Réduction du soutien aux énergies renouvelables votée en Allemagne

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
energie solaire eolienne

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réduction du soutien aux énergies renouvelables votée en Allemagne

Publié le 27 juin 2014
- A +

energie solaire eolienneLa loi, qui réduit à compter du 1er août les subventions accordées aux énergies alternatives, doit remettre sur les rails la transition énergétique du pays et enrayer la hausse des prix de l’électricité. Présenté en janvier par le ministre de l’Économie et de l’Énergie Sigmar Gabriel, le texte a fait l’objet d’un intense marchandage, en Allemagne et avec Bruxelles.

L’Allemagne a pris à la fin des années 90 le tournant des renouvelables en instaurant un généreux régime de subvention des énergies vertes qui coûte cher : plus de 20 Md€. Les usagers financent le système par une taxe imposée à chaque kilowatt-heure produit et consommé.

La nouvelle loi réduit de manière substantielle les subsides accordés aux énergies propres (mais pas pour les capacités existantes), et prévoit que le courant produit par vent et soleil se soumette aux mécanismes du marché. Pour le moment il est prioritaire dans l’approvisionnement du réseau et n’entre pas en concurrence avec le charbon ou l’atome.

La loi votée vendredi sera sans doute immédiatement contestée par Bruxelles puisque, malgré des mois de négociations, un point fait toujours débat : pour la Commission, l’application de cette taxe de soutien aux renouvelables sur le courant importé, y compris le courant vert, est une forme de barrière douanière, incompatible avec le marché libre.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Supprimer les taxes et les subventions sur l’énergie est la seule forme de transition énergétique dont la France a réellement, et impérativement, besoin. C’est donc avant tout d’une transition économique et politique qu’il s’agit.

  • Jean-Pierre Bardinet
    28 juin 2014 at 18 h 04 min

    Je suis toujours très étonné par le fait que nos dirigeants considèrent que les EnR sont un vecteur d’amélioration de la compétitivité, alors que c’est exactement l’inverse. Comment se fait-il qu’ils ignorent les problèmes de prix du kWh, d’intermittence, de puissance fluctuante, et la nécessité d’équilibrer les réseaux de transport par des centrales à combustible fossile ? Mystère !… Voir : http://dropcanvas.com/#SAn7p952RfNrCE

    Et pourquoi ne jamais se préoccuper de la surgénération à 238U et à thorium, qui est sûrement la solution d’avenir la plus rationnelle ?

    Quant au CO2, il n’a aucun effet mesurable sur la TMAG (température moyenne annuelle globale).
    Voir : http://www.contrepoints.org/2014/06/03/167818-climat-22-verites-qui-derangent

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le crédit d’impôt a été créé afin de corriger des excès d’impositions ou de soutenir certaines activités, principalement non lucratives, auxquelles un individu ou une société adhère et désire soutenir son action.

Notre administration attachée au principe « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué » a utilisé cette occasion pour en faire un instrument de pouvoir et de pression ou de récompense au peuple soumis.

Comme souvent le système a dérivé et n’apporte pas les effets souhaités.

Le crédit d’impôt : un principe... Poursuivre la lecture

Conjugué avec l’arrêt politique des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim en 2020 et l’arrêt inopiné pour contrôles techniques de cinq autres réacteurs, le retard de livraison de ce premier EPR en France entraine un risque de sous-capacité de production d’électricité cet hiver.

Un avenir nucléaire ou non ?

À l’heure où les Français s’interrogent de plus en plus sur l’avenir énergétique de leur pays et sur les coûts du gaz et de l’électricité, le nucléaire s’invite dans la campagne présidentielle.

Sur fond de changement cli... Poursuivre la lecture

 

En ces moments de pénuries de vent et de soleil quand ils sont nécessaires, (l’intermittence n’étant pas gérable, même au niveau européen, n’en déplaise à certains), et en l’absence depuis plusieurs décennies de constructions de centrales nucléaires nouvelles aux émissions les plus faibles de gaz à effet de serre, à la suite du démantèlement de nombreuses centrales au charbon très polluantes, l’Europe s’est réveillée avec pour seul recours le gaz vendu à prix fort, en particulier par la Russie.

Une dépendance envers la Russi... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles