Réduction du soutien aux énergies renouvelables votée en Allemagne

Les députés allemands ont entériné une réforme des mécanismes de soutien aux énergies renouvelables.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
energie solaire eolienne

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réduction du soutien aux énergies renouvelables votée en Allemagne

Publié le 27 juin 2014
- A +

energie solaire eolienneLa loi, qui réduit à compter du 1er août les subventions accordées aux énergies alternatives, doit remettre sur les rails la transition énergétique du pays et enrayer la hausse des prix de l’électricité. Présenté en janvier par le ministre de l’Économie et de l’Énergie Sigmar Gabriel, le texte a fait l’objet d’un intense marchandage, en Allemagne et avec Bruxelles.

L’Allemagne a pris à la fin des années 90 le tournant des renouvelables en instaurant un généreux régime de subvention des énergies vertes qui coûte cher : plus de 20 Md€. Les usagers financent le système par une taxe imposée à chaque kilowatt-heure produit et consommé.

La nouvelle loi réduit de manière substantielle les subsides accordés aux énergies propres (mais pas pour les capacités existantes), et prévoit que le courant produit par vent et soleil se soumette aux mécanismes du marché. Pour le moment il est prioritaire dans l’approvisionnement du réseau et n’entre pas en concurrence avec le charbon ou l’atome.

La loi votée vendredi sera sans doute immédiatement contestée par Bruxelles puisque, malgré des mois de négociations, un point fait toujours débat : pour la Commission, l’application de cette taxe de soutien aux renouvelables sur le courant importé, y compris le courant vert, est une forme de barrière douanière, incompatible avec le marché libre.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Supprimer les taxes et les subventions sur l’énergie est la seule forme de transition énergétique dont la France a réellement, et impérativement, besoin. C’est donc avant tout d’une transition économique et politique qu’il s’agit.

  • Je suis toujours très étonné par le fait que nos dirigeants considèrent que les EnR sont un vecteur d’amélioration de la compétitivité, alors que c’est exactement l’inverse. Comment se fait-il qu’ils ignorent les problèmes de prix du kWh, d’intermittence, de puissance fluctuante, et la nécessité d’équilibrer les réseaux de transport par des centrales à combustible fossile ? Mystère !… Voir : http://dropcanvas.com/#SAn7p952RfNrCE

    Et pourquoi ne jamais se préoccuper de la surgénération à 238U et à thorium, qui est sûrement la solution d’avenir la plus rationnelle ?

    Quant au CO2, il n’a aucun effet mesurable sur la TMAG (température moyenne annuelle globale).
    Voir : http://www.contrepoints.org/2014/06/03/167818-climat-22-verites-qui-derangent

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aujourd’hui, que l’on soit pour ou contre le nucléaire, cultiver une réputation d’analyste pondéré et sérieux oblige à la posture de bon aloi consistant à assortir ses raisonnements de l’affirmation selon laquelle les énergies renouvelables « rentables » doivent être développées dans tous les cas. La réputation prend singulièrement du relief quand on va jusqu’à déclarer que, sans elles, le nucléaire seul ne parviendra jamais à couvrir nos futurs besoins électro énergétiques.

Pour faire un sort à cette dernière affirmation plus que grat... Poursuivre la lecture

Par Reiner Marcowitz.

 

Le chancelier social-démocrate Olaf Scholz a déclaré lors de la session extraordinaire du Bundestag du 27 février 2022, en référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui avait commencé trois jours plus tôt : « Nous vivons un changement d’époque. »

Il a répété cette même formule lors du discours de politique générale européenne qu’il a prononcé le 29 août dernier à l’université Charles à Prague.

Ce changement d’époque (zeitenwende) est notamment marqué, pour Berlin, par une nouvel... Poursuivre la lecture

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles