Les 500 jours de Laurent Fabius

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Laurent Fabius (Crédits philippe grangeaud-Solfé Communications, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les 500 jours de Laurent Fabius

Publié le 21 mai 2014
- A +

Palpitance et révélations : Laurent Detritus Fabius, l’actuel prétexte qui sert de ministre des affaires étrangères, a rencontré le 13 mai dernier à Washington son collègue américain John Kerry pour discuter de questions variées sur la situation en Iran, en Ukraine et en Syrie.

On supposera sans mal qu’il a dû évoquer, en privé, les bidouillages électroniques des Américains, et qu’il a probablement commenté l’excellent repas qui lui a été servi. Il a même peut-être fait un petit selfie avec John, histoire de compléter son album de famille. Et, histoire de détendre l’atmosphère, il aura probablement échangé avec son homologue américain une petite blagounette préparée de longue date par son staff. Mais une chose est certaine et elle a retenu l’attention de toute cette presse frétillante à l’idée d’annoncer une catastrophe majeure : il a aussi évoqué le changement climatique.

Et là, surprise, il n’y est pas allé avec le dos d’une poche de sang contaminé :

« Avec John, nous avons discuté d’un certain nombre de questions importantes, y compris la question du changement climatique, du chaos climatique. Nous avons 500 jours pour éviter le chaos climatique. Je sais que le président Obama et John Kerry se sont engagés pour cette cause et je suis convaincu qu’avec eux, et avec beaucoup d’autres de nos amis, nous pourrons réussir sur ce dossier important. »

Diable, foutrezut, on apprend des choses au détour d’un petit voyage d’affaire du Laurent, dites donc ! Parce que si l’on y réfléchit deux minutes, 500 jours, ça ne fait pas long avant le chaos. C’est même tellement court que ça ne peut qu’interpeler, et déclencher une réaction effarée des journalistes et de l’assistance qui meurt d’en savoir plus. À moins bien sûr de se rappeler que dans un peu plus de 500 jours, la France va organiser la 21ème conférence sur le climat, ce qui tombe diablement bien. Qu’il est malin, ce Laurent, tout de même !

fabius le malin

Manque de bol ou distraction des journalistes français qui n’écoutaient peut-être pas à ce moment (ou, autre hypothèse raisonnable, n’ont absolument rien à battre du ministre des affaires étrangères lorsqu’il est en goguette, tant ses précédents voyages se sont soldés par un vide quasi-intergalactique), la nouvelle n’a guère ému les foules en France. Pas d’édition spéciale au 14 mai avec des gros titres en 4 colonnes à la une sur le mode « 500 JOURS AVANT LE CHAOS », pas d’article en pleine page et photo couleur, pas même une demi-page. Laurent a bien vérifié lui-même, il n’était sur aucune des Unes des grands journaux le lendemain. Il n’apparaissait que dans les pages intérieures, au mieux, ou (affront ultime) dans les brèves, au pire. Même les mots croisés ou les programmes télés ont été plus lus que ses déclarations américaines.

Zut et flûte.

Le plan média du ministre est donc un ratage.

Ce n’est pas grave. Puisque l’aide du public n’a pas fonctionné, il peut utiliser son deuxième joker et appeler un ami à la rescousse. Et c’est ce qu’il a fait de façon rudement sioux : il a utilisé une intervention à l’Assemblée Nationale d’une député écolo qui passait son bizutage pour en remettre une couche. C’est qu’il est malin, notre Laurent, tout de même !

fabius le malin

Lors d’une question au gouvernement, Duflot, redevenue simple député à la voix chevrotante, a décidé de poser une question idiote qui a donc immédiatement donné l’occasion à Fabius de fournir une réponse débile. Dans sa question, elle nous apprend qu’on a atteint le point de non-retour climatique (et donc, a priori, que c’est fichu, les enfants, on va tous mourir) et elle en profite pour demander au gouvernement ce qu’il compte faire pour la transition énergétique.

En toute bonne logique, tout un chacun aurait pu répondre que, foutu pour foutu, autant organiser une soirée mousse géante ou quelque chose comme ça, quitte à claquer des thunes avant la fin du monde et mourir joyeusement. Mais en tout cas, puisque le point de non-retour est atteint, il n’y a plus rien à faire et donc aucune raison de se prendre la tête avec des mesures écologiques qui, par définition d’un point de non-retour, ne serviront à rien si ce n’est à prolonger une agonie qu’un bon claquage de pognon des familles dans une immense fiesta planétaire pourrait largement rendre plus supportable.

Eh bien que nenni : Laurent, lui, a bien compris qu’après ce point de non-retour se situait un petit morceau de gras, un petit bout de rab bien dodu, évalué à 500 jours, tout rond, par ses services et après un puissant calcul du Pipovac 2000 du Ministère des Affaires Étrangères. Vraiment, quel chic type ce Laurent, il nous sauve la mise et nous amène, tout doucement, tout gentiment, fin 2015, date à laquelle nous serons certes au milieu du chaos climatique mais où Laurent, lui, sera à faire le beau à sa conférence sur le climat à Paris. Il est vraiment malin, ce Laurent.

fabius le malin

Bon, je charrie un peu le plus jeune chauve des ministres des affaires étrangères, mais oh là, oh, un peu de sérieux :

« Vous seriez bien mal inspirés de vous moquer de cela parce que c’est l’avenir de l’humanité qui est en jeu dans cette affaire. »

Oui, vous avez bien lu : sous ses dehors de potiche mal fagotée, Cécile Duflot cache en réalité une voyante extra-glucide pardon une responsable politique affûtée comme un pot de saindoux qui pose des questions qui engagent tout l’avenir de l’humanité, pouf, d’un coup comme ça. Et ça, messieurs dames, ça se passe en France, dans votre Assemblée Nationale, avec vos sous et en direct. C’est grand, c’est beau, c’est assez magnifique de voir cette femme et cet homme se dresser comme un seul homme … comme heu … se dresser pour dire « Réveillez-vous, si nous ne faisons rien, il risque de se passer quelque chose de terrible au niveau planétaire ! »

Et les faits sont absolument accablants : la fonte des glaciers de l’Antarctique est, selon la député, maintenant irréversible. Voilà un fait qui est fort troublant, sachant que la couverture des glaces antarctiques a battu des records en 2012 et en 2013. Peut-être la brave Cécile, même munie d’un DEA de géographie, confond-elle encore une fois ses hémisphères et voulait-elle parler de la banquise arctique ? Pas de bol, si elle fond bel et bien, été oblige, il s’agit d’étés … parfaitement normaux. Bon, bien sûr, c’est bien de l’Antarctique qu’elle parle, brandissant avec certitude cette étude du JPL qui prouverait, modèles numériques à l’appui, l’irréversibilité de la chose, avec d’ailleurs la même précision diabolique pour ces modèles que ceux du GIEC qui ont tous prévu l’augmentation des températures sur les 17 dernières années que personne n’a pu constater.

Alors quoi ? Eh bien comme d’habitude lorsqu’on touche au sujet climatique, les calembredaines s’amoncellent pour former un amalgame collant autour du portefeuille du contribuable et permettre aux aigrefins gouvernementaux à la Fabius et leurs satellites comme Duflot de le ponctionner goulûment pour prétendre acheter ainsi sa rédemption. Et l’option « Soirée Mousse » n’est pas si caricaturale tant la manœuvre est peu subtile.

fabius et sa soirée mousse

Néanmoins, pendant que la France se dresse au milieu des nations pour réclamer des piscines d’argent public dans une cause aussi perdue que mensongère, certains citoyens d’autres pays, plus avisés, écarquillent les yeux sur l’addition qui leur a été présentée suite aux différentes pirouettes climato-conscientes qu’on leur a imposées (dans tous les sens du terme).

L’Australie, par exemple, a décidé de réduire un peu la voilure de l’argent public consacré aux fumisteries climatiques, les faisant passer de 5.75 milliards de dollars australiens à 500 millions dans les quatre prochaines années. L’Espagne prend la mesure de la bulle photovoltaïque, tout comme la Belgique. Quant à l’Allemagne, son vice-chancelier a clairement exprimé son opinion, pas tendre, vis-à-vis de la transition énergétique. Autrement dit, de plus en plus de pays sentent que l’argent du contribuable ne peut plus servir à remplir des puits sans fond, et que le motif écologique, basé sur une peur ancestrale du ciel qui pourrait nous tomber sur la tête, ne marche plus.

Sauf, apparemment, en France. Sacré Laurent.

fabius le malin
—-
Sur le web

Voir les commentaires (39)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (39)
  • Que d’histoires ! Kerry lui a dit « Don’t you think that within 500 days, you will be at a chaotic climax ? », et pour ne pas le contrarier, Fabius a repris ce qu’il avait compris.

    • « … a chaotic climax ? » : G.Translate me parle d' »orgasme chaotique »… On peut comprendre la pudeur de Fabius…

  • Brillant. Il faut attaquer l’idéologie d’une part, et nommer les coupables d’autre part. Sans cette tenaille, on n’arrivera à rien.

  • Affaire du sang contaminé, gabégie de la vaccination contre la grippe mexicaine » chez nous, pseudo-armes de destruction massive ou subprimes aux US … Les politiques n’assument pas leur erreurs et parviennent toujours à faire oublier leurs mensonges. C’est pourquoi il repartent indéfiniment dans de nouveaux bricolages étayés par de nouveaux mensonges.

    On critique les salaires des PDG du CAC40, mais ceux qui font des conneries sont grillés (à part les PDG des banques qui travaillent la main dans la main avec l’état). On aurait du mettre fin à la carrière de Fabius. Voyez le résultat du laxisme …

    • « ceux qui font des conneries sont grillés »

      Oui, mais pas tous, pas toujours. L’idée selon laquelle un mauvais patron est éjecté du marché est vraie, mais ça peut prendre un temps considérable – voire ne pas arriver du tout, dans certains groupes internationaux. Si le marché élimine les incompétents, ce n’est pas du tout immédiat, ni systématique. Et le mec peut s’en sortir avec une montagne de pognon.

      • Que le mec s’en sorte avec une montagne de pognon est immoral ou rageant, mais somme toute secondaire. Le plus important est de virer les nuisibles. Un fonds britanique est (à moitié) parvenu à mettre à l’écart le PDG de Nexans, ce n’est pas demain la veille qu’on parviendra à faire de même avec un politicien.

        Les investisseurs réagissent aux nominations dans les grands groupes. Si on devait investir dans la France, la côte aurait du chuter quand Montebourg a été promu. L’avantage des marchés, c’est que chacun peut se faire sa propre opinion à ses risques et périls : si vous n’avez pas confiance dans le PDG n’investissez pas. Tout repose sur la liquidité : on a investi de force dans la France à notre naissance et ce n’est pas un bon placement et qui manque en plus de liquidité …

        Mais il va bien falloir finir par faire un arbitrage avant que nos actifs (économies, placements, immobilier, retraites) suivent la même voix que les actions Eurotunel.

  • Le business basé sur la peur a toujours été payant. Un exemple parmi d’autres : les femmes ont peur de voir la peau de leur visage vieillir, les cosméticiens l’ont bien compris et leur vendent une fortune des pommades anti-rides, anti-âge, anti-je ne sais quoi une fortune alors qu’ils savent au fond d’eux-mêmes que ces trucs ne servent strictement à rien mais ils réalisent des bénéfices astronomiques en vendant du vent. Les experts auto-proclamés climatologues (de génie) de l’IPCC savent au fond d’eux-mêmes que leurs théories sur le réchauffement et l’effet de serre sont infondées et ont été inventées de toute pièce par James Hansen, alors comme ils sont plus de 2500 à clamer le même mensonge, tout le monde les croit. Les voix discordantes sont systématiquement éliminées. La question est de savoir jusqu’à quand cette mascarade planétaire va continuer, quand quelqu’un aura le courage de dire publiquement que Greenpeace, le WWF et bien d’autres associations d’opportunistes sont des escrocs. Coût actuel de la politique anti-réchauffement : un milliard de dollars par jour dans le monde, augmentation des tarifs de l’énergie dans tous les pays de l’OCDE, etc …
    Déplorable !!!

    • « ils sont plus de 2500 à clamer le même mensonge »

      2500 journalistes ou politiques, mais sûrement pas 2500 scientifiques.
      Ils ne sont qu’une poignée de scientifiques à faire de l’alarmiste. Malheureusement, ceux là détiennent les clés du GIEC et ils amplifient et déforment les études dans la synthèse aux décideurs.

      En France, on a Jouzel, Le Treut et deux ou trois autres qui trustent les médias. Point barre. Soit, c’est de la fainéantise de la part des journalistes qui ne connaissent que ces « experts » auto proclamés, ou c’est parce qu’il n’y a que ceux là qui ont une histoire à raconter.

      A la fin, ce qui intéresse le public c’est le ratio avantages contre désavantages. Or le public commence à constater que l’avantage de lutter contre une catastrophe hypothétique ne vaut peut être pas le désavantage de la baisse du niveau de vie avec le coût de l’énergie qui explose et les milliards dépensés pour réduire des émissions de CO2 qui auront peu d’impact à l’échelle de l’UE.

      • « Or le public commence à constater »

        Ou pas ?

        Les écolos sont socialistes quand ils se mèlent de problèmes sociétaux en dehors de ce pourquoi il ont été élus. Mais ils sont carrément communistes sur le fond, qu’ils avouent ou pas oeuvrer pour la décroissance. Et je ne pense pas que leurs électeurs en aient réellement conscience.

      • Le ratio avantage/désavantage est absolument incompréhensible dans un monde médiatique bâti sur les événements émotionnels.

        Et il est si facile de le rendre incalculable, avec des arguments tels que « une catastrophe nucléaire n’est rien à coté du coût des EnR », ou « les catastrophes météo deviendront permanentes et quotidiennes » !
        La peur l’emporte, alors même que ces événements gravissimes pourraient être évaluer rationnellement par :
        – investir le coût des EnR dans la sureté du nucléaire
        – adapter l’environnement (le couloir des tornades aux US, les tremblements de terres au Japon…)

        Maintenant, il est vrai que la population a désormais horreur des risques : la simple évocation d’un plan catastrophe tourneboule la ménagère hystérique, au point qu’on peut comprendre pourquoi les autorités japonaises n’ait jamais envisagé le risque d’une submersion de sa centrale (et la protection des moteurs électriques en conséquence).

  • magnifique article.
    Bravo h16.

  • Si je compte bien, la date à marquer dans nos calendriers pour faire avec M. Fabius le bilan de sa prédiction est le 25 septembre 2015. Qui peut vérifier ?

    On lui enverra une demande d’interview.

    • Bah, si on regarde 500 jours plus tôt on trouve des casseroles aussi risibles, mais ça n’intéresse plus personne.

  • Pour être précis et juste, la calotte glacière antarctique diminue, de façon par ailleurs négligeable :

    http://wattsupwiththat.com/2014/05/20/antarcticas-ice-losses-on-the-rise-with-a-sanity-check/

    C’est la banquise antarctique qui, elle, bat tous les records.

  • Ceci devrait servir d’illustration dans tout manuel de logique à la rubrique « homme de paille ». Un beau.

    Il est évident que Fabius fait allusion à la préparation de la conférence à venir. Il ne dit pas que dans 500 jours il y aura des tempêtes si on ne fait rien.

    « Laurent Detritus Fabius ». Je rate une référence? Un jeu de mots? Ou h16 aurait aussi bien pu écrire « Laurent Caca Fabius »?

    • H16, un homme-de-paille ? Je ne serais donc pas le seul à faire l’objet de cette accusation ? Ô indicible joie ! You make my day.

    • Dans l’article qu’h16 a mis en lien, il y a même la phrase suivante, au cas où ça ne paraissait pas évident:

      « Fabius was referring to the next big United Nations climate conference, scheduled to open in Paris, France in November 2015, or in 565 days’ time. »

    • « détritus fabius » est peut-être une référence un peu capilo tractée au héros romain de la « la zizanie » d’Astérix ?

      désolé, chacun a ses références 🙂

    • Et il est évident que H16 critique le coup de communication de Fabius. Mais pour cela, il faut comprendre le second degré.

      • Expliquez nous où est le second degré dans le fait de faire dire à Fabius autre chose que ce qu’il dit, puisque vous êtes si malin.

        • H16 est un dynamiteur. Il peut y avoir quelques dommages collatéraux ici ou là. On ne peut pas lui reprocher de ne pas être dentellière.

          Il écrit pour des gens qui n’ont pas peur de l’humour, des métaphores, des raccourcis et de la férocité. On peut, dans ses grands moments, le comparer au glorieux Philippe Muray. Ces auteurs-là ne sont pas profs de sciences humaines.

          • Je propose de laisser Muray en dehors de ça. Je doute que Muray se serait laissé allé aux « raccourcis » en question, précisément parce qu’ils participent du discours, de la culture du pipeau qu’il dénonçait. Muray pour autant que je sache évitait ces tours de passe passe digne du politicien moyen.

            Il n’y a pas besoin d’être prof pour éviter les hommes de paille de ce genre. C’est une simple question d’honnêteté.

            • Non mais ça suffit, « homme de paille » à toutes les sauces. Stop. Cette expression est un trucage : elle fait passer celui qui l’utilise pour un Prix Nobel de Logique, et celui qui en fait l’objet pour un espion biélorusse. Dis que H16 est un enfoiré, ça ira plus vite.

        • Fabius a dit « Nous avons 500 jours pour éviter le chaos climatique. »

          Xavier M, qu’est-ce que vous ne comprenez pas dans cette phrase ? C’est le journal qui fait référence au grand raoult de Paris en 2015, c’est eux qui font une inférence sur le discours de Fabius.

          Fabius dit clairement qu’il y aura un chaos climatique si rien n’est fait politiquement d’ici 500 jours.

          C’est vous qui parlez de tempêtes.

          • J’ai parlé de tempêtes comme équivalent au « chaos climatique » dont parle h16. h16 suggère en texte et en image que Fabius ferait une prévision climatique sur ce qui se passera dans 500 jours. Lisez. Nick de Cusa en commentaire ci-dessus a bien compris cette suggestion.

            Avec un peu de bonne volonté et de prise en compte du contexte on comprend que lorsque Fabius dit « Nous avons 500 jours pour éviter le chaos climatique », il fait allusion à la préparation de la conférence à venir, il ne dit pas ce que lui fait dire h16, à savoir « fin 2015, date à laquelle nous serons certes au milieu du chaos climatique » et « Dans 500 jours ce sera le chaos climatique ».

            Ce que Fabius dit réellement est suffisamment grossier. Pas besoin de lui imputer des conneries en plus.

            • Xavier M : « Avec un peu de bonne volonté et de prise en compte du contexte on comprend »

              Un peu de ci un peu de ça et une bonne dose de mauvaise foi et « Au feu ! » se transforme en « il pleut ».

              H16 est un pamphlétaire, il se moque de Fabius et de sa phrase alarmiste à dessein, c’est pourtant évident.

            • T’inquiète, H16 est un homme de paille. C’est définitif. Pour toujours. Ontologique.

            • @ llryn: Evidemment qu’h16 se moque de Fabius. Et alors? Personne ne dit le contraire. La différence c’est de savoir si on se moque de lui/on le critique, sur ce qu’il prétend ou en lui faisant dire autre chose. Suggérez vous qu’on est obligé d’inventer des trucs pour se marrer? Les Fabius & co ne fournissent pas assez de matière?

              @ Pascal: L’autre jour vous cherchiez des fanatiques. La tendance ordinaire au fanatisme, on la voit ici. C’est de considérer que la mauvaise foi craint quand elle vient des « autres », il faut la dénoncer (h16 va la dénoncer aussi celle-là), mais devient acceptable quand « nous » l’utilisons. Un jour on fait dire à Fabius un truc qu’il n’a pas dit, un autre on relaie une citation déformée d’une politicienne pour susciter plus facilement l’indignation, etc. Non seulement cela relève de la malhonnêteté intellectuelle mais c’est flagrant pour ceux qui ne font pas déjà partie des « nous » ou qui pour une raison ou pour une autre n’ont pas envie de se laisser embobiner si facilement. Par conséquent, cela nuit à la crédibilité de ce site par exemple. Et quand on ne s’en rend plus compte, c’est qu’on a intégré ces travers typiques du militantisme.

              • Xavier M: « La tendance ordinaire au fanatisme, on la voit ici. »

                Être outrancier pour dénoncer l’outrance… pitié ! :mrgreen:

                Xavier M: « c’est de savoir si on se moque de lui/on le critique, sur ce qu’il prétend ou en lui faisant dire autre chose. »

                Ooooh on attaque le pauvre ministre Fabius sur une phrase aussi anodine que « la planète est foutue si on ne fait pas ce qu’il dit dans 500 jours » !?

                Toc toc ! Il y a quelqu’un chez vous ?

            • Ok, mais homme-de-paille, c’est un jugement définitif sur la personne et sur ses intentions. « Crétin » est infiniment moins agressif. Et juger un pamphlétaire sur sa propension à grossir les faits ne me semble pas juste.

              Je n’attends pas de H16 cent pour cent d’infos vraies accompagnées de leurs sources et de l’analyse de ces sources. j’attends de lui de l’entertainment – chose fort rare dans le milieu libéral. Si H16 a tant de succès, ce n’est pas parce qu’il est plus lucide ou plus objectif que certains, mais parce qu’il est plus drôle que tous les autres.

              (Si je devais relever toutes les erreurs philosophiques de Rand, ça ferait un livre de dix mille pages.)

  • Pascal a decidement toute la subtilite semantique du bulldozer mais comme en meme temps il pense bien c’est plutot une bonne chose. Applaudissements merites. J’envoie ca comme un compliment. Quand a H16, j’en prends depuis deux ans tous les matins avec mon cafe et je m’en porte mieux.

  • quand je pense que ce type a trempé dans l’histoire du sang contaminé , entre autres affaires scandaleuses , et que l’on continu à se farcir sa sale gueule et ses bobards , ça me retourne le sang ;

  • Désolant: voir des individus ressortir l’affaire du sang contaminé est objectivement déplorable.Qu’on critique Fabius ( ou PIerre, paul Jacques …) sur la politique qu’il développe rien à dire. Par contre qu’on se serve de l’affaire du sang contaminé pour le salir encore et toujours c’est de la méchanceté pure et simple ,méchanceté fondée sur aucun argument. En effet pour ce qui ont connu l’époque du problème du sang contaminé ( que la transfusion sanguine utilisait , comme de nombreux pays européens et autres depuis de longues années ) et qui ont étudié le dossier, épluché les avis internationaux, recherché toutes les informations , la mise en cause de Fabius est exclue. Son action avait été en fait reconnue par des experts internationaux qcomme exemplaires et de nombreux pays s’en étaient ensuite inspirés. Alors soyons honnête et cessons de salir les gens.

    • lasz36: « Par contre qu’on se serve de l’affaire du sang contaminé pour le salir encore et toujours c’est de la méchanceté pure et simple »

      C’est pire qu’un type qui déclare que si on ne fait pas ce qu’il dit la planète est foutue ?

      On est tellement habitué au chantage dans ce pays que ça ne déclenche plus aucune révolte que des politiciens se servent d’un sujet aussi grave de cette manière ?

  • La phrase de Fabius est claire est sans ambiguïté.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Jean-Jacques Nieuviaert.

 

Selon un rapport du 28 avril du « Centre for Research on Energy and Clean Air », bien que les volumes de ventes aient diminué, la Russie a presque doublé ses revenus issus de la vente de combustibles fossiles à l'UE pendant les deux mois de guerre en Ukraine grâce à la flambée des prix. La Russie a perçu sur cette période environ 62 milliards d'euros de ses exportations de pétrole, de gaz et de charbon, dont environ 44 milliards vers l’UE, ... Poursuivre la lecture

12
Sauvegarder cet article

Nouvelles gesticulations gouvernementales alors que des orages assez violents ont traversé la France il y a quelques jours : pour les ministricules de la République, pas de doute, voilà un nouveau signe du réchauffement climatique forcément anthropique contre lequel il faut lutter au quotidien, de préférence avec des petits gestes inutiles mais religieusement effectués pour apaiser Gaïa.

C'est ainsi qu'Amélie de Montchalin, propulsée ministre des Trucs Verts en Transition après cinq années de succès retentissants au service de la Macro... Poursuivre la lecture

Toujours plus large, toujours plus long, toujours plus lourd. Tel pourrait être le credo des constructeurs automobiles pour nous acheminer des véhicules ne cessant de gagner autant en taille qu’en poids. Et ce pour des infrastructures qui, loin d’évoluer dans le même sens, iraient plutôt dans celui de la démobilité avec contraction des axes jusqu’à leur disparition pure et simple.

L’on pourrait même se demander s’il n’existe pas une règle universelle qui voudrait que plus les ralentisseurs et chicanes gagnent en taille, plus les véhicu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles