Climat : 22 vérités qui dérangent…

Publié Par Jean-Pierre Bardinet, le dans Environnement

Par Jean-Pierre Bardinet.

img contrepoints358 climatSelon le discours officiel du GIEC, « la science a parlé », et tout opposant sceptique est passible d’être ostracisé. Car il faut faire vite, et cela fait plus de 20 ans que l’on nous rabâche qu’il y a extrême urgence et que la Planète ne pourra plus être sauvée d’ici trois à cinq ans (et même 500 jours selon Laurent Fabius !…) , sinon la Planète risque de devenir une « poêle à frire » (sur le feu, bien sûr) si nous ne réduisons pas drastiquement nos émissions de CO2, à n’importe quel prix, même au prix de la décroissance, de la misère et de la ruine de nos économies.

Or, toute personne ayant une assez bonne culture scientifique, et qui se donne la peine de travailler la question, en arrive très vite à la conclusion que les thèses du GIEC sont fausses, pour nombre de raisons, dont voici une liste non exhaustive.

1. La TMAG (température moyenne annuelle globale) est stable depuis 1997, malgré une augmentation continue du taux de CO2 : .comment alors soutenir un rapport de causalité entre croissance de concentration du gaz carbonique et température ?

2. Les émissions humaines de CO2 depuis 1997 représentent 40% de ce que l’homme a envoyé dans l’atmosphère depuis le début de la Révolution industrielle. Or, on vient de le voir, pendant cette période, la température s’est stabilisée. Comment alors soutenir un rapport de causalité entre émissions anthropiques de CO2 et augmentation de la TMAG1 ?

3. D’autant que la part anthropique du CO2 atmosphérique n’est que d’environ 5% (analyse isotopique) au lieu de 25-30% pour le GIEC…

4. Et que la durée de vie du CO2 dans l’atmosphère est en moyenne de 5 ans au lieu de 100 ans pour le GIEC.

5. Les variations de la TMAG se font de manière sinusoïdale, avec une période de 60 ans qui correspond aux mouvements du soleil par rapport au centre de gravité du système solaire. Nous sommes au sommet de la sinusoïde, et donc les prochaines années devraient se refroidir, comme ce fut le cas après 1950.

6. Il y a un phénomène de saturation du CO2 sur une épaisseur optique de dix mètres environ. Si vous prenez une source d’IR à large spectre (corps chauffé à 1000°C, par exemple), et que vous mesurez avec un spectromètre le spectre restant après la traversée de quelques mètres d’atmosphère, vous verrez que les bandes du CO2 (4,3 et 15 microns) ont été entièrement absorbées. Donc l’atmosphère au-dessus de quelques dizaines de mètres ne voit plus les bandes d’absorption du CO2, et donc, le rajout de CO2 ne change plus rien, si ce n’est que l’épaisseur optique diminue. C’est cela le processus de saturation du CO2 atmosphérique, confirmée par les satellites, qui ne « voient » quasiment plus les bandes du CO2.

7. Dans le passé (Carbonifère), le taux de CO2 a été 25 fois supérieur au taux de CO2 actuel, et il n’y a pas eu d’emballement des températures, grâce au processus de saturation. Pourquoi nos misérables émissions de CO2 auraient-elles à présent un impact cataclysmique, alors que les lois de la Nature sont invariantes dans le temps et l’espace ?

8. Les niveaux océaniques montent de 1,7 mm/an (d’après les mesures au marégraphe de Brest), de moins 1,6 mm/an à Marseille depuis la fin du dix-neuvième siècle et aucune accélération n’a été mesurée ces dernières années.

9. Le hot spot (« point chaud ») prévu en zone tropicale, qui devait être LA preuve indubitable du rôle du CO2 sur la TMAG, n’a pas été détecté, donc il n’existe pas.

10. Le taux de vapeur d’eau atmosphérique diminue (alors que le GIEC avait prévu l’inverse – rétroaction positive – quand le CO2 augmente). La rétroaction réelle est donc négative.

11. La banquise australe atteint des records de superficie.

12. La somme des surfaces des deux banquises, dont les variations sont en opposition de phase, est à peu près constante, donc l’albedo de la cryosphère aussi.

13. Les mesures des 3000 sondes océaniques ARGO montrent, depuis leur mise en service en 2003, un très léger refroidissement des océans, entre la surface et 700 à 1000 m de profondeur (au mieux aucun gain de chaleur).

14. Le flux IR (infrarouge) quittant la haute atmosphère est supérieur aux prévisions des modèles (Il n’y a pas d’effet couverture par les GES de la troposphère).

15. La loi de Stefan-Boltzmann n’est pas applicable aux gaz, qui ne sont pas des corps noirs, ni des corps gris, alors que le GIEC l’applique aux gaz.

16. Les gaz émissifs, plus froids que la surface terrestre, ne peuvent en aucun cas la réchauffer (second principe de la thermodynamique, qui interdit le réchauffement d’un corps chaud par un corps plus froid).

17. Ce sont les températures qui ont toujours piloté les variations du CO2, jamais l’inverse. À notre époque, le retard du CO2 sur la température est de quelques mois.

18. Le projet CLOUD du CERN teste la théorie de Svensmark-Shaviv (rôle des rayons cosmiques, dont le flux est modulé par l’activité solaire, sur la formation des nuages) et les premiers résultats, assez positifs, ont été publiés dans Nature.

19. Les modèles ne savent pas modéliser la cryosphère, ni l’ennuagement, dont les variations ont un impact important sur la TMAG. Le projet Earthshine, qui mesure les variations de la réflectance de la Terre, vue de la lune quand elle n’est éclairée que par notre planète, montre que cette réflectance varie essentiellement en fonction de l’ennuagement. Elle a décru de 1984 à 1998 et augmenté par la suite jusqu’en 2004, ce qui suit assez bien les variations de la TMAG.

20. Les projections des modèles numériques divergent de plus en plus des observations. Un modèle numérique n’est pas une preuve scientifique, et, quand il est réfuté par l’observation, c’est qu’il est faux et doit être mis à la poubelle, ou, au mieux revu en détail. On attend toujours la mise à la poubelle ou la révision des modèles numériques du GIEC, mis en avant par le GIEC et financés par les contribuables…

21. De toute manière, il est impossible que des modèles numériques puissent prévoir les évolutions du climat, car il s’agit d’un système chaotique couplé et non linéaire, comme le précisait le GIEC dans son rapport de 2001, et comme le montrent les instabilités du climat passé et actuel. Pourquoi cela aurait-il changé actuellement ? Sûrement pas pour des raisons scientifiques…

22. Enfin le GIEC n’est ni un organisme scientifique, ni un organisme indépendant : le résumé pour les décideurs (SPM), qui seul est lu par les instances internationales, les politiques et les médias, est rédigé sous le contrôle étroit des représentants des États et la surveillance des ONG. La composition de ses instances dirigeantes montre une minorité de scientifiques très majoritairement engagés dans l’idéologie environnementale, et une majorité ONG + États.

  1.  Depuis 1880, la seule période de covariation entre la TMAG et la teneur en CO2 fut 1978-1997. De 1910 à 1940 la TMAG a progressé au même rythme que 1978-1997 alors que les émissions étaient insignifiantes. De 1950 à 1978, alors que les émissions de CO2 s’envolaient, la TMAG a baissé. L’analyse des carottes de Vostock montre que c’est la hausse de la température qui fait augmenter le CO2 dans l’atmosphère (par dégazage) et non l’inverse. Ce processus est toujours valable de nos jours, même pour de petites variations de température (le retard du CO2 étant alors de quelques mois).
  1. objection au point 20 : quand un modèle n’est pas conforme à la réalité , c’est que la réalité a tort 🙂

  2. vous avez scientifiquement raison mais politiquement tort .
    la science a perdu face a l’obscurantisme le jour où les politiques ont remplacé leurs danseuses par des journalistes

    1. Certes!….

      1. bref mais suffisant 😉
        si je dis que 99% de l’énergie solaire est stockée par l’eau et qu’en conséquence les mesures de température n’est que le reflet des courants de surface des océans et que ceux ci se foutent éperdument du CO2 atmosphérique ou pas , ils sont influencés par le battement d’une nageoire ou la caresse d’un rayon du soleil mais suivent inévitablement la rotation de notre planète en évitant les terres , ai je tort ?

  3. le giec me fait penser au docteurs de l’islam lol

  4. Harry Caude-Mouton

    Article + + +

  5. Excellent résumé. Vous avez cependant oublié la chute spectaculaire de l’activité solaire depuis le cycle 23 (2001) qui était 20 % plus faible que le précédent cycle et le cycle 24 qui a culminé en 2012 était lui 50 % plus faible que le précédent. Cette chute de l’activité solaire peut expliquer que les températures n’aient pas augmenté ces 15 dernière années. Les physiciens spécialistes du soleil prévoient un cycle 25 plat du genre de ceux du minimum de Maunder. La diminution de l’énergie en provenance du soleil et atteignant la Terre entre les cycles 23 et 24 correspond à environ la moitié de toute la chaleur produite sur la Terre par toutes les activités humaines confondues. Il est donc évident que le dégagement de chaleur par ces activités humaines, même s’il restait piégé par un soit-disant effet de serre, reste négligeable par rapport à l’effet du Soleil sur le climat de la Terre. On s’achemine vers une période glaciaire qui pourrait très bien être durable. Merci l’IPCC qui a toujours refusé d’inclure dans ses modèles l’activité solaire parfaitement prévisible par l’étude des taches solaires passées et par la mécanique céleste que vous avez mentionné dans le point 5.

    1. Difficile de dire plus de conneries dans un texte aussi court.
      Le cycle 23 20% plus faible que le précédent ? Ca c’est du scoop. Les variations de l’activité solaire ne dépassent par le pour mille. Des prédictions fiables de l’activité solaire future ? Merci de nous donner quelques références. L’IPCC qui refuse d’inclure l’activité solaire ? Vous n’y connaissez rien

      1. Vous ne confondez pas avec les variations de la TSI par hasard ? L’auteur parle du nombre de taches qui sert à quantifier l’activité solaire.
        Quand on ne sait pas, on se tait.

        1. Non, l’auteur parle de l’activité solaire. Si vous vous intéressez à l’impact sur le climat de la Terre, vous analysez l’énergie qui vient du soleil ou le nombre de taches ? Quel est le rapport entre le nombre de taches solaire et le climat ???
          Il ma parait plus que logique de regarder la TSI que le nombre de taches

      2. y a pas que l’énergie, la nature des particules joue un grand rôle en enveloppant la terre et la protégeant, ou pas.

    2. « Merci l’IPCC qui a toujours refusé d’inclure dans ses modèles l’activité solaire… »

      Tout simplement gigantesque.

  6. « c’est la hausse de la température qui fait augmenter le CO2 dans l’atmosphère (par dégazage) et non l’inverse. »

    L’inversion du sens de la causalité est la manipulation habituelle des idéologues qui se travestissent en scientifiques pour abuser les faibles d’esprit. Ainsi en va-t-il de la suicidaire « transition énergétique », nouvelle étape de la collectivisation qu’on prétend nous imposer au mépris des individus.

    Dans le domaine monétaire, on observe la même absurdité intellectuelle, les mêmes délires scientistes fondés sur l’inversion des liens de causalité, folie qui explique l’échec inexorable des politiques non conventionnelles des BC. Mais à la fin, nous ne serons pas (encore) morts et nous devrons payer les conséquences de l’idéologie : moins de croissance, voire la récession, et des océans de dettes à rembourser.

    1. Apocrype Polisson

      C’est pourtant ce que démontre Vincent Courtillot à l’analyse de carottes glacières qui en témoignent.

      Lire « La vie en Catastrophe » d’icelui.

      Autrement dit, la température des mersm onte, l’eau dégaze.

    2. « nouvelle étape de la collectivisation »

      Les idées des écologistes sentent bon le collectivisme d’une façon générale. Mais dans le cadre de la « transition énergétique », cela ressemble surtout à un « bateau ivre ».

      On ne sait pas trop si on se bat contre la pollution atmosphérique, contre les émissions de CO2, pour remplacer la fillière nucléaire ou sécuriser celle-ci, ou pour un avenir radieux.

      La mouvance écologique étant multiforme, sans leadership et sans calendrier précis, que ce soit au niveau mondial ou local, il ne peut y avoir aucune cohérence. Même si un besoin et une urgence était avérés et de vraies solutions identifiées, cette agitation infantile ne pourrait en aucun cas aboutir à un résultat car le but n’est même pas clairement défini.

      La transition énergétique ne nous mène donc à rien, ni politiquement ni techniquement. On a confié la gestion de notre compte en banque à des gamins. Ils achètent le premier jouet venu sur l’impulsion du moment sans savoir ce qu’ils comptent en faire, parce que « untel a dit que c’est bien ». Pas de plans, pas d’études, pas d’explications sur la stratégie, pas d’engagement, pas de responsabilité.

      1. Toutafai
        Il suffit de voir les pro- éolien (aérogénérateur) et les anti ( nimby), cela deviens ridicule.
        Un poulet sans tête diront les habitués de CP. Un comble pour des planistes.

      2. Dernière idée aux USA : la route solaire. Il s’agit bien d’une route avec des voitures et des camions dessus sous laquelle on veut mettre du PV, recouvert de verre.

        Attention : ceci n’est pas une blague, enfin je crois pas.

        http://jalopnik.com/why-the-solar-roadway-is-a-terrible-idea-1582519375

        1. Avec une semaine il serait peut être possible de faire le tour des raisons pourquoi cette idée ne tient pas la route. Mais ça reste le buzz du moment.

  7. Du point un au point 22, pas une seule source. Je ne suis pas convaincu non plus des conclusions du GIEC, mais de la à balancer de but en blanc sans justification des phrases du type « la durée de vie du CO2 dans l’atmosphère est en moyenne de 5 ans » … une source, un argument? Cet article ne démontre rien du tout.

    1. +1
      sur le fond RAS, l’article est bon ; sur la forme, il manque cruellement de citations, alors que je parie que l’auteur les a en stock.

      1. Oui, je pensais aussi à ça.
        Aligner 22 affirmations, qu’elles soient vraies ou fausses, tout le monde peut le faire.

    2. Euh Etienne, un rapport du GIEC c’est 2000 pages.
      L’article en 22 points de M. Bardinet est juste une invitation pour ceux qui n’y connaissent rien en escroquerie climatique à aller se renseigner sur les différents points mentionnés.
      Pendant que vous y êtes, trouvez-nous une référence crédible sur la durée de vie d’un siècle du CO2…

  8. Le point 16 fait partie des mauvais arguments parfois soulevés par les septiques et recensés par Roy Spencer.

    http://www.drroyspencer.com/2014/04/skeptical-arguments-that-dont-hold-water/

    1. Les septiques sont tombés dans la fosse ( du giec ) !!!

      1. Vous voulez parler des fausses sceptiques?

    2. Qu’en savez-vous ❓
      Seriez-vous physicien ❓

      1. L’article de Roy Spencer avait été traduit sur Contrepoints (mea culpa) :

        http://www.contrepoints.org/2014/04/30/164629-climat-10-arguments-sceptiques-qui-ne-tiennent-pas-la-route

        1. Le point 6 ne tient pas la route non plus. Dans le haut de la troposphère où la pression est très basse ce n’est évidemment plus du tout saturé.

  9. « sur la forme, il manque cruellement de citations, alors que je parie que l’auteur les a en stock. » nous dit P, ci-dessous… Ce serait très bien que Mr Bardinet nous propose une version de son texte dûment référencée. Malheureusement, pour le moment, il n’y a, sur son site Ecolosceptique (http://www.lecolocritique.fr/le-cercle-des-sceptiques/jean-pierre-bardinet/) que la même version du texte, sans références, ainsi que sur le Blog Médiapart (jipebe29 à l’adresse blogs.mediapart.fr/blog/jipebe29/300514/climat-22-verites-qui-derangent). Je trouve étonnant de publier de si nombreuses fois les mêmes arguments, parfois sans identité.

    Mr Bardinet, pourriez vous nous fournir les références qui soutiennent vos 22 points? D’avance merci.

  10. Il y a à boire et à manger dans cette énumération.
    La complexité même du phénomène est du pain béni pour les experts.
    Ce qui est moins compréhensible est que l’establishment politique n’ait pas déjà renvoyé ces clercs à leurs études, mais que, bien au contraire, aucun dirigeant du monde occidental ne se permet une critique du dogme du réchauffement catastrophique anthropique (à part l’ancien président tchèque). Ils n’agissent que peu ou pas car ils ne sont pas bêtes, mais gardent ce point à l’agenda.
    Un explication partielle: avec le réchauffement on justifie la « transition énergétique », dernier mécanisme de prise de pouvoir centralisé par subventionnement corruptif de tout un secteur industriel.

  11. Merci pour ce très bon article synthétique.

    J’ai un problème avec le point 16, sur le second principe de la thermodynamique. Honnêtement, à première vue, cela parait être de la foutaise complète. Un gaz froid ne peut pas réchauffer directement la planète, mais il peut en revanche réduire sa déperdition d’énergie, ce qui se traduit indirectement par une augmentation de sa température. De la même manière, une couverture, inférieure à 37°, permet bien de se réchauffer, en réduisant la perte de chaleur.
    Pourtant, cet argument revient souvent. Est-ce qu’il y aurait un expert en thermodynamique qui pourrait indiquer pourquoi cet argument est valable ? (ou confirmer qu’il ne tient pas la route le cas échéant).

    1. « De la même manière, une couverture, inférieure à 37°, permet bien de se réchauffer, en réduisant la perte de chaleur. »
      Erreur classique de raisonnement. Le corps humain ne se maintient à 37° qu’avec un apport en énergie. Nous brûlons de l’énergie, c’est ce qui réchauffe la mince couche d’air entre le corps et la couverture. Mettez une couverture sur une personne qui vient juste de mourir et donc à 37° dans un environnement à 10° et revenez 48h plus tard, vous verrez la différence.
      En dehors de l’apport d’énergie venant du soleil, on oublie bien souvent que la terre est chaude en interne. La température s’élève de 1° tous les 25 mètres en profondeur dans les mines. Et on a calculé que la température est de 300° à 10 km de profondeur.
      Votre couverture ne produit aucune chaleur, elle ne permet même pas de « réchauffer » quoi que ce soit. La couverture confine la chaleur que vous produisez. Point barre.

      1. « La couverture confine la chaleur que vous produisez. Point barre. »
        Merci, mais vous ne m’apprenez rien, et vous d’ajoutez pas d’information par rapport à mon commentaire. La couverture et l’atmosphère ont exactement le même rôle: augmenter la résistance thermique par rapport à l’extérieur, ce qui se traduit par une augmentation de la température de l’objet qui doit évacuer la même quantité de chaleur.
        Le corps humain génère son énérgie, la terre la reçoit du Soleil. En quoi cela fait-il une différence, dans la mesure où l’atmosphère n’augmente que peu la résistance thermique « entrante » mais beaucoup la « sortante » ?

        1. Sauf que l’atmosphère n’augmente pas la résistance thermique. même un tout petit peu. Pas du tout.

          1. Pourquoi ?
            Est-ce à dire que l’effet de réchauffement due à l’atmosphère ne peut pas être modélisé par une résistance thermique (mais alors quel est le modèle à retenir ?) ou que la température moyenne serait identique en l’absence d’atmosphère (ce que j’ai du mal à croire et qui me semble contraire à toutes les observations astronomiques) ?

            1. L’air est un bon isolant thermique , mais … moins bon que le vide ! autrement dit, si l’atmosphère réchauffait le sol par un effet de résistance thermique, le sol serait partout et toujours plus chaude en l’absence d’atmosphère … absurde.
              Ce qui répond à votre question : on ne peut pas modéliser l’atmosphère comme une résistance thermique, et d’ailleurs personne ne fait ça (en particulier pas le GIEC).
              Les bilans thermiques présentés au public ont le gros défaut de zapper l’alternance jour-nuit et ses effets sur les stocks d’énergie de la surface (le premier mètre de sol, les 10 premiers mètres d’eau …)

              1. Vous parlez de résistance thermique via conduction, où effectivement le vide est le meilleur toutes catégories. Mais pour les radiations, c’est une autre affaire.
                Modéliser l’atmosphère comme une résistance thermique veut dire que l’on suppose que la terre émet vers l’espace une certaine quantité d’énergie, qui augmente avec sa température au sol, et qui diminue sous l’effet de l’atmosphère. Le résultat est une augmentation de la température au sol de façon à ce que la quantité d’énergie émise par la terre soit égale à celle qu’elle reçoit. Ce modèle explique la corrélation entre atmosphère et température de surface (notament celle de Vénus comparé à Mercure). Il est limité (la relation entre énérgie émise et température de surface n’est pas linéaire, à atmosphère égale) mais il est efficace.

                1. Nope, je parle de résistance thermique, tout court. Radiations incluses. le vide est un meilleur isolant, point barre.
                  Si votre conception était correcte on chercherait à remplir les isolants comme un vase de Dewar ou des doubles-vitrages, non pas de vide, mais de gaz sous pression maximale voire carrément de liquide convenablement choisi pour maximiser le blocage des radiations, afin qu’il fournisse une isolation maximale… et c’est bien sûr tout l’inverse. le premier choix, si possible, c’est toujours le vide.

                  1. Avec un film métallique argenté/alu pour réfléchir les radiations IR.

                  2. Le vide ne procure aucune isolation contre les transfert thermique par radiation, ça me parait assez évident.

                    Dans un vase Dewar, c’est la surface qui est métalisée pour bloquer les radiations.

                    1. tiens revoilà le « bidulator »

                      de temps à autre il resurgit ,au moment ou l’on ne s’y attend pas,cela constitue à chaque fois un motif d’empoignades.
                      Et c’est curieux que le point essentiel qui motive cette hystérie soit toujours aussi controversé.
                      C’est par exemple à la limite du ridicule de voire un savant( bien que climatologue) Spencer, faire des petites expériences avec des boites de frigolit dans son jardin pour tenter de prouver la fameuse si pas fumeuse backradiation.
                      Lintzen, et Spencer avaient calculé que la terre avec une atmosphère constitué de gaz non kasher(oups, non à effet de serre) serait de 70 °c au niveau du sol,et de conclure que les gaz sataniques accéléraient le refroidissement de la terre au niveau de la basse troposphère.
                      Par contre, Soencer posait l’autre jour une bonne question( à laquelle il s’est bien gardé de répondre de façon définitive): les IR (la backradion, peuvent-ils réchauffer l(océan?
                      ce serait ballot que cette satanée backradiation n’aie pas d’effet sur les 3/4 du globe,

                    2. « Le vide ne procure aucune isolation contre les transfert thermique par radiation, ça me parait assez évident. »
                      Certes. mais les gaz font-ils mieux ? non. ils font pire. ils ne bloquent des fréquences bien précises et trop rares pour avoir un effet général, tout en provoquant des pertes par conduction et convection.

                      « Dans un vase Dewar, c’est la surface qui est métalisée pour bloquer les radiations. »
                      Et cette surface est opaque sur TOUTE la gamme des radiations. la moindre fenêtre de fréquence ouverte laisserait passer toute l’énergie. Un gaz ne peut pas avoir le même effet qu’un film métallique…

                    3. il y a une théorie Iron ball sur ce sujet.
                      j’ai plus le lien, on est submergé par toutes ces « études »

                      tiens, l’organisme qui s’occupe de la protection des ours polaires( déclare que leurs relevés ont été faits au doigt mouillé( ce qui est très hasardeux au pôle, malgré la poele à frire),et que les chiffres annoncés ont été établis pour accréditer la doxa en vogue.

                      on vous le dit, c’est de la sciences en béton settled

                2. L’atmosphère de Vénus ne laisse pas entre le rayonnement solaire (elle est complètement opaque, et elle renvoie la lumlère incidente- c’est pour cela qu’elle nous paraît si brillante dans le ciel nocturne). Et pourtant, sa température au sol est de l’ordre de 400°C (je crois), et la pression au sol est de plusieurs centaines d’atmosphères. La propagande réchauffiste veut nous faire croire que c’est à cause de l’effet de serre, or, c’est impossible compte tenu des conditions précisées plus haut.

                  La seule et bonne raison? Tout simplement la compression adiabatique (application de PV=nRT, loi bien connue des gaz parfaits, applicable en première approximation aux gaz réels). Et cette compression adiabatique existe bien évidemment sur notre planète, ce qui explique sa température moyenne de 15°C environ, sans avoir besoin de sortir la Grosse Bertha de l’effet de serre du CO2..

                  1. Jean-Pierre votre cas est grave.

                    Les effets de la rétroradiation atmosphérique sont directement observés par les satellites.

                    Comment expliquez-vous que la surface de la Terre recoit actuellement plus de rétro-radiation de son atmosphère que du soleil ???

                    La loi de Kirchoff ça vous rappelle vaguement des trucs ?

                    Concernant votre fumeuse violation du sceond principe, il se trouve que le flux NET de radiation de la surface vers l’atmosphère est SUPERIEUR au flux net de retro radiation de l’atmosphère.

                    Et ça, tournez le dans tous les sens, c’est de la plus pure orthodoxie thermodynamique.

                    Je suis curieux de voir comment vous allez vous rattraper aux branches

                    1. La rétro radiation… vous avez inventé le mouvement perpétuel, BRAVO !
                      http://arxiv.org/pdf/0707.1161.pdf
                      Et ne me dites pas que cela a été réfuté !

                    2. « Comment expliquez-vous que la surface de la Terre recoit actuellement plus de rétro-radiation de son atmosphère que du soleil ??? »

                      Pardon?

                    3. scaletrans

                      « backradiation » est le terme anglais, ma traduction peut être approximative mais c’est bien à ce terme que je fais référence.

                      Pourquoi diable venez-vous avec le mouvement perpétuel ? C’est complètement dingue, on vous parle de bilan radiatif NET. Si vous êtes aussi ignare que pour ignorer ques les GES réémettent des radiations dans l’atmosphère en ce compris vers la surface et que vous prenez cela pour du mouvement perpétuel, vous êtes perdu mon pauvre.

                      Connaissez-vous ArXiv ? C’est un site de pré-publication, autrement dit les articles n’ont pas été revus (pour preuve seul le nom de l’auteur y parait) et sont soumis à la sagacité des lecteurs. Tout un chacun peu publier dessus. C’est affligeant que vous ne connaissiez pas le fonctionnement de ce site (ou semblez feindre de l’ignorer).

                      Pour simple touriste.

                      Je suis désolé d’avoir été un peu technique, le lecteur moyen de Contrepoint a dû être choqué. Vous ne comprenez pas quoi exactement ?

                    4. C’est grave scaletrans,

                      Je montre que Jean-Pierre se trompe dans son interprétation d’une hypothétique violation du second principe de thermo.

                      Vous ne faites rien de moins que de suggérer que la théorie de l’effet de serre viole également le premier principe.

                      C’est du paranormal.

                    5. Qu’est-ce que la rétro-radiation du Soleil?

                    6. Je n’ai pas parlé de retro radiation du soleil mais de l’atmosphère terrestre.

                      Si je n’ai pas été clair, je corrige:

                      « Comment expliquez-vous que la surface de la Terre recoit actuellement plus de radiation de son atmosphère que de radiation du soleil ??? »

                    7. Vous parlez des radiations dans quelle bande?

    2. Je vous propose de faire une petite expérience.

      Comparons l’incomparable. Le corps humain avec un apport en énergie (aliments et eau) et la Terre avec l’apport en énergie du Soleil.
      Mettez une couverture sur le corps humain, puis deux couvertures, puis 3 couvertures et faites nous un rapport sur combien il faut de couvertures sur le corps humain pour que celui-ci atteignent disons 100°…
      C’est en gros, ce que nous explique les gens du GIEC. La couverture autour de la Terre s’épaissit et la température va monter inexorablement…

      1. vu de l’espace, la terre est à -18°C. Et le restera toujours, quelque soit le nombre et l’épaisseur des « couvertures ». Celle-ci ne font que modifier la position de la couche à -18° par rapport au sol.. ce qui ne change pas la température au sol !

      2. « Comparons l’incomparable »
        À quoi bon comparer l’incomparable ?
        Si vous mettez un nombre croissant de couvertures, dans un premier temps, il ne se passera rien, le corps étant thermorégulé (ce qui n’est pas de cas de la terre). Si on insiste au point de dépasser les capacités de thermorégulation du corps, votre malheureux cobaye va mourir d’hyperthermie. Il n’atteindra pas 100° parce que sa production d’énergie s’arrêtera avant, avec la mort du patient. So what ?

        « La couverture autour de la Terre s’épaissit et la température va monter inexorablement… »
        Si la couverture s’épaissit, alors oui, la Terre va se réchauffer inexorablement. C’est bien le point « la couverture s’épaissit » qui est contestable.

        1. « le corps étant thermorégulé (ce qui n’est pas de cas de la terre) »
          Erreur. La terre EST thermorégulée. D’ailleurs si ce n’était pas le cas, il n’y aura pas de climat , il y aurait juste ce qu’on voit sur la lune : alternance de froid (-200) et de chaud (+100) en fonction de l’éclairage solaire.

          1. Non, la terre n’est pas thermorégulée.
            La thermorégulation est le fait que le corps humain maintienne sa température à 37°, en modulant sa production d’énergie et son évacuation, via la sueur, les tremblements, l’activité physique, l’état des pores de la peau, la circuration sanguine, et j’en passe. La thermorégulation suppose l’existence d’une consigne de température, maintenue grâce à des mécanismes spécifiques.
            Sur terre, quelle serait la température de consigne ? Quelle serait le but du maintient de cette température ? Par quels mécanismes ?
            Les températures tempérés, loin des écarts de la lune, sont simplement dues à l’inertie thermique lié à la présence de l’atmosphère. Rien à voir avec une régulation.

            1. Voilà une conception bien restrictive de la régulation.
              la température terrestre est régie par des mécanisme a rétroaction négative, qui la réchauffe quand elle se refroidit et inversement. la température de consigne est, manifestement, 15° environ au sol, avec des variations nettement plus faible que celle d’un corps humain (qui fonctionne en routine de 36 à 38°, mais reste capable de gérer nettement moins et un peu plus ).
              Quant au mécanisme, et bien ils sont aussi compliqué que ceux d’un être vivant : stockage, gel, dégel, convection, évaporation, nuage, albédo, orage, etc.
              le but ? la notion de but est parfaitement étrangère aux mécanisme naturels, y compris à l’homéothermie humaine (elle existe, c’est tout ; certes si elle n’existait pas nous serions bien différents, mais pas forcément mort pour autant : les homéothermes sont plutôt rares, vous savez).

              1. Le mot « thermorégulation » a un effectivement un sens plus restrictif que « régulation », et implique une intentionalité. De fait, il ne s’applique qu’aux systèmes biologiques ou technologique.
                La différence pour le débat présent, c’est que rien de dit que la température de la terre doit rester autour de 15°. Un corps humain fera quasiment tout pour rester à 37°, mais la terre évoluera selon les lois de la physique, sans aucun mécanisme destiné à ramener spécifiquement sa température à 15°.

                La régulation à 37° est une question de survie pour l’organisme, donc on peut clairement parler de but. D’autres organismes s’en passent, mais ce sont d’autres organismes.

                Pour les contre-réactions négatives, je suis entièrement d’accord avec vous: le choix quasi-systématique du GIEC est à mon avis le plus gros reproche qu’on peut faire aux réchauffistes: si le climat était régit par des contre-réactions positives, la terre serait une boule de glace ou de magma depuis longtemps. Mais ces contre-réactions n’impiquent pas que la température ne puisse pas varier dans des proportions très désagréable pour l’être humain.

                1. Bonjour BN
                  « Le mot « thermorégulation » a un effectivement un sens plus restrictif que « régulation », et implique une intentionalité. »
                  Humm je ne pense pas que les animaux « à sang chaud » est la moindre intention dans le mécanisme de leur régulation thermique. Il n’y a pas de « dessein » dans l’évolution des espèces.

                  1. Là, on quitte la physique pour entrer dans la philo 🙂

                    1. @BN
                      La Terre a bien un mécanisme homéostatique qui la maintient aux alentours d’un équilibre local de 15°C, ce n’est pas de la métaphysique, c’est une CONSTAT. Cet équilibre est remarquablement stable compte tenu des variations énormes d’insolation entre périhélie et aphélie, des changements court et long terme d’albédo dû à la végétation et à la couverture neigeuse et nuageuse, des fortes perturbations causées par les méga-éruptions, des déplacements de latitude du courant jet, des cycles océaniques, des énormes transferts de chaleurs vers les altitudes par les cyclones… Il y a donc bien une température d’équilibre et des rétroactions négatives puissantes qui assurent le maintien de cette température.

                      Faut pas confondre « on ne comprend pas (encore) comment le mécanisme fonctionne » et « le mécanisme n’existe pas ». On ne comprend pas comment la supraconductivité à hautes températures fonctionne ne signifie pas que celle-ci n’existe pas !

                    2. Que serait la physique sans la philo ?

        2. BN : « La couverture et l’atmosphère ont exactement le même rôle: augmenter la résistance thermique par rapport à l’extérieur, »
          « À quoi bon comparer l’incomparable ? »
          « votre malheureux cobaye va mourir d’hyperthermie. »

          Et bien, rien ne le prouve. Rien ne prouve que 40 couvertures tueront le cobaye. Comme rien ne prouve que le CO2 en plus va « réchauffer » l’atmosphère…

    3. Et comme la terre est réchauffée quasi-exclusivement par le soleil, l’énergie venant du cœur de la terre étant parfaitement négligeable, sans l’effet de serre, on aurait très froid !
      La couverture pourrait bien nous préserver aussi du soleil, tout en réduisant les écarts, les photons IR (bandes 4.3 et 15 μ) étant stoppés plus haut.

      1. La compression adiabatique est LA cause essentielle de la température de 15°C de notre planète. « L’effet de serre » (je n’aime pas ces termes, car ils sont simplificateurs et donnent une image erronée et simpliste -comme le veut la propagande) du CO2 a un effet non mesurable.

        1. Le CO2 n’a aucun effet significatif,on est bien d’accord.
          Son seul effet sur une petite partie du spectre, voire la courbe de transmittance, peut même refroidir (un petit poil). une partie de la planète. Comme quoi, « l’effet de serre » est surfait.

          1. Désolé de vous contredire, le CO2 a bien un effet sur la biologie de la planète : les plantes. L’accroissement du niveau de CO2 favoriserait la repousse des plantes dans certaines zones jadis désertiques.

            Comme quoi, la planète s’adapte de façon cyclique, les mers deviennent des déserts, les déserts deviennent des forêts et inversement…sans que l’homme ait besoin de faire quoi que ce soit, c’est ainsi depuis des millions d’années.

            1. Je n’ai dit le contraire à propos des plantes 😆 , nous somment bien d’accord.
              La preuve, j’en parlais à propos du plancton.
              Je pensais en termes de réchauffement, en termes physiques et non biologiques.

    4. Vous avez raison de tiquer sur l’argument 16.
      C’est un argument mal présenté et mal compris, qui peut être correct ou faux selon deux écritures à peine différente.
      Là, tel qu’il est écrit, il est correct (le froid ne chauffe pas le chaud) … mais non pertinent : le GIEC ne prétend nullement que le froid réchauffe le chaud ! il se contente de dire que l’atmosphère émet de la chaleur, et d’autant plus qu’elle est plus chaude, ce qui est parfaitement vrai.

      1. Oui, mais existe-t-il une forme qui soit à la fois exacte et pertinente ?

        1. Je ne pense pas. C’est pourquoi je déteste qu’on utilise cet argument qui fait facilement boomerang sur l’utilisateur.

    5. Oui, d’ailleurs la Terre réchauffe le Soleil.

      (Un peu.)

    6. Vous décrivez une machine à mouvement perpétuel du second ordre, félicitations !

      http://arxiv.org/pdf/0707.1161.pdf

  12. 23. le GIEC attribue une rétroaction positive au CO2 : plus de chaleur est censé produire plus de CO2, et plus de CO2 plus de chaleur, jusqu’à l’emballement. Et le climat est un système chaotique.
    Sauf que les systèmes dynamiques à rétroaction positive NE SONT PAS chaotiques, ils sont simplement exponentiels. Les systèmes chaotiques, comme le climat, sont gouvernés par des rétroactions négatives.

    Attribuer au CO2, ou aux GES en général, un pouvoir de rétroaction positif, c’est ni plus ni moins que nier l’existence du climat. Et attribuer à l’Homme le pouvoir magique de changer les lois des mathématique et de la nature, et changer le chaos en linéaire, le négatif en positif, pas la seul force de… de … de je ne sais pas quoi.

    1. C’est la technique de Thomas Piketout ❗
      On s’étonne qu’un seul homme ne possède pas TOUT depuis 2000 ans déjà ❗

      1. oui, on peut imaginer facilement le capital accumulé depuis 2000 ans avec 30 pièces d’or comme capital de départ 🙂

      2. Euuuuuuuuuuuuuh, j’ai la réponse :

        on a trouvé des trésors dans des champs, des millions en pièce d’or.

        Mais qu’est-ce j’étais bête. C’est que la fortune s’évapore toute seule avec le temps (délire … 🙄 )

        😉

  13. Merci pour l’article, mais comme d’autres, j’aurais souhaité des sources.

  14. J’ai beaucoup apprécié cet article. Technique, logique, réfléchi de très bon niveau. Nous sommes nombreux à nous élever contre
    les incohérences diffusées par le GIEC mais c’est un combat à armes inégales vu la puissance de feu de cet organisme, mis en place par nos dirigeants et relayés par les médias publics. Il faut taper sur le clou pour l’enfoncer, alors tapons. Toute cette mise en scène, pour effrayer de façon à changer de paradigme. Il serait
    plus sain de parler de notre planète, de sa surexploitation, de sa nécessaire protection, plutôt que d’effrayer avec la cohorte des méfaits induits par l’augmentation du CO2. Si nous parlions, un peu, d’une terre avec 10/12 millions d’êtres humains avides d’aisance et de bien être ….. du réalisme !
    E.Aubert

    1. Il serait surtout plus sain de dire que la planète n’appartient pas à quelques bobos de pays riches et quelques dirigeants corrompus de pays pauvres. Ce n’est même pas une question de morale mais de simple réalisme. Les habitants des pays riches n’ont aucune envie de diminuer leur niveau de vie ni même d’en freiner la progression. Quant aux pays pauvres, impossible d’imposer quoi que ce soit et surtout pas une modification culturelle aux habitants, sauf à imaginer la mise en place de régimes dictatoriaux dans ces pays.

      Au contraire, la lutte contre la mortalité due aux famines ou pandémies impose qu’ils effectuent rapidement le même chemin que nous : éducation, commerce, passage d’une économie agricole extensible à une société moderne dans laquelle la démographie a tendance à s’inverser. Cela signifie fatalement une explosion de la consommation de ressources. Seul le progrès technologique peut permettre de fournir ces ressources. Les réflexions sur l’avenir du monde basée sur notre culture, nos exigences, nos volontés et l’état actuel de l’utilisation des ressources sont un non-sens. Les besoins énergétiques ne peuvent qu’exploser et ce n’est pas les économies d’énergies des bobos qui vont y changer quelque chose.

      1. Il faut savoir redescendre sur Terre. Vous parlez comme si la classe bourgeoise mondialisée, les barons du pétrole, les aparatchiques milliardaires au pouvoir aux USA, en Chine ou ailleurs, qui au passage se fichent éperdument de ces questions, n’étaient pas au pouvoir.
        Constatez les chiffres en France comme dans le monde. Il n’y a rien qui montre ce que vous dénoncez, rassurez vous. Le seul élément effectif est la mode « verte ». On fait un peu de greenwashing, pratiquement seulement dans avec les mots, rien de plus.
        Il faut quand même arrêter le délire.

        1. « Vous parlez comme si la classe bourgeoise mondialisée, les barons du pétrole, les aparatchiques milliardaires au pouvoir aux USA, en Chine ou ailleurs, qui au passage se fichent éperdument de ces questions, n’étaient pas au pouvoir. »

          Oui kamarade, vive le grand soir écolo où on fera payer aux salops de capitalistes !
          Comme quoi, vous démontrez par votre discours le positionnement radical des verts…
          100 millions de morts, ça ne suffit pas.

          1. « 100 millions de morts » comment osez vous? Ce que j’ai dit pourrait aussi bien sortir de la bouche de Philippot que de Joly, alors pas d’amalgame. Ce que j’ai dit est un fait, que ça vous plaise ou non, je ne parle pas de politique.

            1. Vous niez donc que le marxisme a causé 100M de morts recensés en 97, c-a-d 17 Shoahs ? Vous êtes donc négationniste ?????
              Et vous voulez donc recommencer ???

              Quant à Kim Jo ly, cette femme est aussi totalitaire que Pḧilippolpot.

              1. Mais vous êtes complètement à côté de la plaque. D’où vous parlez de négationnisme. Bien sur que Mao et Staline (pour ne citer qu’eux) ont causé ces 100 millions de morts. Mais quel est le rapport???

                1. Vous êtes quand même fort. En 2 commentaires vous arrivez à faire glisser la conversation vers un hors sujet total.. vous voyez la lutte marxiste / capitaliste partout.. C’est bien un signe que votre présence sur cette discussion n’a rien de scientifique mais est purement politique. Un mode de pensée archaique en somme.

          2. En plus vous ne répondez pas. Etes vous d’accord oui ou non?

            1. Vous êtes si lolilol que vous voulez faire croire que je me désiste de la discussion, parce que je ne vous répond pas… dans la minute ?

              Vous devez être atteint d’un sacré WTF mental…

              http://www.funnypica.com/wp-content/uploads/2012/05/Ugly-and-Crazy-Man.jpg

              1. Je ne vous reproche pas de ne pas répondre à la minute. Je vous reproche de dire n’importe quoi.

  15. Le point le plus important est l’accord (au moins une) des 2 parties pour l’acceptation d’une preuve de l’effet du CO2 : la découverte d’un point chaud.

    Or, pour l’instant, tout repose sur la confiance aveugle envers les scientifiques du GIEC, qui peuvent se permettent de créer des équations suffisamment compliquées pour ne pas être réfutables !

    C’est un peu le mécanisme des hautes autorités et autres comités français, composés de lobbystes et de politiques, s’entendant de concert pour leurs intérêts propres…

  16. Une fois de plus , avec les points n° 3 et 17 on suggère que ce n’est pas l’homme qui est responsable de l’augmentation du CO2 atmosphérique , mais le réchauffement causé par un quelconque élément naturel; or cela fait 17 ans que les températures stagnent , voire diminuent dans la mer si on se fie au point n°17, et le CO2 continue de monter comme avant ; il y a donc une certaine contradiction que Spencer avait bien relevé et qu’on trouve dans l’article de Contrepoints
    http://www.contrepoints.org/2014/04/30/164629-climat-10-arguments-sceptiques-qui-ne-tiennent-pas-la-route
    C’est le point n°7

    1. Que ça monte ou que ça baisse n’est pas le problème. Ce sont les prédictions catastrophiques de poursuites exponentiels des niveaux qui créent la panique mondiale actuelle.

      Plutôt que la qualité de leurs modèles ou explications, c’est la définition d’une possibilité de preuve indéniable qui devrait être débattue.

    2. Pour faire des comparaisons entre le CO2 « dégazé » de la mer et la température, il faudrait avoir une modélisation du phénomène incluant entre autres la migration de l’eau des proffondeurs vers la surface et la fonte et le gel périodiques aux poles. Le dégazage est forcément un phénomène qui varie suivant la lattitude, les saisons, les courrants, la glaciation et qui ne dépend pas uniquement de TGlobale à un instant T.

      1. Exact, sinon le plancton serait plus rare dans les eaux froides. Or c’est souvent là qu’il y en a le plus. Sinon, on ne verrait jamais les baleines dans les eaux froides.
        Plancton qui absorbe une partie du CO2, et le précipite au fond.

      2. Oui, les eaux froides sont capables d’absorber davantage de CO2 que les eaux chaudes, ce qui explique que les pH varient de 7,8 à 8,2, selon les latitudes et les courants océaniques.

        A l’équilibre, à l’interface océan-troposphère, les pressions partielles de CO2(liqu) et CO2(gaz) sont égales.

        Le flux net de CO2 entre l’air et l’océan est donné par:
        F= kS.delta(Pco2)

        k= vitesse de transfert du gaz, dépendant de plusieurs facteurs, dont la vitesse du vent
        S=solubilité du CO2 (fonction de la température de l’eau)
        delta(Pco2)=(Pco2)mer-(Pco2)air

        A l’équilibre, le flux est nul. Si le taux de CO2 atmosphérique augmente (quelle qu’en soient les raisons), F devient négatif et l’océan capte du CO2.

  17. Selon le principe qu’il faille 10 minutes pour répondre à une ineptie proférée en dix secondes, et tenant compte du fait que je me suis arrêté à la moitié de l' »argumentaire » de Contrepoints, il m’aura fallut 30 fois plus de temps que l’auteur pour rédiger les lignes qui suivent.

    1. Faux

    https://www.ncdc.noaa.gov/monitoring-references/faq/anomalies.php

    je vous laisse faire la régression

    2. Le forçage radiatif dû au Co2 n’est pas le seul à jouer. Si le CO2 eu été constant ces 15 dernières années, les forçages négatifs dûs à une faible activité solaire et à un épisode de Nina aurait dû conclure à une baisse des températures. Or il n’en est rien , elles ont même augmenté.

    3. Sources ? Citation du GIEC ?

    4. Idem

    5. On en reparlera Nostradamus

    7. Lois invariantes certes mais les conditions initiales étaient-elles vraiment les mêmes au carbonifère ? Les causes du réchauffement sont-elles les mêmes ? Les situations ne sont en aucun cas comparables.

    8. Ca monte mais cela ne s’accélère pas. Une bonne nouvelle donc.

    9. Non ce n’est pas LA preuve, cela n’existe pas en science, il existe des faisceaux de présomption qui sont établies.

    10. Et le bilan global quel est-il Contrepoints ?

    11. Superficie … A votre avis que devient l’eau de fonte des glaciers ? Avez-vous une idées de l’état de santé de ceux-ci dans cette région ?

    12. Vraiment ? http://www.skepticalscience.com/pics/GlobalSeaIce.gif ? Un bilan global négatif d’1million de km2 en 35 ans ?

    Etc … Etc …

    1. Bonsoir Luc
      Ne soyez pas ridicule!
      C’est plié.
      Je m’arrête à l’argument 1 pas d’augmentation depuis 15 ans.
      Soyez beau joueur, on peut se tromper.
      On est dans une discussion scientifique. Vos modèles ne sont pas robustes.
      C’est la vie des théories scientifiques, ont fait des modèles, on les teste, et puis si c’est réfuté on s’incline.
      Cordialement.

      1. Il vous suffit de pas grands choses pour tomber dans une certitude aveugle.
        Je ne vais pas reprendre l’intégralité des points mais je vais en dégager les points principaux qui s’égarent un peu..
        On retrouve l’inévitable plateau des températures. Effectivement, en sélectionnant soigneusement la température, on peut trouver des plateaux n’importe ou. Le fait que la température se stabilise n’est pas une preuve que le changement s’interrompt. La température n’est qu’un indicateur parmi d’autre. Cela ne suffit pas à déclarer qu’il n’y a pas de causalité, le système est un peu plus complexe que cela… La comparaison avec le passé voir la préhistoire n’est pas pertiente.
        2e élément, il y a une incohérence: l’augmentation du CO2 est d’origine anthropique ou non? On semble lire tout et son contraire selon les points.
        3e élément: On retrouve l’inévitable argument de la banquise antarctique. Son expansion récente est bien moins significative que la débacle arctique. Ce n’est vraiment pas un argument solide.
        4e élément: les débats stériles de pseudo thermodynamique: laissez ça aux professionnels, ce qui est dit est farfelu.
        5e élément: certes les modèles bien que performants ne sont pas parfaits, à court terme notamment, mais cela n’est pas un argument de fond.

        1. décidément,le hiatus est un truc indigeste pour la mouvance, ils parviennent pas à digérer.
          ils ont même trouvé une réchauffement de .05 ° par décade, sont trop forts
          et jamais personne n’a dit que le changement s’interrompt,juste que personne n’est capable de départager ce qui est anthropique de ce qui est naturel, car, oh merveille, nos climastrologues découvrent que le changement climatique est aussi naturel, fou hein comme la sciences avance à pas de géant.

          sur la part anthropique de l’augmentation du taux de CO2, il n’y a pas de mystère, ,os émissions y sont pour une part.. que l’on a bien du mal à quantifier.
          maintenant que l’homme influence le climat, rien que l’augmentation de population, l’industrialisation, le changement d’affectation des sols,toutes les acyivités humaines ont une influence, c’est certain.
          Et c’est grave docteur?
          Oui, la planète reverdit, j’ai même vu iguadonon hier( l’apéro a été rude)

          concernant les banquises, je crois que vous devriez reprendre les bases:un baignoire ….
          la moyenne de surface des banquises est nettement au dessus des moyennes observées depuis 30 ans

          les débats de thermo sont à laisser aux scientifiques.
          Et donc attendons une démonstration probante, prouvable, des beaux schémas de Trenberth.

          Les modèles ne sont pas parfaits… vous maniez l’euphénisme avec art, vous devriez être porte parole de Mhollande.
          les modèles sont complètement à la rue, et on claque des milliards sur la base de modèles (qui ne sont pas parfaits) ,
          bah on est riches hein…

          1. 5 ans, 50 ans,mille ans, toutes les options sont crédibles, car il est statistiquement prouvable que l’on retrouvera une molécule de CO2 émise par mon 4X4 ce matin, dans mille ans?
            par contre, les bilans carbone, avec le missingsink, on se demande comment des gens sérieux peuvent publier de telles daubes?

            Mais depuis longtemps maintenant, le côté soi-disant scientifique de l’affaire est oublié, il n’est que de voir les aneries proférées par Obama, en contradiction avec les constations que tout le monde peut vérifier.

            Quel est le but poursuivi, car je n’imagine pas un politique cramer son économie sur de telles suppositions.
            Pour moi, cela reste une énigme.

            En tout cas, même si la Seine est gelée au mois de mai prochain, nous allons tous en bouffer de la transitude,pas besoin de modèles pour en être certain, ça c’est settled

            1. Pas son économie, la notre ❗

          2. Je veux bien entendre ces arguments mais certains sont complètement faux. La moyenne de la superficie des banquises est nettement inférieure et non l’inverse.. Pour le CO2, le degré d’incertitude est très réduit. A oui, autre chose, le coup des 5 ans ça sort d’où??

            1. pour notre enclume de service, voici le graphe officiel
              on est au même stade qu’en 79, début des relevés satellite

              les 5 ans, c’est le même piffomètre que les 150 ans, du flan

                1. A la hausse ou à la baisse ?

                  A vos règles de bois Contrepoints !

                  1. A la hausse (il y a plus de glace qu’en moyenne) , quoique d’une quantité non significative.
                    Vous me le copierez 100 fois, élève Luc.

                    1. Faux.

                      Vous désirez les données brutes et le script ?

                    2. Mais oui. Je suis curieux de voir quelle tricherie statistique vous allez sortir de votre chapeau pour transformer un point final de la courbe au dessus de la moyenne en baisse sur la durée ; j’en ai une idée, mais je préfère vous voir à l’œuvre 🙂

              1. Oui merci je connais ce graphe. Ca baisse. A part depuis 2 ans mais comme vous le savez on peut soigneusement sélectionner un laps de temps pour montrer tout et son contraire. Vous avez quand même du toupet.

          3. Voir http://dropcanvas.com/#wJc9FpE34332em

            pages 8 et suivantes (publication dOle Humlum et al., travaux de Murry Salby)

            1. A publier très certainement.

        2. Bonjour Pikouli
          Quand vous faites des modèles et que la réalité ne suis pas ces (vos) modèles, la moindre des choses c’est de rester modeste. La science n’est pas qu’un long fleuve tranquille. Regarder l’histoire des sciences. Actuellement l’évolution des températures n’est pas favorable à la thèse réchauffiste.
          Nous avons 30 ans de recul (évolution CO2/ Temp). 15 ans de corrélation puis 15 ans de plateau.
          Je pense qu’au final il y aura peut-etre un petit qquechose, un demi degré de plus, mais pas grand chose par rapport au psychodrame que nous avons subit. « La maison brûle »
          Comme tjs l’intervention des politiques est tjs néfaste dans tout controverse scientifique.
          Il n’y a pas de bonne science sans doute.
          « Science is settled, debate is over ! » n’est pas scientifique.

          1. Vous êtes drôle gilib, vraiment.

            à ce graphique:

            http://www.skepticalscience.com/pics/FR11_Figure8.jpg

            Opposez-vous un graphe contradictoire pour étayer vos dires (« 5 ans de corrélation puis 15 ans de plateau. ») ?

            1. Ben merde alors, c’est pas à cette vitesse que je pourrai ne plus chauffer en mai !
              Vivement le réchauffement 🙄

            2. Bonjour
              En fait pikouli et luc sont la même personne;
              Je poste à pikouli, luc me répond et vise versa.
              Je ne vous parle pas d’évolution de temp mais de corrélation CO2 Temp.

            3. Je suis de bonne composition, j’ai visité votre site.
              sur la page http://www.skepticalscience.com/trend.php
              de 1960 à 2013 Trend: 1.33 ±0.25 °C/century (2σ)
              de 1980 à 2013 Trend: 1.59 ±0.46 °C/century (2σ)
              de 1998 à 2013 Trend: 0.42 ±1.40 °C/century (2σ)
              On va prendre comme départ 1960 on obtient 1.58° max par siècle, avec non pas une accélération mais un ralentissement notable de l’évolution depuis 15 ans.
              J’ai peut-être tort, mais l’évolution récente des température me parait plutôt rassurante, ce qui est une bonne chose, mais dans 15 ans nous verrons peut-être un retournement de la situation.
              Rendez-vous dans 15 ans ;).

              1. Je suis joueur également.

                Pourquoi cet attachement à 1998 ? Et pas 1999 (bigre on rajoute 0,036 C/décade) ?

                « De l’utilité des longues séries temporelles »

                1. @Pikouli-Luc
                  Si je vous répond, ce n’est pas pour vous convaincre, c’est peine perdue,mais pour tous ceux qui lisent contrepoints par hasard et qui ne post pas.
                  Ils se feront une opinion, et une opinion autre que celle qui est matraqué par tous les média français.
                  Oui si on prend tous les chiffres donnés par votre référence, par tous les bouts on arrive à 1.5-2° max d’augmentation par siècles. Donc loin des annonces catastrophiques fait par les vôtres.
                  J’ai une position raisonnable. Il existe peut-être un RCA mais il serait de l’ordre de 0.7° et 0.7° d’origine naturelle. C’est une estimation au doigt mouillé, ne me demandez pas des références 😉
                  Cordialement quand même.

                  Ps Pourquoi 1998? 2013-1998=15 ans.
                  1999 0.73+-1.28/siècles on reste dans des chiffres raisonnables.
                  2000 0.42°+-1.39°/siècles

                  1. C’est bien cela le problème ici, des estimations au doigt mouillé non étayées.

                2. il n’y a aucune attachement à 1998. C’est juste le produit d’un calcul : à quand faut-il remonter pour trouver la plus grande période sans réchauffement ?
                  calcul qui lui même résulte d’une affirmation du GIEC : le réchauffement est tel qu’il est impossible qu’une telle période atteigne 15 ans.
                  CQFD …

                  1. Non, le GIEC ne dit pas cela.

                    1. tiens, négationniste, mange toi ça
                      http://www.metoffice.gov.uk/media/pdf/j/j/global_temperatures_09.pdf
                      « The simulations rule out (at the 95% level) zero trends for intervals of 15 yr or more, suggesting that an observed absence of warming of this duration is needed to create a discrepancy with the expected present-day warming rate. »

                    2. Vous n’avez pas encore compris que le GIEC n’est pas la pour « dire ».

                      Pour preuve ? Vous fournissez un lien du MET

                      Donc non, Luc a raison, le GIEC ne dit pas cela.

                    3. Argument pitoyable, Alcène. Du même niveau que si on disait qu’un ministre n’est pas le gouvernement …
                      C’est tout ce que vous avez trouvé ?
                      Notez que cette publication était déjà quasiment la seule (et minable) réponse du GIEC à la pause de 10 ans (à l’époque), tellement il était embarrassé. Évidemment qu’il ferme sa gueule depuis …

            4. en voilà un autre

              vous en voulez combien, parce que en matière de climat, chacun peut faire son marché, le choix est illimité, une vraie sciences
              http://www.climate4you.com/images/AllCompared%20GlobalMonthlyTempSince1979.gif

              1. Merci, vous en concluez autre chose que moi ?

                1. On ne peut conclure, la série est trop courte.
                  Pourquoi démarrer en 1979, docteur ?
                  pour votre information, les chiffres changent en fonction de la date de départ.
                  « Pire ou meilleur », selon.

                  1. Trop court Michel ?

                    Et vous n’avez pas tiqué sur le point 13 ?

        3. @Pikouli

          « 5e élément: certes les modèles bien que performants ne sont pas parfaits, à court terme notamment, mais cela n’est pas un argument de fond. »

          C’est tellement peu un argument de fond que les climatologues « mainstream » se sont jetés comme une meute de loups sur leur collègue Bengtsson, pourtant lui même spécialiste des modèles, mais qui avait osé dire qu’il y avait comme un défaut.

        4. @PikouLuc
          Je n’ai pas de certitude aveugle.
          C’est vous qui avez des certitudes aveugles.
          Le sujet de la discussion est scientifique. Le doute est bénéfique à la science.
          Je suis septique pas vous.
          Quand on regarde la courbe des temp il existe une inflexion-plateau-pause de la temp depuis 15 ans.
          Cette évolution n’était pas prévue par les modèles. Donc il faut revoir modestement les modèles.
          Peut-être que le RCA existe. Nous verrons bien dans 15 ans.
          Sinon, actuellement il existe suffisamment de pb eux bien réels auxquels il faut répondre, dette public entre autres.
          Cordialement

          1. gillib, question de fond.

            Qu’en est-il depuis 15 ans des autres paramètres de forçage tel que l’insolation et les évènements Nino/Nina ?

            Je vous aide: toutes choses sont elles restées égales pendant cette période ?

            1. oui, et les mêmes phénomènes ont pu aussi provoquer le réchauffement,c’est ballot hein

              1. Pas de chance la réponse était non. Dommage, il faut persévérer.

                1. maga lol.
                  1) El nino/ la nina ne produisent pas d’énergie et ne changent au bilan énergétique de la terre. Ce ne sont pas des « paramètres de forçage », ce sont des conséquences. Vous avez posé une question aussi stupide que si vous aviez évoqué la baisse du nombre de cyclones comme cause du réchauffement…
                  2) évoquer l’insolation c’est reconnaitre le rôle prépondérant du soleil, alors même que la thèse du CAGW est que ce paramètre est sans importance. Il va falloir choisir, Luc …

                  1. Vous avez tout à fait raison, Nino/Nina ne sont pas des paramètres de forçage. Le fond reste le même, quelle était la situation durant ces 15 dernières années ? Comment expliquez-vous que toutes choses n’étant pas égales la température n’a pas baissée ?

                    Je vous laisse juge sur l’irradiance solaire depuis 1978:

                    http://www.skepticalscience.com/pics/PMOD_TSI.jpg

                    Et les effets NIno/Nina:

                    http://skepticalscience.com/graphics/ENSO_Temps_500.gif

                    « évoquer l’insolation c’est reconnaitre le rôle prépondérant du soleil »

                    C’est édifiant, la science climatique a toujours reconnu ce rôle, « prépondérant » est votre terme que vous me prêtez à tord. Je vous retourne l’argument: étayez-moi cette fameuse thèse selon laquelle le rôle du soleil ne serait pas important chez ce que vous nommez CAGW. Des réfs solides j’entend.

                    1. Bon, je ne sais pas moi, le rapport du GIEC, c’est assez solide pour toi, négationniste ?
                      http://ipcc-wg1.ucar.edu/wg1/docs/WG1AR4_SPM_PlenaryApproved.pdf
                      page 16
                      Je crois que « paramètre est sans importance » est une appellation correcte pour une cause de 5% des effets. Après, il faudra expliquer comment ce truc est capable de contrer des causes qui sont censés être 20 fois plus fortes …

                    2. MdR. Je viens de m’apercevoir que VOUS aviez fourni vous même une source « selon laquelle le rôle du soleil ne serait pas important » dans un post un peu plus bas

                      « … Evidence is presented from which the contributions of either cosmic rays or solar activity to this warming is deduced. The contribution is shown to be less than 10% of the warming seen in the twentieth century. »

                      Krissansen-Totton & Davies (2013)

                      A ce stade, c’est Sainte Anne qu’il faut invoquer 🙂

          2. Voila le genre de réponse modérée où nous trouvons un terrain d’entente. Pour moi, le plus urgent problème, c’est celui de l’énergie, puisque celle ci conditionne le monde.

      2. gilib,

        Dommage de se planter dès le début. Si tirer des conclusions d’une régression linéaire est au-dessus de vos moyens, c’est sûr, on ne peut que s’incliner, les abdos tordus de rire.

        1. Les insultes ne vous grandissent pas.
          C’est bien la preuve que nous ne sommes pas dans une discussion scientifique. Si qqu’un vous parle d’astrologie vous haussez les épaules. Vos attaques montrent bien que ce n’est pas que de la science.

          1. Damn it, faites la régression avec ces données:

            https://www.ncdc.noaa.gov/monitoring-references/faq/anomalies.php

            Si vous me dites que c’est constant je mange le 5ème rapport du GIEC au petit déjeuner.

            1. Vous allez vous empoisonner, ce n’est pas raisonnable :mrgreen:

            2. vous en voulez qui montrent un refroidissement?

              1. Faites-vous plaisir.

            3. On progresse : avant Luc affirmait mordicus que la hausse était là, monstrueuse, inéluctable, et catastrophique.
              Aujourd’hui il est près à manger son chapeau si … on lui démontre qu’il n’y a pas de variations.
              Il est presque près à se rallier à la science : il y a eu et il y aura toujours des variations, à la hausse et à la baisse, et il faudra vivra avec
              😉

              1. Lisez mieux P, de variations il n’y en a que dans votre tête.

                1. allons bon. Voilà qu’il n’y a plus de variation, Donc il n’y a pas de hausse puisqu’une hausse c’est une variation.
                  Vous avez un autre pseudo : « girouette ». non ?

    2. Luc : « il m’aura fallut 30 fois plus de temps que l’auteur pour rédiger les lignes qui suivent… »
      ————————–
      Bravo, tu as été très convaincant : tu as su démontrer avec brio que ton QI est inférieur à ta température anale.

      1. Bravo, tu a démontré avec brio ta régression au stade pipi-caca.

        L’argument scatologique sans doute le plus utiliser chez Contrepoints.

        1. Luc : « L’argument scatologique sans doute le plus utiliser chez Contrepoints. »
          ——————–
          Non, absolument pas. C’est une chose que tout un chacun qui n’aurait pas un QI d’huître peut aisément constater, je peux te le dire puisque tu ne sais de toute évidence pas lire.

          Par contre, c’est l’argument scatologique, c’est le seul à utiliser car à la hauteur tes arguments de m.rde.
          Au fait, on attend toujours que tes mesures de pH des océans…

          1. On reconnait les pitreries de minitax. Toujours les mêmes procédés de communication.

      2. « Selon le principe qu’il faille 10 minutes pour répondre à une ineptie proférée en dix secondes, »

        Principe appelé aussi le principe de Foucart, si je ne m’abuse. Cet éminent climatologue qui sévit sur « Le Monde ».

        Un lecteur égarré je suppose.

  18. C’était cet article qu’il fallait filer à Fabius avant qu’il aille voir les miss météo…

    1. Les Russes s’en frottent les mains. Non seulement ils sauvent les 2 « Savanturieirs », augmentant le « bilan » carbone, mais en plus grâce à ces zozos, ils pourront vendre leur gaz à bon prix :mrgreen:

    2. @michel C
      Waouh, cela fait deux fois le territoire de Belfort; il y a certainement un glaçon qui a dû rester coincé quelque part

      1. C’est quand même un gros glaçon : il doit y avoir un ivrogne qui a sacrément soif 😉
        On verra dans quelques mois.

    3. C’est mignon des conclusions sur une seule année, vraiment.

      Je parie que vous ne voyez pas ou est le problème.

      1. Décidément vous avez bien été endoctriné par les escrolos mon cher Luc… bêêêêh
        Vous illustrez à vous seul à merveille le GIEC : ils nous la fond à l’envers, comme vous.

        D’ailleurs si on inverse les lettres de votre prénom ça fait Cul, coïncidence ?

        Au lieu de nous balancer vos salades, vous allez peut etre expliquer à l’audience ici présente pourquoi tout ce que le GIEC avait prédit n’est pas arrivé ? pourquoi ils attendent l’été pour nous annoncer que la glace fond ?

        1. Il passe probablement son temps à rechercher les mécréants sur google afin de porter la bonne parole.

      2. Quoi, il y a un problème ❓
        Il essssssssssssssssssstttttttttttttttttttttttttttt oooooooooooooooooouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu ❓
        Laissez m’en un bout, que j’y trouve une solution …

        1. Et PAN … … …

          1. … dans le Luc :mrgreen:

      3. Fournissez vous-même une source sérieuse sur le cycle du CO2 dans l’atmosphère.
        Vous vous moquez d’une durée d’une année, c’est un peu plus, et vous nous balancez un graphe sur une durée de 10 ans. Ce n’est rien dix ans. Il faudrait 50 ans.

        Le graphe, c’est la corrélation qui tend vers un, entre les subventions et le chômage ❓
        Continuez les coco, tout va très bien madame la Marquise, tout va très bien :mrgreen:

  19. Je suis consterné (dot) com;
    peu importe que ça se réchauffe par-ci, que ça s’inonde par-là,que le GIEC chie des bulles ou des icebergs, la seule question qui se pose, c’est: COMMENT QU’ON FAIT SI!
    On pleure sur des tsunamis suivis d’un déferlement de dollars alors qu’on a besoin de pelles et de rations de survie et que ça urge, pendant que les marchés financiers se regardent le nombril sans savoir trop quoi faire avec tous ces sous, ce qui est plus important que 400 000 morts et le triple hagard à vie;
    on négocie des TAFTA-TIPP ou autre chose pour savoir qui de droit pourra attaquer en justice mais attendez! de quel droit! et ragnagni et ragnagna (tiens: 10 000 morts de plus…)
    MAIS ON FAIT QUOI?
    La mondialisation, c’est fait pour qui, pour quoi?
    Organisation des Nations Unies de mes COUILLES!
    Vains dieux! On préfère se chatouiller le bigorneau pour savoir si 0.01 point de croissance diminuera le chômage d’un 0.01 point et demi à Plouguerneau-Paris-plage, c’est-à-dire si Nyffig aura été embauché au MacDo de Coat-ar-Gueven 2.0. Pas s’il faudrait s’organiser (des nations unies?) rationnellement -y paraît qu’on est de moins en moins cons- pour ne pas faire comme à Tautavel, où un petit bonhomme d’un mètre quarante, tant qu’il a eu à sa portée des troupeaux de poneys sauvages un peu cons, faut dire, qu’il pouvait se faire précipiter du haut d’une roche suffisamment haute pour se bâfrer de steack tartare, a cru (c’est le cas de le dire) qu’il pourrait en vivre éternellement et en est peut-être mort en trois générations.
    On en est peut-être là.

    1. Et on fait quoi pour les tribus des ptiboutistes et des granboutistes qui s’entre massacre régulièrement à la machette ? On leur donne des subventions pour qu’ils les détournent et s’équipent de façon plus efficace et aient un meilleur rendement comme dans la guerre Iran-Ikak ? (un petit million de morts)

      C’est pas les tsunami le problème dans ce monde, c’est la pauvreté et les régimes népotiques corrompus.

      La mondialisation c’est leur seule chance de tisser rapidement des liens commerciaux pour les sortir de cette merde. Sans liens économiques, on serait probablement en train de se colleter avec les Russes en ce moment.

    2. Pourquoi pas en effet dépenser infiniment pour des risques qui ne donnent pas de signe d’exister ? Et de tels risques il y en a une infinité. Infiniment au carré, donc. Ce qui veut dire ruine immédiate. Comment n’y avions nous pas pensé plus tôt ?

  20. Jean-Pierre,

    Si je puis me permettre, serait-ce trop demander de fournir au minimum 1 source par point ?

    Vous savez la bibliographie, la méthode scientifique, … bref tous ces trucs un peu rébarbatifs.

    D’avance, merci.

  21. Mon article se voulait très synthétique, et je ne voulais pas l’alourdir avec des sources.
    mais nombre d’entre vous en réclament, en voici (chaque numéro correspond au même numéro dans l’article).

    1.1 http://www.woodfortrees.org/plot/uah/from:1997/plot/rss/from:1997/offset:-0.10/plot/uah/from:1997/tren
    http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:1997/offset:-0.15/trend/plot/rss/from:1997/trend
    1.2 http://www.woodfortrees.org/plot/esrl-co2/from:1997/mean:12

    2. http://www.woodfortrees.org/plot/esrl-co2/from:1997/mean:12/plot/esrl-co2/plot/none
    Le taux de CO2 était d’environ 300 ppm en 1900, 360 en 1997 et 400 à ce jour

    3. http://www.pensee-unique.fr/news.html

    4. Tom V. Segalstadt, Head of the Geological Museum, Natural History Museum”, University of Oslo,”Carbon isotope mass balance modelling of atmospheric vs. oceanic CO2” Heartland Institute ICCC 2009
    Tom V. Segalstadt “carbon dioxide modeling and the residence time of natural and anthropogenic atmospheric 〖CO〗_2 : on the construction of the “Greenhouse Effect Global Warming Dogma. Bate, R (Ed) et “Global Warming: The Continuing Debate”, European Science and Environment Forum (ESEF), Cambridge,England (ISBN 0-9527734-2-2, pages 184-219, 1998

    8. http://www.aviso.oceanobs.com/fileadmin/images/news/indic/msl/MSL_Serie_ALL_Global_IB_RWT_GIA_Adjust.png
    (Mesures satellitaires homogénéisées)

    9. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/joc.1651/pdf
    Page 1697

    10. http://www.esrl.noaa.gov/psd/tmp/climindex.92.162.194.116.153.7.33.11.png

    11. http://nsidc.org/data/seaice_index/images/daily_images/S_timeseries.png
    http://arctic.atmos.uiuc.edu/cryosphere/IMAGES/current.anom.south.jpg

    12. http://arctic.atmos.uiuc.edu/cryosphere/iphone/images/iphone.anomaly.global.png
    http://www.climate4you.com/images/NSIDC%20GlobalSeaIceAreaSince2000.gif

    13. http://www.woodfortrees.org/plot/hadsst3gl/from:2003/plot/hadsst3gl/from:2003/trend
    http://icecap.us/images/uploads/ALL_SINCE_2002.jpg

    14. http://www.drroyspencer.com/wp-content/uploads/Spencer_Misdiagnos_11.pdf
    Page 1609, figure 3

    16. Indermühle et al. (geophysical Research Letters, vol.27, p.735, 2000
    Fisher et al. (Science, vol 283, p.172, 1999)
    Siegenthaler et al. (Science, vol 291, p.112, 2001)
    Monnin et al. (Science, vol.291, p.112, 2001
    Lowell Stott et al. (Science, published online 27 septembre 2007 [DOI : 10.1126/science.1143791])
    Caillon et al. (Science, 14 mars 2003, vol299, p. 1728-1731 [DOI : 10.1126/science.1078758] (in Reports)
    Tierney et al. (Science, 10 octobre 2008, vol 322, p. 252-255) : sédiments du lac Tanganyika : retard CO2/réchauffement de 3000 ans

    17. http://www.pensee-unique.fr/news.html

    18. Kirkby et al, Nature 2011

    1. Curieux,

      Point 1.1 Vous collez 2 régressions linéaires sur les moyennes de la basse atmosphère tropicale et globale. Les deux ne sont pas comparables car l’un est glabal justement et l’autre un phénomène régional. Si vous vous en teniez à vos dires: « La TMAG (température moyenne annuelle globale) est stable depuis 1997 » vous auriez sorti ceci:

      http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut4gl/from:1997/to:2014/plot/hadcrut4gl/from:1997/to:2014/trend

      Et je vous le rappelle pour cinq jeux de données indépendants:

      https://www.ncdc.noaa.gov/monitoring-references/faq/anomalies.php

      Les températures moyennes globales. Si ceci n’est pas à la hausse significative, je mange mon chapeau.

      1.2 Les actions rétroactions avec le CO2 sont connues, un dégagement de celui-ci peut augmenter la température et à l’inverse l’augmentation de température peut entretenir le dégagement de CO2. Ce mécanisme de renforcement est maiontenant connu, pourquoi le niez-vous ? D’autre part, comment expliquez-vous la hausse (faible j’en conviens) récente alors que les paramètres ces 15 dernières années de Nina et d’insolation aurait dû faire chuter les températures ?

      2. « L’analyse des carottes de Vostock montre que c’est la hausse de la température qui fait augmenter le CO2 dans l’atmosphère (par dégazage) et non l’inverse. » Non, cette analyse est beaucoup plus complexe que cela comprend action, rétroaction et emballement. Entre autre, 90% du réchauffement interglaciaire apparait après l’augmentation de CO2 (Shakun 2012)

      http://www.skepticalscience.com/pics/ShakunFig2a.jpg

      3. Soyons sérieux un moment concernant les sources

      4. Idem. Une conf’ du Heartland institute ? Allons allons.

      5,6,7. Ces points m’ont pourtant fort intrigué. Vraiment je demande à comprendre.

      8. Ca grimpe mais n’accélère pas, pas grave donc, au temps pour moi.

      9. Je vous l’ai dit plus haut. L’édifice s’effodre en l’absence de « hot spot » ?

      10. Damn it, je ne vous demande pas les données, mais ce qui vous permet de faire le liens entre celles-ci et une supposée rétroaction négative au niveau global.

      11. C’est beau de poser des graphes, faut argumenter derrière. A votre avis, quels peuvent être les mécanismes en jeu pour la formation de banquise australe ? Qu’en est-il de son volume et des glaciers continentaux (là je vous donne un indice) ?

      12. Dans quel monde trouvez-vous cela « à peu près constant » ? 1 millions de km2 en moins ???

      13. Une série temporelle débutant en 2003 pour conclure sur le global à long terme ?

      14. Un chef-d’oeuvre. Parlez-vous de ce papier de faussaire (« fundamentaly flawed ») ayant poussé l’éditeur en chef de Remote sensing à la porte ?

      Voici son édito, édifiant:

      http://www.mdpi.com/2072-4292/3/9/2002/pdf

      On va arrêter là non ?

      1. Allons non.

        15. Montrez-nous l’équation (si vous la comprenez).

        16. Joli fourre-tout qui n’a absolument rien à voir avec votre propos. En quoi la science climatique actuelle rentre en contradiction avec la thermo. Ou est-ce votre compréhension de l’une, de l’autre ou des deux qui est déficiente ?

        17. Allons allons soyez sérieux on vous dit. Voir plus haut. Shakun 2012.

        18. CLOUD. Bien. Quel est le problème exactement ?

        19. Vous avez une vision assez fantasmée des attentes des modèles. L’état de la science ne correspond pas à votre description ultra simpliste.

        20. Pareil, attentes mystiques et incompréhension majeure de ce que sont et ce que l’on attend des modèles. Il y a une différence fondamentale entre chercher à augmenter la compréhension du modèle physique, qui par définition ne sera toujours qu’une simlification des processus réels
        et ses inadéquations avec les données réelles, et remettre en cause l’origine des changements climatiques.

        21. Ter.incompréhension des modèles. Le fait que des systèmes comportent des composantes chaotiques et /ou non linéaires n’empêchent pas d’approcher la réalité. Pour user d’une analogie. La recherche aéronautique et aérospatiale dimensionne depuis de nombreuses années les aéronefs, se basant sur des simulations de méca-flotte tout ce qu’il y a de plus non linéaire, équations de Navier-stokes couplées qui plus est aux vitesses supersoniques aux équations d’échanges thermiques. Force est de constater que cela marche.

        22. Pure spéculation politique hors sujet.

        18.

        17.

        1. 18. CLOUD. Bien. Quel est le problème exactement ?
          La formation des nuages. Vous ne suivez pas ❓

          D’ailleurs le plancton préfère l’absence de nuages, sa rétroaction négative (comme dirait le GIEC) sur le CO2 est plus efficace, docteur.
          Et les baleines / requins bouffent le plancton, pour y faire de la place, les déjections tombent au fond, et la boucle est bouclée.

          1. Faut argumenter Michel. « La formation des nuages » c’est au choix a) vide de sens b) ne prouve rien c) dénué d’argumentation.

            En science il existe un truc qui s’appelle la logique. A implique B est la base. Là vous me dites « A ».

            La formation des nuages et alors ? Oui les nuages se forment très bien, quelles conséquences … pourquoi …

            Un raisonnement quoi.

            1. Je vous avais demandé si vous aviez suivi. Visiblement non.
              Vous même n’argumentez pas, vous rejetez, en bloc.
              Pourquoi voulez-vous que je vous mâche le travail, alors l’auteur vous a très aimablement fourni une source ❓
              La logique, je connais, au passage. Vous n’êtes pas le seul à avoir appris à lire.
              La logique des nuages ne pourrait se faire en quelques signes, et vous ne pigeriez plus rien, docteur.
              Déjà que vous ne maîtrisez pas tout du CO2, molécule la plus simple, alors les nuages et ses molécules H2O…
              Un effet des nuages ? Ils stoppent une partie du rayonnement dans le visible. Là, pas besoin d’être professeur pour l’avoir remarqué.
              Eh bien, j’attend vos équations avec impatience ❗

              1. Ca s’aggrave. Ca n’a ni queue ni tête.

                On va faire simple.

                JP: Le GIEC a tord a cause de CLOUD

                moi: quoi CLOUD ?

                Vous: La formation des nuages (et le plancton)

                moi: quoi les nuages (je fais l’impasse sur le plancton, honte à moi) ?

                Vous: « La logique des nuages ne pourrait se faire en quelques signes (sic) … C02, molécule la plus simple (sic) … Un effet des nuages ? Ils stoppent une partie du rayonnement dans le visible. Là, pas besoin d’être professeur pour l’avoir remarqué. »

                moi à présent: Merci pour le scoop sur les nuages, vous devriez publier. Qu’est-ce que cela apporte ? Est-ce cela les conclusions de CLOUD ? En quoi cela conclu-t-il que « les thèses du GIEC sont fausses » (hypothèse de départ). Quelles sont ces thèses ? Quelle est votre implication: « L’effet des nuages » implique « Les thèses du GIEC sont fausses » ? Croyez-vous que les « effets des nuages » sont absents des études ? Quels sont les autres effets des nuages ?

                Vous ne mâchez rien, vous n’avez rien à mâcher.

                1. Vous êtes déjà à l’apéro ❓

                2. Votre doctorat, vous l’avez fait dans quelle université ❓

                3. Allez donc lire les documents, je n’ai pas à le faire à votre place, Jean Luc.
                  Et puisque vous vous prétendez intelligent, faites nous donc le résumé de votre lecture.
                  On attend de vous lire avec impatience, Jean Luc.

                  1. N’inversez pas la charge de preuve.

                    1. Non, c’est à vous d’avancer des preuves consistantes et pas l’inverse.

                    2. On est dans l’absurde le plus total.

                      Je n’ai rien avancé.

                      Vous avancez:

                      CLOUD=> les nuages => néant

                      Je vous le redemande une troisième fois.

                      En quoi CLOUD conclu-t-il que « les thèses du GIEC sont fausses » (hypothèse de départ).

                    3. Faites nous le résumé.

                    4. Lol.

                      Je pense qu’à ce stade je vais quitter la boucle spatio-temporelle.

                    5. « N’inversez pas la charge de preuve. »

                      C’est donc à nous de prouver que les licornes n’existent pas ?

                      « Je n’ai rien avancé. »

                      On n’a bien compris.

                    6. « En quoi CLOUD conclu-t-il que « les thèses du GIEC sont fausses » (hypothèse de départ). »

                      Moi, je sais pas…

                      Par contre, j’ai l’impression que si l’expérience CLOUD avait conclu l’inverse, vous et vos potes carbocentristes ne pourriez vous empêcher de la sortir de façon condescendante dans vos arguments pour appuyer votre idéologie cryptopastèque…

                    7. Je pense qu’à ce stade je vais quitter la boucle spatio-temporelle.

                      C’est cela, revenez dans le présent, à la dure réalité.

                    8. « C’est cela, revenez dans le présent, à la dure réalité. »

                      C’est bien leur problème, ils sont tellement dans un futur imaginaire qu’ils perdent toute racine avec l’instant présent.
                      Ils vivent finalement dans un recoin de la 4eme dimension.

                4. LUC à l’envers, ça donne CUL. 🙂

                  1. Zut, grillé…

                    1. Pour Minitax, Michel et consort décidément friands du sujet.

                      Un peu de réf:

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_anal

                    2. Luc, je ne me le suis pas permis … Même si je suis limite et énervant avec Jean-Luc !

                    3. Si si le 3 juin 2014 à 23 h 55 min

                    4. Si vous avez l’esprit tordu, qu’y puis-je ❓
                      C’est le jeu du ni oui ni non ❓

                    5. « Pour Minitax, Michel et consort décidément friands du sujet.

                      Un peu de réf:

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Stade_anal »

                      Il faut bien se mettre à votre niveau, non ?
                      :mrgreen

                    6. Le paragraphe psychopathologie est très éclairant, vous devriez

                    7. … terminer vos phrases.

          2. On teste aussi les 20 autres Michel ?

            Cordialement.

            1. 20 autres Michels ?

      2. 8. Ca grimpe mais n’accélère pas, pas grave donc, au temps pour moi.
        On allait à pied en Angleterre il y a quelques milliers d’années.
        On retrouve des souches entre le Cotentin et les îles Anglo-normandes. De même à Groix.

        Les océans ne nous ont pas attendus pour remonter. Ils ont remonté largement avant le CO2.

        Et PAN …
        :mrgreen:

    2. J’avais oublié cette source:

      « Tiny warming of residual anthropogenic CO2 », François Gervais, International Journal Of Modern Physics, publié en mars 2014

      Abstract:

      The residual fraction of anthropogenic CO2 emissions which has not been captured by carbon sinks and remains in the atmosphere, is estimated by two independent experimental methods which support each other: the 13C/12C ratio and the temperature-independent fraction of d(CO2)/dt on a yearly scale after subtraction of annual fluctuations the amplitude ratio of which reaches a factor as large as 7. The anthropogenic fraction is then used to evaluate the additional warming by analysis of its spectral contribution to the outgoing long-wavelength radiation (OLR) measured by infrared spectrometers embarked in satellites looking down. The anthropogenic CO2 additional warming extrapolated in 2100 is found lower than 0.1◦C in the absence of feedbacks. The global temperature data are fitted with an oscillation of period 60 years added to a linear contribution. The data which support the 60-year cycle are summarized, in particular sea surface temperatures and sea level rise measured either by tide gauge or by satellite altimetry. The tiny anthropogenic warming appears consistent with the absence of any detectable change of slope of the 130-year-long linear contribution to the temperature data before and after the onset of large CO2 emissions.

  22. Addendum : « l’affaire Lennart Bengtsson », qui confirme le positionnement idéologique radical des carbocentristes http://www.pensee-unique.fr/news.html#beng2

    1. et que dire de la présence des gourous français du climat, Jean Jouzel et Valérie Masson-Delmotte, sur la liste « Nouvelle donne » aux dernières européennes, en compagnie de Pierre Larroutourou, Marie Monique Robin, Susan George, Christiane Hessel (la fille de), Patrick Pelloux etc…

  23. A propos de l’étendue de banquise GLOBALE, Arctique + Antarctique (pour les mal-comprenants) :

    http://arctic.atmos.uiuc.edu/cryosphere/iphone/images/iphone.anomaly.global.png

    1. Répondez-moi le plus honnêtement du monde.

      Est-ce oui ou non constant ?

      1. Au lieu de débarquer ici et exiger tel un dictateur des choses des gens au sujet d’un article bien fait, commencer par nous expliquer ce que je vous ai demandé plus haut :

        – pourquoi tout ce que le GIEC avait prédit n’est pas arrivé ?
        – pourquoi ils attendent l’été pour nous annoncer que la glace fond ?

        répondre à ça permettra peut être de vous sortir de votre ornière mentale…

      2. J’espère que vous avez raison Luc, car je comptais faire du bacon sur mon balcon, grâce au fond de l’air bien chaud. Et surtout ne plus chauffer en mai, quand vous avez 12 degrés Celsius c’est très frisquet non?
        Hier, j’ai pu manger une fraise délicieuse du fraisier en pot sur mon balcon, ce doit être le réchauffement.
        Oui, vous avez raison, et j’espère que le réchauffement va continuer.
        Ainsi, je pourrai passer au cornichon, qui a besoin de beaucoup de chaleur.
        C’est bon les cornichons.
        J’espère ne pas vous avoir trop contrarié, ce serait mauvais pour votre ulcère … 🙄
        Je ne voudrais pas plomber l’assurance maladie par mes mots énervants, ni trop participer au réchauffement climatique de cette manière, quand on est agacé, cela produit des tas de Joules, qu’il faut compenser, alors que si l’on reste alité, pas de pollution… .roll:
        Sans compter le CH4, que vous ne comptez pas, et c’est bien dommage … 🙄

        Vous même, Jean Luc, vous nous balancez un graphe avec une série de données sur 10 ans. Ensuite vous reprochez à l’auteur de faire la même chose ❓
        Seriez-vous juge et partie dans l’affaire ❓
        Qui vous a élu à cette fin ❓
        Ah oui, le GIEC :mrgreen:

        1. CH4…malheureux, il ne connait pas ça le bougre, on en parle pas dans les pubs et dans les revues écolo-bobo. seul le CO2 y est mentionné comme un vilain ennemi qui va nous conduire à on ne sait quoi vu que rien de ce qui avait été prédits n’est arrivé.

          rendez vous dans 30 ans Luc, je prend le pari qu’on se caillera le cul contrairement à ce qu’on nous annonce.

        2. Un réchauffiste est quelqu’un qui reproche à ses détracteurs de faire la même chose que lui, en fait.
          Ah mais lui, c’est pas pareil, il est du côté de la science, qu’on vous dit, alors que vous n’êtes que des blogueurs obscurantistes ! Il est héraut du camp du bien.

          1. Les réchauffistes feraient mieux d’etre dans le constat que de boire les messes deleurs gourous

            CONSTAT 1 = les prédictions du GIEC ont été fausses, de meme que leurs modèles prédictifs.
            CONSTAT 2 = le réchauffement supposé peine à etre démontré ; si il n’est pas démontrable, vu les grandeurs que l’on cherche et la maturité de la science dans ce domaine, c’est qu’il n’existe pas.
            CONSTAT 3 = Le réchauffement est admis comme nul jusqu’à aujourd’hui, mais on est au point de non retour. WTF ?

            Une personne sensée devrait, à l’énoncé de ces 3 constats, remettre en question l’écologie telle qu’on nous la vend.

            1. Personnellement, je me fous complètement qu’il y ait réchauffement ou pas. Ce qui est important, c’est de distinguer l’idéologie de la science, et les idéologues ont toujours cherché à avoir une caution scientifique.
              Ce qui est inquiétant, ce sont l’idéologie radicale dans les milieux scientifiques, l’hypersubvention pour trouver quelque chose, favorisant dès lors le biais de confirmation et entrainant un certain panurgisme, un certain mcarthysme contre ceux qui remettent en question l’énième dogme de fin du monde et le fait qu’on veuille instaurer par la peur et la culpabilisation des politiques stupides de planification, comme si la planification centralisée avait déjà marché et avait déjà atteint son but…
              Bien sur, le fait que les réchauffistes sont principalement des anticapitalistes, des ex-marxistes n’étonne personne sur ce site…

      3. difficile de discuter avec une enclume,
        moi j’ai abandonné depuis longtemps

        sinon, il fait beau chez vous?
        ici c’est nuageux ,mais pas désagréable
        on hésite pour le barbec

        Vous avez des infos kasher sur l’évolution du temps vers 14 heures Luc, je m’adresse à vous car vous au moins vous savez trouver les infos incontestables.

        Quand on pense que l’on cherche quelques milliards et que l’on va en claquer des milliers avec des zozos pareils,

        1. bon alors barbeuc ou pas barbeuc ?
          il est moins le quart, l’heure du ricard

      4. « Répondez-moi le plus honnêtement du monde. »

        Pourquoi exiger d’autrui ce que vous ne faites pas ?

        1. Chut, faut pas le contredire, il va se fâcher…

  24. Tout-à-fait, car il ne saurait être question que les magnifiques modèles numériques soient complètement foireux! Non mais! GIEC a dit!

    1. Je sens que vous remontez dans l’estime de Luc

  25. Ah, c’est pour cela qu’il y a de la mousse sur la mer ❓
    C’est le CO2, comme la bière …
    Ok, j’exagère un peu…

  26. @Jipebe29
    dans votre réponse aux requêtes de références vous citez deux fois le site de Pensée Unique en ce qui concerne les histoires de responsabilité de l’homme dans les augmentations récentes de CO2 atmosphérique
    Moi j’aime bien jean Martin et Jacques Duran , mais je pense qu’en ce qui concerne ce sujet , il s’est laissé trop influencé par les thèses du regretté Beck qui n’est plus là pour se défendre ; mais comparer les données analytiques du CO2 atmosphérique avec des technologies du 19 ème siècle et celles de nos jours , c’est aussi incongru que de comparer les mesures de températures satellites avec les relevés dans les aéroports : on peut en tirer n’importe quelle conclusion selon que vous êtes réchauffiste ou sceptique

    1. C’est dérangeant tout de même fritzounet pour un grand scientifique tel que vous de devoir débattre avec de telles sources et dans une telle ambiance scatologique ?

      A bientôt sur un autre blog.

      1. @Luc, qui a écrit
        « C’est dérangeant tout de même fritzounet pour un grand scientifique tel que vous de devoir débattre avec de telles sources et dans une telle ambiance scatologique ?

        A bientôt sur un autre blog. »

        ——————————
        Non, cela ne me dérange pas , je préfère encore discuter ici car au moins il y a des échanges que d’allez chez Huet et de me faire insulter; d’ailleurs compte tenu de la censure de Monsieur Sylvestre , vous ne risquez plus d’y lire mes posts

        1. Pour quelqu’un de censuré, on vous lit beaucoup.

          Concernant la courtoisie des débats je vous laisse juge avec les propos ci-dessus.

          Concernant la pertinence des réfs de JP, votre statut scientifique en jugera.

          1. Non Huet ne laisse passer que les messages qui ne le dérangent pas trop et qui animent la discussion; quand on lui met le bec dans l’eau , il censure ; c’est lamentable

      2. Débattre ❓

        1. Non, imposer sa vérité indéniable et sa doctrine au monde entier. Enfin… Croire qu’il le fait en ne faisant que des joutes verbales dans les forums. 😉

  27. un autre point rapidement abordé dans l’articles:

    1 la théorie de l’effet de serre montre que la vapeur d’eau est un GES plus efficace que le CO2 qui n’absorbe que sur deux étroite bandes les IR
    2 la vapeur d’eau est 50 fois plus abondante dans l(‘atmosphère que le CO2 (2% contre 0,04%)
    3 les modèles du GIEC prévoient que la hausse des températures provoquée par l’élévation du taux de CO2 conduira à une hausse de la vapeur d’eau par dégazage des eaux contenues dans les mers les lacs etc ..
    4 Or si la hausse du taux de CO2 est incontestée il est curieux que le taux de vapeur d’eau dans la basse troposphère baisse (source NOAA) depuis 30 ans

    deux conclusions viennent aussitôt à l’esprit

    a) la rétroaction du CO2 est négative donc les modèles sont faux une nouvelle preuve
    b ) la baisse du taux de la vapeur d’eau (dont l’effet est bien supérieur au CO2 tant en efficacité qu’en quantité) aurait du provoquer un net refroidissement sur la période 1980/2014. On peut donc s’interroger sur le bien fondé de la théorie elle-même

    1. « le taux de vapeur d’eau dans la basse troposphère »

      la saturation ou la masse?

    2. Ouf, cela fait du bien de voir quelqu’un penser la même chose, sur le CO2.

    3. Bon commentaire.

      Je n’avais pas pu développer ces points dans mon article de synthèse, quoique, en lisant bien, on retrouve en filigrane votre propos, cher yvesdemars….

    4. Si la rétroaction du climat était positive et qu’il y avait un emballement, il faudrait alors que les zozos se demandent pourquoi la vie est possible sur cette Terre.
      Sur 5G années de temps, et je ne sais plus combien de G années de vie, il doit y avoir eu je ne sais combien d’occasion d’emballement…

  28. @ Luc « En quoi CLOUD conclu-t-il que « les thèses du GIEC sont fausses » (hypothèse de départ)? »
    CLOUD n’a pas pour objectif de prouver que les thèses du GIEC sont fausses mais d’essayer de comprendre, par l’expérimentation, comment se forment les nuages et quel est le rôle éventuel des rayons cosmiques, fonction de l’activité solaire.

    Voici les principales conclusions de la première phase:

    Voici, de manière synthétique, les résultats de CLOUD :

    1. A plusieurs km d’altitude, la présence de vapeur d’eau et d’acide sulfurique permet la création d’agrégats qui vont engendrer la formation de gouttelettes d’eau liquide. Le taux de formation de ces agrégats est augmenté d’un facteur de 2 à 10, voire plus, par les rayons cosmiques (GCR – Galactic Cosmic Rays).

    2. En basse troposphère (altitude de l’ordre de 1 km), la présence de vapeurs d’acide sulfurique et d’ammoniaque, même avec un flux GCR ne suffit pas à expliquer la formation des nuages bas. En effet la nucléation observée pour la basse troposphère dans l’enceinte CLOUD se produit à des taux d’un dixième à un millième plus faibles que dans la réalité, même avec un apport GCR.

    3. Il existe donc, pour la basse troposphère, des vapeurs nucléantes qui ne sont pas identifiées, et cette identification fera l’objet d’une recherche expérimentale dans la suite du projet CLOUD.

    4. Le processus adopté par les modèles numériques pour la nucléation en basse troposphère, qui ne prenait en compte que l’acide sulfurique et l’ammoniaque, est donc erroné.

    Notez le point 4, qui prouve que le processus GIECquien pour la nucléation en basse troposphère est faux, ce qui fait progresser le schmilblick…

    Il est tout-à-fait anormal qu’aucun média n’ait parlé de la théorie de Svensmark et du projet CLOUD. Au lieu de cela, on nous prévoit les pires calamités, comme la diminution des lézards dans le Midi, la disparition de l’arabica, celle des pandas, l’engloutissement des îles du Pacifique (mais, curieusement, jamais celles de nos îles basses : Ré, les Glénan, Sein, car cela est plus facile à vérifier que loin de nous dans le Pacifique….), la raréfaction des ressources halieutiques (en « oubliant » les effets de la surpêche), la sécheresse, les inondations, les tempêtes, la neige, le vent, le blizzard, …. bref, tout et n’importe quoi…

    1. « CLOUD n’a pas pour objectif de prouver que les thèses du GIEC sont fausses ».

      L’inverse eut été édifiant. Vous voilà devenu raisonnable, néanmoins, c’est exactement l’inverse de ce que vous écrivez plus haut dans l’article, reconnaissez-le.

      Ne vous en faites par pour CLOUD, il va très bien, on en parle beaucoup en colloque.

      1. On attend toujours votre résumé…

      2. Comme vous n’avez pas bien lu ma prose, je vous la remets pour que vous en compreniez bien la substantifique moëlle…

        « Le projet CLOUD du CERN teste la théorie de Svensmark-Shaviv (rôle des rayons cosmiques, dont le flux est modulé par l’activité solaire, sur la formation des nuages) et les premiers résultats, assez positifs, ont été publiés dans Nature »

        Donc, reconnaissez que vous n’aviez rien compris (ou que vous n’avez pas voulu comprendre…) et revoyez, en prime, le point 4 des conclusions provisoires de CLOUD, car il prouve que le GIEC s’est trompé. Et là, c’est expérimental, c’est béton, pas du fantasme de modèle numérique foireux….

        1. Vous partagez ce don avec les bloggeurs ici présents de dire tout et son contraire pour ensuite le nier avec un aplomb monumental.

          Vous faites dire n’importe quoi aux conclusions provisoires de CLOUD c’est complètement insensé.

          1. Eh docteur, on attend toujours votre titre, dans quelle université, thèse(s) de doctorat …

          2. « Vous partagez ce don avec les bloggeurs ici présents de dire tout et son contraire pour ensuite le nier avec un aplomb monumental. »

            Non, on a surtout le don de rigoler des zozos fanatiques, liberticides et impolis.

          3. Lisez la publication dans Nature, au lieu de me sortir bêtise sur bêtise…

          4. Vraiment? Je ne fais que citer les premières conclusions de CLOUD. En quoi cela serait-il insensé?

        2. On va remettre les pendules à l’heure concernant CLOUD.

          LEs déclarations de Kirby concernant l’interprétation des premiers résultats (29/05/2013)

          http://www.webcitation.org/6GzSKSjnp

          « Zum gegenwärtigen Zeitpunkt können wir nicht sagen, ob kosmische Strahlen das Klima beeinflussen. »

          Je vous laisse traduire, c’est loin, très loin de ce que vous lui faites dire.

          Réitéré par Erlykin et al. (2013) qui a analysé ces résultats à l’aune du changement climatique

          « Taken at face value the CLOUD results would indicate an increase in nucleation rate of about 3 orders of magnitude in going from the equator to a latitude of 80. Even allowing for various reductions due to ‘sinks’ (Kirkby 2012, private communication), a big change should surely follow.

          A search for the latitude dependence of the [cosmic ray, low cloud] correlation, or the related dependence on the [cosmic ray] vertical rigidity cut-off (VRCO), gave negative results (Sloan and Wolfendale 2008), and indeed, this was one of the first demonstrations of the lack of a genuine [cosmic ray, low cloud] correlation. A latitude dependence of the correlation was not detected at any altitude, in fact. Thus, the expected big change with latitude for H2SO4 nucleation anywhere is not observed.
           »

          Ce que vous avez écrit plus haut est de la vaste blague.

          1. Interview du Pr Svensmark :

            http://www.thegwpf.org/the-observatory/3779-henrik-svensmark-the-cosmic-raycloud-seeding-hypothesis-is-converging-with-reality.html
            Le Docteur Henrik Svensmark du Centre Spatial National Danois à Copenhague a été un pionnier dans l‟étude des effets des rayons cosmiques sur la formation des nuages. La GWPF (Global Warming Policy Foundation Ndt) lui a posé une série de questions à propos de l‟expérience CLOUD du CERN.
            A quel point les résultats du CERN sont-ils significatifs ?
            Je me félicite des résultats de CLOUD. En fait, ils confirment nos propres résultats expérimentaux obtenus depuis 2006, et ceci avec une plus grande variation de paramètres. Ceci semble montrer que les ions sont fondamentaux pour la nucléation de nouveaux aérosols
            Certains dans les médias ont dit que le fait que les agrégats produits au CERN étaient trop petits constitue l’arrêt de mort de la théorie rayons cosmiques – nuages. Quelle est votre réaction ?
            Notre groupe a étudié de très près les effets des rayons cosmiques sur la formation des nuages, par exemple dans notre article de 2009. Ici la question évidente est quelles sont les implications pour les nuages et pour la relation nuages terrestres / bilan radiatif, question qui est posée indirectement à la fin de l‟article CLOUD, lorsqu‟on se demande quelle fraction des petits aérosols peut croître jusqu‟à la taille de germe de nuage.
            C‟était aussi la question que nous nous posions à la suite de nos propres expériences. Il s‟avère que l‟on peut répondre à cette question avec ce que l‟on peut appeler des ″expériences naturelles″, lorsque des explosions solaires (éjection de masse coronale) envoient des nuages de plasma qui forment un bouclier pour la Terre et font que le flux de rayons cosmiques décroît durant une demie journée. Les évènements les plus importants font décroître, en moyenne, l‟ionisation par les rayons cosmiques de 10-15%.
            Ainsi on devrait évidemment voir un impact sur les aérosols terrestres et la couverture nuageuse. Nos résultats publiés dans GRL (référence ci-après) montre clairement les effets sur les aérosols et divers paramètres des nuages. En substance on peut voir la chaîne complète depuis l‟activité solaire via l‟ionisation par les rayons cosmiques jusqu‟à la production d‟aérosols et les propriétés des nuages. L‟effet est assez important – presque 6% de perte d‟eau liquide des nuages en moyenne sur les 5 évènements les plus importants.
            Il y a eu quelques articles en désaccord avec nos résultats sur ce sujet, mais ils sont en fait en accord, si l‟on regarde de plus près.
            Il y a beaucoup de sulfures en provenance de phytoplanctons. Sur les océans, la formation des nuages est limitée par l‟influx de rayons cosmiques, mais non pas par la réserve de sulfures. De même pour l‟ammoniaque, l‟énorme effet découvert par CLOUD est intéressant. Mais comme il n‟est besoin que d‟une molécule d‟ammoniaque pour 30 milliards dans l‟air, et comme les émissions des océans en produisent environ 8 gigatonnes, je ne vois pas de contrainte ici. (Les émissions d‟ammoniaque depuis les continents sont bien plus élevées).

            1. Si vous vous avancez dans cette théorie, un peu de biblio récente vous ferait le plus grand bien:

              T Sloan and A W Wolfendale 2013 Environ. Res. Lett. 8 045022 doi:10.1088/1748-9326/8/4/045022

              http://iopscience.iop.org/1748-9326/8/4/045022

              « … Evidence is presented from which the contributions of either cosmic rays or solar activity to this warming is deduced. The contribution is shown to be less than 10% of the warming seen in the twentieth century. »

              Krissansen-Totton & Davies (2013)

              http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/grl.50996/abstract?deniedAccessCustomisedMessage=&userIsAuthenticated=false

              « Our long-term analysis of MISR data finds no statistically significant correlations between cosmic rays and global albedo or globally averaged cloud height, and no evidence for any regional or lagged correlations. Moreover, epoch superposition analysis of Forbush decreases reveals no detectable albedo response to cosmic ray decreases, thereby placing an upper limit on the possible influence of cosmic ray variations on global albedo of 0.0029 per 5% decrease. The implications for recent global warming are discussed. »

              Ou encore:

              Laken et al. (2013)

              http://www.swsc-journal.org/articles/swsc/abs/2012/01/swsc120049/swsc120049.html

              « Evidence from ground-based studies suggests that some weak but statistically significant cosmic ray-cloud relationships may exist at regional scales, involving mechanisms related to the global electric circuit. However, a poor understanding of these mechanisms and their effects on cloud makes the net impacts of such links uncertain. Regardless of this, it is clear that there is no robust evidence of a widespread link between the cosmic ray flux and clouds. »

              http://www.swsc-journal.org/articles/swsc/abs/2012/01/swsc120049/swsc120049.html

          2. Eh docteur, on attend toujours votre titre, dans quelle université, thèse(s) de doctorat …

            1. Pour mieux pouvoir l’intimider ensuite ?

              1. Absolument. Avec le nom de l’université, on va remonter jusqu’à son nom, celui de ses enfants, son domicile et ses employeurs, et on va … on va … je sais pas, moi, …

                Lennart Bengtsson

                1. Ce que vous venez de dire-là est passible de poursuites judiciaires

                  1. N’importe quoi ❗ 🙄

                    1. Pouf pouf pouf 🙄

                      C’est l’heure des petites pilules, tout ira bien 🙂

                    2. « Là je ne rigole pas, vous allez trop loin P, ce sera retenu »

                      Waouh ! Le gars est ultra-parano (ça aurait pu être ultra-libéral 🙂 ), en plus, pour prendre des propos ironiques pour des menaces…

                      Et après, il faut prendre au sérieux un esprit tordu tel que le votre ?

                      http://www.funnypica.com/wp-content/uploads/2012/05/Ugly-and-Crazy-Man.jpg

                    3. ah, méga LOL.
                      C’est sûr qu’on à honte de voir son nom associé à ses commentaires quand on a pas le courage de ses opinions, ou qu’on a conscience qu’on répand des conneries…
                      CQFD = ce sont des trolls.

                      Au moins on a votre nom pour vous demander des comptes dans 30 ans, et nous rembourser les taxes et autres gabegies escrologistes.

                    4. @ph11 : ultra-libéral ?

                      Surtout pas ça avec lui ………. la cata ………….. 😉

                    5. Aparté – pardon de débarquer – ; c’est pour ceux qui vous lisent

                      Désolé, je ne connais rien à la physique, à la chimie, au climat. Par contre la menace est constituée « par un écrit, une image (…) », même sur internet (TGI Nanterre 28 avril 1998). Sur les trois derniers posts « Luc » a peut-être raison, et « Michel C » a peut-être tort sur l’interprétation du message de « P ».

                      Les juges ont toujours eu beaucoup d’humour pour apprécier les propos ironiques.

                      « vulgaire crapule, tu n’y coupera pas » Condamné crim. 17 mai 1930
                      « partez avant qu’il vous arrive le pire » Condamné crim. 4 juin 1966
                      on »va venir avec un fusil » et « ça va péter » Condamné cité comme menace cassation chambre criminelle 6 mai 2002 (mon préféré) ; le plaisantin a eu sursis et mise à l’épreuve, deux ans d’interdiction des droits civiques, remboursement des frais de procédure à la victime (…)
                      « Marc, tu as une femme et quatre enfants, fais très attention à ce que tu fais » Condamné – cité comme menace cour de cassation chambre criminelle 5 janvier 2005
                      « où que tu sois, j’arriverais à te retrouver, car tu pense bien que je ne vais pas en rester là, et qu’un jour, nous allons nous expliquer face à face sur tes mensonges » Condamné – cité comme menace cour d’appel de Douai 5 janvier 2006
                      « on va te bourrer la gueule » Condamné cité comme menace cour d’appel d’Angers 16 février 2006

                      Vous pourrez dire aux gendarmes qu’ils ont « l’esprit tordu », je vous conseille de rajouter le désopilant : « c’est pas un balai que je vais vous mettre dans le cul, c’est un bâton de dynamite » Condamné cité comme menace cour d’appel d’Orléans 5 janvier 2009 ; pour le rieur, suivi socio-judiciaire pendant trois ans assorti de se soumettre à des mesures de soins médicaux notamment psychiatriques

                      les sources cocasses : le burlesque code pénal ; « easydroit.fr », dans la barre menu horizontale du haut « jurisprudence », articles « 222-17 » et « 222-18 »

                      La justice est une grosse machine sympathique, on sait quand on y met le doigt, pas quand on en sort.

                      Etabli pour faire valoir ce que de droit.

                    6. Vous avez vu la référence ❓

                      Lennart Bengtsson

              2. Plomb, plomb, plomb, on vous entend arriver avec vos gros sabots de dinosaure lestés de plomb …

              3. Une partie de Hockey ?

              4. L’auteur s’est annoncé, lui. Avec courage, vu vos réponses :mrgreen:

              5. Au moins, savez vous ce qu’est un exposant et une mantisse ? Un nombre flottant ?
                Euh camarade vert , c’est pas l’heure de l’apéro …
                Expliquez moi : sur combien de bits sont faits les calculs du GIEC, 1024, 2048, 4096 …. ?
                Comment sont fait les calculs d’arrêt ?
                Allez dites-moi grand-savant, puisque vous savez tout, j’aimerais apprendre :mrgreen: 😀

                1. Quand le phénomène est instable et chaotique, on s’en fout un peu, non?

                  Le résultat est de toute façon sans signification!

                  1. Bien évidemment, leurs calculs ne valent pas grand chose dans la mesure ou les rétroactions ne sont pas toutes connues 😉
                    Après 10 pas de calculs, on est dans les choux :mrgreen:
                    Et puis, je vous multiplie un petit nombre par un grand nombre, résultat encore plus vite aléatoire.

                    N’empêche, ce petit génie pourrait me renseigner en dehors de ce délire climatique.

              6. Pour mieux pouvoir l’intimider ensuite ?

                Tu as des ideations complotistes, lol.

              7. A part cela, ton voyage intergalactique, il était cool ❓
                Sinon, toujours partant pour un petit match de hockey sur glace 🙂
                Le frais cela réveille, et remet en forme, tu dois être un peu ankylosé 😉

              8. Guillaume a vraiment pété un câble. Il écrit des commentaires à mon nom maintenant.

                Ce prof est complètement maboul. Qu’un type come lui puisse enseigner fait peur.

                1. Euuuuuuuuuuuuuuuuuuuu,
                  Un prof lui ❓
                  Alors, moi, je suis le pape ❗ :mrgreen:

          3. Luc, de grace, croyez à ce que vous voulez, les scientifiques sont dans le constat, et on constate que les climatologues se sont plantés, ce qui démontre que leurs thèses sont fausses.

            perso je ne serais pas contre vos idées, si on ne m’imposait pas et me prélevait pas personnellement au nom de cette farce.

            les réalités évidentes sont faciles à démontrer et faire adhérer les gens, mais quand il n’y a aucune réalité, la seule voie possible est la soumission à l’idée par la force. C’est mal, et c’est le modèle auquel vous appartenez.

            j’en veux pour preuve votre acharnement sur certains intervenants, vous avez polluez le post comme un troll par votre entettement à vous loir faire abdiquer certains, qui demeurent plsud ans la vérité vérifible que vous.
            J’en veux pour preuve que vous ne répondez qu’aux questions qui vous intéresse, et éludé soigneusement ce qui vous discrédite.

            Vous êtes un écologiste, la nouvelle race d’extrémiste de l’idéologie.

          4. Ouioui, Jean Cul… Et le 11 septembre, c’est un complot organisé par la CIA, Michael Jackson n’est pas mort, il est avec Elvis, préparant leur retour.
            Sur internet, on peut trouver des preuves tout et n’importe quoi en 5 minutes, faites par n’importe quel taré d’idéologue…
            Tout cela a été démontré dans la démocratie des crédules de Bronner.
            http://www.contrepoints.org/2013/08/10/134200-la-democratie-des-credules-de-gerald-bronner

            Vous êtes convaincu de votre vérité, aucun raisonnement vous fera croire le contraire, vous ne chercherez que ce qui confirme votre crédulité, et c’est tout.
            Et vous vous croyez obligé d’insulter les gens et de faire du terrorisme intellectuel, de crier à la fin du monde, d’accuser les gens pour… Euh… En fait, pourquoi ?
            Si vous voulez arrêter de rejeter du CO2, commencez par arrêter d’utiliser internet, à arrêter de respirer et laissez les gens tranquille.

            1. La science climatique est devenue une religion à part entière.
              Ils croient en quelque chose d’invérifiable et qu’on ne voit pas malgré le temps qui passe.
              ils se réfugient derrière des excuses toutes faites (ah mince on avait pas vu que c’était l’été, ok mea culpa c’est normal qu’il fasse chaud alors).
              ils seraient pret à tuer quiconque ne voue pas un véritable culte au réchauffement.
              Des activistes qui vont corrompre les gouvernements pour nous taper le porte monnaie au nom de leur culte.

    2. Mais pas la disparition du cornichon !!! Alors vivement le réchauffement que je m’y mette sur mon balcon …
      (Rires)

      1. CQFD, Les cornichons aiment le réchauffement, les réchauffistes sont des cornichons. OMG !

        1. Et les cornichons sont verts … … …

          1. Mais les Verts sont plus « pastèques » que « cornichons »…

            Reste que quelle que soit l’espèce, ça reste des courges…

            1. Avec la pollution radioactive, on aura les corgenichons.
              La forme du cornichon, et à l’intérieur, le gout de la pastèque et la couleur de la courge 🙄
              Et nous la radio dans les dents …
              De toutes façons on sera asphyxiés par le CO2 avant d’êtres cuits à la vapeur … Puisqu’il parait que le CO2 ne sera pas absorbé de sitôt. Il n’y aura plus d’oxygène, j’en pleure déjà de tristesse …

  29. Ton premier point est mensonger, les températures augmentent, les glaciers fondent, les gelées se font rares, etc. Il faut vraiment être aveugle pour ne pas le voir. De plus, les 10 dernières années ont été les plus chaudes depuis que les températures sont enregistrées (milieu du 19è)…
    Ton 2è argument étant en correspondance avec le premier (qui est faux) st donc aussi faux que le premier…
    Ton 3è argument est également faux, tu ne vois que 5% du fait des activités humaines, malheureusement la hausse de concentration de CO2 dans l’atmosphère est en grande partie de notre fait (les poissons, les insectes, etc. ne consomment pas de pétrole…)
    Ton 4è argument ne tient pas la route, on retrouve encore aujourd’hui dans l’atmosphère des poussières issues d’éruptions de plusieurs décennies, poussières qui sont autrement plus lourdes que le CO2…
    Ton 5è argument et tous les suivants sont aussi basés sur des mensonges, par exemple l’épaisseur et la superficie des calottes qui sont à leur minimum connu… L’élévation des mers est actuellement sur une moyenne de 3mm par an, mais cela augmente progressivement…
    En clair, ton « article » est un tissu de mensonges, dont le but est de continuer les conneries et de ne faire attention à rien…

    1. Ton 3è argument est également faux, tu ne vois que 5% du fait des activités humaines, malheureusement la hausse de concentration de CO2 dans l’atmosphère est en grande partie de notre fait (les poissons, les insectes, etc. ne consomment pas de pétrole…)

      Oh putain la rhétorique de thon. Ne consomment pas de pétrole… T’oublie le gaz et le charbon, ce sera plus complet. Et tes pets… Ricanements.

    2. Ton 4è argument ne tient pas la route, on retrouve encore aujourd’hui dans l’atmosphère des poussières issues d’éruptions de plusieurs décennies, poussières qui sont autrement plus lourdes que le CO2… 😛
      Ciel, on mourir asphyxiés avant d’êtres cuits comme du bacon sur un balcon… Bordée de ricanements 🙄

    3. En clair, ton « article » est un tissu de mensonges, dont le but est de continuer les conneries et de ne faire attention à rien…

      Pouf pouf pouf et toi le savant cosinus. Aie, je vais devoir changer de pantalon ………..

    4. « Ton 3è argument est également faux, tu ne vois que 5% du fait des activités humaines, malheureusement la hausse de concentration de CO2 dans l’atmosphère est en grande partie de notre fait (les poissons, les insectes, etc. ne consomment pas de pétrole…) »

      Donc, les molécules de CO2 agiraient différemment selon le fait qu’elles soient humaine ou non, les 5% humaines s’accumuleraient tranquillement et les autres partiraient tranquillement.
      Il y aurait donc une inégalité en lois de la physique concernant les hommes et les autres…

      « Ton 4è argument ne tient pas la route, on retrouve encore aujourd’hui dans l’atmosphère des poussières issues d’éruptions de plusieurs décennies, poussières qui sont autrement plus lourdes que le CO2… »

      Et les poussières agissent exactement comme le CO2, il va dans l’espace, est absorbé par la mer ou les plantes ?

      « En clair, ton « article » est un tissu de mensonges »

      Blabla prout prout.

    5. Sapristi, mon article a énervé un idolâtre des thèses du GIEC, et cela se voit dans son commentaire aux affirmations fort péremptoires mais réfutées par les observations (les vraies, pas les prédictions foireuses des modèles numériques…).

      1. C’est un peu normal, pour illustrer la situation de cet article, imaginez que vous etes au 12° siècles, et vous vous pointez dans une église bondée.
        Là vous vous adressez à l’audience en disant que dieu n’existe pas parcequ’on l’a jamais vu, et que si dieu existait, alors faudrait expliquer pourquoi les gentils ont des malheurs, et que les méchants ne sont pas punis.
        Il y aura surement une armée de Luc qui va vous gueuler dessus la bonne parole…

        1. Évitez de faire de la sophistique métaphysique, pour contrer, à juste titre, les trolls verts. La religion n’a rien à voir là dedans.

          1. c’était une métaphore.
            Cela dit, observer le comportement des verts (idéologie, croyance, interraction entre individu), et vous vous rendrez compte que l’écologie est une nouvelle forme de religion.

      2. Et donc ?
        Quel est le sens de vos critiques, de votre ironie sur le sujet ?
        De nombreux experts non assimilés au GIEC pensent que l’homme est responsable de l’augmentation du niveau de CO2 dans l’atmosphère et que tout cela est corrélé à ses activités. Ils auront toujours des preuves ‘irréfutables » à vous opposer. dans de nombreux domaines, les modèles numériques (World3 par exemple) peuvent avoir un sens. Tour cela est sans fin.
        Mais à vous lire, on ne devrait rien faire ou pas s’inquiéter, … brassons de l’air, ou dénonçons un complot mondial, c’est plus constructif ?
        Si les experts se trompent à ce point, alors dans quel but ?
        Où sont les taxes que l’on nous promet pour nous culpabiliser (le prix de la tonne de carbone est insignifiant, les subventions aux solutions polluantes sont plus élevées que celles accordées aux alternatives dans de nombreux cas) ? Sur quoi aboutissent les conférences sur le climat, de dangereuses initiatives gouvernementales ?? mais pardon, lesquelles ???!! Des textes et protocole que tous s’accordent à dire qu’ils ne font rien avancer.
        Au contraire, on évite le sujet, on consomme toujours autant voir plus et cela amuse bien les lobbies du fossile (et du nucléaire aussi au passage).
        Votre analyse de comptoir et vos non contre-propositions me laisse songeur. Dormons encore, la chute sera plus sure.
        « La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples » . Machiavel

        1. vous êtes complétement à coté de la plaque.
          Personne ne nie que cramer des milliard de tonnes d’hydrocarbure envoie du CO2 dans l’atmosphère, ou que transformer des surfaces cultivées en forêts et en villes bétonnées (ou l’inverse) a un effet sur l’hydrologie, la pluviométrie, bref le climat.
          « Si les experts se trompent à ce point, alors dans quel but ? » Les expert ne se trompent pas : l’expertise est soigneusement contrôlée voire carrément expulsée des travaux du GIEC, dont le résumé pour les décideurs contient souvent le strict inverse de ce que disent les experts. Le but ? le pouvoir et le fric, comme d’habitude.
          « Où sont les taxes  » … heu … sérieusement … tu arrives de krypton ? Les bonnet rouges, l’écotaxe, la CSPE, tout ça ne te dis rien ?
          « La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples » . C’est très vrai, si les peuples n’étaient pas si inerte, les pastèques et leurs complices auraient tous été invité fermement à mettre en œuvre leurs lubies aux Kerguelen ou Terre Adélie (parce que même la Guyane n’est plus ce qu’elle étaient et qu’ils n’en veulent pas)

          1. l’écotaxe ? elle n’existe pas encore, on ne connaît l’impact sur les prix à la consommation que déjà on brandit cet argument. les gens peuvent manger local s’il veulent payer moins cher. limiter les transports inutiles, cela peut se discuter ou pas ? vous êtes aussi obtus pour ne pas vouloir en discuter et agiter l’argument « bonnets rouges » comme si c’était une religion ?
            savez-vous au moins à quoi sert la CSPE ? la part la plus importante sert à équilibrer les coûts du kWh entre la métropole et les DOM-TOM, cela s’appelle de l’équité. Vous préféreriez payer moins et laisser les autres dans la difficulté ? Une partie sert au développement des énergies renouvelables et aux process de cogénération. Quand les subventions ont servi et servent encore le nucléaire et son développement, cela vous choque moins ?
            Le coût de la tonne de carbone est ridicule, les grosses entreprises et les états se les échangent pour rigoler tellement le système est inefficace.
            Vous ne niez pas l’impact de nos émissions de CO2 sur le climat ? C’est déjà un début. Mais quelles sont donc vos intentions alors ? Une expertise soigneusement contrôlée. Pour quel résultat au final ?
            Abruti vient peut-être de krypton, mais vous certainement d’une planète ou la contradiction n’existe pas.

            1. Ah encore un voyage inter-stellaire … 🙄
              Vachement écologique tout l’uranium (ou kryptonite, merci de m’éclairer de vos lumière) que vous utilisez. 🙄

            2. « Vous ne niez pas l’impact de nos émissions de CO2 sur le climat ? »

              Apprenez à lire.

              lol

              1. Ah non, c’est trop demander. Ils utilisent la kryptonite, avec cela, pas besoin de lire 🙂

        2. Bonjour abruti
          « Si les experts se trompent à ce point, alors dans quel but ? »
          Mais il se trompent pas, ils sont embarqués dans une affaire qui les dépassent.
          Au départ un groupe de climatologue imagine de nouveau mécanisme dans la régulation de la température et extrapole sur l’avenir( ce qui est tout à fait légitime), mais ce sont des hypotheses de travail.
          La dessus des ONG qui sont orphelines d’une cause pour imposer leur vision totalitaire (chute du mur, épidémies virales et variées etc..), la NASA qui pleure la restriction des budgets spatiaux, etc… et enfin les politiques qui adôôorent sauver le monde avec notre argent ( la maison brûle de super menteur).
          La boucle est bouclée, vous faites mariner avec des média tjs avide de belles histoires qui font peur ( mais pas trop) à la ménagère de moins de 50 ans, et vous avez tagatatsointsoin le RCA.
          Voila tout.

          1. pardon gillib mais votre analyse est un peu limitée.
            donc tout le monde conspire, on sait plus qui manipule qui mais c’est pas grave.
            le nouvel ordre mondial, pourquoi pas, mais l’environnement, le climat, cela vous dépasserait-il un peu ?
            toutes les espèces vivantes ont un impact sur leur environnement, l’homme n’est pas exclu de la liste.
            votre chariabia digne d’un philosophe franco-français qui passe son temps à râler, c’est assez pathétique.
            vous ne répondez pas sur les faits.
            vous ne faites en revanche que remuez une démonstration inutile qui alimente rien de moins qu’une ignorance redoutable et dogmatique.

            1. Nul besoin de « conspirer ». Regardez les journalistes. Ils ne conspirent pas, ils se contentent de reprendre tout crus des communiqués alarmistes, sans rien recouper ni vérifier. Et voilà le travail.

              Enfin, travail.

            2. Bonjour pinguoin

              « est un peu limitée. »
              Je vous remercie
              « cela vous dépasserait-il un peu ? » « votre chariabia  »
              Je vous remercie bis et ter

              « vous ne répondez pas sur les faits. »

              Je vous invite cordialement (je sais c’est pénible) de lire les 275 posts du fil où les faits on été largement étudiés.

              « vous ne faites en revanche que remuez une démonstration inutile »

              Au contraire, tous les scientifiques déplorent (à part qques politisés plus que de raison où avides de gloire) que la conjecture RCA ne soit pas restée où elle n’aurait jamais du sortir, c’est à dire dans les publications scientifiques, pour avoir des discussions sereines entre collègues. Regardez l’affaire Lennart Bengtsson.

              Cordialement

          2. et vous pensez que votre raisonnement est plus clair que celui du GIEC 🙂 ?

            Monsieur gillib prétendrait-il que 7 milliards d’individus ne conditionnent pas nos rapports conflictuels avec l’environnement et plus largement le climat ?

            les riches s’enrichissent, c’est un fait, pas besoin d’avoir fait l’ENA.
            ils manipulent, ils mentent, ils conspirent et la ménagère subit. elle ne peut pas être responsable de quoi que ce soit, c’est forcément la faute des autres. nous sommes donc tous des irresponsables immatures sous contrôles de puissance extra-terrestre. c’est une peu facile non ? ….

            à moins qu’Aldous Huxley ait raison sur toute la ligne, faites-vous donc partie des esclaves ? non bien sûr, vous vous êtes au-dessus de la masse.
            « la dictature parfaite: une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où, grâce la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude »

            1. Bonjour brillant

              « 7 milliards d’individus ne conditionnent pas nos rapports conflictuels avec l’environnement »
              Mais si, c’est depuis la découverte du feu que l’homo sapiens travaille pour transformer son environnement à son avantage (et au votre aussi). C’est pour cela que j’ai confiance dans l’homme pour contrôler les effets délétères qui ne manquent de surgir. Le feu ça cuit la viande, ça brûle aussi les doigt :).

              « les riches s’enrichissent »
              C’est pas faux
              « ils manipulent, ils mentent, ils conspirent  »
              Du coup c’est plutôt vous qui parler de complot et de conspiration 😉

              « faites-vous donc partie des esclaves  »
              C’est marrant de me traiter d’esclave.. sur un site libéral.
              Cordialement quand même.

              1. oui enfin vous parlez dans votre commentaire : d’ONG et leur vision totalitaire, des politiques et des médias qui font peur…. la thèse du complot c’est bien vous qui l’avez mis à avant et on ne sait toujours pas dans quel but d’ailleurs ?

                je veux pas défendre le point de vue de « brillant », mais houspiller les conclusions diverses et variées sur le climat pour asséner des propos sans intérêt, what’s the point ?
                le taux de C02 dépasse désormais les 400 ppm. les activités humaines en sont-elles responsables ? oui ou non ? vous semblez dire que non, très bien donc pas de problèmes pour vous, tout roule.
                pourquoi alors envoyer des post sur ce blog par wagon, vous faites quoi « concrètement » pour dénoncer les « absurdités et mensonges » sur le climat ?

                1. Il fait ce qu’il veut, non ❓
                  Pourquoi se justifierait-il ❓

                2. Bonjour mireille
                  « la thèse du complot c’est bien vous qui l’avez mis à avant »
                  Justement je réfute la théorie du complot, je parle de convergence d’intérêt.

                  « le taux de C02 dépasse désormais les 400 ppm. les activités humaines en sont-elles responsables ? oui ou non ? »
                  Ma réponse est oui, à 95%.
                  « très bien donc pas de problèmes pour vous, tout roule. »
                  Personne mais alors personne ne s’inquiète de l’augmentation du CO2, la discussion porte sur les « effets » du CO2 sur le climat, sur leur amplitude, sur leur nocivité, sur la capacité de faire qq chose. (comme dit tres justement sirius)

                  « pourquoi alors envoyer des post sur ce blog par wagon »
                  12 post sur 300, perso j’ai vu des trolleur faire 1/3 des posts.

                  « vous faites quoi « concrètement » pour dénoncer les « absurdités et mensonges » sur le climat ? »
                  Je post des wagons de post sur CP 🙂

      3. Ne prenez pas la grosse tête Jean-Pierre, votre article fait bien marrer les milieux scientifiques.

        « contredit le second principe »

        Merci encore Jean-Pierre.

    6. Au moins, savez vous ce qu’est un exposant et une mantisse ? Un nombre flottant ?
      Euh camarade vert , c’est pas l’heure de l’apéro, l’est que 11:05 … 🙁
      Expliquez moi :
      a) fastoche :
      sur combien de bits sont faits les calculs du GIEC, 1024, 2048, 4096 …. ?
      L’exposant est-il sur 3 bits ❓ La mantisse sur 5 bits ❓
      b) un peu compliqué :
      Comment sont fait les calculs d’arrêt ?

      Allez dites-moi grand-savant, puisque vous savez tout, j’aimerais apprendre :mrgreen:

    7. @ theron
      1) a) Mon premier point est exact : a TMAG est stable depuis 1997 :
      http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:1997/offset:-0.15/trend/plot/rss/from:1997/trend

      b) Les glaciers alpins ont commené à fondre depuis 1850, à la fin du PAG. Une étude des glaciologues indiens confirme que les glaciers himalayens se portent plutôt bien.

      c) « Les 10 dernières années ont été les plus chaudes depuis que les températures sont enregistrées »
      C’est le discours de l’OMM. C’est exact, si l’on regarde les courbes de TMAG, mais c’est très manipulateur, car cela laisse croire aux citoyens que le RC perdure, ce qui est faux.

      d) les gelées se font rares ? Pas en Amérique du Nord cet hiver, ni en France en 2013, ni en Sibérie …on peut multiplier les contre-exemples…

      2) Mon second argument étant en correspondance avec le premier, comme le premier est exact, le second l’est aussi.

      3) Argument n°3 : il est prouvé par l’analyse isotopique. Le delta(13C) du carbone naturel d’avant 1750 a pour valeur -7, alors que celui résultant de la combustion des combustibles fossiles (plus riche en 12C) est de -26. Le delta(13C) de l’air en 1988 montre, en accord avec les lois du mélange, que l’air contenait environ 4% de CO2 anthropogénique et non 21% comme l’affirme le GIEC

      4) Vous confondez gaz et poussières, ce qui n’a rien à voir. Les poussières ne peuvent être absorbées comme peut l’être le CO2 par la végétation et surtout les océans. 30 publications concluent à une durée de vie du CO2 de 3 à 10 ans, 5 à environ 12 ans, et une à 25 ans. Seul le GIEC a décidé qu’elle est de 100 ans ou plus… Ce faisant, il viole ses propres procédures de synthèse des publications sur un thème donné. Plus récemment, Segalstadt trouve une durée de vie du CO2 dans l’air de 5,4 ans environ, et qu’environ 134 GtC s’échangent chaque année, ce qui est très supérieur aux 7-8 GTC rejetés chaque année par les combustibles fossiles.

      5) La banquise antarctique bat des records de superficie depuis nombre d’années, que ce soit en hiver ou en fin de fonte estivale. La banquise boréale est effectivement plus réduite en fin de fonte estivale, mais la somme des surfaces des 2 banquises est constante.
      Voir : http://arctic.atmos.uiuc.edu/cryosphere/IMAGES/current.area.jpg (banquise boréale
      http://arctic.atmos.uiuc.edu/cryosphere/IMAGES/current.anom.south.jpg (banquise australe)
      http://www.climate4you.com/images/NSIDC%20GlobalSeaIceAreaSince2000.gif (somme des 2 banquises)
      Le marégraphe de Brest donne +1,1 mm/an depuis 1850 (de 4000 à 4162 mm en 164 ans)
      Celui de Marseille donne aussi +1,1 mm/an depuis 1880 (de 6850 à 7000 mm en 134 ans).
      Les mesures par altimétrie satellitaires (AVISO) donnent +3 mm/an
      Voir : http://www.aviso.oceanobs.com/fileadmin/images/news/indic/msl/MSL_Serie_ALL_Global_IB_RWT_GIA_Adjust.png

      Ces mesures sont « homogénéisées », et donc plus sujettes à caution que les mesures par marégraphes.

      Il serait hautement souhaitable que votre prochaine critique de ma prose ne se résume pas à des affirmations aussi péremptoires qu’infondées, mais qu’elle soit argumentée, logique, sérieuse, et dénuée de toute cette idéologie du RCA qui vous brouille les neurones. OK?

    8. @theron

      1) a) Mon premier point est exact : la TMAG est stable depuis 1997 :
      http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:1997/offset:-0.15/trend/plot/rss/from:1997/trend
      b) Les glaciers alpins ont commené à fondre depuis 1850, à la fin du PAG. Une étude des glaciologues indiens confirme que les glaciers himalyens se portent plutôt bien.
      c) « Les 10 dernières années ont été les plus chaudes depuis que les températures sont enregistrées »
      C’est le discours de l’OMM. C’est exact, si l’on regarde les courbes de TMAG, mais c’est très manipulateur, car cela laisse croire aux citoyens que le RC perdure, ce qui est faux.
      d) les gelées se font rares ? Pas en Amérique du Nord cet hiver, ni en France en 2013, ni en Sibérie …on peut multiplier les contre-exemples…

      2) Mon second argument étant en correspondance avec le premier, comme le premier est exact, le second l’est aussi.

      3) Argument n°3 : il est prouvé par l’analyse isotopique. Le delta(13C) du carbone naturel d’avant 1750 a pour valeur -7, alors que celui résultant de la combustion des combustibles fossiles (plus riche en 12C) est de -26. Le delta(13C) de l’air en 1988 montre, en accord avec les lois du mélange, que l’air contenait environ 4% de CO2 anthropogénique et non 21% comme l’affirme le GIEC

      4) Vous confondez gaz et poussières, ce qui n’a rien à voir. Les poussières ne peuvent être absorbées comme peut l’être le CO2 par la végétation et surtout les océans. 30 publications concluent à une durée de vie du CO2 de 3 à 10 ans, 5 à environ 12 ans, et une à 25 ans. Seul le GIEC a décidé qu’elle est de 100 ans ou plus… Ce faisant, il viole ses propres procédures de synthèse des publications sur un thème donné. Plus récemment, Segalstadt trouve une durée de vie du CO2 dans l’air de 5,4 ans environ, et qu’environ 134 GtC s’échangent chaque année, ce qui est très supérieur aux 7-8 GTC rejetés chaque année par les combustibles fossiles.

  30. Contrecontrepoints

    Bravo jipebe29. En 22 points vous venez de démontrer que vous ne comprenez rien du système climatique, de l’effet de serre, du transfert radiatif, de la modélisation numérique et de la statistique.

    Vous semblez malgré tout curieux de tout cela, et je vous invite à consulter des cours en ligne pour combler vos nombreuses lacunes : tapez par exemple « introduction système climatique cours » dans un moteur de recherche.

    Bonne lecture.

    1. Moi je nie l’impact du CO2 sur le climat… et encore plus pour la part anthropique qui ne représente que 3 à 4% des émissions naturelles. Le laborieux kamasouthra d’une rétro-action positive via l’effet de serre concocté par des scientifiques opérés de la honte est une des plus grandes conneries scientifiques de tous les temps.
      Oh et puis zut! (à la maison on a un autre mot…) fréquentez plutôt les rares sites climato-sceptiques français: http://www.pensee-unique.fr/ , http://www.skyfall.fr/ , http://climatdeterreur.info/index.php/fr/ , ainsi que celui de jpbe
      Et si vous entravez le grand-breton version UK ou US, il y a http://wattsupwiththat.com/ , etc.
      En tous cas, ça vous changera de la doxa climato verdâtre.

    2. @Contrecontrepoints
      Citez-moi UN SEUL autre domaine qui reproduit la dualité météo/climat : un domaine où ne prévoit rien à court terme (plus de 10 jours) mais on peut prévoir le très long terme (un siècle).

      J’attends.

      1. Facile, en voilà plein :
        * probabilité/statistique (jeux, casino, poker, etc.) : impossible de prévoir les gains/pertes à court terme, mais on peut prévoir les gains/pertes à long terme
        * thermodynamique : impossible de prévoir la température d’une petite zone sur une petite durée, mais la répartition statistique est bien connu sur la long période
        * biologie : impossible de prévoir à la naissance la taille d’un enfant à différent age (1, 2, 5 , 10 ans …), par contre sa taille finale est assez bien prévisible. impossible de prévoir qu’un individu sera mort dans 10 jours, mais certitude qu’il le sera à très long terme (1 siècle ou à peine plus)
        * système chaotique en général : les « attracteurs étranges », caractérisant le long terme, sont connus en dépit de l’impossibilité de prévoir le cour terme.
        etc.

    3. Eh bien, moi aussi je nie l’effet du CO2 sur le climat.
      Et aussi les calculs bidons et erronés qui sont faits.
      L’utilisation d’un boulier conduirait a des calculs plus justes.

      1. Contrecontrepoints

        @simple-touriste : cette dualité dont vous parlez est simplement la différence entre « réalisation » et « distribution de probabilité ». Jouez à pile ou face : impossible de prévoir la prochaine réalisation, mais trivial de montrer que sur N lancers vous vous attendez à avoir N/2 piles et N/2 faces. La météo est impossible à prévoir au bout de quelques jours (fameux « effet papillon » d’Ed Lorenz) – mais sa distribution de probabilité (le climat) est pilotée par de grands équilibres physiques, et il est facile de prévoir que si le système accumule de l’énergie, alors le climat change.

        On rejoint la question de @MichelC et @scaletrans : est-ce qu’augmenter la concentration de GES dans l’atmosphère fait que la Terre accumule de l’énergie ? Réponse : oui. C’est connu depuis Fourier (1820) et surtout Arrhenius (1890). Mais vous êtes libres de penser le contraire, tout comme vous êtes libres de penser que 2 et 2 font 5.

        Bien à vous.

        1. Contrecontrepoints

          @joletaxi :

          > où va l’énergie accumulée depuis deux siècles ?

          Pour (très) grande partie dans les océans, en effet, car ils ont la capacité calorifique la plus grande, et surtout la masse la plus grande. Et pour petite partie dans les glaces (cryosphère), les continents et l’atmosphère. Bref, dans tout le système, quoi.

          > est-ce qu’on l’observe ?

          Oui. Le niveau des mers a augmenté (dilatation thermique + fonte calottes + fonte glaciers montagne), la température de la surface a augmenté, le cycle hydrologique s’est intensifié (atmosphère plus chaude peut contenir plus de vapeur d’eau, Clausius Clapeyron), etc.

          > est-ce qu’on l’aurait observé sans les émissions humaines ?

          Très probablement non. Les causes naturelles seules ne peuvent expliquer ces tendances, c’est ce que montrent les études statistiques d’attribution (d’où le « très probablement » qui illustre la notion d’intervalle de confiance inhérente à toute étude stat).

          Bref. Plutôt que trainer sur Contrepoints, cherchez donc des cours sur le système climatique, il y en a des très clairs sur le net.

        2. « est-ce qu’augmenter la concentration de GES dans l’atmosphère fait que la Terre accumule de l’énergie ? Réponse : oui. C’est connu depuis Fourier (1820) et surtout Arrhenius (1890).  »
          double LOL.
          1) Arrhenius a été réfuté en 1909 par Wood, et depuis sa théorie débile de la serre avait été heureusement oubliée. On la mentionne seulement à titre historique, jamais comme une preuve. Quand on sait de quoi on parle, évidemment …
          2) Même le GIEC ne prétend rien de tel, parce que c’est simplement faux :
          La quantité d’énergie sur Terre ne dépend que de ce qu’elle produit elle-même (peanuts) et de ce qu’elle reçoit du soleil, donc de son albedo qui dépend des nuages. Est-ce que les GES augmente l’albedo ou le diminue ? le principal GES c’est l’eau, et plus il y en a, plus il y a de nuages, donc MOINS la terre accumule d’énergie. Les autres GES sont sans effet connu sur l’albedo et l’énergie…

          « Mais vous êtes libres de penser le contraire, tout comme vous êtes libres de penser que 2 et 2 font 5. »
          re-LOL

          1. Contrecontrepoints

            Heu… @P, j’ai du mal à concevoir comment vous arrivez à publier un commentaire aussi censé sur les questions de « réalisations » vs. « distributions » (ci-dessus), et un 2e commentaire aussi erroné sur le bilan énergétique de la Terre.

            « La quantité d’énergie sur Terre ne dépend que de ce qu’elle produit elle-même (peanuts) et de ce qu’elle reçoit du soleil, donc de son albedo qui dépend des nuages. »
            Donc soit vous pensez que la Terre ne tend pas à équilibrer son bilan d’énergie (E_reçue = E_émise + E_réflechie), soit vous pensez que la Terre réfléchit tout le rayonnement solaire (i.e albedo=1), puisque vous dites que E_émise = peanuts.

            Soyons sérieux.

            1. Moi, malgré la bordée d’idioties diverses déjà écrites par vous, j’ai quand même du mal à concevoir comment vous pouvez sombrer encore plus bas. Je suppose que, pris en flagrant délit d’idiotie, votre esprit, pour sauvez vos conceptions débiles, en vient à ne plus pouvoir lire correctement même ce que vous copiez-collez …
              J’ai écris « ce qu’elle produit elle-même (peanuts) », pas « E_émise = peanuts »

              « soyons sérieux ». 😀

              1. Contrecontrepoints

                Dans ce cas, qu’entendez-vous par « ce qu’elle produit elle-même » ?

                Car en l’état, vous semblez soit confondre énergie reçue (ce que vous appelez « ce qu’elle reçoit du soleil ») et bilan net d’énergie, soit penser que le bilan net de la Terre ne dépend QUE de son albédo (à ce fameux « peanuts » près).

                Pour info, le bilan net dépend de l’énergie solaire reçue (modulée par l’albédo) ET de l’énergie infra-rouge émise. Et il se trouve qu’augmenter les GES à longue durée de vie (on ne parle pas ici de H20) diminue l’énergie émise. D’où le déséquilibre énergétique dont je parlais.

                Est-on d’accord ?

                1. « Et il se trouve qu’augmenter les GES à longue durée de vie (on ne parle pas ici de H20) diminue l’énergie émise ». Ah ? référence ? que disent les satellites, qui sont justement chargés de mesurer ça ? lol

                  1. Bien botté en touche

                    1. Je t’assure qu’an contraire le drop est passé entre les barres, et qu’il le sait pertinemment : les données satellitaires contredisent son affirmation que l’énergie émise diminue

                    2. On vous demandais ce que « énergie produite par la Terre » veut dire.

                    3. Contrecontrepoints

                      @P : Alors ça c’est étrange, car on trouve l’affirmation inverse dans la littérature scientifique : les satellites montrent une diminution de l’énergie infra-rouge émise (outgoing longwave radiation), et ce précisément dans les bandes spectrales des principaux GES à longue durée de vie.

                      Voir par exemple Harries et al., Nature 2001, dont je copie-colle un extrait de l’abstract : « Our results provide direct experimental evidence for a significant increase in the Earth’s greenhouse effect » ; ainsi que les extensions plus récentes de cette étude, comme Griggs et al. 2004 ou Chen et al. 2007.

                      Donc non seulement vous bottez en touche car vous avez du mal avec le bilan d’énergie de la Terre, comme l’a justement raillé @Alcène, mais en plus vous ne la trouvez pas, cette touche…

                      Est-ce vraiment la peine de continuer avec vous ?

                    4. LOL. C’est sûr qu’en changeant le terrain en court de match, et en décidant que le but est devenu un ligne de touche … 😀
                      On parle du bilan radiatif, et de l’énergie émise, pas du « Earth’s greenhouse effect ». Donc, si tout ce que tu as sur toi c’est ce vieux papier qui compare les spectres des émissions de 1970 et de 1997, au moins cites le sur le point qu’il est censé appuyer, d’après toi : ton affirmation que l’énergie émise diminue (la totalité de l’énergie, hein, pas juste les IR long, n’est-ce pas ?). Parce que l’abstract ne dit rien de tel…
                      Ou trouve tout un autre arbitre de touche
                      Accessoirement, Harries s’est même fendu d’un article rigolo : « Possible change in climate parameters with zero net radiative forcing »

                    5. Contrecontrepoints

                      @P : De mieux en mieux.

                      « On parle […] de l’énergie émise, pas du « Earth’s greenhouse effect ».  »
                      Donc l’effet de serre n’est pas lié à l’énergie émise ? Mais qu’est-ce que l’effet de serre, selon vous ?

                      « ce vieux papier qui compare les spectres des émissions de 1970 et de 1997 »
                      Ne faites pas l’idiot, je vous ai indiqué les papiers plus récents qui ont étendu cette étude. Ce papier reste néanmoins une référence.

                      « ton affirmation que l’énergie émise diminue (la totalité de l’énergie, hein, pas juste les IR long) … »
                      Mais à quelles longueurs d’onde émet la Terre exactement ? Connaissez-vous la loi de Wien ?

                      « … Parce que l’abstract ne dit rien de tel »
                      Ah, là ce ne sont plus des lacunes en physique, mais en anglais, dont vous souffrez. Relisez donc l’abstract. Indice : « outgoing longwave radiation » = rayonnement infrarouge sortant.

                      « Accessoirement, Harries s’est même fendu d’un article rigolo : « Possible change in climate parameters with zero net radiative forcing » »
                      Rigolo, là je suis d’accord. Mais probablement pas pour les mêmes raisons. Avez-vous lu cet article ? Qu’en avez-vous compris ? Pas grand chose je suppose, vues (1) votre ignorance manifeste du blian énergétique de la Terre, et (2) le fait que vous pensiez, si j’en crois votre ironie, que cet article puisse contredire mes propos. Je vous aide. Cet article montre que même si on parvenait à contrebalancer totalement le déséquilibre énergétique global induit par les GES, par ex. en injectant des aérosols dans l’atmosphère (idées de géo-ingénierie), les disparités régionales de ces forçages induiraient tout de même des changements climatiques. D’où le titre.

                      Il y a de très bon cours de bilan énergétique de la Terre sur le net. Si le sujet vous intéresse et si vous souhaitez en dire autre chose que des bêtises, je vous conseille fortement d’aller les consulter. Après, libre à vous de rester dans votre ignorance ; pour ma part je m’arrête là avec vous.

                  2. Il ne faut se fatiguer avec ces gens là : ils ne comprennent rien.
                    Si l’énergie n’est pas réémise, on aura 100K de plus en quelques décennies.
                    Ciel, on sera grillés comme des poulets à la broche… 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄
                    Quelle tristesse, je vais griller sur mon balcon, avant d’avoir pu griller on bacon…
                    C’est trop horrible. 🙁

    4. Bravo Contrecontrepoints!
      En un seul commentaire, vous avez démontré que vous ne comprenez rien aux lois de la physique et que vous n’acceptez pas la dure réalité des observations, qui sont du domaine du Réel, et non du monde irréel et surréaliste des modèles numériques.

  31. On a rarement vu un tel condensé d’âneries dans un article. Les réfutations point par point se trouvent sur http://www.sauvonsleclimat.org/climat-22-contre-verites-qui-exasperent/

    1. Bonjour JPoitou
      Je me régale à vous faire partager la réponse au premier de l’article que vous citez.

      « 1.La TMAG (température moyenne annuelle globale) est stable depuis 1997, malgré une augmentation continue du taux de CO2 : .comment alors soutenir un rapport de causalité entre croissance de concentration du gaz carbonique et température ?

      Le rapport de causalité est établi sur des bases physiques. Le phénomène de l’effet de serre est bien compris depuis plus de 100 ans et accessible a toute personne ayant un peu de culture scientifique. Il est clairement étable que le CO2 est un gaz à effet de serre et que, si on augmente sa concentration, la température doit augmenter. Cette augmentation n’est pas nécessairement immédiate du fait des autres facteurs qui jouent sur le climat (aérosols, soleil, volcanisme…) et de la variabilité naturelle du système climatique.
      Noter aussi que l’inertie propre du système fait que le réchauffement de la basse atmosphère est nécessairement décalé par rapport à sa cause, comme le réchauffement d’une maison met un temps appréciable à se réaliser après qu’on ait mis en marche le chauffage. »

      En gros le rapport de causalité est établi, donc circulez y’a rien à voir LOL. Bon si ca se réchauffe pas c’est à cause de Gaïa, la coquine. Il peut y’avoir un retard. Un temps appréciable, « un certain temps » disait F Raynaud

      1. J’adore le passage sur le chauffage de la maison.

        C’est du solide : j’ai allumé le chauffage mais j’ai encore froid, quelle galère.

        1. C’est sûr, ya consensus, plus je pédale moins vite j’avance plus lentement, et lycée de versailles.

      2. Comme une certaine propension à ne pas vouloir comprendre des phénomènes complexes. Et ça discute climat …

    2. Hi Poitou,
      J’ai jeté un œil à ce site. C’est de la daube, oups, de la méga-daube faisandée, explications bidons, et car aucune référence.
      Par exemple, votre point 7 est hilarant.
      Expliquez nous pourquoi le taux de CO2 était de 440ppm en 1944, et pourquoi la température n’a pas monté en flèche de suite et selon votre théorie en pente constante pendant quelques années, et comment se fait-il que ce taux est retombé ❓

      J’ai un autre site, qui lui, donne des références :
      http://crioux.wordpress.com

      Le CO2 n’y est pour rien : l’eau est responsable à 95%.

      1. 440 ppm en 1944 ? La bonne blague

        1. Désolé, c’est ce qui résulte de la compilation de Beck, laquelle est très controversée, surtout dans l’église du RCAC (Réchauffement Climatique Anthropique Catastrophique), mais cette compilation porte sur 90.000 mesures chimiques qui étaient extrêmement précises. Ce que les détracteurs reprochent c’est que cette courbe montre des variations depuis le début du 19° (c’est à dire depuis le début des mesures) qui ne correspondent pas à la doxa 😈 . http://www.biomind.de/realCO2/
          Curieusement, le graphe provenant des nouvelles méthodes de mesure reprend exactement la fin de la courbe de Beck: c’est drôle hein ?

          1. Ce qui est super drole, c’est que, si on croit les mesures de Beck, le taux de CO2 pouvait varier de +100 ppm en quelques années. Mais depuis que on fait de mesures un peu précises (1956), les variations se limitent à quelques ppm par an.
            Ca ne vous suggère pas que les mesures compilées par Beck puissent présenter quelques problèmes ?

            1. Et qui vous dit que les mesures des trois stations qui servent à établir les relevés actuels sont plus dignes de confiance que les 90.000 mesures sur près de 150 ans qui ont servi à la compilation de Beck ?

              1. Il se trouve que j’ai été responsable de l’équipe qui, en France, fait les mesures de CO2 atmosphérique. Je sais donc de première main que il n’y a pas 3 stations dans le monde (contrairement à vous qui montrez ainsi votre ignorance du domaine). Je sais aussi que la mesure du CO2 est difficile et qu’il n’est pas surprenant que, pendant la première moitié du 20eme siecle, on pouvait faire de grosses erreurs.

                1. Hé bien dites-moi combien il y a de stations dans le mix actuel… et nommez-les moi. Mais ça ne changera rien à ce que je dis: les mesures chimiques étaient, à la deuxième décimale près, aussi précises que les mesures actuelles.

                  1. Parfait. On doit vous croire sur parole. A 23h56, vous avez affirmé que trois stations servent à établir les relevés actuels. En fait, il y en a une bonne centaine, dont un échantillon est donné là (les américaines)
                    http://www.esrl.noaa.gov/gmd/ccgg/ggrn.php
                    et là (les Européennes)
                    http://www-dsm.cea.fr/Phocea/Vie_des_labos/Ast/ast.php?t=actualites&id_ast=532

                    Donc vous avez dit une grosse connerie, ce qui doit légitiment mettre en doute vos autres affirmations

                    1. Vous cherchez à enfumer un débat qui ne porte pas sur le nombre de stations participant au relevé officiel, mais sur la validité respective des mesures. et comme le dit MichelC, on ne peut prétendre quelque chose et son contraire, c’est à dire douter de la précision de la méthode chimique tout en affichant une certitude sur une concentration n au point de départ.
                      Sachez d’ailleurs qu’à mon sens, et à celui de beaucoup de scientifiques, l’influence de la concentration de CO2 est d’importance seconde au niveau du climat; par contre, on constate un reverdissement de la Terre car il semble bien que les plantes savent mieux tirer parti des ressources en eau lorsque la concentration de CO2 augmente.

                    2. @scaletrans

                      tel MichelC vous bottez merveilleusement en touche. VOUS amenez le débat sur le nombre de stations pour ensuite vous défiler une fois mis au pied du mur vers du verdissement ou que sais-je d’autre.

                      Vous avez dit gonflé ?

                    3. je maintiens. :mrgreen:

                2. Je sais aussi que la mesure du CO2 est difficile et qu’il n’est pas surprenant que, pendant la première moitié du 20eme siecle, on pouvait faire de grosses erreurs.
                  Bon, alors comment on établi le niveau de 280 ppm début 1800s puisque c’est difficile déjà aujourd’hui ❓
                  Il doit y avoir une très grosse incertitude ❗

                  1. On fait des mesures de concentration, en utilisant des techniques modernes, sur des bulles d’air qui ont été piégées début 1800s dans de la glace (neige déposée qui se transforme en glace par tassement).
                    C’est assez dingue que vous ne sachiez pas ça. Du coup, il est difficile de vous faire confiance sur le reste

                3. Vous pourriez nous dire combien de micromètres représentent les 15 GT de CO2 émis par les énergies fossiles.
                  Vous pourriez nous dire combien augmente annuellement le CO2 en ppm ces dernières années, 5 ou 10 ppm ❓
                  Et enfin, quelle est la part de l’anthropique dans cette augmentation.

        2. Qu’il y aie des problèmes dans la méthode de prélèvement, sans doute. Mais puisque vous avez tout, quel est exactement le problème ?
          Vous prétendez qu’en 1944, ils étaient cons comme des baleines et qu’ils auraient pris ces mesures au cul d’un haut-fourneau ?

          Ce site est-il scientifique ou bien est-ce un ramassis de charlots ?

          http://www.geocraft.com/WVFossils/greenhouse_data.html

          La paille dans l’œil de l’autre, vous la voyez bien. Mais le baobab dans celui des « réchauffistes », il na faut pas en demander trop.

          1. Oui, j’affirme que les mesures compilées par Beck ne représentent absolument pas la composition atmosphérique de l’époque. Je vous suggère cette lecture
            http://www.realclimate.org/index.php/archives/2007/05/beck-to-the-future/

            Quand au site que vous proposez, oui, c’est un ramassis de conneries. Un seul exemple, le CO2 lié aux activités humaines ne serait que 3% du total. Pendant 800 000 ans (carottes de glace), la concentration n’a JAMAIS dépassé 300 ppm. Aujourd’hui, on est à 400 ppm, donc 33% au dessus du maximum. Vous voyez la contradiction

            1. Pendant 800 000 ans (carottes de glace), la concentration n’a JAMAIS dépassé 300 ppm. Aujourd’hui, on est à 400 ppm, donc 33% au dessus du maximum. Vous voyez la contradiction

              Le CO2 migre avec le temps, comme un atome de cuivre ou autre va se balader dans la matrice en fer.
              Les mesures dans les carottes de glaces présentent de grandes incertitudes.
              Comment pouvez-vous affirmer un niveau de 280 ppm, sans donner l’incertitude ❓

              realclimate de la daube ? Alors l’ens-lyon, c’est aussi de la daube :mrgreen:
              Et ça c’est de la daube ❓
              http://www.biokurs.de/treibhaus/180CO2/bayreuth/bayreuth1e.htm

              1. Oui, de la daube, ce dernier a été copieusement démonté.

                1. Heureux d’apprendre que le site de l’ens-lyon c’est de la daube.

                  1. (il contient les mêmes données, sauf pour le rôle de H2O)

                  2. Vous êtes bouché ou quoi ? Le monsieur vous dit que l’ARTICLE de Beck y faisant référence a été démonté. Soyez gentil, défaisez-vous de votre mauvaise habitude de rapportez les « on dit ». Faites preuve de méthode scientifique et faites référence à la littérature, ensuite revenez nous voir.

                    L’ens Lyon ça ne veut rien dire en soi. Jean-Pierre se targue d’être diplômé ça ne l’empêche pas de sortir les pires âneries qu’un cancre puisse sortir.

                    1. C’est vous qui êtes bouché.
                      Pour la littérature du GIEc, vous pouvez toujours courir, je vais m’en méfier comme la peste.
                      Je n’ai pas parlé de l’article de Beck sur l’ens-lyon, je n’y ai jamais vu ces données d’ailleurs.
                      A l’origine, le lien vers geocraft était sur le rôle de la vapeur d’eau, qui ne contient pas de lien, aucun vers des travaux de Beck.
                      Mais très probablement vers un site US pas dans votre crédo.
                      Pour le site allemand, dites le : les allemands maintiennent un site débile.

                2. Démonté par qui ? Comment ? C’est un peu comme ceux qui prétendent que Gerlich & Tscheusner ont été démontés: j’ai lu les soi-disant démontages, ils sont à côté de la plaque, et toute personne de bonne foi peut s’en apercevoir.

                  1. Pour vous servir mon brave:

                    http://multi-science.metapress.com/content/c332k41405021514/?p=934c5b16a2a14b3da987568cbb491232&pi=9

                    Je suis objectif, je vous fournis la réponse de l’auteur à la réponse ci-dessus:

                    http://www.biomind.de/treibhaus/180CO2/author_reply9-2.pdf

                    1. Un site payant.
                      Si c’est du navet, autant acheter du navet au magasin.
                      Vous n’avez pas de meilleure source ❓

                    2. Je connais ces « réfutations »: à mon avis, elles ne réfutent qu’auprès des convaincus
                      Mais rassurez-vous, pour ma part je n’accorde qu’un intérêt distrait au niveau de CO2, estimant qu’il n’a d’influence que sur la végétation (plus il y en a mieux c’est, la preuve, on en injecte dans les serres).

        3. Dans la même année, le taux de CO2 ppm varie de 370 à 390, voire plus. Soit au moins 5%.
          C’est énorme, alors qu’au pire les émissions anthropiques seraient de 2 ppm.
          Comment l’expliquez-vous ❓

          1. Végétation qui absorbe le C du CO2 par photosynthèse au printemps et en été, et qui le rejette toute l’année. Bilan net vers la plante en printemps/été, vers l’atmosphère en hiver.
            Là encore, c’est dingue que vous ne sachiez pas ca. Comment osez vous intervenir sur ce site pour critiquez le GIEC à ce niveau zero de compétence ?

            1. Vous, le conflit d’intérêt ne vous gêne pas. C’est bien.
              Vous semblez plutôt à un technicien qu’à un scientifique.

              La végétation ? Pas si évident. Trois brins d’herbes causent de si grandes variations ?
              Vous oubliez l’océan, c’est pas rien.
              Vous nous prenez pour des crétins ❓
              Tout cela, on le savait.
              Scientifique ❓ Ouais ouais ouais 🙁

              1. Votre commentaire est tellement abscon qu’il peut vouloir dire tout et n’importe quoi.

                Ca vous dérangerait un seul instant de faire une seule fois un raisonnement correct et intelligible ?

              2. Si c’était l’océan, on verrait les memes fluctuations saisonnieres dans l’hémisphère Nord et l’hémisphère sud. Or, ces fluctuations saisonnières de presque 20 ppm se voient uniquement dans l’hémisphère Nord. C’est une (parmi d’autres) preuve que le cycle saisonnier vient bien de la végétation et pas de l’océan.
                Je semble un technicien plutot qu’un scientifique si ca vous amuse, mais vous semblez un abruti qui étale son incompétence.
                Je ne prends pas tous les lecteurs pour des crétins, juste vous.

      2. Des sources ?

        soyons sérieux

        1. Je vois, c’est à moi de fournir des sources sur ce que vous avancez … :mrgreen:

          1. Les sources que vous pré-citez sont un gros ramassis de n’importe quoi, rien de solide, des brèves de comptoir.

            @Jean-Pierre, votre article est une honte scientifique, je me cacherais dans un trou après avoir pondu de telles énormités.

            1. Vous ne manquez pas d’air, sacré bigot.

              1. Mis à part ressasser des blogs obscurs vous lisez de tant en tant des sources sérieuses ?

                1. Obscur tout comme vous … 🙂

    3. C’est vous qui ne connaissez même pas le second principe de la thermodynamique, et Thierrey Levent (site lecolocritique) vous a renvoyé dans vos buts. Car que d’âneries dans vos propos!…Quand vous connaîtrez ce second principe et que vous saurez l’appliquer correctement, vous aurez fait de grands progrès.

      1. Mon commentaire s’adressait à Poitou….

      2. jipebe,

        le modèle actuel ne contredit en aucune manière ce second principe. Ce que vous dites est consternant.

    4. J’ai jeté un cil sur votre article, et quel ramassis de contre-vérités et d’âneries!

      Revoyez les lois de la physique et sachez que la loi de Stefan-Boltzmann s’applique aux corps noirs à spectre continu (soleil, étoiles, par exemple), à la rigueur aux corps gris (surface du sol), mais en aucun cas aux gaz, qui ont des spectres d’absorption discontinus (et très limités pour le CO2: 4,3 et 15 microns). Bouh!

      1. Votre point 16 démontre votre incapacité totale à comprendre le bilan énergétique de la Terre.

        1. Karl Popper disait très finement qu’une théorie qui ne peut être falsifiée ne peut être considérée comme scientifique. :mrgreen:

          1. Quel rapport mis à part étaler votre maigre science ?

            1. La votre est grasse ❓

          2. Votre grande spécialité de faire du hors sujet permanent.

            1. A peine obscène … 🙄

          3. Vous n’allez pas aussi montrer votre ignorance crasse en épistémo ?

            1. Toujours aussi gras et nul ❓

          4. Soyez logique.

            Soit vous considérez que la « thèse » du GIEC est, au sens popperien, non scientifique, donc l’article de JEan-Pierre est inutile, nul et non avenu i.e. on ne s’escrime pas à démonter avec des arguments « scientifiques » (hum) une thèse non scientifique.

            Soit elle l’est et l’article de Jean-Pierre tente de la réfuter ( quoique bien maladroitement).
            Dans ce dernier cas c’est votre commentaire sur l’irréfutabilité de la thèse du GIEC qui est nul et non avenu.

            On choisit quoi MichelC ?

            1. Quand on invoque la logique, on évite la rhétorique à deux balles, et notamment la « fausse dichotomie ».
              On ne peut pas se contenter de proclamer « ceci n’est scientifique » en guise de réfutation des thèses non scientifiques, ou alors il faut renoncer à lutter contre l’astrologie, le créationnisme et autres calembredaines.

              1. Michel est mis face à ses propres contradictions.

                C’est beau de faire du name et du concept dropping sur Contrepoint, seulement va falloir assurer derrière et pas se contenter de Wikipédia.

                @P

                « On ne peut pas se contenter de proclamer « ceci n’est scientifique » en guise de réfutation des thèses non scientifiques »

                Suggère que vous avez loupé quelques cours d’épistémo et que vous semblez méconnaître les critères de réfutablité. Vous confondez réfutabilité et méthodologie scientifique. Alors je vous pose cette question simple P: l’astrologie, le crétionnisme sont-ils des énoncés scientifiques au sens de Popper ?

                Ou allez-vous encore botter en touche ?

        2. Si il le comprenait, il mériterait le Nobel, vu que pour l’instance on bute totalement sur la question 😀

      2. Vous dites que le GIEC applique la loi de Stefan-Boltzmann au gaz. Pouvez vous m’indiquer dans quel document du GIEC (sur le site http://www.ipcc.ch), vous trouvez les éléments permettant d’arriver à cette affirmation?

    5. « 1. La TMAG (température moyenne annuelle globale) est stable depuis 1997, malgré une augmentation continue du taux de CO2 : .comment alors soutenir un rapport de causalité entre croissance de concentration du gaz carbonique et température ? »

      [Poitou & Bréon] Le rapport de causalité est établi sur des bases physiques. Le phénomène de l’effet de serre est bien compris depuis plus de 100 ans et accessible a toute personne ayant un peu de culture scientifique. Il est clairement étable que le CO2 est un gaz à effet de serre et que, si on augmente sa concentration, la température doit augmenter. Cette augmentation n’est pas nécessairement immédiate du fait des autres facteurs qui jouent sur le climat (aérosols, soleil, volcanisme…) et de la variabilité naturelle du système climatique.
      Noter aussi que l’inertie propre du système fait que le réchauffement de la basse atmosphère est nécessairement décalé par rapport à sa cause, comme le réchauffement d’une maison met un temps appréciable à se réaliser après qu’on ait mis en marche le chauffage.

      MM. Poitou et Bréon évitent soigneusement de préciser ce qu’ils entendent « effet de serre », et ne nous sortent que des affirmations péremptoires non argumentées. Tout se passe donc comme si le terme « effet de serre » était une formule magique, jamais explicitée, qu’il est formellement interdit de remettre en cause, même si sa définition n’est pas précisée, et si l’on se contente de la supposée analogie avec le processus de réchauffement d’une serre, en « oubliant » de préciser que cela n’a rien à voir avec l’atmosphère réelle.

      Pour la vitre de la serre (transparente dans le visible et opaque en infrarouge), une telle analogie a été réfutée dès 1909 par l’expérience du professeur Robert Wood, et, par la suite, les thèses d’Arrhénius, considérées comme erronées par les physiciens, ont été oubliées… jusqu’à ce que le GIEC ne les fasse renaître fort opportunément renaître de leurs cendres…

      Un article récent (2011) de MM. Dufresne et Treiner (l’effet de serre plus subtil qu’on le croit) explique que ce modèle de la serre est, je cite, « doublement inexact et faux » !

      Le modèle PNE (Puissances Nettes Echangées) de Dufresne et Treiner, tout comme ceux de Sorokhtin, de Miskolczi (qui élimine l’absurdité d’une discontinuité de 21°C de l’interface entre la surface de la terre et l’air), et de Claes Johnson concluent à :
      – La non-pertinence du modèle classique d’effet de serre radiatif qui peut être à présent considéré comme obsolète
      – L’influence minime, voire nulle, vis-à-vis du réchauffement climatique d’une augmentation de la concentration de CO2, quels que soient les mécanismes envisagés.

      Deux physiciens allemands, Gerlich et Tscheuschner, ont pris la peine de procéder à une analyse très détaillée de dizaines de « définitions » de l’effet de serre, et ont pu constater la plus grande incohérence entre ces définitions. Leur publication dans la revue « International Journal Of Modern Physics » a été laissée pendant deux ans sur le site de discussion arxiv : personne n’a pu la démentir ni proposer une définition de l’effet de serre qui tienne la route. Leur conclusion est « l’effet de serre est une fabrication de faussaire dans le cadre de la prétendue « science du climat  »  » .

      Deux autres physiciens spécialistes de l’atmosphère ont montré que les idées d’équilibre radiatif -convectif et les définitions de l’effet de serre étaient totalement absurdes et contraires à la physique élémentaire. Ils concluent  » la climatologie a deux branches, la climatologie physique où les conditions aux limites du système –Terre –atmosphère jouent un rôle essentiel, et la climatologie statistique qui compile les évènements météorologiques intervenus sur une période de trente ans . …

      Nous trouvons que :
      (1) le prétendu « effet-de-serre » atmosphérique ne peut être démontré par les événements météorologiques intervenus sur une période « climatique » [de la climatologie statistique]
      (2) les définitions de la société américaine de météorologie et de l’organisation météorologique mondiale sont à rejeter car contraires à la physique,
      (3) les budgets de flux d’énergie dans le système Terre-atmosphère n’apportent ni indice ni preuve de l’existence du prétendu « effet-de-serre »
      … Il est temps de reconnaître que l’effet de serre atmosphérique et son impact climatique ne sont fondés que sur des conjectures absurdes (« meritless »).

      Bref, les mots « effet-de-serre », « forçage radiatif » ne sont là que pour servir de justification pseudo-physique au prétendu « réchauffement climatique dû au CO2 anthropique ».

    6. @ Poitou
      En effet les températures depuis 1997 sont « en moyenne », stables ou décroissantes aux oscillations près produites par les El Niño tous les trois à cinq ans; comme la température est constante alors que la teneur en CO2 croît de façon linéaire, on a une illustration de plus de la relation :

      Pente de la teneur en CO2 = d (teneur en CO2)/ dt = k (T(t)- T0) où t est le temps: la pente est constante, donc la température T(t) aussi.

      Cette relation est démontrée par divers auteurs (Reingewertz, Salby, Park ) par des méthodes très différentes. Cette relation exprime que les latitudes intertropicales dégagent plus de CO2 lorsque la température croît, comme on peut le vérifier directement, ce qui traduit la loi de Henry du dégazage, bien connue des buveurs de boissons pétillantes qui sont meilleures fraîches.

      La teneur en CO2 est donc bien une conséquence des températures et ne peut en être la cause

  32. Quand on aura fini de discutailler sur les 22 (ou 666 : le nombre de l’Aposalypse !) arguments sur le lien activité anthropique/climat, qui ne fait guère de doute même si son ampleur est mal connue, on pourra enfin commencer à se poser la bonne question : ce réchauffement est-il nuisible, indifférent, ou utile à l’Homme ?

    Le GIEC répond d’une seule voix : nuisible, uniquement et partout nuisible ! L’ennui est qu’il est, là, beucoup moins convaincant que sur les 22 points en discusssion.

    De toutes façons ces discussions sont stériles car personne n’est en mesure de proposer de mesures sérieuses pour limiter cet effet, dont l’existence est quasi-certaine mais l’ampleur incertaine et la nocivité non prouvée.

    1. enfin une bonne intervention !
      Ce qu’il faut observer, c’est que la planète n’a pas eut besoin de l’homme pour avoir des période chaude, puis froide, et ce de façon cyclique.
      2 options s’offre à la réflexion :

      – soit c’est un phénomène périodique extérieur à la planète elle meme (fluctuation orbitale autour du centre de la galaxie par exemple)
      – soit c’est des dérives sur la planète (quelqu’en soit l’origine), et les variations du climats sont les mécanismes naturels de régulation de notre planète.

      1. Qu’est-ce que la galaxie vient faire ici?

        1. Les particules cosmiques semblent jouer un rôle important. Confirmé par l’expérience CLOUD.
          Notre astre, lui aussi, a un rôle cyclique, avec des pannes.
          Parler du rôle de la galaxie n’est pas insensé.

          1. Pas au point de piloter à lui seul les évolutions climatiques

            1. Qu’en savez-vous ?

              1. Lisez la littérature scientifique

            2. Oui, qu’en savez-vous ? Parce qu’enfin d’où provient l’énergie entrante sur la Terre: du Soleil (l’éléphant dans le couloir). Qu’est-ce qui peut la moduler ?
              1/ Les variations orbitales
              2/ L’albedo
              Pour le 1/ le phénomène est connu et documenté
              Pour le 2/ C’est le mécanisme qui est le moins bien connu, mais la corrélation entre GCM (eux mêmes modulés par l’activité solaire) et température terrestre, mis en lumière par Svensmark il y a presque deux décennies est une piste sérieuse, et, après les insultes et l’ostracisme (il en fera un malaise cardiaque en public il y a quelques années) on est obligé d’aller se pencher un peu plus sur la question. Les résultats de CLOUD, bien qu’entourés du brouillard artificiel émis par l’église RCAC, semble bien corroborer et expliquer cette corrélation.

              1. Pareil, lisez la littérature et ne faites pas tout dire à CLOUD

            3. Et si vous avez raison, il est trop tard ❗ 🙄
              Surtout avec une rétroaction positive pilotée par le CO2, puisque vous le démontrez avec un grand brio ! Lol lolo …
              Et vu les températures passées, il est impossible que le taux de CO2 aie pu redescendre. il n’aurait pu que monter. Il aurait fallu des millions d’années, et encore, et cela se verrait aujourd’hui encore. Comment est-on encore là ? Ah oui, abricadabra un coup de braguette magique, grâce à D…
              Et vous passez sous silence le rôle de vapeur d’eau.
              Si les données ne sont pas fiables en 1942, pourquoi le sont-elles en 1810 et alors comment est établi le niveau de 280 ppm ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓ ❓
              Cela ne fait pas tilt chez vous ?
              Seules les dernières données de ces dernières années sont fiables, et encore, depuis 1958 ❗
              Et encore : il n’y aurait pas des sources de CO2 au Mona Laua ? Il y a des volcans actifs dans les environs, non ? Etc…
              Vous allez me dire qu’en 1942, les scientifiques étaient cons comme des baleines… Vu qu’ils faisaient les mesures au cul des hauts-fourneaux… Pour ne pas avoir froid peut-être ? Vas-y dis le :mrgreen:
              Vous allez me dire que vu les quantités d’energie reçues au pole nord qui impliquent un monstre réchauffement si pas de glace, l’eau boue, on pourrait y mettre des panneaux solaire … (je plaisante bien évidemment au cas ou vous goberiez cette plaisanterie, mais bon avec les glandu du GIEC, c’est pas pire …)
              RICANEMENTS 🙄

              Comment faire si la donnée de l’instant zéro, les années 1800, est véreuse ?
              Et alors, pourquoi une relation qui n’a pas
              fonctionné dans le passé fonctionnerait-elle dans le présent ?
              Et nous, on le démonte avec du brie :mrgreeen: 🙄 🙄 🙄

              Ben voilà, on sait pourquoi les dinosaures ont disparu : ils ont trop pété. Vous Vous n’imaginez pas les pets mahousses. Cela sentait pendant des heures… sur des kilomètres carrés… le méthane, on a pas cherché…. (je plaisante bien évidemment au cas ou vous goberiez cette plaisanterie, mais bon avec les glandu du GIEC, c’est pas pire …)

              C’est trop triste, on va manquer d’oxygène avant de griller comme dans un barbecue, et sur mon balcon y aura du bacon et personne pour le manger.
              C’est vraiment trop triste. 🙁 🙁 🙁

              Un conseil : restez alité.
              Vous émettrez moins de méthane, de CO2, et surtout de vapeur d’eau, polluant notoire, au fait on pourrait le taxer, c’est fastoche, une taxe de plus sur l’eau, au M3, et ça rapporte les doigts dans le nez…
              Faites un geste et sauvez la planète.

              1. On frise le ridicule la. Au delà de ces histoires de CH4, vous racontez de belles bêtises. Mais vous prenez les scientifiques compétents en la matière pour des ânes?
                Vous doutez de la valeur de 280 ppm en 1800. Vous connaiisez sans doutes les carottes de glaces et autres méthodes pour déterminer la [CO2]. Vous arrivez à mettre en avant le fait qu’il y a un volcan au mona laua. Avez vous vu la courbe du [CO2]? Elle est pourtant représentative d’une montée régulière.. Ignorez vous qu’il existe une multitude de point de relevé dans le monde? Et que ces profils correspondent à celui de mona laua (exit les volcans..).
                Conclusion: C’est vraiment grotesque la. Vous cherchez des arguments qui valent zéro pointé. Ecoutez Courtillot c’est plus pertinent.
                A moins que vous plaisantais bien évidemment.

                1. L’ignorant c’est vous pas moi.

                  1. L’ignorant c’est moi? Mais vous mesurez la bêtise de ce que vous dites?

                    1. Vous savez tout donc forcéemment c’est bête :mrgreen:
                      Pikouli … C tout 🙂
                      Allez docteur …

              2. C’est affligeant

              3. Seulement 2 bigots … 🙄

                1. Et oui c’est affligeant. Demandez à vos petits copains de votre secte de bien vouloir commenter votre dernier papier. OO.. plus personne? Etonnat.
                  De toute façon, ici les gens ne répondent pas lorsqu’ils ne trouvent plus de moyens de poursuivre la discussion. Je demande au minitax, gilib et autre joletaxi de commenter ce que vous dites. Mais pffuit. Rien.

                  1. La secte. c’est la votre, je n’y rentre pas.
                    Commenter vos commentaires … rires ❗

                    1. Fidèles à eux-mêmes. Vous n’avez quand même pas répondu point par point à mes arguments du 8 juin.

                    2. Michel n’a répondu qu’à un seul point remis en cause, en invoquant CLOUD de manière fort maladroite.

                      Sinon, sur les argumentations des détracteurs des points 1 à 22, rien à redire point par point ?

                      On va encore botter en touche ?

        2. La galaxi_e n’a pas d’effet direct sur le climat.
          pour situer le contexte, jose imaginer que vous savez que la terre tourne autour du soleil.
          Mais le soleil , lui il tourne autour du centre de la galaxy (sagittarius A).

          la rotation autour du centre de la galaxye créé des effets de marée sur le soleil et les fluctuations d’orbite du soleil impacte également ceux qui sont en orbite autour de lui. effet induit.

          donc si notre définition d’orbite dépend du soleil, et que le soliel est soumis à des forces pontuelles liées à son orbite à lui, il est évident que nous aussi on soit impacté.

          1. « la rotation autour du centre de la galaxye créé des effets de marée sur le soleil »

            celle là, c’est la première fois que je la vois…

            1. En fait, la marée gravifique sur le Soleil dépend des modifications du barycentre. Les planètes géantes en sont la cause. L’influence est documentée, au point qu’une fois admis que « c’est le Soleil, imbécile » (c’est une citation 🙂 ), on pourra travailler plus sérieusement sur des modèles de prévisions climatiques intégrant ce paramètre essentiel.
              PS, pas le temps de chercher les sources (j’ai quelques occupations…), mais les travailleurs peuvent le faire…

              1. On a un expert, Alcène, le spécialiste des sources non daubiques :mrgreen:

            2. Documentez vous alors,

              http://fr.wikipedia.org/wiki/Soleil

              chapitre 2, l’orbite du soleil autour du centre galactique est expliqué, de meme que la nature des fluctuations orbitale (du soleil). On connait les effets de ces oscillations sur le soleil, mais la quantification est plus délicate. Le cycle est trop lent pour constater des écarts.
              D’où ma supposition : si ces cycles ont un effet sur l’étoile, et que l’étoile a un effet sur nous….

              1. Vous rendez-vous compte un seul instant du délire dans lequel vous vous trouvez ?

                1. Et vous ❓
                  A peine obscène dans vos propos orduriers. Cela vole très bas avec vous.

                  1. Ca ne vous semble pas un seul instant absurde d’invoquer la galaxie ?

                    J’ai souvenir que les plumes de Contrepoints (Jean-Pierre et payjako) sont en pôle position pour invoquer le principe du rasoir d’Ockham.

                    Bizarrement lorsqu’il s’agit de défendre vos thèses foireuses, le rasoir s’émousse et rste introuvable. Et l’on appelle la galaxie à la rescousse.

                    1. Je crains fort que vous n’ayez pas compris le sens de mon propos.
                      Je n’ai jamais dit que la danse céleste était la cause des variations périodiques du climats, c’est une hypothèse de travail.
                      on sait que cela se produit, mais on n’a pas le recul necessaire à la quantification des effets.

                      Svp relisez les 2 questions que j’ai soulevé, ce ne sont pas des affirmations, car on ne sait pas.
                      En scientifique, je constate et tire des hypothèses. Si ça se trouve les effets de marée due à l’orbite du soleil n’y sont pour rien, de meme qu’elles peuvent peut etre avoir des conséquences.

                      Tout ce que je constate c’est que le soleil a une activité cyclique due à des facteurs externes (gravitation de planete + fluctuations orbitales galactique). les répercutions peuvent se faire ressentir chez nous non ? dans quelles proportions, je n’en sais rien.

                      L’autre point était une hypothèse de la présence d’un mécanisme global de réajustement du climat. Vous n’etes pas sans savoir que la planete n’a pas attendu l’homme pour avoir du réchauffement et des périodes glacière, de façon plus ou moins régulière. Pourquoi la planète ne pourrait-elle pas se réajuster automatiquement en cas de dérive ? auquel cas cela veut dire que le soleil n’a aucun effet, et annule mon premier point.

                    2. Votre répondant est un scientifique, tandis que vous, vous ne doutez de rien. Popper avait finement parlé.

                    3. Soyez logique.

                      Soit vous considérez que la « thèse » du GIEC est, au sens popperien, non scientifique, donc l’article de JEan-Pierre est inutile, nul et non avenu i.e. on ne s’escrime pas à démonter avec des arguments « scientifiques » (hum) une thèse non scientifique.

                      Soit elle l’est et l’article de Jean-Pierre tente de la réfuter ( quoique bien maladroitement).
                      Dans ce dernier cas c’est votre commentaire sur l’irréfutabilité de la thèse du GIEC qui est nul et non avenu.

                      On choisit quoi MichelC ?

                    4. Alcène, ce qui est absurde, c’est de rejeter toute idée qui ne vous semblerait pas conforme à votre pensé.

                      libre à vous d’ignorer ces phénomènes, libre à vous de rejeter les fluctuations orbitales du soleil et les effets sur son rayonnement. En aucun cas j’ai dis que les mouvements celestes étaient LA cause de notre réchauffement, de la même manière que je n’ai jamais dis que le réchauffement n’existait pas ; ce que je conteste c’est sa supposée origine telle qu’on nous la vend.
                      J’ai juste dit que la mécanique céleste pouvait être un facteur à prendre en compte, je ne connais pas son importance, mais il est indéniable qu’il existe.

                      Le GIEC prend en compte le rayonnement solaire dans les paramètres du réchauffement, et si on approfondit la question « pourquoi le soleil n’a pas un rayonnement constant? » on trouve plusieurs réponses, entre autre :

                      – variabilité de la convection interne
                      – effet de marrée due aux planètes géantes
                      – fluctuation liée au plan galactique

                      Ce qui est absurde est de déformer mon propos dans le seul but d’écarter un raisonnement qui ne serait pas votre.
                      J’aurais préféré que vous me démontriez que les variations induites par ce que j’avance sont négligeables, car on ne trouve pas de chiffre détaillé, ou c’est compliqué à compiler. Le GIEC se contente d’un seul chiffre qui regroupe tout, basé sur des mesures de rayonnement.

                      ça aurait fait avancer le débat plutot que de se quereller et polluer la discution

                    5. Vous n’êtes pas sérieux Alcène.
                      Vous ne comprenez pas l’action de l’auteur de l’article et cela vous aveugle.

    2. on peut aussi essayer d’évier le pire, anticiper par exemple.
      vous souhaitez plutôt attendre que les conséquences soient irréversibles ?
      – si elles sont bonnes, tant mieux (hypothèse absurde)
      – si elles sont mauvaise, trop tard pour réagir (hypothèse vraisemblable vu le niveau de CO2 jamais atteint : http://www.notre-planete.info/actualites/3727-concentration_CO2_400_ppm)
      d’autant que ceux qui sont et seront touchés par cette crise climatique ne sont pas ceux qui en sont responsables et ne veulent pas plus d’équité dans le partage des richesses …. discutable non ?

      1. Ah zut, il est trop tard, la rétro-action super méga-positive s’est enclenchée, et c’est trop horrible, je vais cuire sur mon balcon avant d’avoir mon bacon… 🙄 🙄 🙄

        Avec un taux de 440 ppm en 1944, c’est à lui qu’on doit les grosses chaleurs d’aujourd’hui ❓

        1. la vidéo du lien de « malbranche » semble vous donnez tord MichelC.
          vous avez vous même fait des relevés du CO2 depuis l’âge glaciaire pour être si sûr de vous ???

          et désolé mais la teneur de vos propos ne sont pas dignes d’une discussion sérieuse…

          1. Les vôtres en tout cas certainement pas : pourquoi voulez-vous que je fasse des relevés déjà faits ❓
            Cela tourne rond chez-vous ❓ 🙁

            Et s’il est trop tard, il est trop tard, et pourquoi nous les briser ?
            Autant en rire un bon coup.
            Et quand on voit les arguments des fanatiques du RCA, surtout le niveau, autant en rire.

            1. oui rire, c’est sûr, cela nous rassemblerait certainement.
              vos propos en tout cas, me font bien rigoler.
              pourquoi donc vous passez votre temps alors à conjecturer sur le climat au travers de vos commentaires ?
              vous subissez de plein fouet une violente tempête de taxe carbone qui vous empêche de payer votre abonnement internet ?

              1. Et vous même, pourquoi passez-vous alors autant de temps ❓
                Même un professeur d’université est sceptique, c’est dire.
                On verra bien ce que vous ferez quand vous aurez des violents tempêtes de black-out répétés :mrgreen:
                Je me bidonne déjà 🙂
                De toutes façons, si vous avez raison, il est trop tard, et c’est trop horrible, je vais griller sur mon balcon avant d’avant fait griller mon bacon 🙄 🙄 🙄

      2. il n’y a pas que le CO2 dans l’effet de serre ? certe c’est lui le plus représenté dans les rejets anthropiques, mais il y a d’autres gazs (la vapeur d’eau par exemple) qui ont un pouvoir d’effet de serre largement plus important.
        Le CO2, quand il y a une éruption volcanique on parait ridicule…
        Soit, mais alors il faut expliquer pourquoi les écolos poussent vers des solutions qui sont très couteuses en CO2.
        Refabriquer le parc automobile pour faire de l’électrique, ça coute combien en CO2, en hectare d’usine, en tonne de matière première à extraire ?
        Fabriquer des milliers d’éolienne, ça coute combien de CO2 pour fondre la ferraille et le cuivre nécessaire ?
        Alimenter des centrales à charbons pour compenser le défaut d’intermittence, ça coute combien en CO2 ?
        Fabriquer des batteries pour des voitures ou des PV, ça coute combien chimiquement, en extraction de minerais ?

        Il y a eu une époque où sur terre ça pétait du volcan partout, vous imaginez la concentration de CO2, et pourtant on est toujours là.
        Si il devait y avoir un principe de régulation de la planète qui se mette en marche, je ne suis pas sûr que des régions comme l’europe et le sud de l’asie soient épargnées par les modifications des courants océaniques.

        1. alors si on ne va pas dans votre sens, c’est forcément être « écolo ».

          je ne sais pas ce que veut dire être écolo, mais dire par exemple qu’un kWh solaire est plus cher que celui du nucléaire par exemple est une supercherie, il faudrait vous renseigner un peu plus (voir les derniers appels d’offres CRE et le coût du kWh de l’EPR de Flamanville).

          qui a dit qu’il fallait des voitures électriques partout ? changer les modes de déplacement c’est envisageable ou pas ? vous vous posez la question des ressources avec le parc de voitures thermiques qui roule actuellement et qui devra être renouvelé sans cesse ?? la pile à combustible, vous connaissez ? les évolutions technologiques sont-elles permises ?
          vous connaissez le temps de retour énergétique d’une éolienne ?
          vous connaissez le bilan carbone d’une installation solaire ?
          vous parler de batterie pour du photovoltaïque, mais savez vous au moins que 95% des installations de ce type sont raccordées au réseau électrique donc pas de batteries ?
          vous parlez dans le vide ?
          pourquoi les allemands on fait ces choix et ont une économie qui se porte bien ? nous, en bon français moyen on estime tout maîtrisé mieux que tout le monde avec notre diesel et notre nucléaire et notre Alstom (qui fabrique des turbines pour l’industrie nucléaire au passage) et qui pleure pour être repris par Siemens ou un autre.
          même si je devais vous donner la réponse à tout cela, vous iriez cherchez encore d’autres arguments absurdes et non fondés pour avoir le dernier mot, c’est sans fin votre histoire.

          1. Si vous prenez Flamanville c’est un mauvais exemple, les couts sont surtout dus au manques de maitrise des premiers de la classes qui ont instigué le projet chez nous (planning à la noix, grande théorie, externalisation des risque par la sous-traitance sans se soucier de la finalité…), l’EPR Anglais de NNB semble être beaucoup moins couteux, étrange non ?
            toute façon on peut pas prendre en exemple un proto pour juger, et solaire vs nucléaire n’est pas comparable.
            Moi je pars du principe que l’énergie la plus propre et la moins chere reste celle qu’on consomme pas.

            Le parc auto thermique renouvelé, c’est en partie du aux modes, pourquoi changer de bagnoles tout les 2 ans ? il suffirait peut etre de les garder plus longtemps, ou de proposer de « moderniser » les anciennes plutôt que de tout remplacer (perso j’ai une bagnole qui a 30 ans et elle roule très bien et consomme peu).

            la pile à combustible est une solution intéressante, cependant il faut trouver ce qu’il faut pour la recharger, et c’est pas gratuit.

            Le bilan carbone d’un PV est bon si il est directement raccordé à un onduleur, c’est la fabrication qui l’est moins, sans parler qu’ils ont une durée de vie limitée, et ne sont pas recyclable du fait de la présence d’éléments dopants non extractable du PV (pour ça qu’il y a des dérogations sur le RoHS sur ces produits).
            95% des installations ? vous sortez ça d’où de votre chapeau en paille bio ?

            Changer les modes de déplacement par quoi ? favoriser le télétravail, permettre une circulation fluide, ok, et quoi d’autre ?

            Les Allemands explosent leurs quotas de CO2 malgré la capacité de leur parc vert. Ils ont fait le choix de sortir du nucléaire, sur impulsion des lobby vert et la caution non rationnelle du peuple. Vu l’état de leurs système de subvention verte, ils reviendront peut etre à l’atome plus tard qui sait…

            1. et l’EPR des finlandais ? allez leur demander s’ils en sont content…
              pardon l’ordure mais vos commentaires sur le solaire montrent à quel point il reste du chemin à parcourir vous éveiller les consciences.

              la seule chose sur laquelle je vous rejoins, c’est la meilleure énergie, celle que nous ne consommons pas.
              mais il reste quand même de l’énergie à consommer malgré tout, quelle solution ? la moins cher ? le solaire est moins cher que le nucléaire, les rendements dépassent désormais le 44% en laboratoire, autant dire que le nucléaire sera balayé comme une mouche qui pète ce qui est déjà le cas même chez nos amis chinois (qui eux en fabriquent des panneaux parce qu’en France on n’est pas asez intelligent pour le faire)

              et oui, quasi toutes les installations solaires sont raccordées au réseau, c’est une réalité, demandez à vos voisins qui sont peut-être équipés. à moins que vous ne viviez dans une yourte en Ariège ?
              recharger une pile à combustible ? une pile fonctionne à l’hydrogène qui peut être produit de façon renouvelable comme c’est le cas en Corse grâce à un prototype expérimentale qui donne satisfaction (en Islande aussi d’ailleurs).

              « une caution non rationnelle du peuple » ?
              ça veut dire quoi ?
              les allemands sont stupides ?
              au point d’avoir réélus Merckel haut la main ?
              ils créent de l’emplois grâce au x renouvelables et monsieur l’ordure applaudi la politique française qui assure un beau 10% de chômeurs… quelle logique !?

              1. en voiture Simone, les bateleurs du renouvelable entrent en scène.

                Le jour où vous aurez essayé de comprendre les arcanes de régulation d’un réseau, on pourra peut-être discuter.
                Pour le moment( et le stockage est loin d’être même envisagé) les renouvelables seront des énergies dites « fatales » .
                Chaque fois qu’une source renouvelable est sur le réseau, en aucun cas, elle ne participe à la régulation, c’est donc une énergie dite de baseload,et elle se substitue à une autre source en baseload.
                Au délà de la limite acceptable de possibilité de régulation à chaque noeud de distribution, toute injection de puissance « fatale » sur le réseau déstabilise celui-ci, pouvant conduire à l’effondrement total.
                Et cette limite technique ,infranchissable dans le contexte actuel est de 25 %

                Mais nos zozos verts savent mieux que les ingénieurs comment trouver une solution à un problème qu’ils ont eux-même créé?
                non?

              2. « caution non rationnelle du peuple » ça veut dire que la décision a été prise sur l’émotion sans réflechir. Le contexte était le désastre à Fukushima, évidemment que la masse a pris peur, et que le soutient au sortir du nucléaire a été facile.
                Il y a de plus en plus de gens qui regrette cette décision outre rhin, principalement à cause de la facture salée, et des rejets de CO2 tant décrié et qu’ils ont conscience de rejeter à présent. ça fait partie des discutions de machine à café si vous avez la chance comme moi d’aller régulièrement à Erlangen notamment.
                Les agriculteurs délaissent leurs élevages bovins au profit du maïs, non pas pour faire de la farine, mais pour alimenter des méthaniseurs, l’état rachetant à pris d’or le litre de méthane « vert ». le prix est le rasage pur et simple de foret et de bocage pour faire de l’agriculture intensive. c’est über gut tout ça.
                lisez ça si ça vous intéresse :
                http://www.amisdelaterre.org/Mais-methanisation-et-electricite.html
                Ils sont peut etre pas stupides, Merkel était face à qui ? Les verts ils se sont pris une belle calotte il me semble non ? et leur taux de chomage est sensiblement le même que le notre si on compte selon les memes critères ?

                44% de rendement, charlot va, le CEA a déja atteint ce chiffre il y a 10 ans déjà. Le MIT fait meme du 70% avec des cellules en nanotechnologie. Ces 2 exemples basés sur de la quantique sont loin de pouvoir etre industrialisés, et quand bien même ils le seront, des lobbys à la con freineront leur distribution de peur de voir s’envloer leurs benefices et emprise.
                Le proto corse fait combien de litre d’hydrogène par minute ? en adéquation avec les besoins du marché ? Et les déchets issue de la synthèse, quels sont-ils ?

                Il faudrait qu’ils se magnent un peu vos professeur de l’énergie libre, parceque le nucléaire, il n’y en a plus pour très longtemps si on continu à gaspiller l’uranium comme on le fait.

                PS, je n’ai jamais applaudi la politique française, ne biaisez pas mon propos.

                1. « le nucléaire, il n’y en a plus pour très longtemps »
                  —> réacteurs rapides

                  1. ça s’appelle les RNR, ou SFR pour les modèles sodium ; grosse connerie au passage.
                    Les stocks d’uraniums ne sont pas très importants, au rythme où on le consomme, la pénurie risque d’arriver plus vite que prévu.

                    1. Le thorium est relativement abondant, et bien moins dangereux.
                      Les Chinois seront-ils capable de sortir un prototype capable de recycler le combustible en continu ?
                      Cela ne devrait pas être simple.

              3. « et l’EPR des finlandais ? allez leur demander s’ils en sont content… »

                Oui, parlons de l’EPR, et surtout de l’autorité de sûreté finlandaise qui ralentit le chantier…

          2. Prenez plutôt l’exemple de l’Espagne qui arrête les subventions.
            Les allemands tirent la langue.
            Ou prenez l’exemple du Danemark, ou 23% de l’électricité est renouvelable.
            Cela fonctionne parce que :
            1) ils s’y sont pris très tôt à petites doses sans excès, ils se limitent, pas de stop and go délirants, vers le 50%
            2) c’est un petit pays
            3) les lignes THT entre le Danemark et la Suède et Norvège ont été construites
            4) les plus important : les barrages suédois et norvégiens servent au turbinage-pompage
            5) les éoliennes sont quasi toutes offshore

            Sans les points 3 et 4 oubliez, c’est du cirque pour la galerie.

            1. encore vous MichelC, décidemment on rigole bien avec vous.
              l’Espagne freine ses subventions au solaire parce que la crise économique dictée par les banques et l’union européenne a rendu esclave ce beau pays (on va certainement y passer aussi par la même occasion si Hollande continue à jouer au puzzle avec sa carte des régions).
              cela n’a rien à voir avec les énergies renouvelables qui seraient une gabgie de votre point de vue tordu.
              au lieu d’aller de l’avant et de soutenir des solutions énergétiques où le rayonnement solaire gratuit sert les intérêts communs (cette source d’énergie d’ailleurs représente en 10 minutes notre consommations énergétique mondiale annuelle), monsieur MichelC dit « le fanfaron » préfère soutenir une politque inique d’extraction d’uranium au Niger, pays démocratique bien entendu. A moins qu’il ne préfère gérer les déchets nucléaires lui-même dans son jardin pour faire un barbecue avec. Demandez aux allemands qui se penchent sur la question comment sortir de cette impasse, il cherche encore les pauvres.
              Bientôt MichelC va nous parler de la fusion thermonucléaire ITER qui coûte la peau des rouleaux du roi Faad mais c’est toujours mieux qu’un peu de solaire dans ce monde de brute…. j’en frissonne déjà.
              Sans déconner, vous êtes hilarant.

              1. « cette source d’énergie d’ailleurs représente en 10 minutes notre consommations énergétique mondiale annuelle »
                Et mon bon monsieur, quel est le rendement des panneaux censés la récupérer cette magnifique énergie, combien ça coûte ? Soit vous ne connaissez rien en énergie, soit vous vous moquez du monde, au choix.

                1. « Soit vous ne connaissez rien en énergie, soit vous vous moquez du monde, au choix. »

                  Je vote : les deux.

              2. Moi au moins, je tente de faire rire les sceptiques.
                Alors que vous c’est tout à fait à l’insu de votre plein gré.

                Rester sur terre et n’allez pas faire votre voyage intergalactique sur Krypton.
                Je ne suis pas contre le bon sens. Si le bon sens, comme les Danois l’ont décidé, est de mettre des éoliennes offshore, et de faire du turbinage-pompage grâce eux lignes THT vers la Suède et la Norvège, à des coûts raisonnables, je n’au rien contre, surtout si le pays est d’accord.

                Mais actuellement, ni l’Allemagne ni la France ne peuvent avoir 100% d’électricité d’origine « renouvelable », voire 3 et 4) plus haut.
                En plus, on nous rabâche comme à des abrutis que les coûts sont comparables voire inférieurs aux coûts du nucléaire. Que ferez-vous après une semaine de gel en hiver dans un logement équipé en chauffage électrique ❓ En hiver : 1) le soleil est bas => peu de KWh 2) peu de soleil => peu de vents => peu de KWh
                Résultat ❓ ce n’est pas le prix de 1KWh traditionnel qu’il faut comparer à 1KWh de renouvelable, mais à 6 ou 8 Kwh, et là, n’importe quel âne comprendrait plus vite que vous.

                Vous vous en foutez parce que vous êtes un petit bobo bourgeois écolo socialisant et que ce n’est pas vous qui arrosez. Mais vous l’aurez quand même dans le fion baba car il vous faudra quand même payer les dégâts du au gel, d’une façon ou d’une autre. Et si vous ne voulez pas payer, eh bien, retournez dans vos huttes en paille, si vous trouvez de la paille, car il faudra la payer.

                Quant aux déchets nucléaires à longue vie, cela n’en est que pour vous et parce que vous le voulez. Vous n’en voulez pas dans votre jardin, mais les éoliennes, vous les voulez bien dans mon jardin, mais surtout pas dans le votre, de même les lignes THT ❗

                Comme cela, vous pourrez passer de belles nuits bien paisibles, car vous, ben faut pas vous déranger :mrgreen:

              3. Juste une question pour ces distingués  » scientifiques  » : combien de m² de surface de panneaux solaire pour produire l’équivalent d’une centrale nucléaire ………….. et encore , que le jour ! 🙂

                1. En hectares plutot , il y aura moins de zéro et ça économisera de l’énergie . 😉

      3. « on peut aussi essayer d’évier le pire »

        Qui est ? Se réalisera-t-il ?

        « anticiper par exemple. »

        Ce qui consiste à faire quoi ?

        C’est à croire que l’action politique est gratuite et que s’agiter en tournant autour de la table en cramant des milliards est une action politique…
        Ah oui, c’est vrai, ce n’est pas parce qu’un problème n’existe pas qu’il ne faut pas tout faire pour le résoudre…

        1. s’agiter sur ce blog et nier l’évidence est certainement un solution qui vous convient.

          pour ma part, je préfère soutenir le raisonnement de « malbranche », intellectuellement, c’est une orientation qui me fait sentir humain.

          1. Croyez au Père Nöel si vous voulez.
            Ce n’est pas interdit.

    3. Il y a une très bonne argumentation de Nigel Lawson ici : http://www.skyfall.fr/?p=1282

    4. Tiens! Sirius semble avoir mis de l’eau dans son vin depuis quelques années que je ne suis plus allé sur les blogs où il postait et où on se faisait censurer régulièrement

  33. Eaglefeather :
    Plus encore lorsqu’on lit les chroniques historiques, pour exemples :

    Le mois de juillet 1852 est quasi aussi chaud que celui de 1976, 33° en Belgique, 35° dans le nord de la France et 39° à Paris. Décembre 1854 ouragan sur le nord français. Mai et Juin 1856 des pluies diluviennes provoquent des inondations. En août 1857 il fait chaud au point que la Seine baisse et atteint des niveaux en-dessous de ceux de 1719. Vague de froid précoce en octobre 1869 jusqu’à 10cm de neige en plein Paris, par contre après un mois de décembre 1879 particulièrement glacial le mois de janvier 1880 enregistre un redoux tel, que c’est la débâcle sur les cours d’eau, emportant des ponts. Été frais en 1888 les 9 et 10 juillet la température ne dépasse pas 12° à Paris avec des chutes de neige en Grande Bretagne. Et ça continue les années suivantes.

    Et voulez voir les résultats de l canicule de 1719 ❓ Pas de CO2 à l’époque ❗

    1. c’est un argument sérieux ?
      c’est une blague ?
      votre diplôme d’ingénieur (si vous l’êtes), vous l’avez eu à la foire du trône ?

      1. Tu sais lire ❓
        Visiblement non.
        C’est une reprise de Eaglefeather.

        Et toi ton diplôme d’ingénieur, tu l’as eu dans un paquet de Bonux ❓

    2. Alors la je vous dit bravo, à vous et à vos arguments. Ou es gilib? Pourquoi ne vous dit-il pas que vous confondez météo et climat? Il m’a fait la remarque complètement à tort, mais vous, vous faites une caricature de réponse en la matière mais vos petits copains ne disent rien.. C’est le règne de la subjectivité ici. Comment pouvez vous espérer qu’on porte du crédit à de tel « arguments ». D’autant que vous n’êtes pas à votre coup d’essai en la matière. Mais bon, c’est de bonne guerre 🙂

      1. Ceci n’a pas empêché certains scientifiques du climat, telle Dame Julia Slingo, la directrice scientifique du Met Office UK affamée de publicité, de dire aux médias qu’il est probable que le « changement climatique » (ils entendent par là « réchauffement ») est en partie responsable. Habituellement toutefois, les scientifiques du climat se réfugient dans les mots selon lesquels tout événement tropical extrême, quel qu’il soit, qu’il s’agisse des précipitations récentes au RU ou du typhon de l’an dernier aux Philippines est « compatible avec ce que nous prévoyons du changement climatique ».

        Et PAN … :mrgreen:

        1. Si ce n’est un double BANG ❗ si tu sais lire … :mrgreen:

          1. Le double BANG c’est pour vous. Vous me signifiez que vous racontez des bêtises égales à celles racontées par « les scientifiques du climat » que vous citez plus haut. Vous parlez records et faits divers météo, et vous me répondez en parlant de typhons.

            1. Pikouli : « Vous me signifiez que vous racontez des bêtises égales à celles racontées par « les scientifiques du climat » que vous citez plus haut. »
              —————————-
              Non, on te signale surtout que les « scientifiques du climat » n’arrêtent pas de raconter des bêtises avec l’amalgame météo-climat dès que va dans le sens du réchauffisme.
              Bon, tu peux aller dans ta chambre maintenant.

              Le Treut, au sujet de la canicule de 2006 à l’AFP du 18/07/2006
              « Le dérèglement est en marche, il n’y a aucun doute, on est au début du processus »

              Jouzel au sujet de la tempête Klaus : « La question de l’intensité (des phénomènes extrêmes, ndlr) reste une des caractéristiques du changement climatique. En l’occurence, cette tempête qui semble avoir été particulièrement intense est conforme aux observations et aux prévisions »,

              1. Oui, c’est ce que fait MichelC. Il n’arrête pas de raconter des bêtises avec l’amalgame météo-climat dès que va dans le sens du non-réchauffisme.
                Je ne dit pas que certain font des apporoximations ou des erreurs; je parle de MichelC.

              2. D’ailleurs, il y a une différence profonde entre « La question de l’intensité (des phénomènes extrêmes, ndlr) reste une des caractéristiques du changement climatique. En l’occurence, cette tempête qui semble avoir été particulièrement intense est conforme aux observations et aux prévisions » (que ce soit effectivement le cas ou non, cela reste vrai), et dire: « Et voulez voir les résultats de l canicule de 1719 ❓ Pas de CO2 à l’époque  »
                Vous n’avez pas la capacité idéologique de l’admettre.

            2. Bravo Pikouli, vous avez inventé le TRIPLE BANG ❗

              Et quand je dis quelque chose à propos de la température pas si élevée, le réchauffiste me retoque car il ne faut pas mélanger climat et météo. Mais quand je cite un réchauffiste qui le fait, ce n’est pas bien non plus.

              En fait, il ne faut surtout pas vous contredire.

              Bon, moi je vais semer des cornichons sur mon balcon.

              1. Ah non, je suis logique. Vous ne l’êtes pas.
                Vous mélangez météo/climat; à longueur de commentaire, et vous parvenez à vous moquer de certains qui parlent de typhons.
                Dans un second temps, je me permet de critiquer ceci. Je ne dit pas que les scientifiques du climat parlant de typhons ont raison. Bien au contraire. Vous me prêter des idées que je n’ai pas.
                Quadruple bang.

  34. Après avoir fait le tour des commentaires – et avoir tenté de répondre à quelques-uns – je suis consterné de constater qu’on emploie le terme d’effet de serre au lieu de celui d’effet d’atmosphère, ce qui entretient la confusion avec ce qui se passe dans une serre. Je pense que les scientifiques (opérés de la honte) qui ont imposé ce terme l’ont fait à dessin; car si l’on a ne serait-ce que des notions de physique, un peu de jugeote et d’esprit critique, il est évident que la Terre, comme toute planète dotée d’une atmosphère, doit sa température à l’effet adiabatique, soit ce qui se passe avec un gaz (Pour la Terre, l’air, composé d’azote, d’oxygène et de gaz rares comme le CO2 -qui compte pour 0.04% du total :twisted:- ) soumis à la gravitation. Quant à nous faire croire que les IR renvoyés par la surface et piégés pour une part infime par le CO2 se rajouteraient à l’effet d’atmosphère, ce n’est rien d’autre que la description d’une machine à mouvement perpétuel du second type ! C’est effrayant de penser que des scientifiques, même non physiciens, puissent cautionner une telle ânerie !

    1. +1000000000000 😉

    2. mmmm, je suis désolé de vous dire que dans une serre, il y a bien interception des IR par la paroi en verre, et réchauffement , comme dans le cas de Yes Virginia… blablabla…;
      peut-on assimiler le CO2 à une paroi de verre?

      flûte, je replonge, fichu bidulator

      1. le bidulator, pouf pouf pouf …
        Il y a un test à faire, à la portée de tous, avec de serres, par des journées sans nuages.
        Vous remplissez une petite serre avec du CO2, en plein midi, vous obturez bien les aérations.
        Vous y mettez un mesureur de CO2 et de température.
        Vous refaites sans CO2.

        Laquelle chauffe plus et met plus de temps à refroidir ❓

        Ce qui est amusant, c’est que cela a déjà été fait avec précision par un excellent amateur (USA?), avec des vases et des lampes infra-rouge ou visible.

        1. votre expérience ne prend en compte que l’enceinte fermée, nous parlons d’échanges avec l’extérieur, et là le verre, emp^che la convection vers l’extérieur, isole(mal) par conduction, et diminue ( à la marge) le rayonnement IR vers l’extérieur.( ce qui accentue ,certes à la marge la chaleur dans la serre
          de là à dire que la paroi de verre émet des IR, qui réchauffent un peu plus le sol, il n’y a qu’un pas, que je ne franchirai certainement pas, mais par contre cet effet modifie le flux d’énergie émise.

          mais on a déjà retourné cette problématique dans tous les sens, je préfère, après un apéritif un peu long discuter de l’existence de Dieu.
          Tiens, si l’on baptisait le CO2, ‘la main de Dieu », cela n’aurait que des avantages non?

          1. Je suis bien d’accord avec vous, ce n’est conforme à l’atmosphère terrestre.
            De ce que j’avais vu, pas de différence notable, même avec le CO2 c’était plus frais.
            D’autant plus que le verre, il y a des métaux en quantité non négligeables.
            C’est donc une expérience à faire à l’heure de l’apéro de midi, avec un petit rosé ou blanc bien frais.
            Tenez, pour rire, je la tenterai sur mon balcon, puisque certain aiment en avoir des nouvelles.

            Je propose « CO2 : Source de vie ».

    3. MichelC+exp(1000)…

  35. Le raie chauffement tue les ours polaires, on sait comment, on vient de trouver :

    http://www.youtube.com/watch?v=fxis7Y1ikIQ

    C’est dire le niveau des réchauffistes :mrgreen:

      1. Et venez donc critiquer la méthodologie, que l’on rigole un peu :mrgreen:

  36. @ alcène

    Je constate que seuls comptent pour vous les articles « pals reviewed » (note: ce n’est pas une faute de frappe !) et que vous ignorez superbement cet exposé qui a pourtant fait du bruit lors de sa sortie, à tel point que deux membres éminents de l’église du RCAC ont vainement tenté tour à tour de leur apporter la contradiction.
    Cette histoire de bilan radiatif est une parfaite fumisterie; la machine climatique n’est pas une affaire d’additions ou de soustractions simplistes des rayonnements.

  37. Etes-vous parfaitement sûrs que vous ne fassiez pas preuve d’une mauvaise foi qui, éventuellement, participe à vous voiler la face sur des problématiques évidentes mais plus difficiles à admettre ?

    http://www.theorie-de-tout.fr/2011/09/06/de-lutilite-du-rechauffement-clilmatique/#.UfGN4-XjJQc

    1. Dès la première ligne on est fixé…
      Alors oui, il semble qu’il y ait réchauffement (mais c’est dans l’épaisseur du trait: 0,5° par siècle); parce que depuis la première moitié du 19° nous sommes sortis d’un Petit Âge Glaciaire qui aura duré plus de 5OO ans.
      http://www.skyfall.fr/?p=1258
      Où est la mauvaise foi ?

  38. Sources ?

  39. /La loi de Stefan-Boltzmann n’est pas applicable aux gaz, qui ne sont pas des corps noirs, ni des corps gris, alors que le GIEC l’applique aux gaz./

    J’aimerais bien que le sieur Bardinet m’éclaire sur ce point, et de manière détaillée bien entendu, je ne me contenterai pas d’une affirmation vaseuse.

    1. Garde à vous, FIXE ❗

  40. This is because this device assures to either benefit or cure the autistic people in more ways
    than one. It has the highest ROI (Return of
    Invesment) in all advertisement channels. What Googlebot is looking to see in the Free Local
    Google Advertising Listings is quite another.

  41. L’article semble intéressant, hélas il manque cruellement de sources, véhicule quelques hoax pourtant largement réfutés, et laisse entrevoir surtout une conviction plus idéologique que scientifique de l’auteur. Cela renvoie à une question plus large, en somme : les climatosceptiques sont-ils incompétents en climatologie ? La réponse est ma foi vite obtenue. http://tinyurl.com/q2tuanq

    1. Paille / poutre etc …

  42. ni convaincu par une theorie, ni par l’autre, donc ni climatosceptique ni climatocatastrophique, je note cependant dans se texte, l’abscence de citation ou de reference  » serieuse « .

    Un point m’a quand meme fait hurler de rire, et me fait penser que ce texte n’a aucune validité scientifique:

    9. Le hot spot (« point chaud ») prévu en zone tropicale, qui devait être LA preuve indubitable du rôle du CO2 sur la TMAG, n’a pas été détecté, donc il n’existe pas.

    l’abscence de preuve n’a jamais ete une preuve d’abscence. Autant les responsables du GIEC, pourtant d’eminents scientifiques, dont certains tres reconnu, alors que vous, j’aurais tres bien pu vous sortir de mon chapeau, tel un lapin magique, personne n’a jamais entendu parlé de vous, un  » simple electricien  » , vous nous pondez un texte en 22 points, dont certains parfaitement absurde et en dehors de toute logique.

    En tout cas, merci de m’avoir faire rigoler, peut etre avez vous raison sur certains points, mais l’abscence de reference vos affirmations vous est hautement nuisible

  43. @ tous, et notamment à M. Jean Poitou

    http://dropcanvas.com/#f4915J5BMuS64O

    Vous y trouverez des réponses argumentées aux critiques du site « sauvons le climat ». Ces réponses ont été élaborées par Camille Veyres, X.

    Le troisième document, élaboré par un physicien, Pierre Beslu, est une critique de l’effet de serre « made in GIEC ».

    Bonne lecture!

  44. Beaucoup de personne on dit la même chose. Mais quand les tenants et les aboutissements sont politique . Que faire ??

  45. Bonjour,
    Pour apporter un peu d’eau à votre moulin…
    En 1970-71, j’étais programmeur au NCAR (National Centre for Atmospheric Research) à Boulder et je travaillais pour W. Washington (http://www.cgd.ucar.edu/ccr/warren/), un jeune chercheur qui devait entrer bien plus tard à la National Science Board.
    En analysant pour lui l’ensemble des données de température de surface sur environ 500 ans (depuis les premières mesures enregistrées à l’Hospice du Grand Saint Bernard), j’ai mis en évidence le Global Cooling (http://en.wikipedia.org/wiki/Global_cooling) observé de 1940 à 1970.
    Quand j’ai présenté au groupe de chercheurs du GCM du NCAR l’évolution de la température de surface, l’un d’eux a rapidement réagi. C’est James Hansen, qui a dit que ces résultats devaient permettre de lever de fonds pour poursuivre la recherche
    Quelques années plus tard, James Hansen devenait célèbre et conseiller de Gore avec le Global Warming. Depuis 1985, la NASA ne s’est jamais opposée à sa médiatisation et lui a même donné la direction du Goddard Institute. Ce n’est qu’en 2009 que son boss l’a désavoué publiquement de façon sévère (http://wattsupwiththat.com/2009/01/27/james-hansens-former-nasa-supervisor-declares-himself-a-skeptic-says-hansen-embarrassed-nasa-was-never-muzzled/), sans doute parce que la réalité de l’évolution de la température depuis 1996 s’éloigne trop des prédictions catastrophistes à la Michael Mann. Hansen a pris sa retraite en 2013 et le feuilleton continue (http://www.foxnews.com/science/2013/04/02/nasa-climate-scientist-james-hansen-to-retire/).
    Alors, l’intérêt des scientifiques à faire peur est clair : c’est bon pour leur labo et pour leur carrière. A court terme.
    Mais ce n’est pas bon pour la Science. A long terme.
    J’ai la conviction que certains pbs identifiés dès 1970 comme conditionnant l’évolution du climat ont été laissés de côté, justement parce qu’ils sont difficiles et ne permettent pas des résultats rapides. Un exemple concerne l’évolution du plancton en fonction de la teneur de l’atmosphère en CO2. Parce que contrairement aux plantes qui fabriquent du bois qui finit par se décomposer, le plancton fabrique du CACO3 qui fixe le carbone de façon durable.
    Au lieu de comprendre ces phénomènes, on fait tourner des modèles, dont on ajuste les paramètres pour qu’ils donnent rapidement les résultats attendus.
    Au NCAR, dont je garde un souvenir fabuleux, j’ai intégré une petite équipe sympa de jeunes chercheurs (Hansen, Washington, Kellogg, Rasool, Hildebrand, Schneider…) qui défrichaient dans une ambiance baba cool post-68. J’ai retrouvé leur trace 20 ans plus tard quand l’IPCC (qui est l’aventure de leur vie) a fait la Une. Mais l’IPCC, c’est aussi la pensée unique, qui n’a plus cours qu’en Europe. Et c’est une autre histoire.
    J’ajouterais un aspect troublant au comportement de certains chercheurs, c’est la schizophrénie.
    Après avoir lu votre article, j’ai voulu rafraîchir ma mémoire sur l’effet de serre, je suis reparti aux sources: http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_de_serre et là je trouve un diagramme qui semble confirmer votre point 6 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_de_serre#mediaviewer/File:Radiation_transmise.png . En effet, selon ce diagramme
    – l’eau et le CO2 ont déjà dépassé leur seuil de saturation: quelle que soit l’augmentation de leur concentration, son effet sera nul sur l’absorption donc sur l’augmentation de température du globe
    – le méthane absorbe dans les mêmes bandes de fréquence que la vapeur d’eau, donc même s’il est encore loin de son seuil de saturation, l’effet sur la température de l’augmentation de sa concentration sera masqué par l’absorption due à l’eau déjà présente dans l’atmosphère.
    Et la schizophrénie me direz-vous. Eh bien, l’auteur du diagramme ci-dessus est selon http://en.wikipedia.org/wiki/User:Dragons_flight un certain Robert Rohde, PhD en physique et climatologue à L’U of Berkeley. Il est aussi l’auteur du wiki sur le Global Warming http://en.wikipedia.org/wiki/Global_warming tout à la gloire du GIEC (IPCC) et dans lequel il reprend exclusivement la thèse du réchauffement anthropique et du scénario catastrophe si l’homme ne limite pas ses émissions de CO2.
    Et ça ne lui pose aucun problème? Je n’arrive pas à le croire.

    1. Jean-Pierre BardinetJean-Pierre Bardinet

      Merci pour votre intéressant commentaire.

      Dans ce lien: http://dropcanvas.com/#f4915J5BMuS64O
      Vous trouverez 3 documents fort instructifs et fort dérangeants pour les thèses du GIEC.
      Le premier document (synthèse révisée) est très accessible, sauf une partie relative aux travaux de Murry Salby. Le second document de ce lien est : « climat: 22 vérités qui dérangent », un peu plus compliqué, mais très bien documenté (un ami X-Mines a considérablement enrichi les 22 vérités) Le troisième, conçu par un ami physicien, Pierre Beslu, est de niveau ingénieur-bac+5, et il faut une bonne culture en physique pour le comprendre.

      La dernière version est ici: https://kin152.gadz.org/climatologie/equation.pdf

      Bonne lecture, et au plaisir de vous lire à nouveau.

      1. Merci pour vos explications. Le papier de Pierre Beslu apporte les détails qui me manquaient par rapport aux documents diffusés sur Wikipedia, comme par ex http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_de_serre, et qui semblent refléter la position du GIEC.
        A force de simplifications (« rayonnement transmis par l’atmosphère ») et d’abus de langage (« effet de serre »), on finit par écrire des choses en contradiction avec des lois de la physique, et c’est gênant pour ceux qui les connaissent.

        Et puis, je vois peut-être une raison à certains raccourcis.
        Le GCM que j’ai connu intégrait les équations de la thermodynamique dans une atmosphère divisée en couches indépendantes les unes des autres. Du coup, les phénomènes de convection (ou de forçage radiatif vertical) étaient ignorés. Pour les prendre en compte, on disposait de variables d’ajustement manipulées pifométriquement jusqu’à ce que les simulations se rapprochent de la réalité. D’où la mauvaise habitude d’ajuster les modèles pour leur faire dire ce qu’on en attend. Ce qui est acceptable pour une prévision météo à 24h ne l’est plus pour prévoir le climat dans un siècle.

        Merci aussi pour vos remises en question de l’ordre établi, et si la fatigue vous gagne, rappelez-vous Max Planck: « En science, on ne convainc personne. Les opposants meurent et les jeunes, plus flexibles, adoptent la nouvelle théorie. »

  46. pas besoin d’avoir fait des années d’études pour comprendre que le réchauffement climatique n’est PAS une élucubrationi, mais une calamité bien réelle. Il suffit de regarder les images satellite et autre relevés établis depuis de décennies, notamment : au dessus des Alpes (les glaciers fondent), vers les pôles (la calotte – non ce n’est pas un sous-vêtement – glaciaire diminue drastiquement, mais ne vous en faites pas, vous pouvez continuer à polluer allègrement, ce sont vos enfants ou petits-enfants qui paieront le prix : augmentation des cancers de la peau, disparition de certaines espèces végétales et animales, bref : continuez à vous fermer les yeux et les oreilles, vous êtes déjà dans le mur.

    1. @El Rico
      « (…) augmentation des cancers de la peau (…) »

      Ah ?

    2. Jean-Pierre BardinetJean-Pierre Bardinet

      « … pour comprendre que le réchauffement climatique n’est PAS une élucubration »: ben si, justement. Il suffit de consulter les observations de TMAG (température moyenne annuelle globale) depuis 18 ans pour voir qu’il n’y a plus de RC depuis 1997.

      http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:1997/offset:-0.15/trend/plot/rss/from:1997/trend
      Les droites de tendance sont à pente nulle, compte tenu de l’échelle verticale.

      Quant aux pôles, voici les observations qui contredisent vos affirmations péremptoires:
      http://arctic.atmos.uiuc.edu/cryosphere/IMAGES/current.area.jpg
      http://arctic.atmos.uiuc.edu/cryosphere/IMAGES/current.anom.south.jpg
      et en somme globale:
      http://www.climate4you.com/images/NSIDC%20GlobalSeaIceAreaSince2000.gif

      Enfin, si vous croyez que le CO2 est un polluant, vous avez tout faux. Sans CO2, pas de photosynthèse, donc pas de vie sur notre planète. Ceux qui le considèrent comme un polluant sont des ânes.

      Bref, votre commentaire gavé d’idéologie rétrograde ne vaut pas un pet de lapin.

      1. […] … Bref, votre commentaire gavé d’idéologie rétrograde ne vaut pas un pet de lapin. […]

        il ne vaut pas moins que votre unique neurone qui vous fait écrire vos âneries… les graphiques que vous pompez ailleurs se manipulent…

        je vous parle de choses avérées et constatées de visu et vous me balancez vos sottises…

        qui êtes-vous, pour prétendre savoir que tout va bien madame la marquise, allons-y gaiement, rien à foutre du réchauffement planétaire?

        un seul mot me vient à l’esprit : « bouffon »

        et ce sera tout pour le fromage aujourd’hui…

        1. Jean-Pierre BardinetJean-Pierre Bardinet

          Décidément, votre idéologie rétrograde torpille vos capacités de réflexion et d’analyse (si toutefois vous en avez…). Les graphiques que je vous soumets proviennent des meilleures sources, et ne sont donc pas critiquables. Mais il n’est de pire aveugle que celui qui ne veut rien voir…

          Pour votre information, ô cher taliban du RCA, même le GIEC reconnaît le plateau de TMAG depuis 18 ans. Alors, vos délires réchauffistes, c’est du pipeau…

          PS: Niez-vous que le CO2 ne soit pas un polluant, et qu’il est un des ingrédients indispensables à la photosynthèse, donc à la vie? Si oui, vous êtes un âne bâté.

          1. « âne bâté, pet de lapin, rétrograde »… comme vos arguments sont pets-r-cutants… et certainement à la hauteur de votre vision de ce monde.

            L’excès de CO2 change le climat de la Terre ! Principale cause des changements climatiques de la planète, le gaz carbonique (CO2) n’a jamais été aussi abondant dans l’air depuis 650’000 ans, accentuant la capacité de l’atmosphère de conserver la chaleur du soleil par effet de serre. Les origines de cet excès sont connues: la déforestation, bien sûr, mais surtout une consommation effrénée de combustibles fossiles: mazout, essence, gaz, charbon.

            Continuez à tout nier, de toute façon vous serez déjà mort lorsque le pire arrivera. D’ailleurs vous l’êtes probablement déjà…

            GIEC, TMAG, etc.. vos acronymes de pacotille ne m’intéressent pas.

            1. @El Rico
              « (…) vous serez déjà mort lorsque le pire arrivera (…) »

              D’un cancer de la peau si je me souviens bien, c’est ça ?

  47. Bonjour,

    Pourquoi isoler les maisons si le climat se réchauffe. Comme ce n’est pas le cas, faut donc isoler.

    Toutes les isolations coupant l’habitat de l’air ambiant qui préserve les matériaux de construction, nécessite une aération VMC. VMC qui conduit à des :
    . Dépenses énergétiques supplémentaires, qu’on soit présents ou absents .
    . Air frais certes, qu’il est possible de réchauffer avec l’air sortant MAIS les nuisances acoustiques
    environnementales, parfois très proches : route avions.. [ sans compter celles de la VMC ], deviennent insupportables, surtout si on pensait, quel leurre, avoir fait tous ces frais en prévention..

    Quel matériau choisir ou Comment isoler naturellement un bâtiment par l’extérieur, sans avoir besoin de se créer des frais électriques onéreux supplémentaires pour maintenance VMC à vie.
    Onéreux pour soi et pour la collectivité
    Merci d’avance pour vos réponses sur ce plan pratique.
    Bernadette.

Les commentaires sont fermés.