Mettre l’épargne au service des entreprises ? Messieurs les ministres, donnez l’exemple !

Michel Sapin a récemment déclaré : « Nous voulons mettre l’épargne au service des entreprises ». Belle intention ! Mais que font nos ministres en la matière ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bourse (Crédits jam_90s, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mettre l’épargne au service des entreprises ? Messieurs les ministres, donnez l’exemple !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 19 juin 2014
- A +

Le Ministre des Finances, Michel Sapin, a installé le 16 juin 2014 le Comité Place de Paris 2020, co-animé par l’association Paris Europlace. À l’heure où les entreprises du CAC 40 sont aujourd’hui détenues à plus de 50 % par des investisseurs étrangers, ce devrait être un signal fort en faveur du rôle des marchés financiers pour assurer le financement des entreprises. Mais est-ce suffisant ?

Par Michel Albouy

Bourse marchés financiers actions (Crédits jam_90s, licence Creative Commons)Le discours de nos dirigeants politiques a bien changé en l’espace de deux ans. Après avoir déclaré que la finance était son ennemie lors de sa campagne présidentielle, le Président Hollande et son gouvernement redécouvrent les mérites du secteur financier et du rôle des marchés dans le financement des entreprises. Il serait mal venu de bouder notre plaisir. Voir qu’en définitive nos gouvernants reviennent à de meilleures dispositions à l’égard des entreprises et de la finance ne peut que réjouir tous ceux qui croient aux vertus de l’économie de marché.

Interrogé à l’occasion de l’installation du Comité Place de Paris 2020 par Les Échos (17 juin 2014), le Ministre des Finances, Michel Sapin, a déclaré : « Nous voulons mettre l’épargne au service des entreprises ». Belle intention ! Comme le souligne le ministre, et ce que chacun sait, l’essentiel de l’épargne des Français est investi en assurance-vie ou sur des comptes sur livrets, des placements sans risque. Bref, les Français investissent insuffisamment dans leurs entreprises et le nombre d’actionnaires en direct ne cesse de baisser. Mais que font nos ministres en la matière ?

Avec l’obligation pour les ministres de déclarer leur patrimoine à la Commission pour la transparence financière de la vie publique, il est possible d’observer leur comportement en matière d’épargne. Précisons que cette déclaration ne doit pas être confondue avec celle de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), compte tenu des différences tenant au patrimoine imposable (couples mariés, pacsés ou vivant en concubinage sont soumis à une imposition commune à l’ISF), aux biens non imposables à l’ISF (œuvres d’art ou avoirs constituant l’outil de travail) qui doivent normalement figurer dans la déclaration de patrimoine et aux règles de valorisation (exemple abattement de 30 % sur la valeur de la résidence principale pour l’ISF).

Ces précisions étant rappelées, que penser du comportement effectif de nos ministres en matière de gestion de patrimoine ? D’une façon générale, ils sont – comme la plupart des Français – surinvestis en immobilier. Ils possèdent généralement des comptes sur livrets réglementés et pour les plus fortunés de l’assurance-vie. La très grande majorité ne possède aucune action cotée en bourse. En fait, ceux qui en détiennent sont l’exception qui confirme la règle. Ainsi, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, aurait 1,2 million d’euros en valeurs cotées en bourse pour un patrimoine de 6,5 millions d’euros. Ou encore, Frédéric Cuvillier, secrétaire d’État en charge des Transports, posséderait 95 mille euros en actions cotées pour un patrimoine de 970 mille euros (moins de 10 %).

Les cas de Michel sapin et Arnaud Montebourg, respectivement Ministre des Finances et Ministre de l’économie et du redressement productif, sont particulièrement intéressants compte tenu de leur position dans le gouvernement. Ils ne possèdent aucune valeur cotée en bourse ! On n’ose leur demander s’ils ont déjà participé à un tour de table pour financer des start-ups. Pour des ministres qui se font les chantres du redressement de la place financière de Paris ou du patriotisme économique, cela a de quoi surprendre. Peut-on expliquer ce comportement par une insuffisance de patrimoine ? Absolument pas ! En effet, leurs patrimoines se montent à 2,2 millions d’euros pour Michel Sapin et à 1,1 million d’euros pour Arnaud de Montebourg ; des montants qui pourraient facilement supporter une diversification vers des actifs à risque.

Bref, faites ce que je dis et ne faites pas ce que je fais ! Ce faisant, on ne peut pas dire qu’ils optimisent la gestion de leur patrimoine en le diversifiant. On pourrait dire la même chose des autres ministres. Il est vrai que l’investissement en action est imposé à l’ISF alors que les œuvres d’art ne le sont pas… Et pourtant, ce ne sont pas les œuvres d’art qui créent les emplois ou la croissance.
Le fait que nos ministres n’investissent pas une partie de leur patrimoine dans les entreprises françaises est révélateur du peu d’intérêt qu’ils portent en réalité au monde de l’entreprise. S’ils géraient en direct un petit portefeuille d’actions, ils apprendraient beaucoup sur les entreprises, leurs réussites et leurs difficultés. Au lieu de suivre leur situation à partir de rapports, ils la vivraient pour de bon ! Ils pourraient aussi se familiariser avec la fiscalité des actionnaires, apprendre que les dividendes ne sont pas une rémunération indue, participer à des augmentations de capital, etc. Bref, ils participeraient à la vie de nos entreprises.

Quelle peut être la crédibilité d’un ministre des Finances qui déclare vouloir mettre l’épargne au service des entreprises et qui ne le fait pas lui-même ? Quelle peut être la crédibilité d’un ministre de l’Économie qui veut défendre les entreprises françaises de l’appétit d’investisseurs étrangers et développer l’actionnariat français alors qu’il ne possède aucune action ? Quelle peut être la crédibilité d’un gouvernement vis-à-vis des entreprises si ses membres sont si éloignés de leur fonctionnement ?

À vous de répondre.

Sur le web.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • La réponse à la question est ZERO crédibilité.
    Tout est organisé autour de l’immobilier. Il ne faut surtout pas que les français deviennent propriétaires. Ils en sont même dissuadés pour les plus modestes avec la politique du logement social. Comme l’immobilier est cher, on fait payer tout le monde ad vitam aeternam pour que le patrimoine reste toujours entre les mêmes mains.
    Ce pays est foutu.

  • Toujours sympa ces approches boomerang.

  • Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais !

    Non seulement le message est contradictoire, mais vus les pouvoirs exorbitants que possèdent nos dirigeants pour favoriser certaines classes d’actifs au détriments d’autres (dans lesquelles ils n’ont pas investi), l’investisseur est en droit d’avoir des doutes.

    Mais bon ! Quand on nomme un neo-communiste ministre de l’économie afin de faire une politique plus libérale, il n’est pas très utile de se poser des questions. Hollande c’est vraiment du grand n’importe quoi.

  • A la limite qu’ils n’aient pas d’actions dans leurs patrimoines n’est pas le plus grave. C’est juste ce qui explique que les textes de lois sur le sujet sont à ce point déconnectés des réalités.

    C’est surtout vouloir faire de Paris une place financière, après s’être consciencieusement appliqués à détruire tout ce qui avait un lien avec la finance dans le pays :
    – La directive MIF
    – La TTF
    – La surtaxation des banques, et de leurs cadres dirigeants et traders
    – La surtaxation des actionnaires individuels (suppression du seuil de cession, suppression de l’abattement forfaitaire, suppression du PFL, changements intempestifs dans l’imposition des PV/MV)

    Tout a été mis en œuvre dans un contexte de volume bas (à partir de 2009-2010) pour tuer ce qui restait de finance de marché sur la place de Paris. Une fois l’œuvre achevée, que font-ils ? Ils lancent un projet pour reconstruire ce qu’ils ont détruit.
    ça en serait comique si :
    1) Il n’y avait pas eu autant de gens mis au chômage, je pense à l’IT des banques de financement et d’investissement par exemple
    2) Il n’y avait pas eu autant de délocalisation de cadres dirigeants et de traders
    3) Il n’y avait pas eu autant de pertes de recettes fiscales par destruction de la base taxable (diminution de l’activité, réduction des emplois, réduction des marges…)
    4) L’attractivité de la place financière de Paris n’était pas durablement affectée (taxe à 75%, TTF, « l’ennemi c’est la finance ») pendant que Londres ramasse tout.

    En résumé, c’est cuit, et c’est ce que vous avez voulu, ne venez pas vous plaindre maintenant.

  • Moi qui croyais que l’optimisation fiscale était interdite ❗
    2 poids 2 mesures avec ces gens là :mrgreen:

    • Il faudrait vraiment être un imbécile pour choisir le foncier sur le critère fiscal. C’est donc parfaitement crédible.

  • A la publication des patrimoines des ministres j’avais fait l’analyse complète. Effectivement, c’était consternant.Si on excepte Fabius et Delaunay le montant en actions cotées en bourse était en moyenne de 5 K € !!! par contre, le patrimoine immobilier est très élevé . Ceci explique leur haine ou méfiance de l’entreprise et leur amour immodéré de l’immobilier, d’où leur politique pour maintenir des prix anormalement élevés ( bulle de 30% environ). Beaucoup vivent aussi au-dessus de leur moyens et s’endettent pour acheter des biens immobiliers ( espérant faire une plue value en dormant) ex Caseneuve : 400 k € de dettes pour un bien de 500 k €. On peut aussi imaginer que certains d’entre eux ( comme Hollande d’ailleurs) cherchent à minimiser leur impôt: même si c’est légal ce n’est pas une approche citoyenne (pour un élu qui fait partie des gens aisés).Il ne faut donc rien espérer de cette brochette de politicards qui sont déconnectés de l’économie réelle tout en faisant beaucoup pour être rentier et ne pas contribuer aux impôts.

    • Bien sûr que si il faut espérer quelque chose de cette sinistre brochette: la ruine du pays et donc sa mise sous tutelle… donc encore du bon temps pour tous nos bons bureaucrates collectivistes. CQFD.

  • Article tres peu convainquant… S ils etaient investis on hurlerait au conflit d interet.

    • Il existe des FCP en actions ?

    • Commentaire peu convainquant … Un patrimoine est forcément investi (à moins de rester sur un compte courrant). En revanche, on est sensé diversifier l’investissement par sécurité … à moins d’avoir de bonnes raisons de préférer une classe d’actifs. Hum !

      Il n’y a pas de conflit d’intérêt si on ne détient pas de titres en direct en grosse quantité. En revanche, posséder un bien immobilier est une source de conflit d’intérêt : tentation d’en favoriser la valorisation si on participe à des décisions locales …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance », lisent Virgile et Dante au-dessus de la porte de l’Enfer.

Une recommandation similaire pourrait être adressée à ceux qui cherchent, dans un monde où l’inflation est élevée, à placer intelligemment leur épargne. Il est communément admis qu’il est préférable de ne pas conserver de liquidités trop importantes lorsque la valeur de la monnaie s’érode rapidement. Pourtant, dans le même temps, investir son épargne en période d’inflation peut se révéler hasardeux.

En effet, la créatio... Poursuivre la lecture

Par Augustin Neyrand. Un article de l'IREF Europe

« Outil des riches », le marché boursier vénézuélien a toujours été tourné en dérision par l’ancien président Hugo Chavez.

En réaction, les investisseurs internationaux s’en détournèrent d’autant que la monnaie perdait quasiment toute valeur durant les années de récession, la contraction de l’économie atteignant près de 80 % sur la période 2013 à 2020. Aujourd’hui, son successeur, Nicolas Maduro tente de relancer l’économie en tournant la page de l’ère Chavez.

Le présiden... Poursuivre la lecture

Inflation, guerre, restrictions, politique monétaire… Ça y est ! On peut l’affirmer, les nuages noirs se sont réellement accumulés sur les marchés financiers. Les marchés d’actions baissent entre 20 % et 30 % depuis le début de l’année. Une fois n’est pas coutume, les marchés de taux n’ont été d’aucun secours, l’or non plus (-8 %). De là à dire, à la manière des Anglo-saxons, que « Cash is king » il y a un pas que nous pourrions être tentés de franchir.

Tentés seulement parce que parce que nous estimons, d’une part, qu’à moins d’être u... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles