Cour des comptes 2015 : un rapport pour quoi faire ?

Comme chaque année, le rapport de la cour des comptes détaille les insuffisances de nos dirigeants. Comme chaque année, ses recommandations ne seront pas écoutées…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cour des comptes 2015 : un rapport pour quoi faire ?

Publié le 11 février 2015
- A +

Par Nicolas Nilsen.

Nilsen1 tous droits réservés

Tous les ans c’est le même rituel : il y a le Goncourt, les vœux du Président, le Beaujolais nouveau et le rapport annuel de la Cour des Comptes. Et tous les ans c’est pareil : les politiques vont aussitôt le ranger dans un placard, les médias vont en parler cinq minutes et hop, on passera vite à autre chose. Depuis des décennies c’est comme ça : on fait des discours, on rédige des rapports, on formule des vœux, on fixe des objectifs, on installe des commissions mais on ne réforme surtout jamais rien. Et c’est la raison pour laquelle la France est en train de mourir et qu’elle est en soins palliatifs. Mais chut, surtout ne la secouons pas : qu’elle s’en aille en paix…. R.I.P…

Le rapport annuel de la Cour des Comptes c’est un gros morceau. Celui de 2015 fait près de 600 pages qui devraient empêcher les politiques de dormir. Si c’était un réquisitoire dans une Cour d’assise, le Premier ministre et les membres du Gouvernement seraient condamnés à mort : pour crimes aggravés avec récidive, non assistance à pays en danger et sans circonstances atténuantes car les mises en garde avaient été faites annuellement. Par la Cour des Comptes précisément.

J’en ai tellement par-dessus la tête des politiciens et de leurs simagrées que je ne vais pas vous détailler ici les 571 pages du rapport. Ça ne servirait à rien car tout le monde s’en moque : on y a droit tous les ans et rien ne change jamais. C’est juste une formalité républicaine et de la routine politicienne transformée en écran de fumée. Alors à quoi bon user encore de la salive cette année ? Non, je vais juste faire une chose très simple : vous recopier le sommaire détaillé du rapport pour 2015. Les formules utilisées par la Cour parlent d’elles-mêmes.
Ah qu’en termes galants ces choses-là sont dites…

Je ne sais pas si vous pratiquez le langage diplomatique des comptables de la rue Cambon, mais quand la Cour vous dit par exemple qu’une économie est « peu documentée », en gros ça veut dire que c’est du pipeau, presque de la farce. Quand elle dit que la réalisation d’un objectif est incertaine, ça veut dire qu’il est inatteignable et que le gouvernement vous ment et va nous planter. Quand la Cour dit qu’une correction a été décidée dans l’urgence ça veut dire tout simplement que les ministres sont des incapables et qu’ils n’ont rien vu venir. Quand les comptables de la Cour disent que le programme d’économies est insuffisamment étayé ça veut dire qu’il a été rédigé par des amateurs. Quand ils disent que le mode de calcul de la croissance des dépenses est insuffisamment documenté ça veut dire que ça a été fait au pif, sur un coin de table. Quand la Cour dit qu’il y a une cohérence à retrouver, ça veut simplement dire que c’est totalement incohérent. Quand elle dit que la construction est inaboutie, ça veut dire que c’est ni fait ni à faire. Quand elle dit qu’il faut sortir de l’indécision ça veut dire qu’on en plein amateurisme et qu’il y a le feu au lac… etc., etc.

Encore une fois, les gens de la Cour sont tous des énarques habitués aux formules alambiquées destinées à arrondir les angles au maximum. Ils ne sont pas du genre à vous balancer des roses avec des épines qui pourraient offenser ou blesser le Chef de l’État. Oh non, non, non, ils expriment tout cela en termes très choisis, avec des formules choisies, après avoir pris la peine d’enlever une à une toutes les épines ! Ils ont été formés au « belle marquise vos beaux yeux me font… »
Cette année, pas un seul titre qui ne soit pas négatif

Regardez par vous-mêmes :

nilsen2 tous droits réservés
• Pour 2014, ça commence évidemment fort et la Cour n’y va pas avec le dos de la cuiller : le déficit ne se réduit plus, les prévisions sont optimistes (sous-entendu : volontairement exagérées et donc mensongères) ; les prévisions ont été révisées tardivement (sous-entendu : on a perdu du temps par manque de discernement). Pire encore le déficit augmente en France alors qu’il diminue en Europe (et vlan). Quant à la révision des prévisions, elle a été tardive (sous-entendu, là encore on a perdu un temps précieux).

• Pour 2015, ce n’est pas mieux. Non seulement l’objectif de réduction du déficit a été limité (sous-entendu il n’a pas été assez ambitieux) mais la réalisation est incertaine (sous-entendu on ne l’atteindra pas).
Les prévisions de recette ont du être révisées à la baisse (sous entendu les rentrées fiscales ont été mal appréciées et ont du être révisées) pendant que dans le même temps l’évolution des dépenses était maintenue en valeur (alors que la faible inflation aurait du conduire à les diminuer)…

Nilsen3 tous droits réservés
Bref, le Gouvernement ne réalisera pas l’objectif promis de réduction de déficit (“réalisation incertaine”) ; les recettes sont fondées sur des hypothèses incertaines (les calculs du gouvernement sont imprécis, hasardeux, douteux et contestables). Et l’objectif de maîtrise des dépenses n’est “pas acquis” (sous entendu : ne sera pas atteint).

Nilsen4 tous droits réservés

.
La Cour nous dit que le programme d’économie est insuffisamment étayé (carrément !). Que le mode de calcul des dépenses est insuffisamment documenté (et vlan) ; que les hypothèses de travail sont très conventionnelles (pas d’imagination, de remise en cause et de courage) ; et que le chiffrage du gouvernement est incertain. Rien que ça. Bref un super travail de professionnels. Et cet amateurisme débouche sur quoi ? Eh bien sur un redressement hypothétique des comptes publics au-delà de 2015. Voilà ce que dit la Cour des Comptes en termes galants : pas de redressement de la France à l’horizon.

Nilsen5 tous droits réservés

Ça c’était pour la première partie du rapport annuel et les finances publiques. La deuxième partie du rapport concerne les politiques publiques. Là aussi ce n’est pas brillant. Je vous laisse juger :

Nilsen6 tous droits réservés
L’eau et l’énergie ? Il y a une cohérence à retrouver (sous entendu : les comptables de la Cour n’ont pas trouvé la cohérence !). Pour l’ouverture à la concurrence, la construction est inaboutie ! C’est embêtant ça une construction inaboutie… Pour les transports ? Il est temps de “sortir de l’indécision” (c’est embêtant un gouvernement indécis). Il y a un “nouvel équilibre à rechercher” (les comptables de la Cour estiment que l’équilibre actuel n’est pas le bon). Pour l’urbanisme et l’aménagement du territoire ? Là aussi, un “redressement” est nécessaire et des choix sont “inévitables” (sous-entendu : il faudra bien un jour arrêter de mettre la poussière sous le tapis et avoir enfin le courage de décider et de faire de vrais choix.

Bon, je vous passe le reste sur l’enseignement supérieur et le sport : un avenir à conforter (il est pour l’instant bouché), une modernisation indispensable (on traîne et on perd du temps), une nouvelle impulsion à donner (il serait temps de se secouer un peu).

Voilà. Vous comprenez pourquoi je pense que ce pays est foutu ?

Sur le web

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • C’est vrai, à quoi sert il, bien que 50% au moins des Français sont corrompus
    (surtout la casse dirigeante) et totalement inculte, il y a l’autre moitié qui n’a
    pas ces défauts, qui a un idéal, laborieux, honnête,… et qui est un rebelle constructif.
    C’est avant tout l’état d’esprit qui sauvera peut être ce système .
    Par (et dans ) Nature : »l’ordre nait du désordre et inversement » [entropie, négentropie]

  • Ce pays est complètement schizophrène…
    Comment peut-on encore supporter tout celà ?
    Quand on pense à ce que coûte la Cours des Comptes…pour aucun résultat, aucune utilité…rien que des mots…

    Effectivement, ce pays est foutu !

  • Existe-t-il un rapport annuel sur la cour des comptes ?

  • Rapport sur Jussieu université dépense désamiantage multiplié par 10 vraiment ? sur le cout prévu
    et elle a été construite quand cette université les enfants ?
    Pendant les les? tren
    tren tes glo ri eu ses mo sieur le pro fes seu RE
    Bien Jean , les enfants ! vous savez , maintenant , ce que signifie , gloire

    • C’est même pire que cela :
      -travaux depuis…. 1995. 20 ans donc.
      -budget multiplié par 11
      -total 2 milliards d’euros !!!! 13 milliards de francs !

      La question est : combien d’universités flambant neuves, avec des robinets plaqués or et des jacuzzi pour chaque étudiants, on aurait pu construire avec 2 milliards d’euros ?

      Les bobos gauchistes parisiens (profs, chercheurs et étudiants) voulaient absolument garder leur fac dans le coeur du 5ème arrondissement de Paris. So chic.

      Hors de question pour eux d’être « déportés » en banlieue.

      Plus largement, c’est un exemple extrême non pas de gabegie, mais bien de corruption « légale ».

      Le secteur « public » (il faut désormais utiliser systématiquement des guillemets) achète littéralement des points de PIB.

      Ces 2 milliards d’euros n’ont absolument pas « disparu ».

      Ils ont permis à des sociétés privées, para publiques, d’embaucher des ouvriers, de payer des fournisseurs… ce qui a fait tourner la machine, des taxes, généré de la consommation. etc.

      Selon Cour des Comptes l’état crame 57 % maintenant des richesses produites.

      Notre économie est donc officiellement « soviétisée ». Il n’y a pas d’autres mots.

      Et cela permet de comprendre incidemment qu’aucune « réforme » n’est possible, puisque TOUT LE MONDE croque, tout le monde touche, profite directement ou indirectement.

      Le vice ontologique il est bien là.

  • @Gyl vous avez raison, il faut fuir ce pays est fou, il est foutu.
    Feu de paille de ces swissleaks, quand on voit qu’il faudrait y ajouter ces milliards rapines de politiques, gestion hasardeuses(beaucoup d’incompétences), vols à la carte vitale, traffics autorisés en banlieue(pour paix sociale.), escroqueries au Pôle emploi, gestion hasardeuses de nos comptes en banque, de nos assurances… Tout cela regroupé, on serait si riche, à octroyer une prime de 2 000Euros à chaque Français.
    On est foutu ! Alors on rêve, et bientôt des dizaines de milliers de Français sur les routes vers d’autres pays.

  • si la cour des comptes ne sert à rien , il faut l’éliminer; idem pour tout sénateurs , députés , conseillers etc qui nous coutent chers et n’apportent rien ;

    • bonjour marie ,je propose: Comme jusqu’à preuve du contraire les chiffres avancés par cette cour n’ont jamais été mis en doute ; ma suggestion est la suivante 1) Accorder à la cour des comptes un pouvoir ,notamment de sanctions envers les gouvernants .2) la faire siéger en permanence en lieu et place du Sénat après dissolution de ce dernier ,qui comme tout un chacun le sait n’a aucune utilité .

      • Je ne vois pas en quoi donner des pouvoirs de sanctions à un groupe non élu est une bonne idée. Vous pensez vraiment qu’ils vont en faire bon usage ? Tout comme nos politiciens font bonne usage de leurs pouvoirs ? Ne soyons pas naïfs.

      • Le bicamérisme a l’immense avantage de désynchroniser les vagues politiques (mode d’élection),de temporiser les modes politiques (navette parlementaire) et de préserver la Constitution (majorité qualifiée dans les deux chambres). L’assemblée nationale unique représente la nation dans son unité, le Sénat représente la nation dans sa diversité territoriale. Il est vital de laisser assez d’autonomie aux collectivités locales, surtout si l’on veur développer la liberté de la société civile.

  • c’est le pays des Yaka et des Fokon, vous savez ces personnes avec des grandes gueules et des petites mains.

  • Ben personnellement, moi ça me rassure de lire des choses comme ça; même si cela finit au fond d’un tiroir ou à caler le pied du bureau du premier ministre.

    Car au moins, cela montre que dans toute cette armada de politiciens, il y’en a malgré tout quelques uns qui sont un minimum conscients de la situation et le disent objectivement, même si c’est avec des mots adoucis.

  • Pour l’instant, les français croient collectivement que l’état est leur ami.

    Mais, il viendra un jour où la vérité éclatera et la vengeance risque d’être sans aucune retenue.

  • Voilà à quoi sert la cour des comptes. Faire du vent, même les éoliennes sont plus performantes.

    « Si je n’étais plus député je redeviendrais Conseiller Référendaire à la Cour des comptes. Ça veut dire que si je ne faisais absolument rien à la Cour des comptes je continuerais à gagner 15 000 francs par mois, 25 000 si je faisais des rapports mais sans forcément en faire énormément. »

    http://www.politic-watch.com/marmites/ps/francois-hollande/sa-place-de-privilegie

  • Et dire qu’il ne faudrait pas grand chose pour que cette cour des comptes soit efficace:simplement lui donner le pouvoir de sanctions envers tous les inconscients qui gouvernent ;Sanction sévère genre licenciement sans indemnités et sans pension et ineligibilité a vie.

    • Vous pensez, sincèrement, durant une seule seconde que si la Cour des Comptes avait un pouvoir de coercition, elle s’ exprimerait ainsi ?

    • Même remarque qu’à vieille couare. Donner ce genre de pouvoirs à un groupe non élu est une absurdité. Il ne va pas leur falloir longtemps pour qu’ils en abusent et pas forcément dans le sens que vous souhaitez …

  • Le personnel politique et technocratique a une vue incomplète de la structure et de la situation économique du pays en raison d’une forme de l’inculture de connaissances économiques, hélas largement répandue dans toutes les sphères de la société même au plus haut niveau. «Le libéralisme serait aussi désastreux que le communisme». Ces propos pour le moins surprenants sont ceux dde Chirac irrité par «l’affaire» de la directive Bolkestein. Rappelons qu’en en 1995 le Président disait «Il n’y a pas d’autre choix que le libéralisme. Plus exactement, le libéralisme n’est pas un choix mais une nécessité…» . Bien qu les cimetières en soit plein, les politiques français sont irremplaçables. Oscar Wilde disait : « Certains apportent du bonheur en arrivant et d’autres en partant ». Il est grand temps de limiter le nombre de mandats politiques pour une personne à deux durant sa vie comme c’est le cas dans nombreux pays démocratiques, mais pas dans un pays aux institutions monarchiques comme la France.

    Mais les français gobent tout et ne se révoltent pas. Encore une exception française.

  • Une question peut etre stupide; comment ce le procure-t-on?

  • Si le gouvernements successifs n’ont pas mis en oeuvre les recommandations de la Cour des comptes, c’est qu’ils n’y étaient pas contraints, et que d’autre part la pression clientéliste (qui les a amenés au pouvoir), les incline à laisser filer le déficit.

    1 Le Parlement ne fait pas la part la plus utile du travail pour lequel il est élu et grassement payé, à savoir faire rendre compte par l’Administration de sa gestion : DDHC Art 14 & 15

    2 Dans un pays où les institutions de l’Etat sont puissantes, la société civile française a davantage organisé son pôle collectiviste que son pôle libéral.

    Le lobbying libéral (Contribuables Associées, Ifrap, et autres…) est pertinent par son expertise. Pour l’echo médiatique il manque une représentation, donc une organisation (multiforme et pluraliste) des catégories professionnelles (ou sociales) lésées par l’étatisme-collectivisme-socialisme français. Tant que les libéraux croiront que les institutions d’experts ou des individus-citoyens suffisent à promouvoir la rationalité et la liberté économique, beaucoup d’autres rapport passeront sans autre suite que des mots.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par François Turenne. Un article de l'IREF Europe

La France fait bande à part parmi les pays de l’UE, elle est l’un des derniers à résister encore et toujours à la libéralisation du marché de l’électricité. À plusieurs reprises l’Iref a pointé les limites du modèle régulé dans lequel évoluent nos énergéticiens.

La Cour des comptes a rendu mardi 5 juillet un rapport très critique sur l’organisation du marché de l’électricité sans néanmoins proposer d’aller plus loin dans sa libéralisation. Pourtant, plus de dix ans après la loi ... Poursuivre la lecture

L’examen du projet de loi du gouvernement sur le pouvoir d’achat, soit un paquet de nouvelles dépenses publiques à 20 milliards d’euros, débute ce lundi 18 juillet à l’Assemblée nationale. D’après les échos des discussions préalables en commission des finances, on devine que les débats seront animés, mais pas vraiment dans le sens d’un retour à une certaine sobriété budgétaire, bien au contraire. À tel point que le gouvernement, qui pourtant s’y connaît en « quoi qu’il en coûte », accuse maintenant les oppositions de vouloir faire « sauter la... Poursuivre la lecture

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

 

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles