Najat Vallaud-Belkacem, combattante de l’extrême

Najat Vallaud-Belkacem s’interroge sur la responsabilité des politiciens et des médias dans la prolifération des discours de haine. À raison.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Najat Vallaud-Belkacem (Crédits Philippe Grangeaud-Parti socialiste, licence Creative Commons).jpg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Najat Vallaud-Belkacem, combattante de l’extrême

Publié le 11 juin 2013
- A +

Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, s’interroge sur la responsabilité des politiciens et des médias dans la prolifération des discours de haine. À raison.

Par Baptiste Créteur.

Je ne manifeste pas torse nu, ni à Notre-Dame ni à Rolland-Garros, et je n’ai ni crâne rasé ni t-shirt du Che. Cela étant dit, je n’aime pas qu’on fasse la chasse aux extrémistes.

D’abord parce qu’il n’est pas forcément mauvais d’être extrémiste. On ne peut d’ailleurs qu’être extrémiste, intransigeant, quand on croit en des principes, des valeurs, qu’on refuse le consensus perpétuel et les concessions incessantes. C’est une position difficile à défendre ; avoir des principes, de nos jours, n’est pas recommandé.

Je suis moi-même extrémiste. Ou plutôt, radical. Je défends des principes et valeurs, et ne suis pas prêt à y renoncer ou à agir à leur encontre. Je pense que les individus doivent faire leurs propres choix et en assumer les conséquences ; je pense qu’il est dangereux que l’État décide pour les individus, plus efficace qu’ils décident pour eux-mêmes, et qu’ils sont ainsi plus heureux. Cela n’engage que moi, mais je refuse qu’on m’engage dans autre chose.

C’est pourtant ce que font en permanence, ou tentent de faire, les représentants du peuple français. Personnellement, ils ne me représentent pas ; je n’ai pas voté pour eux, ni pour qui que ce soit d’autre. Je ne veux pas qu’on décide pour moi comment les fruits de mon travail doivent être dépensés, à qui ils doivent bénéficier et quels secteurs stratégiques ou d’avenir doivent être privilégiés en mon nom. Quand j’ai une préférence pour un produit ou un service, quand j’ai une décision à prendre, je fais mes propres choix.

Aucun d’entre eux ne m’a jamais conduit à appeler de mes vœux un État fort, qui me protégerait en même temps qu’il protégerait la veuve et l’orphelin des dangers qui me guettent. Les aliments trop gras, trop sucrés et trop salés, les publicités pour des voitures polluantes dans la nature et les malabars au crâne rasé sont partout, mais ma principale crainte reste qu’on me prive de mes libertés pour me protéger de tout cela.

Il y a quelques jours, un extrémiste a provoqué d’autres extrémistes ; ils se sont battus ; il est mort. C’est évidemment regrettable, mais pas assez pour qu’on censure les extrémistes.

La porte-parole du gouvernement, Najat-Vallaud Belkacem, a pourtant demandé à ce que les discours de haine n’aient plus voix au chapitre. Il serait évidemment plus sain que les discours de haine ne soient jamais proférés, mais l’antifascisme n’a jamais aidé à lutter contre le fascisme. Ce n’est pas en censurant les idées qu’on lutte contre elles ; j’ai tendance à penser qu’on les encourage au contraire.

Les idées nauséabondes ne sont dangereuses qu’en l’absence d’hommes pour en défendre de meilleures. (Ayn Rand)

C’est en défendant de meilleures idées qu’on peut lutter contre les mauvaises, les nauséabondes, les dangereuses. Et ça, Najat Vallaud-Belkacem ne le fait pas.

Les extrémistes des deux camps partagent en réalité le même combat ; ils rêvent d’imposer à tous leur modèle, leur vision de la société, leurs préférences. Il ne faut pas avoir peur de rappeler les origines socialistes du nazisme et du fascisme, pas plus qu’il ne faut craindre de rappeler que, pour les deux camps, il y a de l’autre côté de la barricade le capitalisme et la liberté.

Quand Najat Vallaud-Belkacem tente d’expliquer que la théorie du genre n’existe pas et qu’il n’existe que des études de genre, elle se rend coupable d’une dangereuse pirouette syntaxique. Elle ne lève pas les craintes de ceux qui pensent que l’État tente, via l’Éducation Nationale, d’enseigner aux enfants une morale qui sert de noirs desseins alors que la morale n’est pas du ressort de l’école. Au contraire, elle les renforce ; il serait si simple d’affirmer une conviction, un principe qu’elle n’avoue ici qu’à demi-mot selon lequel filles et garçons sont conditionnés pour être différents. Elle préfère les conditionner différemment.

« Dans plusieurs champs disciplinaires […] vous avez des chercheurs qui s’intéressent à la façon dont la société organise une relation d’inégalités entre les hommes et les femmes. Que des chercheurs étudient les mécanismes à l’œuvre pour nous aider – nous, pouvoirs publics – à les combattre, c’est très bien et moi, je soutiens les études qui portent sur ces sujets. […] Ce que nous voulons introduire à l’école, c’est un apprentissage à l’égalité entre les filles et les garçons. »

Résumons la pensée de la sympathique ministre : pour éviter que la société n’opère un conditionnement sur les enfants les amenant à penser que filles et garçons sont différents, conditionnons les à l’école pour les amener à penser qu’ils sont identiques. Je n’évoquerai pas le caractère fallacieux de la théorie du genre – pardon, de l’ensemble des études de genre dans plusieurs champs disciplinaires, ne tomberai pas dans l’évocation de ses dangers et ne lancerai pas d’attaques ad hominem sur son créateur, qui se faisait également l’avocat de la pédophilie et a cherché à déconditionner des enfants comme la porte-parole du gouvernement le propose aujourd’hui – tout lien de causalité avec le suicide des individus concernés n’étant peut-être pas fortuit.

Au lieu de cela, je me contenterai d’affirmer que la lutte contre les idées nauséabondes ne peut se faire qu’en en défendant de meilleures, ce que nous pouvons tous faire sans pour autant importuner les enfants des autres. D’affirmer également que le seul moyen d’être certain que l’État ne vous imposera pas les préférences des autres est de s’assurer qu’il n’imposera à personne les préférences d’autrui. Et ce, dans tous les domaines, de la diététique à la publicité.

J’affirmerai aussi que les extrémistes de droite ne sont pas pires que les extrémistes de gauche ; ils ont des idées nauséabondes et très proches, et seraient bien en peine de différencier leurs idées autrement qu’à la marge, par des nuances de vocabulaire qui, malheureusement, trompent énormément.

Ce n’est pas en coupant la parole aux extrémistes que vous leur ferez perdre toute crédibilité, mais au contraire en la leur donnant. Les plus influençables tomberont peut-être dans le piège mais, un jour ou l’autre, leurs idées apparaîtront aussi creuses qu’elles sont. Il y a toutefois, c’est vrai, un risque ; qu’elles soient acceptées, embrassées, appliquées, et mènent à la catastrophe que vous déplorez d’avance tout en y précipitant la France.

Je ne peux en effet m’empêcher de constater que cela fait plus de trente ans que les idées socialistes ont cours en France ; qu’elles se font de plus en plus extrêmes ; et ont mené aux résultats qu’on sait d’avance, et que beaucoup sauront bientôt. Je veux bien qu’on lutte contre les extrêmes, mais charité bien ordonnée commence par soi-même.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Pour faire un bon extrémiste, prenez une poignée de types aux idées courtes et en difficulté existentielle.
    Surtout ne leur donnez aucune idée du relativisme et des vérités polymorphes : quelques petits slogans élémentaires doivent suffire à leur culture.
    Apprenez-leur a jongler avec le mot « respect » pour l’exiger des autres sans jamais devoir en témoigner eux-mêmes.
    Laissez-les papoter entr’eux, jouer aux « listes noires », se déguiser, c’est la période nécessaire à leur fermentation.
    A terme, le produit fini sera un groupe de petits candidats despotes convaincu de détenir (ou d’être) la Vérité Universelle, et se faisant missionnaires pour convertir de gré ou de force les péquenauds qui n’ont pas encore assimilé leur catéchisme, selon des méthodes en comparaison desquelles la Sainte Inquisition n’était qu’un jeu de salon.

  • Il est impossible de débattre valablement avec un socialiste car le débat est vicié dès le commencement. Le socialisme suppose l’hyperaction publique pour imposer les dogmes idéologiques à autrui (fiscalité débridée, lois sociétales, conditionnement des individus, criminalisation des innocents, mépris des traditions, des religions…) Peu importe les idées d’ailleurs : ce qui compte, c’est « l’union et l’action » (ancien slogan syndicaliste modernisé en « tous ensembles »). A l’opposé, le libéral n’a aucun modèle à imposer à autrui, propose de laisser les citoyens tranquilles, de réduire l’action publique, de remettre le fleuve étatique en crue dans son lit.

    On comprend que les conséquences du débat entre liberté et socialisme sont sans commune mesure : ce n’est pas un débat équilibré puisqu’un des deux camps n’a rien à imposer quand l’autre n’est que désirs de contraintes et violences. C’est un déséquilibre de même nature qu’on trouve dans la confrontation entre l’agresseur barbare et sa victime désarmée. Qui imaginerait qualifier cette confrontation de « débat » ?

    Ainsi, il est faux de dire que certains socialistes dérivent vers l’extrémisme : les socialismes deviennent des extrémistes dès le début de leur difformité idéologique. Ce qui distingue les socialistes officiellement extrémistes, qu’ils soient fascistes ou antifascistes, FN ou FG, des socialistes qui se prétendent démocrates ou républicains, de l’UMP au PS, c’est le degré d’appétence personnelle pour la violence physique conduisant les seconds à confier à l’Etat leurs pulsions de violence. La distinction artificielle entre deux camps extrémistes officiels est nécessaire aux autres socialistes, ceux qui n’assument pas leur violence, car elle tend à dissimuler la réalité de leur propre extrémisme, de leur propre violence dirigée contre la population anesthésié.

    Ne nous y trompons pas, les socialistes sont des jouisseurs de la contrainte comme NVB et d’autres le démontrent ad nauseam. Analysé sur l’axe de la violence, le socialisme est par essence un extrémisme.

    Comme nous pouvons le constater, alternances truquées après élections bidonnées, le socialisme est incompatible avec la démocratie. Le socialisme est la concrétisation de la dérive tyrannique de la démocratie anticipée par Tocqueville voilà presque deux siècles. L’anti-socialisme primaire, refusant radicalement tous les socialismes, nationaliste ou internationaliste, social-démocrate, écologiste, communiste ou fasciste, est l’attitude nécessaire de l’honnête homme moderne, effectivement démocrate et humaniste, citoyen éduqué et éclairé du XXIe siècle.

    Il est temps de sauver la démocratie du socialisme.

    • @ Cavaignac :
      Bravo, « il est temps de sauver la démocratie du socialisme »…
      Comment faire? Quelqu’un a t-il une idée???

  • Je note, encore une fois, l’emploi d’une pensée par slogans, l’inctiminé en la matière étant le terme d’ « idées nauséabondes ».
    Personnellement, je ne parviens à aucune représentation de ce que serait une odeur en soi « nauséabonde » qui serait, par phénomène de conversion hystérique, ressentie à la seule évocation d’images associées à des idées

    Sémantique puérile, et encore: les petits enfants n’estiment pas que les odeurs d’excreta ou de pieds soient nauséabondes: au contraire; rappelons ici le « méchant CO2 » ou le « méchant méthane », ou « l’odeur souffrée du Diable », qui ne sont que des formations réactionnelles au plaisir de péter ou de se gaver d’odeur corporelles excitantes.

    Qu’est Madame Belkacem ( une parmi d’autres NKM , Royal, Touraine..) ?
    Une prohibitionisme, hygiéniste, zélatrice de l’Ordre Moral: bref, ce que l’on dénomme en langage commun une « refoulée », mue comme tant d’autres de nos soeurs, par des images « nauséabondes » vengeresses envers leur manque d’un penis survalorisé dans leur esprit: rapellons nous que nombre de ligues de vertu américaines, à l’origine de la prohibition, étaient animées par certaines « féministes » de l’époque ( les chieuses mal baisées protestantes, pour faire clair); da’utres, au contraire, revendiquaient les seules choses intéressantes: la liberté sexuelle, la liberté de mener leur vie, la liberté de consommer alcool et tabac.
    Pourquoi sont ce presque toujours les « refoulées » que l’on trouve en politique?

  • les extrémismes de gauche et de droite sont les mêmes et leur schisme ne date que depuis l’affaire dreyfus.Le seul clivage est que la gauche est internationaliste et la droite nationaliste, d’ailleurs les modèles communistes (international) et le nazisme (nationalisme) sont basés sur les mêmes modèles économiques et politiques.
    Ils ne revendiquent qu’une seule théorie, l’éradication des opposants à leurs idéaux, et ceci quelque soit les moyens.

  • Combien de meurtres perpétrés par des groupes extrémistes ?
    Combien de suicides dans vingt ans « grâce » à la théorie du genre ?
    Et on compare. A mon avis l’extrémisme est en train de changer de nature.

  • Que peut-on attendre de positif de la part d’une apparatchik,
    même avec les « seins voilés » ? ;-D

  • Le nouveau totalitarisme en action devant vous!Batir un homme nouveau comme du temps du stalinisme ou du nazisme…Bref …

  • Je pense que sous ses airs intelligents cette bonne Najat est complètement conne. Faites passer.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Eric Zemmour
0
Sauvegarder cet article

La spirale de l’échec continue pour Reconquête!, le parti nationaliste d’Éric Zemmour : après un score médiocre à la présidentielle, le premier tour des élections législatives de dimanche a confirmé son décrochage avec 4,2 % des suffrages exprimés.

🔴🎥 La réaction des militants d’Éric #Zemmour - éliminé au premier tour - lorsque Jean-Luc #Mélenchon a pris la parole hier soir.@QOfficiel pic.twitter.com/T56ZFpexHO

— Élections 2022 🗳 | #JeVote (@2022Elections) June 13, 2022

Porté par des sondages ... Poursuivre la lecture

Le blocage des rues d’Ottawa par des camionneurs a fait le tour du monde. Des articles sympathisants y ont été diffusés sur Contrepoints. C’est arrivé à un moment où l'appui aux restrictions sanitaires était en chute libre au Canada. La valeur mise en avant par les manifestants est la liberté. Au Québec, une personnalité-clé du courant de pensée libertarienne, Éric Duhaime, en a profité pour augmenter significativement son appui dans l’opinion publique. La nouvelle a créé une onde de choc car il représente désormais la principale opposition a... Poursuivre la lecture

Ainsi donc, à Nantes, vendredi soir, les « antifas », ces militants de l’ultra-gauche qui se flattent de lutter sans relâche contre la peste brune qui menace de répandre terreur et destruction dans les chaumières de France, nous ont offert, une fois de plus, l’affligeant spectacle de leurs propres violences et destructions. Je n’exagère nullement ; même la maire socialiste de Nantes Johanna Rolland a condamné les violences, quoiqu’elle semble avoir du mal à désigner nommément les fauteurs de troubles :

Manifestatio... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles