Pour une théorie politique de l’inaction

« L’art de la non-décision consiste à agir avec méthode et savoir-faire, assurance et détermination afin de laisser les inévitables réformes aussi intactes que possible à ses successeurs. »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Inaction socialiste (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour une théorie politique de l’inaction

Publié le 17 décembre 2014
- A +

Par Charles Bwele.

contrepoints 993

Enseignant à Sciences Po, Pierre Conesa est l’auteur de Surtout ne rien décider. Manuel de survie en milieu politique, ouvrage qu’il résume comme suit : « l’art de la non-décision consiste à agir avec méthode et savoir-faire, assurance et détermination afin de laisser les inévitables réformes aussi intactes que possible à ses successeurs. »

Lors de sa succulente conférence à l’ANAJ-IHEDN, il énonce quelques principes de la vie politique :

  • Le long terme en politique est la prochaine échéance électorale.
  • En politique, se méfier de ses amis plutôt que de ses ennemis.
  • Le réformateur est un zébulon immaîtrisable et dangereux qu’il faut tuer (politiquement).
  • La réforme crée des inimitiés durables alors que la subvention ne fâche personne et crée des amitiés : toujours penser à la subvention.
  • Un homme politique d’avenir est un homme qui promet.
  • Un homme politique n’est mort que s’il est biologiquement décédé.
  • Tout homme politique accusé de corruption est présumé innocent jusqu’à ce qu’il soit réélu.

Entre humour décapant et lucidité à tout crin, l’ancien adjoint au Directeur de la Délégation aux Affaires Stratégiques explique « pourquoi faire aujourd’hui ce que les autres peuvent être contraints de faire demain » en quelques principes :

  • 1er principe : Démonter la prétendue urgence de la réforme.
  • 2ème principe : Énoncer des principes ambitieux et généreux qui expliquent la lenteur et la complexité de la réforme.
  • 3ème principe : Étudier bien et longuement le problème : commissions, haut conseil, haute autorité, etc.
  • 4ème principe : Toujours communiquer pour expliquer l’inaction : novlangue, complexité juridique, exemples étrangers non-transposables, etc.
  • 5ème principe : Quand toutes les voies de l’inaction ont conesaété explorées, il reste à créer de la complexité.

Ainsi, on constate quelques dossiers typiquement français (qui s’accumulent sur les tables basses des cabinets ministériels) en instance permanente depuis plus de trente ans : la réforme des professions protégées, la réforme des retraites, la réforme de l’Éducation nationale, le statut des fonctionnaires, la réforme de la PAC, le statut de la presse, les aides à la presse, le cumul des mandats, les tribunaux de commerce (dont les greffiers gagnent 30 000 €/mois !), etc.

Quelques années plus tôt, j’avais énormément apprécié un ouvrage de Pierre Conesa titré La Fabrication de l’ennemi : ou comment tuer avec sa conscience pour soi (Ed. Robert Laffont, 2011), qui conserve toute sa pertinence au regard de l’actualité internationale. En 2013, cet agrégé d’histoire avait obtenu le prix de l’impertinence pour cette petite phrase : « En politique le ridicule ne tue pas, seule la réforme est létale. »


Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Bonjour
    Certes, mais d’un autre coté on est plutôt envahi par un trop de reforme.
    Elaguer le trop de loi-reglement. Stabilité ensuite (surtout).

    • Attention, réformes, vent et gesticulations sont des concepts très différents.; les réformes, les seules qui vaillent, citées dans l’article par l’auteur, font l’objet d’une procrastination parfaitement calculée. La farce politique n’amuse guère que ceux qui en vivent et en profitent…

    • Nous sommes envahis de lois, pas de réformes.

  • on a l’impression que c’est le livre de chevet de hollande et qu’il l’applique à la lettre !

  • catégorie « Humour » ?
    Hélas, j’ai l’impression que c’est la triste réalité

  • comme c’est bien dit.

    Que font il tous ?. de merveilleux acteurs,
    A eux tous ils pourraient faire un film sur le deluge économique.

  • eh oui,le rire est le propre de l’homme
    (merci de ne pas me censurer pour propos sexiste)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Peut-on encore faire dérailler le train qui nous conduit sur la route de la servitude ? À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, même les plus optimistes des intellectuels libéraux doutent. Tout paraît joué d’avance, et le candidat qui remportera la mise prévoit d’appliquer un programme qui de toute façon sera aux antipodes de l’esprit du libéralisme.

Cette année, l’offre politique est globalement assez pauvre et aucun programme ne propose de réforme suffisamment courageuse et originale pour créer l’adhésion plein... Poursuivre la lecture

Compte tenu des informations éventuellement à disposition au sujet de l'élection présidentielle, il semble qu’il n’y aura pas de changement important des politiques françaises, quel que soit le candidat qui sera élu et quels que soient les élus du Parlement. Ce qui serait souhaitable serait d’obtenir des réformes permettant de donner au libéralisme une place beaucoup plus grande en France.

En effet, la France est un des pays du monde où le montant des impôts et des dépenses publiques est le plus élevé. Et par ailleurs il semble qu'elle... Poursuivre la lecture

Candidat déclaré depuis peu, Emmanuel Macron a commencé à divulguer son programme en vue d’un second mandat présidentiel. Au menu, une réforme des retraites qui passerait par le recul de l’âge légal de 62 à 65 ans. Interrogé à ce sujet dans Marianne, l’économiste atterré Henri Sterdyniak a expliqué que ce projet revenait ni plus ni moins à « faire payer le quoi qu’il en coûte aux travailleurs ».

Disons qu’il n’a pas complètement tort.

Oh, bien sûr, la formulation « faire payer aux travailleurs », lourde d’indignation, renvoie i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles