Réforme fiscale : au secours, le mensonge Piketty est de retour !

Pour justifier sa fameuse « remise à plat fiscale à prélèvements obligatoires constants », le gouvernement n’hésitera pas à brandir la mystification consistant à faire croire que les riches paient moins d’impôts que les autres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Thomas Piketty (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réforme fiscale : au secours, le mensonge Piketty est de retour !

Publié le 26 novembre 2013
- A +

Pour justifier sa fameuse « remise à plat fiscale à prélèvements obligatoires constants », le gouvernement n’hésitera pas à brandir la mystification consistant à faire croire que les riches paient moins d’impôts que les autres. Échafaudé en 2011 par l’économiste Thomas Piketty, cet argument est d’autant plus redoutable que tout le monde (ou presque) le croit avéré…

Frédéric Georges-Tudo.

Et c’est reparti pour un festival Piketty ! Avec l’ouverture du chantier sur la pseudo réforme fiscale, nous avons la certitude d’entendre à nouveau répété en boucle l’incroyable mensonge de cet expert fiscal adulé par la gauche. Son concept tient en deux mots lourds de sens : la régressivité de l’impôt. En termes compréhensibles par la totalité de la population, cela donne à peu près ceci : « braves gens, apprenez qu’avec leurs niches fiscales, ces salauds de riches trouvent le moyen de payer moins d’impôts que vous ». Quelle indécence ! Que dis-je, quelle ignominie ! D’autant que Thomas Piketty ne se contente pas de pointer cette scandaleuse injustice chaque fois qu’il est invité dans les médias (c’est-à-dire très souvent). L’économiste en apporte en plus la preuve au bon peuple à l’aide d’une courbe réalisée par ses soins. Qu’y constate-t-on ? 1. Que le taux de prélèvements obligatoires progresse en même temps que les revenus pour les 50% des Français les plus modestes. 2. Qu’il se met à régresser légèrement pour les 5% les plus aisés et beaucoup plus fortement pour les 1%. Un mic mac fiscal qui permettrait au final d’imposer les pauvres à 45% et les riches à 35%. Si c’est inscrit sur une courbe avec une abscisse, une ordonnée et des pourcentages dans tous les sens, cela ne peut être que vrai, non ?

La vérité rétablie dès 2011

C’est pourtant faux et archi faux. Le caractère scientifique de la démonstration n’est qu’un écran de fumée destiné à masquer une « magnifique » mystification. Même en se basant sur les données statistiques fournies par l’économiste, il apparaît en effet de manière incontestable – et d’ailleurs jamais sérieusement contestée par le principal intéressé – que la régressivité française de l’impôt relève du fantasme égalitariste. Rendons grâce aux travaux de l’institut IFRAP qui ont permis de révéler la supercherie dès 2011. De manière synthétique (tous les détails de la contre-démonstration sont consultables ici), retenons que le mensonge de Piketty repose sur trois piliers :

1. Le champ de son étude ne tient compte que des 18-65 ans exerçant une activité professionnelle à temps plein. Exit les retraités, les chômeurs, les temps partiels. Ce parti pris écarte près de 30 millions d’adultes, parmi les moins lourdement taxés ! Si l’on réintègre l’ensemble de la population, le taux de prélèvement des 50% de Français les plus modestes tombe à 30%.

2. Il ne tient pas compte des mécanismes redistributifs. C’est-à-dire qu’indemnités chômages, minima sociaux, RSA n’entrent pas dans les revenus des plus pauvres.

3. Il intègre aux revenus des plus riches les bénéfices non distribués par les sociétés, considérant que ces « revenus », pourtant purement virtuels, représentent un enrichissement « potentiel »

En revenant à des calculs basés sur la réalité, le taux de prélèvement des plus riches est proche des 40% tandis que celui des plus pauvres ne dépasse pas 22%. Soyons précis jusqu’au bout, il existe en effet une microscopique régressivité bénéficiant aux très très riches (les 0,01) vis-à-vis des très riches (les 0,1). Par ses investissements, Liliane Betancourt parviendrait donc à bénéficier d’un pourcentage de prélèvement obligatoire légèrement inférieur à celui de son conseiller en optimisation fiscale ? Tant mieux pour elle ! Mais cela ne remet pas une seconde en cause le fait que le taux d’imposition de la vieille dame reste largement supérieur à celui de 99,99% de la population. Rappelons au passage qu’en 2009 (dernières statistiques disponibles), les 1% des foyers les plus aisés contribuent à eux seuls pour 38% du montant total prélevé par l’État au titre de l’impôt sur le revenu…

Un bobard aux effets dévastateurs…

Qu’un intellectuel plus ou moins marxisant se répande dans les médias pour proférer ses mensonges n’est pas bien grave, pourrait-on se dire. Jacques Généreux, Emmanuel Todd, Monique Pinçon-Charlot, Paul Jorion, Michel Husson… Ils sont légion à avoir l’occasion de raconter leurs bêtises dans un micro et la terre n’en continue pas moins de tourner. C’est le jeu de la libre expression, après tout. À la différence près que l’imposture s’avère dans ce cas autrement plus dommageable.

imgscan contrepoints 2013-2410 PikettyTout d’abord, force est de constater que la créature a échappé à son créateur pour mener sa propre existence. Pas un jour sans que ne soit rappelé l’intolérable disparition de la progressivité de l’impôt en France. Et pas un de ces rappels sans que ne soit fait un lien entre la dite disparition et la réticence des Français à accepter les réformes douloureuses. Peu importe que la plupart des commentateurs professant cette évidence ignore qu’elle émane d’un petit livre rouge (sic) nommé Pour une révolution fiscale, signé d’un certain Thomas Piketty. À l’instar d’autres légendes urbaines, il a suffi qu’elle soit inlassablement répétée pour se transformer en un fait avéré. D’autant qu’on assiste régulièrement à des piqûres de rappel administrées par de supposés experts es fiscalité. Le comble étant que certains sont éloignés de l’idéologie égalitariste prônée par l’économiste. Entretenant sans doute le mythe en toute sincérité, ils nous ressortent alors la bouillie pikettienne comme s’il s’agissait de la théorie de la relativité d’Einstein. C’est le cas par exemple d’Eric Le Boucher. Sans aller jusqu’à épouser les thèses libérales, le directeur de la rédaction du magazine Enjeux-Les Échos n’a rien d’un gauchiste, a priori. Le 24 novembre 2013, cela ne l’a pas empêché de faire la déclaration suivante sur Europe 1 : « Normalement, dans nos démocraties sociales, l’impôt est progressif. En France, il ne l’est plus ou l’est beaucoup moins depuis les années 80. La progressivité a baissé. Les chiffres de l’économiste Thomas Piketty le montrent. Et surtout, c’est le 1% des gens qui gagnent le plus qui pose problème. Leur taux d’imposition est retombé à 37% alors qu’il est de 40% pour tous les autres. »

Certes, quelques personnes ont parfois la possibilité de cette construction en pièces. Une chance, face à Eric Le Boucher sur Europe 1, se trouvait justement la directrice de l’Ifrap Agnès Verdier-Molinié. Deux minutes à peine lui ont suffi pour rétablir la vérité. Mais de telles interventions dans les grands médias sont trop rares et reposent sur des arguments forcément trop techniques pour démonter la supercherie une bonne fois pour toutes. Le piège semble donc s’être refermé. Il est d’autant plus diabolique qu’il s’apprête à servir de faire valoir à la remise à plat fiscale hausse d’impôts pour les plus « riches » concoctée par le gouvernement. Lorsque Jean-Marc Ayrault promet une réforme « à prélèvements obligatoires constants », chacun comprend en effet que l’argent va devoir être prélevé de la poche de Pierre pour finir dans celle de Jacques. Et pour justifier un tel racket, quoi de mieux qu’une belle courbe démontrant scientifiquement que Pierre paye proportionnellement moins d’impôt que Jacques alors qu’il gagne beaucoup plus ? Le tour est joué. Chapeau, l’artiste.


Lire aussi :

Voir les commentaires (121)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (121)
  • Merci pour la mise au point toujours, mais je trouve que mettre en avant la piketterie est plutôt bien, les français n’ont pas encore bien compris à quel point la très rétrograde et très nauséabonde idéologie socialiste est à l’origine du problème actuel, il va donc falloir encore quelques bonnes louches de socialisme réel pour que ça progresse.
    Aubry, qui est un désastre politique ambulant à côté de laquelle boulet 1er n’est qu’un triste amateur, est donnée gagnante à Lille et dispose d’un cote insensée. Ce qui signifie bien que beaucoup n’ont rien compris.
    Alors si Piketty peut permettre de ratatiner encore un peu plus le système qu’il bave donc.

    • Si on se contente de dénoncer Piketty, le lien ne se fera jamais dans l’esprit des gens entre le socialisme et les catastrophes qui s’abattent sur nous. On n’aboutit qu’au déni, à l’incompréhension, et à la stigmatisation des libéraux-Cassandres.
      Il est important de présenter clairement les vrais chiffres, en les explicitant, et en laissant les gens découvrir par eux-mêmes sur leur cas personnel lesquels sont les plus proches de la réalité. Nous avons besoin de deux pages de rapport, sans fioritures ni contestation des chiffres des autres, présentant une position objective, et de les diffuser parmi tous les mouvements contestataires à noms d’oiseaux ou d’accessoires vestimentaires. Ensuite, il serait bien étonnant que Piketty et autres ne se trahissent pas en l’attaquant.

  • Rien de mieux qu’une remise à poile fiscale par des marxistes pour préparer collectivement la prochaine tournante fiscale…
    Le ramoneur piketou l’a bien vu dans ses rêves humides 🙂

  • Le plus gros problème dans cette histoire est qu’un nombre non négligeable de Francais sont tout disposés à le croire, et le croiraient même sans la prose pikettyenne.

    • Mais dans le Grand Ordre des Choses… on s’en cogne.

      Des pickonneries, et de ce que pensent les « Français » en général. Enfin, ceux qui ne pensent pas justement, et ils sont nombreux.

      Nous allons les asphyxier. Littéralement.

      -Les premiers crèveront la gueule ouverte, belle fin pour des parasites.

      -Et les seconds apprendront le sens de la vie, l’ordre naturel des choses… par la manière forte.

      Voilà. « Mission accomplie ».

      Le reste n’a aucune espèce d’importance.

      La rapine comme levier de pouvoir, c’est fini.

      La rapine sera de moins en moins efficace, la base imposable se dérobant.

      Pas de croissance, expatriation des gens de biens, endettement massif, licenciements… Tout le système sera bientôt à poil.

      Plus d’oxygène, plus de carburant… Fini.

      Donc je boucle avec le début : Pickonkon peut raconter toutes les fadaises qu’il veut… son temps est littéralement compté.

      Car rappelons cette évidence : sans la rapine, sans les fameuses « dépenses publiques »… ce petit monsieur n’existerait tout simplement pas. Il n’aurait pas la capacités à venir nous faire le morale.

      Il serait obligé de faire des ménages, construire des maisons, diriger une entreprise, bref avoir un vrai boulot, productif, pour vivre.

      Donc précipitons leur mise en faillite !

  • Le cogneur de ses dames montre toute sa haine à chaque sortie.

  • Je me fiche de Pichety comme de l’an 40, ce qui m’intéresse en tant que libertaire, c’est l’égalité des droits et des devoirs puisque droits et devoirs sont inhérents à la vie en société. Le mérite (républicain) devrait être le seul critère de promotion sociale, c’est loin d’être la cas malgré les discours.

    Y a t-il quoique ce soit qui justifie que « la vieille dame » soit si riche ? Est-elle si géniale ? Apporte t-elle quelque chose qu’elle seule puisse apporter ? Personne ne peut soutenir qu’elle mérite en quoi que ce soit cette part de richesse nationale qu’elle accapare. Là est le scandale. Là est la justification de la redistribution de la richesse par l’impôt. Ce n’est d’ailleurs pas très efficace car « la vieille dame » et ses semblables sont toujours aussi scandaleusement riche.

    Si vous regardez la courbe des revenus, vous constatez que 90% des français sont grosso modo dans la même catégorie, celle des prolétaires, celle de ceux qui n’ont que leur travail pour vivre quand ils ont du travail.

    On y trouve les millions de travailleurs, salariés pour la plupart. Ce sont eux qui créent la richesse par leurs inventions, leur travail, leurs initiatives. Pourquoi ne reçoivent-ils pas leur part ? Quelle malédiction pèse sur eux ? Cela doit provenir de nos vieilles cultures basées sur la primauté de la violence et du pillage sur le labeur.

    9 % du dernier décile, dont les plus grosses sangsues du système font partie, ont des revenus importants, en moyenne annuelle aux environs de 60 000 €, avec de grosses disparités. Ils se battent pour sauvegarder leurs avantages sociaux, leurs pré carrés, leurs écoles, leurs clubs tant ils savent que, consciemment ou inconsciemment, leur situation reste précaire, qu’un accident peut les ramener rapidement au bas de l’échelle.

    Ce sont ces 99% qui paient l’impôt, les plus pauvres payant le plus par rapport à leur revenus, à travers la TVA et la TiPP notamment.

    Reste les 1% les plus riches. Qui peut soutenir qu’ils méritent ce qu’ils possèdent et les revenus qu’ils en tirent ? Combien de « vieilles dames » parmi eux, d’héritiers sans talents ? C’est parce que ce sont eux, les cupides, les exploiteurs, qui mènent le monde que le monde va si mal.

    Eux ne paient pratiquement pas d’impôt. Leur fortune est à l’abri, gérée par des hedge-funds dans des paradis fiscaux. C’est pour cette raison que les Îles Caraïbes sont les 3ème acheteurs de bons du trésor US après la Chine et le Japon. Eux sont les véritables ennemis de tous les autres. Mais comme ils détiennent tous les leviers du pouvoir ainsi que les médias qui manipulent l’opinion, personne ne s’attaquent sérieusement à eux.

    L’injustice n’est pas que les plus riches paient plus d’impôts, l’injustice est que les plus riches n’en paient pas.

    • Libertaires, libéraux, libertariens… Je constate que de plus en plus de gens font la confusion entre ces trois termes à la racine commune.

      Merci, grâce à ce commentaire, de remettre les choses à leur place. Comme vous le démontrez, les libertaires sont opposés à la propriété privée et favorables à l’égalitarisme.
      Ce qu’il y a bien avec des « amis » libertaires comme vous, c’est que les libéraux et libertariens n’ont même pas besoin d’ennemis…

      • Un commentaire se commente sur ce qui est écrit et non sur ce qu’il sous entendrait si on le lisait entre les lignes en louchant un peu beaucoup.

        Où est-il écrit que je suis contre la propriété privée ? Je suis pour que celui qui travaille la terre soit celui qui récolte pas pour que les pillards s’accaparent le produit du travail des autres. Je fais mienne cette fière devise : « charbonnier est maître chez lui ».

        Où est-il fait mention d’égalitarisme ? J’écris « égalité des droits et des devoirs » – « mérites républicains ». Je soutiens l’idée que l’égalité naturelle n’existe pas, que la nature est cruelle pour le faible, que sa loi est celle du plus fort mais que l’homme ne veut plus être une bête et qu’ils se donnent des lois (bonnes ou mauvaises, en tout cas réformables) pour vivre en société.

        Échangeons dans le respect en argumentant sérieusement et non pas en faisant assaut de mauvaise foi.

        • D’abord, Liliane Betancourt a eu la bonne idée de recruter Lindsay Owen Jones dont le talent a permis de démultiplier la valeur de l’Oreal.

          Mais ce n’est pas là l’essentiel. Si elle est richissime, c’est avant tout pour une raison « simple » :
          son père Eugène Schueller, fils de patissier parti de rien et fondateur de L’Oreal, fut un entrepreneur hors pair capable de deviner avant tout le monde ce qui allait plaire aux consommatrices.

          Puisque selon vous rien ne justifie la richesse de Liliane Betancourt, vous estimez donc qu’elle n’aurait pas du hériter de l’empire industriel de son père. De ce fait, L’Oreal aurait donc du être donné à… qui ? Mystère. A l’Etat ? Aux salariés de L’Oreal ?
          Peu importe cela dit. Le droit d’héritage étant une forme évidente et incontestable de propriété privée, vous êtes donc contre la propriété privée. Quant à l’égalitarisme, il est bien sûr corrélé au refus de la propriété privée. CQFD.

          • Si j’appréhende bien ce qu’a créé ce  » fils de pâtissier, parti de rien », qui travaillait 16 heures par jour, 365 jours sur 365, je ne vois pas ce qui justifie que ce soit la « vieille dame » qui en récolte tous les fruits.

            Qui devait hériter ? J’oserais prétendre que ceux qui créent la richesse doivent en bénéficier donc effectivement tous les salariés qui participent à cette formidable aventure.

            Quand à la « vieille dame », en tant que veuve, elle a droit à la reversion de la retraite de son mari et éventuellement à l’aide de ses enfants.

          • Frederic GEORGES-TUDO: « De ce fait, L’Oreal aurait donc du être donné à… qui ? Mystère. A l’Etat ? Aux salariés de L’Oreal ? »

            Daniel ROUX à certainement pleins d’idée sur qui mérite quoi, et qui va décider de tout cela.

          • J’aurais adoré voir l’oréal repris par l’état…

            on y aurait collé tous les copains et la petite clientelle politique de tous niveaux, du militant-qui-a-du-mérite au notable-qu’il-vaut-mieux-avoir-dans-son-camp….

            Et on en serait tous a subventionner cher une entreprise non rentable, ou bien a payer les séquelles de ses plans sociaux.

          • « J’oserais prétendre que ceux qui créent la richesse doivent en bénéficier donc effectivement tous les salariés qui participent à cette formidable aventure. »

            Ceux qui créent la richesse, comme vous dites, ont reçu un salaire contre leur travail. Ils ont signé un contrat et s’ils voulaient bénéficier de la réussite de l’entreprise, rien ne les empêchaient d’acheter des actions.

            D’autre part, si un génial inventeur ou entrepreneur sait que sa famille ne pourra pas bénéficier du travail de sa vie, en d’autres termes que ses enfants n’hériteront pas; alors à quoi bon faire des efforts ? Pour la gloire ? Pour l’égoïsme d’être le riche durant sa seule vie ? Et qu’est-ce qui l’empêchera de faire partir son entreprise en confettis en guise de testament…

            Daniel Roux n’est pas socialiste, c’est un peu cool pour lui. Je dirais plutôt un voleur communiste.

          • « je ne vois pas ce qui justifie que ce soit la « vieille dame » qui en récolte tous les fruits »

            J’ose espérer que vous avez refusé l’héritage de vos parents, histoire de mettre vos actes en conformité avec votre discours. Sinon vous êtes comme tous les socialistes : un imposteur.

    • Edifiante synthèse de l’ensemble des mensonges, fantasmes et haines socialistes ! Quelle pathétique prose, cependant utile pour ceux qui ne savent pas encore pourquoi il sera tôt ou tard indispensable d’interdire toutes les formes du socialisme !

      • Qui est socialiste ? Certainement pas moi et mes écrits en témoignent.

        Sinon, à part ça, quels sont vos arguments ?

        • Vous avez écrit : « ce qui m’intéresse en tant que libertaire ». En quoi n’êtes-vous pas socialiste, comme n’importe quel coco, social-démocrate ou fasciste ? Il faut assumer ses écrits, justement.

    • Que de lieux communs. Que d’idées valises.

      Refaites vos calculs.

      Ce n’est pas les 1 % de « vieilles dames Bettencourt » qui posent problèmes.

      Ils constituent l’arbre que l’on place devant les veaux, pour mieux dissimuler la forêt derrière.

      Ces méchants super riches font fantasmer et remplissent parfaitement leur rôle de red herring.

      Chiffon rouge pour les veaux.

      Car enfin, les revenus (je parle bien de revenus) de Bettancourt… c’est quoi par rapport aux « revenus » de millions de fonctionnaires (en trop), de syndicalistes, de retraités du public, et de tous les planqués et clientèles de la Mafia ?

      Entretenus par… des millions de veaux, c’est à dire nous ?

      Hum ?

      Je vous le dis : reprenez votre calculette. Et vous constaterez alors que la plus grosse injustice n’est pas celle que l’on croit.

      Il y a toujours eu le « 1 % »… Et il existera TOUJOURS.

      Mais ce « 1 % » n’est absolument pas le véritable enjeu.

      • C’est stupéfiant !

        1% de la population mettent en coupe réglée les autres 99 %. Selon vous, qu’ils possèdent 46% de la richesse mondiale n’est pas un problème, juste un épiphénomène sans importance.

        http://www.nouvelordremondial.cc/2013/10/11/credit-suisse-1-de-la-population-mondiale-possede-46-des-richesses/

        Être esclave n’est pas un choix mais défendre ses maîtres, si.

        • Vous savez que vous même êtes au dessus des 50% les plus pauvres de la planète n’est-ce pas ?

          Quelles mesures concrètes avez-vous pris pour vous délester de ce surplus de richesse et vous aligner sur le patrimoine médian Congolais ou Éthiopien ?
          Ça ce serait une mesure concrète pour résoudre dès aujourd’hui des « inégalités ».

          A moins que vous ayez plus d’idée pour détrousser les autres, que pour commencer par vous même.

          Comme dirait Gandhi : « soit le changement que tu veux voir ».

          Allez Monsieur Roux, on vous regarde.

          • La technique de la personnalisation est employée par les commentateurs de mauvaise foi.

            Cela ramène à la question : Et si c’était votre enfant qui était tué par ce salopard, vous ne seriez pas pour la peine de mort immédiate et sans procès ?

            Ou comment éviter de réfléchir en citoyen responsable …

          • Bien vu, Ron Swanson… On est en effet dans une sorte de générosité à géométrie variable. Oui, au partage des revenus quand j’en suis le bénéficiaire, point trop n’en faut lorsque c’est à mon tour de mettre la main au porte monnaie. Bref, il est toujours plus facile d’être généreux avec l’argent des autres….

            Cela me fait penser à une délicieuse remarque d’Eugène Labiche : « Qu’est ce qu’un égoïste ? Un homme qui ne pense pas à moi »

          • Ron Swanson: « Vous savez que vous même êtes au dessus des 50% les plus pauvres de la planète n’est-ce pas ? »

            Bien sur puisque Daniel Roux « met en coupe réglée » les 50% de la planète.

          • Ça ce serait une mesure concrète pour résoudre dès aujourd’hui des « inégalités ».
            Ça ce serait une mesure concrète pour résoudre dès aujourd’hui VOS « problèmes ».
            Ce serait bien si les 1 étaient 10

        • Votre erreur grossière est de voir le monde comme un grenier à grain dont 1% de la population mondiale aurait la clé et s’arrogerait ainsi le droit de se réserver 46% de la récolte.

          Hélas pour vous, il n’existe pas de grenier à grain. Si ces fameux 1% que vous détestez tant possèdent 46% de la richesse mondiale, c’est parce qu’ils se sont retroussés les manches et qu’ils ont cultivé pour obtenir plein de grains (ou que leurs parents l’ont fait avant eux et leurs ont transmis leur stock de grains).

          En d’autres termes, ils l’ont généré cette richesse. Sans eux, elle n’existerait pas et les 99% ne seraient pas plus riches pour autant. Ils seraient beaucoup plus pauvres car les 54% restants émane pour une bonne partie de la richesse générée par ces fameux 1% constitués quasi exclusivement d’entrepreneurs et de leurs descendants

          • Si vous voulez bien relire ce que vous écrivez, vous serez surpris (ou pas) de constater que vous soutenez le pillage, le vol, l’accaparement et la transmission du butin aux héritiers.

          • Daniel Roux : « Ou comment éviter de réfléchir en citoyen responsable … »

            C’est bien ce que je dis, vous emmerdez les autres avec votre idéologie d’un autre âge, mais vous en êtes toujours au même stade: vous « réfléchissez ».

            Avant d’essayer d’influencer les autres, commencez par assumer les principes que vous prônez. Montrez nous donc quelles actions de « citoyen responsable » vous avez entreprises pour vous aligner sur le patrimoine médian Ethiopien.

            Tout le reste n’est que du blabla de bobo bien lové dans son petit cocon.

          • On ne peut pas être accusé de « pillage, vol, accaparement » de quelque chose qu’on a soi même créé…

          • Vous voulez certainement parler de Superman. Je ne vois que lui pour créé par son seul travail des milliards d’euros de patrimoine et des millions d’euros de revenus mensuels.

          • Superman, il y a longtemps que je ne l’ai pas vu et je ne peux donc pas vous dire s’il a la capacité de créer par son seul travail des milliards d’euros de patrimoine.

            En revanche, je peux vous citer parmi tant d’autres Bill Gates, Mark Zuckerberg, Warren Buffet, Larry Page, Jeff Bezos, Li Ka-Shing, etc. Tous ceux là sont partis de rien et sont immensément riches grâce à leur talent (ou intelligence, ou gout du risque, etc.)
            Ils ont bien sûr bâti leur empire en faisant travailler des millions de personnes. Celles ci sont payées pour cela et n’ont pas à se plaindre. Cela dit, si elles en veulent plus, rien ne les empêche de créer à leur tour leur propre entreprise afin de devenir aussi riches que le patron.

          • Pillage, vol ? Démontrez-le et portez plainte ! Le seul vol que je vois, c’est celui commis par l’État.

            L’héritage ? Quel est problème ? Un parent n’a pas le droit de mettre ses enfants à l’abri du besoin ?
            Vous savez toute notre richesse — matérielle ou immatérielle telle que la connaissance, la science, etc — est le fruit de l’héritage.
            Si je vois loin, c’est parce que je suis sur les épaules d’un géant, disait Newton.

            Si on suit votre logique anti-héritage, si vous cherchez la pure égalité des chances — comme si la vie était une course où il n’y aurait qu’une seule ligne d’arrivée — on devrait tous vivre tout nu dans la forêt et ignorant…

        • Mais arrêtez de mélanger les torchons et les serviettes !

          Je parlais bien entendu dans le cadre français !

          L’Afrique je m’en tamponne le coquillard, la Chine et ses milliardaires rouges et ses centaines de millions de traîne savates, ça ne m’intéresse pas.

          Votre argumentation ne tient pas en France. Et appliquée à la planète entière, elle relève du mauvais dessin animé Disney.

          • Question : quelle chance auraient 1% de s’accaparer 46% de la richesse sans recourir à la complicité de l’Etat régalien en leur faveur ? Franchement, je ne prétend pas avoir la réponse. Je prétend, par contre, qu’il faut réfléchir.

        • Daniel ROUX: « nouvelordremondial » « maitre », « coupe réglée » « les 1% »

          Le challenge du jour, lire la phrase suivante en buvant un jus d’orange sans en mettre partout:

          « Qui est socialiste ? Certainement pas moi et mes écrits en témoignent. » – Daniel ROUX

        • « Être esclave n’est pas un choix mais défendre ses maîtres, si. »

          Par pitié; c’est du fantasme d’ado angoissé, ça…
          Pas grand chose a répondre, a part : on a passé l’age…

        • 1 % nous sommes d’accord, les 600000 élus… mettent le pays en coupe réglée.

        • 1% de la population mettent en coupe réglée les autres 99 %
          Mon dieu c’est vraiment stupéfiant!…
          En plus d’apres ce principe on peut aussi surement extrapoler que, parmi ces 1% , les 1% les plus puissants mettent en coupe règlée les 99 autres %…
          on en sors pas…

          Moi ca me mettrais le vertige et le torticolis de regarder tout le temps vers le haut, comme ca. J’ai mieux a faire en regardant juste devant moi…

        • je préfère que le capital soit entre les mains de gens qui veulent le faire fructifier au profit de tous (dont eux même) plutôt qu’entre les mains de gens qui vont le gaspiller à leur seul profit (genre état et ses sbires)
          le capital est le seul créateur de richesse , autant ne pas le détruire ou le stérilisé.

    • « Le mérite (républicain) devrait être le seul critère de promotion sociale »

      Vous pouvez décoder cela, car je crois que chaque esprit totalitaire qui s’ignore y colle son propre fourre-tout méritocrate (qui éventuellement commence par soi-même). Ca mérite d’être étudié en détail; car, qui mesure le « mérite républicain », et sur quelle échelle?

    • Procédons par étapes :
      1) Des millions de consommateurs démontrent par leurs achats quotidiens librement consentis de produits L’Oréal que Monsieur BETTENCOURT Père a répondu à leurs attentes.
      2) Conséquence Monsieur Bettencourt devient riche.
      3) Monsieur Bettencourt prévoit de donner librement sa fortune à sa fille.

      Conclusion : En quoi ça vous regarde les cadeaux que les gens se font entre eux.
      Le montant élevé ou non de ces cadeaux ne change rien à la moralité de cet acte.

      Thomas Sowell : « La justice sociale, c’est de la jalousie habillée de rhétorique »

      • Merci Libex pour cet excellent résumé de la situation. Hélas, il restera toujours des Daniel Roux pour estimer qu’ils ont d’avantage de droit sur la fortune d’Eugène Schueller que n’en a sa propre fille.

        Mais que répondre à un raisonnement qui dépasse à ce point l’entendement ?

    • Faut vraiment être jaloux et envieux pour être obnubilé par celui qui a planté l’arbre plutôt que par les fruits que produit ce ou ces arbres (peut être n’avez vous pas assez faim)

    • On sent le type qui n’a pas souvent franchi les portes d’une entreprise. Petit fonctionnaire aigri et envieux ?

  • à quand un bitcoin sur la tête à Piketty ?

  • Ce prétendu bobard fera toujours moins de mal que le bobard sur la courbe de Laffer inculqué comme un cours de catéchisme à tous les croyants de droite :
    (http://econoclaste.org.free.fr/dotclear/index.php/?2013/11/20/2155-enterrer-laffer)

    L’analyse de Piketty est juste : les individus quels qu’ils soient sont soumis à des prélèvements entre 40 et 50%. Même le chômeur ou le smicard. Etant donné que la plupart d’entre eux consomment tous leurs revenus, ils paient la TVA, mais paient aussi des cotisations sociales (CSG, CRDS au minimum, assurance sociale), + l’ensemble des taxes indirectes comme tout le monde. Ils sont juste exemptés de payer l’impôt sur le revenu, qui ne représente qu’une infime partie du total des prélèvements.

    • J’aime beaucoup ce genre de commentaires mettant l’effet Laffer au centre du débat alors qu’on parlait de tout autre chose. Cela me rappelle mon fils lorsqu’il avait 3 ans et qu’il avait fait une bêtise. Sans qu’on lui demande rien, il venait nous voir pour nous informer qu’il n’avait pas fait la moindre bêtise.

      Merci Vince pour ce bon moment. En plus, je suis convaincu que vous faites partie de ces gens qui ne croient pas du tout à l’effet Laffer, mais tout en se plaignant à longueur de journée du manque à gagner du aux… exilés fiscaux, optimiseurs fiscaux et fraudeurs fiscaux. Grand benêt, va !

      • La répulsion à l’impôt existera toujours, même en baissant de 10 points les prélèvements. Il n’y a pas moins d’exilés ou de fraudeurs fiscaux aux USA ou en Angleterre qu’en France en proportion. C’est une pulsion assez généralisée chez l’homme. La plupart des gens estime payer trop d’impôt, c’est vieux comme le monde.
        L’exil ou la fraude fiscale ne prouvent en rien la fiabilité de la courbe de Laffer : vous avez passé un bon moment avec mon message, passez en encore meilleur en lisant l’article d’Econoclaste joint !

        Autre sujet connexe (je me permets encore, le bonjour à votre fils) : les prélèvements totaux ne sont pas plus hauts en France qu’ailleurs, car les prestations financées en France par des prélèvements obligatoires mutualisés (santé, par exemple) sont payés ailleurs directement par les gens : le prélèvement privé remplaçant dans ce cas le prélèvement mutualisé.

        • « sont payés ailleurs directement par les gens : le prélèvement privé remplaçant dans ce cas le prélèvement mutualisé. »

          Merci de nous apprendre quelque chose, c’est le sujet de tas d’articles sur ce site, comparatifs d echoix et de prestations a l’appui.

          Si pour vous c’est une équivalence, payez donc tous les impots que vous voulez.
          Nous avons cette tolérance : nous ne vous en empêcherons pas.

        • Eh oui, le non consentement a l’impot, c’est péché.
          Les bons aristocrates de la pensée de notre beau pays ne se permettent pas cette faute de gout.
          Ils aiment l’impot, ils le défendent. En bons aristocrates progressistes. Pour le bien de l’humanité. Pour les lumières!…
          Etre un gueux mal-pensant ne m’offusque pas.

        • « les prélèvements totaux ne sont pas plus hauts en France qu’ailleurs, car les prestations financées en France par des prélèvements obligatoires mutualisés (santé, par exemple) sont payés ailleurs directement par les gens : le prélèvement privé remplaçant dans ce cas le prélèvement mutualisé »
          Alors ça c’est le pipeau habituel et grotesque!!!
          J’ai rien à foutre de payer le chauffeur de Bernard Thibault, la Saab de fonction de Huchon ou les millions de subventions de la Mairie de Paris.
          En quoi dois-je financer les retraites des ramiers du syndicat du livre partis en retraite à 45 ans, les conducteurs SNCF ou RATP partis à 50 ans?
          En quoi dois-je financer le voyage d’Estrosi à New York parti là bas en jet privé pour être plus près du Sarko?
          En quoi dois-je payer pour des profs qui bossent 18 heures par semaine?
          En quoi dois-je payer pour entretenir la maîtresse de Flamby?
          En quoi dois-je payer pour les retraites des fonctionnaires basées sur les 6 derniers mois d’activité?
          Alors mon cher Vince, je préfère ton homonyme, le Vince Carter, lui au moins sait ce qu’il fait…

          Bon j’arrète

          • « des profs qui bossent 18 heures par semaine? »

            des profs qui n’ont aucune copie à corriger?

          • « des profs qui n’ont aucune copie à corriger? »

            profs de sport.

          • « profs de sport. »

            Exact.

            Je ne comprends pas qu’ils aient le même horaire que les autres.

            (Alors qu’un prof de français avec des classes de 40 qui corrige des dissertes va y passer des heures.)

          • Les profs agrégés doivent effectuer 18 heures par semaine…
            Maintenant, l’éducation nationale étant la pétaudière que nous connaissons, certains bossent dur et beaucoup plus que d’autres.
            Et, petite note concernant les profs, ne pas oublier d’annualiser le temps de travail en incluant les vacances.

          • « ne pas oublier d’annualiser le temps de travail en incluant les vacances. »

            Ne pas oublier que le salaire est annualisé en excluant les vacances!!!

          • @ Simple touriste : « Ne pas oublier que le salaire est annualisé en excluant les vacances!!! »

            Que voulez vous dire par là, svp ? Je ne comprends pas votre raisonnement…

          • Non, les agrégés, c’est 15 heures. 18, c’est pour les certifiés. mais il y a plus abominable : 7 ou 8 pour ceux en classes préparatoires ou BTS.

            4 mois de vacances pour de gens payés pour bosser à mi-temps ou quart temps, c’est trop horrible. Et ça se plaint quand même.

          • « Et ça se plaint quand même. »

            Vous n’avez qu’à essayer de passer le concours et de « tenir » une classe de GAMINS.

            Vous verrez que c’est épuisant.

            Je ne parle pas du salaire minable en début de carrière.

            Je ne parle pas de la sécurité de l’emploi à condition d’accepter d’aller n’importe où en France, avec parfois un préavis de 15 jours.

            Bizarrement, les français connaissant les « avantages » ne se précipitent pas pour devenir profs. En fait, si vraiment les français connaissaient les conditions de travail, on ne trouverait plus de tout de candidats!

            Les libéraux refusent de voir que le marché marche aussi pour la fonction publique.

          • Je sais que c’est épuisant, étant passé par la case contractuel il y a des années. Mais je me souviens pas y être allé un flingue sur la tempe.

            Ceux qui veulent enseigner savent ce qui les attend. Ils n’ont qu’à assumer leur choix. Et si c’est si difficile, ils n’ont qu’à démissionner et partir faire autre chose.

          • @ Simple touriste : épuisant, sans doute. Mais reconnaissez qu’avec 4 mois de vacances quand le reste de la population en a moins de 2, cela aide à se requinquer quand même…

            Idem pour le salaire. Puisque vous ne travaillez que 8 mois sur 12 et que vous êtes loin des 35h de travail effectif chaque semaine (à part les premières années, m’ont confirmé certains profs) votre taux horaire est loin d’être ridicule.

          • « profs de sport »

            On me souffle à l’oreillette que les profs de sports ont 20 h par semaine et pas 18 h.

            « Ne pas oublier que le salaire est annualisé en excluant les vacances!!! »

            => le salaire des profs est calculé sur la base de 10 mois, pas 12, à cause des vacances scolaires.

          • @Simple touriste

            Mais vous racontez n’importe quoi sur cette histoire de salaire annualisé… Lorsqu’un prof en début de carrière se plaint de ne gagner que 1700 euros nets par mois, il touche bien cette somme douze mois sur douze, que je sache ?
            A vous lire, on a l’impression que durant les deux mois d’été il ne reçoit rien. C’est bien sûr totalement faux. En plus, si on suivait votre raisonnement bidon, ce n’est pas sur la base de 10 mois que serait calculé le salaire des profs, mais sur la base de 8 mois…

          • « le salaire des profs est calculé sur la base de 10 mois, pas 12, à cause des vacances scolaires. »

            Oh le gros gros mensonge inventé par les profs pour se faire plaindre :

            http://www.charivarialecole.fr/non-les-enseignants-ne-sont-pas-payes-10-mois-sur-12-a60210811

    • Le lien : blabla militant sans aucune démonstration.
      Il ne dit même pas que l’effet laffer n’existe pas, mais grosso modo qu’il est mal exploité par des gens qui ne pensent pas bien, accompagné d’apostrophes insultantes envers les libéraux. Difficile de discuter sur ces bases. On en a autant sur les gauchos si tu veux.

      « la courbe de Laffer est dans le débat public comme le sparadrap du capitaine Haddock : impossible de s’en débarrasser. » Ah? Il faudrait absolument s’en débarasser? Pourquoi faire, pour exploser le taux d’imposition a la hausse?

      Concernant la réaction du contribuable aux hausses de prélèvement, l’auteur énumère en se pincant le nez tous les aléas moralement condamnables par le bon socialiste conscientisé : fraude fiscale, demande de passe droits… et termine par SA solution vertueuse :

       » Il est enfin possible de décider de travailler plus pour compenser cette perte de pouvoir d’achat; c’est un effet de revenu »…
      « effet de revenu », en gras dans le texte, pour bien nous montrer qu’on est face a un concept clef qui mérite le respect.

      N’en jetez plus; Ne venez pas nous mettre sous le nez votre verbiage militant de copie de terminale. Ca produit l’effet inverse que celui désiré.

       » La hausse d’impôt qui augmente le PIB, ça, c’est de la vraie magie. » – je ne saurais mieux dire.

      HOU HOU , A GAUCHE! ON POURRAIT NOUS ENVOYER DES GENS SÉRIEUX??

    • Il est même probable que les 57 % du PIB de la dépense publique, les « petits » la payent par du chômage plus que par de l’argent!

    • Vince: « le bobard sur la courbe de Laffer inculqué comme un cours de catéchisme à tous les croyants de droite »

      Toute l’histoire du vivant consiste à tirer plus de ressources avec moins d’efforts, si un buisson de baie ne donne plus assez les gens changeront de chemin, de buisson ou de nourriture. Seul des gamins et des incultes peuvent croire que les taux d’impôts ne changent rien du comportement des humains.

      La physique, la biologie ET les libéraux ne sont ni de gauche, ni de droite. Merci de laisser vos réflexions binaires et vos slogans à la maison.

      Quant aux prestation, faites nous rire quand les rapports de la cour des compte qui s’entassent pointent tous du doigt les formidable gaspillages « d’argent-des-autres » du publique.

      • Une politique fiscale juste est une politique qui redistribue des hauts revenus vers les bas revenus sans compromettre l’activité économique et d’une façon qui soit la plus transparente et la plus simple possible. En particulier, dans le cas des très hauts revenus, la politique fiscale juste doit tenter de maximiser les recettes fiscales que l’on peut obtenir des très hauts revenus, ce qui veut dire des taux d’imposition dans le haut de la distribution pouvant dépasser nettement 50 %. Il n’y a pas de justification économique solide à limiter l’impôt à 50 % des revenus.
        Le taux d’imposition optimal dépend évidemment de la façon dont les agents ajustent leur activité économique en fonction de l’impôt. En pratique, l’activité économique ne réagit qu’assez faiblement aux changements de taux d’imposition. Néanmoins, si le système d’impôt offre d’abondantes possibilités d’évasion fiscale (niches fiscales), le taux d’imposition qui maximise les recettes fiscales sera faible. La leçon est donc qu’il faut mettre en place un système d’impôt qui minimise les possibilités de niches fiscales. A partir de là, il devient possible d’augmenter les taux d’imposition très fortement sans compromettre les recettes.

        • Mon dieu le commentaire de Vince (26 novembre 2013 à 15 h 40 min)… Affligeant…

          C’est rigolo que vous osiez utiliser sans honte le mot « juste » pour dire qu’il est normal que Pierre ait un taux de XX% quand Jacques a lui un taux de YY%.

          XX% étant différent de YY%, il n’y a aucune justice à traiter les contribuables différemment, surtout sur un critère d’envie et de jalousie tel que « quand machin gagne plus, c’est normal qu’on lui en prenne plus ».

          Pour le reste de votre commentaire, vous partez de trop loin pour essayer de vous convaincre de l’absurdité et de la bêtise sidérante de vos propos.
          Il faudrait des heures et des heures pour vous mettre le nez dans vos erreurs et vos mensonges.
          Et ça pour le coup, ce serait de la charité « juste » 😀

          PS : un jour faudra que quelqu’un explique aux parasites comme vous, toujours prompts à montrer le bout de leur nez quand il s’agit de « redistribuer » les richesses gagnées par le travail d’une minorité, que puisque le partage des bénéfices semble vous intéresser autant, pourquoi ne pas participer au partage de la prise de risque initiale, ainsi que ses conséquences, pour changer un peu ?

          70% des entreprises ferment avant leur 5ème année.
          Vous êtes où pour partager les pertes de ces entrepreneurs ?
          On vous voit moins là, vous préférez vous faire des plans sur la comète en décidant comment vous partager le pognon gagné par les 30% d’entreprises survivantes n’est-ce pas ?

          (Ne répondez pas, c’est juste de la rhétorique… Vos réponses de socialiste envieux ne vont rien m’apporter)

        • Tiens je vais parler d’un autre effet que l’effet laffer. Ce sera « l’effet vince », ou « l’effet roux ». Et la il est aussi imparable qu’une formule de physique.

          Alors « l’effet vince », c’est que la vindicte des socialos envers les gros payeurs augmente proportionellement au taux d’imposition qu’on leur applique. Plus ils payent, plus ils sont soupconnés d’être de mauvais citoyens.

          On a pu voir la limite supérieure d’une telle formule : dans les régimes ou le patrimoine privé est taxé a 100%, les gros payeurs sont éxécutés, ou finissent dans des camps après avoir été dépouillés.

        • Vous confondez tout.

          Les revenus sont, en général, ceux du travail. Cela ne doit pas vous effleurez, mais pour gagner beaucoup, il faut beaucoup travailler, plus que 35h. Et avoir des compétences que d’autres non pas ou reconnues comme telles.

        • Vince: « Une politique fiscale juste est une politique qui redistribue des hauts revenus vers les bas revenus »

          En quoi est-ce « juste » qu’on rackette un type qui ce défonce 60 heures par semaine et prend des risques pour filer le fruit de ses efforts à un type qui bosse péniblement 35 heure ?

          Tu rackettais les bosseurs à la recré et t’as pas envie que ça s’arrête c’est ça ?

        • Vince: « En pratique, l’activité économique ne réagit qu’assez faiblement aux changements de taux d’imposition. »

          Même chose dans les magasins d’ailleurs, 5 euro ou 10 euro les barres chocolatée partent pareil.
          T’as autant de culture économique qu’une borne téléphonique mon pauvre.

          • « T’as autant de culture économique qu’une borne téléphonique mon pauvre. »

            Les confiturologues, ça ose tout, et c’est même à ça qu’on les reconnaît.
            La preuve par Vince et Mr Roux.

        • « A partir de là, il devient possible d’augmenter les taux d’imposition très fortement sans compromettre les recettes »
          C’est ce que gauche et fausse droite font depuis 20 ans.
          Avec un franc succès : Londres est désormais la 5éme ville française!!
          Un petit effort et les polonais vont gueuler contre les plombiers français qui viennent piquer leur boulot!!!
          Les brillantes idées de Vince et consorts nous préparent un avenir de gardiens de lunapark pour touristes chinois…mais là faudra bosser, le chinois est exigeant.

  • Mais bien sûr que le taux d’imposition des riches est beaucoup plus faible que celui des classes moyennes ou pauvres.
    Celui qui gagne 400 fois plus qu’un ouvrier aura certes une grande maison mais pas 400 fois plus grande que l’ouvrier, il dépensera beaucoup plus qu’un ouvrier en France mais pas 400 fois plus, il paiera beaucoup plus d’autoroutes qu’un ouvrier mais pas 400 fois plus, il utilisera beaucoup plus d’énergie mais pas 400 fois plus.
    L’argent non dépensé en France par le riche sera soit thésaurisé, soit dépensé à l’étranger tandis que l’ouvrier dépensera tout l’argent gagné dans l’année.

    • Question: ou va l’argent thésaurisé?
      Ils s’assoient dessus les gens?
      L’épargne ça vout parle?

      • L’argent thésaurisé ? Ils achètent des lingots d’or avec, et ils les enterrent dans leur jardin. Si, si, c’est extrêmement courant, tous les riches font cela, c’est bien connu. On trouvera encore des lingots enterrés au XXI siècle pendant des millénaires.

        • Voici un commentaire que j’avais écrit en juin 2010 :
          « On apprend par le tract CGT « Les lingots balladeurs d’Onc’Robert » du 30/06/2010 qu’une personne de PSA a fait une fausse déclaration aux impôts, il y en aurait pour de l’ordre de 100 milliers d’euros de manque à gagner pour l’Etat.
          Si pour 45 euros non payé à l’Etat (PV) on a 2 jours de mise à pied par la DRH, je vous laisse calculer combien d’années de mise à pied va avoir Onc’Robert pour 100 000 euros. 2/45*100 000/365 = ?
          Vivement le jour du grand déballage. On va Wigoler. »
          Onc’Robert = Robert Peugeot.

          • Allez François, arrêtez de poster sous ce nom de Pignard, on vous a reconnu : « je n’aime pas les riches » et c’est tout.

      • Il n’y a que chez Madoff que les placements font gagner autant que la TVA à l’Etat pour le même capital. Si vous placez 1000 euros à 5 %, l’Etat vous prendra 20 % des 5 % soit 10 euros tandis que l’ouvrier aura déboursé 20 % de TVA soit 166 euros soit 16,6 fois plus.

        • Si vous placez 1000, ce n’est pas la même chose que consommez 1000. La récompense se trouve dans l’attente de la consommation.

        • Et si vous ne dépensez jamais votre argent placé, vous en aurez perdu 100%, alors que si vous consommez vous n’en aurez perdu que 20%. A voir comment vous comptez, vous n’avez jamais eu d’argent entre les mains, je vous plains.

      • Question: ou va l’argent thésaurisé?

        en précaution, et éventuellement en lingots d’or, soit.
        mais plus surement en placements, dont ils parait qu’ils sont , ou étaient jusqu’a une période proche c’est a dire avant l’accélération fulgurante de la planche a billet sous l’impulsion des apprentis sorciers, un des moteurs des investissement dans l’économie. Placement qui donc finissent par générer des revenus du travail etc.

        Que les revenus des placements soient moins taxés que ceux du travail ne me pose pas de problème. Ils ont déjà été taxés une fois comme revenus du travail. je suis une fourmi et j’en sais quelque chose. QU’on me dise que mes revenus de placement sont illégitime, quand je vois de qui ca vient, me fait doucement rigoler.

        Après, on peut dire qu’un capital transmis a travers les ages sur deux siècles ne rentre pas dans cette logique là. C’est penser que le capital est une forme de repos absolu; alors que c’est un peu le contraire : le capital, c’est un risque. On parle de celui qui le détient, mais on se s’intéresse pas a celui qui le perd. Une capital maintenu sur deux siècles a la peau particulièrement dure.

        Mais au fond, le niveau de l’impot importe assez peu. Moins que sa finalité.
        Et mon point de vue a ce sujet : Entretenir le surrégime d’une machine idéologique corrompue, déresponsabilisante et inefficace. Et de ce point de vue, un euro d’impots sera encore trop, tant que la question n’aura pas été totalement tranchée.

        Ce qui importe dans un pays ce n’est pas tant ses valeurs et son idéologie, mais leur niveau de dévoiement.

        Combien dans ce pays ne voient pas l’état de délabrement et de dévoiement de ses institutions, ou font mine de l’ignorer.

        http://www.transparency.org/country#FRA

        • Merci Grass (et les autres)

          Avec les autres Roux et Vince tout juste échappés de leur fabrique à cocos, je commençais à croire que ce site allait être miné par les trolleurs habituels « bien-pensants » (sans réfléchir).

          Si seulement ils prenaient la peine de réfléchir quelques minutes avant de poster leurs débilités on pourrait certainement avoir des discussions intelligentes (bref faire avancer le débat), mais malheureusement ils sont la plupart formatés comme des fanatiques religieux et donc imperméables à tout raisonnement logique.

          C’est donc tout à votre honneur d’essayer de leur faire entendre raison.

    • * Thésaurisé : où sont les cochons-tirelires ? Les pauvres mettent leurs économies sous leur matelas, les riches bâtissent des usines avec.
      * Dépensé à l’étranger : en partie, certes. Mais beaucoup moins que ce que les riches étrangers dépensent en France, vu que la France est leur étranger à eux, et qu’au moins jusqu’à il y a peu, ils adoraient ses produits de luxe.
      * Tandis que l’ouvrier dépensera tout l’argent gagné dans l’année : a) en camelote chinoise, donc aussi à l’étranger b) alors que les classes moyennes ont l’avantage de pouvoir négocier un découvert, ce qui leur permet, elles, de dépenser plus que l’argent gagné dans l’année et en produits français en plus grande proportion c) et ensuite l’ouvrier n’a plus un rond pour investir, et il suffit de regarder l’Allemagne pour constater que dépenser pour investir donne des résultats sans comparaison avec dépenser pour consommer

      • Oui, en fait d’usine, Robert Peugeot a mis ses lingots d’or dans sa baignoire et s’en est fait voler une bonne partie.

        • On s’en contrefout.
          Votre jalousie maladive envers la famille Peugeot vous pousse à nous parler de faits divers sans aucun intérèt.
          Et pour embrayer, mon oncle s’est fait piquer une dizaine de Napoléons il y a une vingtaine d’années, non mais vous vous rendez compte!!

    • Oh non pitié!
      La thésaurisation des riches part à l’étranger!!Hahahaha
      Et la Lilianne ou le Bernard, ils font quoi sinon réinvestir leur pognon dans leur boite, avec des gros morceaux de travailleurs français dedans.
      Et les pauvres, tellement vertueux qui dépensent tout en France bien sagement!!!Hahahaha
      C’est vrai qu’ils n’achètent aucun produit made in China…
      Allez mon Dany vous m’avez bien fait rire en cette soirée d’automne.

    • « l’ouvrier dépensera tout l’argent gagné dans l’année. »

      Vous voulez parler de ces salauds d’ouvriers qui ont mis plus de 350 milliards d’euros sur des livrets A et LDD ?

  • Même CREDO s’y est mis. La désinformation digne d’un pays de soviet. Ce pays est définitivement foutu. « La conjugaison de cotisations sociales élevées, d’un impôt sur le revenu faible, notamment pour les catégories aisées, et d’une TVA dégressive par rapport aux revenus fait que le taux de prélèvement obligatoire est quasi constant selon le revenu du ménage, aux alentours de 40% du revenu disponible », constate le Crédoc.

    • Aussi magique que cela puisse paraître, le CREDOC a raison, tout comme Piketty…. car c’est mathématique.
      Le système fiscal français est peu progressif (la part des rares impôts progressifs étant faible par rapport aux prélèvements proportionnels) et peu redistributif (cf, par exemple, l’article du CREDOC : http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/le-systeme-fiscal-et-social-francais-ne-profite-pas-aux-classes-moyennes-891237).
      Si les mathématiques se mettent eux aussi à mentir et filer à gauche, là c’est vraiment foutu, il n’y a plus qu’à vous croire entre vous…

      • Oui, tout comme Piketty, justement. Les mathématiques ne mentent pas, ce sont ceux qui décident de quoi additionner ou soustraire qui le font, et les journalistes qui comparent des pommes avec des oranges.

      • Les mathématiques ne prouvent pas que l’inégalité soit injuste en soi, ou qu’il soit juste de spolier, d’imposer, de contraindre autrui au nom d’une vision de la morale.
        Cessons de noyer le poisson.

        S’il y a une chose que le bon sens voit et que l’histoire confirme, c’est que l’égalité n’existe que dans la misère.

      • Notons qui si avec son extravagante complexité notre système finit pas être proportionnel, je propose de faire une économie considérable et un choc de simplification fracassant en le remplaçant par l’impôt proportionnel.

        Une « flat tax » qui nous permettrait de comprendre la fiscalité et de rendre l’impôt indépendant de toute durée (si on paie x% d’impôt sur tout revenu en toutes circonstances, plus rien n’oblige à faire des déclarations de revenu annuelles avec lissage des années exceptionnelles, il suffit de prélever l’impôt au fil des revenus).

      • taxer le travail ou le capital, c’est taxer la creation de richesse, ca devrait etre interdit. Seule la consommation (destruction de richesse) devrait etre taxee, dans la mesure ou il faut taxer quelque chose.

        Et puis vous ne repondez pas a la principale question: en quoi la redistribution forcee est-elle juste?

      • Merci Vince pour ce rapport. t’as été payé par le MEDEF pour torpiller le socialisme français ?

        La Suisse, le Danemark la Suède, la Finlande cités en exemple de bien meilleurs conditions pour les pauvres alors que ce sont des « paradis » libéraux justement.

        MUAHAHAHAHA !

  • Dans le même ordre d’idées, Peter Schiff démonte sur Youtube le bobard selon lequel Warren Buffett paie proportionnellement moins d’impôts que sa secrétaire.

    S’il est exact que c’est faux, ce constat n’est pas suffisant, il faut poser la question de la justice.
    Et pas seulement pour dire que les hauts revenus sont aléatoires, et que les membres du 1% ne sont pas les mêmes tous les ans.
    Aussi et surtout, pour refuser l’égalitarisme, l’idée que l’inégalité, c’est l’injustice, et que spolier, c’est rétablir la justice.

    Bien au contraire, spolier, contraindre, c’est injuste; et l’inégalité n’est pas injuste.

  • On peut imaginer qu’à l’ENA one pose une question à l’examen « deux plus deux ; c’est combien « ? La bonne réponse est « combien voulez-vous que cela fasse ». J’ai un ratio en France à vous signaler et qui est terrifiant; 5 % de contribuables payent 56 % d’impôts sur le revenu collectés. Je ne connais aucun autre pays de la CEE ou du monde développé avec ce ratio.

  • Et si on revenait aux définitions de base pour clore le débat et le nec aux Roux, Vince, etc ?

    La liberté, c’est la possibilité de poursuivre ses propres butes à sa propre manière dans le cadre de la justice.

    La justice, c’est le respect des droits fondamentaux d’autrui.

    Les droits fondamentaux, c’est les droits naturels.

    Un impôt proportionnel c’est un impôt dont le pourcentage ne varie pas en fonction de la tranche de revenu (la TVA est un impôt proportionnel)

    Un impôt progressif, c’est quand son pourcentage augmente avec les revenus, dégressif c’est l’inverse.

  • Cet article ne peut être que le produit de quelqu’un qui n’a pas lu le livre. Si monsieur Frederic Georges Tudo avait lu ou meme parcouru le li ré il n’oserait pas dire ce su’il dit. Peut être que la mauvaise foi rend complètement aveugle au point d’être incapable de lire. A moins que ce soit le corporatisme des possédants qui rend monsieur Frederic Georges-Tudo si nerveux contre un travail sérieux de recherche.

    • Mais de quoi parlez vous précisément, Bonnand ? Qu’aurais-je oublié de lire qui m’amènerait à déclarer à tort que Piketty prétend l’IR dégressif pour le dernier centile ?

      • @ l’auteur :

        Les propos que vous développez dans votre article ont une barbe, puique l’IFRAP, qui agit plus dans le lobbying que dans la recherche, les avait déjà émis en 2011. Vous trouverez sur le site de T. Piketty les réponses que vous cherchez : http://www.revolution-fiscale.fr/dans-les-medias/100.

        Son constat sur la fiscalité française n’est en rien remis en cause. Ce constat a été plusieurs fois confirmé par la Cour des Comptes, et il est partagé, même à droite.

        • J’ai bien sûr déjà lu la réponse de Piketty que vous mettez en lien. Elle est sans doute encore pire et d’encore plus mauvaise foi que le livre en lui même. En substance, cela revient à cela : oui, bon, ok, c’est vrai qu’on a pas pris en compte toute la population et qu’on a omis d’intégrer les revenus du chômage et du RSA. Mais que voulez vous, « aucune méthode parfaite permettant de mesurer la progressivité d’un système fiscal, et chacune de ces façons de poser le problème a ses avantages et ses inconvénients. »

          Vu comme ça… Je laisse ceux qui veulent lire la réponse de Piketty juger par eux mêmes. Toute personne objective se délectera de la faiblesse de la défense utilisée…

    • Je l’ai lu, c’est un petit livre. Un navet fait sous l’aveuglement du dogme. Frédéric Georges-Tudo a raison. A la limite on pourrait lui reprocher de ne pas parler des autres bras cassés : Saez et Landais, qui ont contribué à l’élaboration de cette petite merde.

      Attendez, fusion de la CSG et IR avec une RAS, ils appellent ça « pour une révolution fiscale ». En fait, non seulement ils sont manipulateurs dans leur manière de présenter les chiffres, mais en plus ils se foutent de la gueule de leurs soutiens socialistes et communistes parce que ce n’est pas une révolution ! Même le Che doit se retourner dans sa tombe (en se disant qu’il n’a pas tué assez d’innocents).

      Bonnand, Vince, Roux et Pinard, pour la ramener vous êtes très fort mais aucun d’entre vous n’a répondu aux arguments posés dans les différents commentaires… C’est bien un truc de socialiste ça, comme les crocodiles : une grande gueule, pas de cerveau et des petits bras.

      • Lol. il reste malgré tout un éléphant chez les socialistes : celui qui a une grand trompe, un gros bide et des grandes oreilles; et qui d’ailleurs aurait bien pu devenir notre président. Il a fallu que ce soient les américains qui lèvent le voile sur le personnage!…

        S’il avait fallu compter sur le courage de notre classe politique, on aurait queutard premier a l’élysée, qui se taperait 72 vierges par semaine prélevées sur le peuple. Et il faudrait un département administratif entier pour bien garder le secret.

  • Si vraiment les riches payaient moins d’impôts, il y aurait une solution: la flat tax.
    Pourquoi cette solution n’est elle jamais retenue ?

    • Connaissez-vous des socialistes qui sont mûs par autre que chose que la haine, la jalousie et l’obsession pathologique de l’argent gratuit des autres ?

  • Introduire une flat tax élevée (à la limite de Laffer) sur tous les gains personnels entièrement redistribuée à parts égales entre tous (voir « allocation universelle »)…et par ailleurs faire payer les services publics pour ce qu’ils coûtent par des redevances sur unités d’oeuvre…construirait le système global le plus juste, le plus simple et probablement le plus efficace. En réalité l’erreur commise par tous est de croire que l’impôt que l’on veut réformer exclue les transferts et doive rester positif…

  • quelques remarques :
    1. faux. piketty précise bien dans son étude quel est le domaine qu’il étudie et met à disposition le domaine global pour ceux qui ont la rigueur intellectuelle de le lire.
    2. Piketty propose plusieurs tableaux de données, avec ou son redistribution. Bine évidemment, prendre en compte la redistribution n’a pas grand sens étant donné que c’est justement via l’impôt que se fait la redistribution….
    3. pourquoi prendre en compte les bénfices non distribués ? Tout simplement parce qu’ils peuvent être légitimement considérés comme des revenus immédiatement épargnés dans l’entreprise. Je ne vois rien de choquant intellectuellement à-dedans. ce sont des revenus, ce qu’en font les personnes concernées n’a pas à être pris en compte.

  • 1. Piketty énonce clairement dans son étude les champs et renvoie pour les vérifier.
    2. Prendre en compte les revenus secondaires au lieu de primaires lorsqu’on parle d’impôt ‘na pas grand sens puisque justement les impôts sont là pour corriger la distributio primaire !
    3. Doit-on prendre en compte les bénéfices non distribués dans les revenus ? Question intéressante. On peut répondre oui, du fait que ces revenus ne sont pas distribués par choix des détenteurs. Autrement dit, c’est excatement pareil que s’ils les avaient reçus et immédiatement réépargné ou plutôt réinvestis dans la société dont ils sont propriétaires. Rien de choquant intellectuellement, donc.

  • Après plusieurs rejets de dossier par les banques moi j’ai visité un site d’annonce de prêt entre particulier sérieux et j’ai connu une Madame formidable, du nom de Mme GOMES SONIA de nationalité Française qui aide les gens en leur faisant des prêts et qui m’a accordé un prêt de 350.000€ pour l’achat d’un immobilier que je dois rembourser sur 20 ans avec un très faible intérêt de sa part soit 2% et une garantie bien étudier. Avant que je ne reçoive mon virement, j’ai juste souscris une assurance sur toute ma durée de prêt et là le lendemain matin j’ai reçu l’argent sur mon compte sans protocole. Besoin de crédit personnel,vos banque refuse de vous accorder de prêt, vous êtes en CDI et autres; Fatigué des arnaques.
    Vous qui est Français,Polynésien,Calédonien,Réunion,Martinique,Guyane,Belgique ou autres veuillez la contacté si vous êtes dans le besoin voici son Email: mme.gomessonia@hotmail.fr et vous serrez satisfait en 48 heures voir 72 heures cela dépendra de la somme vous avez demandé..

  • Quand, diable, allez-vous lui proposer une rencontre-débat?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Thomas Piketty récidive

Par George Leef.

L'économiste Thomas Piketty est devenu internationalement célèbre avec la publication en 2014 de son livre Le capital au XXIe siècle. Les gauchistes se sont empressés de l'adopter car il prétendait prouver que l'écart entre les riches et les pauvres continuerait à se creuser (voire s'accélérerait) si les politiques gouvernementales de redistribution des revenus n'étaient pas renforcées. Si les progressistes ont loué le livre, les observateurs du marché libre ont estimé qu'il s'agissait de beaucoup de bruit pour rien - ... Poursuivre la lecture

Le déclin des organisations s’étale souvent sur de longues périodes, ce qui contribue à rendre sa perception difficile. Mais il arrive qu’un événement particulier le rende évident aux yeux de tous. Cet événement n’est pas nécessairement important, mais sans qu’on sache vraiment pourquoi, il cristallise tout ce qui était en germe depuis longtemps. Pour le Parti socialiste, alors au pouvoir, il semble bien que cet événement soit la gestion calamiteuse de la décision par le groupe ArcelorMittal d’arrêter les hauts fourneaux de Florange en 2012.<... Poursuivre la lecture

Par Michel Albouy.

Nourris à l’idée que la domination blanche impose ses règles de fonctionnement dans tous les domaines de la vie (de l’économie à la cuisine en passant par le code vestimentaire) aux populations dominées, ils estiment dans la lignée de l’approche marxiste que les populations souffrant de la domination blanche que l’économie de marché et le capitalisme ne sont que des instruments de pouvoir pour les asservir.

Au passage, certains économistes n’hésitent pas à affirmer que la richesse des pays occidentaux s’est co... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles