C’est la crise, mais heureusement, le climat se réchauffe

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Montée des océans réchauffement climatique (Crédits Andrea Della Adriano, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est la crise, mais heureusement, le climat se réchauffe

Publié le 20 décembre 2013
- A +

La situation économique européenne en général, et française en particulier, continue de se dégrader. C’est le raz-de-marée aux Restos Du Coeur qui battent dès à présent les chiffres d’inscription de l’année dernière. L’hiver s’annonce pauvre, triste, mais heureusement, comme le climat se réchauffe, au moins, il ne s’annoncera pas froid.

Vraiment, il n’y a plus de saisons — ma brave dame — et ils nous détruisent le temps avec leurs satellites, je vous le dis. Ou, plus prosaïquement, peut-être nous bousillent-ils notre air pur avec leurs vilaines voitures au mazout ? En tout cas, grâce à l’action décisive, énergétique et super-productive de tous les écologistes de gouvernement, on va avoir le droit à une belle diminution de la pollution due au périphérique parisien grâce à une réduction de sa vitesse maximale autorisée (qu’on ne pouvait atteindre, de toute façon, qu’en pleine nuit, l’axe routier étant le reste du temps à peu près impraticable). La réintroduction de la circulation alternée permettra encore une fois de faire un grand bond en avant en matière de respirabilité des bords de Seine, n’en doutez pas. Et bien sûr, on pourra compter sur Jean-Vincent Placé, sénateur aussi écologique que vert et qui saura se passer de sa voiture de fonction et des douteux privilèges qui l’accompagnent, comme le fait de passer à l’as 18.000€ de PV divers et variés. Nous comptons sur l’exemplhilarité de nos élus.

nature always win

Le combat contre la méchante pollution est donc clairement engagé par toutes les forces vives de la Nation qui ont compris que c’était, réellement, l’objectif évident, nécessaire et primordial pour redresser l’économie du pays. Pendant ce temps et comme je l’indiquais en introduction, le climat se réchauffe même quand les températures ne montent plus, et c’est tant mieux : au moins, les SDF et autres familles pauvres qui ne peuvent se chauffer dans ce qui fut jadis la cinquième puissance mondiale n’auront pas à souffrir des affres du froid, au contraire des Syriens par exemple (Que voulez-vous, avec tout ce bon gros réchauffement climatique, le pourtour méditerranéen subit des chutes de Neige, ce qui donne de jolis temples israéliens blancs).

Oui, certes, la météo n’est pas le climat, vous comprenez M’ame Germaine, si on a des étés moyens et des hivers pourris, s’il fait de plus en plus froid en hiver et si les températures ne montent pas des masses en été, c’est qu’en réalité, ce réchauffement climatique se traduit surtout par un ahem brmm humf dérèglement climatique qui provoquera plus de catastrophes majeures avec des morts et des réfugiés climatiques par milliers pardon millions, et de l’eau qui monte partout pour pourrir la vie des humains (sauf autour des îles, faut pas déconner tout de même). Par exemple, il va y avoir de plus en plus d’ouragans, et tant pis si 2013 est l’année la plus calme depuis 1960 en la matière.

C’est pourtant simple, on va tous mourir, et les meilleurs prédictologues thermoclimatiques l’expliquent très bien d’une façon assez simple : lorsqu’il fait plus chaud, c’est que ça se réchauffe. Et lorsqu’il fait plus froid, c’est que ça se réchauffe ailleurs et que ce n’est qu’un sentiment de refroidissement. Quoi qu’il arrive, il est donc urgent d’interdire les choses qui polluent, comme les voitures, les industries (toutes), l’énergie pas chère qui pollue toujours plus que l’énergie coûteuse, les douches et les bains tièdes, les bières fraîches, la viande de bœuf ou les trajets en autre chose que le vélo d’appartement. Une humanité qui ne bouge plus et ne consomme plus d’énergie que de façon extrêmement parcimonieuse parviendra tout juste à éviter la catastrophe planétaire. Et encore. C’est pas dit.

how do we get global warming back ?

Pendant ce temps, l’Antarctique accumule les records de froid, ce qui est bien sûr une preuve indéniable que cette malheureuse planète se détraque de plus en plus au détriment de tout le monde. Bon, bien sûr, il y a toujours, notamment dans la presse anglo-saxonne, d’agaçantes productions sceptiques qui osent questionner les raisonnements pourtant en béton armé de nos scientifiques chevronnés, et qui en arrivent même à la conclusion qu’en fait de réchauffement, la Terre pourrait entrer dans un nouveau cycle de refroidissement. Il ne serait alors plus temps de calmer la production de CO2, mais plutôt de préparer l’humanité à quelques hivers rigoureux, notamment en favorisant l’émergence de solutions énergétiques un peu plus crédibles que les moulins à vent ou les vélos d’appartement.

Mais voilà : alors que, finalement, seule l’humilité devant le climat planétaire devrait prévaloir, et que la seule conclusion logique des errements climatiques que nous observons actuellement devrait être qu’on ne sait pas de quoi demain et après-demain seront fait, le débat entre les tenants du réchauffement climatique anthropique et ceux d’un scepticisme sain semble se cristalliser de plus en plus. On assiste à de véritables campagnes de censures.

Ainsi, la partie « science » et climat de Reddit, un site d’information collaboratif américain, a-t-il décidé de bannir les commentaires sceptiques, au motif que, selon l’un des éditeurs, « il (lui) est devenu clair que les sceptiques n’étaient pas capables de fournir les preuves scientifiques pour argumenter leur position sur le changement climatique » ; pour le moment, c’est plutôt la consternation sur le reste du site, mais on comprend ici que cette prise de position étonnante reste plutôt dans la norme de ce que d’autres pays ont expérimenté pendant les 20 dernières années.

En France, par exemple, rares sont les médias qui ont reporté aussi honnêtement que possible les doutes sur les affirmations péremptoires du GIEC, sur les différentes avancées en matière de climatologie, ou qui ont su mettre la proverbiale eau dans leur vin pour éviter une prise de position outrageusement pro-réchauffiste. Rassurez-vous : Le Monde et Libération ont très consciencieusement évité cet écueil pour se consacrer à leur propagande information climatique subtile. Le lectorat les a d’ailleurs bien suivis puisqu’un l’une et l’autre rédactions sont maintenant en délicatesse financière. Je doute qu’un peu de vélo d’appartement suffira à redresser la barre (encore que pour Nicolas Demorand, cela puisse être cholestérolement parlant salutaire).

Le constat, cependant, est là : à mesure que les supercheries, petits arrangements et autres bidouillages pas très scientifiques des tenants du réchauffement climatique apparaissent et posent réellement la question de savoir si la politique n’est pas allée un peu trop loin se mêler de science (ou l’inverse), ceux dont la source de subsistance dépend ultimement de la bonne continuation des habitudes prises en matière de climatologie politique approximative se montrent évidemment de plus en plus agressifs ; la censure claire et nette refait son apparition.

Entre temps, les appareils d’État se sont lancés, avec leur habituelle inertie, dans la mise en place de programmes coûteux et inappropriés pour lutter contre ce qui s’apparente de plus en plus à l’exagération la plus malheureuse de l’histoire. L’État français, jamais en dernière position lorsqu’il s’agit d’imposer à son peuple les pires vexations pour le tondre, se retrouve dans la position extrêmement délicate de devoir faire machine arrière sur les aides et les interventions massives sur le marché de l’énergie dans lequel il n’a – par exemple – pas arrêté de favoriser l’éolien.

Je résume : d’un côté, le mythe carbono-réchauffiste va s’effondrer et s’effacer progressivement, à mesure que les individus s’informeront par tous les canaux à leur disposition. De l’autre, on imagine sans mal les hurlements de plus en plus stridents des écologistes dépendant des subventions et de la bonne tenue du mythe pour vivre. Enfin, la Commission Européenne est déjà là pour rappeler à l’État qu’il n’est pas dans son rôle de biaiser à ce point le marché, contrainte qui s’ajoute à l’évident rétrécissement des marges de manœuvres financières dont Bercy ne dispose même plus guère…

Politiquement et écologiquement parlant, les prochaines années promettent d’être particulièrement intéressantes.

Froid en été, chaud en hiver, c'est que ça se dérègle encore plus !
—-
Sur le web

Voir les commentaires (64)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (64)
  • Je suis libéral sur la plupart des sujets, mais honnêtement je ne comprends pas vos articles sur le climat.
    Qu’on puisse douter du réchauffement..pourquoi pas je peux comprendre, mais vos attaques contre les énergies solaires, éoliennes ou autres renouvelables je ne comprends vraiment pas !
    J’ai l’impression que les libéraux sont du mauvais côté de l’Histoire de ce côté là car ces énergies, bien qu’encore coûteuses et imparfaites, sont indéniablement l’avenir de l’énergie et de la consommation, et le fait qu’elles permettent un environnement plus respirable et moins d’accidents du travail que le charbon et le pétrole est positif, au moins du point de vue sanitaire.

    Pour ma part je soutiens toutes les énergies, fossiles et renouvelables, car une diversité énergétique ne peut qu’être bonne pour l’économie.
    Des voitures électrique qui se rechargeraient toutes seules grâce à des panneaux solaires intégrés permettraient une vraie liberté pour chacun, ne plus payer à la pompe et surtout ne plus donner un centime aux autocraties comme la Russie, le Qatar ou le Venezuela.

    Les libéraux doivent soutenir les renouvelables ou louper le train en marche, ne laissez pas les gauchistes ou étatistes s’emparer de ce sujet pour en faire un avatar de leur cause et affirmer qu’ils avaient raison au final.

    • IL est contre l’imposture escrologique absolument visible.
      Si les industriels (et non pas les escrologues) vont concevoir des objets économiquement compétitifs je suis le premier a en acheter. Mais.. à ce moment là , et sans taxes supplémentaires sur les autres objets.
      Si vous êtes vraiment libéral il faudrait laisser le marché décider et non pas une bande de bureaucrates.
      Regarder Delanoé a Paris. Un bureaucrate contre 10 millions de conducteurs. Qui décide ?? –> lui.
      Qui est Delanoé ? –> personne. Un bureaucrate obscur du PS investi par eux et « élu » par défaut par une population qui , a mon sens a sa part de responsabilité..

    • couteuses ,imparfaites, subventionnées donc peu enclines a s’améliorer, et fondées sur des postulats douteux : « l’extrême danger du réchauffement ». Qu’elles restent au stade de prototype tant qu’elles ne sont pas efficaces, car elles engloutissent des milliards dans la plus parfaite opacité.

      Quand le panneau solaire aura un rendement de 90%, il s’imposera de lui même sans que l’état soit obligé de dépenser mon argent.

      • Un rendement de 90% est, physiquement impossible. De mémoire le maximum théorique (jamais atteint) pour une cellule simple est de 28-30%.

        • Les cellules simples peuvent atteindre plus de 40% de rendement sur Terre et plus de 50% en utilisant des concentrateurs ou dans l’espace (pour les monocristallines, plus l’intensité lumineuse augmente, plus le rendement augmente, avec un refroidissement adéquat).
          La question n’est pas le rendement mais encore et toujours le prix (le rendement énergétique du caviar est infinitésimal, ça n’a jamais empêché la production du caviar). C’est la raison première pour laquelle tout interventionnisme d’Etat dans ce secteur finit toujours en désastre.

        • Impossible… vous lisez dans le futur visiblement.

          • Non. Mais contrairement à un postulat type « on pourra trouver de l’énergie à bas prix dans l’avenir » qui est assez probable, dire que telle techno arrivera a tel niveau dépend de lois physiques qui malgré toute l’inventivité humaine auront du mal à évoluer dans le temps (au moins à court -quelque millions d’années- terme)

    • En tant que libéral, je soutiens sans a priori les énergies en fonction de ce qu’elles représentent aujourd’hui, et non de perspectives futures. Je dénonce par contre l’utilisation faite par certains de soi-disant catastrophes futures, dont le risque scientifiquement prouvé n’a pas la moindre relation d’ordre de grandeur avec ce qui nous est affirmé, pour nous imposer des comportements au service de leurs idéologies.

      Je ne suis pas prêt à payer pour une voiture solaire comme vous la proposez les 10 fois le prix d’une voiture à essence qu’elle coûterait, ni à vous subventionner pour tenter d’en faire baisser le prix (a-t-on vu la subvention servir à autre chose qu’à pérenniser l’inefficacité, d’ailleurs ?). Mais si vous la faites pour mettons, 1.2 fois le prix de la voiture à essence avec les mêmes performances et donc les ennuis de l’essence en moins, j’achète.

      Enfin, je vous invite à réfléchir à votre idée qu’il faut punir les régimes autocratiques en les étouffant. Peut-on être plus anti-libéral qu’en punissant tous les individus d’un pays pour les méfaits d’un seul ?

    • En fait la grande politique volontariste de l’énergie facon plan quinquenal me fait penser au « grand bond en avant » de mao, ou la production d’acier a conduit le pays au cataclysme, uo le paysan fabriquait de l’acier dans son jardin, qui ensuite était jeté (apres avoir été comptabilité dans les résultats), car impropre a l’utilisation.

      On est a une moindre echelle dans le même type de dérive : celle de n’importe quelle grande planification venue d’en haut.

      En bas c’est la famine, en haut c’est l’autocongratulation.

    • Le nucléaire a la francaise procede du meme type de dérive. On commence a en atteindre les limites, en évitant soigneusement d’évoquer les problemes imminents : l’obsolescence massive du parc.
      Jusque la tout va bien, mais surtout grace a la chappe de plomb qui pèse sur l’information.

      Jusque la tout va bien.
      Le jour ou ca va moins bien avec le nucléaire, en général, c’est un peu trop tard pour y penser.

      Le graal de la fusion fera taire toute la branche écolo de l’énergie. ah non il leur restera quand même le réchauffement climatique, et la scandaleuse polution a l’hélium que produit la fusion.

      La fusion, ce sera la solution

      • Mais non, on contrôle la situation…en faisant des gros trous très profond (proche des nappes d’eau) pour y cacher les restes nucléaires. C’est dans la ligné du reste de toute façon.

        Ce matin je lisais que le gouvernement va faire 50 Milliards d’économie sur 4 ans…en fait, le budget 2013 a déjà un trou de 11 Mds. Ces économies ne sont en réalité qu’une « mise à niveau » d’une dépense public au taquet.

        Mais, ils nous présentent cela comme un effort, une grande générosité…..

    • « Qu’on puisse douter du réchauffement..pourquoi pas » : mais non, c’est HS. C’est le réchauffement d’origine anthropique qui est combattu en tant que dogme idéologique farfelu, pas le réchauffement/refroidissement en soi, qui nous laisse indifférents puisqu’on n’y peut strictement rien. Laissons donc les scientifiques étudier le climat mais sans que cela ait la moindre conséquence politique !

      « vos attaques contre les énergies solaires, éoliennes ou autres renouvelables » : mais personne ici n’attaque ces sources d’énergie ! Ce qu’on attaque, ce sont les subventions qui leur sont attribuées. Que vous souhaitiez vous chauffer en hiver avec votre éolienne ne nous regarde pas (bonne chance !), mais ne venez surtout pas nous taxer pour cela !

    • Moins d’accidents du travail dans l’éolien ? Sources ? Liens ? Documents ?

      http://www.contrepoints.org/2011/08/06/38674-la-mort-verte

    • Il faut avoir les moyens pour faire de l’innovation, créer, inventer, recycler….que des gros mots pour la France.

      En Suède on roule (bus, taxi, voitures communales..) au méthane issue des épluchures et reste de nourriture.

      Le diesel est remplacé par du jus de sapin issue des restes de l’industrie du papier. On peut rouler à l’éthanol si l’on a une voiture qui mange ce carburant.

      Pour finir, il n’y a pas une poubelle, ni 2, ni 3, mais au moins 6 pour recycler le métal, le verre couleur ou pas, le plastique, le papier, les carton, les piles, les compostes…..

      Enfin, il y a un travail d’éducation (limite propagande, il est vrai…) pour que la population respecte l’environnement et laisse un site propre après avoir pic niqué ou être passé dans une foret. Foret qui est libre d’accès à l’ensemble de la population, sans barrière bien qu’elle puisse être privée.

      Ce droit est offert en échange d’un grand respect des choses et des gens. C’est le droit inaliénable, le vrai, le bon. Et ça marche très bien.

      ça marche car comme le dit mon ami spiderman : grand pouvoir=grande responsabilité. Grande responsabilité veut dire = paye le prix au cas ou tu abuses.

      C’est ça l’écologie. C’est en donnant des droits que l’on peut s’en sortir. Et ça commence avec un Etat honnête et transparent sur lequel on peut compter…..

      • hum, le droit des gens à se balader dans la forêt des autres, garanti par le gouvernement… Ca sent pas bon du tout votre affaire.

        Et heureusement, la Suède serait (même un peu) libérale et pas simplement en train de se remettre tout doucement d’une crise d’hyper-ultra-étatisme que ça se saurait !

    • Développer des sources énergie alternatives est bien sûr intéressant.
      Mais, au nom d’une catastrophe climatique annoncée, des subventions économiquement injustifiables sont allouées, des systèmes de régulation pervers sont instaurés, et une augmentation systémique du prix de l’énergie est organisée.
      C’est ça qui fait problème, surtout que la catastrophe n’est pas pour demain ni après-demain.

    • SweepingWave: « mais vos attaques contre les énergies solaires, éoliennes ou autres renouvelables je ne comprends vraiment pas ! »

      Facile: L’Allemagne grâce à une politique de promotion de ces « renouvelable » non seulement double (au moins) sa facture énergétique mais est aussi désormais le pays qui pollue le plus en Europe.

      On a maintenant assez de recul pour dire que ce sont des gouffre financier qui font l’inverse de ce qu’ils prétendent globalement.

      Last but not least, les politiques publiques nous les imposent dans tous les pays avec des tonnes de subventions et des lois de complaisance. C’est du racket mafieux.

    • Le problème de l’éolienne, c’est que c’est un choix fait par idéologie.

      Ça détruit le paysage, la production est erratique et ridicule…

      Quand l’éolien ne bénéficiera plus de subventions financières ou réglementaires, on n’aura plus rien contre.

      En attendant, ça fausse complètement le marché de l’énergie. En Belgique, par exemple, on n’a quasi plus de centrales à gaz, parce que la compétitivité subventionnée de l’éolien fait que la filière gaz n’est plus compétitive.
      Bref, le parasite subventionné tue son hôte et cela alors que le gaz se précise comme une source d’énergie importante de demain…

      Et je ne parle pas des coûts cachés par la dévalorisation des biens immobiliers qui voient des éoliennes pousser dans leur voisinage…

      • « Et je ne parle pas des coûts cachés par la dévalorisation des biens immobiliers qui voient des éoliennes pousser dans leur voisinage… »

        Ca c’est la perte de valeur du foncier. Le bâtit qui lui n’a pas été conçu aux normes BBE est impossible à isoler après coup. Toutes les maisons construites il y a 50 ans sont bonnes à raser.

        • Une maison mal isolée, c’est quoi, 3000 euros de plus de chauffage par an. Allez, disons 5000, pour être bien dans l’exagération. Avec 5000 euros par an, dans 30 ans, on n’a pas fini de payer la démolition et la reconstruction…

        • Allez visiter un château XIVe ou une cathédrale, où les températures varient de 2 ou 3 degrés max par an et qui pourtant n’ont pas été construits aux normes modernes. Ou en fait la plupart des vieux bâtiments qui parsèment le pays. Non seulement ils ne sont pas « impossible à isoler après coup » mais ils sont aussi déjà très bien isolés et avec presque rien on obtient facilement des endroits frais l’été et chauds l’hiver. Vous croyez vraiment que les gens ont attendu les normes environnementales gouvernementales pour construire en fonction du climat ?

    • « Qu’on puisse douter du réchauffement..pourquoi pas je peux comprendre, mais vos attaques contre les énergies solaires, éoliennes ou autres renouvelables je ne comprends vraiment pas ! »

      Une chose que j’ai remarquée dans ce débat, c’est que les écolos sont des non économistes qui parlent principalement d’économie politique en dénigrant les principes empiriques de cette science en rejetant la critique économique comme un déni du RCA…

      Que l’on parle de modèles descriptifs, pourquoi pas ? Que l’on fasse des modèles prédictifs, pourquoi pas, mais les présenter comme le prolongement naturel du descriptif ou comme science exacte est de l’imposture.

      Le problème est qu’ils proposent des solutions politiques et économiques, comme si l’économie politique n’existait pas et était l’extension de leur propre domaine réchauffiste, et débattre sur ces sujets économiques reviendrait à « nier la Science ». Ce n’est pas pour rien que beaucoup de sceptiques sont des économistes.

      Il y a donc une tentative de confiscation du débat politique par les écolos et ça, je refuse.

      Que les climatologues, les réchauffistes cessent de se mêler d’économie politique et les économistes arrêteront de parler de climat.

      Et que dire du coût des subventions, de la bureaucratie, des bidouillages ou de la propagande ?

    • @SweepingWave : c’est quoi « le train en marche » ?
      Renseignez-vous sur la catastrophe économique que provoque ce train en marche partout ou c’est expérimenté.
      Lorsque l’on nous présentera une technologie viable, les libéraux seront les 1ers à la soutenir, je peux vous le garantir.

      • Pour le reste, notamment « changement climatique », je ne daigne même pas répondre.
        Éteignez votre télé, (bientôt comme dans 1984 d’Orwell, il n’y aura plus de bouton pour le faire, profitez-en…) et renseignez-vous.

        • Il n’y a déjà plus de bouton pour éteindre la télé, elle reste en veille. Le capteur kinect aussi d’ailleurs.

          Une blague de chez moi : Chez nous, en URSS, il y a la télé dans toutes les maisons et dans toues les pièces de toutes les maison mais… c’est la télé qui vous regarde.

    • « Des voitures électrique qui se rechargeraient toutes seules grâce à des panneaux solaires intégrés permettraient une vraie liberté pour chacun, ne plus payer à la pompe et surtout ne plus donner un centime aux autocraties comme la Russie, le Qatar ou le Venezuela. »

      Même si tu rechargeais gratuitement ta voiture, l’état serait obligé de te taxer pour compenser le manque à gagner.

      Le problême des « autocraties producteurs de pétrole », c’est qu’ils fixent arbitrairement les cours le plus haut possible mais pas trop afin de décourager les investissements dans les autres sources et en particulier les pétroles non conventionnels. Encourager l’indépendance énergétique est un choix géopolitique et pas moraliste. La morale et la politique, ça fait deux.

      Au tarifs actuels, l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels est rentable (si les cartels ne baissent pas leur prix) mais pas les EnR.

      Le choix est à priori évident (c’est même un non-choix), mais surtout il faut laisser les investisseurs, les économistes, les entreprises et les marchés calculer ce qui est rentable et prendre les risques. Sinon on va au mur.

    • Le réel problème de ces histoires est que :
      – Quand on est « de gauche » (du centre droit PS aux trotskystes)
      – Le réchauffement climatique est vrai et dû à l’humain
      – Pas d’avenir hors énergies renouvelables
      – Quand on est « de droite » (libérale, conservatrice, populaire ou dure)
      – Le réchauffement climatique est le fruit d’un complot anti-libre entreprise
      – Les énergies renouvelable sont sources de bons mots comme dans cet article (très bons mots en l’espèce)

      On est en pleine guerre idéologique et il ne reste plus qu’à qui-vivra-verra et les laisser s’écharper entre-eux.

      • Vladimir Ilitch Oulianov: « On est en pleine guerre idéologique et il ne reste plus qu’à qui-vivra-verra et les laisser s’écharper entre-eux. »

        Sauf qu’une des deux partie prétend pour des raisons idéologique contraindre tous le monde à utiliser des trucs cher et totalement inutile.

        C’est toute l’opposition entre les libéraux de toutes les époques et les autres, ceux qui prétendent contraindre et contrôler tous le monde, ce qui ne mène bien évidement qu’a l’appauvrissement voir bien pire.

      • « On est en pleine guerre idéologique et il ne reste plus qu’à qui-vivra-verra et les laisser s’écharper entre-eux. »

        C’est tout vu :
        – les socialistes et les ecolos professent que c’est « la révolution verte » qui va sauver l’économie
        – les investisseurs et dirigeants d’entreprises qui n’en croient pas un mot n’investissent pas en France (mais investissent à létranger)
        Pas de consommation intérieure + pas d’investissement + pas d’exportations = stagnation = chomage = dette impossible à rembouser = faillite de la France (Il faudrait 5% de croissance pour espérer rembourser la dette).

        Et c’est un problême franco-français !
        Et cela a largement dépassé le classique débat droite/gauche, car aujourd’hui les écologistes militent clairement pour la décroissance.
        On va donc faire notre petite décroissance dans notre coin en attendant que la Chine rachête le tout pour une bouchée de pain. Apprenez le Chinois à vos enfants si vous voulez qu’ils trouvent un bon emploi (ou un emploi tout court) un jour. Et pour votre retraite, n’y comptez pas trop.

    • « Les libéraux doivent soutenir les renouvelables ou louper le train en marche »

      Les libéraux sont restés sur le quai depuis le XIXème siècle, ils ont donc loupés quelques trains 😉

      • Citoyen: « Les libéraux sont restés sur le quai depuis le XIXème siècle »

        Ne pas faire chier les autres et ne pas les voler est une valeur du passé ? LOL !

        A voir les données des différents pays sur les libertés civiles et économique il est absolument limpide de qui est resté au 19eme siècle et qui va y retourner très vite.

      • Au contraire, avec les crises de la dette et les interrogations sur la compétitivité ils sont plus que jamais dans l’air du temps 😀

      • Train qui est lancé à pleine vitesse et n’a pas de freins…..

    • ce sont les subventions qui hérissent…meme si il est vrai que à force d’entre chanter les louanges de l’éolien ou du solaire on peut s’enerver un peu…

      Des panneaux solaires sont d’abord des machines qui prennent les sousous dans les popoches à moi pour les donner à un autre…ça hérisse donc aussi les panneaux solaires…

  • Les bouches de Métro soufflant un air putride offrent une chaleur (gratuite) réconfortante pour les SDF de Paris. Nous les croisons, souvent, nous les regardons comme dans Atlas Shrugged. Parfois, nous leur donnons un bol de soupe au restau du cœur.

    Cette année je propose de rassembler tous les SDF de Paris et de les loger à l’Elysée. ou dans des logements HLM qui sont prévus à cet effet. Tous, toutes, ministres logeant dans un appartement HLM devra partager son toit avec un SDF et lui offrir le gite et le couvert.

    Il n’y a pas de meilleur moyen de commencer par un bout. Il est très important que nos élus touchent du doigt leur idéologie:

    – Au risque, bien sur, de trouver ça, écœurant, dégouttant (ça pue un sdf, c’est plein de puces, hein ?)

    Tout ça pour dire que l’écologie….les particules PM10, et le reste, c’est de la gnognotte. Il faut s’attaquer au socialo-sadisme-écologique. Mais c’est une seule et même chose:

    – Du vent qui coûte des Milliards pour alimenter les bras géants d’une Éolienne cassée.

    • C’est une excellente idée. On pourrait même en faire un joli billet de Noël, tiens ! Je vais y réfléchir.

    • Sauf que les HLM sont déjà occupés par les politiques, fussent-ils libéraux car pour être libéral on en est pas moins humain, hein ? C’est l’assistanat des autres qui est nocif.

      • Oui, les HLM de Paris sont occupés par des hommes politiques. Libéraux ou pas je m’en cogne. Ces logements sont sociaux, ils doivent donc être utilisé pour la fonction qui est la leur à l’origine.

        La subtilité étant de faire profiter des pauvres SDF de la mixité sociale. Un ministre est un parfait exemple pour les autres. En appliquant ainsi la mixité sociale au seing du gratin MONDAIN, on prouve que celle ci est possible….ou pas
        (Enfin je crois que l’immeuble va rapidement se vider des ses occupants, mon dieu des pauvres dans l’immeuble, faisant ainsi la place pour d’autres SDF….. !)

        Je commence à chauffer avec ce service public qui nous met la tête sous l’eau continuellement. Je demande des preuves que leurs trucs débiles fonctionnent sur eux. Après, on pourra discuter et éventuellement l’appliquer au reste du peuple.

        Le bon point, est que je commence à m’inspirer fortement de leur façon de faire ! Imaginez un peu que le peuple prenne idée, comme ça d’un coup, de faire comme nos élus. P…. le bordel que cela serait ! Une sacrée rigolade en prévision. Non ?

      • Des politiques libéraux en France ??????? Si on les compte sur les doigts d’une main de SDF qui a souffert de graves engelures, c’est bien un maximum.
        Et puis « politique » (entendre professionnel de la politique, vivant des impôts des autres), logé dans un HLM (là encore entendez, subventionné par les impôts des autres) et libéral ça sent légèrement son oxymore ce truc de « politiques libéraux en HLM » !!!

      • @Vladimir Ilitch Oulianov: Les HLM déjà occupés par les politiques? Et puis alors? ils ont qu’à se pousser et faire de la place pour les autres pas vrai??? 😉

  • SweepingWave : « J’ai l’impression que les libéraux sont du mauvais côté de l’Histoire de ce côté là car ces énergies, bien qu’encore coûteuses et imparfaites, sont indéniablement l’avenir de l’énergie et de la consommation, »
    ————————————————
    Pour savoir qui sera du « mauvais côté de l’Histoire », encore faut-il étudier l’Histoire et non se contenter d’affirmer gratuitement.

    Barry Commoner en 1976: « Les installations mixtes solaires/conventionnelles pourraient devenir l’alternative la plus économique dans la plus grande part des USA dans dans quelques années »

    Worldwatch Institute en 1984: « Les subventions sont essentielles pour la viabilité économique des fermes d’éoliennes mais ne seront plus nécessaires dans quelques années »

    American Wind Energy Association en 1986: « L’industrie de l’éolien a démontré un niveau de fiabilité et de performance qui la rend très compétitive. Au point que la Commission à l’Energie de l’état de Californie a prédit que l’énergie éolienne sera la source d’énergie au coût le plus bas dans les années 1990, surpassant même les grands barrages hydroélectriques. »

    Solar Energy Industries Association en 1987: « Le consensus tel que je le vois est qu’après 2000, entre 10 à 20% de notre énergie pourrait venir des technologies solaires, très facilement »

  • + 10 ! Tout est dit ! 🙂

  • Climat : prévisions ou prédictions…

    « on ne sait pas de quoi demain et après-demain seront faits »

    Les « réchauffistes » réinterprétant d’une manière qui les arrange les périodes climatiques du passé, ne serait-il pas opportun de compléter l’expectative que votre phrase exprime, par celle contenue dans cette devise des historiens ayant eu cours du temps de l’Urss :

    « On ne saura demain de quoi hier sera fait. » ? 😉

  • Les énergies renouvelables, c’est en gros actuellement (peu mieux faire) 19% d’augmentation de la facture pour les particuliers et 21% pour les entreprises en Europe.

    Pour les particuliers c’est de mauvais goût ; c’est une baisse de pouvoir d’achat et de niveau de vie. Mais certains peuvent l’accepter comme un sacrifice à la déeese Gaïa. Enfi surtout tant qu’ils n’ont pas encore conscience des coûts.

    Pour les entreprises et surtout certaines fillières de transformation très gourmandes en énergie, c’est une simple catastrophe : la perte de compétitivité de l’Europe. Cela signifie déclin industriel, suppression d’emploi massive, déficit commercial chronique … Pour l’état, cela signifie chomage en augmentation et pertes de ressources fiscales. Tout cela à moyen et long terme : dans un premier temps on financera par de la dette et une baisse de croissance. Jusqu’à ce que le déclin soit bien enclenché et les pertes trop grandes pour être couvertes par des dettes et des équilibrages financiers.

    Pour les jeunes et les générations futures … No ftuture …

    C’est surement Jea-Vincent Placé (le diplomé d’économie industrielle qui n’est pas très fort avec les chiffres) qui conseille le gouvernement …

  • Aussi savoureux, John C. Beale, le fonctionnaire le mieux payé de l’Agence américaine de la Protection de l’environnement (l’EPA), un expert du réchauffement climatique, risque de la prison et une grosse amende… Pourquoi ? Ce charlatan ne venait tout simplement pas travailler…

    Ces mecs donnent des leçons à leurs contemporains… il y a des baffes qui se perdent.

  • On lutte contre la faim dans le monde avec une éolienne !

    A chaque pied d’éolienne il y a des oiseaux morts. Il faut donc créer une association subventionnée grassement pour récupérer les bestioles et, avec cette matière première fraîchement morte, nourrir les SDF !

    Pour compenser, et faire plaisir aux écolos, on injectera des subventions dans la recherche pour produire des clones d’oiseaux OGM avec une nouvelle chaîne d’ADN qui leur permettra d’éviter les moulins à vent.

    Ensuite, je propose d’équiper les éoliennes de hauts parleurs pour diffuser dans l’environnement des petits cui-cui-cui … (pour laisser croire qu’il existe encore des piafs) !

    • Pour compenser la production intermitente des éoliennes, il va falloir tirer des lignes à haute tension à travers toute l’Europe. Il va falloir créer des écologistes génétiquement modifiés pour qu’ils ne manifestent plus contre le sacage des paysages et les nuisances consécutives …

  • N’oublions pas que ces très « utiles » ventilateurs rapportent bon an mal an une petitte centaine de millers d’euros à tous ces braves élus locaux qui ont eu la bonne idée de « louer » leurs parcelles « inexploitées » pour l’implantation de ces « beaux » sèche-cheveux:

  • Une quenelle …pour les bourrins qui « gouvernent » cette menagerie c’est sur le cul que les Français va se retrouver. ..!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par David Zaruk.

 

Nous devons écouter la science. Nous devons sauver l'environnement. Nous devons protéger le climat.

 

Des slogans accrocheurs utilisés à des fins politiques, mais que signifient les termes : LA science, L'environnement, LE climat ?

Sommes-nous conscients de la façon dont l'ajout subtil de l'article défini modifie notre perception et notre compréhension d'importantes questions d'environnement et de santé ?

En anglais, l'article défini a été utilisé de manière abusive par de... Poursuivre la lecture

En cette fin d’été boréal particulièrement chaud et sec, la Chine, comme le rapporte CNN, a « employé les grands moyens », en ensemençant des nuages au-dessus du Hubei avec de l’iodure d’argent pour amorcer la pluie. Cela pose la question du danger éventuel de cette molécule chimique et bien sûr de la nécessité d’intervenir sur l’environnement, mais aussi de la possibilité que nous avons de le faire précisément sur le climat.

Pour traiter le premier point il faut d’abord dire que cette pratique de forçage de la pluie est effectivement ... Poursuivre la lecture

Il faut soigneusement distinguer les questions scientifiques et factuelles — les évolutions du climat et les moyens de s’y adapter — de l’idéologie venue s’y greffer, qui est l’idéologie écologiste. C’est une erreur de raisonnement, et la prospérité des idéologues écologistes, qui consiste à confondre (identifier) l’écologie comme science de la nature et l’écologisme comme idéologie politique.

Quand on prend connaissances des revendications concrètes des écologistes français, de Die Grünen en Allemagne, ou des écologistes belges — pour... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles