Charlie vu d’ailleurs : un « choc des civilisations » ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
charlie hebdo credits del uks (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Charlie vu d’ailleurs : un « choc des civilisations » ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 janvier 2015
- A +

Par Guy Sorman.

charlie hebdo credits del uks (licence creative commons)

Le massacre des journalistes de Charlie Hebdo n’a suscité dans le monde occidental que stupéfaction et solidarité. Mais à lire et écouter les commentaires émanant du monde non-occidental, l’interprétation est différente. Pour la presse russe ou arabe par exemple, mais également chinoise et indienne, Charlie Hebdo est le symbole d’une décadence morale de l’Occident : ce qui n’absout ni ne légitime l’assassinat des journalistes mais l’éclaire. Le massacre traduirait, en somme, un « choc des civilisations » entre des islamistes porteurs de valeurs traditionnelles et l’individualisme extrême, jubilatoire, irrespectueux de tout ce qu’incarne Charlie Hebdo. Ce « choc des civilisations » que l’historien américain Samuel Huntington avait envisagé dans les années 1990, comme l’avenir des relations internationales se serait-il joué en modèle réduit dans les rues de Paris ? Le Pape a quelque peu rejoint cette thèse en condamnant les dérives blasphématoires des satiristes français : mais sans blasphème, ni satire, Charlie Hebdo n’existerait plus.

Bien entendu, ces commentaires venus d’ailleurs émanent de pays où règne la censure, mais ils n’en expriment pas moins un certain désarroi ou le rejet sans appel des mœurs occidentales, en particulier de leur évolution récente, disons depuis les années 1960. En cet espace de temps très bref à l’échelle de l’histoire, les Occidentaux ont énormément changé : un observateur imaginaire qui aurait quitté l’Europe ou les États-Unis avant 1960 et y retournerait aujourd’hui, serait aussi décontenancé que le sont le Pape ou un pieux musulman. Je ne parle pas ici des mutations techniques considérables apportées par internet, les réseaux sociaux ou la médecine, mais des mœurs. Qui aurait imaginé, il y a une génération ou deux, que l’avortement deviendrait légal à peu près dans tout l’Occident, que les divorces seraient plus nombreux que les mariages, que les mariages entre homosexuels seraient devenus banals, que ces couples homosexuels élèveraient leurs enfants (par procréation assistée ou adoption), que l’égalité entre les sexes serait devenue une norme morale et légale, que la pornographie serait accessible à tous par le web en particulier, que la mort volontaire ou suicide assisté se répandrait au point de devenir une revendication qui obtiendra satisfaction partout, que la consommation de drogues douces serait soit tolérée, soit légale : qu’enfin – à moins que ce ne soit le point de départ – les Églises seraient vides, à l’exception des États-Unis où elles ressemblent plus à des clubs de rencontres ou à des salles de concert qu’aux paroisses antérieures à Vatican II.

Si l’on devait décider d’un fondement commun à toutes ces évolutions des mœurs occidentales, on pourrait les rapporter à la propriété de notre corps. De tradition, le corps en Occident appartenait, comme c’est toujours majoritairement le cas en dehors de l’Occident, aux parents qui mariaient leurs enfants après avoir réprimé leur sexualité au cours de leur adolescence, aux gouvernements qui métamorphosaient les jeunes adultes en soldats et chair à canon (alors que le service militaire obligatoire a presque disparu en Occident), aux autorités civiles, judiciaires ou ecclésiastiques qui interdisaient le libre usage du corps : pas d’avortement, pas de drogue, pas de suicide, pas d’homosexualité et forte distinction entre les sexes. À l’appropriation de son corps par soi-même, on avance généralement pour explication, la déchristianisation de l’Occident : les Églises géraient et justifiaient les interdits. De fait, la libération des mœurs coïncide dans le temps avec le recul de la religiosité, tandis qu’en dehors de l’Occident, les ecclésiastiques ou ce qui en tient lieu (comme le Parti communiste chinois) contrôlent toujours les corps et la société.

Mais un autre éclairage est possible, peut-être plus convaincant : la libération des mœurs et du corps – ou la « décadence » des Occidentaux pour ceux qui réprouvent cette évolution – témoigne aussi ou surtout d’une démocratisation de nos sociétés. Tous les comportements qui se sont banalisés et que certains nomment « décadents » existaient de toute éternité, mais ils étaient « réservés » aux élites sociales. Les riches, les puissants, les aristocrates ont toujours usé et abusé de leur corps comme bon leur semblait, échappant à toutes les normes imposées au peuple. Relisons Le Marquis de Sade. À partir des années 1960, les élites ont perdu leur privilège de l’a-moralité : c’est en grande partie le sens des événements de mai 1968 à Paris. Mais cette évolution des mœurs, née en Californie avant d’atteindre la France puis l’ensemble de l’Europe, n’a jamais outrepassé les frontières de l’Occident. Vu d’ailleurs, l’Occident qui était vécu comme dominant, impérialiste, est perçu depuis lors comme « décadent ».

La décadence, dans l’histoire, est un phénomène peu réversible : le Pape conservateur est un résistant aussi isolé qu’acclamé. Cette « décadence » est-elle un progrès de la liberté individuelle, la poursuite du mouvement des Lumières initié au XVIIIe siècle, une absolue libération ? Ou serait-ce une régression qui, de la dilution des mœurs conduira au délitement de nos sociétés ? En vérité, nous n’en savons rien. Mais il me paraît prématuré de sonner le glas de l’Occident si l’on prend l’Empire roman comme référence, à s’en tenir à l’ouvrage fondateur d’Edward Gibbon sur le sujet : le déclin de cet Empire dura mille ans, ce qui nous laisse de la marge.

Sur le web

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • L’occident, dans son histoire récente, a du faire face et éliminer des ennemis venus de l’intérieur, le nazisme et le communisme. Je reste persuadé que l’ennemi venu de l’exterieur, l’islamisme tombera lui aussi.

    • galt17: « l’islamisme tombera lui aussi. »

      C’est certain, parce que la répression des libertés contient le germe mortel de sa propre destruction.
      Une société peu libre n’avance pas, ne s’enrichit pas, ne se développe pas.

  • Bah, dénoncer la soi disant décadence de l’occident ne date pas d’hier…

    • Il y a bien une certaine décadence dans cet étatisme qui est en train de figer le dynamisme de l’europe du sud en plus de ramener les consciences un siècle en arrière comme en France.

      Nul ne peut prédire l’avenir, comment va tourner la crise majeurs de ces pays, nouvelle libéralisation, fuite argentiniesque ?

  • C’est justement l’avance intellectuelle et technologique de l’occident qui permet aux autres civilisations de se hisser à un niveau permettant de lui nuire (à l’occident). Personne n’est dupe, qui a inventé quoi ? Qui a découvert quoi ? Comme on dit ici, il faut remettre l’église au milieu du village ! L’ISS le premier vaisseau spatial de l’humanité a été conçu par qui ? Regardez l’équipe de Rosetta, vous y voyez une parité ethnique, religieuse ou autre ? L’occident de part sa structure et ses fondements (De Vinci, Pascal, Descartes …) est très très très loin devant. Si nous nous abaissons, nous sommes perdus, l’humanité est perdue.

    Votre article (merci pour cela, pour produire … ) est justifié par un juste devoir d’explication et de relativisation, mais quand même, pourquoi s’abaisser à essayer de comprendre les neuneus ?

    • Parce que les neuneus sont nombreux et dangereux ?

    • La moitié des français croit encore que le soleil tourne autour de la Terre, ce qui montre que nous croyons plus à nos sens qu’à notre mèmoire… L’ISS c’est surtout un projet politique pour cèlebrer la fin de la guerre froide. Il n’y a pas de progrès accessibles sans l’accord des pouvoir en place. Comme il n’y a pas de diplomé du troisième cycle sans l’aval d’un Directeur. Franchement pensez vous que l’occident qui n’a fait que des guerres dans le monde, crée des crises èconomiques, engendré des maladies par les transformations de notre environnement, de notre alimentation, voir notre mode de vie et surtout engendrée des fortunes individuelles au delà de celle de certains Etats , c’est à dire capable de choisir nos reprèsentants aux èlections, est une rèussite pour parler de supèriorité? Je crains que le materialisme a dègradé notre ampathie, nous a rendu individualiste, voir indiffèrent sur notre humanité. Notre supèriorité est simplement materielle, et le jour nous aurons acquis la sagesse, alors nous pourrons nous sentir meilleur et certainement pas arrogant. pour terminer, il faut se rapeller que nous choissisons ni nos parents ni notre pays…

      • « (…) le soleil tourne autour de la Terre »
        C’est à dire?

      • martin: « Franchement pensez vous que l’occident qui n’a fait que des guerres dans le monde, crée des crises èconomiques »

        Le PIB mondial et la richesse des peuples ne cessent d’augmenter depuis la révolution industrielle. Après une expansion faramineuse en occident qui a donné au moindre ouvrier plus de biens que les bourgeois de tous les siècles passés, l’expansion se porte maintenant sur les pays pauvres.

        Vos « crises économiques » sont des corrections mineures au regard de cette évolution.

        martin:  » engendré des maladies par les transformations de notre environnement, de notre alimentation, voir notre mode de vie »

        Tellement de maladies et de mauvaise alimentation que l’espérance de vie a augmentée dans des proportions considérables. Les famines se réduisent et n’existent plus que dans les pays en guerre ou sous dictature.

        martin: « et surtout engendrée des fortunes individuelles au delà de celle de certains Etats »

        Avant il n’y avait pas de classe moyenne, juste une élite infime qui avait tous les pouvoirs et toutes les richesses. Les « 1% qui possèdent le monde » ce sont des âneries, un slogan qui n’a pas de réalité.

        martin: « Je crains que le materialisme a dègradé notre ampathie »

        C’est surtout l’étatisme qui a dégradé notre empathie, la France est en queue de peloton pour la charité et les dons:
        Indice de la charité – Classement des pays

        Faut faire soigner cette méchante dépression, dans les années 80 encore ça pouvait être crédible, mais tout indique actuellement que le monde se porte de mieux en mieux. Il suffit de ne pas avoir le nez collé au JT, ni d’écouter les socialistes qui coulent tout ce qu’ils touchent et de regarder les choses globalement.

  • C’est l’horreur du massacre qui a fait descendre les gens dans la rue. C’est aussi le refus de l’islam combattant et sa folie meurtrière. Cependant tout le monde ne se reconnait pas dans « je suis Charlie ». Il y a du dérangeant dans Charlie Hebdo. L’oraison funèbre de Luz aux obsèques de Charb n’est pas passé sur les écrans de télé. Le Pape oui ! Le pape a su donner la dimension en prenant l’exemple de sa mère, c’est une histoire temporelle, la liberté d’expression, ou la liberté tout court engendre responsabilité et modération. Les anars de Charlie Hebdo ne semblent pas en avoir pris conscience. Faut-il interpréter « je suis Charlie » en je suis communiste et anarchiste ? Alors je ne suis vraiment pas Charlie ! Devant l’expulsion de Jeannette Bougrab, je suis alors Jeanette ! De toute manière je condamne la tuerie, il y en a deux, on parle beaucoup de celle de Charlie, mais peu de celle de Vincennes et des juifs, je condamne fortement les deux ! Ce qui me rebute ce sont des français qui ont fait cela. Ils sont fort les islamistes radicaux,ils ont utilisé nos propres enfants pour ainsi dire. Toi, l’Etat qu’as-tu fait ? Ton éducation nationale ? Des kamikazes de l’islam radical, il serait temps de virer nos politiciens au pouvoir, de virer notre justice façonnée par les juges rouges ! [Modération] Quand on n’a pas la même opinion que tout le monde on est considéré comme fou dans ce pays ! Nous sommes en pays communiste qui n’a plus rien à envier à la Corée du Nord !

    • La France a certainement fait parlé d’elle sur tous les continents. Est ce pour informer qu’un petit pays resiste aux mèchants pour sa liberté aux blaphèmes qui peut transformer un citoyen en kamikase, ou que les conflits ètrangers ont aussi faits des victimes à Paris? Je crains qu’au delà de notre arrogance lègendaire, il y aura maintenant notre esprit conflictuel. Etre français va devenir un handicap d’intègration à l’ètranger. En espèrant que sur les documents d’immigrations on nous oblige pas à cocher la case : vous etes Charlie? A force de mettre le chaos dans les esprits des français le ciel va leur tomber sur la tète!

    • « Ce qui me rebute ce sont des français qui ont fait cela »

      Vous voulez dire des « français », ces terroristes n’avaient de français qu’un bout de plastique sur lequel on avait inscrit le sigle RF …

  • Mais que faire des contre-manifestations ?
    Ces 3 types c’étaient pas de islamistes qui sont pour la paix ??!!
    Ceux qui brûlaient le drapeau, faisaient le siège et tagaient les murs de nos ambassades, brûlaient des églises (quel rapport ??!!),
    tuaient des Français… Comme on tue des Juifs .. par le simple fait qu’ils sont Français ??
    Ces attaquants ?? ce sont des gens normaux ?? !!
    850 000 à Grozny ?? Des normaux ? 1 200 000 a Islamabad,
    etc…
    Aucun Président pour les protéger, pour s’insurger, exiger des excuses..
    Il faut fuir de tels dirigeants, qui ont fait leurs choix de la non France.

  • Comme la très bien exprimé l’islamologue Anne-Marie Delcambre « il n’y a pas d’islam modéré, il n’y a qu’une pratique modérée de l’islam »

  • L’occident d’aujourd’hui me semble plus chaste et réac que dans les années 70.

    • A oui, le progressisme des années 70 ou l’on parlait de légalisation de la pédophilie dans les journaux de gauche type Le monde …

      C’est sur que l’on a raté quelque chose …

  • « que les divorces seraient plus nombreux que les mariages »

    Faux, ce n’est plus le cas récemment … les mariages recent ne finissent plus aussi souvent en divorce depuis une dizaine d’année …

    « les Églises seraient vides »

    lol L’Irlande, l’Autriche, l’Italie et les pays de l’Est ont donc cessé d’exister ?

    « le service militaire obligatoire a presque disparu en Occident »

    ce qui n’est pas spécialement une bonne chose …

    « La décadence, dans l’histoire, est un phénomène peu réversible »

    nope, la fin de la république romaine a aussi était une période de décadence pourtant l’arrivé au pouvoir d’Octave Auguste a été une période de retour aux valeurs traditionnelles …

    Il fallait faire Latin Mr Sorman pour le savoir …

    Bref beaucoup de contre vérité et de jugement de valeur …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Frédéric Mas.

Plusieurs titres de presse se sont unis à l’initiative du directeur de publication de Charlie Hebdo pour défendre la liberté d’expression dans une « lettre ouverte ». Le texte alerte sur les menaces totalitaires sans précédent qui pèse sur l’expression libre des idées en France, au moment où se déroule le procès des assassins de la rédaction de Charlie Hebdo :

« Aujourd’hui, en 2020, certains d’entre vous sont menacés de mort sur les réseaux sociaux quand ils exposent des opinions singulières. Des médias sont o... Poursuivre la lecture

Par Laura Calabrese[1. Professeure d’analyse de discours et communication, Université Libre de Bruxelles (ULB).]. Un article de The Conversation

L’attentat perpétré contre Charlie Hebdo a provoqué des réactions massives dans le monde, sûrement comparables à celles d’un événement comme le 11 septembre mais bien plus visibles par la proximité avec laquelle nous l’avons vécu sur les réseaux sociaux numériques.

La réponse épidermique au choc a été incarnée par le slogan « Je suis Charlie », par lequel une énorme quantité d’internaut... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Avec le procès des attentats de 2015, la réédition par Charlie Hebdo des caricatures et la tempête provoquée par la caricature de Danièle Obono, le débat sur la liberté d’expression s’invite ironiquement sur le devant de la scène, alors que la France encaisse sans vraiment broncher depuis six mois une cascade ininterrompue de privations de libertés en tout genre.

Comme d’habitude, tout ce que la France compte d’opposants déclarés et affichés au libéralisme en profite pour donner des leçons de liberté à la Te... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles