Montebourg veut créer des emplois en pénalisant l’emploi « non créé » !

Arnaud Montbourg vient d’avoir une nouvelle grande idée appelée à un bel avenir : imposer des pénalités financières par emploi « non créé ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Arnaud Montebourg sur BFM (Copie d'écran BFM)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Montebourg veut créer des emplois en pénalisant l’emploi « non créé » !

Publié le 24 juin 2014
- A +

Par Nicolas Nilsen.

montebourg_alstom_bfm_2

50 000 euros par emploi « non-créé »

« Sur les créations d’emplois, nous avons demandé des pénalités financières : 50 000 € par emploi non créé. » C’est ce que Montebourg a déclaré hier matin sur RMC à Jean-Jacques Bourdin qui l’interrogeait sur les garanties obtenues en matière d’emploi dans l’accord Alstom-GE… Et, ravi des perspectives de généralisation que son idée géniale allait avoir, il a ajouté : « C’est la première fois qu’une entreprise mondiale accepte de la part d’un État de prendre des engagements et qu’ils soient sanctionnés de façon financière. C’est un précédent qui pourrait être un exemple »…

Mais dans quel monde vit Montebourg ? – lui qui n’a jamais créé un seul emploi de sa vie. Si General Electric a promis de créer les 1000 emplois, c’est uniquement qu’il est sûr de les créer – et pas pour échapper à la pénalité-Montebourg ! Autrement dit, c’est de la fumée pour l’avocat de province promu ministre.

Une entreprise ne créé pas des emplois à cause des menaces de « sanctions financières ». Elle n’en crée pas non plus en « contrepartie » d’aides financières que lui distribuerait l’État. Elle en crée si elle sait que les embauches supplémentaires lui permettront de vendre davantage de produits ou services, qu’elle gagnera de nouvelles parts de marché, qu’elle fera des bénéfices…

Une entreprise ne crée pas d’emplois sous la menace de pénalités !

Un chef d’entreprise ne se lève pas le matin en se disant : « tiens, il fait beau, je sens que je vais créer 10 emplois aujourd’hui »… Il créé des emplois s’ils correspondent à un besoin de l’entreprise – pas aux vœux d’un ministre parisien. Un chef d’entreprise est contraint de fabriquer des produits qui soient les meilleurs possibles pour en vendre le plus possible. Il étudie la concurrence, l’évolution des carnets de commandes et les perspectives du marché, il évalue le montant des salaires des employés supplémentaires (qui s’ajoutent aux frais généraux, aux impôts, aux charges sociales, aux loyers, aux investissements à réaliser etc.) et il calcule ce que ces embauches rapporteront comme bénéfice à l’entreprise… Si ça marche, il continuera à embaucher de nouveaux commerciaux pour gagner de nouveaux marchés, de nouveaux ouvriers spécialisés pour faire tourner les machines, puis des secrétaires ou des comptables, pour avoir une intendance qui suive, faire croître son chiffre d’affaires, et – après avoir payé ses charges et ses impôts – générer l’argent qui lui permettra de continuer à payer tout cela les années suivantes…

L’emploi est lié aux opportunités du marché, et sûrement pas à la menace pesant sur le chef d’entreprise d’avoir à supporter des sanctions financières s’il n’embauche pas. Un patron ne crée pas d’emplois pour se soumettre aux injonctions de l’État, ou parce qu’un Montebourg veut faire rentrer de l’argent dans les caisses d’un État en faillite en imposant aux entreprises des charges, des contraintes ou des « pénalités financières ». Mais où Montebourg a-t-il appris l’économie ? Personne n’embauche pour échapper à une pénalité ou toucher une prime !

Et si on imposait des pénalités financières à Pôle emploi ?

Si ce système de pénalités financières fonctionnait comme « incitation » à créer des emplois, alors Montebourg devrait commencer par imposer des pénalités à Pôle emploi pour tout chômeur « non placé ». Il verrait bien que ce n’est pas la menace financière qui fait que les postes se libèrent et que les emplois se créent !

Le pire est que Montebourg est intimement persuadé que c’est comme ça qu’il va générer de la croissance et des empois en France. Du haut de leurs palais dorés, ces ministres-étatiques sont tout simplement en train de ruiner la France, l’État, les entreprises et les Français. Il faudrait leur imposer des stages en entreprise : qu’ils y apprennent les rudiments de l’économie et comprennent enfin ce que sont la concurrence, les contraintes du marché, la bataille pour remplir les carnets de commandes et ce qui fait qu’un pays est – ou non – attractif, innovant, compétitif et créateur de richesse et d’emplois. Les rudiments et les bases des lois du marché et de la libre entreprise en quelque sorte.

Et la folie fait école !

Dans son projet de « plan pour l’emploi des seniors », dont il a détaillé hier les grandes lignes, le ministre du Travail, François Rebsamen propose carrément de… doubler la prime du contrat de génération à l’embauche d’un senior… Ben voyons ! Jusqu’à présent, les entrepreneurs percevaient 2.000 € pour le maintien en activité d’un senior, à la condition de recruter un jeune en CDI, pour lequel ils percoivent 2.000 € supplémentaires. François Rebsamen propose de doubler la prime pour la porter à 4.000 € annuel. Avec cette nouvelle formule, l’employeur pourrait donc bénéficier de 6.000 € d’aides annuelles. Je propose que le gouvernement ne s’arrête pas en si bon chemin : triplons la prime ! Que dis-je ? Quadruplons la prime ! Multiplions-la par 10 ou 20 ou 30 tant qu’à faire ! Je me demande bien où ces ministres trouvent tout cet argent pour « subventionner » toutes les activités qu’ils financent ainsi royalement. Est-ce qu’ils ont prévenu les contribuables qu’ils allaient les ruiner pour faire baisser les statistiques du chômage avant les Présidentielles ?

rebsamen_prime


Sur le web.

 

Voir les commentaires (55)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (55)
  • « Personne n’embauche pour échapper à une pénalité ou toucher une prime »

    C’est bien de le rappeller : je me suis toujours dit que les baisses de charges ciblees ou les subventions directes a l’emploi etaient une gabegie financiere.
    Qui peut croire qu’une boite va creer un emploi parce qu’on lui donne 2000 ou 4000 euros? Les boites qui parviennent a generer un profit de 2000 euros par employe sont generalement sur une bien mauvaise pente… Celles qui degagent un vrai profit n’ont pas besoin que l’Etat remette au pot.

    Il faudra que quelqu’un explique un jour aux gouvernants que les mesures a la petite semaine, ce n’est pas gouverner…

  • Ces gars sont des nuisibles (pour rester poli… un mot en 3 lettres aurait nettement mieux convenu !), faut les virer de toute urgence avant qu’ils pondent encore d’autres idées aussi « géniales » que leurs petits camarades tout aussi calés en économie se presseront de généraliser pour mieux nous achever. C’est dément !

  • Deux informations à propos de la vision du monde socialiste :

    – un emploi chargé vaut 50000 euros par an, soit environ 1400 euros nets mensuels après impôts. Ceux qui gagnent plus (y compris les charges patronales, les taxes et les impôts), ces vils salauds de riches, peuvent méditer sur l’avenir radieux qui leur est réservé dans la petite URSS française. Et après ça, il y en a encore qui se demandent pourquoi tant de Français choisissent l’exil.

    – Alstom est considéré comme une subvention de l’Etat français offerte à General Electric, subvention justifiant des contreparties et des promesses de sanctions. Sans nul doute, les salariés d’Alstom apprécieront leur nouveau statut de subvention d’Etat.

  • Montenourg est tellement débile que dans son tweet, il dit l’inverse de sa proposition… Il a sa place dans un asile ce c…

  • C’est pourtant simple ! Arnaud marque son territoire (idéologique) « à gauche toute » en bénéficiant de la visibilité que lui assure un poste de ministre, ce pourquoi et uniquement pourquoi il est au gouvernement. Quand le temps de la grande explication approchera, il se cassera avec fracas (il se trouvera bien alors un quelconque dossier chaud pour justifier la manœuvre). Puis il se lancera dans la primaire socialiste dans un savant mouvement tournant par l’aile gauche pour rafler la mise de l’investiture à la Grande Election, la seule qui vaille, le Saint Graal de la politique française. Le seul écueil à craindre, c’est un retournement économique mondial qui viendrait sauver François-le-mou. Mais le deuxième effet kiss-cool de ses propositions débiles, c’est précisément de saboter autant que possible l’impact d’une embellie économique exogène sur la situation hexagonale. Du grand art. Chapeau l’artiste.

  • Sur les seniors, j’ai proposé, ily a déjà plusieurs années une solution qui me parait efficace:
    interdire d’embaucher un fonctionnaire qui ne fait que remuer des papiers de moins de 50 ans.
    J’y vois un triple avantage:
    1. il n’y aura plus guère de problème d’emploi des seniors
    2. ayant au moins 50 ans révolus, on peut penser que ces fonctionnaires auront quelques égards pour leurs « administrés »
    3. ayant forcément déjà travaillé dans le privé, ils auront pris le rythme du privé et on peut prédire d’emblée une producitivité double sinon triple de celle des fonctionnaires plus jeunes actuels.

    • « une productivité double sinon triple » : mais alors, ils rempliront leurs missions en moins d’une heure de travail réel par jour. C’est franchement inhumain d’imposer aux seniors 6 heures de désoeuvrement quotidien, enfermés dans un bureau.

    • Un bon fonctionnaire est un fonctionnaire qui ne fait rien…il coûte, mais ne nuit pas !

  • C’est incroyable le niveau de bêtise humaine de ce genre d’idée destructrice et punitive.Ils n’ont pas compris qu’il est temps de sortir de l’esprit punitif à tous les etages, ou le font-ils exprès pour créer un contraste artificiel avec les quelques mois avant 2017 ?

  • Rebsamen a raison : avec 6000€ ça devrait couvrir le coût de l’assistant administratif qui est certainement nécessaire pour rassembler tous les justificatifs nécessaires pour bénéficier de cette « aide ». À 4000€, c’était un peu juste…

  • C’est une bonne nouvelle puisque tous les membres du gouvernements nous ont promis des centaines de milliers d’emplois qu’ils n’ont pas créé. 100000*50000= ???
    Au gnouf en 2017 le temps qu’ils nous remboursent la somme

  • Et si on appliquait plutôt une retenue sur le salaire et les retraites des ministres si le nombre de chômeurs augmente?

    Pas aussi fort que 50.000 €, non! Disons tous les 1.000 chomeurs par moi qui n’ont pas retrouvé un emploi on enlève 5€ au salaire et à leur future retraire et tous les 1.000 chomeurs de plus on en enlève 20. Qu’en pensez vous?

    Cette proposition peut sans doute être élargie aux députées, sénateurs, membre des conseils régionnaux, municipaux, hauts fonctionnaires etc… D’une pierre deux coup : ça fait des économies en perspectives 🙂

    • Je vote pour !!!
      Et je trouve vos pénalités bien légères.

      Mais l’idée est là : puisque ces couillons adorent les sanctions, qu’ils se les appliquent !!!

  • « Une entreprise ne crée pas d’emplois sous la menace de pénalités »: vous voulez dire probablement: « pas d’emplois durables »…

    Sur le principe, en effet, une entreprise n’embauchera a priori pas pour faire le numéro de cirque imposé par des élus qu’elle considère probablement comme des crapules corrompues…

    En revanche, il est tout à fait possible pour gagner un marché, une position stratégique, une techno, un centre de recherche ou de prod convoité, une business unit qui complète et valorise son portefeuille d’activités, sa couverture géographique ou tout autre élément jugé stratégiquement et économiquement pertinent… qu’un groupe industriel décide de « payer » le maître chanteur sous la forme exigée par celui-ci. Dans le cas actuel, l’Etat est susceptible d’exercer toutes sortes de coercitions possibles. GE peut parfaitement décider de courber l’échine, embaucher ou conserver des personnels non productifs, quand bien même cela pourrait ne pas être aligné avec son plan initial, ses valeurs et son éthique.

    Bien évidemment, l’entreprise cherchera à sauvegarder ses ratios clés à court terme, et ses grands équilibres économiques à moyen/long terme. La prime au maître-chanteur viendra donc d’abord altérer le caractère optimal des décisions à court terme (par ex, restriction des investissements de renouvellement de l’outil de production ou tout autre poste peu visible afin de compenser). Puis à plus long-terme, ce qui a été économiquement déséquilibré à l’origine sera rééquilibré lorsque les projecteurs médiatiques se seront éteints. Les emplois surnuméraires disparaîtront, ici ou ailleurs, probablement en nombre plus important que ce qui était nécessaire à l’origine du fait des dégâts collatéraux générés par la parenthèse dispendieuse imposée par les pouvoirs publics.

    Donc pas d’emploi durable en effet sous la menace du bâton.

  • À mon humble avis, la pénalité potentielle de 50M€ maximum n’est qu’un élément de négociation parmi d’autres. C’est quoi 50M€ dans le deal Alstom-GE ?

  • Au passage, on notera que Bourdin (qui se vante d’être direct) ne lui fait pas remarquer que cette idée est complètement débile !
    Pas plus qu’il ne lui rappelle que toutes ses interventions précédentes (Mittal, Télécom, etc.) se sont soldées par des échecs.
    Où l’on voit le niveau de la presse (écrite ou parlée) française….

  • Le pire est que Montebourg est intimement persuadé que c’est comme ça qu’il va générer de la croissance et des empois en France.

    Ce ne serait pas en fait de la division des français, en rassemblant ses « électeurs » en leur disant, « vous voyez, je suis ferme avec les méchants d’en face », stigmatisant ainsi les entrepreneurs.

    • Un seul chiffre intéresse Montebourg : sa cote de popularité. Un seul effet de ses propositions : celui sur cette cote. C’est un pragmatique : il prend les Français pour des cons, sa cote ne baisse pas, donc il lui faut continuer.

  • Je ne suis pas sûr que vous ayez bien saisi la psychologie de Montebourg; Ce n’est pas un être ignorant de monde actuel ou du monde des entreprises. Non, il est tout simplement contre les mécanismes de concurrence et de libre choix du consommateur. Pour lui tout doit s’organiser autour de l’Etat (ou la puissance publique en général) avec des entreprises privées triées sur le volet (Bouygues …) afin de créé un capitalisme de rente et connivence avec l’Etat. Il est juste inpiré par les expériences dirigistes de la Russie ou de la Chine capitaliste. Et les Français adorent ça, même si cela les conduira inéluctablement à la faillite.

    • Les rapports de Montebourg avec Bouygues me semblent étranges et suspects. Montebourg est peut-être assez stupide pour ne même pas en tirer d’avantages personnels (ce qui n’est surement pas le cas de Bouygues), mais ça mériterait une enquête. D’où les limites de l’ingérance de l’état dans l’économie.

    • « Pour lui tout doit s’organiser autour de l’Etat (ou la puissance publique en général) avec des entreprises privées triées sur le volet (Bouygues …) afin de créer un capitalisme de rente et connivence avec l’Etat. Il est juste inspiré par les expériences dirigistes de la Russie »
      Ça vous a des réminiscences des « capitalistes nationaux » du début de l’ère Mao, vous ne trouvez pas ?

    • « Pour lui tout doit s’organiser autour de l’Etat (ou la puissance publique en général) avec des entreprises privées triées sur le volet (Bouygues …) afin de créer un capitalisme de rente et connivence avec l’Etat. Il est juste inspiré par les expériences dirigistes de la Russie »
      Ça vous a des réminiscences des « capitalistes nationaux » du début de l’ère Mao, vous ne trouvez pas ?

  • Chaque annee, en France, des milliers de personnes meurent d’accident de la route, d’accident domestique, de suicide, de maladie ou de meurtre,…..

    …avec certains, on n’a vraiment pas de chance !

  • Dans quelques temps, c’est Montebourg lui-même qui devra répondre devant un tribunal privé de ses décisions débiles d’autrefois.

    On le mettra alors à l’amende. Je propose 50 000€ par phrase débile qu’il a pu prononcer. On arrive à l’aise au million d’euros une fois le tout cumulé.

  • Encore une riche idée pour l’emploi !
    S’inspirer du Puy du Fou !
    Créer un parc d’attraction de l’Etatisme, du protectionisme et du socialisme.

    L’emploi senior
    Visitez le musée façon Grévin mais en chair et en os
    – la pétition des fabricants de chandelle
    – le blocus continental de Napoléon

    L’emploi junior
    Participez à un spectacle vivant !
    – flash mob des intermi-temps du spectacle
    – gare St Lazare un jour de grève de certaines catégories…
    – emploi-jeune de médiateur à la station Châtelet-Les Halles

    Vous avez sûrement plein d’idées encore meilleure.
    A chacun de compléter.

    • Châtelet les Halles
      Vu il y a quelques années
      Un fermeteur des portes automatiques du métro… avec gilet fluo et tout !

  • Et si les électeurs décidaient des pénalités financières de disons 10000 € pour chaque emploi promis par un ministre mais non-créé un an plus tard….

    • Après consultation des commentaire je constate que je ne suis pas le seul à avoir immédiatement eu cette idée!

  • Le problème avec les cons c’est qu’ils osent VRAIMENT tout !

  • Il a tout à fait raison, l’emploi c’est pas un droit accordé à l’entreprise c’est un devoir.

  • On sent que Montebourg cherche par tous les moyens à niquer la concurrence qui vient du Poitou.

  • Il me semble que non-content de nous faire lire tous les jours sa prose bilieuse plus digne d’un PMU peuplé de paumés assez aigris et ignorants pour voter FN que d’une publication libérale de qualité, voilà qu’on nous fait de la surcaricature des idées d’un bonhomme qui se débrouille assez bien tout seul pour se ridiculiser. Et non seulement le ridicule ne tue pas chez les socialistes, mais parait même un formidable ascenseur vers les plus hauts postes.

    Là, si je ne m’abuse, Montebourg dit qu’il pénalisera GE dans le cadre d’un accord précis et d’emplois d’ors et déjà identifiés. Il ne s’agit pas de pénaliser abstraitement tout emploi potentiel non-créé (seul l’entrepreneur peut savoir s’il y a eu des opportunités ratées dans son secteur) mais de pénaliser des promesses non-tenues. Tout le passage sur Pôle Emploi est donc un peu bébête et du pur sophisme inutile.

    Par contre, pour retourner les idées de la mouche du coche de l’économie française contre elle-même, se demander si une application de cette règle aux promesses électorales (des propositions normalement clairement identifiées et, lorsqu’on est un peu plus aventurier, dont on esquisse parfois le financement) serait envisageable en ressortant les programmes et la réalité : combien devaient créer d’emplois les 35h ? Combien d’emplois jeunes devaient être pérennisés à la fin du dispositif de quelques années ? Ad lib.

    La nullité des socialistes est assez vaste qu’on n’ait pas besoin d’en inventer des niveaux cachés…

    • Mais où diable percevez-vous la nullité des s(oci)alauds? Ils sont au contraire très doués: leur seul et unique but est de conduire ceux qui vivent dans ce pays à la totale merci de la nomenklatura, que Monte-à-Rebours représente si bien, et ce par tous les moyens possibles dont la pénalisation des entreprises est la voie royale.
      Ce type est abject dans ses actes mais trés cohérent, ce que trop de Français ne veulent pas comprendre: ils nous bouffent la laine sur le dos et il va bien faloir finir par réagir…

      • Vous avez parié sur qui dans la 5ème course ?

        • En-plein-dans-la-gueule: excellent dans tous les bourbiers collectivistes et les cocos envahissent le terrain…

        • Moi sur Baudette du Poitou, montée par Bourdes.
          Excellente paire dans les flaques d’eau grâce aux larges sabots, même les spectateurs sont éclaboussés.
          Pas besoin d’avertisseur, on les entend arriver…

  • Le Mr Bean de l’economie a encore frappé .

  • comme dans « dîner de c** » : la classe internationale, peut être même le champion du monde.

  • Quand je vois ça j’imagine de plus en plus mon avenir hors de France.

  • Cela ne m’étonnerait guère que ce stupide projet ne soit pas faisable car contraire aux législations européennes et donc que les bavardages de Montebourg ne sont qu’un simple effet d’annonce pour pallier à la décadence de son gouvernement ou maintenir sa réputation de petit rocket brailleur…

  • Amis libéraux, gardons nous de céder à la facilité en intentant systématiquement des procès en hérésie économique à l’Etat, a fortiori, lorqu’il entend se prémunir contre l’exécution des obligations de ses cocontractants.

    Puisqu’il n’est question que de s’émouvoir de la clause pénale visant à sanctionner l’inexécution d’une obligation de volume d’emploi proposée par le groupe GE, notons d’abord que sur le calcul coût intérêt est quasiment neutre pour ce dernier dans la mesure où un emploi de cadre sup créé (hors charge) équivaut à une pénalité d’un emploi non créé.

    Notons enfin que dans la mesure ou l’on parle de 1000 créations d’emplois nettes, on parle tout au plus de 50M€ de pénalités au total, sur une opération de restructuration du capital où GE en investit 2,6Mds (Donc, au plus, 2% du montant de l’opération) pour GE.

    La liberté contractuelle a donc primé, les intérêts de la France (ils étaient en cause) ont été préservés (cf. le lobbying d’EDF et Areva sur les turbines Arabelle ). L’Etat peut bien faire et c’est à mon sens le cas en l’espèce. En forçant un peu le trait, j’irai même jusqu’à dire, que les 20% que l’Etat investis l’ont bien été.

    Cette mise au point faite, je suis plutôt d’accord avec la fin de l’article au sujet du contrat de génération. Le problème lorsqu’on créé des régimes dérogatoires visant à atténuer le cout direct du travail c’est qu’on ne s’attaque pas aux causes du problème (le coût direct du travail) et que si les incitations ne remplissent pas leur rôle de carotte, on est forcément tenter soit d’abandonner, soit de surenchérir ce que semble envisager F. Rebsamen.

    L’autre problème est qu’on maintient un coût du travail dissuasif en omettant d’agir également sur le coût indirect du travail ( procédures prudhommales, Comité d’entreprise, CCE, Comités de groupes, CHSCT, Union économique et sociale, heures de délégation, honoraires d’avocats et d’experts comptables et le volet pénal qui l’accompagne : délits d’entraves et autres manquements à notre si volumineuse législation sociale et fiscale) qui font également parti du calcul coût opportunité de l’employeur.

  • Non mais franchement, on frise le ridicule là ! Et ce sont des personnes comme celles-là qui nous gouvernent et qui sont censées représenter « l’élite » ? Qu’il arrête de nous prendre pour des jambons ce Montebourg ! Croyez-moi, si les entreprises ont besoin de nouvelles recrues elles seront ravies de pouvoir les accueillir ! Vous avez vu (site pris au hasard) par exemple le nombre d’emplois que proposent http://www.comptajob.fr/ ? Est-ce que vous pensez que les sociétés qui y ont laissé leurs annonces pour recruter ne veulent pas embaucher ? Alors entendre de la bouche du ministre que les emplois non crées permettront de créer des emplois est vraiment une grosse blague !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l'assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture

Alstom, qui a développé une turbine exceptionnelle du nom d’Arabelle, turbine unique en son genre puisqu’elle se décline pour différents niveaux de production, a été vendue pour 500 millions à l’Américain General Electric (une paille) essentiellement à cause de la grande ignorance technique de nos élites.

Le cas d'Arabelle, d'Alstom et de Rosatom

Arabelle est aussi une clef de voûte pour des réacteurs étrangers, et surtout pour les réacteurs EPR, EPR2 et EPR1200, dont une bonne partie sont prévus à l’export (Inde, etc.) et six voire qu... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo gauche française
0
Sauvegarder cet article

Par Olivier Maurice.

Y a-t-il encore une gauche en France ? On peut se poser la question : les derniers sondages indiquent que la somme des intentions de vote en faveur de candidats de gauche déclarés est à peine créditée d’un quart au premier tour de la prochaine élection présidentielle.

Alors bien sûr, un sondage à plusieurs mois de l’échéance électorale ne présume en rien de la réalité des opinions ou des décisions de votes qui seront finalement prises, mais le symbole est d’importance.

Où est passée la gauche triompha... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles