Lettre ouverte à l’État

État français, voici les trois grands points essentiels sur lesquels il te faut agir vite si tu veux vraiment revitaliser ton économie nationale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
lettre-ouverte

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lettre ouverte à l’État

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 février 2014
- A +

Par Jean-Luc Ginder.

lettre-ouverteÉtat réveille-toi ! Le diagnostic économique de la France est posé depuis longtemps. Maintenant c’est à toi, État français de passer à l’action.

Nous savons que l’attractivité de la France s’est dégradée au cours de ces dernières années : la France est un pays où l’activité industrielle n’est pas rentable. Et pour causes. Oui, France, tu te vantes depuis 15 ans d’être la seconde destination en Europe après l’Angleterre pour les flux d’investissements étrangers. Cela n’est pas exact et tu le sais. Les chiffres nous indiquent qu’il est ici question de rachats d’entreprises françaises, de flux de distribution, ou de mouvements de trésorerie entre les multinationales et leurs filiales. Ce qui relève réellement de la création nette de richesse, c’est-à-dire d’établissement productif en France, est très faible.

On constate aujourd’hui que l’effondrement des taux de marge en France, effondrement qui n’a pas de précédent par son ampleur, a eu des effets dévastateurs sur l’investissement, notamment sur l’investissement productif. État français, voici les trois grands points essentiels sur lesquels il te faut agir vite et avec diligence si tu veux vraiment revitaliser ton économie nationale et la compétitivité de ton pays. Car convenons-en ensemble, les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et c’est la raison pour laquelle il te faut soutenir avec la plus grande détermination les entreprises françaises.

Le premier domaine où il faut agir est le domaine de l’investissement. Investit-on en France en machines ou en robots ? La réponse est négative. Les chiffres nous révèlent que le niveau d’investissement en France sur les 10 dernières années est équivalent à celui de l’Allemagne. Mais dans le détail, on s’aperçoit que les entrepreneurs français investissent essentiellement dans les bâtiments, dans l’immobilier, mais n’investissent que faiblement en équipement. L’investissement en France est mal orienté. À toi, État, de mettre en place des mesures de réorientation.

Deuxièmement, la situation de la production française est grave. Une spécificité française est la taxation des cycles productifs. Cette forme de prélèvement de l’impôt impacte l’entreprise avant que cette dernière n’ait réalisé son premier bénéfice. J’ai constitué une liste incroyable : 32 milliards d’euros d’impôts sont prélevés avant même que le premier euro ne retourne dans les caisses de l’entreprise. Cette ponction fiscale sur la production représente 2/3 de ce que rapporte l’impôt sur les sociétés. La compétitivité est à l’ordre du jour : il faut revisiter cette anomalie « made in France ». État, tu n’as pris aucune mesure pour corriger et pourtant c’est sur ce point qu’il faut intervenir pour attirer de nouveaux investisseurs étrangers et orienter nos jeunes vers l’entrepreneuriat. Toi État, tu peux, tu dois intervenir et redéfinir la charge fiscale essentiellement sur les bénéfices et non sur les éléments productifs qui assèchent et fragilisent les trésoreries actives de l’entrepreneur.

img contrepoints097Le troisième point concerne les coûts salariaux. Ce qui est en cause ce n’est pas le salaire c’est le fait qu’une série de choses auxquelles nous tenons fondamentalement dans notre modèle repose sur le travail. Dans un même temps, nous sommes dans un univers de compétition fiscale. Beaucoup de pays ont misé sur des réformes basculant sur l’impôt une partie de la fiscalité qui pesait sur le travail. Ces mesures permettent aux entreprises d’être en situation de compétitivité. Là encore sur ce terrain, toi État tu ne prends pas la mesure du danger et tu laisses s’installer un niveau de coût de travail surtaxé qui fragilise encore les entreprises, nourrit le chômage et brise la productivité française, ton « made in France » si recherché.

Ton nouveau pacte développe ces points superficiellement, il est nécessaire de donner une forme concrète, il est impératif d’agir vite.

L’économiste que je suis ne peut plus à ce stade que te lancer un cri de détresse. État, réveille-toi ! Regarde le quotidien de tes Français. Il est dur. Dur à en pleurer.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • 1- Nos employés et nos dirigeants d’entreprise ne sont pas assez compétent pour les utiliser

    2- Totalement d’accord, il faut payer des impots après avoir gagné de l’argent, et pas après.

    3- Sauf que les soubresauts de l’euro, pas forcément en phase avec notre propre dynamique industriel, peuvent annuler ces efforts en moins de deux. Cela dit il est stupide de voir le travail taxé à 80% et les rentes immobilières à 20%.

    • Les rentes immobilieres? Mais mon bon monsieur, quand vous finissez votre annee de travail, vous trouvez vous obligé de redonner a votre employeur de quoi reparer la machine ou l’ordinateur que vous avez utilisé cette année?
      Mes propres parents sont d’infames propriétaires qui touchent « une rente immobiliere ». D’où les cigares, la Ferrari, et la piscine avec des requins dedans. Non en fait, de leur deux maisons en location, ils ne touchent pas grand chose. Deja, croire que l’imposition est si basse est faux. Rien que la CSG vous ampute de base de 15,5% de votre argent. Suive les impots sur le revenu, de loin les moins douloureux. Puis, et ce n’est pas le moins drole, les impots locaux, qui, comme vous etes necessairement milliardaire vous prennent pas loin de 25% de votre rente. Puis l’entretien des maisons, puis les assurances necessaires (incendie notamment). Sachant que sur tout ça, il ne faut pas oublier l’investissement necessaire pour acheter ou construire les dites maisons, qu’il faut payer egalement.

      Bref, les rentes immobilieres sont sujettes a bien des mythes, contes et legendes, mais la verité est moins belle que la fiction. Croire que l’Etat rapace qui nous gouverne puisse laisser de tels espaces de liberté economique sans mettre son groin visqueux dedans, c’est de la naiveté. D’autant qu’il ne faut pas confondre, comme pour les entreprises, les pros de l’optimisation fiscale qui passent entre les gouttes, avec le commun des mortels qui la prend bien comme il faut.

    • Nos employés et dirigeants d’entreprise étant trop incompétents par nature, il ne faut pas leur donner de quoi investir, ils pourraient mal l’utiliser. Voilà qui mériterait d’être un peu détaillé : qui, au contraire d’eux, serait compétent ? Pourquoi ? Comment éduquer à bien investir ? Qu’est-ce, d’ailleurs, que bien investir ? Et si ils se débrouillent si mal, pourquoi leur prendre ce qu’ils ont gagné pour le donner à ceux qui se débrouillent encore plus mal ? Parce qu’on ne parle pas de donner, mais de cesser de prendre.

      • Non, vous ne saisissez pas: si nos entreprises n’achètent pas de robot, c’est parce que les employés sont souvent incapable d’utiliser des machines complexes (combien ici viennent conchier l’éducation nationale?) ou parce qu’eux même ne savent pas comment les valoriser.

    • Karg se: « Cela dit il est stupide de voir le travail taxé à 80% et les rentes immobilières à 20%. »

      Il est en fait stupide de taxer quoi que ce soit au delà de 20% à 30% dans le pire des cas.

      • Au delà du chiffre, certains nous explique ici que le Vénézuela et l’Argentine, pays au taux d’imposition très faible (moins de 25% du PIB) sont socialistes. Le problème est quand la fiscalité essaye d’orienter l’investissement: ça provoque essentiellement des effets d’aubaines et des bulles spéculatives.

        • Karg se : « 25% du PIB »

          Rapporté au PIB ça ne dit strictement rien.

          Karg se: « Le problème est quand la fiscalité essaye d’orienter l’investissement: ça provoque essentiellement des effets d’aubaines et des bulles spéculatives. »

          Oui.

    • Ricanements : une SCPI immobilière propose 5 à 6% net d’impôts en France. Seules les plus-values le sont.
      Les impôts sont payés en Allemagne !!!
      Comment taxerez vous cela?
      Double imposition illégale?
      Et il y n’aurait aucun risque dans l’immobilier?
      Pourquoi alors autant de mal logés? ??? ??? ???

    • Les rentes immobilières, pour les « riches », c’est 61% ( 45+15.5%)de prélèvement sur les bénéfices, c’est à dire ce qu’il reste après avoir payé toutes les charges!!
      Cela sans tenir compte de l’ISF qui taxe tout le capital et pas que les bénéfices !!!

  • « À toi, État, de mettre en place des mesures de réorientation. »

    Non ! La mauvaise orientation des investissement est la conséquence de décisions passées qui justement prétendaient orienter les investissements selon les lubies politiciennes du moment. Loin de lui demander de corriger ses erreurs, Il convient plutôt d’exiger de l’Etat qu’il cesse d’en commettre, notamment qu’il cesse toute tentative d’orientation des investissements.

    L’économie n’est pas du ressort de l’Etat : dans ce domaine, l’Etat est par nature parfaitement incompétent.

    • Cavaignac: « L’économie n’est pas du ressort de l’Etat : dans ce domaine, l’Etat est par nature parfaitement incompétent. »

      Tout à fait, et à l’article qui dit: « Maintenant c’est à toi, État français de passer à l’action. » je dirais qu’il doit surtout passer à l’inaction, cesser de mettre ses gros doigts pataud et corporatiste partout.

      • Il est urgent que Sarkozy revienne au pouvoir.
        C’est la seule solution pour nous sortir de ce marasme

        Sarko vite !

        • c’est une blague non ?

          Vous savez que durant ces 2 années qui viennent de passer sous flan 1° les pires lois fiscales ont été pondu par sarko ?

          Sarko est un gros naze. Je ne dis pas qu’il est bête. Au non, il est même très intelligent. Je dis juste qu’il a utilisé ses « cou…. » pour se servir lui même dans la grosse gamelle républicaine. Comme tous les bons socialistes de base. (UMPs: populaire, MDR !)

          Vous pensez vraiment que si il revenait au pouvoir il nous ferait du neuf ? Il aurait pu, il en avait le temps.
          Pourquoi n’a t’il rien fait alors ? A part enfoncer la France un peu plus dans la misère.

          Je vais vous dire comment je vois la chose. Le FN, les cocos, vont prendre beaucoup d’importance. Car c’est comme cela que ça se passe dans un pays délabré. La violence sociale arrive et c’est un gros bordel sans nom. Le pouvoir va changer de mains.

          D’autres escrocs vont prendre en main la vie des Français. Pour le pire et surtout le pire.
          C’est le début de la fin.

          • D’accord avec vous! D’autres escrocs…

          • Ce qui manque c’est surtout la création d’un vrai parti libéral. Les français sont prêts… il suffit de regarder les sources « d’indignation » de ces derniers mois :

            – > les impôts et ce qui tournent autours (ecotaxe, auto-entreprise, etc)
            – > les restrictions de liberté (LPM, PRISM, école à la maison )
            – > l’irresponsabilité excusée par les gaucho (Leonarda, le mec qui avait jeté le chat, les mecs qui ont fait suer un handicapé)

            En résumé, ce que veulent les français :

            * moins d’impôts
            * un meilleur respect de leurs libertés individuelle (parole, confidentialité, privacy )
            * qu’on arrête d’excuser les débiles profonds / profiteurs

            Si on regarde le spectre politique, il y a une famille qui lutte pour ces trois choses de manière prioritaire; et elle est ici. Et combien d’entre nous ne vont pas voter faute de partit satisfaisant ou entende l’entourage avoir des idées libérales et qui vote par defaut ?

            Le moment est propice; il y a quelque chose a faire.

        • richard-ump: « Il est urgent que Sarkozy revienne au pouvoir. »

          Ah, le mythe du bon papa gestionnaire, en fait un oligarque issu de l’état et qui travail surtout pour la grande gloire de l’état colbertiste. Non merci, vraiment !

          Et si la France essayait la démocratie ? La vraie, celle qui vote directement les lois, la fiscalité et rend les pays comme le Canada ou la Suisse infiniment plus libéraux et donc, mieux gérés. Pas la farce française qui renomme sans honte « démocratie » ce qui est de fait une monarchie élective à foutage de gueule intégré.

      • Et si on les coupait les doigts ?

        Un doigt qui fou la merde, devrait être coupé. Au moins, ce doigt ferait peut être plus attention.

  • C’est un peu il n’y à qu’à faut qu’on ….. Le premier conseil à l’Etat serait de ne plus s’occuper du citoyen et de fermer boutique. Le redressement ne peut venir d’un Etat qui nous a conduit à la faillite, toute son action consiste à taxer pour redistribuer en prenant sa grande part et le reste à ses amis sous le vocable de redistribution intelligente juste et égalitaire !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cette fois-ci, c’est vraiment parti : avant-hier, j’ai reçu le premier tract électoral de la présidentielle 2022 dans ma boîte aux lettres ! C’était un petit mot de notre insoumis national Jean-Luc Mélenchon. Enfin, insoumis… À la façon particulière des politiciens incrustés depuis toujours dans le système. Il fut quand même vingt ans sénateur, ministre de Lionel Jospin (PS), député européen pendant huit ans, et il est actuellement député français depuis 2017. Mais bref. J’avais cinq minutes, j’ai lu.

Et puis il ne faudrait pas oublier... Poursuivre la lecture

Après Miss France, Mister France ! Logique. On est pour l’égalité homme femme ou on ne l’est pas. En 2017, Emmanuel Macron avait remporté le titre haut la main. Depuis l’Élysée qu’il occupait depuis peu, il avait brillamment dominé de toute la hauteur de sa pensée complexe le féroce entretien de culture générale que lui avait infligé un Laurent Delahousse plus irrévérencieux que jamais. Cette année, un candidat s’impose à l’évidence dans la compétition. Je veux bien sûr parler de notre fabuleux ministre de l’Économie Bruno Le Maire !

J... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay.

En vue de la primaire écologiste dont le premier tour aura lieu du 16 au 19 septembre 2021 et le second du 25 au 28 septembre, Éric Piolle, maire EELV de Grenoble, a dévoilé son mirifique programme vert le 17 août 2021.

Mesures coercitives et interdictions

L’écologiste Éric Piolle promet une trentaine de mesures coercitives toujours plus liberticides pour « atteindre une neutralité climatique dès 2045 », soit 5 ans plus tôt que les préconisations officielles du gouvernement, elles-mêmes en avance de près de 50 an... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles