Innovation de rupture : Loin des yeux, loin du cœur ?

Comment gérer au mieux l’innovation de rupture au sein d’une entreprise d’un point de vue organisationnel.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
RLH contrepoints loin des yeux

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Innovation de rupture : Loin des yeux, loin du cœur ?

Publié le 5 août 2014
- A +

Par Philippe Silberzahn

RLH contrepoints loin des yeuxOn le sait, et le chercheur Clayton Christensen l’a montré depuis longtemps, les entreprises établies ont du mal avec l’innovation de rupture. L’une des raisons est que la rupture nécessite un modèle d’affaire différent du modèle historique de l’entreprise. Il en résulte un conflit entre les deux qui tourne souvent au désavantage du nouveau, encore non établi. Une solution préconisée par Christensen pour protéger l’innovation de rupture est dès lors de loger celle-ci au sein d’une structure autonome. Mais cette solution ne suffit pas et, mal gérée, peut poser plus de problèmes qu’elle n’en résout.

D’où vient l’idée de loger l’innovation de rupture dans une entité séparée ? Elle vient de l’observation que la rupture nécessite un modèle d’affaire nouveau. Or un modèle d’affaire se définit par la combinaison d’une proposition de valeur, d’une logique de profit, et des ressources, processus et valeurs (RPV) nécessaires pour mettre en œuvre cette proposition de valeur. Or une entreprise ne peut avoir qu’un seul ensemble de ressources, processus et valeurs. Dit autrement, et pour prendre un exemple, une entreprise ne peut pas être à la fois un fabricant de luxe et low-cost. Loger l’innovation dans une entité séparée, c’est se donner la possibilité de créer un ensemble RPV, et plus généralement un modèle d’affaire pertinent, et lui permettre ainsi de réussir.

Mais une question demeure : quelle relation doit avoir la nouvelle entité avec le reste de l’entreprise ? Une première solution est l’indépendance complète. On crée une entreprise séparée, et on la laisse se débrouiller toute seule. Mais cette approche présente deux inconvénients : d’une part, le soutien de l’entreprise sera difficile à organiser, et d’autre part cette dernière se prive de l’apprentissage généré par l’entité séparée. En outre, si la distance est utile dans la phase initiale durant laquelle l’innovation « se cherche », elle devient problématique lorsque l’innovation est au point et qu’elle doit passer à l’échelle. C’est à ce moment que le soutien de l’entreprise est indispensable. Si les liens n’existent pas avant, cependant, ce soutien sera difficile à mettre en œuvre au-delà du simple financement.

Il faut donc maintenir un lien entre les deux entités et permettre à la nouvelle de s’appuyer sur l’ancienne. Mais cela ne va pas sans poser problème. En effet va se poser un problème d’allocation de ressource : comment savoir quelles ressources allouer à la nouvelle entité, sachant qu’elle en exige beaucoup sans pour autant générer aucun résultat ? Cette décision d’allocation de ressource ne peut s’effectuer qu’au plus haut niveau et traduire une volonté stratégique de soutenir l’entité innovante alors que les résultats ne sont pas encore là. Aux niveaux inférieurs, les critères de bonne gestion seront appliqués, et cette absence de résultat justifiera une privation de ressources. En outre, l’éloignement et l’autonomie rendront difficile la collaboration au quotidien, l’entité étant vue comme extérieure par le reste de l’organisation. Pour peu que celle-ci ait été très mise en avant par la direction, et présentée comme l’avenir de l’entreprise, elle peut susciter la jalousie de ceux qui n’en font pas partie et qui se sentent, de facto, comme faisant partie du passé. Les avantages dont bénéficie l’entité sont vécus comme des passe-droits.

Il y a donc un paradoxe : faire entrer l’entité innovante dans le moule de l’entreprise, c’est assurer une mort certaine car la nouveauté exige une approche différente, pour notamment assurer la vitesse de décision. Lui ménager des procédures adaptées, cependant, c’est bousculer les règles établies et donc risquer de susciter réticence et hostilité jusque dans les plus petits détails. Comme souvent, il n’y a pas de bonne solution, et l’équilibre est difficile à trouver : il doit se construire au quotidien avec l’implication active de la direction générale, sans quoi la force gravitationnelle de l’organisation sera trop forte et l’entité ne décollera pas. Mais une chose est sûre : l’autonomie complète est trop risquée, et l’absence d’autonomie ne fonctionnera pas.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • L’innovation c’est quoi pour vous ? sujet du BAC : Quel sont les niveaux de l’innovation, ingénieurs , artisans, citoyen lambda, chercheurs ? Elle est sûrement la source du pouvoir dans le cas ou elle s’dresse à des millions de consommateurs et peut être mise en fond de tiroir pendant des années au profit des multinationales, et peut enrayer un progrès considérable dès quelle devient gênante. Comment les US arrivent en quelques mois à plus de 4.2 % de croissance , alors que la France n’arrivera pas à 0.3 % cette année, simplement en innovant tous azimuts c’est dans leurs gènes et qui plus et ils exportent l’intelligence. Maintenant la France est une coquille vide qui va payer cher le retard que nous a imposé nos gouvernant pendant plus de trente ans.

    • pour la réponse à la question « L’innovation c’est quoi pour vous ? », voyez dans le cadre à droite les articles précédents de l’auteur (très bons articles, d’ailleurs).

  • @ ballo: une innovation ça s’observe non? C’est ce qui va créer rupture donc qui nécessite plus qu’un ajustement, mais un nouveau mode de fonctionnement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

Et si la guerre en Ukraine illustrait, une fois de plus, la supériorité du libéralisme ?

Pas seulement sur le plan moral, puisque ce conflit oppose une démocratie à un régime autoritaire et enclin à menacer ou envahir ses voisins, mais en termes tout simplement d'efficacité.

Certes, les succès de Kiev s'appuient sur le courage de ses soldats et l'appui d'une population unie dans un patriotisme qui a surpris les Ukrainiens eux-mêmes, en sus de la qualité du renseignement satellite, ou aérien américain et de la fourniture d'armes ... Poursuivre la lecture

Par Alexander Hammond. Un article de HumanProgress

Voici le trente-troisième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique est une courte présentation des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Nos héros de la semaine sont George Hitchings et Gertrude Elion, les deux scientifiques américains qui ont initié le développement de la conception rationnelle des médicaments.

Jusqu’alors, la méthode classique employée pour les découvrir reposait sur un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles