La mort verte

Publié Par Dr Richard North, le dans Environnement

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume-Uni

Les accidents causés par les éoliennes et les dommages matériels ont bondi au cours de la dernière décennie, avec un pic en 2008 de 128 incidents dans le monde entier, selon le Forum d’information des fermes éoliennes de Caithness, via le Los Angeles Times. Depuis les années 1970, il y a eu 78 accidents mortels, dont environ la moitié aux États-Unis.

Le nombre d’incidents dus au solaire est plus difficile à évaluer, mais la plupart des travailleurs de l’industrie disent qu’il est en hausse. Les travailleurs du solaire exécutent des tâches semblables à celles opérées dans les professions les plus dangereuses : la toiture, les travaux électriques et la menuiserie.

En avril 2010, Hans Petersen faisait une pause dans ses études supérieures en théologie pour installer durant six mois des panneaux solaires, jusqu’au jour où il trébucha sur le toit en pente d’un complexe de logements publics de Californie du Nord et fit un plongeon de 15 mètres, ce qui le tua.

Même le public peut être dans l’insécurité, comme l’affirment des groupes de surveillance. Des incendies au sommet de tours éoliennes ont dispersé des débris brûlés, selon des témoignage de voisins, qui ont également décrit que des installations construites à la hâte s’effondrent dans les mois qui suivent et que des conditions météorologiques difficiles exacerbent l’usure.

Le câblage compliqué sous les panneaux solaires a laissé quelques pompiers déconcertés lorsque des toits résidentiels ont brûlé. Certains panneaux contiennent des matériaux tels que le cadmium et le sélénium, qui pourraient être explosifs, voire cancérigènes, selon la Silicon Valley Toxics Coalition.

Mais bon! Tout cela est de l’énergie verte, elle est donc bonne pour l’environnement. Ce sont des martyrs verts qui sont morts pour la cause. Chaque religion a besoin de telles personnes, et nous devrions être fiers d’avoir eu autant de serviteurs courageux pour ce noble sacrifice.

D’ailleurs je pense que nous devrions inviter les écolos à se poster sur le haut de leurs moulins à vent brûlants et se laisser cuire ainsi. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime (Jean, 15, 13).

—-
Sur le web.

—-
Lire aussi :
La vertu verte tue.

Laisser un commentaire

  1. « nous devrions inviter les écolos à se poster sur le haut de leurs moulins à vent brûlants et se laisser cuire ainsi »
    impossible, il y aurait rejet de CO2 …

  2. Après le supplice de la croix, voici le supplice des pales .
    Une différence, les « grands prètres » de l’éolien se remplissent les poches.

  3. Titrer la mort verte pour 78 morts en quarante ans c’est d’un ridicule !

    Il y a suffisamment d’argument contre les lubies écolos pour ne pas à avoir à faire les fonds de tiroirs comme ça.

  4. Je ne vois pas où il est dit que cela tue plus que les « énergies traditionnelles » au kWh. C’est une pure supputation de ta part (vraie ou faux là n’est pas la question) : c’est très révélateur des manquements de cet « article » que de devoir le défendre en vertu des choses que justement il n’évoque pas.

    Cela dit même si ce serait déjà un chiffre plus intéressant aucune conclusion raisonnable ne pourrait en être tiré : 78 morts en quarante ans c’est un chiffre trop peu significatif pour permettre la moindre conclusion dans un sens ou un autre. Ça fait moins de deux morts par an : deux personnes éméchées qui chutent d’une éolienne en Chine peuvent doubler la statistique mondiale annuelle à eux tout seul ! Quitte à faire du pifomètre je dirais même que ce chiffre est vraiment très faible : à mon humble avis je pense qu’il est parcellaire et sous-évalué (mais ce n’est qu’une vague impression).

    En gros c’est du grand n’importe quoi.

    Derrière ce chiffre du nombre de mort par kWh, qui encore une fois n’est nullement évoqué dans cet article, on sent pointer la critique de l’efficacité énergétique et économique des éoliennes. C’est évidemment le coeur du problème et cette critique est parfaitement légitime, mais elle n’a pas besoin d’un argument aussi idiot.

    Pas la peine de reprocher aux écologistes leur mauvaise foi, leur mise en avant de faits particuliers si possible émouvant (comme cet homme tombé d’un toit), récupération indigne des drames (le dernier paragraphe ! ) et leur incompréhension de la statistique… pour en faire autant immédiatement après. Cet article décrédibilise entièrement son auteur et tout ceux qui le défendent.

    Contrepoints, qui ne se prive pas de donner des leçons à la grande presse, ferait mieux de faire une sélection un peu plus intelligente de ces articles et de ses auteurs. Enfin je dis ça je dis rien…

  5. C’est à dire qu’il y a des gens qui savent faire une règle de 3. Si tu prends les proportions dans la marge droite ici : http://www.consumerenergyreport.com/blogs/rsquared/ (par exemple, ce ne sont pas les sources qui manquent), tu arrives à 1.5%, et ce après le boom du vent et du solaire. Sur les années en question ça ne peut pas faire 1%. (En fait c’est beaucoup moins mais je reste, à mon habitude, modéré, pour pas que la bile te pique trop l’oesophage). Pour comparer, tu multiplie les morts par 100. Bien sûr ce n’est pas rigoureux, mais ça dit bien que, contrairement à ta pensée (bien peu compassionnelle) ce n’est pas un problème mineur (et imaginer que les chiffres de la Chine y sont …) .

    Mais bon, comme me disait un pote il y a peu, « vrai ou faux, là n’est pas la question ». Tout est dit, en fait.

  6. « Pour comparer, tu multiplie(s (sic)) les morts par 100. »
    2 morts par an * 100 = 200 morts par an
    Pour info, les mines de charbon de charbon chinoises c’est 2631 morts en 2009.
    Bravo l’usage de la règle de 3 !!!!

    1. « Sachant que la production éolienne est principalement localisée en occident ce serait plus honnête de comparer avec les taux de mortalité des industries occidentales. »

      « La Chine fait exploser les compteurs. C’est elle qui pousse l’éolien dans le monde. Elle est devenue le premier fabricants d’éolienne dans le monde. »
      Source http://www.2000watts.org/index.php/energies-renouvelables/eolien/542-eolien-194-gw-deolien-dans-le-monde-en-2010.html

      Je suis désolé de vous renvoyer sur des liens que vous proposez et qui contredisent vos affirmations….

  7. Tout ceci est hors-sujet. L’article ne parle de rien de tout ça (d’ou la nécessité de faire appel à des sources extérieures). L’article lui se contente d’un seul chiffre hors contexte, hors proportions, sans mise en perspective puis de broder sur le vide en faisant du sentimentalisme absurde.

    C’est une technique très connue que dévier une critique pour répondre sur un autre point sans rapport. Je ne défendais pas les éoliennes (quelle idée !) mais je critiquais simplement la méthode argumentaire de l’article. Toute la bataille de chiffres pifométriques qui suit n’à rien à voir avec ça.

    « Mais bon, comme me disait un pote il y a peu, « vrai ou faux, là n’est pas la question ». Tout est dit, en fait. »
    Tu t’efforces d’illustrer la mauvaise foi dont je parlais ? Tout est dit, en fait.

  8. L’énergie d’avenir c’est l’hydrolique.. Le potentiel hydrolique est énorme, à la fois pour produire de l’énergie, mais aussi pour le développement touristique et le respect de l’environement.. Même si la construction d’un barrage hydro-électrique constitue au départ une destruction environentale puisqu’il s’agit de modifier une rivière en lac en immergeant une vallée, au final un nouvel écosystème est crée pour remplacé celui qui est détruit.. Il n’y a pas d’énergie plus écologique et plus économique que l’hydrolique..