1914, Jean Monnet et l’Europe

C’est pendant cette conflagration que le jeune Jean Monnet a commencé à développer ses théories de supranationalisme, idées qu’il a aiguisées pendant l’entre deux guerres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
1914 1918

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

1914, Jean Monnet et l’Europe

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 mai 2014
- A +

Par Richard North, depuis le Royaume-Uni.

1914 1918L’année dernière a marqué le quarantième anniversaire de l’entrée de la Grande Bretagne dans ce qui était à l’époque le marché commun. Cette année, c’est le centenaire du déclenchement de la Première Guerre mondiale, au sujet duquel beaucoup sera écrit, peut-être trop.

La déclaration de guerre a été saluée par des célébrations délirantes mais, d’ici à sa fin, l’humanité avait appris une leçon suffisante pour ne pas être si enthousiasmée par la suivante.

C’est à l’occasion de cette conflagration, cependant, que le jeune Jean Monnet a commencé à développer ses théories de supranationalisme, idées qu’il a aiguisées pendant l’entre deux guerres, déterminé à développer un modèle politique qui assurerait la fin de toutes les guerres en Europe.

Dans l’esprit de Jean Monnet, il existait une construction qu’il nommait assez ouvertement les États-Unis d’Europe ; c’est avec l’aide du jeune fonctionnaire britannique Arthur Salter, qu’à la fin des années 20, il avait ainsi pu formaliser un plan permettant  aisément de distinguer la forme actuelle de l’Union européenne.

Le point notable, bien sûr, c’est que le « plan » Monnet avait pour but d’éviter la Deuxième Guerre mondiale. Et donc, avant même sa mise en pratique en 1950, il avait déjà échoué. Et, comme un cadeau qui continue de produire des cadeaux, il ne cesse d’échouer.

Cette approche sera très peu discutée cette année dans les médias dits traditionnels, mais l’ombre de 1914 sera avec nous toute l’année, alors même que se déploient des plans pour nous amener encore un nouveau traité de l’Union européenne.

Cette année aussi, avec le prix « Brexit » de l’Institute of European Affaires nous pourrions tout juste être un petit peu plus proches de quitter « l’empire du mal ». Je reste convaincu que, jusqu’à ce que nous, le mouvement anti-UE, soyons en mesure de présenter un plan crédible de sortie, nous n’avons aucune chance de nous assurer d’y arriver.

D’un autre côté, quand nous pourrons livrer la matière intellectuelle, comme l’a fait Jean Monnet, nous aurons en main le début de la fin. Et ça, c’est une pensée suffisamment réjouissante pour nous soutenir au cours de cette année 2014.

Sur le web – Traduction Contrepoints

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • «Le point notable, bien sûr, c’est que le « plan » Monnet avait pour but d’éviter la Deuxième Guerre mondiale. Et donc, avant même sa mise en pratique en 1950, il avait déjà échoué.»

    Avant sa mise en pratique il avait échoué à éviter la deuxième guerre mondiale…. Ben… oui… of course !

    Si je suis en train de vous fabriquer un casque de vélo pour protéger votre boîte crânienne et que vous tombez de votre vélo avant que j’ai pu vous le donner…. allez-vous accuser mon casque de ne pas vous avoir protégé ?

    «Et, comme un cadeau qui continue de produire des cadeaux, il ne cesse d’échouer.»
    Avons-nous eu une quelconque guerre européenne entre membres de l’UE ?

  • «Et, comme un cadeau qui continue de produire des cadeaux, il ne cesse d’échouer.»
    Avons-nous eu une quelconque guerre européenne entre membres de l’UE ?

    Euuuuh… entre membres de l’UE sans doute pas, mais… quoi dire du conflit en Serbie? En Ukraine? On ne fait pas la guerre en Europe, mais on la fait quand même un petit peu… quelques soient les parties belligérantes en jeu!
    L’Europe, ce n’est pas juste l’UE… et l’UE fait partie d’un système de relations internationales qui rend les choses un peu plus complexes que le désormais défunt axe franco-allemand…

    • Ni la Serbie, ni l’Ukraine ne font partie de l’UE. Souhaitez-vous également inclure la Tchétchénie, la Libye, le Congo, le Vietnam ?

      North dit que Monnet souhaitait des USA d’Europe pour éviter la guerre. Projet qui n’a commencé à se concrétiser qu’après la 2nde GM (ridicule de dire que c’est le premier échec de ce projet). Or les seuls pays qui se sont fait la guerre en UE n’ont justement pas rejoint ce projet.

      Est-ce que l’UE est responsable de la paix, peut-être pas, peut-être seulement partiellement. Mais responsable de guerres en Europe ? Pourquoi pas le Kosovo du fait de l’inaction des européens…. Mais sinon c’est tout simplement risible comme « logique ».

    • *en Europe (et pas en UE, au un pays ne s’est fait la guerre en UE)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En se réveillant ce matin au 10 Downing Street, BoJo a dû se demander quel cauchemar il avait fait. Coup d’œil sur Sky News, 46 démissions (59 maintenant), non c’est bien à une tentative de coup d’État qu’il a fait face. L’Histoire inscrira ce mercredi 6 juillet comme une date clef. "Il a limogé Michael Gove", ministre du Logement qui avait appelé à sa démission, a déclaré sur Sky News James Duddridge, conseiller de Boris Johnson, précisant que le Premier ministre est "d'humeur enjouée et [qu’] il se battra". Finalement, ce jeudi 7 juillet Bo... Poursuivre la lecture

Boris Johnson ayant assuré son poste pour l'instant, l'attention se porte à nouveau sur le bras de fer en cours entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Le mois dernier, le gouvernement britannique a publié ses plans pour modifier la section Protocole de l'accord de Brexit. L'objectif est de faciliter la circulation de certains biens entre la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord. L'UE s'y oppose, car elle affirme que cela enfreindrait le droit international.

La première question est de savoir si les députés bloqueront cette mesure. ... Poursuivre la lecture

Le Premier ministre britannique sera à Kigali à partir de jeudi 23 juin pour le sommet des chefs de gouvernement des pays du Commonwealth qui se clôture le 26 juin.

À Kigali, Rwanda, s’ouvrait lundi le sommet du Commonwealth. Boris Johnson va en profiter pour montrer qu’il n’a aucune intention de faire marche arrière sur l’accord avec le Rwanda signé mi-avril, pour que le pays des mille collines accueille sur son territoire – moyennant finance – des migrants et demandeurs d’asile acheminés depuis le Royaume-Uni en attente d’un éventuel... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles