérience la plus exacte possible, dans laquelle la seule possibilité d’impact relève de l’angle de la liaison hydrogène-oxygène dans l’eau modifiée ou pas par le rayonnement.

        Rien n’arrivera de bien différent entre les deux bouquets (surtout si vous répétez l’expérience quelques centaines de fois, histoire d’avoir quelque chose de significatif).

        Ça a même été « testé » par mythbusters si je ne m’abuse…

        • mais c’est tout l’avantage d’évoquer des « effets » , ou il y a des effets des recombinaisons chimiques …des bris de liaison chimique…

          mais c’est vrai en chauffant…ou en laissant la bidoche au soleil un moment…les uv joue un petit rôle de stérilisation …

          mais évidemment…en pratique on voit ..rien…

          il y a des gens qui vivent dans une état de trouille qui laisse pantois…

          On a des gens qui refusent tout « produit chimique « ..plus exactement qui sortent cet argument pour refuser tout aliment passé dans les mains de l’odieux agrobusines…

          On peut se demander alors quelle est la définition d’un produit chimique..je vois que c’est un produit dont on connait avec une bonne précision la composition chimique!!! et on a les autres…qui peuvent être bien sur « contaminés par des produits chimiques »..

          le sel de table, oui..le chlorure de sodium non,,c’est dangereux…
          le sel contaminé par des traces de chlorure de sodium industriel de synthèse oh c’est vilain..

          • oh! et comme effet néfaste possible on peut évoquer ..l’efficacité …et l’affaiblissement de l’éducation du système immunitaire…on en est là…

            depuis pasteur et l’époque mourraient en mangeant des aliments contaminés par des bactéries, on a fait tellement de progrès que la qualité sanitaire des produits devient un problème….

    • Mr danger danger danger, c’est votre source qui le dit :

      Vous mangez des aliments irradiés sans le savoir

      Roland Desbordes, scientifique à la Criirad (1), reconnaît qu’« en proportion, les aliments ionisés ne représentent pas plus de 1 % de ceux vendus en supermarché »,

      Avec 1 % d’aliments irradiés, il me semble qu’on est très loin de risquer la carence en vitamines! (Le jour où la plupart des fruits sont irradiés on en reparlera peut-être.)

      Contrairement aux chatons (australiens et néanmoins mignons) consommant 100 % de croquettes bio à 50 kGy. Quelle idée aussi, ces croquettes bio (enfin, « organic ») importées…

  • The authors note that on page 6836, right column, first
    paragraph, the fourth line appears incorrectly in part. The dose
    amount ‘‘25.0 and 50.0 Gy’’ should instead appear as ‘‘25–50
    kGy.’’ This error does not affect the conclusions of the article.
    http://www.pnas.org/cgi/doi/10.1073/pnas.0906582106

    Un facteur 1000 sur la dose… et aucun relecteur n’a repéré l’erreur.

    Qu’est-ce que ça nous dit sur la qualité et l’efficacité de la revue par les paires? 😀

  • Ce que je vois c’est que comme par hasard les produits ionisés sont:
    des produits importés , viande bovine, viande porcine, volaille, pomme de terre, oignons , ail.
    en clair l’irradiation ou ionisation ca touche tout ce qui est en rapport avec l’agriculture ou l’élevage
    intensif. Est ce une question sanitaire? peut-être. Mais avant tout économique.

    Ce n’est pas des scientifiques des faire la pluie et le beau temps, à décider pour le consommateur ce qui est bon pour lui. Si vous mangez des produits ‘ionisé’ c’est votre choix (et je suis quasiment sûr que vous n’en consommez pas) mais laissez les consommateurs faire leurs choix . Hors là il n’y à pas possibilités de faire un choix étant donné qu’il n’y a que très peu d’étiquetages , très peu de contrôles .
    Dans les produits bio importés la ionisation est interdite mais est ce qu’il y a des contrôles: non.
    Si je veux acheter mon poisson au poissonnier ou ma viande au boucher du coin suis je suis sûr de ne pas manger ionisé : non.
    Peu importe que vous soyez pour ionisation mais ce qui est important c’est d’avoir le choix de manger ou non ionisé. Nos ancêtres mangeaient bien des produits non ionisés , sont ils tombés plus souvent malades à cause des aliments? Tout ceci prouve que la ionisation a rapport avec la culture intensive/élevage intensif.

    • certes, alors pas la peine de s’inventer des peurs…ou de raconter n’importe quoi…et dans les liens que vous donnez il y a du n’importe quoi plus exactement de l’enfumage…

      et oui nos ancêtres tombait souvent malades à causes des aliments, et je vous conseille d’aller faire un tour dans des pays du tiers monde …

    • Bien sûr que ce n’est pas aux scientifiques de faire la loi. D’ailleurs dans ce domaine ça n’est à personne de la faire, il ne doit pas y avoir de loi. Autre débat, mais…
      Par contre, c’est encore moins aux non-scientifiques de la faire.

      En gros, laissons les gens choisir librement (et faire l’effort de s’informer si ça les intéresse, donc pas non plus de loi pour obliger l’affichage… si le marché le demande, les producteurs le feront, sinon, non). N’imposons rien.

      Par contre détrompez vous, nous mangeons « ionisé », vous aussi et c’est obligé. Si vous aviez suivi, la plus grosse source de rayonnement ionisant connue c’est… le soleil. Tous les aliments que vous mangez (hormis peut-être les champignons de Paris et certains poissons des grands fonds) ont été intensément exposés à cela durant très longtemps. Après, on pourrait parler des produits bio pas ionisés (en plus, donc, de l’ionisation de départ) et des taux d’intoxication alimentaire beaucoup plus élevés. On pourrait parler des différentes méthodes de conservation et de leurs risques respectifs… mais ce n’est pas le fond du problème.

      Le fond du problème c’est que vous ne voulez pas que quelqu’un ne pensant pas comme vous vous impose sa façon de faire (et vous avez raison, là dessus) mais qu’en réaction VOUS voulez IMPOSER aux AUTRES votre façon de voir.

      Et là, c’est très gênant. Parce que ça montre que :
      – 1° vous êtes incohérent.
      – 2° vous avez des tendance dictatoriales et
      – 3° vous faites preuve d’une grande malhonnêteté intellectuelle,
      parce que personne nulle part n’a voulu IMPOSER (par la contrainte, donc) la conservation par ionisation : la preuve vous pouvez créer votre boite de vente d’aliments bio sans ionisation, personne ne vous en empêchera.

  • La preuve en est qu’il n’y a pas, peu de contrôles:

    au supermarché , dans le rayon fruits exotiques, les mangues , papyes, fruits de la passion , mangoustan ….
    ont ils le logo de produits ionisés? NON
    l’ail et les oignons que j’ai acheté dans un grand magasin dont je tairais le nom n’ont pas germés .
    5 mois qu’ils sont chez moi pas un germe. Oups produits Français pourtant origine France et pas d’étiquetage de ionisation.

    • et?

      on suit mal la logique..
      ou bien alors détailler pour tout le produit leur vécu..de la germination à la vente..bactéries qu’ils ont rencontré etc…

      ceci dit vous avez raison d’exiger que les produits ionisés soient identifiés…
      Mais arrêtez donc de diffamer.

      • « alors détailler pour tout le produit leur vécu..de la germination à la vente »

        tout ça sur chaque étiquette?

    • Si vraiment vous et d’autres clients ne pouvez pas supporter d’avoir des aliments ionisés, c’est votre problème. Demandez aux entreprises concernées. Allez expliquer à Carrefour ou autre que tant que vous ne savez pas vous n’achèterez plus chez eux. Et si vous n’êtes pas le seul, ça aura de l’impact et ils exigeront des étiquetage des producteurs. Sinon, tant pis pour vous, vous vous approvisionnerez chez votre petit maraîcher local en qui vous avez toute confiance. Ou pas.

      Pas la peine de raconter des mensonges, de monter des groupes de pression et d’essayer d’obtenir par une loi que la majorité (qui n’en n’a rien au cirer, bien au contraire) finance vos lubies et limite la liberté d’entreprendre pour vous et votre coterie.

      • Ce n’est pas une « poignée de consommateurs » qui pourront faire changer les choses surtout face aux grandes enseignes et vous le savez très bien en ce qui concerne l’étiquetage. Les seuls qui peuvent faire en sorte que tout soit étiqueté c’est la communauté Européenne qui doit prendre des mesures et mettre car c’est dans leurs textes à propos de l’ionisation (tout produit ionisé doit être étiqueté) . Mais tout ce petit monde s’en fout et je suis sur contrairement à vous que la majorité des consommateurs n’ en auraient pas rien à cirer si justement ils seraient plus au courant et justement tout est fait pour que l’information n’apparaisse pas.

        • Non.
          La communauté européenne ce n’est que « la loi » qu’on contourner facilement (parce qu’on la fait avec le législateur quand on est un gros groupe, en fait). Le marché, les clients, ça c’est le chef ultime de toute entreprise. Celui dont on se dit qu’on peut tromper une fois plein de gens, ou plein de fois quelques gugusses, mais jamais plein de gens plein de fois.

          Recourir au pouvoir coercitif de la loi dans ce genre d’affaires c’est 1° reconnaitre qu’on est minoritaire et qu’on a tort (sinon pas besoin de ça, ça se fait « tout seul ») et 2° Avouer ses tendances dictatoriales et violentes (imposer à tous, par la violence, un truc qu’on n’est qu’une « minorité avancée » à soutenir c’est exactement ça). Malheureusement beaucoup de gens se laissent berner et s’imaginent que ce sont des « robins des bois » luttant contres les gros tous puissants. Alors que ces même soutiens sont les dindons de la farce !

        • je devrais dire plutôt injustement tout est fait pour que l’information n’apparaisse pas. Bref
          Bonne fin de journée quand même. De toute façon nos opinions sont différentes sur ce sujet
          mais c’est important de pouvoir en débattre.
          A chacun de peser le pour et le contre mais l’information est importante afin de se faire cette opinion.

          • Je ne suis pas pour les violences,pas pour imposer quelque chose ni pour la dictature. Je ne suis même pas pour les écologies les verts car ce n’est pas de la vraie écologie. Et la il n’y a pas de robin des bois qui tiennent.
            Tout individus a le droit de se faire ses propres opinion et ses opinions passent d’ abord par l’information et non pas un forcing imposé sur un marché car là oui on pourrait parler de ‘dictature’ commerciale.
            qu’il y ait dan les rayons des produits bio, des produits ionises, des produits avec ogm, des produits avec ou sans gluten, peu importe mais que tout soit inscrit sur l’emballage . C’est au consommateur de decider, et j’en fait partit on n’a pas à m’obliger à partir voir un maraicher bio qui se trouve à 50 km de chez moi.
            C’est en tant que consommateur que je parle point .

            • non pas tout voyons…

              c’est comme le choix des groupes dans les statistiques sociologiques… on choisit des groupes qui APPARAISSENT pertinents…et forcement à la fin , ils montrent une forme ou une autre de pertinence.

              placez vous du coté du législateur…
              que doit on imposer sur l »étiquetage?
              la composition et les qualités nutritionnelles..
              un risque potentiel de santé…

              Vous voyez donc l’origine de la polémique, pour les écolo,arriver à mettre un truc sur une étiquette revient à suggérer que c’est bon ou pas pour la santé ou plus nutritif…

              vous avez alors des produits souvent industriels contrôles et agonis et des produits « faits maison » qui peuvent être bourrés de bactéries ou contaminés aux métaux lourds..c’est absurde…

              mon frère fait du miel…et sur la boite il écrit …récolté par michel… amen… on remplace des contrôles de qualité par la confiance dans la « gentillesse » du producteur… avec des paradoxes évidents..

              les abeilles ont agressées par des produits chimiques méchants…mais produisent un miel pur aux vertus universelle…

              parfois il y a la photo du producteur…
              et les gens ont peur..alors que nos aliments sont sûrs..

              sinon…allons y mettons TOUT sur les étiquettes..pomme ramassé par Gabriel..qui a une hépatite..ou une gastro…

              • ah oui..et donc ..compte tenu que l’ionisation n’est pas un risque avéré…aucune obligation de l’écrire; ça peut néanmoins constituer un avantage commercial…c’est le fabriquant qui a intérêt à mettre non ionisé sur le paquet…

                hem…les graines germées…. 30 morts…

                près de 1000 personnes atteintes..

          • Pourquoi l’information sur l’ionisation est spécialement pertinente par rapport à tout autre traitement antiparasites antibiotique etc.?

  • De plus en plus de scandales alimentaires, qui peuvent s’expliquer par la soif insatiable d’argent qu’ont les industriels, agriculteurs, éleveurs, et autres qui vont à l’encontre de nos intérêts, nous consommateurs.

    Notre santé est un bien inestimable, alors lorsque je vois ce type de reportage, j’adhère à 100% surtout lorsqu’il y a des preuves, comme ces chats qui présentent de graves problèmes.

    Je trouve que ces journalistes sont très courageux de dénoncer tous ces abus car nous ne serions pas informés.

    En revanche, ce qui me fait sourire c’est que lorsque quelqu’un ose dénoncer ces abus, des personnes surenchèrent juste après pour démontrer que c’est faux. Alors se pose la question, pourquoi ?

    • Et votre soif inextinguible d’argent ? Et de pouvoir ? Et celle des journalistes près à tous les mensonges et les manipulations pour se faire un nom ? Et celles des politiques ?

      Je trouve bien courageux ces gens qui, armés d’un simple doctorat en physique (ou biologie, ou autres) dénoncent au péril de de leurs carrières ces menteurs, manipulateurs et marchands de peurs… qui en plus ne connaissent rien à rien sinon leur idéologie !

      Dommage que des moutons, victimes d’un forme de syndrome de Stockholm viennent défendre les manipulators ignares, ils devraient plutôt demander leur peau : ces « combats » successifs nous coûtent très cher et n’amènent jamais rien.

      • Personnellement mon ambition n’est absolument pas basé sur une ambition démesurée et une soif de pouvoir et d’argent contrairement à bien d’autres personnes mais cela m’est personnel.
        Mon objectif est de vivre bien et en bonne santé pour éviter ainsi de donner le peu d’argent que je possède à des médecins ou des hôpitaux. A noter que je n’ai pas consulté de médecin depuis 1 an.

        Je préfère faire vivre des petits agriculteurs locaux que des grandes chaînes de distribution que je dédaigne depuis plusieurs mois.

        Vous attendez des faits, moi qui était adepte de la malbouffe durant plusieurs années c’est en regardant ce type de reportages que je me suis tournée vers le bio, et que j’ai fait davantage attention à ce que je mangeais.
        Ayant travaillé dans un hôpital je peux vous témoigner que de plus en plus de personnes sont atteintes de maladies chroniques (parkinson, alzheimer, etc..), de cancers, diabète suivi d’amputations, et j’en passe.
        Je ne défend pas tous les journalistes qui ne sont pas tous saints.

        Vous oubliez les scandales des laboratoires pharmaceutiques qui ont fait plusieurs morts, car ils préfèrent « acheter » des médecins, plutôt que payer des personnes pour effectuer des tests avant de lancer leurs saloperies sur le marché.

        Vous avez vos idées, j’ai les miennes. Après tout ce forum est ouvert à tous, y compris aux non scientifiques…

        • Le fond du problème c’est que vous assignez à d’autres des idées sur la base de quoi ? Des suscpicions qui vous sont personnelles, des rumeurs, des…
          Le sens de mon intervention c’est que les motifs des gens ne vous sont pas connus, et je suis prêt à parier que l’immense majorité des gens que vous traitez de rapaces âpres au gain vivent au jour le jour en cherchant juste à faire au mieux leur travail.

          Et vous oubliez une petite chose, l’effet macro. Ahhhh tel scandale, tel médicament à fait 5 morts, 50 morts, 500 morts ?? Et les 25000 personnes dont il a sauvé la vie, elles ne comptent pas ?

          Mais vous avez le droit à vos idées, bien sûr, ici c’est un forum libéral il ne manquerait plus qu’on vous empêche de croire et de faire ce que vous voulez ! Par contre, petit caveat, d’un point de vue statistique en passant du Mac Do au Bio vous raccourcissez votre espérance de vie significativement… Le Bio est un désastre sanitaire.

        • Parkinson possible, Alzheimer pas certain, diabète assurément oui mais..comportement cancer..oui mais pour beaucoup comportemental… et on peut faire des progrès avec l’exposition professionnelle…

          vous auriez pu parler des maladies respiratoires, de l’allergie de l’asthme, voire de la diminution de la fertilité… plus intéressant que le cancer…
          faut pas pousser les maladies que vous citez sont des maladies..de vieux…et donc…faut donc devenir vieux, celles que j’ai citées touchent les jeunes..insistez sur celle ci si vous voulez faire peur.

          On a pas attendu les écolos pour se poser des questions, mais la façon d’aborder les problèmes des écolos et des journalistes ets dévastatrice pour la recherche de la vérité… et ça énerve..

          mais pour faire simple regardez donc la longévité dans les pays les pires du point de vue « écolo »..curieux non.

          ce qu’on appelle le progrès est encore un progrès…le turning point ne semble pas encore être arrivé.

          Entre la perception du monde et le monde réel…il y a un monde…

          il y a mille façons de se faire peur nous sommes exposés à des tas de trucs « potentiellement voir assurément dangereux.. ou vous avez peur ou vous regardez ceux qui sont plus exposés que vous..
          regardez les cancers chez les agriculteurs par exemple..il y a des stats la dessus..

          • Vous êtes sûr pour l’asthme ? Quand j’étais gamin dans chacune de mes classes il y avait toujours deux ou trois asthmatiques qui ne pouvaient rien faire sans leur pshitt gorge/nez. J’ai l’impression que ce n’est plus le cas aujourd’hui.
            Mais peut-être est-ce simplement que la prévalence augmente mais l’efficacité et la praticité des traitements encore plus ?

          • des maladies de vieux!!! là je ne suis absolument pas d’accord avec vous, car l’on voit de plus en plus d’enfants être touchés par le cancer « témoignage de quelqu’un atteinte par 3 cancers et qui fréquente hélas les salles d’attente ». Et oui Monsieur des enfants, de 8, ou 10 ans. Quant à Alzheimer, j’ai côtoyé des personnes de 40/50 voire 30 ans qui en étaient atteintes ! A quel âge est-on vieux pour vous ?
            Concernant les agriculteurs, cela m’a fait sourire, car ils sont exposés davantage que nous aux pesticides qu’ils épandent sur leurs végétaux, et qu’ils nous font manger par la suite.

            • Sur ce je vous laisse mesdames ou messieurs, à vos argumentations, car je constate que ma place n’est absolument pas ici.

              Je préfère débattre de ces sujets avec des personnes sensibles, écolos, bios etc..
              Bonne soirée.

              • C’est sûr, débattez de tous les sujets que vous voulez avec des gens qui pensent (c’est vite dit, penser… ) comme vous, ça fait avancer les choses.

                D’autant plus si ni eux ni vous n’avez la moindre connaissance réelle de ce dont vous parlez.

                Ça doit être assez comique vos « débats » !! :mrgreen:

            • Vous savez ce que sont les statistiques ? L’épidémiologie ? Non, visiblement.

              Des enfants de 8 ans, voire moins, sont morts de cancers à toutes époques… Mais le cancer est une maladie de vieux. Réfléchissez à cette phrase avec votre cerveau pas vos émotions, et ça ira bien mieux pour comprendre !

            • je me suis peut être mal exprimé…mais je veux dire le cancer est une maladie qui prend son temps de façon générale, un simple fumeur mettra des décennies à développer son cancer, l’exposition est pourtant massive…
              pareil pour les ouvriers exposés au risque professionnel..ça prend des années…
              aussi si je puis me permettre le cancer est sans doute un mauvais angle d’attaque trop long trop difficile sauf expositions massives.
              Même si notre environnement « chimique » disons moderne cause des cancers..ça va être un beau bazar pour trouver qui quoi combien?

              Arrêtez d’être certain… on ne sait pas grand chose, pas parce qu’on est méchant, c’est que les risques sont si il existe probablement faibles, et difficile en conséquence à mettre en évidence surtout via l’épistémologie .
              Et encore une fois la preuve faite la cause trouvée est quantifiée vient la question ..le jeu en vaut il la chandelle… et si en plus l’interdiction ne vous jette pas de charybde en scylla.
              Pas simple…un écolo sait tout depuis le départ… plus exactement il a choisi ses diables…m^me si ce sont en fait des diablotins et que pendant qu’il les combat il ignore le bon gros diable….pourvu qu’il soit sans chimie…

              vous buvez de l’alcool, mangez pour vous faire plaisir, prenez votre automobile… pourtant il y a des risque

              • D’autant que fondamentalement le cancer (pour ce qu’on en comprend) c’est la saturation du mécanisme de correction d’erreur qui gère la multiplication cellulaire. Par définition, c’est après un nombre certain de multiplication que les chances que ça déconne deviennent significative. « Nombre certain » étant défini par le potentiel génétique de l’individu et l’environnement, qui peut accroitre le nombre de mutation désordonnées (genre fumer en se baignant dans des bitumes au cobalt, ou dans une piscine de centrale nucléaire… ).

                Bref, c’est quand même plutôt (toutes choses égales par ailleurs) chez les plus de 60 ans que chez les autres. Et magique, c’est le cas statistiquement. Donc pas la peine de vous excuser, c’est bien « une maladie de vieux » (même si, de nos jours c’est maladroit, voire gérontophobe, de traiter de « vieux » des gens d’à peine 65 ans !).

                • oui…je pense un peu comme ça..mais on peut imaginer des affaiblissements du mécanisme de correction..je n’y connais rien mais si il s’avérait que le téléphone provoque des cancers, on peut imaginer que la chaleur foute le bordel dans la chimie et le fonctionnement des enzymes etc…

                  pas simple… sauf pour les écolos.

        • Définissez « malbouffe ».

    • Mais l’histoire des chats prouve quoi au juste?

    • Peux être parce que justement…c’est faux?

  • Je pense à un truc : je n’ai pas vu de dosimètres dans l’usine où les aliments sont irradiés…

  • 3% des aliments vous dites que c’est peu?

    Arrêtez de jouer avec les chiffres : les consommateurs ne mangent pas à longueur d’année les 97% restants par contre tout ce qui est ionise (ces fameux 3%) on trouve :

    la viande, les cereales, les crustaces, les poissons , l’ail , oignons , bref tout ce que l’on consomme le plus.
    Donc en clair arretez de prendre les gens pour des imbéciles.

  • En voyant ce reportage, j’ai bien sentie au ton employé et à la musique de suspens en fond sonore que le débat était orienté… Au delà ce ça, j’ai surtout était surprise d’apprendre cette pratique apparemment courante et ce manque de transparence vis à vis des autorités… Simple consommatrice, je me méfie des lobbying et de nos jours, nous savons que les industriels se permettent plein de choses assez limite pour engranger de l’argent alors qui croire?

  • a voir : https://www.youtube.com/watch?v=LVAk6SIh47Y

    Voila pourquoi on ionise .

    faites passer le message!!!!

  • A tout ceux qui mangent Mc do , KFC , du steak surgelé , ou de la viande de supermarché je vous souhaite
    bon appétit

  • Et en France c’est comme aux Etats Unis voir même pire :

  • @Michel Gay :

    (ironie) Bien sur, l’irradiation des aliments est une coutume millénaire, on connait donc très bien ses bénéfiques effets….

    Bref, quand vos enfants ou petits enfants périront d’un cancer, saurez vous etre aussi cartésien sur les preuves à apporter que l’utilisation d’uranium pour des aliments?

    Vos dernières lignes prouvent à elles seules votre mauvaise foi….. Pourquoi vanter les bien-faits de l’ionisation (terme joliment utilisé pour définir l’irradiation) sans avoir de réelles preuves scientifique ?

    A bon entendeur, longue vie à ta feuille de choux (ionisée???) 🙂

    • Ben oui…
      Le soleil… toussa…
      C’est fou comme les obscurantistes adorent se cacher derrière des menaces de punition divine, dans très longtemps.

    • senor…le salage, le fumage est cause de cancers…ça on sait…sans parler des autres effets du salage…
      la conservation dans du vinaigre est elle désormais probablement ou possiblement cancérogène…

      par contre pour la surgélation ou l’ionisation, on a des gens qui ont peur…parce que…

      que dire…vive les bons cancers de dans le temps…

      il n’y a pas de preuve des effets néfastes de l’ionisation ..tandis qu’il il y en a pour les autres… vous avez peur ..certes…

      sommes nous des cobayes???
      oui ..toujours..
      a chaque fois qu’on essaye un truc..on est un cobaye, en fait il n’y a pa d’autres façons de savoir que d’essayer…

      bon maintenant quel est le risque sanitaire premier avec les aliments ( comestibles)? c’est leur contamination par des bactéries..oui l’ionisation est a priori un bienfait en ce sens…

      je serais curieux de connaitre votre mode de vie…

      • « il n’y a pas de preuve des effets néfastes de l’ionisation »

        Et pourquoi il n’y a pas de preuves? Est-ce qu’on a suffisamment recherché ces preuves?

        C’est de ça qu’il faudrait discuter!

    • « l’utilisation d’uranium pour des aliments? »

      Ben voyons, vous en avez beaucoup d’autres en magasin des blagues de ce calibre?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La chute aussi fracassante que frauduleuse de la start-up médicale américaine Theranos et de sa dirigeante-fondatrice Elisabeth Holmes, 38 ans, qui vient d’être condamnée à 11 ans de prison, pourrait facilement accréditer la thèse de la « myopie du marché » chère aux planistes et aux partisans de l’État stratège.

Que dit la thèse en question ?

Qu’une transaction entre un acheteur et un vendeur, réalisée à un moment donné, à un prix donné, pour un produit donné, s’efface des mémoires dès sa conclusion et se révèle en conséquence ... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

 

Alors que le gouvernement envisage de prolonger certaines dispositions liées à l’état d’urgence sanitaire, une enquête réalisée du 22 au 23 juin par BVA révèle qu’un Français sur deux aurait mal vécu les deux années de crise covid, et critiquerait la gestion politique qui en aurait été faite.

Toujours selon ce sondage BVA, trois quarts des Français interrogés (77 %) estiment que les mesures sanitaires ont été trop lourdes à l’endroit des jeunes, et 53 % pensent que la réduction des... Poursuivre la lecture

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles