Maroc : l’ouverture du marché de la santé aux capitaux privés est-elle une menace à la santé ?

Le projet de loi annoncé par le ministre de la Santé marocain a de nombreux détracteurs. Il pourrait pourtant être très bénéfique au secteur de santé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
drapeau maroc CC Paille

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Maroc : l’ouverture du marché de la santé aux capitaux privés est-elle une menace à la santé ?

Publié le 2 janvier 2014
- A +

Par Hicham El Moussaoui, depuis Beni Mellal, Maroc.
Un article de Libre Afrique.

L’annonce par le ministre de la Santé marocain de la publication imminente du projet de loi 10-94 sur l’exercice de la médecine – dont l’une des principales mesures est l’ouverture des capitaux des cliniques aux investisseurs privés – a soulevé un tollé chez les médecins, associations et syndicats, criant tous au scandale de la marchandisation de la santé des citoyens marocains. Y aurait-il réellement une menace ?

De prime abord, les médecins et les syndicats avancent que les investisseurs privés vont commercer avec la santé des citoyens. Peut-on dire que les opérateurs publics ne le font pas ? Quand les pauvres citoyens vont dans un hôpital public ne doivent-ils pas payer un droit d’entrée ? Ne payent-ils pas certaines fournitures de base ? Ne payent-ils pas les infirmières pour juste avoir le droit de consulter ou avoir un traitement humain ? Il n’est un secret pour personne que le secteur de la santé est parmi les plus corrompus au Maroc (sans stigmatiser ici les opérateurs honnêtes dans ce secteur). La prépondérance de la corruption et de la rente dans ce secteur n’est-elle pas la preuve qu’une bonne partie des opérateurs publics (pour ne pas généraliser, encore une fois) « commerce » avec la santé des citoyens ? La « marchandisation » décriée n’est pas le propre des investisseurs privés, elle l’est déjà dans le secteur public.

C’est le résultat du monopole et de la fermeture du marché, ainsi que le déficit de concurrence en résultant qui crée une situation de rareté, laquelle donne un pouvoir de négociation exorbitant aux praticiens de santé. Ces derniers n’hésitent pas à en abuser pour imposer leurs prix souvent majorés de rente de situation. D’ailleurs, certains médecins criant au scandale aujourd’hui, et prétendant défendre la santé des citoyens, n’hésitent pas à faire du « racolage », via des intermédiaires, à des patients désespérés d’attendre leur tour dans les établissements publics dans lesquels ils pratiquent. Cette rareté n’est pas due uniquement au manque de moyens, mais elle est souvent amplifiée par des pratiques de « tire au flanc », de détournement des équipements et des médicaments, ce qui permet à ceux travaillant dans le public d’en faire un business lucratif.

En conséquence, il est étonnant d’entendre que ce sont juste les nouveaux investisseurs privés qui vont avoir le monopole du commerce de la santé. Les pratiques déviantes et frauduleuses sont le résultat du déficit de règles et d’institutions encadrant la relation patient-médecin. Le manque d’application de lois et le flou sur les responsabilités des uns et des autres créent des brèches dans lesquelles peut s’engouffrer tout opportuniste, qu’il soit investisseur privé ou opérateur public. Et ce n’est pas le serment d’Hippocrate qui y changera quelque chose.

Un second argument avancé est que le privé n’y connaît rien dans le domaine médical. Certes, mais pourquoi des médecins s’occupent de la gestion des établissements et institutions médicales ? Connaissent-ils quelque chose dans le management ? Pas si l’on en juge par la médiocre qualité des soins dispensés et la vétusté des établissements. L’ouverture du capital aux investisseurs privés ne signifie pas qu’ils prendront en charge l’aspect médical. Cela signifie seulement qu’ils vont moderniser la gestion en la soumettant aux standards de l’efficacité et de la performance.

Justement, les détracteurs du projet disent que le souci de rentabilité va pousser ces investisseurs privés à supprimer certaines prestations de soin lorsque celles-ci ne seront plus rentables. Probablement, mais dans ce cas ne peut-on pas penser que ces prestations pourraient être prises en charge par les établissements publics dans le cadre d’une nouvelle division de travail entre le secteur public et privé ? Il est inconcevable qu’un investisseur risquant des sommes substantielles investira sans qu’il fasse appel aux compétences du corps médical. Et puis en matière médicale rappelons que c’est le secteur privé qui est en pointe (cf laboratoires et fondations suisses ou US). Et après tout, pourquoi ne pas profiter des compétences gestionnaires des investisseurs privés tout en laissant l’aspect médical aux praticiens, ne serait-ce que lors d’une période transitoire?

Un troisième argument est que l’ouverture du marché aux investisseurs privés est susceptible de précariser l’état du personnel médical et de faire perdre au médecin son indépendance. Mais, si l’on en croit  le Ministère de la Santé plusieurs garanties sont prévues concernant les modalités de travail du médecin dans la clinique et de toutes les catégories du personnel de santé. De même, il est prévu la création d’un comité d’éthique et d’un comité médical d’établissement qui se chargeront du respect de la déontologie et des conditions de travail. Si l’on voit les grèves à répétition dans le secteur public, il est difficile de faire un procès d’intention aux investisseurs privés. Ces grèves prouvent que l’État est déjà responsable de la précarisation du personnel de santé. Les problématiques de conditions de travail et des rémunérations doivent être discutées au-delà du clivage public-privé.

L’ouverture du marché de la santé pourrait être très bénéfique au secteur de santé au Maroc pour plusieurs raisons. D’abord, car elle permettra l’injection de capitaux dans un secteur qui manque terriblement de financements, puisque le budget du ministère ne dépasse pas les 5% du PIB. Ces capitaux privés sont susceptibles d’apporter les équipements et les installations qui coûtent cher, mais aussi fournir au personnel des conditions de travail dignes pour les motiver à s’occuper mieux des patients. Ensuite, l’investissement privé, grâce à ses compétences managériales et à sa discipline de marché, permettra plus d’efficacité dans la gestion des établissements de santé, toujours pour une meilleure qualité. Enfin, l’intensification de la concurrence, aussi bien en matière de qualité que de prix, permettra de limiter tous les abus émanant des uns et des autres, ce qui va rééquilibrer le rapport de force entre le patient et le prestataire. Une bonne nouvelle pour tous ceux qui crient à l’exploitation des patients par les nouveaux investisseurs.

Mais pour que le marché élargi de la santé puisse apporter tous ces bienfaits, il est besoin de certains préalables et de garde-fous pour prévenir les abus et les déviances de la transition. D’abord, il faudrait assainir l’environnement des affaires afin de permettre une égalité des chances en matière d’investissement dans ce domaine. C’est la condition incontournable pour que ce marché ne se transforme pas en un « gâteau » partagé entre quelques privilégiés qui ne manqueront pas de perpétuer les pratiques anti-concurrentielles.

Secundo, il est primordial de mettre à niveau le cadre juridique dans ce domaine pour une clarification des droits et des responsabilités. L’état de droit doit y être respecté car il est la seule garantie pour le patient de ne pas être abusé, et la meilleure incitation pour l’investisseur d’y placer son capital.

Tertio, l’investissement de la part du privé doit être accompagné d’un cahier des charges clair et raisonnable, ce qui facilitera le suivi et le contrôle pour des prestations de meilleure qualité. Si ces préalables sont respectés, l’ouverture à davantage de concurrence ne peut que permettre une démocratisation des soins de santé au profit de tous les citoyens.


Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Dans tous les secteurs libéralisés, la qualité s’est améliorée et les prix ont baissé. On ne voit pas pourquoi la santé ferait exception. Pourquoi ne serait-il pas possible d’avoir une offre low cost en médecine?

    • Nous avons tous lu ce titre, sur le web : « L’hôpital privé enfin plus efficace que l’hôpital public »

      Moi, qui de par ma condition sociale ne rechigne pas à travailler (contrairement à certains, je n’ai pas le choix et donc aucun mérite mais c’est mon intérêt de fournir un travail, donc je le fais), j’ai lu la source de cet article.

      Et que disait cet article, Vlad ? Me diriez vous pour autant que la bonne foi vous taraude. Et bien puisque vous me le demandez, je vais vous répondre.

      Cet article expliquait que l’hôpital privé était plus efficace en ce sens qu’il concentrait ces interventions sur ce qui était le mieux remboursé par la Sécu.

      « Le mieux remboursé par la Sécu » = Creuser le trou de la Sécu = Prétendre être libéral en vivant de l’argent public.

      « Se concentrer sur le mieux remboursé par la Sécu » = Ne pas soigner les malades dont la maladie est mal remboursée par la Sécu = Laisser crever les gens pour être efficace = Forcer l’hôpital public à devenir non-compétitif parce que ces cons soignent les gens plus que leur patrimoine, fut-ce au détriment de leur réputation en l’espèce.

      Ta propagande, p’tit père, tu la remballe.

      Sinon je t’explique comment ça me coûte plus cher que mon maire ait confié le ramassage des ordures ménagères à Véolia et la gestion des parcs de stationnement et des horodateurs à Vinci. Je le sais, c’est moi qui paye.

      • Donc c’est remboursé par la sécu et vous parlez de libéralisation. Manifestement vous ne savez pas ce que ça veut dire « libéralisation ».

  • « Maroc : l’ouverture du marché de la santé aux capitaux privés est-elle une menace à la santé ? »

    Si je me souviens bien des années 80, dans les bouches du Rhône (futur noyau économique de la région à venir PACA) c’est surtout la santé des patrons de clinique qui va être mise à mal. On en a butté à l’époque… On se serait cru à Marseille dans les années 10 (2010).

  • Couinements risibles. Partout où il existe des hôpitaux publics et privés, on constate que les prestétions sont bien meilleures dans les deux secteurs, et le coût équivalent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une centaine de services d'urgences sont en danger de fermeture cet été. Emmanuel Macron a annoncé le lancement d'une mission flash. En réponse à Gabriel Attal qui défendait les mesures déjà exposées par Brigitte Bourguignon, Jordan Bardella a répondu « Il faut arrêter de gérer l'hôpital comme on gère une entreprise ». C’est une erreur fréquente de croire que l’hôpital français est géré comme une entreprise, sous entendu « privée ».

À la base de l’entreprise privée il y a l’entrepreneur, son audace, sa créativité et son adaptabilité. I... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Romain Delisle. Un article de l'Iref-Europe

 

Comme nous l’avons déjà exposé, les politiques publiques actives de l’emploi (assurance-chômage non comprise donc) ne brillent pas par leur efficacité. Une situation que la crise sanitaire n’a pas substantiellement modifiée, même si les dispositifs spéciaux mis en œuvre se doivent d’être étudiés à part.

Il s’agit surtout de savoir si des conséquences pérennes pourraient s’observer sur le marché du travail et d’examiner l’impact des politiques publiques anciennes et no... Poursuivre la lecture

À la suite de la décision du gouvernement de remonter de 20 TWh l’Accès Régulé à l'Électricité Nucléaire Historique au profit de ses concurrents directs, l’État privera EDF de 8 milliards de recettes qui viennent s'ajouter aux 14 milliards qu'il a déjà mis sur la table depuis septembre pour rendre presqu’indolore l’accroissement des prix de l’énergie devenus fous depuis l’été 2021. Générosité envers les plus démunis affirmeront les uns, câlinerie électorale à trois mois de la présidentielle chuchoteront les autres. Le « quoi qu’il en coûte » ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles