À quoi diable peut bien servir Montebourg ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À quoi diable peut bien servir Montebourg ?

Publié le 17 juin 2014
- A +

On l’a vu avec les récentes déclarations faussement affolées de Valls, la gauche est en plein atermoiement, et le PS ne sait plus exactement où il va, où il habite ni qui il est vraiment. Ces questions existentielles, aussi importantes soient-elles, restent heureusement hors d’atteinte de certains membres du gouvernement à commencer par Arnaud Montebourg qui, tout heureux de pouvoir passer dans les médias et de gambader sa chevelure bouclée dans les locaux du ministère de l’Économie, ne se préoccupe en rien de savoir si son existence remplit un but quelconque.

didier montebourgEt finalement, il a bien raison de ne pas s’en faire. Tel un Didier de cinéma, notre Nono national, la truffe humide et le port altier, trottine allègrement d’un sujet à l’autre pour montrer que, wooof, il a quelque chose à dire.

C’est ainsi que, la semaine dernière, il prend une position aussi radicale qu’iconoclaste sur le système bancaire, et déclare qu’il faut, selon lui, trouver des moyens de drainer l’épargne des Français vers les PME sans passer par les banques, qui refusent de prendre des risques en les finançant. La réalité, composée pour lui et à l’exclusion de toute autre chose d’une baballe, d’une gamelle et d’un immense champ de verdure dans lequel il pourra batifoler, ne résistera pas à ses injonctions puissantes et devra bien s’accommoder de ce qu’il a décidé pour elle. Et c’est donc avec l’aplomb que seuls de parfaits idiots peuvent rassembler qu’il déclare, entre deux galipettes dans l’herbe fraîche :

« Nous venons de mettre fin au monopole bancaire à travers le financement participatif et le crowdfunding. Mais il y a aussi d’autres mécanismes qui permettent de financer les PME sans passer forcément par le secteur bancaire. (…) Nous pensons qu’il est nécessaire maintenant que la France décide de se passer de son système bancaire. »

La réalité printanière selon Arnaud est décidément fort simple. Le crowdfunding a mis fin au monopole bancaire, ça, c’est fait, et puis on va devoir se passer de système bancaire, voilà, c’est dit, pas de discussion, passons à autre chose. Frétillance. Roulade. Baballe.

Et alors que les trèfles et les brins d’herbe ne sont pas encore retombés de ses précédentes cabrioles joyeuses, Nono bondit sur le sujet suivant, le précédent gisant maintenant, baveux et tout mordillé de partout, abandonné aux médias et aux Français qui se demandent exactement ce qui a bien pu se passer. Et, woof woof, cette semaine, ce sera la Commission européenne qui servira d’os en latex puisque cette méchante institution s’évertue à brider les idées expansionnistes de Nono. Pour lui, c’est limpide, la Commission s’opposerait de nos jours à la création d’un Airbus, c’est évident. Et c’est pourquoi il ne mâche pas son os ses mots à son égard lorsqu’il évoque le douloureux dossier « Alstom/Siemens », pour lequel il s’agite frénétiquement depuis quelques semaines, avec le succès plus que mitigé qu’on lui connaît. Car Nono, je vous le rappelle, sait ce qui est bon pour les propriétaires d’Alstom, mieux qu’eux-mêmes !

montebourg pour toi public

Nono, il a la truffe aiguisée pour trouver les bons partenariats comme avec Siemens. Nono, il ne veut pas du gros matou General Electric dans son jardin, et il aboie donc d’autant plus fort pour faire fuir l’impétrant. En plus, ça tombe bien, pour une fois, un brave berger allemand a cru bon de le rejoindre dans ses gambades échevelées. Et si ce n’est pas totalement en faveur de Siemens (pour l’Allemand, ce serait peut-être un peu de l’ingérence, ce qu’ils évitent outre-Rhin), c’est clairement pour damer le pion d’un Américain (Boeing en l’occurrence) : les deux ministres lancent en effet un appel aux États-Unis pour qu’ils s’engagent à ne pas subventionner l’avionneur, histoire d’avoir une concurrence fair-play.

C’est fort mignon (même si le jouet, mâchouillé, émet des couinements stridents), mais cela ne permet toujours pas d’approcher d’une réponse opérationnelle à la question pourtant essentielle : à quoi sert réellement Montebourg ?

Contrairement à ce qu’il prétend, il n’a pas sauvé d’emplois. Si l’on peut voir l’emploi sauvé ici, on ne verra pas l’emploi détruit là par les bidouilles étatiques du ministre. Tout au plus, par capitalisme de connivence et petits pistons à droite ou à gauche a-t-il déplacé des menaces d’une entreprise vers une autre, distordant un peu plus l’un ou l’autre marché dans lequel la législation française avait déjà fait des dégâts, mais la réalité est plus pastel, et derrière les chiffres ronflants d’emplois soi-disant sauvegardés se cachent les milliers d’entreprises qui couleront de toute façon, avec ou sans les efforts de Nono pour hâter leur sort.

S’il a envoyé un message clair au reste du monde sur les entreprises françaises, c’est qu’elles ont bien du mérite à travailler sur un sol ou s’ébroue si bruyamment un tel ministre, où la fiscalité change à la semaine, et où les bases du capitalisme et de la propriété privée sont tous les jours à la merci d’un décret ou d’une humeur changeante du remuant mammifère velu aux commandes de Bercy.

Et question entregent et finesse d’analyse industrielle, on continue d’aligner les dossiers où ses pirouettes audacieuses se sont toutes terminées par des désastres.

En réalité, tout montre qu’en tant que politicien placé à l’économie ou au redressement de trucs et de machins, Arnaud Montebourg ne sert à rien. Limite, il encombre. Il gêne. Il incommode et agace. Il irrite les uns, faire rire les autres, mais n’a gagné, durant ces deux ans en poste, aucune légitimité, si ce n’est, éventuellement, auprès de Head & Shoulders ou Garnier, au rayon shampoing.

En revanche, il a largement gagné ses galons d’accessoire promotionnel, d’homme-sandwich ou de politicien-objet. Très mal utilisé par Hollande qui n’a de toute façon aucun talent pour diriger quoi que ce soit, il a en tout cas trouvé, auprès d’industriels astucieux, une utilité remarquable. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Xavier Niel lui-même. Il l’a même expliqué en détails lors d’une conférence donnée en mai à Polytechnique : Montebourg a été proprement utilisé par l’équipe communicante de Free pour aider au lancement de son offre 4G, avec succès (voir la vidéo à partir de 23:52).

Eh oui : correctement employée, l’énergie débordante du bouillant politicien permet de réellement créer de la richesse, même si, on en conviendra, le truchement par lequel on y parvient n’est ni à la portée du premier venu, ni particulièrement simple, bien que prévisible. Bon, évidemment, quand ça se sait, cela rend l’accessoire un peu ronchon et le procédé plus difficilement réutilisable, mais cela n’empêche pas d’admirer la performance.

Ceci montre cependant que Montebourg est la partie saillante et visible de ce que sont devenus, réellement, les politiciens. De façon pratique, ils ont une grande difficulté à expliquer leur présence aux postes gouvernementaux autrement que pour l’apparat. D’une part, l’administration dont ils ont la charge est suffisamment lourde et empesée de ses habitudes, querelles de chapelles et autres compromis syndicaux intouchables que toute action réellement déterminée de leur part est très vite stoppée dans la mélasse institutionnelle et bureaucratique. D’autre part, la survie à leur poste n’est assurée que tant qu’ils limitent la grogne des Français, et permettent raisonnablement d’assurer leur réélection ainsi qu’une entente cordiale avec le reste des appareils politiques dont ils sont issus. À cette aune, difficile de ruer dans les brancards.

Montebourg, politichien rigolo, plein de santé et parfaitement imperméable aux réalités économiques, illustre à merveille l’impuissance molle des membres du gouvernement. Sans principes si ce n’est celui qu’il faut gouverner pour gouverner, sans idées, sans direction, sans appui du peuple et sans perspective d’avenir, ils s’agitent tous pour occuper la galerie.

Woof, woof.

montebourg : daimition
—-
Sur le web

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • montebourg au gouvernement :

    1) cela limite le hollande bashing
    2) cela occupe la galerie médiatique.

    Mais qu’est-ce que cela nous coûte cher !

  • Sans principes, sans principes? Il y a tout de même celui de se remplir les poches et celles des petits copains qui le soutiennent…

  • Comme les loups dans la montagne et comme son copain Sapin, c’est un nuisible qui sert à tuer les moutons par centaines, pas pour vivre, mais pour contribuer au fragile écosystème humain

  • Le PS est à la dérive, et cela tombe bien car Woof est un peu une primitive de cette dérivée. On y ajoute plein de C (con ou constante), et on a une bonne idée de sa politique.
    Je résume, le PS dérive, Montebourg primitive la dérivée. Bref, on retombe bien sur nos pâtes, avec un gros C en plus.

    Pour rester dans l’image, le gros os en latex, mâché, et bien je le place dans le précieux du ministre, sans ménagement, sans produit glissant.
    Woof, aime ça, hein, le vilain toutou, il aime ça. Gouzigouzi

  • merci pour ce moment d’hilarité .

  • Entre nous, à quoi ils servent tous?
    On l’ a bien vu avec la Belgique, qui a vécu un an sans gouvernement.

  • « Nous pensons qu’il est nécessaire maintenant que la France décide de se passer de son système bancaire. »

    Hahaha elle est bien bonne ! LA fonction la plus vitale pour la création d’entreprises et l’affectation du capital ! Comment c’était pas une blague ? Mais quel est le crétin qui… Quoi ? Le… le ministre de l’économie… Attendez, je vais pleurer un peu et je reviens…

  • Cet idiot inutile du socialisme sert à nous rendre le gadget électoral du PS en 2007, Ségolène Fra-ter-nit-té Royal, rétrospectivement sympathique.

    Nan, je déconne !

  • À quoi diable peut bien servir Montebourg ?

    A lui même!…

  • Montebourg est au gouvernement, ce qu’un fusible grillé est au disjoncteur.

  • Libertarien en colère
    17 juin 2014 at 16 h 23 min

    « À quoi diable peut bien servir Montebourg ? »

    A rien, c’était pour faire avancer le schili, le schilimi, le schilimili………

  • C’EST simple : Montebourg sert à occuper un poste.Chaque socialiste occupe un poste, et des postes sont créés pour chaque socialiste. Le bas de gamme du poste etant l’association de quartier en emploi à peine déguisé. D’ailleurs, ils vont créer plein de postes dans les territoires pauvres. Avec notre argent. Barrez-vous ! Tant que vous avez encore un peu d’argent…

  • Le pire dans cette histoire c’est l’intervention de l’Etat, qui encore une fois outrepasse ses pouvoirs, dans l’affaire Alstom qui, faut-il le rappeler n’a jamais été capable d’exporter ses TGV sinon sur des voies prolongeant les voies françaises partant toutes de Paris. Quant aux alternateurs et autres turbines, c’est le calme plat, et quelques moulins à vent ne feront pas l’affaire. On oublie de dire ouvertement qu’Alstom est en piètre situation financière et Montebourg n’y peut rien car c’est le résultat d’une politique marketing de cette société qui a toujours été complètement nulle. Il n’y a qu’à se souvenir de l’attribution à Bombardier de rames de trains et de métro francilliens : Alstom n’a pas su se positionner car la société est sclérosée par un immobilisme surréaliste ayant survécu avec les commandes de l’Etat pendant des décennies. C’est la caricature même du résultat néfaste de l’Etat pour une entreprise !

  • Et à quoi servent les autres membres de ce gouvernement?

  • Attention, un OVNi arrive demain, en France. Les extra terrestres veulent en avoir le cœur net:

    Le Français est il plus intelligent que l’animal ?

    Pour commencer leur étude, je recommande Montebourg. Woof.

    Va chercher la ba balle. (Il serait boxer, ce chien qui bave de partout, pisse et fait caca comme un gros porc chez le voisin)

  • N’importe quoi cet article, une insulte à la gent canine ! Je m’en vais déposer plainte à la SPA, nan mais, comparer un chien à Montebourg, il y a des limites qu’il ne faut pas franchir. Mon chien en est tout retourné le pauvre.

  • Un bon toutou est un toutou qui retourne a son vomi…

  • Cc’est un créateur de niche fiscal extrêmement doué

    – en décidant que les actionnaires d’Alstom ne peuvent optimiser en faisant jouer l’offre et la demande entre GE et SIEMENS, il va minimiser leurs plus-values (ou créer de la moins-values), avec les conséquences négatives sur l’impôt assis sur ces plus values

    (ceci dit, il serait équitable pour plus de justice sociale de taxer ces plus values non réalisées, et le tour est joué).

    Autre idée qui pourrait germer dans cet esprit si fin : supprimer la possibilité de déduire des moins values réalisés sur des investissements étrangers par de vils capitalistes apatrides !!!
    Il apparait inconcevable que des investisseurs traquent délibérement la moins values sur valeurs étrangères alors qu’il est si facile …voir d’autant plus facile… de se vautrer dans notre beau pays, seule la moins value sur valeur française, doit pouvoir être déductible des plus values et ce afin de privilégier la filière locale.

  • Sapin : Il n’y a aucune problème de financement des retraites, grâce à la croissance
    Hamon : Il vous faut attirer des investisseurs désintéressés
    Montebourg … ci-dessus
    Royal : je suis très fière de mon intervention dans Heulliez

    et tous les autres pitres non cités

  •  » Cet homme, c’est Johnny English. Il ne craint rien. Il n’a peur de rien. Il ne comprend rien. » http://www.dailymotion.com/video/xpwnya_johnny-english-bande-annonce-vf_shortfilms

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Olivier Maurice.

Y a-t-il encore une gauche en France ? On peut se poser la question : les derniers sondages indiquent que la somme des intentions de vote en faveur de candidats de gauche déclarés est à peine créditée d’un quart au premier tour de la prochaine élection présidentielle.

Alors bien sûr, un sondage à plusieurs mois de l’échéance électorale ne présume en rien de la réalité des opinions ou des décisions de votes qui seront finalement prises, mais le symbole est d’importance.

Où est passée la gauche triompha... Poursuivre la lecture

Par Eric Verhaeghe.

L’affaire illustre les questions de fond qui agitent le capitalisme français, entre volonté d’expansion à long terme et logique de rentabilité à court terme.

D’une certaine façon, l’affaire Unibail-Rodamco et le conflit interne autour du plan Reset, qui propose une augmentation de capital, illustre les questions fondamentales qui se posent au capitalisme français aujourd’hui.

D’un côté, le management propose une stratégie d’investissement et de développement à long terme, au détriment d’une logique de ... Poursuivre la lecture

Par Alain Goetzmann.

Ces dernières semaines une vidéo d’Arnaud Montebourg, interviewé par Xerfi Canal, fait le buzz sur les réseaux sociaux. Ex-ministre de l’Économie, du redressement productif et du numérique, auparavant avocat et leader politique régional, il avait déjà surpris lorsqu’évincé du gouvernement, il décidait de suivre l’Advanced Management Program de l’INSEAD, dont l’objectif affiché est de transformer les cadres supérieurs en dirigeants d’exception.

Dans cette vidéo, il livre une sorte de rapport d’étonnement sur ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles